Suite du Roman de Merlin,
Édition Gilles Roussineau
Concordancier complet des
formes graphiques occurrentes
(§ 243-314 = partie au programme
de l’épreuve d’Ancien Français
des concours
de Lettres, 2007)

établi par Denis Hüe
sur Logiciel Simple Concordance program 4.08 ;
avec l’aide de Sébastien Douchet,
Christine Ferlampin-Acher, Roger Bellon, Karin Ueltschi

 

Table

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

 

A

 

 

a
                     [243.1] Quant Merlins fu venus a court, assés trouva [243.2] qui joie li fist, car
     comme vous [243.12] estes doit bien avoir feme a son plaisir. – Oïl, fait li rois, [243.13] jou en
     . [244.1] – Certes, fait Merlins, de la biauté a la damoisiele [244.2] dites vous voir, car chou est
     , car [244.5] si tres grans biautés coume elle a puet bien nuire auchune [244.6] fois. Et non pourquant
 4.7] vous aidera tant que vous en recheverés terre a tel point [244.8] que vous la cuiderés del tout avoir
       de son ostel et escuiiers et [244.20] vallés a grant plenté li baille. Et Merlins muet erramment
  ’il vint au roi Leodegan. Se li requiert sa fille a oes [244.23] le roi Artus a moillier, si en fera
   li requiert sa fille a oes [244.23] le roi Artus a moillier, si en fera roine del rolaume de [244.2
   de ceste nouviele, [245.2] si respondi erraument a Merlin, ne encore nel connissoit [245.3] il mie:
    [245.9] a nul mestier, car, Dieu mierchi, il en a assés d’autre. [245.10] Mais che que je miex aimme
  se il voloit, mais je sai bien qu’il n’en [245.9] a nul mestier, car, Dieu mierchi, il en a assés d’autre
     jou en tel maniere la table [245.21] qu’il n’i a orendroit que .C. chevaliers de .C. et .L. qu’il
    ne verra si [245.28] hardis qui l’ost emprendre a maintenir. – Diex li [245.29] doinst si maintenir
  [246.9] ament des ore en avant vous envoierai jou a tel houme qui  [246.10] bien vous porra maintenir
        comme li peres aimme le [246.12] fil. Et il a tant de preudommes en son ostel et tant en i [24
    [246.21] tu, quant tu tel pere nous as pourveut a avoir! Chis nous [246.22] sera voirement boins peres
       et pooir qu’il vous puist maintenir [246.26] a hounour de lui et de vous! ”  [247.1] Trois jours
       et oïrent dire que li rois [247.9] sejornoit a Londres. Il chevauchierent cele part. Et quant [
  gardast qu’il venist [247.12] encontre liement et a grant feste. Et quant li rois oï parler [247.13]
 47.13] que li compaignie de la Table Reonde venoit a sa court [247.14] pour demourer avoec lui, il en
    en sa compaignie. [247.16] Lors issi de Londres a tout grant gent et ala encontre, [247.17] si les
      et ala encontre, [247.17] si les rechiut tous a moult grant hounour et si grant joie [247.18] lour
 7.18] lour fist et si grant feste k’il se tenoient a boin euré de che [247.19] qu’il estoient cele part
    au jour [248.3] nommet en la terre de Camalaoth a la feste de sa feme. Et [248.4] cil i vinrent au
  . Et quant [248.5] il i furent venu, li rois dist a Merlin: " Pensés de la Table [248.6] Reonde. – Si
   a eslire les chevaliers, cheus que il connissoit a  [248.8] plus preudommes. Et quant il en ot esleu
      Merlins. Et lors commencha [248.7] par laiens a eslire les chevaliers, cheus que il connissoit a
 ] plus preudommes. Et quant il en ot esleu jusques a [248.9] .XLVIII., il les mist a une part et lour
   ot esleu jusques a [248.9] .XLVIII., il les mist a une part et lour dist: " Des ore mais [248.10] convient
 . Et nonpourquant ja [248.16] vostre table ne sera a mon tans dou tout parfaite ne assoumee [248.17] devant
  dou tout parfaite ne assoumee [248.17] devant que a cest lieu se venra asseoir li boins chevaliers,
  , [248.18] li mieudres des boins, chis qui metera a fin les perilleuses [248.19] aventures del roiame
 248.22] d’en mi lieu et le moustra au roi Artus et a tous les autres [248.23] qui laiens estoient, chevaliers
 5] mort que je ensi l’ai apielé. ” Li rois demande a Merlin : [248.26] " Merlin, pour coi l’avés vous
      perilleus ? – Sire, por [248.27] chou qu’il i a si grant peril que ja chevaliers ne s’i asserra
 ’il n’i muire ou qu’il n’i soit mehaigniés jusques a tant [248.29] que li tres boins chevaliers venra
 .29] que li tres boins chevaliers venra qui metera a fin les [248.30] tresmiervilleuses aventures dou
   di je bien que chius de [248.35] qui il istera n’a pas encore .II. ans d’aage. – Dont ne sera [248.
       .II. ans d’aage. – Dont ne sera [248.36] che a piece, che dist li rois, que chis chevaliers viegne
     Merlins. Je [248.38] endroit de moi me tenisse a boin euré se je peusse chelui [248.39] jour veoir
  [249.8] chevalier de haute vie et de glorieuse et a Dieu et au siecle [249.9] s’i asserra encore. Pour
  autre clergiés firent orisons [249.15] et priiere a Nostre Signour que il des ore en avant les [249.
  sour sains que il des ore en avant vous maintenra a [250.5] si grant hounour coume il porra tout son
          poés chi veoir bien [250.16] apertes, que a Nostre Signour plaist que ensi soient assis [250
   preudoume comme nous les avons ordenés, car il i a [250.18] en chascun siege envoiiet le non tout escrit
    voirs. Et quant il aperchiurent ce, il disent: «A Nostre» [251.4] Signeur plaist ceste compaignie et
   et redoutés tant [251.7] comme li vaurront estre a un acort! ” Ceste chose tinrent [251.8] a grant merveille
    estre a un acort! ” Ceste chose tinrent [251.8] a grant merveille tout li sage houme et disent que
     et disent que se che [251.9] ne fust chose qui a Nostre Signeur pleust, ja tel merveille [251.10]
     , fait Gavains, ore m’avés moult [252.6] servi a gré. Et savés vous de quoi ? De chou que vous me
  il le veult.   [253.1] Chelui soir veilla Gavains a la maistre eglyse de [253.2] Saint Estevene de Camalaoth
 ] Saint Estevene de Camalaoth et avoec lui jusques a .X. [253.3] autres damoisiaus que li rois devoit
          [253.4] pour l’amour de Gavain son neveu. A l’endemain, si tost [253.5] coume li rois fu levés
  coume li rois fu levés et li baron commenchierent a assambler [253.6] el palais, atant es vous venir
 53.11] qui la porte li contredist. Et il coumencha a demander li [253.12] quels est li rois Artus. Et
    tous cheus de la court :  [254.1] " Rois Artus, a vous m’envoie la boine renommee [254.2] qui keurt
          [254.3] que nus ne vient si desconsilliés a toi que tu [254.4] nel conseilles ne nus n’est si
     ceste nouviele que on m’en a dite sui je venus a toi, [254.8] que tu me doingnes un don tel que je
       . Et [254.7] pour ceste nouviele que on m’en a dite sui je venus a toi, [254.8] que tu me doingnes
    chaindrés [254.19] l’espee au costé anchois que a Gavain vostre neveu.” [254.20] Et li rois li otroie
    ,  [254.21] mais je te pri que tu me dies qui t’a douné cest conseil, [254.22] car il me samble que
 54.22] car il me samble que tu ne deusses pas baer a si haute [254.23] chose coume est chevalerie ne tes
  ou non. Car [254.26] a ma volenté ne baast il pas a si grant chose comme est [254.27] ceste, ains fust
   chi est m’en parole, voelle ou non. Car [254.26] a ma volenté ne baast il pas a si grant chose comme
     ne s’i veut consentir [254.30] ne acorder fors a estre chevaliers. ” Li rois dist que ceste [254.
 . ” Li rois dist que ceste [254.31] chose tient il a grant merveille. Et puis redemande au [254.32] vilain
 . labeurent pour lour vivre et [254.38] se tienent a ma maniere, mais icil ne s’i veult acorder en [2
    puet venir. ” Et lors commenchent [254.41] tout a rire li baron dou palais qui ceste parole entendirent
    estoit sages, ne tient mie ceste chose [254.43] a gas, si dist au varlet: " Biaus amis, veuls tu estre
           ?" [254.44] Et cil respont: " Sire, il n’a riens el monde que je  [254.45] desire autant comme
      [254.47] preudomme, dist li rois, que tu bees a gringnour chose [254.48] que ti autre frere ne font
 .50] d’auchune partie, ja tes cuers ne te traisist a si haute chose [254.51] comme a chevalerie. Ore doinst
     ne te traisist a si haute chose [254.51] comme a chevalerie. Ore doinst Diex que il soit bien [25
      . ” Et li vallés l’en merchie moult.  [255.1] A ches paroles vint laiens Gavains et si compaignon
   chevalier et li autre, si alerent en tel maniere a [255.19] la maistre eglyse a tel joie et a tel feste
         a [255.19] la maistre eglyse a tel joie et a tel feste que je ne vous [255.20] savroie tenir parole
        en tel maniere a [255.19] la maistre eglyse a tel joie et a tel feste que je ne vous [255.20] savroie
   vous [255.20] savroie tenir parole de gringnour. A cele feste ot rois et [255.21] dus et contes tant
         et porterent ambedui couroune. Et [255.24] a chelui tans estoit la roine Gennevre la plus biele
      : " Comment as tu non ? _ Sire, [255.28] j’ai a non Arés li vachiers. – Et tes fiex, comment a non
 ’ai a non Arés li vachiers. – Et tes fiex, comment a non ?
[255.29] – Sire, il a a non Tor. – Ore avra
    tes fiex, comment a non ? [255.29] – Sire, il a a non Tor. – Ore avra a non, dist li rois, Tor, [2
  non ? [255.29] – Sire, il a a non Tor. – Ore avra a non, dist li rois, Tor, [255.30] li fiex a Arés.
 – Et tes fiex, comment a non ? [255.29] – Sire, il a a non Tor. – Ore avra a non, dist li rois, Tor,
    avra a non, dist li rois, Tor, [255.30] li fiex a Arés. ”
Si le dist a tel eure que puis ne li chaï
   rois, Tor, [255.30] li fiex a Arés. ” Si le dist a tel eure que puis ne li chaï chis [255.31] nons.
       que [255.33] li premiers hom qui donna colee a chevalier nouviel, che [255.34] fu li rois Artus
    , et se il le fust, il n’entendist [255.43] pas a gentillece, nient plus que si autre frere font, ains
   ses [255.51] bien. ” Et lors parole Tor, li fius a Arés, et dist a Merlin : [255.52] " Biaus sire, se
    . ” Et lors parole Tor, li fius a Arés, et dist a Merlin : [255.52] " Biaus sire, se je sui ses fiex
  " Biaus sire, se je sui ses fiex ou je ne le sui, a vous k’en  [255.53] tient ? Se je le sui, je le voel
   je ne le sui, por coi [255.54] faites vous honte a ma mere? – Biaus sire, fait Merlins, [255.55] elle
    , [255.60] que vous vous en tenissiés de parler a ceste fois. – Et je [255.61] si ferai”, fait Merlins
    , [256.2] car il li chainst l’espee au costé et a tous les autres compaignons [256.3] aussi. Et quant
    chelui qui l’ochist. ” Chelui jour furent assis a [256.8] la Table Reonde cil qui compaignon i estoient
   daerrains [256.10] sieges. Car il commenchierent a servir as tables et li [256.11] rois demanda a Merlin
     a servir as tables et li [256.11] rois demanda a Merlin : " Merlin, encore n’avés vous mie [256.1
   esmaiiés, fait Merlins. [256.14] Quant il plaira a Nostre Signour, il sera emplis, mais je [256.15]
   sera emplis, mais je [256.15] ne le lais ore mie a emplir pour chou qu’il n’ait chaiens [256.16] assés
      homme et li riche n’entendoient [256.26] fors a faire joie et feste.  [257.1] A l’endemain, un poi
      [256.26] fors a faire joie et feste.  [257.1] A l’endemain, un poi devant la grant messe, [257.2
       , un poi devant la grant messe, [257.2] vint a la court tous montés li rois Pellinor, et descendi
  Et certes, se tu ne [257.9] fesisses a prisier et a loer, et Nostre Sires ne te mesist en [257.10] la
     el monde. Et certes, se tu ne [257.9] fesisses a prisier et a loer, et Nostre Sires ne te mesist en
   ne te mesist en [257.10] la grant hounour u il t’a mis, mais il savoit bien que tu [257.11] trespasseroies
  [257.13] li plus vaillans des rois crestiiens qui a ton vivant soient [257.14] sui je venus a ta court
      qui a ton vivant soient [257.14] sui je venus a ta court pour toi faire hounour. Et ses tu de [2
     il voloit dire. [258.1] Ore dist li contes que a heure de disner, quant [258.2] les tables furent
   que je ne le fac mie pour chou que j’aie [258.7] a vous gringnour amour k’a nul autre, mais pour chou
    chou que j’aie [258.7] a vous gringnour amour k’a nul autre, mais pour chou [258.8] que je vous tieng
     pour chou [258.8] que je vous tieng et connois a boin chevalier et a loial. » [258.9] Et lors le fait
 ] que je vous tieng et connois a boin chevalier et a loial. » [258.9] Et lors le fait asseoir ou siege
   li rois Artus voit [258.10] ceste chose, il dist a Merlin: « Certes, Merlin, voirement [258.11] seroit
      [258.13] comme vous. Et ja Diex ne m’aït s’il a ore homme chaiens [258.14] si bien digne de seoir
    en che lieu comme chis en [258.15] estoit. » Et a ceste parole s’acordent tout cil del palais fors
  chou qu’il avoit son pere ochis, [258.18] il dist a Gahariet son frere: «Ha! biau frere, tant poons
 ] avoir grant duel, quant nous veons chaiens estre a si grant [258.20] hounour et a si grant hauteche
       chaiens estre a si grant [258.20] hounour et a si grant hauteche chelui ki de ses mains [258.21
  vostre [258.23]escuiier, si ne doi pas main metre a chevalier por chose qui [258.24]aviegne. Et nepourquant
       vous estes escuiiers, vous n’averiés deservi a [258.34]prendre hounour de chevalerie. Mais a moi
      a [258.34]prendre hounour de chevalerie. Mais a moi qui sui chevaliers  [258.35]en laissiés prendre
 37]qui son pere occhist. – Et comment le baés vous a faire, [258.38]biau frere? fait Gahariés. – Je bee
      frere? fait Gahariés. – Je bee, fait il, tant a attendre [258.39]qu’il soit partis de ceste court
   euust duree [258.45]viers moi. Et se il plaisoit a Dieu que je venisse au dessus, [258.46]je ne lairoie
  trenchaisse  [258.47]le chief aussi comme il fist a mon pere, si comme [258.48]on me dist.» Et Gahariés
