Feed aggregator

Tchat vidéo. Le Père Noël a répondu à vos questions

Ouest France - 18 déc. 2014 - 01:06
Une semaine avant le réveillon, où en est le Père Noël ? Les cadeaux sont-ils prêts ? A-t-il reçu toutes les lettres des enfants ? Comment fait-il chaque année pour livrer à temps les familles dans le monde entier ?  Ce mercredi 17 décembre, le Père Noël a accepté de répondre en direct aux enfants sur le site de ouest-france.fr.:Retrouvez les questions posées par les jeunes internautes : 

Diplomatie. 55 ans de crises entre La Havane et Washington

Ouest France - 18 déc. 2014 - 00:30
C’était le 10 décembre 2013 ; en marge de l'hommage officiel à Nelson Mandela à Soweto, Barack Obama serrait la main de son homologue cubain Raul Castro. La dernière poignée de main entre les dirigeants des deux pays remontait à l'an 2000: Bill Clinton et Fidel Castro s'étaient salués lors du sommet du Millénaire à New York. Il s'agissait alors d'une première depuis l'arrivée au pouvoir du révolutionnaire cubain en 1959.LIRE. Rapprochement historique entre les Etats-Unis et CubaPetit retour sur une crise1959 : Le dictateur Batista, au pouvoir depuis 1952, fuit devant les rebelles menés par Fidel Castro. La Havane tombe. Castro devient Premier ministre et nationalise les possessions américaines.1960 : les USA rompent les relations diplomatiques et cessent d’exporter vers Cuba qui se tourne vers l’URSS. L’année suivante, la tentative de débarquement des anti-castristes dans la baie des Cochons échoue.1962 : Washington interdit les importations en provenance de Cuba. C’est aussi l’année de la « crise des missiles » que les Russes tentent d’installer à Cuba. La tension est à son comble jusqu'au recul de l'URSS fin octobre qui accepte de retirer ses missiles1976 : Fidel Castro devient Président.1980 : Castro autorise 125 000 Cubains à gagner les Etats-Unis. Une nouvelle vague d’émigration aura lieu en 1994, grandes manifestations anti-gouvernementales à frapper Cuba depuis l'arrivée au pouvoir de Fidel Castro.1992 : Washington durcit les sanctions  contre Cuba que l’implosion de l’URSS étrangle économiquement.1993 : le dollar est légalisé (il sera retiré de la circulation en 2004) et le régime introduit quelques réformes économiques libérales.1996 : le Congrès américain vote une loi sanctionnant les sociétés étrangères qui investiraient à Cuba.1999 : un an après la visite du pape Jean-Paul II (Benoît XVI se rendra à Cuba en 2012), le nouveau président du Vénézuela Hugo Chavez décide d’approvisionner Cuba en pétrole. La dissidence s’intensifie ; la répression aussi.2000 : Washington lève partiellement l’embargo sur les produits alimentaires et pharmaceutiques.2003 : l’Union européenne gèle ses relations diplomatiques avec Cuba suite à des arrestations d’opposants. En janvier 2005, elles sont rétablies.2006 : Castro, malade, transfère ses pouvoirs à son frère ; deux ans plus tard, Raul Castro devient Président. Il lance aussitôt un programme libéral, supprimant l’égalitarisme salarial et redistribuant des terres. Un an plus tard, Washington assouplit certaines sanctions.2010 : Raul Castro, malmené par les opposants qu’il continue de réprimer, avoue que « le modèle cubain ne marche plus ». Il annonce de nouvelles mesures libérales.2013 : Barack Obama annonce en novembre qu’il veut, « réviser » la relation avec Cuba. Tout en fustigeant les atteintes aux droits de l’homme.2014 : en mai, le président de la chambre de commerce américaine se rend à La havane et souhaite « l’ouverture d’un nouveau chapitre ».  

Coupe de la Ligue. Les clubs de l'Ouest joueront à l'extérieur

Ouest France - 18 déc. 2014 - 00:22
Le tirage au sort des quarts de finale de la Coupe de la Ligue a été effectué juste après les matches Lille-Bordeaux et Lyon-Monaco dont l'issue s'est jouée aux tirs aux buts.A noter que le Stade Rennais se déplacera à Furiani là où il se sont inclinés samedi soir (2-0). Une rencontre qui a fait parler à cause de l'attitude des supporters corses.Le tirage des quarts de finale :SC Bastia - Stade RennaisAS Monaco - En Avant GuingampLOSC - FC NantesAS Saint-Etienne - Paris Saint-Germain

Nigeria. 54 militaires condamnés à mort pour mutinerie

Ouest France - 18 déc. 2014 - 00:18
Une cour martiale nigériane a condamné à mort, mercredi, 54 soldats accusés de mutinerie.« Ils en ont condamné 54 à mort et acquitté cinq », selon l'avocat des droits de l'homme, Femi Falana, à l'annonce du verdict de ce procès qui a débuté le 15 octobre à huis clos. Les responsables militaires n'étaient pas immédiatement disponibles pour commenter mais le verdict a été largement repris dans les médias nigérians. 

Cinéma. Sony annule la sortie de « The Interview »

Ouest France - 18 déc. 2014 - 00:15
« À la lumière de la décision d'une majorité de nos exploitants de ne pas projeter The Interview, nous avons décidé de ne pas continuer sur la voie de sa sortie le 25 décembre », dit le studio dans un communiqué. Sony Pictures dit être « profondément attristé par les efforts déployés en vue de l'annulation de la distribution d'un film et des dégâts qu'il provoque sur notre entreprise ». « The Interview », en français « L'Interview qui tue », est une comédie dans laquelle deux journalistes sont recrutés par la CIA pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et qui a suscité l'indignation à Pyongyang, où on le qualifie d'« acte de guerre ». Sony Pictures Entertainment a été victime fin novembre d'un piratage attribué à des partisans de la Corée du Nord.

