Le Lapidaire chrétien,
Transcription du manuscrit 164 (Res. Ms. 12)
de la Bibliothèque municipale Méjanes
d’Aix-en-Provence (sigle M)
par Valérie Gontéro

 

 

Le lapidaire chrétien présente et commente les douze gemmes qu’énumère la Bible dans les descriptions du pectoral d’Aaron et de la Jérusalem céleste :

rang

Pectoral d’Aaron (Exode, XXVIII, 15-20 & XXXIX, 8-13)

Jérusalem céleste (Apocalypse, XXI, 19-20)

1

sardoine

jaspe

2

topaze

saphir

3

émeraude

(calcédoine)

4

rubis

émeraude

5

saphir

(sardonyx)

6

jaspe

sardoine

7

ambre

chrysolite

8

agate

béryl

9

améthyste

topaze

10

chrysolite

(chrysoprase)

11

onyx

(hyacinthe)

12

béryl

améthyste

(en gras figurent les gemmes qui apparaissent sur le pectoral d’Aaron et pas dans la Jérusalem céleste ; entre parenthèses l’inverse)

L’appellation « lapidaire chrétien » est quelque peu erronée : il s’agit en fait d’un lapidaire mixte et bipartite. La première partie, païenne, décrit les douze gemmes et leurs vertus, dans la lignée du De Lapidibus de Marbode de Rennes ; la seconde partie, chrétienne, reprend chaque pierre pour en donner la signification symbolique et religieuse.

Le lapidaire chrétien a été édité par Léopold Pannier (Les Lapidaires français du Moyen Age des XIIe, XIIIe et XIVe siècles, Genève, Slatkine Reprints, 1973, p. 205-285), qui en recense six manuscrits. Il en existe cependant un septième, présenté par Charles Joret en appendice de l’édition de Léopold Pannier (idem, p. 299-302) : le manuscrit 164 (Res. Ms. 12) de la Bibliothèque municipale Méjanes d’Aix-en-Provence (sigle M), dont nous proposons ici la transcription.

Le manuscrit M date de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle. La reliure, en maroquin rouge du XVIIIe siècle, porte sur la tranche le titre Traité des pierres. Le texte, écrit en octosyllabes à rimes plates, compte près de mille trois cents vers. Les folios sont ornés de lettrines ornées (une unique lettrine historiée ouvre le texte) et de décorations marginales ; les rubriques se caractérisent par leur longueur :

 

Ci commence le lapidaire

Ci devise les nons de .XII. pierres qui furent mises sur le piz Aaron

I. Du jagonce grenat, de (quel/) color il est et de quel vertu

II. Ci raconte du thopace, de quele color il est et de quele vertu

III. Ci raconte de l’esmeraude, de quel coleur el est et de quele vertu et ou l’en la truove

IV. Ci parole du rubi, de quel color il est et quel vertu il a

V. Ci raconte du safir, de quel color il est et queus vertuz il a et de quantes menieres il en est et ou en truove chascune meniere et en quieus terres.

 VI.Ci raconte du jaspe

VII. Ci raconte dou ligure

VIII. Ci raconte de l’acate

IX. Ci raconte de l’amestice

X. Ci raconte du grisolite

(Pas de rubrique, on attendrait : ) XI. Ci raconte de l’oniche

XII. Ci raconte du beril

Ci dit la signification des .XII. pierres

I. Ci dit la signification du sarde

II. Ci dit la signification du topace

III. Ci raconte la signification de l’esmeraude

IV. Ci dit la signification du rubi

V. Ci dit la signification du safir

VI. Ci dit la signification du jaspe

VII. Ci commence la signification du ligure

VIII. La signification de l’acate

IX. La significat/ion/ de l’amestice

X. Ci raconte la signification du grisolite

 XI. La signification de l’oniche

XII. La signification du beril

 

 

 

 

Transcription du manuscrit M du Lapidaire chrétien

       (La ponctuation et la séparation des mots suivent l'usage moderne. Les abréviations du copiste ont été développées. En notes de bas de pages figurent les corrections pour le sens ; entre parenthèses les lettres ou mots manquants)

               

     Ci commence le lapidaire.

            Cil qui aiment pierres de pris

            doivent oïr que a empris

            cil qui les pierres aime et prise :

4          mult s’entremet de haut emprise.

            De la pierre enromancier

            s’est entremis de commencier,

            l’ancïen latin enronmance :

8          li rommanz des pierres commence.

            Li Ancïen nos vont disant,

            Et es livres trovons lisant,

            Qu’Evaus, rois des Arrabïens

12        Quist sages homes ancïens,

            Par son païs et par sa terre

            Et tout le testament fist querre

            Et totes les autoritez

16        Des pierres et les veritez ;

            Leur fist descrire et leur fit fere

            Des pierres .I. voir lapidere :

            Comment Dieus les crïa et fist,

20        Et queles vertuz il i mist,

            Et quieus graces et quieus puissances,

            Et leur nons et lor conoissances,

            Et les regïons nos aprent

24        Ou l’en pierres natures prent.

            Icil rois qui Evaux ot non

            Envoia le livre a Noiron,

            L’empereor qui fu de Rome,

28        Qui nos dit le voir et la somme

            Des pierres, nons, forces, coleurs.

            Mult en i a de grant valeurs

            et de tres precïeus pooir.

32        Li sage home sevent de voir

            que tres granz vertuz dona Deus

            aus riches pierres natureus ;

            mult i fusent les vertuz granz

36        se ne fusent les mescreanz

            par la non foi, par les pechiez,

            dont li secles est entechiez.

            Diverses coleurs, divers nons

40        leur dona Dieus, et divers dons

            si comme il (l)i vint a plesir ;

            et por ce ne me veil tesir

            que ge, des pierres precïeuses

44        qui sunt plesanz et deliteuses,

            seur toz deliz, dire le puis,

            en ronmanz ce que je en truis.

            Ce nos tesmoigne li escriz

48        qui en rommanz est ci escriz.

            Qui Dé aime et ses vertuz croit,

            les pierres doit amer par droit ;

            qui ce desdit dit que pechierres

52        que Dieus n’ait mis vertu en pierres

            et es herbes et es paroles,

            et savons de maintes escoles,

            granz vertu aus pierres donna

56        Dieus qui les nos abandonna ;

            pou li rendons de si haut don.

            ne service, ne guerredon.

            Li dons que Dieus, li voirs juigerres,

60        donna aus precïouses pierres

            par les prodesomes savons,

            si com Evaus et Salemons,

            que l’en tint de par Dieu a saige,

64        /et Eracle qui par mesage,

            de par Dieu seut ce qu’il en dist[1],

            chacuns son lapidaire en fit.

            Li prodome ancïennement

68        firent escrire plainement

            ce que Dieu plot et fere et dire ;

            l’auctorité en poez lire

            si come el est escrite et mise

72        es auctors et en seinte iglise ;

            qui l’auctorité cercheroit

            en la Bible escrit trouveroit.