     deviers le [259.5]grant forest, pres d’un bois a .II. archies, et tout entour [259.6]a la reonde estoit
    d’un bois a .II. archies, et tout entour [259.6]a la reonde estoit il enclos de gardins grans et miervilleus
 ]n’en avra nulle chaiens achievee doins jou le don a .III. [259.14]chevaliers des chevaliers de chaiens
  achieveront.
Si [259.15]avera Gavains le premiere a mener a chief, Tor li fius a Arés [259.16]avra la
   Gavains le premiere a mener a chief, Tor li fius a Arés [259.16]avra la seconde, li rois Pellinor avra
     .
Si [259.15]avera Gavains le premiere a mener a chief, Tor li fius a Arés [259.16]avra la seconde
       [259.17]que chascuns endroit soi vendra bien a chief de la soie. » [259.18]De ceste parole s’esmiervillierent
     apriés, et [259.21]aprés venoit une damoisiele a tout .xxx. muetes de [259.22]chiens, si les avoit
    [259.28]roube verde assés courte et avoit pendu a son col un cor [259.29]d’ivoire, et tenoit un arc
        mengoit, si prent le braket et vint [259.41]a son cheval qui estoit en mi la court et monte sus
  en mi la court et monte sus, et s’en [259.42]vait a tout le braket si grant oirre coume se tous li mons
 ]le cachast, et vait disant a soi meismes que bien a faite la [259.44]besoigne pour coi il vint a court
    tous li mons [259.43]le cachast, et vait disant a soi meismes que bien a faite la [259.44]besoigne
  bien a faite la [259.44]besoigne pour coi il vint a court. Et quant la damoisiele, [259.45]qui derriere
        venoit, en vit son braket porter, elle dist a chelui  [259.46]qui l’enportoit: «Sire chevaliers
    par vostre [259.66]ostel, pour coi je me plaing a vous meismes. Ore i parra [259.67]coument vous le
 11]n’i devoit avenir, ne se remuera chevaliers qui a table se [260.12]sieche devant qu’il ait mengiet
     li chevaliers ensiurre s’aventure, [260.14]cil a qui elle sera jugie. Et je pri que li rois qui chi
    barons k’i la tendra. Lors dist Merlins [260.17]a Gavain: «L’aventure dou chierf est vostre, mais que
   autrement ne seroit pas l’aventure [260.23]menee a chief.» Et li respont qu’il ne seroit jamais aise
      k’il se soit a la voie mis. Et Merlins redist a Tor: [260.25] «Tor, prendés les armes si tost que
  ne seroit jamais aise [260.24]devant k’il se soit a la voie mis. Et Merlins redist a Tor: [260.25] «Tor
          [260.34] venra bien a chief de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [261.1] En che qu’il parloient
  faites. Saiciés que chascuns  [260.34] venra bien a chief de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [261.1]
   ? Iceste daarrainne  [262.10]aventure est vostre a achiever. Montés quant il vous [262.11]plaira et
 [262.13]moult de cest don et dist que il se metera a la voie au plus [262.14]tost que il porra.   [26
   oï et chi et en [263.2] autre liu commenchierent a venir les aventures en la court  [263.3] le roi Artus
        vait [263.4] prendre congiet a son oncle et a ses freres, et il li dounent [263.5] tout em plourant
       ostees, Gavains vait [263.4] prendre congiet a son oncle et a ses freres, et il li dounent [263
   [263.5] tout em plourant, mais que Gahariés prie a son frere que [263.6] il le laist aler avoec lui
   aporte. Et quant il est armés, il demande congié a [263.9] chelui que il tenoit a son pere et au roi
 63.9] chelui que il tenoit a son pere et au roi et a tous chiaus de [263.10] laiens. Et li rois Pellinor
 , il demande congié a [263.9] chelui que il tenoit a son pere et au roi et a tous chiaus de [263.10] laiens
    au chevalier qui le braket emporte, et Pellinor a chelui  [263.13]qui la damoisiele enmainne, et Gavains
 63.15]a parler de Pellinor et de Tor, et coumenche a parler de [263.16]Gavain et des aventures ki li avinrent
    qu’il set. Mais ore en laisse li contes [263.15]a parler de Pellinor et de Tor, et coumenche a parler
   .II. [264.8]chevaliers qui se combatoient li uns a l’autre. Et tant avoit [264.9]ja duré la mellee qu
     chastiel qui est pres [264.30]de chi et aliens a Camalaoth pour veoir la feste del roi et [264.31
   en che que nous trespassiens d’un chemin [264.32]a autre, il avint chose que nous encontrasmes un chierf
      estoit des aventures qui estoient coumenchies a [264.38]avenir en la Grant Bretaigne. Et je, qui
      . Et je, qui estoie li aisnés, [264.39]requis a mon frere qu’il m’otriast que je peusse siurre cele
    [264.43] le mousterroit bien se il le couvenoit a faire. Si monterent  [264.44] tant entre moi et lui
    maniere les paroles qu’il [264.45] mist la main a l’espee et m’assailli, et dist que par tans [264
   plaisoit moult bien, si m’assailli erraument. Si a [264.49] par tel maniere duré la mellee dusques a
  a [264.49] par tel maniere duré la mellee dusques a che point d’orendroit.  [264.50] Et avons tant de
  [265.5] que vous me dounissiés un don qui tornera a vostre preu [265.6] et a vostre hounour. » Et il
        un don qui tornera a vostre preu [265.6] et a vostre hounour. » Et il li dounent erramment et il
   deus [265.12] freres. » Et il gietent maintenant a terre lour espees et lour [265.13] escus et ostent
    de lour testes et commenchent  [265.14] ambedui a plorer. Et dient li uns a l’autre: «Par foi, [26
         [265.14] ambedui a plorer. Et dient li uns a l’autre: «Par foi, [265.15] biau frere, a poi que
   li uns a l’autre: «Par foi, [265.15] biau frere, a poi que je ne vous ai ochis et vous moi: li anemis
  ne vous ai ochis et vous moi: li anemis  [265.16] a esté entre nous. » Si s’entrefianchent erramment
 265.17] chou qu’il avoient creantet, et puis dient a Gavain: «Sire, [265.18] pour Dieu, dites nous qui
 65.19] pas, fait il, maintenant, mais se vous alés a la court le roi [265.20] Artus et vous dites que
       le roi [265.20] Artus et vous dites que chil a chi esté a cui Merlins douna [265.21] la premiere
   [265.20] Artus et vous dites que chil a chi esté a cui Merlins douna [265.21] la premiere aventure a
  la premiere aventure a avenir, on vous savra bien a dire [265.22] men non, ne autrement ne le poés vous
  a cui Merlins douna [265.21] la premiere aventure a avenir, on vous savra bien a dire [265.22] men non
    non, ne autrement ne le poés vous onques savoir a [265.23] ceste fois. Mais, pour Dieu, itant me dites
 . » Et il li moustrent la voie. Et il les commande a [265.27] Dieu, si se part d’eus tout maintenant et
  [265.30] lee, mais n’estoit pas parfonde. Il vint a l’eve pour passer [265.31] outre, mais il n’i trueve
    yaue ne vous metés ja [265.36] se vous ne volés a moi jouster, car je gart le port que nus [265.37
    puet, il n’en est pas gramment esmaiiés [266.3] a chou que il le voit seul, si s’en vait toutes voies
       si durement qu’il l’abat [266.11] dou cheval a terre. Mais cil n’i fu mie longement, [266.12] ains
          , [266.12] ains resaut sus et met le main a l’espee et dist que, pour [266.13] chou se il l’a
  a l’espee et dist que, pour [266.13] chou se il l’a abatu, ne l’a il pas vaincu. «Coment! fait [266.
      que, pour [266.13] chou se il l’a abatu, ne l’a il pas vaincu. «Coment! fait [266.14] Gavains, ne
 [266.16] et je la demanc, pour coi on vous tenroit a mauvais [266.17] et a recreant se vous seur che vous
   , pour coi on vous tenroit a mauvais [266.17] et a recreant se vous seur che vous en aliés. – Certes
     tant [266.19] que li uns de nous deus soit mis a outrance.» Lors giete [266.20] jus sa glaive, qui
      estoit toute entiere, et met le main [266.21] a l’espee et veult courre sus a chelui, tous ensi montés
     le main [266.21] a l’espee et veult courre sus a chelui, tous ensi montés [266.22] coume il estoit
  le tient, il dist a Gavain: « Ou vous descenderés a pié ou [266.24] vous ferés occhirre vostre cheval
  au glaive. Et quant [266.23] il le tient, il dist a Gavain: « Ou vous descenderés a pié ou [266.24] vous
     aage, [266.27] car jamais tant coume je seroie a cheval n’envaïrai chevalier  [266.28] qui a piet
        a cheval n’envaïrai chevalier  [266.28] qui a piet soit. » Et lors descent maintenant et traist
        jusques es dens. Et chius [266.35] si chiet a la terre, qui estoit durement ferus. Teuls fu li
  «Biaus freres, hautement avés [266.40] coumenchié a ferir d’espee. Se vous tout dis en feriés si [26
     [266.43] devant qu’il l’ait vengiet. Lors vint a son cheval, si monte [266.44] Et quant il est montés
  si monte [266.44] Et quant il est montés, il dist a Gahariet: «Or ne sai jou [266.45] , quel part Je
  chierf et des chiens, et il les  [266.48] moustre a son frere et dist: «Par chi s’en vait li chiers et
    [266.49] tout orendroit: je ne sai quel part il a demouré. Ore [266.50] aprés ! » Et il se metent orendroit
        , or aprés, que nous soumes [266.57] revenu a nostre trache! » Et il fiert maintenant cheval des
  voies, qu’il ne le laissera [266.60] ne a piet ne a cheval.    [267.1] Tant ont alé en tel maniere qu
     toutes voies, qu’il ne le laissera [266.60] ne a piet ne a cheval.    [267.1] Tant ont alé en tel
 .5] Gavains, qui les vint ataignant, les commenche a crier et [267.6] a huer aprés le chierf. Et lors
   vint ataignant, les commenche a crier et [267.6] a huer aprés le chierf. Et lors commenche li grans
        a fuir coume cil qui n’est pas asseur. Tant a [267.9] li cierf fui et li chien cachié et Gavains
    es saus au plus qu’il puet et [267.8] commenche a fuir coume cil qui n’est pas asseur. Tant a [267
   et les chiens tout entour, il commencha  [268.5] a faire trop grant duel: «Ha! Diex, tant ai malvaisement
    malvaisement  [268.6] gardé chou dont ma dame m’a ore tant priiet! » Et [268.7] lors traist l’espee
       les brakés cachier fors de [268.8] laiens et a occhirre cheus que il puet ataindre. Ensi [268.9
  que il en i euust nul [268.14] occis. Et cil dist a lui que ja por lui ne laira a cachier ne [268.15
 ] occis. Et cil dist a lui que ja por lui ne laira a cachier ne [268.15] a ochire, car il li ont fait
  lui que ja por lui ne laira a cachier ne [268.15] a ochire, car il li ont fait duel et courous et occhis
  ’est il peu! » Si se met en la sale [268.27] tout a cheval et descent et s’en vait droit au chierf et
  li cope le chief, et dist que cestui enportera il a court, qui [268.29] qu’en poist. Et en che qu’il
     [268.32] voit issir d’une chambre le chevalier a cui il avoit premiers [268.33] parlé, et fu apparilliés
  de toutes armes, mais tant en faloit [268.34] que a cheval n’estoit il mie. Et la ou il voit Gavain qui
   avés ochis! » Lors laisse li uns courre [268.41] a l’autre l’espee traite et s’entredounent si grans
        ne souffrir, ains li couvient a guenchir et a [268.49] trestourner encontre l’espee. Et Gavains
 268.48] plus endurer ne souffrir, ains li couvient a guenchir et a [268.49] trestourner encontre l’espee
 8.51] qu’il li fait le sanc saillir de toutes pars a l’espee trenchant. [268.52] Et cil, ki bien voit
    en peril de mort [268.53] se il ne crie merchi, a che que il voit bien que en la fin ne [268.54] porroit
     [268.55] mors, par ensi que il ne li convenist a dire chose qui contre [268.56] s’ounour fust. Et
   une eure avant et l’autre [268.58] arriere. Si l’a tant mené que chis ne le puet ja plus endurer, [
      a ja pierdu dou sanc et est teuls atornés que a [268.60] painnes se puet il soustenir ne tenir en
      ne le puet ja plus endurer, [268.59] car trop a ja pierdu dou sanc et est teuls atornés que a [2
          que il ne pot en avant, [269.2] ains chaï a terre tous adens. Et Gavains li saut sour [269.3
    [269.6] et il set que sa teste est desarmee, il a paour de morir. Et [269.7] pour la doutance crie
    te crie mierchi! Ne m’ochi mie, car je me tieng a [269.9] outré. Et se tu des ore en avant metoies
 9.9] outré. Et se tu des ore en avant metoies main a moi, tu [269.10] feroies trop grant vilenie, car
  felon chevalier que onques portast armes. – Che n’a [269.17] mestier, che dist Gavains. Ja pour chose
     [269.33] pour courous ne por haine qu’il euust a homme né! »  [270.1] Quant li chevaliers qui desous
           estoit morte pour 1ui rescourre, il dist a Gavain: [270.3] «Ha! mauvais chevaliers recreans
  onques [270.8] veisse! » Quant Gavains voit qu’il a a la damoisiele caupé [270.9] le chief par tel mesqueance
       [270.8] veisse! » Quant Gavains voit qu’il a a la damoisiele caupé [270.9] le chief par tel mesqueance
  «Je ne t’ochirrai pas, puis [270.11] que tu tiens a outré, mais il couvient que tu me fianches [270.
     il couvient que tu me fianches [270.12] a aler a la court le roi Artus et illuec te meteras en la
     , mais il couvient que tu me fianches [270.12] a aler a la court le roi Artus et illuec te meteras
   [270.18] de chevauchier tant que tu soies demain a court ains [270.19] que li rois soit alés au moustier
        dessus a faire trop grant duel. Et quant il a [270.27] son duel mené grant pieche, il monte seur
      de la damoisiele et [270.26] commenche dessus a faire trop grant duel. Et quant il a [270.27] son
  de [271.2] la damoisiele et la regardoit, demande a son frere: «Que  [271.3] ferons nous? Il est tart
     nous partirons  [271.6] de chaiens et en irons a court, car il me samble que [271.7] j’ai bien ma
         ,  [271.12] qui tant est biele et riche, n’a gringnour plenté de [271.13] gent que nous n’i avons
 71.21] frere, fait Gahariés, se vous n’estes venus a la mellee, ou  [271.22] pour le chierf que vous avés
  [271.24] besoins est venus. » Et si tost coume il a ceste parole dite,  [271.25] il voient entrer par
  sour lui venir, il n’est mie trop [272.2] asseur, a che qu’il estoit assés las et travilliés et cil