Elections régionales. L'Angevin qui veut barrer la route à Clergeau

Ouest France - 17 déc. 2014 - 23:52
Le socialiste Ousmane Cissakho a créé la surprise en annonçant, ce mercredi, sa candidature en interne aux régionales, face à Christophe Clergeau.  « Si j’ai déposé ma candidature, c’est que j’ai des appuis », assure cet Angevin, qui se dit « en manque de terrain ».Chargé de recrutement dans une grande entreprise, par ailleurs syndicaliste UNSA, il s’est engagé au Parti socialiste, en 2009, aux côtés du maire de Bouchemaine, près d’Angers. Aujourd’hui, il réclame un « vrai débat d’idées », « du sang neuf », et veut parler « à ceux qui ne voudront pas se déplacer aux urnes ». « On ne veut plus d’hommes d’appareils, qui ne vivent que de la politique. »

Manuel Valls. Aéroport, gares, routes : il soutient la Bretagne

Ouest France - 17 déc. 2014 - 23:45
La gauche bretonne salue les efforts du Pacte, l’opposition parle d’enfumage. Où est la vérité ?Les engagements de l’Etat ont été tenus. Bien sûr, on peut toujours discuter sur tel ou tel point mais le redressement de Doux et la reprise de Tilly-Sabco sont la démonstration que le gouvernement, tout particulièrement avec Stéphane Le Foll, et les collectivités se sont mobilisés. Les engagements  seront renforcés par la signature du contrat de plan 2015-2020. Il va mobiliser plus d’un milliard d’euros de l’État et de la région, dont 525 millions apportés par l’État.L’Etat mobilisera également 630 millions d’euros pour les investissements d’avenir ou encore la rénovation urbaine à Brest, Rennes et Lorient. L’Union européenne apportera pour sa part un milliard d’euros. Une dynamique est donc enclenchée avec quatre grandes priorités pour retrouver la croissance et la confiance.Quelles sont ces quatre priorités ?D’abord, les transports, avec la mise à deux fois deux voies de la RN 164, un enjeu majeur pour améliorer l’accessibilité et le développement du centre Bretagne, avec les pôles multimodaux des gares de Rennes, Saint-Brieuc, Lorient, Quimper, Redon, Morlaix, et Guingamp en perspective de l’arrivée de la LGV en 2017, projet cher à Jean-Yves Le Drian. [Manuel Valls a également déclaré que l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se ferait]Deuxième priorité : l’enseignement supérieur et la recherche, avec le déploiement du pôle d’excellence en cybersécurité, l’agriculture et l’agronomie, la biologie et l’environnement. Et bien sûr aussi les sciences et les technologies de la mer qui sont au cœur de l’identité bretonne. Il y a là un défi simple et important pour l’avenir : déployer des grandes infrastructures de recherche dans le domaine du maritime, valoriser les ressources biologiques marines grâce à l’observation et la modélisation des changements environnementaux et climatiques.Troisième priorité : la transition écologique avec, en particulier, les énergies marines renouvelables.Et enfin, le volet territorial avec l’idée de soutenir les territoires ruraux, de conforter la place et l’attractivité des villes, petites et moyennes, et d’appuyer les coopérations et stratégies de Brest et Rennes qui deviendront des métropoles au 1er janvier 2015. Je signerai d’ailleurs à Rennes l’acte de création de la métropole.Le contenu culturel du Pacte de la Bretagne est pour vous capital…Bien sûr, car la culture, c’est une richesse essentielle pour la région. Nous avons ainsi renouvelé la convention entre le Centre national du cinéma et le Conseil régional. Sur la partie production, elle permettra de lever des crédits de l’État  avec un euro venant du CNC pour deux euros des collectivités. Nous avons également lancé une convention tripartite : Centre national du livre -DRAC-Conseil régional. Elle décline le plan gouvernemental en faveur des librairies indépendantes. Nous avons aussi signé un protocole Etat-Conseil régional qui met en place un guichet unique Drac-Conseil régional en matière de soutien à l’industrie du livre et du cinéma.L’Etat va continuer à soutenir la langue bretonne ?Oui. Il poursuit ses efforts auprès des écoles Diwan ou des écoles bilingues. Par ailleurs, la Bibliothèque nationale de France pourra aider ses pôles associés en Bretagne pour la numérisation de leurs fonds en langue bretonne et donc leur meilleure accessibilité. Toutes ces mesures montrent une chose : il y a une culture bretonne ouverte, vivante, que je respecte profondément. Mais soutenir, défendre cette culture, cette identité bretonne, n’est en rien contradictoire avec la place de la Bretagne dans la République. Au contraire ! Et Mona Ozouf parle magnifiquement de ces trois identités : « bretonne, française et républicaine ». N’ayons pas peur de la diversité !À lire également++ Dans l'édition du soir : "Il faudra construire Notre-Dame-des-Landes"++ Dans Ouest-France jeudi : l'interview complète du Premier ministre