            Moyses ot .I. vestement,

76        ce trovons ou viez testament,

            que Dieus[2] comanda et fit fere,

            et si devisa si l’afere

            que .XII. de ses pierres chieres,

80        dom il fet meinte manïeres

            et maintes vertuz lor dona,

            cil Deus qui sa mort pardonna

            dist que ces .XII. i meïst

84        en pur or et fere en feïst

            un parement quarré d’or fin ;

            et li devisa en la fin

            que par .IIII. tires seïssent,

88        en chascune tire s’asseïssent

            trois pierres cil ques asseroient,

            li orfevre qui ce feroient.

            A chaennes d’or fut pendu

92        au col d’Aaron et rendu[3],

            qui après Moÿse[4] fu puis

            prestre de la loi aus Juïs.

            Ou parement les pierres jurent

96        qui de par Dieu nomées furent.

           

    Ci devise les nons des .XII. pierres qui furent mises sur le piz Aaron.

 

            Or oez comment Dé clama

            les .XII. pierres qu’il ama.

            Li jagonces, grenat clamez,

100      i[5] fu primes sardes nomez,

            topace et esmeraude après ;

            ces .III. i furent près a près

            amont en la tire premiere.

104      En la seconde la lumiere

            des pierres natureus fu mis :

            premierement i fu asis

            li rubiz, qui totes a conte

108      les pierres de biauté seurmonte :

            escharboucle out non sanz doute ;

            après lui furent en sa route

            safirs et jaspes aroté.

112      En la tierce tire conté

            fu ligures premierement,

            et si ot en l’atirement

            une acate[6] et une amestice.

116      En la quarte ot .I. grisolite

            premierement, net et gentil,

            et .I. oniche et .I. beril[7].

            Ce sunt les .XII. renomées

120      que nos vos avons ci nomées ;

            l’auctorité mult les renome,

            chacune precïouse nome.

            Mes Dieus, qui les pierres prisa,

124      desur meinte autre devisa

            vertuz, qui mult font a prisier,

            que aillors m’orroiz devisier ;

            mes je veil premierement tendre

128      aus vertuz des .XII. et entendre,

            sanz menconge fere entendant,

            selonc l’auctorité tendant.

            M’en vois parmi le voir tendu

132      si com j’ai meint livre entendu

              

    I. Du jagonce grenat, de (quel) color il est et de quel vertu.

           

            Du jagonce grenat – dou sarde[8] -

            avons pris en la Bible garde :

            des .XII. pierres est leüz

136      premiers, et de Dieu esleüz.

            Voir en dirons sanz contredit,

            si com l’auctorité le dit,

            a qui cist ronmanz s’apareille.

140      Sengle color gentil vermeille

            a li jagonces grenat fins.

            Sachiez de voir, ce est la fins,

            Mult i a bone pierre et fine :

144      home fet lié et si afine

            son contraire et sa mesestance,

            s’il l’esgarde en bone esperance ;

            et rois est de tel roiauté

148      qu’il tient home en loiauté,

            et les genz por loial le tiennent.

            Qui iceste pierre meintiennent

            puoent passer felons passages,

152      de vers ne de bestes sauvages

            n’a, qui l’a, garde d’entoichier ;

            et li ostes au herbergier

            le reçoit ennorablement

156      et de ce que resnablement

            le requier(t), pas ne l’escondit,

            li voirs livres le nos ont dit.

            En la Bible poez veoir,

160      en or doit jagonce seoir.

           

    II. Ci raconte du thopace, de quele color il est et de quele vertu.

           

            Des que je ai tens et espace

            a dire du verai topace,

            la verité en veil retraire,

164      et du latin en ronmanz metre,

            et ja n’en mentirai, ce quit.

            Topace resemble a or cuit,

            tres jaune color parmi a.

168      Plus d’une maniere en i a,

            d’Orient et d’Arrabe viennent

            cil que li sage au meillor tiennent.

            Volontiers doit porter tel pierre

172      cil qui de sa char est pechierres

            por li danter et repentir :

            home repentit sanz mentir.

            Et sachiez de voir et de fi

176      que topace garde de fi :

            s’aucuns l’a, plus n’ira croessant.

            Bons topace la lune sent

            quant elle doit etre pluieuse,

180      plus trouble, relente, ennuieuse,

            et meins belle tel pierre truovent

            cil qui l’ont et loial se pruovent ;

            mes quant la lunesons est bele,

184      lors la verroiz fresche et novele,

            plus clere, jaune de color,

            et plus bele et semble meillor.

            Sa bia(u)té mie ne retret

188      contre biau tens, mes contre let.

            Qui l’a mult aime netée,

            et seinte iglise et chaasté,

            et meins luxurïeus se tiennent

192      cil qui ceste pierre meintiennent.

            Precïeuse est et de grant estre,

            David dit que sur or doit estre.

           

    III. Ci raconte de l’esmeraude, de quel coleur el est et de quele vertu, et ou l’en la truove.

           

            De si tres haute pierre amée

196      com esmeraude reclamée

            ne doi pas enprendre n’oser

            que je m’en doie reposer,

            quar se de li me reposoie

200      et ses vertuz dire n’osoie,

            blamez devroie estre en chosant,

            se ci m’aloie reposant.

            Li reposers, li escondire,

204      ne me plest pas, mes li voirs dire.

            Ce dit li livres de jadis,

            en Sice, ou flun de Paradis,

            la sunt esmeraudes trovées,

208      les melors, les plus esprovées :

            verz sunt et de tres color vive

            qui les eulz conforte et avive.

            Ce dit misire seint Jehans

212      que une meniere de genz

            qui Arimipiles ont non,

            as[9] gripes, fieres de renon,

            se vont a eus armé combatre ;

216      mult les estuet a decombatre

            por esmeraudes ou flun querre.

            Par dr(o)ite batalle et par guerre

            aus fiers gripons, bestes qui volent,

220      icestes esmeraudes tolent.

            Li sage, qui ne sunt pas nice,

            prisent mult plus celes de Sice,

            qui sunt sanz boillon et sanz v(a)ine.

224      Mult est bone esmeraude plaine,

            nete et fine, sanz pucerons.

            Un mireor en ot Noirons,

            et sot bien, quant il s’i miroit,

228      que ja nus ne li mentiroit

            de ce que il voloit enquerre ;

            ne l’aloit pas loinz de soi querre

            quar mult près de soi le gardoit

232      et mult volentiers l’esgardoit.

            Bone (est) esmeraude mirée

            a enquerre chose adirée.

            Es viez livres trovai et lui

236      qu’elle acroist richece a celui

            qui netement se tient et maine,

            avoir li acroist et amaine ;

            et sachiez, ce n’est mie fable,

240      mult fest la parole acetable

            a home qui l’a et qui l’aime ;

            et si garde de mauves fleimme,

            d’emitetre, ou meint mire faut ;

244      contre gote chaïne vaut,

            Celui qui meine vie honeste.