           de [272.8] toutes les pars que il pueent a lui venir. Mais il se desfent [272.9] si bien et
      d’une des [272.15] chambres de laiens et vint a la mellee son arch entesé, une [272.16] saiete mise
  qui l’assailloient,  [272.18] il l’avise et trait a lui et le fiert si durement que li [272.19] haubers
  [272.27] drechier ne s’espee tenir, ains li chiet a terre. Et quant [272.28] Gahariés voit chou, il prent
 ] Gahariés voit chou, il prent une glaive et keurt a chelui qui  [272.29] ensi son frere avoit feru et
    part [272.31] et chiet a la terre, qu’il estoit a mort ferus. Et li autre chevalier  [272.32] avoient
  li fers en pert de l’autre part [272.31] et chiet a la terre, qu’il estoit a mort ferus. Et li autre
    autre chevalier  [272.32] avoient ja mis Gavain a terre et li ostoient le hyaume [272.33] de la teste
  une damoisiele  [272.34] vint avant qui coumencha a crier: «Ne l’ochiés mie, [272.35] mais em prison
      mie, [272.35] mais em prison le metés dusques a tant que nous saichons [272.36] qui il est, car teuls
    [272.37] ne le garandiroit que je ne le fesisse a duel morir. »  [273.1] Ore dist li contes que quant
  chevalier [273.2] entendent chou que la dame lour a dit, il remetent lour [273.3] espees en sauf et desarment
    ot il [273.14] moult grant paour, si le moustre a Gahariet et li dist : [273.15] «Biau frere, je muir
   sans mort eschaper. » Et lors coumenche Gahariés a [273.19] plourer moult durement, car il voit bien
   pour si pau [273.24] faire de chevalerie comme j’a fait ne quesisse chevaliers [273.25] estre. »  [
 , es [274.2] vous la dame de laiens qui s’en vient a une feniestre dont [274.3] on pooit bien parler a
  a une feniestre dont [274.3] on pooit bien parler a eus. Et quant elle entent qu’il se [274.4] vont ensi
   ensi dementant, il l’en prent moult grant pitié, a chou [274.5] que elle voit que c’estoient jovene
  chiaus que elle veist piecha mais. Et lors parole a cheus par [274.8] mi la feniestre et lour dist:
 [274.16] honte ne riens que vous ne puissiés faire a ensient. »  [275.1] Quant Gavains entent la dame
    dame. Et elle commenche [275.14] moult durement a regarder Gavain, et puis li demande [275.15] quans
 5.15] quans ans il puet avoir. Et il dist qu’il en a .XVIII.. «Certes,  [275.16] fait elle, assés estes
    sai vraiement que vous ne [275.23] poés faillir a estre preudoume, se vous vivés longement. [275.2
  ma honte. » Et elle commande  [275.30] maintenant a chiaus de laiens qu’il li aportent ses [275.31] armes
     qu’il ait sa queste afinee. Et il l’a bailliet a [275.35] Gahariet son frere. Et lors li demande la
  court sachent qu’il ait sa queste afinee. Et il l’a bailliet a [275.35] Gahariet son frere. Et lors li
      la dame son non, [275.36] et il li dist qu’il a a non Gavains. «Gavain, fait elle, il couvient 
    la dame son non, [275.36] et il li dist qu’il a a non Gavains. «Gavain, fait elle, il couvient  [2
     seur le col de vostre cheval dusques  [275.39] a la court. » Et il dist que che fera il, puis que
 76.1] Quant il sont ensi apparilliet, la dame dist a  [276.2]Gavain: «Gavain, vous en irés ensi coume
  vous [276.13]creanc comme chevaliers. » Lors dist a Gahariet: « Biau [276.14]frere, comment porrons nous
 76.14]frere, comment porrons nous mener nos brakés a court? [276.15]Car se nous venions sans eus, nous
    qu'i les merront bien. Et saichiés qu'il n'en i a [276.18]nul a dire, ne mais cheus qui furent ochis
       bien. Et saichiés qu'il n'en i a [276.18]nul a dire, ne mais cheus qui furent ochis, que li chevaliers
    furent ochis, que li chevaliers [276.19]emporte a court. » Et lors fait prendre les brakés et metre
  Gahariés tient les .II. [276.21]premiers, il dist a la dame: «Dame, onques n'envoiiés serjant  [276.
        tant [277.3]en tel maniere qu'il sont venut a Camalaoth, ne onques [277.4]ne descendirent devant
 [277.5]lors saut jus Gahariés de son cheval et met a terre l'escu [277.6]son frere et le hyaume et la
  la teste del cherf. Et li autre coururent  [277.7]a Gavain pour lui delivrer de la damoisiele qu'il
  , et li ostent le chief qu'il [277.9]avoit pendut a son col par les treches et puis le desarment. [2
 , Merlins saut avant et dist: « Signour, ne soiiés a [277.12]malaise de riens que vous voiiés: se Gavains
       , il [277.13]garira bien. Je vous di qu'il l'a moult miex fait que vous [277.14]ne cuidiés, car
      miex fait que vous [277.14]ne cuidiés, car il a bien sa queste achievee. Et saichiés que [277.15
    que [277.15]ceste aventure poés vous bien tenir a une des aventures del [277.16]Saint Graal, si en
       maintenant la [277.22]roine, et elle i vient a tout grant plenté de dames et de [277.23]damoisieles
    rechus tu [278.8]ta couronne, car ensi plaisoit a Nostre Signeur, et saiches [278.9]que tantes aventures
  les aventures, et maint autre chevalier,  [278.22]a cui il meskerra souvent. Et assés i soufferront par
 79.6]a conter maintenant tout ensi comme li contes a [279.7]devisé, qu'il ne laissa riens ne pour honte
 «Ore dites», fait Merlins. Et il commenche  [279.6]a conter maintenant tout ensi comme li contes a [2
      cruauté que on i peuust entendre. Et quant il a tout [279.9]conté, Merlins respont: «Certes, Gavain
    [279.19]prie erraument pour chou qu'il voit que a Merlin plaist. [279.20]Et la roine le commande a
   . [279.20]Et la roine le commande a ses dames et a ses damoisieles [279.21]que elles enjoingnent comme
   a Merlin plaist. [279.20]Et la roine le commande a ses dames et a ses damoisieles [279.21]que elles
 .21]que elles enjoingnent comme roi. Et celes vont a conseil [279.22]pour ceste chose et revienent erraument
         parole oiant tous chiaus de laiens et dist a Gavain: [280.3] «Por chou que en la damoisiele mesistes
 , car [280.12]onques puis damoisiele ne le requist a cui il fausist d'aisdier,  [280.13]si estraigne ne
 1.10]cele bataille dont je vous parole ne sera mie a mon tans. [281.11]Et neporquant se vous en ceste
 21]le vous tenra a courtoisie et a deboinaireté et a gentilleche [281.22]et plus en serés prisiés en tous
   faites, on [281.21]le vous tenra a courtoisie et a deboinaireté et a gentilleche [281.22]et plus en
   que se vous che faites, on [281.21]le vous tenra a courtoisie et a deboinaireté et a gentilleche [2
  s'agenoille [281.23]erraument et jure ceste chose a tenir tout son vivant. «Sire [281.24]rois, fait Merlins
  tout ensi sera il fait. Mais ore laisse li contes a parler. [281.38]del roi et de Merlin et de toute
     compaignie pour conter  [281.39]de Tor, le fil a Arés, et de che que il li avint en sa queste.  [
  [282.1] Ore dist li contes que quant Tor, li fius a [282.2]Arés, se fu partis de la court, il chevaucha
 ] une grant liue englesque qu’il vit lés le chemin a [282.6] diestre en un pré deus pavillons tendus,
 282.6] diestre en un pré deus pavillons tendus, et a chascun des [282.7] pavillons droit a l’entree avoit
   tendus, et a chascun des [282.7] pavillons droit a l’entree avoit un escu tout fres et une lanche.
  [282.11] chevalier qu’il vait sivant. Et quant il a trespassés les [282.12] pavillons une arbalestree
    le fait reculer plus d’une lanche,  [282.15] et a poi qu’il ne chai a terre. Et li chevaliers s’esmerveille
     d’une lanche,  [282.15] et a poi qu’il ne chai a terre. Et li chevaliers s’esmerveille  [282.16] pour
   cuidiés vous aler que [282.20] vous ne jousterés a nul des chevaliers de ces pavillons? –  [282.21]
      li nains, qui il est, car [282.24] je le vi n’a pas gramment, mais certes vous n’irois devant [2
         se tu [283.8] vaurras nient. » Et quant il a che dit, il prent un cor qui [283.9] a son col pendoit
    quant il a che dit, il prent un cor qui [283.9] a son col pendoit et le sonne, et ne demeure gaires
      , l’escu au  col, la lanche el puing, et crie a Tor qu’il [283.12] se garde de lui, se li adreche
    en mi le pis qu’il le porte [283.17] del cheval a terre et l’abat si durement k’a poi qu’il n’ot [
 283.17] del cheval a terre et l’abat si durement k’a poi qu’il n’ot [283.18] les bras brisiés au cheoir
  , ne ne dit mot fors qu’il laisse [283.25] courre a Tor. Et cil ne le refuse pas, ains li retourne le
        assés [283.32] fors, si le porte del cheval a terre, et au parcheoir que il [283.33] fist brise
 3] fist brise li glaives, si que li fers en remest a chelui ou costé [283.34] seniestre.  [284.1] Quant
 .34] seniestre.  [284.1] Quant il les voit ansdeus a terre, il met le main [284.2] a l’espee, car il bee
 ’espee, car il bee que il les peuust ansdeus mener a [284.3] outranche. Si keurt sus au premier, qui ja
   les voit ansdeus a terre, il met le main [284.2] a l’espee, car il bee que il les peuust ansdeus mener
  qu’il l’estourdist [284.5] tout et le fait flatir a terre d’ambesdeus les paumes. Aprés [284.6] li vait
    . Aprés [284.6] li vait par dessus le cors tout a cheval si que tout le debrise, [284.7] et cil se
  ’angoisse qu’il sent. Et Tor descent, qui [284.8] a tant ne s’en vaurra mie tenir se il ne crie merchi
  quant il est descendus et il a son cheval atachié a un [284.10] arbre, il keurt a chelui qu’il avoit
    merchi. Et [284.9] quant il est descendus et il a son cheval atachié a un [284.10] arbre, il keurt
   son cheval atachié a un [284.10] arbre, il keurt a chelui qu’il avoit defoulet, se li esrache le [2
  li crie qu’il [284.12] l’ochirra s’il ne se tient a outré. Et cil, qui fu revenus de [284.13] pasmisons
      il eschaper. « Ore [284.15] fiance, fait Tor, a tenir prison la u je t’envoierai. » Et [284.16] cil
     li fianche. Et il le laist maintenant et court a [284.17] l’autre, qui tous estoit debrisiés del dur
   [284.18] et li doune de s’espee par mi le hyaume a .II. puins si grant [284.19] caup que il li fait
 , si que chius chiet as dens sour l’erbe vert ne n’a pooir [284.21] de soi relever. Et il l’ahiert erramment
  boin li lach. Et quant il vit chou, il li trenche a l’espee les [284.24] las et li oste del chief. Et
  sa teste nue fors [284.25] de sa coife de fer, il a paour de morir, si crie mierchi, [284.26] coume cil
 : «Tu n’avras [284.27] ja mierchi se tu ne fiances a tenir prison la ou je t’envoierai. »  [284.28] Et
       eschaper. Et il le laisse maintenant et dist a lui [284.20] et a son compaignon: «Signeur, vous
  il le laisse maintenant et dist a lui [284.20] et a son compaignon: «Signeur, vous estes mi prison.
   [284.32] seur vos fiances que vous en alés droit a Camalaoth. Et [284.33] quant vous serés venut a la
 33] quant vous serés venut a la court, rendés vous a mon [284.34] signeur le roi Artus de par Tor, le
    a Camalaoth. Et [284.33] quant vous serés venut a la court, rendés vous a mon [284.34] signeur le roi
   [284.34] signeur le roi Artus de par Tor, le fil a Arés, et vous metés [284.35] en sa prison. » Et li
        [285.3] el pavillon. Et quant il a commandé a Dieu les .II. chevaliers  [285.4] et il s’en voloit
      , qui estoit [285.3] el pavillon. Et quant il a commandé a Dieu les .II. chevaliers  [285.4] et il
  frans chevaliers,  [285.5] par la foi que tu dois a toute chevalerie, je te pri que [285.6] tu me doinnes
    houneur  [285.16] d’aus servir. – Et je l’otroi a toi, fait Tor. Ore en vien [285.17] dont, puis qu
       de [285.21] ceste boine aventure que Diex li a douné au commenchement  [285.22] de sa chevalerie
  tu qui il est? – Sire, on bien. Sire, il [285.25] a non Abelin, uns des boins chevaliers de ceste terre
    chevaliers de ceste terre, mais [285.26] tant i a qu’il est uns des plus orgilleus hom que je onques
   , et estoient li pavillon [286.4] biel et riche. A chascun des pavillons pendoit uns escus et [286.
    ne puet pas dedens le pavillon entrer  [286.13] a cheval, et baille son cheval au nain et sa glaive
    li brakés [286.20] saut jus del lit et commence a glatir si fort pour chou que [286.21] il ne connissoit
    le puisse desfendre devant que je [286.31] soie a court ! » Et cil le prent et il monte tout erraument
    repentir assés tost, car li chevaliers [286.36] a cui il est ne lairoit en nulle maniere que il n’alast
  conduit, se il le [286.38] veoit, et si feroit il a la table le roi Artus. – Damoisiele, [286.39] fait
  court [286.40] le roi Artus, si l’ai sivi jusques a chi par son commandement.  [286.41] Ore l’ai trouvé
 .  [286.42] Se auchun chevalier em poise qui cha l’a aporté, si [286.43] viegne apriés moi pour le rescorre
  elle, [286.44] si le nous taurrés en tel maniere, a nous qui soumes [286.45] damoisieles et la ou il
      qui soumes [286.45] damoisieles et la ou il n’a nulle desfense? – Je nel vous [286.46] taul mie,
   cuic mie que vous l’emporterés jusques  [286.49] a Camalaoth sans contredit. – Jou l’en aporterai,
  nous [287.6] ne porriens hui mais venir aisiement a Camalaoth. [287.7] – Certes, sire, fait li nains
  li chevaliers aprés, si vont tant qu’il sont venu a l’ermitage,  [288.3] qui seoit en moult estrange
 .8] nains, qui autre fois i avoit esté, vint droit a l’uis et commenche  [288.9] a hurter et a apieler
     esté, vint droit a l’uis et commenche  [288.9] a hurter et a apieler, et tant que li preudom vint
    droit a l’uis et commenche  [288.9] a hurter et a apieler, et tant que li preudom vint [288.10] a une
    a apieler, et tant que li preudom vint [288.10] a une fenestrele et l’ouvri et regarda dehors qui chou
      la venus pour ostel avoir, si vint maintenant a l’huis [288.13] et l’ouvri, et lor dist que bien
   , car assés estoit plus las que il ne soloit. Et a l’endemain,  [288.21] si tost comme il fu jours,