Diplomatie. Rapprochement historique entre les Etats-Unis et Cuba

Ouest France - 17 déc. 2014 - 23:44
Le président Barack Obama a annoncé ce mercredi soir, heure de Paris, l'ouverture d'un « nouveau chapitre » avec Cuba, s'engageant à examiner avec le Congrès américain la levée de l'embargo imposé depuis un demi-siècle par les Etats-Unis à l'île communiste. « L'isolement de Cuba n'a pas fonctionné », a déclaré le président américain lors d'une allocution historique depuis la Maison Blanche, prônant une « nouvelle approche » et déclarant en espagnol: « Nous sommes tous Américains ».Ce rétablissement des relations diplomatiques avec le régime communiste et l'allègement des sanctions économiques en place depuis plus d'un demi-siècle est une décision historique. Une initiative majeure - et largement inattendue - qui devrait marquer son passage à la Maison Blanche. Fidel Castro pas impliqué dans les discussionsSon homologue cubain Raul Castro a lui aussi pris la parole  depuis La Havane. Les deux dirigeants se sont parlé pendant près d'une heure par téléphone mardi, selon un responsable américain qui précisé que Fidel Castro, qui a cédé la place à son frère en 2006, n'avait pas été impliqué dans les discussions. Le président cubain que, avec son homologue américain, ils s'étaient « mis d'accord sur le rétablissement des relations diplomatiques » entre les deux pays, interrompues depuis plus d'un demi-siècle. Toutefois, « cela ne veut pas dire que le (problème) principal, l'embargo économique, ait été résolu », a-t-il ajouté dans une allocution diffusée par les médias d'Etat. Le pape François en médiateurSelon une source américaine, le pape François a joué un rôle crucial dans le rapprochement entre les deux pays, séparés seulement par les 150 km du détroit de Floride et qui n'ont plus de relations diplomatiques officielles depuis 1961. Le pape a ainsi lancé un appel personnel à M. Obama, dans une lettre cet été, et séparément à M. Castro, et le Vatican a accueilli des délégations des deux pays pour finaliser le rapprochement. Il ya quelques minutes, le pape a d'ailleurs fait connaître sa « grande satisfaction » pour « une décision historique »« Il est clair que des décennies d'isolement de Cuba par les Etats-Unis n'ont pas permis d'atteindre notre objectif d'un Cuba démocratique, prospère et stable », a souligné un responsable américain, jugeant qu'il n'était pas dans l'intérêt des Américains ni des Cubains de pousser ce pays « vers l'effondrement ». Réouverture d'une ambassade à La HavaneM. Obama a demandé au secrétaire d'Etat John Kerry d'entamer « immédiatement » des discussions en vue du rétablissement des relations diplomatiques, interrompues depuis 1961. Les Etats-Unis ont annoncé l'ouverture d'une ambassade à La Havane « dans les mois à venir ». Cette annonce historique intervient quelques heures après celle de la libération d'Alan Gross, un Américain détenu depuis 5 ans à La Havane. M. Gross, 65 ans, était en route mercredi matin pour les Etats-Unis, selon responsable américain. L'échange d'Alan GrossWashington a toujours conditionné une détente avec Cuba à la libération de cet ancien contractuel de l'agence fédérale américaine pour le développement international (USAID), une branche du département d'Etat. Arrêté le 3 décembre 2009 à Cuba, Alan Gross avait été condamné en 2011 à 15 ans de prison pour avoir introduit du matériel de transmission satellitaire interdit dans l'île communiste. Selon un autre responsable américain, il a été libéré dans le cadre d'un échange plus large d'un espion américain détenu à Cuba depuis 20 ans et de trois Cubains écroués aux Etats-Unis. Membres du « groupe des Cinq », ces derniers ont été condamnés en 2001 à de lourdes peines de prison pour espionnage et sont considérés à Cuba comme des « héros de la lutte antiterroriste ». Toujours selon la même source, Cuba a par ailleurs libéré 53 prisonniers politiques. « Poignée de mains »A l'occasion de la crise d'Ebola et de la coopération internationale sur cette question de santé publique, les Etats-Unis et Cuba ont multiplié en octobre les échanges d'amabilités. En dépit de ses difficultés économiques et de ses moyens modestes, Cuba s'est en effet projeté à l'avant-scène de la lutte contre le virus en Afrique de l'Ouest. Fait rare, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a même salué la démarche du régim communiste. Le lendemain, l'ex-président cubain Fidel Castro, éternel contempteur du voisin honni, avait déclaré que son pays « collaborerait avec plaisir avec le personnel américain » pour lutter contre Ebola. Quelques signes de détente sont apparus ces dernières années. Le président Raul Castro, qui a succédé à son frère depuis 2006, a mis un frein aux diatribes anti-américaines, alors que son homologue Barack Obama a assoupli les règles qui s'appliquent aux voyages vers l'île communiste. En décembre 2013, Barack Obama et Raul Castro avaient échangé une poignée de mains à Johannesburg à l'occasion d'une cérémonie d'hommage à l'ancien président sud-africain Nelson Mandela. Un édito du New York TimesLa publication, il y a quelques mois, d'un éditorial du New York Times intitulé « Il est temps d'en finir avec l'embargo contre Cuba », avait été jugé « d'une grande habileté » par Fidel Castro. Mais Washington avait maintenu jusqu'à ce jour une ligne ferme envers La Havane. L'embargo américain maintenu depuis 1962, condamné chaque année aux Nations unies à une écrasante majorité, est vivement critiqué sur l'île communiste et les tensions diplomatiques sont fréquentes. Plusieurs sondages montrent toutefois qu'une majorité d'Américains sont favorables à un changement de politique à l'égard de Cuba, y compris en Floride où réside une très importante communauté cubano-américaine anticastriste. Depuis 50 ans, des centaines de milliers de Cubains ont émigré, pour la grande majorité aux Etats-Unis.Aux émigrés « politiques » des premières années de la Révolution, ont succédé des milliers de d'émigrés plus « économiques » qui ont conservé des attaches et de la famille dans l'île.Détente. Les trois agents libérés par les Etats-Unis arrivés à Cuba

Orange. L'opérateur poursuivi pour plagiat pour une application

Ouest France - 17 déc. 2014 - 23:30
Orange est attaqué en justice en Californie par une start-up de San Francisco, Telesocial, au sujet d'une application mobile qui permet de passer des appels avec ses amis sur le réseau social Facebook, rapporte le Financial Times.Selon le quotidien, Telesocial soutient que l'application PartyCall, lancée en novembre 2012 par Orange, est basée sur ses propres lignes de codes qu'elle avait partagées avec le groupe français lors de pourparlers en vue d'un accord qui ont par la suite été abandonnés par l'opérateur.La plainte de Telesocial contient notamment des registres de serveurs montrant, selon la start-up, que des salariés d'Orange ont accédé sans autorisation à ses serveurs « pour copier et reconstituer l'application propriétaire de Telesocial et les technologies associées ».« Au cours des six derniers mois, deux juridictions françaises distinctes, dont la cour d'appel de Paris, ont débouté TeleSocial de ses demandes. Cela nous conforte dans l'idée que les requêtes de Telesocial sont totalement infondées », a fait savoir Orange dans une déclaration transmise par email.« Ce n'est pas Telesocial mais Orange qui a été débouté à deux reprises en France », a répondu un porte-parole de la start-up, précisant que Telesocial n'avait pas, à ce stade, assigné au fond l'opérateur en France.

Terra Botanica. Les forces et faiblesses vues par son directeur

Ouest France - 17 déc. 2014 - 23:22
Le visiteur « déboussolé »« Le parc fait onze hectares, c’est grand. Et on a tout fait pour déboussoler le visiteur. On ne comprend pas les différents univers, la déambulation est complexe. La signalétique est pauvre. On doit rattraper tout cela.»La communication ratée« On a voulu parler à tout le monde et à personne en même temps, en croyant que le simple fait d’avoir 275 000 plantes suffisait… Il faut animer nos univers, revoir les éléments qui ne sont pas à leur place. »Les histoires du parc« J’ai découvert beaucoup de petites histoires autour de Terra Botanica. D’où vient cet arbre qui porte les stigmates de la guerre d’Algérie ? Et ces fougères, ce végétal rescapé de l’âge préhistorique, que racontent-ils ? On doit savoir mieux expliquer aux visiteurs ce qui se cache derrière nos merveilles du végétal. »Les potagers« C’est une force du parc. Je n’ai jamais vu d’aussi beaux potagers. On a tous une part de nous-même à l’intérieur du parc. Là, on est dans la transmission, entre les anciennes générations et les nouvelles. Demain, un jardinier sera présent pour animer cet espace, et parler aux visiteurs. » Lire l'analyse du directeur de Terra Botanica dans Ouest-France de jeudi 17 décembre 2014