            Elle vaut mult contre tampeste

            et contre home luxurïeus.

248      Li verai Dieus glorïeus,

            cil qui tot fit et tout crïa,

            tel vertu donée li a

            que s’il se contient netement

252      et sa vie meine honestement

            et volentiers biau se meintient,

            qui ceste pierre en sa mein tient

            et qui sur soi porte tel gemme,

256      mult volentiers prie por s’emme.

            Cil qui tel pierre precïeuse,

            si tres haute et si gracïeuse

            porte mult aime net aport.

260      En bon or assise la port.

           

    IV. Ci parole du rubi, de quel color il est et quel vertu il a.

           

            L’auctorité, qui nos aprent

            du rubi ou nus ne se prent

            de biauté, d’estre gracïeus,

264      dit que c’est li plus precï(e)us

            des males et femeles pierres

            des .XII. dont Dieus fu jugierres

            quant crïa tote crïature.

268      Rubi sunt vermeil par nature.

            Li lapidaire nos devise,

            qui tres fin rubi bien avise

            net et gentil tres bien l’esgarde,

272      il resemble charbon qui arde.

            Mult sunt plus gentil de color

            li uns que li autre et meillor

            de biauté, de valor, de pris.

276      Einsi com nos avons apris,

            a li rubiz la seignorie

            d’oir en oir et l’anceserie ;

            li rubiz a par li sanz dote

280      la puissance et la vertu tote

            que les pierres naturieus ont,

            des .XII. qui principaus sont,

            et par desus a sanz dotance

284      tel seignorie et tel puissance

            que cil qui sur li port ne tiengne

            fins rubi et entre genz viengne,

            seignorie com a seignor

288      li portent et grace et ennor.

            Les genz de celi s’esjoïssent

            qui l’a, et si le conjoïssent ;

            et, si fet li livres a croire,

292      et provée chose est et voire

            quant beste malade bevra

            de l’eve ou rubi moillera,

            meintenant garit, et destorne

296      sa maladie tot a orne.

            Et quant desconfortez esgarde

            fins rubi, sachiez qu’il n’a garde

            que Deus meintenant nel confort,

300      Ja tant n’avra contraire fort.

            Li ueil qui verai rubi voient

            s’apesent et en cuor envo(i)ent

            confort, don li hom liez devient

304      par la vertu qui de Dieu vient.

            En Libe ou flum de Paradis

            est trovez, selon le devis,

            ce nos en tesmoigne la letre

308      qui en bon or l’enseigne a metre.

           

    V. Ci raconte du safir, de quel color il est et queus vertuz il[10] a et de quantes menieres il en est et ou en truove chascune meniere et en quieus terres.

           

            Du safir que Dieus tant ama

            que seinte pierre la clama,

            et nos l’en devons mieulz amer

312      quant Dieus la vot ensi clamer,

            en romanz en dirons l’estoire.

            Covenables est, c’est la voire,

            ce nos raconte li viez contes

316      as rois, et a dus, et a contes.

            En Libe ou chier flum d’Orient,

            dedanz la gravele riant,

            après les Syrtes sunt trouvé

320      li inde safir esprové.

            Sirtes sunt uns periz doteus ;

            la sunt pris safirs deliteus.

            Au pur ciel semblent li pluseur

324      d’Orient, qui gietent luiseur.

            En la grant Turquine aus Turs

            tr(u)eve l’en uns safirs ocurs

            que les genz du païs i truovent,

328      qui de vertu mult bien se provent ;

            et près du Pui en sunt uns pris,

            que genz tiennent de menor pris ;

            mes tuit sunt de par Deus venu,

332      tuit sunt a naturel tenu,

            mes li uns ont meudre efficace

            des autres et plus haute grace.

            Qui droit safir a a garder,

336      souvent le devroit esgarder

            et veoir comment il le garde ;

            ramentoit li, quant il l’esgarde,

            qu’il gart au celestial reigne.

340      Ce est sa vertu premereigne :

            safirs est droite remembrance

            d’esgarder a notre creance

            et a la pardurable vie.

344      Safirs destorne fole envie,

            les membres conforte et le cors

            et par dedenz et par dehors.

            Icest livre fet bon aprendre.

348      Safirs destorne home de pendre,

            n’est pas de legier entrepris,

            desprisonez iert s’il est pris.

            Li livres enseigne au prison

352      qu’au .IIII. angles de sa meson,

            et a ses fiers le toichera,

            ja mar nule riens dotera,

            s’il croit bien que Dieus nel delivre.

356      Einsi le trovon(s) nos ou livre.

            Li livres nos dit et recorde,

            mult vaut safirs a fere[11] acorde

            de genz ou mautalant sejorne.

360      Sorcerie oste et destorne.

            Boces et enfles rasouage ;

            et qui en feroit .I. bevraige,

            triblé en let, et le beüst,

364      n’auroit enfle qui li neüst

            dedenz cors garit boces nées

            et par dehors de li cernées.

            Par la vertu que Dieus en dit,

368      de tres grant chalor refredit

            home malade qui trop sue,

            A dolor de chief donne issue.

            Tost fest terminer chaut mal fine.

372      Li safirs pluseurs maus fine :

            du mal de la langue garist,

            chacïe d’uel ote et garist.

            Damedieus consoille et conforte

376      celui qui netement le porte

            et seür le fet meintenir ;

            chastement se doit meintenir

            cil qui porte si haut tresor.

380      Li safirs doit soer en or.

           

    VI. Ci raconte du jaspe.

           

            Du jaspe dirai tot l’afere.

            .IX. manieres en plot a fere

            Deus, qui celi grant ennor fet

384      qui jaspe porte sanz forfet.

            Jaspe sunt de divers coleurs,

            de vertuz et de valereus.

            Par le munde, en plusors parties

388      sunt cestes pierres departies.

            Mes jaspe que l’en voit tot outre,

            li livre nos enseigne et moutre,

            que cil qui est vers colorez

392      contre le jor, c’est l’esmerez :

            C’est li sires de la mervoille ;

            et, se il a gote vermeille,

            entaillé de la vielle taille,

396      ja mar prendroiz conte ne taille

            des autres est li sebelins.

            Cist est bons contre toz venins

            et sachiez que c’est chose estable,

400      se nul entoiche vient a table,

            ou il soit, que meintenant sue

            et une de ses colors mue.

            Jaspes estanche par reson

404      sanc et garit de menoison ;

            d’idropie et de fievre garde

            cil qui contre le jor l’esgarde,

            et oste fentome nuisant,

408      et fet home armé et puissant ;

            et mult aïde et grant bien fet

            a feme qui de ventre bret,

            plus e(n)fante et let a brere.

412      Jaspe garde home de contrere.

            Qui l’a doit mener nete vie

            sanz avoir de l’autrui envie.