   prist congiet au preudoume, et moult le commanda a [288.25] Dieu et moult li requist que il proiast
    se remist en [289.2] son chemin pour aler droit a Camalaoth. Mais il n’ot pas [289.3] chevauchié demie
     armés, si qu’il ne li faloit [289.9] riens qui a armeure apartenist. «Ha! sire, fait li nains, ore
 89.16] damoisieles le braket, car vous le renderés a vostre [289.17] honte! » Chis ne li respont onques
    [289.17] honte! » Chis ne li respont onques mot a chose que il li [289.18] die, ains li adreche la
   et des visages, si qu’il s’entrabatent  [289.22] a la terre tout enviers et n’i a chelui qui n’ait tout
            [289.22] a la terre tout enviers et n’i a chelui qui n’ait tout le [289.23] hiaume pourrous
           des [290.2] devant eure de prime jusques a eure de tierche. Et lors [290.3] furent ambedui mat
  [290.4] perdu del sanc del cors. Mais trop estoit a chelui plus grief [290.5] que a son compaignon, car
 . Mais trop estoit a chelui plus grief [290.5] que a son compaignon, car s’espee si n’estoit pas moult
   moult li valut le jour et qui moult fist [290.8] a son compaignon mal. Un poi devant eure de tierce
     devant eure de tierce commencha  [290.9] moult a lasser le chevalier, car trop avoit pierdu [290.
      adont qu’il [290.12] lassoit, se li commencha a douner grandesimes cols de [290.13] s’espee trenchant
  voies et endure, k’il ne [290.15] le puet amender a sa volenté, si se cuevre au miex qu’il [290.16] puet
 90.19] dist: « Chevaliers, tu vois bien que tu ies a la mort, se je [290.20] voel, car tu n’as mais pooir
       je [290.22] une bonté que tu ne fesisses pas a moi, si coume je cuic, [290.23] se tu fuisses si
      ja. – Se tu te veus, fait Tor, [290.26] tenir a outré de ceste bataille et fianchier prison la ou
       [290.34] fois dire u faire chose qui tornast a recreandise! – Comment!  [290.35] fait Tor, si volés
     . – Par foi, fait [290.37] il, dont estes vous a la mort venus. » Se li rekeurt sus maintenant  [
       caus de l’espee [290.39] qu’il le fait voler a la terre tout estordi. Et lors li saut seur [290
     de fer. Et il li crie [290.43] qu’il se tiegne a outré ou il l’ochirra. Et cil respont a painnes
  se tiegne a outré ou il l’ochirra. Et cil respont a painnes  [290.44] et dist: « A outré ne me terrai
    . Et cil respont a painnes  [290.44] et dist: « A outré ne me terrai je pas pour pooir que [290.45
 .46] paour de morir ne ferai ne ne dirai chose qui a honte me [290.47] tourt.» Et cil dist que che n’a
  a honte me [290.47] tourt.» Et cil dist que che n’a mestier: toutes voies dira il [290.48] ou il li caupera
   [291.7] frans chevaliers, par la foi que tu dois a toute chevalerie, [291.8] doune moi un don. Et certes
  chevaliers  [291.21] entent ceste parole, il crie a Tor: «Ha! frans chevaliers,  [291.22] por Dieu, ne
  . Mais laisse moi atant, que [291.25] je me tieng a outré et te fianche a tenir prison la ou tu [291
   , que [291.25] je me tieng a outré et te fianche a tenir prison la ou tu [291.26] commanderas. – Ha
 [291.26] commanderas. – Ha! sire chevaliers, c’est a tart, che dist [291.27] Tor, car jou en ai le don
  che dist [291.27] Tor, car jou en ai le don douné a la damoisiele. Se li terrai, [291.28] car autrement
  Et [291.29] quant cil l’entent, il tent ses mains a la damoisiele et crie [291.30] mierchi et dist:
         , che dist Tor, se chis chevaliers ne vous a tant [291.37] mes fait qu’il ait la mort deservie
 ’une toise loing del [291.47] bu, et li cors chiet a terre. Et la damoisiele keurt cele part [291.48]
      [292.6] bien avenu. Chi pres en ceste forest, a .II. archies pres, a [292.7] un mien rechet biel
   . Chi pres en ceste forest, a .II. archies pres, a [292.7] un mien rechet biel et riche ou vous vous
   [292.10] moult vaurra miex li osteus de la venue a si preudomme [292.11] et a si boin chevalier comme
   li osteus de la venue a si preudomme [292.11] et a si boin chevalier comme vous estes. – Ore montons
       assés et [292.16] riches et fors. Elle vient a la porte et apiele, et uns varlés [292.17] saut avant
    ne veistes onques [292.20] gringnour joie faire a estrange chevalier que cil de laiens [292.21] li
   damoisele aportoit. [292.22] Si li disoient tout a une vois: « Ha! sire, beneoite soit [292.23] l’eure
        ! Car vous nous avés mis en pais et en joie a [292.25] toute nostre vie, quant vous nous avés mort
    [293.3] moult estoient aaisié de toutes choses. A l’endemain, [293.4] quant il ot messe oïe a une capiele
      . A l’endemain, [293.4] quant il ot messe oïe a une capiele qui laiens estoit, il prist [293.5] ses
  prist [293.5] ses armes et monta et prist congiet a la dame de laiens et [293.6] a tous les autres. Et
 .6] a tous les autres. Et il le commanderent moult a Dieu et [293.7] moult li priierent que se aventure
    et prist congiet a la dame de laiens et [293.6] a tous les autres. Et il le commanderent moult a Dieu
     . Tant erra en tel [293.13] maniere qu’il vint a Camalaoth et trouva Gavain, qui [293.14] estoit ja
        des pavillons qu’il avoit envoiiet [293.18] a court.  [294.1] Li rois le rechiut moult liement
 . Et cil li jure. Et maintenant commencha [294.10] a conter oiant tous les compaignons de la Table Reonde
   chou qui avenu li estoit, ensi coume li contes l’a ja [294.12] devisé. Et quant il ot tout conté, li
   fust fius dou vakier, ne l’euust il si bien fait a [294.21] cest commenchement, car fius de vakier et
     il, que nature de lignage et fine gentillece l’a si [294.24] duit et apris en poi de terme coume vous
      Tor. Mais [294.34]pour chou que li vilains ot a feme la damoisiele cele [294.35]semainne meismes
     comme je vous ai conté. » Et li rois commenche a rire [294.38]et dist: «Certes, je croi bien que che
      qu’il em prist au roi envie, si [294.43] geut a li et engenra adont Tor. » Et li rois se saingne
 ] Merlins, car le roi Pellinor averés encore anuit a court. [294.49] – Mais vous, che dist li rois, le
  [295.10] que je ne vic onques si grant duel faire a damoisiele coume [295.11] elle fait pour chou qu
  Atant s’en part li rois si tost [295.14] coume il a le varlet commandé a Dieu et se met en la forest
     si tost [295.14] coume il a le varlet commandé a Dieu et se met en la forest [295.15] tout droit viers
      et s’en passe outre coume chis qui [295.22] n’a talent de demorer. Et quant celle le voit, elle li
   damoisiele, mais il ne vaut retorner, car trop a a [295.26] faire, che li est avis. Et quant elle voit
  la damoisiele, mais il ne vaut retorner, car trop a a [295.26] faire, che li est avis. Et quant elle
           secours que j’ai de toi! » Et quant elle a ceste [295.34] parole dite, elle chiet arriere pasmee
      toute [295.45] envierse coume cele qui estoit a mort livree, si s’estent de [295.46] la grant angoisse
 ] la grant angoisse que elle sent. Et li rois, qui a ceste chose [295.47] ne pense mie ne ne prent garde
    germainne, si s’en combateroit [295.58] anchois a lui que il l’enportast si quitement. Et cil mist
   , qui [295.64] encore dure ne ne sera pas finee, a mon ensient, quant [295.65] vous i venrois, se vous
  esperons [296.3] comme cil qui ja n’i cuide venir a tans. Si n’a pas gramment  [296.4] alé quant il trueve
 6.3] comme cil qui ja n’i cuide venir a tans. Si n’a pas gramment  [296.4] alé quant il trueve les pavillons
  de grant [296.12] cuer. Li rois ne regarde onques a la bataille, car moult l’en [296.13] est peu, car
 [296.14] la ou il voit la damoisiele, il s’en vait a li et li dist: [296.15] « Damoisiele, vous en fustes
  et li dist: [296.15] « Damoisiele, vous en fustes a tort menee de la court et je [296.16] vous i remenrai
   menee de la court et je [296.16] vous i remenrai a droit, car pour chou m’envoia cha li rois [296.1
   . Ves la .II. chevaliers qui le nous baillierent a [296.22] garder: faites que il nous delivrent et
        [297.3] vous tant que jou aie un poi parlet a vous. » Et cil s’arrestent  [297.4] maintenant et
 .5] dist: «Biau signeur, ceste damoisiele fu prise a tort en la [297.6] court nostre signeur le roi Artus
   et je sui cha venus aprés, [297.7] si l’enmenrai a droit la ou elle fu prise.» Et il respondent [29
     il noient. «Ore me dites dont, [297.9] fait il a l’un, pour quele raison le volés vous avoir. [29
  est ma cousine  [297.11] germainne, si l’enmerrai a ses amis et ases parens qui [297.12] moult le desirent
      et ases parens qui [297.12] moult le desirent a veoir coume celle qu’i ne virent grant [297.13] tans
    grant [297.13] tans a passé. – Et vous, fait il a l’autre, pour coi le [297.14] demandés vous? – Pour
     coume celle qu’i ne virent grant [297.13] tans a passé. – Et vous, fait il a l’autre, pour coi le
 97.19] – Ore vous, che dist li rois, en poés tenir a fol pour chou [297.20] que pour li avés encommenchiet
    asseur en soiiés vous, ains l’enmerrai [297.22] a la court le roi Artus u elle fu prise. – Voire, font
       ceste bataille. [297.25] et nous combaterons a vous. – La bataille, fait li rois, ne [297.26] vous
     avoit estee [297.30] entr’ex et fianchent l’un a l’autre qu’i s’en entraideront  [297.31] dusques
   l’autre qu’i s’en entraideront  [297.31] dusques a la mort. Et quant li rois voit qu’il s’appareillent
    legierté, [297.37] saut de l’autre part et dist a chelui: «Trop avés fait grant [297.38] mauvaistié
 ’estoit [297.41] cil qui la damoisiele avoit prise a la court. Et quant li [297.42] autres voit chelui
 .42] autres voit chelui caup, il n’est pas asseur, a che qu’il se [297.43] voit seul et se sent las et
  ’ounour et pour vengier le de chelui [297.48] qui a forche l’enmenoit. Je la vous lais, car je ne cuideroie
  baron, ains s’en gabe quant [297.55] on en parole a li. – Saichiés, fait li rois, que elle ne trouvera
         en la [298.2] compaignie del chevalier. Et a l’endemain, si tost [298.3] coume il fu jours, il
    devant. Et [298.13] quant il orent erré jusques a prime, il avint que aventure [298.14] les amena en
 .14] les amena en une valee parfonde moult anieuse a chevauchier,  [298.15] car elle estoit toute plainne
    de pierres et de roches. [298.16] Et li chevaus a la damoisiele, qui ne se set mie tres bien [298.
       , tresbuche dessus une roche. Et celle chiet a terre [298.18] si felenessement seur le brach seniestre
  cuida bien [298.19] avoir l’espaulle desliuee, si a si grant angoisse que elle se [298.20] pasme. Et
   lanche en voies et saut [298.23] a terre et vint a li et la trueve toute pasmee. Et il la prent [29
    son escu et sa lanche en voies et saut [298.23] a terre et vint a li et la trueve toute pasmee. Et
    il la prent [298.24] entre ses bras et s’assiet a la terre et le met en son devant, [298.25] si la
      que je fuisse assés reposee, car trop ai esté a [299.9] malaise. – De che ne me chaut, fait il, car
      de viespres, si serions nous de jour [299.11] a Camalaoth. » Lors la prent entre ses bras et la porte
 99.12] desous un arbre pour reposer. Et quant il l’a mise [299.13] jus, il li dist: «Essaiiés, ma damoisiele
   que j’ai [299.16] fait.» Et il esracha de l’erbe a ses mains et le met desous [299.17] son chief por
     et les seles et les laist paistre. Et quant il a che [299.21] fait, il se couche dalés la damoisiele
     , il se couche dalés la damoisiele et s’endort a tel eure [299.22] que il ne s’esveille de tout le
     le jour, ains dormi et reposa [299.23] dusques a la nuit, et aussi fist la damoisele.  [300.1] Quant
 300.1] Quant la nuis fu venue et li tans commencha a [300.2] refroidier, il s’esveillierent ambedui et
   trop dormi. Que ferons nous ? – Sire, fait elle, a remanoir  [300.6] nous couvient dusques au jour,
         [300.11] nous avons tant dormi. – Che nous a fait tant dormir,  [300.12] fait la damoisiele, que
  eus. [301.3] « Ore vous taisiés, che dist li rois a la damoisiele, car chi [301.4] vienent gent dont
      pour parler [301.10] ensamble et dist cil qui a Camalaoth aloit : «Ques nouvieles  [301.11] aportés
    si poissans [301.13] d’amis et de chevaliers et a si avoec soi les cuers de ses [301.14] hommes et
  roi des isles de mer venoient seur   [301.16] lui a ost, il ne les douteroit pas une keneule. Et pour
     keneule. Et pour chou [301.17] m’en revois jou a mon signeur grant oirre et li dirai qu’il [301.1
  emprise qu’il avoit commenchie, car il [301.19] n’a mie ne le pooir ne la gent qu’il peuust le roi Artus
  . Teuls sont les nouvieles que je  [301.22] porte a mon signour del roi Artus. Et vous, ou alés ?  [
     [301.27] fiole de venin si miervilleus qu’il n’a houme ou monde, [301.28] s’il en goustoit ne tant
    quant, que maintenant ne [301.29] morust. Et il a laiens un chevalier qui moult est bien del [301.
   bien del [301.30] roi Artus et ses acointes, qui a creanté a mon signeur que [301.31] il donra au roi
  [301.30] roi Artus et ses acointes, qui a creanté a mon signeur que [301.31] il donra au roi a boire
         a mon signeur que [301.31] il donra au roi a boire cest venin si tost coume je li avrai [301.
   [301.34] soiiés percheus, car puis que che vient a traïson faire, il [301.35] couvient que on le face
    [301.47] a empris. « Ore vous commanch jou dont a Dieu, fait li [301.48] autres chevaliers, puis que
   bien cuide faire legierement chou qu’il [301.47] a empris. « Ore vous commanch jou dont a Dieu, fait
  , qui bien avoit entendu toutes les paroles, dist a la [301.56] damoisiele: «Damoisiele, avés vous entendut
      par si faite traïson. [301.64] – Mais ore n’i a point de delaiier, fait elle, mais si tost [301.
 ] mouvoir comme on verra le jour, si comme on soit a court [301.66] devant eure de disner, car je sai
