LE CFTTR PROPOSE PLUSIEURS FORMATIONS PROFESSIONNALISANTES OFFRANT DE NOMBREUX DÉBOUCHÉS

  • le Master professionnel « Métiers de la traduction-localisation et de la communication multilingue et multimédia » ;
  • la troisième année de la licence LEA, parcours « Traduction et communication multilingue ».

Pourquoi choisir le CFTTR ?

Polyvalence

Les étudiants du CFTTR sont extrêmement polyvalents grâce à une formation qui mêle habilement informatique, gestion de projets et utilisation de nombreux outils de rédaction et d’aide à la traduction.

Professionnalisation

Le CFTTR offre à ses étudiants une formation très professionnalisante qui cumule travaux de traduction bénévole, semaines Tradutech, stages longs et projets multiples tout au long de l’année.

Dimension européenne

Membre actif du réseau EMT, le Master MTLC2M permet à ses étudiants de travailler en collaboration avec des universités européenne, que ce soit lors des sessions Tradutech ou au cours de l’année.

Vous souhaitez en savoir plus sur le CFTTR ? Vous êtes :

test

Ioanna, diplômée 2009. Rédactrice technique dans une multinationale (semi-conducteurs)

« Je suis rédactrice technique pour un groupe de micro-électronique à Milan, Italie. J’avais effectué mon stage de Master 2 dans les bureaux français de cette même entreprise, et j’ai été embauchée à la suite de mon stage. J’ai demandé quelques temps après à être transférée en Italie. »

test

Elsa, diplômée 2009. Assistante de production dans une entreprise de sous-titrage

« J’occupe aujourd’hui un poste d’assistante de production dans une entreprise de sous-titrage de la région parisienne. C’est à la suite de 2 stages consécutifs au sein de cette même entreprise que j’ai obtenu un CDI. »

test

Goulven, diplômé 2009. Localisateur dans l’industrie vidéo-ludique

« Trois mois après la fin de mon stage en octobre 2009, j’ai été engagé en tant que traducteur/localisateur pour un éditeur de jeu vidéo, basé à Cork, Irlande. »

test

Alice, diplômée en 2011. Traductrice freelance (statut auto-entreprise)

depuis l’obtention du diplôme.

« Le master donne un très bon aperçu de l’industrie dans son ensemble et il prépare très bien aux différents métiers enseignés. Il forme à différents logiciels (TAO…) et ressources (en ligne…) indispensables. Il apprend l’adaptabilité : par rapport aux situations nouvelles, au stress, mais aussi aux outils. Il apprend également à rester à jour sur les nouveautés dans des métiers qui évoluent très vite (je pense aux nouvelles tendances comme la post-édition, aux nouveaux outils de traduction ou de rédaction, etc.). »

test

Florent, région parisienne, diplômé en 2012. Rédacteur technique chez Adobe.

Poste obtenu directement après son stage.

Il a trouvé ce poste après avoir travaillé en CDI dans l’entreprise dans laquelle il avait fait son stage de fin de Master, Coheris, éditeur de logiciels.
« Dans tout ça, le CFTTR m’a surtout apporté l’assurance et l’autonomie nécessaire pour vite apprendre. Avoir l’occasion d’en apprendre plus sur des outils et normes techniques comme par exemple DITA, ou tout simplement le XML au sens large, permet de pouvoir rapidement s’intégrer et de dépasser les attentes autour du recrutement d’un néo-diplômé, ce qui est un avantage pour l’intégration dans une entreprise. Les recruteurs aiment sentir que le candidat qu’ils ont en face d’eux maitrise son sujet. Et les projets réalisés au CFTTR n’y sont pas étrangers. »

test

Sarah, Vern-sur-Seiche, diplômée en 2012. Rédactrice technique chez Astellia

Poste obtenu directement après son stage.

Astellia est un des principaux fournisseurs mondiaux de solutions de monitoring pour l’optimisation de la performance des réseaux de téléphonie mobile et de l’expérience des abonnés.

test

Chloë, Rennes, diplômée en 2013. Rédactrice technique en CDI chez un éditeur de logiciels spécialisé dans la distribution de vidéos.

Poste obtenu directement après son stage.

« La formation au CFTTR m’a permis de prendre des responsabilités à travers les nombreux projets menés. Elle m’a apporté une grande polyvalence ainsi qu’une bonne maîtrise de divers outils informatiques, tant en rédaction structurée qu’en PAO ou en dessins techniques. »

test

Robin, diplômé en 2014. Traducteur/Réviseur technique en CDI chez LCI Bretagne.

Poste obtenu directement après son stage.

« Suite à l’obtention de mon Master MTLC2M, j’ai été embauché en CDI chez LCI Bretagne, où je traduis et révise des documents techniques dans des domaines aussi variés que l’automobile, l’informatique, le marketing, etc. La formation m’a permis d’acquérir des aptitudes et des réflexes utiles, qui m’ont beaucoup aidé pour intégrer les diverses entreprises dans lesquelles j’ai effectué mes stages de L3, M1 et M2. Son caractère professionnel est un réel atout pour les étudiants comme pour les entreprises. Ce cursus est parfaitement adapté aux réalités du monde de la traduction. »

test

Arthur, diplômé en 2014. Rédacteur technique en intérim.

Poste obtenu 4 mois après son stage.

« A l’issue de mon stage chez Airbus, j’avais quelques pistes. J’ai trouvé mon premier emploi en tant que rédacteur quatre mois plus tard, en contrat d’intérim. Je travaille en Bretagne et je suis le seul rédacteur de l’équipe.
Le CFTTR m’a apporté un bagage technique, mais aussi et surtout, il m’a apporté de la polyvalence et une capacité d’adaptation. Ce sont des atouts fortement appréciés en entreprise. Les stages que j’ai effectués en M1 et M2 m’ont aussi formé au savoir-vivre en entreprise ce qui rend la formation très complète. »