            Li livres enseigne a la gent :

416      jaspe doit seoir en argent.

    VII Ci raconte dou ligure.

           

            L’auctorité mult m’asegure

            a dire du verai ligure,

            et g’en dirai la verité.

420      Conté est en l’auctorité

            avec les gemmes precïeuses,

            qui de par Dieu sunt vertueuses.

            De manieres en sunt veüz,

424      chacune meniere a vertuz.

            Li plus chiers ligure resemble

            or et mirre et encens ensemble,

            et de tieus en sunt qui jauneent

428      qui semble que topace soient ;

            et tieus don la jaunor verdoie,

            et tieus que mires estre doie

            par semblant la don l’en la porte ;

432      et tieus qui noire color porte.

            Itele color a chacune ;

            et cestes colors sunt en une

            et tele i a, mes poi en est.

436      Une beste sauvage met

            ceste pierre en Ynde, et repont

            dedenz la gravelle en parfont

            por nos tolir la renomée ;

440      linz est ceste beste apelée

            qui si met grant peine et grant cure

            en garder droit verai ligure.

            Theofatus nos fet acroire

444      parmi pierre et parmi voire

            voit linz, et parmi .IX. paroiz,

            et dit, ja mar en doteroiz,

            la beste nos het, la pierre aime,

448      et par semblant seüe la claime.

            Damedieus ligure promit

            meintes vertuz que sur li mit.

            Ligure garit du jaunice

452      et destorne home de mau vice

            et asegure home doteus,

            et est aïdable a goteus.

            La dolor qui norrit et entre[12]

456      dedenz le tomac et ou ventre

            rapaïe ligure verais

            et resleesce home irais.

            Et si a .I. autre valor,

460      qu’il refroidit de grant chalor

            home qui le met en sa boiche.

            Qui aus eulz malades le toiche,

            la maladie saiche et bote

464      des eulz don l’en doit veoir gote.

            Autrement noment li pluseur

            ligure de sengle coleur,

            mes ligures est ses droiz nons :

468      meintes gent i ont mis sornons,

            dom il disoient lor plesir.

            Ligures doit en or seïr.

           

    VIII. Ci raconte de l’acate.

           

            Damedieus, li verai jugerres,

472      mit el conte des .XII. pierres

            acate, de voir le savons,

            la Bible a tesmoig en avons.

            Li livre nos dit que l’en truove

476      meintes menieres en .I. fluove

            d’Ecate, einsint est nomez

            li riche fluove renomez.

            De l’acate dite premiere

480      vos deviserons la meniere,

            si com li livre nos enorte.

            Noire est, blanches teintures porte ;

            et de teus en sunt ou nature

484      n’a mis c’une seule teinture ;

            et teles qui blanches croiz ont,

            et de teus ou figures sunt

            come de rois, comme de bestes,

488      com de fuelles, comme de testes,

            que par nature Deus i mist

            quant des acates s’entremist.

            Et de teles en sunt veü(e)s

492      qui sunt verz, por jaspes tenues,

            mult par sont de granz efficaces ;

            et en la vert a meintes graces,

            quant il i a gotes sanguines ;

496      et celes ou a veinnes aurines,

            et cele de myrre a oleur,

            et cele de coral coleur

            gotée d’or, et bien puis dire

500      qu’il en est de color de cire.

            La veraie acate veüe

            conforte velesce et veüe,

            soif estanche et home garnist

504      et li croit force et l’embarnist.

            Venim, morsure de sarpent,

            de ce garist l’ome en l’arpent

            ou elle est, bien en pert le fet.

508      Qui l’a, elle garnit de plet,

            color amende et rent plesant

            home et contre mal tesant.

            Une autre vertu truis escrite

512      qui en romanz vos sera dite,

            quar je ne m’en veil mie tere,

            se je su(i) creü du retrere,

            au meins se je n’en sui creüz,

516      en sera mes romanz creüz.

            Nos avons trouvé et veü,

            ou livre ou nos avons leü,

            c’une tele acate est trouvée

520      qui est de tel vertu prouvée :

            qui la met en sa paume close,

            en .I. herbe charmée enclose

            - sossennium est apelée

524      en latin -, que issi a celée

            ceste pierre et mise en son poing,

            nus hom ne de près ne de loing

            ne voit celi qui si l’a mise,

528      si com li livres nos devise.

            Mult est pleins de grace acate ;

            nus tel pierre ne seurachate.

           

    IX. Ci raconte de l’amestice.

           

            Briement et sanz aloigne dite

            vos conterons de l’amestice.

            Porpre color a, et retret

536      au sanc do martyr do cors tret.

            Confortatis est durement,

            et puet chacier segurement

            qui l’a, par plein et par boscaige.

540      Volentiers vient bete sauvage

            a cil qui amestice porte.

            Home contre ivresce conforte,

            et le met en ferme creance,

544      et gracïeus est, sanz dotance.

           

    X. Ci raconte du grisolite.

           

            Dou grisolite me convient

            dire, tandis com m’en sovient,

            quar mult a haute pierre eslite

548      en droit naturel grisolite,

            et que chascuns devroit amer.

            Il semble a l’eve de la mer,

            com or a dedenz estanceles

552      reluisanz, qui mult i sunt belles.

            Sachiez naturel poor oste

            celi qui sur soi a tel oste.

            Hom qui l’a, sopeciez n’est mie

556      de mauvestié ne de folie,

            et puot en totes corz entrer,

            sanz nul contredit encontrer ;

            quant il li vet acoragant

560      et grace li portent la gent.

            Qui grisolite percié truove,

            de viez perceüre ou de nuove,

            et une soie d’ane i fiche,

564      li livres nos dit et afiche

            au pooreus est aïdable ;

            par li en puet chacier deable,

            n’a mie poor de gent morte.

568      Loiaus doit estre qui le porte,

            l’auctorité, bien m’en sovient,

            le dit, et d’Ethiope vient.

            Li sages qui s’en entremetent

572      a or a senestre le metent.

           

    XI. (Ci raconte de l’oniche)

           

            Se de l’oniche ne deïsse,

            avis m’est que je mespreïsse

            et si empirast le tretiez.

576      Oniche n’est pas covoitiez

            de toz, mes a pluseurs besoigne,

            qui leur est de lor besoigne.

            Qui l’a n’est pas acouardiz,

580      einz est corageus et hardiz

            et ireus, ce dit l’escripture,

            por ce n’en ont plusers gent cure.

            Li oniches et li sardoinnes

584      et li natureus calcidoinnes

            ensemble nessent et concrient,

            si com li verai livre dient,

            qui les vertuz nos ont aprises.

588      En Inde, en Arabe sunt prises

            cestes pierres qui sunt diverses,

            blanches, roiges, noires et perses.