      , car Merlins li sages [301.70] prophetes est a court, qui ne soufferroit en nule maniere [301.7
  sages a court ? – Oïl, che dist li rois. – Dont n’a, fait elle, [301.74] li rois Artus garde de ceste
  dist la damoisiele, est Merlins li [301.73] sages a court ? – Oïl, che dist li rois. – Dont n’a, fait
        chelui destruit quant nous [301.77] verrons a court. – Je le cuic bien», che dist li rois. Si en
 8] laissent atant la parole et s’endorment jusques a l’endemain  [301.79] que li jours apparut. Et lors
    qui li crioit qu’il [302.3] retornast pour aler a li. Et quant il est venus la meismes, [302.4] il
       quant elle m’apiela et je li euusse secourut a cest [302.10] besoing, elle ne fust pas devouree
           aussi. »  [303.1] Lors commenche li rois a faire trop grant duel [303.2] et est tant dolans
     onques veus. Et il faisoit bien a prisier, car a [303.8] chelui tans n’avoit el monde millour chevalier
 [303.7] elle euust onques veus. Et il faisoit bien a prisier, car a [303.8] chelui tans n’avoit el monde
   . Et [303.9] cele, qui li voit cel duel mener et a cui il em poise trop, li [303.10] dist: «Ha! sire
 ! Certes, ja preudom n’en orra parler [303.14] qui a mauvais ne vous en tiegne ! » Et il respont trop
     , fait elle, la teste de la damoisele [303.25] a la court pour moustrer apertement ceste mierveille
      . Si baille la teste de la [303.30] damoisele a pendre a son archon devant et prent le chevalier
  baille la teste de la [303.30] damoisele a pendre a son archon devant et prent le chevalier  [303.31
 ] occhis et le met devant soi et l’enporte dusques a [303.32] l’ermitage, et trueve le preudoume, qui
 33] tout son service chanté. Li chevaliers descent a l’uis d’une [303.34] petite chapiele qui laiens estoit
 5] mort et conte au preudomme tout ensi coume il l’a trouvé [303.36] occhis, mais il ne set par quel mesaventure
  de che qu’il voloient, tant [304.7] qu’il vinrent a Camalaoth droit a eure de viespres.  [305.1] Quant
     , tant [304.7] qu’il vinrent a Camalaoth droit a eure de viespres.  [305.1] Quant cil de la court
      hounerablement.  [305.4] Li rois Artus li ala a l’encontre, car moult amoit [305.5] et lui et sa
     , veschi ma [305.7] queste. L’ai je bien menee a chief? – Certes, oïl, che dist [305.8] li rois, la
    , la Dieu merchi. Je n’oï onques parler de gent a cui [305.9] il avenist si bien coume a vous .III
     de gent a cui [305.9] il avenist si bien coume a vous .III. compaignons, qui [305.10] de chaiens meustes
   [305.10] de chaiens meustes ensamble, car il n’i a chelui, [305.11] Dieu merchi, qui ne soit revenus
   [305.12] et qui n’ait menee sa queste a chief et a sa volenté. »  [306.1] Lors furent li saint aporté
      haitiés [305.12] et qui n’ait menee sa queste a chief et a sa volenté. »  [306.1] Lors furent li
 ] il sans mentir de riens. Si commencha maintenant a conter  [306.6] tout chou qu’il li estoit avenu,
      qu’il li estoit avenu, ensi coume li contes l’a [306.7] ja devisé. Et quant il ot tout conté, qu
    [306.10] dalés la fontainne, mais il s’en aloit a tel besoing qu’il n’ot [306.11] loisir de retourner
   , che dist li rois, [306.18] vous en faites trop a blasmer, car je croi vraiement que se [306.19] vous
   vraiement que se [306.19] vous fuissiés retornés a chelui point que elle vous apieloit  [306.20] si
    esce [306.25] une chose que je desiraisse moult a savoir, s’estre peuust. » [306.26] Et Merlins comencha
           , moult avrés mis [306.43] men cuer plus a aise qu’il n’est. – Je sai bien, fait Merlins, [
             que vous ne l’entenderés  [306.46] pas a ceste fois, et neporquant en brief terme l’entenderés
       damoisele fu dont vous avés aportee la teste a court, [306.49] et je le vous dirai, non pas tout
 .1] Vous souvient, ore a .II. ans, que vous estiés a [307.2] Montor, une vostre chité, et teniés court
   se vous estes sages.  [307.1] Vous souvient, ore a .II. ans, que vous estiés a [307.2] Montor, une vostre
     court riche et miervilleuse,  [307.3] et avoit a cele court venut moult de chevalerie et de [307.
   onques nulle fois si joians comme je fui [307.6] a celui jour. – Bien puet estre, che dist Merlins.
     pour coi je vous ai che dit. Quant vous estiés a vostre [307.8] dos viestu de vos dras roiaus, vostre
    par ta negligense en lairas tu ta char devourer a lions [307.15] chelui an mesmes que tu seras mis
    qu’il disoit, [307.18] fors chou qu’i li venoit a la bouche. – Certes, che dist li [307.19] rois, toutes
      que j’aie laissiet  [307.25] ma char devourer a lions ne sai ge nient que che soit [307.26] voirs
 0] certes, quant il avenra, che sera damages grans a tout le [307.31] roiame de Logres. – Encore ne m
  ore plus descouvrir, car vous le savrés bien tout a [307.35] tans. Et bien saichiés que vous n’euustes
    et aussi boine vierge que [307.53] Nostre Sires a oi sa proiiere, car tout che que elle dist [307.
  devant l’autel et te mesis a genous et commenchas a priier [307.60] od larmes et o plours Nostre Signour
   oïe, tu alas [307.59] devant l’autel et te mesis a genous et commenchas a priier [307.60] od larmes
  «Rois Pellinor, tout aussi [307.64] coume faudras a ta char te faurra ta chars, et che sera pour [30
    rois, ceste parole [308.2] me fu voirement dite a chelui jour que vous devisés et tout   [308.3] en
     onques ne poi entendre que [308.5] chou estoit a dire. Et pour chou vaurroie jou priier pour [308
 8.8] nulle maniere les choses que li Haus Maistres a establies [308.9] a sa volenté. Et bien sachiés que
    choses que li Haus Maistres a establies [308.9] a sa volenté. Et bien sachiés que nus hom vivans ne
     que nus hom vivans ne le vous [308.10] savroit a dire fors moi seulement, et pour chou ne le savrés
     , che dist li rois, et de ma vie et de ma mort a [308.14] la voienté de chelui qui me fist, car se
  de tous periex. » [308.16] Et lors li commenchent a larmiier li oel. Et Merlins li [308.17] dist: «Il
       li oel. Et Merlins li [308.17] dist: «Il n’i a point de desconfort. Nus ne puet destorner   [30
  Et quant il sont [309.7] assamblé, Merlins parole a la dame et li dist: «Dame ves [309.8] chi le roi
        fois, car il meismes le prousenta  [309.13] a ceste fois au roi Artu mon signour qui chi est pour
    ,  [309.20] et sui pres que je le die orendroit a mon signeur le roi [309.21] et a ses houmes s’i le
  le die orendroit a mon signeur le roi [309.21] et a ses houmes s’i le coumande, se il est ensi que vous
  esbahie, si rougist [309.23] de la honte que elle a de chou qu’il li met sus. Et quant [309.24] elle
    de mon estre? –  [309.26] dame, fait il, jou ai a non Merlins. De tant coume vous [309.27] me verrés
  Certes, fait elle, bien vous en croi, car dyables a bien [309.29] pooir de soi moustrer en tantes formes
    formes et en tantes manieres  [309.30] que il n’a si sage houme ou monde que il ne decheust [309.3
    [309.35] plus qu’il puet. » Et lors commenchent a rire tout cil qui la [309.36] estoient et batent
   [309.36] estoient et batent lour paumes et dient a Merlin: «Que [309.37] dites vous de ceste dame?
   si puet bien dire [309.39] voir de chou que elle a dit. Mais se elle ne veult encore [309.40] recounoistre
  comme elle est, je ne li souffrisse  [309.53] pas a dire chou que elle dist. » Et lors dist la [309.
  mentirai pas, ains [309.55] le vous dirai, puis k’a dire le me couvient. Saichiés que Tor [309.56] mes
       que je fui espousee meismes, si [309.58] gut a moi, u je vausisse ou non, che set bien Diex. Onques
      [310.1] Lors parole li rois et dist: «Dame, a chou que [310.2] vous me dites ne samble il pas que
 , non sai jou. » Et lors [310.4] commenche Merlins a rire et dist: «Dame, et qui le vous [310.5] monsterroit
    je ne le vic onques fors une fois et si [310.7] a grant tans que che fu.» Et Merlins dist: «Saichiés
    dist : [310.9] « Veschi le chevalier. » Et elle a honte de ceste parole, si [310.10] commenche a rougir
     a honte de ceste parole, si [310.10] commenche a rougir et li rois aussi. Et Merlins dist : [310.
      aler [310.15] tous vos houmes por un hermite, a cui vous aviés parlé de [310.16] confession, a .III
   , a cui vous aviés parlé de [310.16] confession, a .III. archies d’un chastiel que on apieloit [310
 , vous descendistes et li baillastes vostre cheval a [310.19] tenir tant comme vous fustes desarmés, et
     fustes desarmés, et geustes .II. fois [310.20] a li la meismes, la ou elle faisoit trop grant duel
  comme vous le dites. » Lors [310.32] dist Merlins a la dame: «Dame, vous est il avis que [310.33] je
  , cil mentiroient  [310.34] qui vous tiesmoignent a voir disant de toutes choses.  [310.35] – Et reconnissiés
  houme? [310.36] – Oïl, fait elle, je le reconnois a cele plaie qu’il a en la [310.37] joe senestre, car
    , fait elle, je le reconnois a cele plaie qu’il a en la [310.37] joe senestre, car adont en estoit
   sai tout vraiement. »  [311.1] Lors dist Merlins a Tor: «Tor, or poés veoir et [311.2] connoistre que
 ] l’autre. » Et li rois li prie qu’il li face miex a entendre. «Je [311.9] ne vous en dirai ore plus,
   , fait Merlins, car vous le savrés [311.10] tout a tans, ne vous ne gaaignieriés riens se je le vous
   goie entre les barons, car li [312.2] rois court a Tor et Tor a lui, si baise li peres le fil et li
     barons, car li [312.2] rois court a Tor et Tor a lui, si baise li peres le fil et li fius [312.3]
   fius [312.3] le pere. Et Tor dist qu’il se tient a boin euré de chou que [312.4] li rois Pellinor est
      est ses peres. Et li rois dist qu’il se tient a [312.5] riche de chou que Tor est ses fiex, car il
 [312.5] riche de chou que Tor est ses fiex, car il a tant de bien veut [312.6] en lui a cest commenchement
    fiex, car il a tant de bien veut [312.6] en lui a cest commenchement qu’il set bien qu’il ne faurra
         qu’il set bien qu’il ne faurra [312.7] pas a estre preudomme, se Dieu plaist et s’il puet vivre
 12.8] aage. Et quant la dame voit que la chose est a chou avenue, [312.9] elle prent congiet au roi Artus
    poissans de [312.15] vous abaissier et de metre a nient: en ceste chose vous [312.16] devés vous regarder
        . Ne il ne vous [312.17] bailla que une ame a garder: se vous cele li rendés,  [312.18] dont vous
      ,  [312.18] dont vous tenra il a preudomme et a vrai chevalier. [312.19] Et se vous la metés en autrui
  vous cele li rendés,  [312.18] dont vous tenra il a preudomme et a vrai chevalier. [312.19] Et se vous
 25] contes s’en taist et moult a autres choses que a parler de [312.26] lui.  [313.1] Quant elle fu de
  puis bien, li [312.25] contes s’en taist et moult a autres choses que a parler de [312.26] lui.  [31
  fu par la [313.2] court grans. Et li rois demande a la Damoisele Caceresse, [313.3] si tost coume il
     vous? Nous soumes  [313.5] nous bien acquitiet a vous ? – Certes, sire, fait ele, [313.6] oïl. Ce
      en vostre court, je prenderai [313.9] congiet a vous, car je m’en irai en mon païs au plus tost
 313.21] tous pres et sera tant comme elle demourra a court. Lors [313.22] prie la roine que elle le tiegne
     en baptesme [313.27] et celle li dist que elle a non Niviene et est fille d’un haut [313.28] houme
      voie et dist : [314.1] Ore dist li contes que a l’endemain que li rois oi  [314.2] fait la damoisele
    la damoisele remanoir a court, il traist Merlin a [314.3] conseil et dist: «Merlin, je vous pri que
     li rois oi  [314.2] fait la damoisele remanoir a court, il traist Merlin a [314.3] conseil et dist
   damoisiele dont li rois Pellinor aporta la teste a [314.5] court. – Sire, fait il, je le vous dirai
   cele [314.9] damoisele estoit sa fille et venoit a court pour parler  [314.10] a lui. Et chis chevaliers
   sa fille et venoit a court pour parler  [314.10] a lui. Et chis chevaliers ki estoit avoec li estoit
         de la mierveille et dist [314.15] que chou a esté droite mesqueanche. « Mais or me dites, [31
    , [314.16] Merlin, s’il vous plaist, que che fu a dire «aussi comme [314.17] tu faurras a ta char te
     che fu a dire «aussi comme [314.17] tu faurras a ta char te faurra ta chars, et che sera la chose
    si bien celer auchune chose coume il couverroit a [314.22] faire. – Certes, ce dist li rois, ja chose
 31] houme ne morra el roiame de Logres ne qui tant a valut; [314.32] mais de che ne puet nus eschaper
 7] dist: «La parole si fu: «Aussi comme tu faudras a ta char [314.38] te faurra ta chars. » A sa char
   faudras a ta char [314.38] te faurra ta chars. » A sa char a il ja failli et sa chars li [314.39] faurra
   ta char [314.38] te faurra ta chars. » A sa char a il ja failli et sa chars li [314.39] faurra. Si sera
    [314.41] bien sai le fil del roi ochis. Et sera a chelui point navrés [314.42] de moult de plaies,
 ] si mat et si travilliet que il le metera dusques a outranche [314.44] et le laissera en la plache aussi
  et gerra en pasmissons de nonne jusques  [314.46] a eure de viespres. Quant il avra tant geu en pamisons
       , sauf chou que je [314.63] n’en parlaisse n’a cestui n’a cest autre. – Vous nel porriés [314.6
   chou que je [314.63] n’en parlaisse n’a cestui n’a cest autre. – Vous nel porriés [314.64] destorner
         destorner  [314.65] que li enfes ne venist a norreture et a sauvement par [314.66] cui chis païs
     [314.65] que li enfes ne venist a norreture et a sauvement par [314.66] cui chis païs vendra a destruction
   et a sauvement par [314.66] cui chis païs vendra a destruction. – Coument! fait li [314.67] rois, n