Bill Cosby. Le comédien ne sera pas poursuivi

Ouest France - 17 déc. 2014 - 01:04
Le procureur du comté de Los Angeles a annoncé mardi qu'il ne traiterait pas la plainte déposée contre l'acteur Bill Cosby par une femme qui l'accusait de l'avoir agressée sexuellement en 1974 à la Playboy Mansion.Prescription des faitsLe bureau du procureur a invoqué la prescription des faits pour justifier son refus d'instruire la plainte déposée début décembre par Judy Huth, qui avait 15 ans à l'époque.Une vingtaine de femmes ont accusé l'acteur de 77 ans d'agressions sexuelles et même de viols, mais la plupart des faits remontent à plusieurs décennies. Jusqu'à présent, seule Judy Huth avait formellement déposé plainte.« Même s'il était possible d'entamer des poursuites, la loi qui existait en 1974 pour agression sexuelle fixait la prescription à trois années. De ce fait des poursuites aujourd'hui pour une éventuelle agression sexuelle commise en 1974 ne sont pas possibles », a précisé le procureur adjoint Victor Rodriguez.Un projet de sitcom suspenduL'ex-père de famille préféré de l'Amérique est mondialement connu grâce à la série culte « The Cosby Show », diffusée dans les années 80 et 90.Depuis le début du scandale le mois dernier, Cosby a vu un projet de nouvelle sitcom suspendu par la chaîne NBC, a fait l'objet de multiples annulations de spectacles aux États-Unis, et a été démis du conseil d'administration d'une université de Pennsylvanie où il siégeait depuis 32 ans.

Coupe de la Ligue. Nantes s'est fait peur mais rejoint les quarts

Ouest France - 16 déc. 2014 - 23:38
Demi-finaliste de la Coupe de la Ligue l'année dernière, les Nantais avaient l'occasion de se qualifier pour les quarts de finale ce soir. Après avoir étrillé Laval (4-0) au tour précédent, les hommes de Michel Der Zakarian affrontaient un FC Metz mal en point en Championnat.Domination messineLe coach nantais avait choisi de se priver de Jordan Veretout et Kian Hansen, laissés au repos. Les Canaris sont bousculés par une très belle équipe messine et c'est presque un miracle qu'ils n'encaissent pas de but lors des 45 premières minutes. Yeni N'Gbakoto, très en jambes, manque de réussite à deux reprises.Au retour des vestiaires, c'est le même scénario, le réalisme messin en plus. Sur un coup-franc de Bouna Sarr, Falcon dévie le ballon de la tête et trompe Rémi Riou (0-1, 60e). Nantes prend un premier coup sur la tête et ne va pas tarder à en encaisser un deuxième. Cent-vingt secondes après l'ouverture du score, Cheick Doukouré double la mise et permet à sa formation de faire un grand pas vers les quarts de finale (0-2, 62e).Audel et Bangoura buteursTotalement dépassés dans le jeu, les Jaune et Vert parviennent à réduire l'écart grâce à un coup de tête d'Oswaldo Vizcarrondo (1-2, 71e) à la suite d'un corner. C'est encore un coup de pied arrêté qui leur permet d'égaliser dans les dix dernières minutes. Gaëtan Bussman repousse de la main une frappe qui était déjà rentrée dans les buts. M. Delerue se trompe et expulse le défenseur messin au lieu d'accorder le but. Serge Gakpé transforme le penalty (2-2, 83e) et envoie les deux équipes en prolongation.En supériorité numérique, les Nantais ont plus de facilités. Sur leur première occasion de la prolongation, Johan Audel donne l'avantage aux Canaris du plat du pied (3-2, 92e) avant qu'Ismaël Bangoura ne parachève le succès nantais d'une magnifique feuille morte (4-2, 118e). Très poussifs, ils s'imposent donc dans la douleur. Les absences de Jordan Veretout et Kian Hansen ont sûrement pesé dans la production nantaise. Mais l'essentiel est là, avec cette qualification pour les quarts de finale.  Fiche technique Nantes - Metz : 4-2 (après prolongations)Buts : Nantes. Vizcarrondo (71e), Gakpé (83e sur pen.), Audel (92e), Bangoura (118e) Metz. Falcon (60e), Doukouré (62e)Expulsion : Metz. Bussman (82e)Nantes : Riou - Alhadur, Vizcarrondo, Djilobodji, Veigneau - Gomis, Deaux - Gakpé (puis Bammou, 90e), Bedoya, Bessat (puis Audel, 78e) - Schechter (puis Bangoura, 61e)Metz : Mfa - Rivierez, Choplin, Palomino, Bussman - N'Gbakoto (puis Andrada, 72e, puis Malouda, 90e+2), Doukouré, Kashi, Sarr - Falcon (puis Vion, 72e), Lejeune  

Lanester. Un policier blessé sur une intervention

Ouest France - 16 déc. 2014 - 22:30
Les policiers ont été appelés ce mardi après-midi, peu avant 17 h 00, pour un différend dans un bar à LanesterÀ leur arrivée sur place, les hommes impliqués ont pris la fuite, avant de revenir et de foncer sur deux fonctionnaires en tenue avec un 4x4.L’un d’eux a été projeté sous le choc. Ce policier, blessé, mais dont le pronostic vital n'est pas engagé, a été transporté aux urgences de l’hôpital de Lorient.Le 4x4 a été retrouvé quelques kilomètres plus loin, avec deux hommes à bord. Ils étaient ce mardi soir en garde à vue. 

Nabilla. La starlette pourrait être remise en liberté avant Noël

Ouest France - 16 déc. 2014 - 22:01
La vedette de téléréalité Nabilla, mise en examen pour tentative de meurtre, et son compagnon ont campé sur leurs positions lors d'une confrontation mardi, ouvrant la voie à une possible remise en liberté de la starlette avant Noël, a-t-on appris auprès du parquet de Nanterre. Soupçonnée d'avoir porté un coup de couteau au thorax de son petit ami Thomas Vergara dans une chambre d'hôtel de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), Nabilla Benattia est écrouée depuis le 9 novembre à la maison d'arrêt de Versailles. +++ LIRE AUSSI : Tous nos articles sur cette affaire NabillaLa confrontation, qui a duré plus de quatre heures, s'est déroulée dans le bureau du juge d'instruction dans une atmosphère « plutôt sereine malgré quelques moments de tension », selon une source proche du dossier. Mais cette nouvelle étape judiciaire n'a pas beaucoup fait avancer l'enquête. « On pouvait espérer aboutir à une seule version des faits, cela n'a pas été le cas », a relevé le parquet, qui souligne que les scénarios contradictoires avancés par Nabilla Benattia et Thomas Vergara restent « peu crédibles au regard des constatations du médecin légiste ».La brune de 22 ans campe sur ses positions. Elle maintient qu'au cours d'une violente dispute Thomas Vergara s'est blessé seul avec le couteau. Son petit ami assure que c'est elle qui tenait l'arme et lui a porté un coup « dans la confusion » alors qu'il essayait de la maîtriser.« Dans les deux cas, cela ne colle pas. L'arme s'est enfoncée de plusieurs centimètres dans les chairs et il a fallu une puissance certaine pour le porter », a estimé le parquet. Une possible prochaine remise en libertéCette confrontation ouvre la voie à une possible prochaine remise en liberté de Nabilla.Une demande en ce sens a été déposée par les avocats de la starlette et le ministère public ne devrait pas s'opposer à cette nouvelle requête. « Toutes les investigations nécessaires ont été faites et nous en tirerons les conséquences », explique-t-on au parquet de Nanterre.La décision doit être prise sous huit jours. « Elle sera donc très certainement sortie de prison avant Noël », assure la source proche du dossier. La cour d'appel de Versailles avait rejeté fin novembre une première demande de remise en liberté.L'idylle entre Nabilla et Thomas Vergara, rencontré en 2013 sur le tournage de l'émission « Les Anges de la téléréalité », a toujours été tumultueuse d'après leur entourage. La justice soupçonne la jeune femme d'avoir déjà blessé son petit ami avec une arme blanche en août dans les Bouches-du-Rhône.