            Qui oniche porte sur soi,

592      ou a son col, ou a son doi,

            s’a ami mort dont li annuit

            et il veille pa(r)ler par nuit,

            en dormant a li parlera

596      et au matin li sovendra

            de ce dunt li morz a besoing,

            le viez livre en tré a tesmoing.

            Biauté done a home et santé,

600      et li rent salive a plenté.

            A Moyses dit Damedeus

            que .II. oniches natureus

            preït, qui pleine espace eüssent ;

604      par art de perrerie fussent

            escrist, par .II. tires ligniées,

            toz les nons des .XII. ligniées ;

            en chacune oniche en ot .VI,

608      en .II. chaennes d’or assis.

            Pendu furent et esgardé

            au col Aaron de par Dé.

            De par Dé ont graces oniches,

612      et aus povres genz et aus riches

            et a tretoz ceus qui les ont.

            De color noire et perses sont.

           

    XII. Ci raconte du beril.

           

            A enromancier me sui pris

616      du beril, einsi l’ai apris.

            Du latin veil le romanz prendre

            et totes les vertuz emprendre

            a rimoier ; or oiez dons

620      quieus vertu, quieus grace, q(ui)eus dons

            Damedeus i mist il meïmes.

            De sa color vos dirons primes :

            color a de cristal noirace,

624      un poi est plus pale que glace.

            Beriuz roenz contre soloil

            estancelle de feu vermeil

            giete – ce est chose veraie –

528      se par mileu le soleil raie.

            Amor entre home et fame met

            li beril, de ce s’entremet.

            Sarazins ancïennement,

632      (ceus qui amoient veirement,)

            quant li un l’autre amer devoit,

            chacun d’eus .I. beril avoit :

            si s’entreamoient mult plus

636      par la vertu Deus de lasus ;

            cil qui ce font mult plus s’entrement,

            se bien croient et Dieu reclement.

            Es voirs livres avons leü

640      l’eve ou le beril a geü,

            se le vis malade en moilliez,

            qui de maladie est soilliez,

            la vertu de Deus i parra :

644      de la maladie garra,

            si com li livres nos devise.

            Qui boit l’eve ou beril gise,

            de sopirs le garde et de rote,

648      et de fievre, et de dolor tote

            dont li foies se desconforte.

            Ennorez est qui beril porte.

            D’Inde vient beril par nature.

652      Ce nos conte seinte escripture

            que nos vos avons ci conté :

            cist contes est de grant bonté.

            Des .XII. pierres par droit conte,

656      si com meint livre nos reconte,

            avons les vertuz recontées,

            dont .XII. vos avons contées.

           

    Ci dit la signification des .XII. pierres.

           

            Or oez que nos conte .I. livres

660      qui de noviaus moz est delivres :

            escrit fu ancïennement.

            Il tesmoigne veraiement

            que Dieus, ou li saige ont fïance,

664      commanda par senefïance

            que les .XII. pierres fusseint

            assemblées : chacune .I. seint

            senefïa quant Deus l’ot fete.

668      Dieus dit Moysi le prophete

            qu’elles fussent en pur or mises.

            Dieus a meintes vertuz promises

            a celi qui les .XII. porte,

672      se honestement se deporte ;

            Pluseurs homes sages s’i fient :

            mult ont vertuz, mult senefient,

            de par Deus vertueuses sunt.

676      Pluseurs senefïances ont,

            mes lor significatïons

            est droite predicatïons.

            Qui bien s’en vodroit entremetre

680      mult grant peine i convendroit metre,

            quar sur chacune convendroit

            meint mot dire : qui orendroit

            voudroit commencier tot a tire,

684      mult avroit sur chacune a dire

            autre chose qu’oï n’avez,

            et que tuit mie ne savez ;

            et au plus tot que je porré

688      du latin en romanz treré.

            Mes seinte escripture nos dit,

            qui nos tesmoigne en cest escrit,

            que Dieus, qui fit la paternostre,

692      mist pooir sur chacun apostre

            et pootez leur dona meintes ;

            si fit il aus seinz et aus seintes,

            mes la seignorie enporterent

696      li apoustre qui Dieu amerent :

            autresi sunt les .XII. james

            sur les pierres seignors et dames.

           

I. Ci dit la signification du sarde.

           

            Des .XII. pierres vos dirons

700      l’estoire, ja n’en mentirons.

            Talant m’en est pris que j’en die

            le voir, que ja n’en contredie

            l’auctorité ; sanz contredire

704      veil les senefïances dire

            briement sanz nes .I. contredit.

            La Bible et seint Jehans nos dit

            sarde grenaz ou parement

708      Aaron fu premierement ;

            ce fu la premiere nomée

            des .XII. et la meins renomée.

            Or oez que sardes sembla

712      la terre que Dieus asembla

            ou champ de Damas : par sa grace

            fit Adan de sa generace ;

            de cele generatïon

716      mut et vint notre estacïon.

            De terre roige et virge estez

            fu Adan, dont Dieus fu ardez

            et don Dieus fist home vivant ;

720      por ce vet li sardes devant.

            D’une color est d’outre en outre,

            et d’une rogeur : ce nos moutre

            le pechié d’Adan notre pere,

724      don somes tuit .I. et tuit frere

            et remes en travail penible.

            Tout ce nos tesmoigne la Bible,

            n’ai talant que de l’estoire isse.

728      Seint Jehans en Apocalipse

            nos dit que bien li fu avis

            que sardes fu en Paradis

            ou siste fondement veüz :

732      por Adan qui fu deceüz

            et fu formez au siste di,

            (et) por le sanc du vendredi

            que Dieus seigna por ses amis,

736      fu li sardes grenaz la miz.

            Por nos sofri Deus passïon,

            et nos, ne por confessïon

            ne por riens que prestre nos chant,

740      n’entendons fors (que) au deschant ;

            ja tant ne savront bien chanter

            que li pluseurs au deschanter

            n’entendent de quanque il chantent,

744      quar deables si les enchantent

            que por Dé ne por son renon

            ne vuelent fere, se mal non.

            N’ai cure de longue devise,

748      Deus nos atraie a son service !

            Ce fu la premiere semblance

            des .XII. et la senefïance.

           

II. Ci dit la signification du topace.

           

            Li topace fu secont mis

752      au col Aaron et assis.

            Color a d’or, mes mult demande

            le biau tens, quar mult en amende :

            plus est de color esmerez,

756      et d’or et d’air est colorez.

            La seconde vie roial

            du haut reigne celestial

            senefia en ceste assise ;

760      ou nuoviesme fondement mise

            de la pardurable cité,

            don seint Jehan dit verité

            – a ses diz se fet bon a mordre –

780      senefia la nuoviesme ordre

            des angres qui d’icele vie

            vivent, n’ont de nule autre envie :

            ce est la vie coronnée

784      ou nus n’avra froit ne gelée ;

            tuit i avront li bon pardon

            et avront coronne par non.

            Rois doit volentïers garder

788      le droit topace et esgarder :

            bone remembrance li done

            qu’il gart a l(a h)aute corone.