aage
   [248.35] qui il istera n’a pas encore .II. ans d’aage. – Dont ne sera [248.36] che a piece, che dist
    amenoit un sien fil, jovene [253.8] enfant de l’aage de .XV. ans, sour une povre jument. Il [253.9
         apris une cortoisie que je tenrai tout mon aage, [266.27] car jamais tant coume je seroie a cheval
      voit que c’estoient jovene enfant et de petit aage, [274.6] et si prise de chevalerie chelui qui
     vous en [275.17] aiiés, se vous poés vivre par aage, je croi que vous serés [275.18] uns des boins
  que il m’eut puciele ne je n’avoie pas [309.61] d’aage .XV. ans quant il engenra Tor.»  [310.1] Lors
    , se Dieu plaist et s’il puet vivre par [312.8] aage. Et quant la dame voit que la chose est a chou
       , et sont li dui enfant [314.70] auques d’un aage. Et encore vous di autre chose: saichiés [314

aaisié
    il en avoient assés, car [293.3] moult estoient aaisié de toutes choses. A l’endemain, [293.4] quant

aaisier
    et riche ou vous vous porrés reposer [292.8] et aaisier anuit et demain et encore plus, s’il vous plaist

aaisiés
  tous chiaus de [258.26]laiens. Et jou en sui tout aaisiés, car j’ai une espee qui [258.27]avant ier me

abache
      fors pour chou que li chevaliers [266.7] ne l’abache en l’iaue. Si n’en estoit encore pas tres bien

abaisseroit
      de [247.27] si grant chevalerie, houniroit et abaisseroit toute chevalerie [247.28] de la compaignie

abaissier
           , aussi est il poissans de [312.15] vous abaissier et de metre a nient: en ceste chose vous

abat
         dehors l’eve, le fiert si durement qu’il l’abat [266.11] dou cheval a terre. Mais cil n’i fu mie
 [269.4] las, si gete le hiaume en sus de lui et li abat la ventaille por [269.5] lui cauper le chief.
    qu’il le porte [283.17] del cheval a terre et l’abat si durement k’a poi qu’il n’ot [283.18] les bras

abatirent
   durement k’il [267.17] l’orent tantost pris et l’abatirent en mi la sale. Et il i avoit [267.18] ja

abatu
  l’espee et dist que, pour [266.13] chou se il l’a abatu, ne l’a il pas vaincu. «Coment! fait [266.14

abelin
   il est? – Sire, on bien. Sire, il [285.25] a non Abelin, uns des boins chevaliers de ceste terre, mais

achievee
    pour chou qu’il [259.13]n’en avra nulle chaiens achievee doins jou le don a .III. [259.14]chevaliers
 , car il me samble que [271.7] j’ai bien ma queste achievee, Dieu mierchi. – Ore demorrons,  [271.8] biau
   vous [277.14]ne cuidiés, car il a bien sa queste achievee. Et saichiés que [277.15]ceste aventure poés

achiever
 ? Iceste daarrainne  [262.10]aventure est vostre a achiever. Montés quant il vous [262.11]plaira et alés

achieverai
   en metés sour moi de cest [247.33] affaire, je l’achieverai en tel maniere que ja n’en devrai [247.

achieveront
 59.14]chevaliers des chevaliers de chaiens qui les achieveront. Si [259.15]avera Gavains le premiere a

acointes
   qui moult est bien del [301.30] roi Artus et ses acointes, qui a creanté a mon signeur que [301.31]

acompli
  je peusse chelui [248.39] jour veoir que che sera acompli, car en cest païs avra [248.40] adont joie

acomplir
    chevaliers viegne qui [248.37] doit cesti siege acomplir. – Voirs est, che dist Merlins. Je [248.3

aconsiurre
        grant oirre pour [282.3]savoir se il peuust aconsiurre chelui qui le braket enporte. [282.4] Et

acordent
     chis en [258.15] estoit. » Et a ceste parole s’acordent tout cil del palais fors [258.16] Gavain.

acorder
    je li desisse ne s’i veut consentir [254.30] ne acorder fors a estre chevaliers. ” Li rois dist que
 8] se tienent a ma maniere, mais icil ne s’i veult acorder en [254.39] nule guise, ains dist qu’il ne

acordés
       [258.29]ja moult tost occhis, se vous vous i acordés, car il n’est [258.30]riens ou monde que je

acort
          tant [251.7] comme li vaurront estre a un acort! ” Ceste chose tinrent [251.8] a grant merveille

acourroit
     monté seur un [291.3] blanc petit palefroi, et acourroit cele part au plus [291.4] tost que elle pooit

acquitiet
   , que dites vous? Nous soumes  [313.5] nous bien acquitiet a vous ? – Certes, sire, fait ele, [313.

acreanté
   [314.34] le vous dirai seur chou que vous averés acreanté que [314.35] jamais par vous ne sera descouviert

adens
    ne pot en avant, [269.2] ains chaï a terre tous adens. Et Gavains li saut sour [269.3] le cors et l

adont
       pas cele parole [244.12] que Merlins li dist adont, car trop estoit obscure, si avint [244.13] elle
   che sera acompli, car en cest païs avra [248.40] adont joie si grant que devant ni aprés n’avera autretel
  Et quant il l’avoit oiie et il s’en devoit venir, adont [255.11] li chaignoit cil l’espee qui chevalier
    furent atorné li nouviel [255.13] chevalier. Et adont estoit li jors que li rois Artus [255.14] devoit
 .11] comme il faisoit devant. Et Tor aperchut bien adont qu’il [290.12] lassoit, se li commencha a douner
     au roi envie, si [294.43] geut a li et engenra adont Tor. » Et li rois se saingne et dist : [294.
      que chis desloiaus  [301.67] chevaliers venra adont faire cest cop se il en voit son [301.68] point
     plaie qu’il a en la [310.37] joe senestre, car adont en estoit il garis et tout de nouviel. [310.
   [314.47] coume je vous devise, il overra les iex adont et verra [314.48] vers lui venir .II. chevaliers

adrece
 , close de murs et de fossés. [267.13] Li chiers s’adrece celle part canques il onques puet et li [26
      la porte ouverte, se met [267.15] dedens et s’adrece viers la sale et entre laiens. Et li chien

adreche
 266.29] l’espee et giete l’escu sour sa teste et s’adreche viers le chevalier  [266.30] et li dist: «
   crie a Tor qu’il [283.12] se garde de lui, se li adreche la teste dou cheval. Et cil, qui [283.13] le
 83.15] cuidast estre estrais fors de vilains. Si s’adreche viers le [283.16] chevalier et li doune si
 89.13] escu et sa glaive que li nains portoit et s’adreche viers le [289.14] chevalier tout en mi le chemin
        mot a chose que il li [289.18] die, ains li adreche la teste del cheval. Il vinrent de loing [

adrechemens
    sentier, comme cil qui [301.53] bien savoit les adrechemens de la forest. Et quant il se sont [301

aert
      assis as tables. Et lors li saut li brakés et aert [259.37]le cierf par derriere en la quisse et

afaire
      que elle ne fu [245.26] onques, et en si haut afaire le metera et en si grant renoumee [245.27] anchois

affaire
    me poise ne [246.5] je n’en sui mie de si grant affaire ne de si grant pooir que [246.6] je en i osaisse
   dou tout vous en metés sour moi de cest [247.33] affaire, je l’achieverai en tel maniere que ja n’en
 8.50]creantés que vous n’irés pas sans moi en cest affaire, si que [258.51]je peusse la bataille veoir

afinee
   de la [275.34] court sachent qu’il ait sa queste afinee. Et il l’a bailliet a [275.35] Gahariet son
    eus, nous n'averiemes pas nostre [276.16]queste afinee. – Je vous baillerai, fait la dame, tant de

agenoille
 2]et plus en serés prisiés en tous liex. » Et il s'agenoille [281.23]erraument et jure ceste chose a tenir
      se laisse cheoir [291.6] de son palefroi et s’agenoille devant Tor et li dist: «Ha! [291.7] frans

agenoillier
    la ou il vit le roi [257.5] Artus, il s’en vait agenoillier devant lui et li dist : " Rois [257.6]

ahiert
     . Et Gavains li saut sour [269.3] le cors et l’ahiert par le hiaume si fort qu’il en derront les
       plus ne le regarde, et vient au cheval, si l’ahiert [283.20] au frain et dist au nain: «Tien, nains
      ne n’a pooir [284.21] de soi relever. Et il l’ahiert erramment au hyaume et tire [284.22] fort et

ai
      me plaist et cele aim je. Et se je [243.14] n’ai cele, je n’avrai ja feme. – En non Diu, fait Merlins
     chou la voel jou avoir. Et se [243.24] je ne l’ai, je n’avrai jamais feme. [244.1] – Certes, fait
  grant joie [245.7] de chose que je veisse que jou ai de ceste nouviele. Ma [245.8] terre li donroie jou
   en memoire apriés ma [248.25] mort que je ensi l’ai apielé. ” Li rois demande a Merlin : [248.26] "
      [249.3] dist: " Veschi vos freres que je vous ai esleus. Et Nostre [249.3] Sires meche pais et concorde
      enfans as tu? dist li rois. [254.37] – Jou en ai .XIII.. Li .XII. labeurent pour lour vivre et [
   vilain: " Comment as tu non ? _ Sire, [255.28] j’ai a non Arés li vachiers. – Et tes fiex, comment a
  [258.26]laiens. Et jou en sui tout aaisiés, car j’ai une espee qui [258.27]avant ier me fu aportee de
  et de vous et de vostre ostel ! Car [259.61]jou i ai premierement perdu mon braket que je n’amoie [ 2
     foi, [265.15] biau frere, a poi que je ne vous ai ochis et vous moi: li anemis  [265.16] a esté entre
   [268.5] a faire trop grant duel: «Ha! Diex, tant ai malvaisement  [268.6] gardé chou dont ma dame m
   dites vilounie avoec [268.21] le courous que jou ai et honte en mon ostel! Par mon [268.22] chief, il
  . – Ha! sire chevaliers, [270.20] saches que je n’ai mestier de chevauchier, car trop sui lassés  [2
    trop sui lassés  [270.21] et travilliés et trop ai pierdu del sanc, si cuic que il me  [270.22] couverroit
   en irons a court, car il me samble que [271.7] j’ai bien ma queste achievee, Dieu mierchi. – Ore demorrons
   estoit envenimee [273.17] . Et saichiés, se je n’ai prochainnement secours, je ne [273.18] puis sans
   te taurra elle. Toutes ces paroles [278.16]que t'ai dites ne set nus hom morteus aussi bien comme je
 278.17]les sai, mais ore te dirai pour coi je le t'ai dit. Voirs est que [278.18]je t'ai parlet des aventures
     coi je le t'ai dit. Voirs est que [278.18]je t'ai parlet des aventures qui avenront et chi et aillours
         ? –  [282.21] Ha! nain, che dist Tor, je n’ai mestier de sejorner, ains [282.22] m’en couvient
  ’est li [283.21] commencemens de chevalerie que j’ai commenciet. » Et si [283.22] tost coume il ot dit
   par tort en la court [286.40] le roi Artus, si l’ai sivi jusques a chi par son commandement.  [286.
        a chi par son commandement.  [286.41] Ore l’ai trouvé, si l’emporterai par droit et par raison
    nel vous [286.46] taul mie, fait il, mais jou l’ai pris coume la moie chose la [286.47] ou je le trouvai
  , c’est a tart, che dist [291.27] Tor, car jou en ai le don douné a la damoisiele. Se li terrai, [29
 – la Diex n’ait merchi de m’arme se je [291.39] en ai merchi, car il m’ochist mon frere et voiant mes
   au nain: «Je me senc las [292.2] et travillié et ai assés pierdu del sanc. Se je me seusse hui [292
  est, car il avint tout [294.37]ensi comme je vous ai conté. » Et li rois commenche a rire [294.38]et
      que tu aies aussi grant mestier d’aide que ge ai [295.31] orendroit et que tu soies aussi esgarés
  grignour aide [295.33] ne gringnour secours que j’ai de toi! » Et quant elle a ceste [295.34] parole
 .14] demandés vous? – Pour chou, fait il, que je l’ai conquesté  [297.15] par ma valour et par ma proueche
      [297.17] et tant ai fait que dusques cha l’en ai amené. Et pour chou [297.18] la deveroie jou avoir
     et voiant toute sa compaignie [297.17] et tant ai fait que dusques cha l’en ai amené. Et pour chou
    ensus de lui, se li dist: «Sire chevaliers, jou ai par [297.45] ma folie mespris enviers vous de ceste
  Et elle respont [299.3] toute tramblant: «Sire, j’ai euut la gringnour paour que [299.4] je onques mais
         ou [299.5] le brach ou l’espaule, mais non ai, Dieu merchi. – Coument  [299.6] vous sentés vous
 99.8] devant que je fuisse assés reposee, car trop ai esté a [299.9] malaise. – De che ne me chaut, fait
   elle, mais moult me duel encore dou cheoir que j’ai [299.16] fait.» Et il esracha de l’erbe a ses mains
 .61] ceste aventure biele et moult me plaist que j’ai ceste chose [301.62] oïe en tel maniere, car, se
    dist au roi: «Sire, veschi ma [305.7] queste. L’ai je bien menee a chief? – Certes, oïl, che dist
    Merlins. Or vous [307.7] dirai pour coi je vous ai che dit. Quant vous estiés a vostre [307.8] dos
   dit qui [307.32] fu la damoisiele de coi je vous ai tant demandé. – Je le   [307.33] vous ai dit tant
   je vous ai tant demandé. – Je le   [307.33] vous ai dit tant coume je puis, che dist Merlins, si nel
   aies aussi [307.47] grant mestier d’aide coume j’ai orendroit et que tu soies [307.48] aussi esgarés
           aide ne gringnour secours [307.50] que j’ai de toi! » Tout chou dist la damoisiele. – Certes
  devisés et tout   [308.3] en autel maniere, si en ai esté moult pensis toutes les fois [308.4] qu’il
   Tor, si connisteroit ja chou que [309.3] je vous ai dit. » Et il le commande et cele vient avant. Et
       de mon estre? –  [309.26] dame, fait il, jou ai a non Merlins. De tant coume vous [309.27] me verrés
    , biaus fiex, ne va avant, mais vien cha, car j’ai [314.52] besoing de toi. » Tor l’orra bien et entendera
      , que ja n’en avra mierchi. Ore [314.60] vous ai devisé la mort Pellinor, qui avenra tout ensi coume
      , qui avenra tout ensi coume [314.61] je vous ai devisé. – Certes, che dist li rois, che sera damages