Enfants nés par GPA. 170 personnalités demandent leur reconnaissance

Ouest France - 16 déc. 2014 - 21:42
Quelque 170 personnalités du monde politique et de la société civile appellent la France à reconnaître dans les registres de l'état civil la filiation des enfants nés de mère porteuse à l'étranger, dans une tribune publiée mardi sur le site internet de Libération.« Quelles que soient nos opinions envers la GPA (gestation pour autrui), que nous soyons favorables à sa légalisation ou non, nous voulons que ces enfants obtiennent enfin la transcription de leur acte de naissance sur les registres de l'état civil en France et cessent ainsi d'être discriminés et traités en petits fantômes de la République », affirment-ils.Elisabeth Badinter, Nagui, Daniel Auteuil... Parmi les signataires figurent les anciens ministres de droite Jean-Jacques Aillagon et Roselyne Bachelot, des parlementaires et élus locaux, la philosophe Elisabeth Badinter, des écrivains, des personnalités du monde du spectacle comme les acteurs Daniel Auteuil, Thierry Frémont, Hélène de Fougerolles, le chanteur Marc Lavoine, les animateurs Nagui ou encore Mélissa Theuriau. Des sociologues, médecins, rabbins, pasteurs et imams ont également signé le texte.Si le Conseil d'Etat a reconnu vendredi le droit des enfants nés par mère porteuse à la nationalité française, « toute reconnaissance de leur filiation a été refusée (par le gouvernement, ndlr), au motif de l'interdiction de la GPA sur le territoire national », regrettent-ils. LIRE AUSSI : GPA. Le Conseil d'Etat valide la circulaire Taubira« Cette situation nous replonge immanquablement dans une autre époque: celle des enfants naturels ou des enfants de divorcés. Ces discriminations d'un autre temps doivent cesser et nous demandons au président de la République et au gouvernement de s'engager à faire respecter le droit », disent les signataires. Fin juin, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné à l'unanimité la France pour avoir porté « atteinte » à l'identité de trois enfants nés par GPA, en refusant de transcrire dans l'état civil français leur acte de filiation légalement établi aux Etats-Unis.

Justice à Rennes. L'appartement de 7 m² était loué 350 € par mois

Ouest France - 16 déc. 2014 - 21:03
Un homme de 50 ans, gérant d’une SCI, à la tête de 7 logements en location, était jugé ce mardi devant le tribunal correctionnel de Rennes.Amende avec sursisEn janvier 2012, le propriétaire s'était vu notifier par la préfecture l'interdiction de louer un appartement de 7,7 m² (surface inférieure aux 9 m² réglementaires) situé rue d'Antrain.La locataire, une femme sous tutelle, qui versait 350 € de loyer chaque mois, payés par la Caf, n'a pourtant quitté les lieux qu'en juin 2012.Le prévenu a été condamné à une amende de 1 500 €, avec sursis.Lire notre article dans Ouest-France de mercredi

Handicap. Un médecin condamné à verser une rente à un adolescent

Ouest France - 16 déc. 2014 - 18:16
Ce dernier devra en outre verser près de 2 millions d'euros et une rente annuelle de 7 300 euros aux parents de l'adolescent, selon l'arrêt. « Avec une espérance de vie de 44 ans » pour l'adolescent, « il s'agira au total de près de 11 millions d'euros », a assuré l'avocat de la famille, Me Edouard Bourgin. L'obstétricien avait été définitivement condamné pour « blessures involontaires » et « altération de preuve » en 2012. Les parents de Philippe Giardina, né le 29 juillet 2000, avaient demandé 12 millions d'euros afin d'assurer les soins et l'avenir de leur fils handicapé à 100 %.Sandrine Giardina avait accouché le 29 juillet 2000 dans une clinique de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes). Alors que la tête de l'enfant était mal positionnée, le médecin avait procédé à plusieurs tentatives d'extraction, notamment au moyen de spatules, en vain, avant de décider après plusieurs heures de procéder à une césarienne.Relaxé en première instanceEn janvier 2010, le tribunal correctionnel de Grasse statuant en première instance avait relaxé le Dr Toufic Seklaoui, estimant que les expertises ne prouvaient pas que l'asphyxie du nouveau-né, cause du handicap, s'était produite pendant l'accouchement. Le parquet avait fait appel.La cour d'appel d'Aix-en-Provence avait condamné l'obstétricien, en avril 2011, à 10 000 euros d'amende pour « blessures involontaires » et à 600 000 euros de dommages et intérêts provisionnels à verser à la victime. Le médecin avait également été condamné à 3 000 euros d'amende pour « altération de preuve » et à verser au patient et à ses deux parents 1 500 euros de dommages et intérêts chacun. Le médecin s'était alors pourvu en cassation mais avait été débouté en 2012.