            Tuit cil qui plusers pierres gardent

792      tojorz a topace regardent,

            plus tout que as autres veües

            et plus (i) to(r)nent lor veües,

            et savez que ce senefie ?

796      L’en doit esgarder a la vie,

            qui tojorz vit, que que l’en face,

            par quoi l’en voit Dieu en la face.

            Li topaces tel com il nest

800      est mieldres, mes pas tant ne plet,

            ne puet chaloir de li polir :

            por ce ne puot l’en pas tolir

            sa force, mes por celle vie

804      qui n’a cure d’estre polie

            de richeces, d’or ne d’argent,

            ce dit seint Jehan a sa gent,

            et dit : plus vaut la plus petite

808      joie de cele vie eslite,

            que ne fet tretot le deliz

            qui est en ce monde esliz.

            A cele vie fest bon tendre,

812      mult i devroit chacuns entendre.

           

    III Ci raconte la signification de l’esmeraude.

           

            L’esmeraude fi tierce mise

            au col Aaron et assise.

            Verz est, totes verdors sormonte,

816      nule verdor a li ne monte :

            La vert foi de la trinité,

            ce nos dit la divinité,

            senefïa ou parement ;

820      et quarte fu ou fondement

            de la haute cité de gloire :

            ce senefïa en l’Estoire

            la foi des .IIII. evangelistres,

824      ce nos dit li verai legistres,

            seint Jehan ; et dit qu’uns gripons,

            une bestes demi-lïons

            et demi-egles, par devant

828      eles ont don volent avant,

            en la terre de Sice sunt,

            en grant garde esmeraudes ont

            contre Arimacles angoiseus.

832      Celle gent n’i viennent pas seus,

            qui n’ont que .I. uel enmi le front,

            et viennent armé tot de front

            por esmeraudes ou flun prendre.

836      Mult convient ceste gent defendre

            contre cestes bestes diverses ;

            mult par sont coranz et porverses,

            ennoieuses, ardanz et baudes

840      d’aus tolir ces verz esmeraudes.

            La fine esmeraude esmerée

            de tres grant verdor colorée

            senefïe la grant verdure

844      de la grant foi qui tojorz dure,

            que li bon patriarche fin

            orent tojors jusqu’en la fin,

            et li profete et li apoustre,

848      don la grant gloire est lor et notre

            sanz nule dotance et sera

            qui cele grant foi portera.

            Seint Jehan nos dit en son livre,

852      en l’Apocalipse a delivre,

            que cil qui a la foi entendent

            qui ne puet faillir, et i tendent,

            n’unt c’un ueil, c’est au roi d’amont

856      qui de bien fere nos semont ;

            cil senefïe a la gent

            que je vos devisai devant,

            qui se conbatent aus gripons,

860      Arimipiles est leur nons.

            Chacuns gripons, n’est mie fable,

            si senefie le deable,

            qui est angoisseus par defors

864      de tolir nos la foi du cors.

            En nos se peine mult d’enbatre,

            Chacuns se doit vers lui conbatre

            et armer son cors et sa teste

868      qu’il gart a mener vie honeste

            et soit verz de bone uovre fere ;

            si fet bon mener son afere

            com ces .III. pierres velent dire.

872      Ce fu la premereine tire

            qui senefïa pleinnement

            prudence tot premierement.

            Ce fu des .IIII. vertuz l’unne

876      dom chacuns doit avoir chacune.

            Porveanz par saige cointise

            doit li hons estre sanz feintise,

            qu’il gart les poinz de sa creance ;

880      bon crestien soit, c’est prudence.

            Qui ce que ces .III. pierres dient

            feroit, et qu’elles senefient

            et ce que la tire nos dit,

884      bonement et sanz contredit

            s’aprimeroit du haut seignor

            qui les siens meintient a ennor.

           

    IV. Ci dit la signification du rubi.

           

            Entre les siens est volentiers

888      Jhesu Crist, li verais entiers,

            qui entre les pierres assist

            le rubi qui mult bien i sist.

            Par son commandement fu mis

892      au col Aaron li rubis,

            li sires des pierres clamez,

            li proisiez rubi, li amez,

            li gentis de rorant coleur,

896      qui dolor oste de doleur,

            et nuit et jor a tel mecine

            totes les pierres enlumine.

            Nule pierre a li ne se prent :

900      de biau tens alume et esprent

            sa coleurs ; biaus est, cler et fins,

            de sa clarté n’est nul(e) fins.

            Moyses en son livre escrist

904      qu’il senefïe Jhesu Crist

            qui vint en terre cheminer,

            son ocur puople enluminer ;

            leur teniebres enlumina

908      quant il par terre chemina.

            Seint Jhehans meïmes le dist,

            de la venue Jhesu Crist,

            qui du deable fu aïe.

912      Au puople, ce dist Jeremie,

            ceus qui en teniebres estoient

            lumiere et grant clarté verroient.

            Deus, qui enlumine le monde,

916      premier en la tire seconde

            le rubi metre commanda ;

            de sa clarté tot amenda.

            Au col Aaron sanz doutance

920      fu mis en tel senefïance.

            Seint Jehans en sa glose dit

            que li biaus rubi pas ne vit

            ou haut fondement precïeus

924      car li verai Deus gracïeus

            est entre ses amis tojors,

            nus ne set nus de ses sejorz :

            en .I. eure en cor, (autre) ou meleu ;

928      einsi n’a point de propre lieu

            fors la ou li plest demorer ;

            par tot doit l’en Dieu aorer.

            Qui de quanque il a l’enneure,

932      et Dieu et seinte iglise enneure

            ne puot estre desennorez ;

            tozjors doit estre Deus orez,

            de quanque il a chacuns done

936      et de quanqu’il nos abandone.

           

    V. Ci dit la signification du safir.

           

            N’ai cure de moi deloier :

            du safir m’estuot rimoier,

            et senefïance et color.

940      Au pur ciel semblent li plusor[13],

            non pas por ce nus qui soit nez

            n’est de coleur du ciel senez,

            mes par la veüe qui faut

944      nos semble en l’esgarder si haut

            qu’il soit blous : ce nos senefie

            l’esperance ou prodom se fie

            qui garde au haut reigne cele(s)tre.

948      Li safirs nos ramentoit l’estre

            et l’estaiche don cil s’aproichent

            qui au verai soloil aproichent :

            c’est Jhesu Crist ; cil qui emprennent

952      Dieu a amer forment se prennent

            au celestial reigne querre,

            et mult entendent a conquerre ;

            Et ausi com la gloire haute

956      met notre veüe en defaute,

            que nus ne puot ciel aviser

            ne la hautece deviser,

            ausi nos faut entente et voie

960      d’entendre a la gloire, a la voie

            du ciel, qui tant par est joieuse,

            et douce, et digne et glorïeuse.