aida
  de si lontaigne terre. Et pour [280.14]chou qu'il aida puis tout dis si volentiers et de si boin cuer

aide
      [260.34] venra bien a chief de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [261.1] En che qu’il parloient laiens
  volons [280.8]nous que se damoisele vous requiert aide ne secours, que [280.9]vous li aidiés, ne ja ne
 95.30] te doinst que tu aies aussi grant mestier d’aide que ge ai [295.31] orendroit et que tu soies aussi
   proiier puisse tu par besoing ne n’aies grignour aide [295.33] ne gringnour secours que j’ai de toi
  puis que ses amis est mors [295.41] par defaute d’aide ne elle ne puet avoir secours ne de Dieu [295
       [302.8] damoisele est morte par defaute de m’aide! Se je fuisse [302.9] retournés quant elle m’apiela
   vivre que tu aies aussi [307.47] grant mestier d’aide coume j’ai orendroit et que tu soies [307.48]
       tu par [307.59] besoigne ne n’aies gringnour aide ne gringnour secours [307.50] que j’ai de toi
    [307.54] t’avenra, car tu morras par de faute d’aide ausi coume elle [307.55] fist. Et lors t’avenra

aidera
    un jour sera encore que sa biautés [244.7] vous aidera tant que vous en recheverés terre a tel point

aidiés
  vous requiert aide ne secours, que [280.9]vous li aidiés, ne ja ne soit de si estrange lieu ne si mesconneue

aie
 . Et saichiés que je ne le fac mie pour chou que j’aie [258.7] a vous gringnour amour k’a nul autre, mais
    ne serai jamais liés [294.45] devant que je les aie tous trois assamblés devant moi, le [294.46] roi
      chevalier, arrestés [297.3] vous tant que jou aie un poi parlet a vous. » Et cil s’arrestent  [2
 07.24] et en sa compaignie qui chi est. Mais que j’aie laissiet  [307.25] ma char devourer a lions ne

aïe
 36] preudomme, car je le vaurroie moult, se Diex m’aïe. ” Et [255.37] lors saut avant Merlins et dist

aies
     ne me terrai je pas pour pooir que [290.45] tu aies. Ore fai de moi chou qu’il te plaist, car ja pour
       et orgilleus, Diex [295.30] te doinst que tu aies aussi grant mestier d’aide que ge ai [295.31]
  ,  [295.32] et proiier puisse tu par besoing ne n’aies grignour aide [295.33] ne gringnour secours que
 .46] orgilleus, Diex vous doinst tant vivre que tu aies aussi [307.47] grant mestier d’aide coume j’ai
 , et proiier puisses tu par [307.59] besoigne ne n’aies gringnour aide ne gringnour secours [307.50] que

aiiés
    [243.9] loent, car il est bien raisons que vous aiiés des ore mais [243.10] feme. Mais ore me dites
      dist : " Veschi  [248.24] le Siege Perilleus: aiiés le bien en memoire apriés ma [248.25] mort que
       dou chierf est vostre, mais que [260.18]vous aiiés mengié. Prendés vos armes et montés sour vostre
  [260.19]cheval et sivés le chierf tant que vous l’aiiés pris, si en [260.20]aportés chaiens la teste
   [260.27]que vous ne finés jamais devant que vous aiiés le chevalier [260.28]et le braket pris, ou mort
  la damoisiele, [262.12]et si le faites que vous i aiiés hounour. » Et il le mierchie [262.13]moult de
  vous asseure [268.23] jou que pour pooir que vous aiiés n’enporterés vous le [268.24] chierf de chaiens
     estes jovenes. Et combien que vous en [275.17] aiiés, se vous poés vivre par aage, je croi que vous
  chevalier ne verrés au dessus [281.19]dont vous n'aiiés mierchi, se il la vous requiert, ja tant ne
         qui averront au tans le roi aventureus. Et aiiés [281.34]chaiens .L. clers qui ne fachent autre
       et dist: « Ha! france damoisiele, pour Dieu, aiiés [291.31] merchi de moi ne ne me faites pas occhirre
      [291.37] mes fait qu’il ait la mort deservie, aiiés ent mierchi, si ferés [291.38] courtoisie grant
  . – Voirs est, che dist li rois. [314.7] Onques n’aii és garde que elle soit descouverte par parole [

aille
    vous le me loés, jou sui pres [258.25]que jou l’aille orendroit occhirre voiant tous chiaus de [25

aillent
   , auchuns des chevaliers  [260.5] de chaiens qui aillent aprés le braket et apriés le [260.6]chierf

ailliés
 ] aler, car je vous siurrai, quelque voie que vous ailliés. » Et [285.20] il se remet maintenant en son

aillours
  : remanrons nous chaiens ou nous [271.4] en irons aillours? – Nous demourrons hui mais, fait [271.5]
   t'ai parlet des aventures qui avenront et chi et aillours, [278.19]mais en quelque lieu que tu soies
  damoisieles fu il apielés par tout en la court et aillours [280.16]li Chevaliers as Damoisieles, ne chil

aim
 243.13] jou en sai une qui moult me plaist et cele aim je. Et se je [243.14] n’ai cele, je n’avrai ja
    i osaisse metre nul. Mais pour chou que je vous aim  [246.7] tous autant que se vous i fuissiés tout

aimme
  en a assés d’autre. [245.10] Mais che que je miex aimme li envoierai jou, chou est ma [245.11] Table
 [246.11] et qu’il vous amera autant comme li peres aimme le [246.12] fil. Et il a tant de preudommes en
       [301.71] que li rois fust ensi traïs, car il aimme le roi de trop grant [301.72] amour. – Comment
   norris en povreté: se [312.11] Nostre Sires vous aimme tant qu’il vous mette en la boine [312.12] euurté

ains
   sans [243.6] vostre conseil n’en feroie jou mie, ains en voel dou tout [243.7] ouvrer par vostre conseil
 245.11] Table Reonde. Mais elle n’i est mie toute, ains s’en faut .L. [245.12] chevaliers, qui puis sont
  il pas a si grant chose comme est [254.27] ceste, ains fust hom labourans coume sont si frere et vesquist
  icil ne s’i veult acorder en [254.39] nule guise, ains dist qu’il ne sera se chevaliers non. Ne sai
     que il ne faurroient li un as [255.16] autres, ains s’entreporteront loial compaignie tant coume
  a gentillece, nient plus que si autre frere font, ains fust  [255.44] drois vilains aussi coume sa nature
     vostre! »  [259.48]Et il ne li respont onques, ains s’en vait toutes voies. [259.49]Et la damoisiele
        ne mellee [265.10] n’avera entre vous deus, ains i avera boine pais et boine [265.11] concorde
   a terre. Mais cil n’i fu mie longement, [266.12] ains resaut sus et met le main a l’espee et dist que
   vous ne [268.18] faites mie chou que vous devés, ains faites coume vilains [268.19] chevaliers et mauvais
   n’enporterés vous le [268.24] chierf de chaiens, ains i remanra et vous avoec, et tout vostre  [268
  que il ne puet [268.48] plus endurer ne souffrir, ains li couvient a guenchir et a [268.49] trestourner
      li chevaliers que il ne pot en avant, [269.2] ains chaï a terre tous adens. Et Gavains li saut sour
    pour chose que tu me dies [269.18] n’escaperas, ains i morras orendroit. – Voire? fait cil. [269.1
 8] de chevauchier tant que tu soies demain a court ains [270.19] que li rois soit alés au moustier. –
   puet en haut [272.27] drechier ne s’espee tenir, ains li chiet a terre. Et quant [272.28] Gahariés voit
        ne te sont pas [278.10]avenues pour noient, ains sont senefiances et commenchement  [278.11]de
          [281.13]folement, vous porriés bien morir ains vos jours, car che [281.14]n'est mie doute que
   escus, mais il ne torne [282.9] onques vers aus, ains s’en vait tout son droit chemin pour [282.10]
 ! nain, che dist Tor, je n’ai mestier de sejorner, ains [282.22] m’en couvient aler grant oirre apriés
    , qui [283.13] le voit venir, ne le refuse pas, ains refait tout autretel ensi [283.14] que nature
    [283.25] courre a Tor. Et cil ne le refuse pas, ains li retourne le cheval.  [283.26] Et cil le fiert
  chevalier, elle n’est pas aise, car il est armés, ains saut [286.24] sus toute effree et s’en fuit hors
         onques mot a chose que il li [289.18] die, ains li adreche la teste del cheval. Il vinrent de
    , fait Merlins, vous le verrés [294.17] chaiens ains que la nuis viegne. Mais ore me dites, fait [
         feme. – Nennil [294.40]voir, dist Merlins, ains estoit une pastorele que li rois [294.41]trouva
 97.21] l’averés point, tous asseur en soiiés vous, ains l’enmerrai [297.22] a la court le roi Artus u
     ne [297.54] vaut onques avoir ne ami ne baron, ains s’en gabe quant [297.55] on en parole a li. –
     [299.22] que il ne s’esveille de tout le jour, ains dormi et reposa [299.23] dusques a la nuit, et
    savriemes ore tenir ne [300.8] voie ne sentier, ains retornerions par aventure quant  [300.9] nous
  vos oevres que vous soiiés si mescheans, [306.33] ains le voit on tout dis par coustume que Nostre Sires
  au roi: «Sire, certes je ne vous en mentirai pas, ains [309.55] le vous dirai, puis k’a dire le me couvient
     [309.56] mes fiex n’est pas fiex de mon baron, ains l’engenra uns [309.57] chevaliers cele semainne
     [310.24] porter avoec vous, mais elle ne vaut, ains s’en torna [310.25] fuiant si coume elle pooit
 .10] que je porrai. – Damoisele, che dist li rois, ains sejornerés [313.11] chaiens, s’il vous plaist
   et sa chars li [314.39] faurra. Si sera un jour, ains eure de .XII. ans, qu’il sera [314.40] entrés
    ne [314.53] cuidera pas que che soit ses peres, ains cuidera que chis [314.54] le gabe et escarnisse
   sont tout sain et haitiet ne n’en i ot nul peri, ains [314.78] les trouva uns riches hom qui tous les
  rois. – Nennil certes, che dist Merlins, [314.82] ains est moult loing. »     vous en porrés estre [

aisdier
   puis damoisiele ne le requist a cui il fausist d'aisdier,  [280.13]si estraigne ne fu ne de si lontaigne

aise
     a chief.» Et li respont qu’il ne seroit jamais aise [260.24]devant k’il se soit a la voie mis. Et
    elle voit [286.23] le chevalier, elle n’est pas aise, car il est armés, ains saut [286.24] sus toute
 99.17] son chief por chou que elle se dormist plus aise. Et il meismes  [299.18] oste s’espee et son hyaume
         , moult avrés mis [306.43] men cuer plus a aise qu’il n’est. – Je sai bien, fait Merlins, [30

aisiement
      en i [246.13] repaire en sa court qu’il porra aisiement trouver .L. preudommes [246.14] esleus chevaliers
   tart que nous [287.6] ne porriens hui mais venir aisiement a Camalaoth. [287.7] – Certes, sire, fait

aisnés
        en la Grant Bretaigne. Et je, qui estoie li aisnés, [264.39]requis a mon frere qu’il m’otriast

ait
      si maintenir, fait li rois Leodegans, qu’il i ait preu     [245.30] et hounour! ” [246.1] Lors furent
 .15] ne le lais ore mie a emplir pour chou qu’il n’ait chaiens [256.16] assés de boins chevaliers, mais
         qui a table se [260.12]sieche devant qu’il ait mengiet. Mais quant les tables [260.13]seront ostees
  qu’il n’avra jamais joie  [266.43] devant qu’il l’ait vengiet. Lors vint a son cheval, si monte [266
    bien que cil de la [275.34] court sachent qu’il ait sa queste afinee. Et il l’a bailliet a [275.35
 .22] a la terre tout enviers et n’i a chelui qui n’ait tout le [289.23] hiaume pourrous. Mais il furent
  : «Mal [290.30] dehait ait qui le fera tant qu’il ait la vie el cors, car aprés [290.31] chou que je
       de travers, si respont: «Mal [290.30] dehait ait qui le fera tant qu’il ait la vie el cors, car
  chevaliers ne vous a tant [291.37] mes fait qu’il ait la mort deservie, aiiés ent mierchi, si ferés
  , si ferés [291.38] courtoisie grant. – la Diex n’ait merchi de m’arme se je [291.39] en ai merchi, car
  [295.35] chou ne retorne, car trop li tarde qu’il ait ataint le chevalier  [295.36] qui la damoisiele
     assés sains et assés haitiés [305.12] et qui n’ait menee sa queste a chief et a sa volenté. »  [3
   laborant sour terre. Et si [309.12] cuic qu’il l’ait ja veut auchune fois, car il meismes le prousenta

aït
    ne si bien [258.13] comme vous. Et ja Diex ne m’aït s’il a ore homme chaiens [258.14] si bien digne
    encore par [301.60] si grant desloiauté. – Si m’aït Diex, fait li rois, moult est [301.61] ceste aventure
      me [313.15] consaut. – Voire, sire, se Diex m’aït, fait Merlins, se vous [313.16] le saviés aussi

ajornera
    mais, fait [271.5] Gavains, et demain, quant il ajornera, nous nous partirons  [271.6] de chaiens et

akievé
   demanda de [294.2] la queste coument il en avoit akievé. «Sire, fait il, ves [294.3] la chi. » Si li

ala
 [247.16] Lors issi de Londres a tout grant gent et ala encontre, [247.17] si les rechiut tous a moult
   montés li rois Pellinor, et descendi, et [257.3] ala en une des chambres de laiens, puis revint el palais
   partis de court.» Et il li dient: «Sire, il s’en ala cele [265.26] part. » Et il li moustrent la voie
 ’endemain,  [288.21] si tost comme il fu jours, il ala oïr le serviche de [288.22] Nostre Signeur tel
    moult hounerablement.  [305.4] Li rois Artus li ala a l’encontre, car moult amoit [305.5] et lui et