Rétro 2014. Ils nous ont quittés cette année

Ouest France - 16 déc. 2014 - 10:02
Cinéma et littérature2 février 2014. Philip Seymour Hoffman. Oscar du meilleur acteur pour son interprétation grandiose de Truman Capote en 2005, Philip Seymour Hoffman meurt à l'âge de 46 ans. Il a joué dans une cinquantaine de films, dont récemment Hunger Games: l'embrasement (2013) Le Quatuor (2013), Le Stratège (2011), ou encore Good Morning England (2009) de Richard Curtis, et Cold Mountain (2003).  24 février 2014. Harold Ramis Réalisateur et scénariste de l'inoubliable Un jour sans fin, il avait réalisé dix autres films, dont Ma femme et moi, Mafia Blues ou encore Endiablé. En tant qu'acteur, Harold Ramis restera aussi comme l'un des quatre héros des S.O.S Fantômes, qu'il avait co-écrit avec Dan Aykroyd.1er mars 2014. Alain Resnais Né à Vannes en 1922, il est décédé à Paris à l'âge de 91 ans. Alain Resnais avait notamment réalisé Hiroshima mon amour, On connaît la chanson, Nuit et brouillard, ou Smoking / No smoking.3 avril 2014. Régine Deforges L'écrivaine Régine Deforges est morte d'une crise cardiaque, à l'âge de 78 ans à l'hôpital de Cochin. Son plus grand succès reste La bicyclette bleue.27 avril 2014. Micheline Dax Figure du théâtre, du cinéma et du doublage à la télévision, Micheline Dax s'est éteinte à 90 ans. La comédienne était une des reines du théâtre de boulevard depuis les années 50. Elle a également effectué une riche carrière au cinéma et était la voix de Miss Piggy dans le Muppet Show.29 avril 2014. Bob Hoskins Robert Hoskins ? L'acteur vedette de l'excellent Qui veut la peau de Roger Rabbit, où il campe le personnage de Eddie Valiant entouré de Toons (créatures de l'univers de Warner bros). Il est aussi l'interprète de monsieur Mouche, dans Hook, avec Dustin Hoffman et Robin Williams. Bob Hoskins a été récompensé du prix du meilleur acteur au festival de Cannes (1986) et avait obtenu un Oscar et un Golden Globe pour Mona Lisa (1987) Il avait obtenu deux autres Golden Globes (Roger Rabbit, 1988, et Madame Henderson présente, en 2005).24 juin 2014. Eli Wallach L'acteur américain, célèbre pour son personnage de Tuco dans Le Bon, la Brute et le Truand, est décédé à l'âge de 98 ans. Eli Wallach joue dans Les Sept Mercenaires de John Sturges, mais c'est son incarnation du « truand » dans Le Bon, la Brute et le Truand, de Sergio Leone en 1966, qui fera sa notoriété. La réplique finale de son personnage Tuco est devenue mythique : « Hé, Blondin ! Tu veux que j'te dise ? Tu es le plus gros dégueulasse que la Terre ait jamais porté ! »11 août 2014. Robin Williams À 63 ans, s'éteint une légende du cinéma. Sa filmographie est un monument : Good Morning Vietnam, Le Cercle des poètes disparus, Madame Doubtfire, Will Hunting, Hook... « Robin était un éclair de génie comique et notre rire était le coup de tonnerre qui le faisait avancer. Il était un ami et je n'arrive pas à croire qu'il ne soit plus là », avait réagi Steven Spielberg.12 août 2014. Lauren Bacall L'actrice américaine et légende de l'âge d'or d'Hollywood Lauren Bacall, qui avait formé avec Humphrey Bogart un couple mythique, est décédée à 89 ans. Lauren Bacall, à la personnalité directe et souvent drôle, a tourné au total dans une cinquantaine de films - le dernier en 2012 - et été récompensée d'un Oscar d'honneur en 2009 pour l'ensemble de sa carrière.15 octobre 2014. Marie Dubois Elle est décédée à l'âge de 77 ans. Interprète du cinéma d'avant-garde des années 70, Marie Dubois avait mis son talent au service de jeunes réalisateurs (Jules et Jim, Tirez sur le pianiste). Elle souffrait de la sclérose en plaques depuis de nombreuses années et s'était mobilisée pour sensibiliser le grand public à cette maladie et aider la recherche.Musique25 février 2014. Paco de Lucia Guitariste d'exception, Paco de Lucia a acquis une renommée internationale en devenant tout d'abord un maître du flamenco. Sa technique et son style ont influencé des générations de musiciens. Il est mort à 66 ans.16 juillet 2014. Johnny Winter Le guitariste et chanteur de blues américain Johnny Winter, une des légendes de Woodstock, est décédé à l'âge de 70 ans. Johnny Winter, albinos au corps recouvert de tatouages, maintenait la flamme du blues texan. À l'opposé de Buchanan, son blues était furieux, sa voix éraillée, son style de guitare emporté.16 juillet 2014. Hervé Cristiani Hervé Cristiani, le chanteur qui avait rencontré un grand succès populaire avec le titre « Il est libre, Max » dans les années 80, est décédé à l'âge de 66 ans.17 août 2014. Pierre Vassiliu « Qu'est-ce qu'il fait ? Qu'est ce qu'il a ? Qui c'est celui-là ? Complètement toqué ce mec-là... ». C'est l'adaptation d'une chanson du Brésilien Chico Buarque qui le rend célèbre en 1973. Avec 300 000 disques vendus en quatre mois, il dira avoir « vécu une quinzaine d'années avec le fric de cette chanson ». Pierre Vassiliu décède à l'âge de 76 ans.6 novembre 2014. Manitas de la Plata Manitas de Plata a popularisé le flamenco en France, enflammant les soirées tropéziennes des années 60 avant de faire une carrière internationale. De son vrai nom Ricardo Baliardo, il était né en août 1921 dans la roulotte familiale, à Sète (Hérault), d'un père marchand de chevaux. Devenu Manitas de Plata (littéralement « petites mains d'argent » en espagnol, mais plutôt « doigts de fée ») le jeune gitan commence à fréquenter Cocteau, Brigitte Bardot, Picasso et Dali. Politique et économie11 janvier 2014. Ariel Sharon Ariel Sharon a été Premier ministre d'Israël pendant 5 ans avant d'être victime d'une attaque cérébrale qui l'a plongé dans un coma. Surnommé "le bulldozer" à la fois pour son style et sa corpulence, cet ancien général a longtemps été un farouche partisan de la colonisation des territoires palestiniens, avant de devenir l'artisan inflexible du retrait israélien de la bande de Gaza en 2005.2 février 2014. Michel Pastor Président du club de l'AS Monaco de juin 2004 à avril 2008, Michel Pastor était l'un des plus importants entrepreneurs de la principauté. Ce promoteur immobilier fut aussi propriétaire de l'épicerie de luxe Hédiard de 1995 à 2007 et président de la Chambre de développement économique de Monaco de 1999 à 2009.16 mars 2014. Marc Blondel Marc Blondel, ancien secrétaire général de Force Ouvrière, s'est éteint à l'âge de 75 ans. Il était le secrétaire général de Force Ouvrière pendant quinze ans, jusqu'en 2004.10 avril 2014. Dominique Baudis Dominique Baudis avait présidé le comité éditorial du Figaro, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) puis l'Institut du monde arabe (IMA) avant de devenir Défenseur des droits, en juin 2011, une fonction nouvellement créée qu'il était le premier à exercer. Il avait 66 ans.16 avril 2014. Jacques Servier Le fondateur du laboratoire qui portait son nom est décédé à l'âge de 92 ans.Comme le rappelle le groupe, Jacques Servier avait fondé l'entreprise portant son nom « il y a exactement 60 ans ». Il en a fait un groupe pharmaceutique majeur. L'image du groupe Servier a été ternie au cours de ces dernières années par le scandale du Mediator, un antidiabétique également utilisé un temps comme coupe-faim, et à l'origine de graves lésions cardiaques.20 octobre 2014. Christophe de Margerie Christophe de Margerie, décédé à l'âge de 63 ans dans un accident d'avion, était PDG de Total depuis 2010, après avoir gravi tous les échelons au sein du géant pétrolier. Il a été tué dans un accident d'avion en Russie.3 décembre 2014. Jacques Barrot L'ancien ministre centriste Jacques Barrot, et ex-commissaire européenne et membre du Conseil constitutionnel, est mort à 77 ans. Profondément attaché à son territoire de Haute-Loire, et à sa commune d'Yssingeaux, Jacques Barrot était également un militant de l'Europe.Sports5 janvier 2014. Eusebio Eusebio, ancienne star du football portugais, est mort à Lisbonne, à l'âge de 71 ans. L'ancien international portugais, originaire du Mozambique, une ancienne colonie du Portugal, s'était illustré au cours de sa carrière sous les couleurs du Benfica Lisbonne, avec lequel il a remporté la Coupe des clubs champions en 1962. Élu Ballon d'Or en 1965, Eusebio a été désigné deux fois meilleur buteur européen.1er février 2014. Luis Aragones L'ancien sélectionneur de l'équipe d'Espagne de football avait conduit la « Roja » au sacre à l'Euro-2008. Le premier titre d'une belle série pour les espagnols. Il a entraîné dix clubs différents en 35 ans, dont l'Atletico Madrid à trois reprises, avec un titre national en 1977 et trois Coupes du Roi, ainsi que le Barça (1987-88).8 avril 2014. Ultimate Warrior Il était l'un des catcheurs les plus électriques de sa génération, une légende du divertissement sportif depuis la fin des années 80. Il a marqué l'histoire de ce sport par des combats épiques, notamment une rencontre titanesque avec le Macho Man Randy Savage en 1992 à Wembley. Il s'est aussi offert des rivalités mémorables avec d'autre grands noms de la discipline comme Hulk Hogan ou Triple H.25 avril 2014. Tito Vilanova L'ex-entraîneur du FC Barcelone luttait contre un cancer. Il avait 45 ans. Tito Vilanova a été sacré champion d'Espagne avec le Barça et était l'ancien adjoint de Pep Guardiola.7 juin 2014. Fernandão L'ancien attaquant brésilien, passé par Marseille et Toulouse, a trouvé la mort dans un accident d'hélicoptère, à 36 ans. Fernandao, qui comptait une sélection avec le Brésil, était depuis peu consultant pour Sport TV, une chaîne brésilienne pour laquelle il devait commenter la Coupe du monde.7 juillet 2014. Alfredo Di Stéfano L'ancien joueur légendaire du Real Madrid s'est éteint à l'âge de 88 ans, suite à un arrêt cardio-respiratoire. Il fait partie du Panthéon du football, aux côtés de Pelé ou de Diego Maradona, et restera dans l'histoire comme la "Flèche blonde" du mythique Real Madrid des années 1950-60.Télévision et médias29 janvier 2014. Cavanna Il avait fondé les journaux Hara-Kiri et Charlie Hebdo. François Cavanna est mort à l'âge de 90 ans. Grande silhouette de druide aux longs cheveux blancs, Cavanna n'a cessé d'écrire pendant plus de 50 ans. Journaliste, dessinateur, romancier, auteur de près de 60 livres, il a imposé un humour sans tabou ni limite, qui a influencé des générations de lecteurs.4 juillet 2014. Benoît Duquesne Le journaliste Benoît Duquesne, présentateur, est mort à l'âge de 56 ans. Il avait longtemps travaillé à TF1 avant de gagner France 2 où il présentait l'émission « Complément d'enquête ». Il s'était notamment fait connaître en présentant le 13 h en 2005. Il laissera aussi le souvenir d'une folle course-poursuite à moto dans la capitale au soir de l'élection de Jacques Chirac en 1995.20 octobre 2014. Maria Lambour Maria Lambour est décédée à l'âge de 103 ans. Elle était célèbre pour porter quotidiennement la célèbre coiffe et être devenue une star des pubs Tipiak. 