            Seint Jehan vit secondement

964      ceste pierre ou haut fondement

            ou elle fu seconde mise ;

            la seconde vertu promise

            senefïa : c’est esperance,

968      et por ceste senefïance

            fu mis en la seconde tire

            d’Aaron ; li safirs nos tire

            et ramentoit la grant hautece

972      du ciel, que[14] par notre paresce

            perdons a avoir : poi i tendent

            li pluseur, et poi i entendent.

            Dieus ! Si poi i entent mes nus !

976      Et si n’est nule joie plus :

            c’est la joie qui toz jorz dure.

            De moi delaier plus n’ai cure

            quar dire vodrai la parfin :

980      Or vos diré du jaspe fin.

           

    VI. Ci dit la signification du jaspe.

           

            Bon jaspes est verz de coleur

            et est d’une crasse verdeur.

            Laie gent qui a Dieu s’otroient

984      et qui ou pere et fiz croient

            et ou seint esperit après,

            se nus bon clers les tient de près

            qui de plus les veille esposer,

988      a itant se puot reposer ;

            plus ne sevent, en Deu se fient :

            li verz jaspes ceus senefient.

            Moyse dit : qui jaspe esgarde,

992      contre jor de fentome garde,

            la foi de Jhesu Crist sanz fables

            destruit fentosme de deables,

            de Juïs et de Sarrazins.

996      En foi doit (l’ons) estre enterins,

            la fort foi fet bon meintenir

            de Jhesu Crist et retenir[15] :

            ce est la premiere vertuz

1000    don l’ons doit estre revetuz[16].

            C’est la premiere pierre escrite

            en l’Apocalipse et descrite[17].

            En la seconde tire estoit

1004    quant Aaron se revestoit :

            ceste seconde tire enseigne

            et senefïe que l’en preigne

            de Deus en soi si tres grant force,

1008    quar morz est qui ne s’i esforce,

            qu’il ait vers Dieu si grant esforz,

            qu’il soit en la creance forz.

            Force est vertu haute eslevée,

1012    des quarte est seconde levée.

           

    VII. Ci commence la signification[18] du ligure.

           

            Or vos conterons du ligure,

            metre i vodrons entente et cure.

            Moyses en sa bible enorte

1016    color de jacintines porte,

            et dit que .I. beste diverse,

            en la terre d’Inde et de Perse,

            es bois qui sunt de bestes pleins,

1020    norrit ligure entre ses reins

            et le[19] repont en la gravele

            por nos tolir ceste novele.

            Si tost com elle i est reposte,

1024    li cort .I. hua, si l’en oste,

            mes grant peinne metre convient

            quant l’en la truove, et ce avient.

            Li livres nos dit et espont

1028    la beste qui ses reins repont

            por ligure qu’elle tant einme,

            Moyses buof la beste cleinme,

            en la glose est einsi clamée ;

1032    (et) es lapidaires est nomée

            linz ceste beste ; or si disons

            selonc la bible et devisons,

            ou les estoires sunt segures,

1036    chastée porte le ligure,

            ce senefïe par droiture.

            Selonc Jop, selonc l’aventure,

            qui est voir disant et estable,

1040    trovons la vertu au deable

            est en ses reins sanz nule dote,

            ou nombril est sa force tote.

            La vertu des reins, nos dit Jop,

1044    por les homes, ceus qui sunt trop

            luxurïeus a desmesure

            por les dames ; por lor luxure,

            Job por les deables disoit

1048    leur force en lor nonbril gisoit :

            encontre les reins aus deables

            devons avoir reins mesurables

            et vertu de ligure en nos.

1052    Ces bestes, bien ce sachiez vos,

            dont chascune la terre esfondre

            por mestre ligure et repondre,

            senefïent aus buoes qui erent

1056    la terre Jhesu Crist et perent

            par seinte predicatïon :

            c’est leur significatïon.

            Ligures en la tierce tire

1060    fu premier mis, ce os bien dire,

            au pierres qu’Aaron lia

            a son piz : ce senefïa

            les bons pre(e)scheors qui vindrent

1064    au tierz tens ; de Jhesu Crist tindrent

            lor sarmon, de la trinité

            de Deus orent la dignité.

            Ne preescho(i)ent pas par guile :

1068    ce fu le tens de l’Evangile.

           

    VIII. La signification de l’acate.

            Li ligure vos lesserons,

            de l’acate vos conterons.

            N’ont pas totes une meniere,

1072    or vos dirons de la premiere,

            de celle qui ou parement

            fu, par le Dé commandement.

            Noire est, et i a unes branches,

1076    que nature i mist, qui sunt blanches ;

            et cele petite noireur

            senefïe la grant tristeur

            qu’avoir devons por noz pechiez,

1080    quar chacuns en est entechiez ;

            por ce devons estre en tristece.

            Li blans senefïe hautece,

            es livres selonc le devis,

1084    es hauz arbres de Par(e)vis

            qui portent les fruiz pardurables.

            .II. choses ont senefïables :

            por ce fu seconde monté(e)

1088    en la .III.ce tire et contée.

            Acate fu en tierce tire

            por le tierz tens de baptetire

            que Jhesu Crist et seint Jehans

1092    preescherent ; liez et joians

            durent estre li pecheeur

            qui virent Dé preescheeur.

            Por chascun qui estoit pechierres

1096    vout Deus estre lor preeschierres

            ou tens de seint Jehans Baptiste.

            Or vos dirons de l’amestice.

           

    IX. La significat(ion) de l’amestice.  

            N’ai cure de la demorance.

1100    Amestice a porpre semblance ;

            semblance a en seinte escripture

            a la seintime vesteüre

            dont Juïf Jhesu Crist vestoient

1104    quant d’escorgies le batoient.

            De porpre color le vestirent,

            quant d’escorgies le batirent :

            rois le fesoient par eschar,

1108    de porpre covrirent sa char.

            D’itel color vestir devroient

            li roi quant haute cort tendroient ;

            Salemon d’icele vestoit.

1112    Amestice nos ramentoit

            ce que je vos ai devant dit,

            et si nos ramentoit l’abit

            de la glorïouse Marie,

1116    et des anges la seignorie ;

            la mort des martirs amentoivent

            amestice, amentevoir doivent

            ce que je vos ai ci conté.

1120    Et fet .I. si grant bonté

            celui qui le met en son doi :

            il est bien venu devant roi,

            ce dit li livres pleinnement,

1124    et si euvre delivrement

            de l’art de quoi il s’entremet,

            qui ceste pierre sur soi met.

            Amestice humilité

1128    porte et remenbrance de Dé.

            Tieus pierres gracïeuses sunt,

            por ce li Sarrazins les ont.

            Ce est la tierce tire dite,

1132    que je vos ai ici descrite ;

            or est bien droiz que je vos die

            que ceste tire senefie :

            sur Aaron fu tierce asise,

1136    elle senefïa ju(s)tice,

            c’est l’une des .IIII. vertuz.

            Cist monde par seroit perduz

            se justice ne par estoit :

1140    covoitise tout honiroit

            si durement com hore esploite,

            que li .I. sur l’autre covoite

            quanque il a par covoitise ;

1144    et se ne par estoit justice,

            li plus fort destruireit celi

            qui estruit aroit près de li ;

            Et si vos doit l’en deviser,

1148    chacun doit son cors justiser

            que la char qui est atisée

            de mal fere soit justisée.

            Einsi fet cil qui de Dé membre :

1152    et cors, et cuor, et chacun membre

            doit chacun tenir justisable

            qu’il ne face vice au deable.

            Or lerai le sarmon ester,

1156    n’ai cure de moi arester,

            quar briement dire me delite.

            Or vos dirai du grisolite.

           

    X Ci raconte la signification du grisolite.

           

            Color d’eve de mer et d’or

1160    a grisolites en tresor.

            Ce senefïe pleinnement

            ceus qui conversent saigement,

            en cest monde biau se mei(n)tienent

1164    et qui saigement se meintiennent.

            En l’Apocalipse la glose

            dit du grisolite .I. chose,

            qu’il a estanceles qui ardent,

1168    de totes parz les genz esgardent.

            Ce nos est droite mentïons

            des seintes predicatïons,

            des granz miracles Jhesu Crist,

1172    si com li granz livres nos dit ;

            et li orïentaus regarz

            qui regarde de totes parz

            de la ou cil la pierre torne

1176    qui a lui esgarder s’atorne,

            ce sunt cil qui honestement

            entendent l’amonnestement

            qu’il ont des bons preescheeurs,

1180    dont il paent les pecheeurs.

            Grisolites après les .VI.

            est septiesme ou haut siege asis ;

            la senefïa par l’escrit

1184    les .VII. dons du seint esperit.

            Disiesme fu li grisolites

            aus pierres sur Aaron dites,

            por les hauz .X. commandemenz,

1188    que Deus por les commandemenz

            de la (loi) dit et commanda

            et par Moysen commanda.

            Dieus, merci ! Por quoi contremande

1192    cist mondes ce que Deus commande ?

            Ja n’iert tant de Dieu commandé

            que tot ne soit contremandé ;

            poi fesons son commandement.

1196    Or nos doint Dieus amendement,

            quar trop somes aver et chiche.

            Or vos conterons de l’oniche.

           

    XI. La signification de l’oniche.

           

            Trop lonc sarmon me des(conforte).

1200    Pluseurs colors oniche porte :

            pers, noirs et rous de blanc mellez,

            de tes colors est colorez ;

            s’en nule d’iceste coleurs

1204    abite nes .I. noerceurs.

            Oniches a non par nature,

            ce nos dit divine escripture.

            De blans en sunt o i a noir ;

1208    la glose Moysi por voir

            dit de ceste oniche la some,

            que il resemble ongle d’ome.

            A celi senefie et monte

1212    qui molesce de char seurmonte :

            et ausi com ongle est plus dure

            de mole char et plus endure,

            mes n’ateint pas a la durece

1216    de la pierre ; ausi la molece[20]

            de char sormonterent li seint,

            mes ne di pas qu’il venisseint

            a la grant durece des pierres

1220    au deable, c’est li pechierres

            qui endur(c)ist en son pechié

            par son faus cuor mal entechié.

            Et encore Moyses dit

1224    en sa glose, en son escrit,

            que li oniches de nature,

            ou a roige et blanches teinture,

            senefïe savoir de Dé,

1228    et ceus qui ont lor cors gardé

            en chastée et meintenu :

            cil sunt des amis Dé tenu.

            En la quarte tire des listes

1232    fu por les .IIII. evangelistes

            oniches, qui ongles portoient,

            d’ome et d’egle et de buof estoient

            et de lïon ; n’i furent mie

1236    d’une color : ce senefie

            oniches, et il est bien voirs,

            mes sengles oniches est noirs.

           

    XII. La signification du beril.

           

            D’oniche lerons a conter,

1240    du beril vodromes conter

            sa senefïance trestote.

            Sa senblance est d’eve a la gote.

            Trop est ennuieus et freignanz

1244    d’entaillier figures evanz ;

            de ronde taille apartient.

            Il brule la mein qui le tient

            contre soleil : ce nos devise

1248    les premiers qui de seint iglise

            preescherent le haut renon,

            et le baptesme, et le haut non.

            Beriz fu mis ou parement

1252    dozieme derreennement :

            por li .XII. apostres l’i mistrent

            qui du baptesme s’entremistrent ;

            premiers chacun fu preeschierres,

1256    por ce dozieme fu des pierres.

            En l’Apocalipse trovons

            c’un ange, de voir le savons,

            enmena seint Jehan veoir

1260    Paradis, et la vit seoir

            beril octiesme, bien issist

            ou fondement que Deus assist :

            ce senefïe qui nos hete

1264    l’uitieme aage ou sera fete

            la haute resurrectïon ;

            c’est la significatïon

            du beril. Sachoiz qui le prent

1268    contre soloil, la char esprent,

            s’il s’i joint et auques s’i fie.

            Et savez que ce senefie ?

            Ceus qui se joignent et se prennent

1272    a seint home, et le bien aprenent.

            Li seint home por[21] verité

            de la flambe de charité

            sunt tuit esbrasé et espris :

1276    cil qui au seint s’est joint et pris

            de sa flambe se puet esprendre

            et charitable vie aprendre.

            Des .XII. pierres dit avons

1280    auques ce que nos en savons,

            et vertuz et senefïances,

            mes l’une des .IIII. fïances

            des vertuz, n’avons pas, la quarte ;

1284    mes einz que je de vos departe

            l’orrez, se la volez aprendre.

            Deus meïme commanda prendre

            Moyses fin or et ces pierres,

1288    dont je vos ai esté lisierres,

            et commanda ques fussent mises

            par .IIII. tires et assises.

            .III. pierres ot mis en chacune :

1292    la trinité, qui est tote une,

            ces .III. pierres nos deviserent ;

            et les tires senefïerent

            quatre vertuz qui doivent estre

1296    sur chacun home de bon estre :

            porveance i doit estre mise,

            et puis force, et l’autre justice,

            la quarte doit estre atrenpance ;

1300    or avez leur senefïance.

           

           



[1] d. p. sont que q. e. sont

[2] qui c.

[3] e. pendu

[4] a. Aaron f.

[5] il f.

[6] u. anite e.

[7] I. betil

[8] g. Dieu arde

[9] que g.

[10] v. li a.

[11] a. tere a.

[12] n. ou ventre

[13] ce vers et le précedent sont inversés

[14] c. qui p.

[15] e. meintenir

[16] e. revetur

[17] e. escrite

[18] l. significatition d.

[19] e. se r.

[20] les deux mots à la rime (molece/durece) sont inversés

[21] h. pro v.