Pakistan. 132 enfants tués par des talibans en guise de représailles

Ouest France - 16 déc. 2014 - 10:01
Des talibans lourdement armés ont attaqué mardi une école gérée par l'armée dans la ville de Peshawar, près de la frontière afghane, dans le nord-ouest du Pakistan, faisant au moins 141 morts, dont une centaine d'enfants, et 132 blessés. Il s'agit de la plus sanglante attaque terroriste de l'histoire du PakistanLes six assaillants ont été tués par l'armée pakistanaise. Vestes d'explosifsSelon les talibans, leur commando était composé de six membres équipés de vestes d'explosifs, venus se venger du gouvernement d'Islamabad qui « s'en prend à nos familles et à nos femmes » dans la région tribale du Nord-Waziristan, où l'armée a lancé une offensive en juin.Plusieurs heures après le début de l'attaque, trois explosions et d'intenses fusillades ont été entendues dans l'école, survolée par des hélicoptères de l'armée.« Nous voulons qu'ils souffrent à leur tour », a déclaré Muhammad Umar Khorasani, porte-parole des talibans.Il s'agirait de membres du TTP (Mouvement des Talibans du Pakistan), principal groupe islamiste armé pakistanais et agresseur de Malala. « Le bilan pourrait encore s'alourdir »Les militaires pakistanais ont précisé que les forces spéciales avaient pu libérer dans un premier temps de nombreux otages, puis encore deux enfants et deux membres du personnel cinq heures après le début de l'attaque.« Le bilan pourrait encore s'alourdir », a prévenu Bahramand Khan, directeur de l'information du secrétariat du chef du gouvernement provincial. Il s'agit de l'attaque la plus sanglante au Pakistan depuis plusieurs années.Un employé d'hôpital a déclaré que la plupart des victimes qu'il avait vues avaient entre 10 et 20 ans.Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, parlant de « tragédie nationale », a décidé de se rendre sur place pour superviser personnellement les opérations.De longues barbes et des tenues traditionnelles« Un médecin militaire nous donnait un cours sur l'aide de première urgence lorsque les assaillants sont arrivés par l'arrière de l'école et ont commencé à tirer », a raconté un élève rescapé à la chaîne de télévision Dunya.« Nos professeurs ont verrouillé la porte et nous nous sommes tous couchés sur le sol mais les militants ont défoncé la porte. Ils ont d'abord tiré en l'air puis ont tiré sur les élèves, avant de s'en aller brusquement. »« Ils avaient de longues barbes, parlaient arabe et portaient le shalwar kameez (tenue traditionnelle). »500 personnes dans l'écoleQuelque 500 personnes étaient probablement à l'intérieur de l'école au moment de l'attaque, selon des responsables de l'armée. Un professeur de l'école a raconté que l'attaque s'était déroulée en pleine session d'examens et que l'armée était intervenue environ une demi-heure après les premiers tirs. De son côté, François Hollande a dénoncé mardi « avec la plus extrême fermeté l'ignoble attaque contre une école de Peshawar » commise par un commando talibans, qui a fait près de 130 morts, pour la plupart des écoliers. « Aucun mot ne peut qualifier l'abjection d'une telle attaque contre des enfants dans leur école », a déclaré le président de la République, qui assure par ailleurs que « la France apporte son soutien au gouvernement du Pakistan dans la lutte contre le terrorisme ». 

Sydney. Après la prise d'otages, le pays sous le choc et l'émotion

Ouest France - 16 déc. 2014 - 09:59
Les commandos de la police ont fait usage de grenades à percussion et de leurs armes en intervenant aux premières heures dans le Lindt Chocolat Cafe, sur Martin Place, esplanade piétonne située au coeur de la plus grande ville d'Australie.17 otages dans le caféLes policiers ont donné l'assaut après avoir entendu des coups de feu. Le preneur d'otages, identifié par les médias australiens comme étant Man Haron Monis, 50 ans, a été tué dans l'échange de tirs qui a suivi, a expliqué le chef de la police de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Andrew Scipione.Deux des otages, un homme de 34 ans et une femme de 38 ans mère de trois enfants identifiée comme étant Katrina Dawson, ont également été tués (lire ci-dessous). Plusieurs personnes ont été blessées.Il y avait au total 17 otages dans le café, où le forcené, en liberté sous caution pour plusieurs faits de violences, n'avait pas placé d'explosifs.Cinq otages avaient réussi à s'échapper quelques heures auparavant.Un forcené au lours passéL'homme « a un lourd passé de violences criminelles, d'attirance pour l'extrémisme et d'instabilité mentale », a déclaré le Premier ministre Tony Abbott.Il avait contraint les otages à tendre sur la vitrine du café un drapeau noir portant des caractères arabes mentionnant la « shahada », ou profession de foi musulmane: « Il n'y a de Dieu qu'Allah et Mahomet est son prophète ».« Au fur et à mesure du siège » du café, le preneur d'otages « a cherché à donner à ses agissements le couvert symbolique du culte de la mort » que représente l'organisation Etat islamique (EI), a ajouté le Premier ministre.  ++ Lire aussi : que sait-on de Man Haron Monis ?Vive émotionL'émotion était à son comble en Australie, où les habitants ont appris à leur réveil la mort de deux victimes innocentes. Les gens déposaient des gerbes de fleurs à proximité du Lindt Cafe.Des représentants de la communauté musulmane, qui avait condamné avec force la prise d'otages, devaient également déposer des bouquets.Martin Place est le centre financier de Sydney et compte de nombreuses administrations, dont les bureaux du Premier ministre de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Mike Baird, ainsi que le siège de la banque centrale.Les deux otages tués salués comme des hérosDeux otages tués à l'issue du siège dramatique d'un café de Sydney ont été salués mardi comme des héros prêts à sacrifier leur vie pour sauver celle d'autrui lors d'une cérémonie religieuse à leur mémoire.Tori Johnson, 34 ans, gérant du Lindt Chocolat cafe, théâtre de la prise d'otages par un islamiste radical de 50 ans, et Katrina Dawson, avocate de 38 ans mère de trois enfants, ont été tués au moment où la police d'élite donnait l'assaut.Lors d'une cérémonie de prières à la cathédrale St Mary's, tout près du lieu du drame survenu à Martin Place, au coeur de Sydney, l'archevêque Anthony Fisher a évoqué le « coeur brisé » de la ville. « Des informations ont émergé ce matin au sujet de l'héroïsme de la victime masculine » de la prise d'otages, a-t-il dit.« Tentant apparemment sa chance, Tori Johnson a saisi l'arme » du preneur d'otages mais « tragiquement, un coup est parti et l'a tué. Toutefois, cela a précipité l'intervention de la police et au bout du compte la libération de la plupart des otages », a ajouté le prélat.« Il apparaît également que Katrina Dawson tentait de protéger son amie enceinte. Ces héros étaient prêts à sacrifier leur vie pour que d'autres puissent vivre », a poursuivi l'archevêque.La police n'a pas confirmé cette lutte entre le gérant du café et le preneur d'otages, déclarant que l'enquête sur le déroulement exact des événements était toujours en cours.Les médias locaux ont rapporté que l'homme avait contraint ses otages à se filmer pour exposer ses exigences. Dans deux vidéos, il disait qu'il allait libérer cinq otages s'il recevait un appel du Premier ministre, d'après la Australian Broadcasting Corporation. Il a également exigé qu'on lui apporte un drapeau de l'EI et prétendu avoir déposé quatre bombes, ce qui s'est révélé faux.« Un individu dérangé »L'Iran a officiellement condamné lundi la prise d'otages, la qualifiant d'injustifiable.L'ancien avocat du preneur d'otages Manny Conditsis a exclu qu'il ait pu s'agir d'un acte concerté, organisé. « C'est un individu dérangé qui a commis un acte terrifiant », a-t-il dit à la chaîne de télévision ABC.L'Australie, engagée au côté des Etats-Unis dans la lutte contre l'organisation Etat islamique (EI), a relevé en septembre son niveau d'alerte face à la menace terroriste représentée notamment par les combattants jihadistes australiens de retour d'Irak et de Syrie.Et fin octobre, elle a durci sa législation antiterroriste en interdisant en particulier tout voyage sans raison valable vers des pays considérés comme des foyers du terrorisme international.   ++ Retrouvez le fil des événéments de lundi 
Syndiquer le contenu