alai
 297.15] par ma valour et par ma proueche, car je l’alai [297.16] prendre voiant le roi Artus et voiant

alas
 .58] t’orent courounet et tu euus la messe oïe, tu alas [307.59] devant l’autel et te mesis a genous et

alast
 67.4] nepourquant il n’en i avoit nul qui encore n’alast aprés. Et [267.5] Gavains, qui les vint ataignant
  a cui il est ne lairoit en nulle maniere que il n’alast aprés [286.37] vous et que il ne le presist en

alé
 266.60] ne a piet ne a cheval.    [267.1] Tant ont alé en tel maniere qu’il virent devant [267.2] eus
   sentele au travers de la forest. Si n’ont gaires alé quant [292.15] il voient dalés un vivier le rechet
           tant [295.17] qu’il puet. Et quant il ot alé entour deus liues englesques, [295.18] il trueve
   cuide venir a tans. Si n’a pas gramment  [296.4] alé quant il trueve les pavillons tout ensi comme cil

alegié
    maintenant. Et [291.44] quant li autres se sent alegié, il s’en cuide fuir, mais cil ne [291.45] le

alenti
  de tierche. Et lors [290.3] furent ambedui mat et alenti, car li plus sains avoit assés [290.4] perdu

aler
  Gahariés prie a son frere que [263.6] il le laist aler avoec lui, si le servira comme escuiier, [263
     quel part vous [265.24] veistes le blanc cherf aler, car pour cele aventure faire me [265.25] sui
    ! fait [266.14] Gavains, ne m’en puis je encore aler quites, se il me plaist? [266.15] – Nennil, fait
   , mais il couvient que tu me fianches [270.12] a aler a la court le roi Artus et illuec te meteras en
 .17] nains, que te demande mes chevaus? Laisse moi aler, que [282.18] Diex te doinst malaventure! – Fui
        , faillis et recreans, vous en cuidiés vous aler que [282.20] vous ne jousterés a nul des chevaliers
   mestier de sejorner, ains [282.22] m’en couvient aler grant oirre apriés un chevalier que un [282.2
  neporquant jou [283.4] euusse gringnour mestier d’aler ma voie que de laissier, [283.5] car je ne sai
  te pri, fait li nains, [285.10] que tu me laisses aler avoec toi et en ta compaignie en lieu [285.11
   avoit douné et dist: «Sire, ore en poés [285.19] aler, car je vous siurrai, quelque voie que vous ailliés
      erraument. [286.32] Et ensi qu’il s’en voloit aler, une damoisiele saut hors del [286.33] pavillon
   l’ermite et se remist en [289.2] son chemin pour aler droit a Camalaoth. Mais il n’ot pas [289.3] chevauchié
 ! sire, fait li nains, ore [289.10] n’en poés vous aler sans bataille. Savés vous qui chis est? [289.
    quite de ceste [290.28] bataille et t’en porras aler atant, mais que li brakés me [290.29] remanra
   rois Pellinor se fu [295.2] partis de court pour aler aprés le chevalier qui emportoit [295.3] la damoisiele
           sus les espees traites, et li uns laisse aler [297.35] l’espee et fiert le cheval ou costé seniestre
       au jour, car se nous en [300.7] voloions ore aler de chi, nous ne savriemes ore tenir ne [300.8
       par aventure quant  [300.9] nous cuideriemes aler avant. – Ore remanons dont, fait [300.10] il,
      vous loeroie je [301.45] miex le retorner que aler avant. » Et cil dist que il ne [301.46] retournera
         qui li crioit qu’il [302.3] retornast pour aler a li. Et quant il est venus la meismes, [302.
  li un levrier et un mastin. Et vous en aviés fait aler [310.15] tous vos houmes por un hermite, a cui

alerent
      . Si se drechierent [250.7] erramment et s’en alerent viers le roi por lui faire houmage. [250.8
      [255.18] li nouviel chevalier et li autre, si alerent en tel maniere a [255.19] la maistre eglyse

alés
    si tost que les tables seront ostees [260.26]et alés aprés le chevalier qui le braket emporte. Et gardés
   achiever. Montés quant il vous [262.11]plaira et alés apriés le chevalier et ramenés la damoisiele,
    [265.19] pas, fait il, maintenant, mais se vous alés a la court le roi [265.20] Artus et vous dites
      demain a court ains [270.19] que li rois soit alés au moustier. – Ha! sire chevaliers, [270.20] saches
  , fait Tor, [284.32] seur vos fiances que vous en alés droit a Camalaoth. Et [284.33] quant vous serés
  la moie chose la [286.47] ou je le trouvai. – Ore alés, fait la damoisiele, puis qu’il[286.48] vous plaist
       et si obscure que anchois qu’il fust [287.3] alés demie liue fu il si anuitié k’il ne savoit tenir
      et tous les [295.16] esclos qu’il s’en estoit alés, si se haste de chevauchier tant [295.17] qu’il
 22] porte a mon signour del roi Artus. Et vous, ou alés ?  [301.23] Je vois, fait il, la dont vous venés
   et amenoit la damoisele aprés pour qui il estoit alés, [305.3] il en furent liet et joious et le rechiurent

alet
            . Si n’ot mie Gavains [266.54] gramment alet entre lui et sen frere quant il oïrent les brakés

aleure
  s’en issi fors, [261.9]et puis s’en vait si grant aleure comme il puet traire del [261.10]destrier. Et
   venir un chevalier [289.7] aprés lui aussi grant aleure coume se la mors le [289.8] cachast, et venoit

aleures
 ] et furent bien monté, si s’entrefierent es grans aleures si [289.20] durement que ambedeus les glaves

aliens
  d’un mien chastiel qui est pres [264.30]de chi et aliens a Camalaoth pour veoir la feste del roi et

aliés
    [266.17] et a recreant se vous seur che vous en aliés. – Certes, fait [266.18] Gavains, tu dis voir

alions
      puissons [287.8] hui mais herbegier se nous n’alions chiés un hermite chi [287.9] pres en une forest

allegie
          [300.14] hui au matin et estes vous point allegie? – Oïl, Dieu [300.15] mierchi, fait elle. Je

aloient
  par mi eus [259.51]passés, et tout li braket s’en aloient aprés lui et s’en [259.52]estoient saillis

aloit
   on l’espee en la main. Et en tel [255.9] maniere aloit il oïr le messe, en quelconques lieu que il
 259.22]chiens, si les avoit tous descouplés et les aloit huant et [259.23]esmovant apriés le chierf. Li
    que il puet ataindre. Ensi [268.9] coume il les aloit cachant, atant es vous Gavain venu entre [26
  quant il vit le chevalier qui les brakés [268.11] aloit occhiant, si li escrie: « Ha! chevaliers malvais
       [268.61] estoit toute ensanglentee par ou il aloit, car assés avoit [268.62] plaies et grans et
   compaignie, ne mais  [286.17] dou braket que cis aloit querant, et l’avoit la damoisiele [286.18] couciet
   qui estoit [286.26] devant lui estoit chil qu’il aloit querant. Si le prent erraument  [286.27] et s
    [296.5] li avoit devisé. Et la damoisiele qu’if aloit querant se seoit [296.6] sour l’erbe verde toute
   li uns vient de [301.7] Camalaoth et li autres i aloit, et s’entrecontrerent devant [301.8] eus. Li
      [301.10] ensamble et dist cil qui a Camalaoth aloit : «Ques nouvieles  [301.11] aportés vous? – Je
      par [306.10] dalés la fontainne, mais il s’en aloit a tel besoing qu’il n’ot [306.11] loisir de retourner

alons
 .31] nous l’i trouverons. – Nains, dist Tor, or en alons dont, [285.32] car moult me tarde que je soie
   vous estes. – Ore montons [292.12] dont et si en alons. Je i vaurroie ja estre, car assés me senc [

amainne
    , se Dieu plaist et [266.32] je puis! » Et lors amainne un caup de haut et le fiert de [266.33] toute
  la porte, [292.18] si lai ens cel chevalier que j’amainne pour herbergier. » Et [292.19] il oevre la
  et [298.5] il ot pris ses armes, li chevaliers li amainne un cheval boin [298.6] et bel et dist: « Sire

ambedeus
          es grans aleures si [289.20] durement que ambedeus les glaves volerent em pieces. Il [289.21

ambedui
  pié, et autressi fist ses fiex, et l’en merchient ambedui. [254.16] Lors dist li vilains au roi : " Sire
     en [255.23] la chité de Camalaoth et porterent ambedui couroune. Et [255.24] a chelui tans estoit
  ’orendroit.  [264.50] Et avons tant de sanc perdu ambedui que la cache [264.51] sera quite de nous quant
    hyaumes de lour testes et commenchent  [265.14] ambedui a plorer. Et dient li uns a l’autre: «Par foi
           et [289.28] desmaillier, car il estoient ambedui de grant proueche et [289.29] de grant forche
  jusques a eure de tierche. Et lors [290.3] furent ambedui mat et alenti, car li plus sains avoit assés
        se la mort non, car [296.11] moult estoient ambedui de grant proueche et de grant [296.12] cuer
     la ou elle fu prise.» Et il respondent [297.8] ambedui que de li mener est il noient. «Ore me dites
           a [300.2] refroidier, il s’esveillierent ambedui et virent k’il avoient [300.3] tant dormi qu
     de ceste, car il me samble qu’il [306.16] sont ambedui mort par tel mesqueance et que che soit [3

ambesdeus
           [284.5] tout et le fait flatir a terre d’ambesdeus les paumes. Aprés [284.6] li vait par dessus

ambleure
  la damoisele, et chevauchierent le petite [304.6] ambleure tout souef, parlant de che qu’il voloient

ame
    essample. Ne il ne vous [312.17] bailla que une ame a garder: se vous cele li rendés,  [312.18] dont

amena
    seur un grant cheval [270.28] que uns vallés li amena, et puis prent les .II. brakés et en [270.29
        a prime, il avint que aventure [298.14] les amena en une valee parfonde moult anieuse a chevauchier

amende
  ore voel jou que vous faichiés en lieu [275.27] d’amende chou que je vous deviserai, et si le vous commanch
 . Et chou que elles vous encarcheront pour [276.11]amende de cest mesfait, je vous coumanch seur vostre

amender
   toutes voies et endure, k’il ne [290.15] le puet amender a sa volenté, si se cuevre au miex qu’il [
 ] ne le faites mie pour l’amour de lui ne pour moi amender, [309.50] fors pour moustrer vostre savoir

amendés
      en mon ostel! Par mon [268.22] chief, il sera amendés, se je puis. Certes, ore vous asseure [268

amené
   [297.17] et tant ai fait que dusques cha l’en ai amené. Et pour chou [297.18] la deveroie jou avoir

amener
             si grans caus [268.42] comme il pueent amener des bras, si se detrenchent les [268.43] escus

amenoit
       et las ronchin [253.7] trotant un vilain qui amenoit un sien fil, jovene [253.8] enfant de l’aage
    et [293.7] moult li priierent que se aventure l’amenoit jamais cele [293.8] part qu’il ne laissast
    virent le roi revenir sain et [305.2] haitié et amenoit la damoisele aprés pour qui il estoit alés

ament
     et voel que vostre hounours croisse et [246.9] ament des ore en avant vous envoierai jou a tel houme

amentut
  soit avenue ou qui [307.28] n’aviegne. Et se il t’amentut que li fiex del roi occhis [307.29] t’osteroit

amer
      l’engenrastes, et vous le devés bien [311.13] amer et chier tenir, car bien sachiés qu’il vous [

amera
     qu’i le fera volentiers [246.11] et qu’il vous amera autant comme li peres aimme le [246.12] fil.

amés
    non Diu, fait Merlins, [243.15] puis que vous l’amés, se vous ne l’avés, dont ne puet ² [243.16] onques

ami
  Et quant elle vit que Gavains [269.23] tenoit son ami en tel maniere et qu’il li voloit cauper le [2
       elle morir que elle ne reskeue  [269.25] son ami de mort, si se lanche erramment devant le [269
      le [269.26] caup et se laisse cheoir sour son ami. Et Gavains, qui avoit [269.27] ja si avanchié
       [295.37] et elle ne voit nullui fors que son ami qui ja estoit [295.38] mors d’une grant plaie qu
  vivre des ore mais. Si prent [295.43] l’espee son ami et s’en fiert si durement par mi le pis que [2
   delite que elle ne [297.54] vaut onques avoir ne ami ne baron, ains s’en gabe quant [297.55] on en parole
  ne m’en verrés, vous ne [314.26] connisterés quel ami vous averés perdu en moi. Vous [314.27] m’averés

amic
 ] dalés une fontainne et tenoit devant soi un sien amic navré [295.20] dont elle faisoit moult grant duel

amie
 . Atant es vous une damoisiele qui [269.22] estoit amie au chevalier. Et quant elle vit que Gavains [

amint
   . archies d’un chastiel que on apieloit [310.17] Amint. Et quant vous le veistes si biel enfant comme

amis
   chose [254.43] a gas, si dist au varlet: " Biaus amis, veuls tu estre chevaliers ?" [254.44] Et cil
    [295.40] damoisieles, et dist que, puis que ses amis est mors [295.41] par defaute d’aide ne elle ne
   cousine  [297.11] germainne, si l’enmerrai a ses amis et ases parens qui [297.12] moult le desirent
     , car li rois Artus est si poissans [301.13] d’amis et de chevaliers et a si avoec soi les cuers de

amissiés
  sache [244.3] orendroit ou monde. Et se vous ne l’amissiés, encore vous [244.4] fesisse je prendre une

amistiés
   cuers [248.13] une si grant joie et une si grant amistiés que vous en lairés [248.14] vos femes et vos

amoie
 61]jou i ai premierement perdu mon braket que je n’amoie [ 259.62]pas petit et sui destourbee de siurre

amoient
  , assés trouva [243.2] qui joie li fist, car tout amoient moult sa venue. Li rois [243.3] dist : " Merlin

amoit
 6] son ostel meesmes la beste el monde que il plus amoit. « Il [268.17] ont fait chou que il deurent,
 05.4] Li rois Artus li ala a l’encontre, car moult amoit [305.5] et lui et sa compaignie. Et quant il

amour
     gaaingnie, et tout che fist il pour [244.11] l’amour de Lanscelot. Li rois n’entendi pas cele parole
     tenés chiers [248.11] comme freres, car pour l’amour et pour la douchour de [248.12] cele table ou
   rois devoit tous faire chevaliers [253.4] pour l’amour de Gavain son neveu. A l’endemain, si tost [
   mie pour chou que j’aie [258.7] a vous gringnour amour k’a nul autre, mais pour chou [258.8] que je
  traïs, car il aimme le roi de trop grant [301.72] amour. – Comment! dist la damoisiele, est Merlins li
    gret, car vous [309.49] ne le faites mie pour l’amour de lui ne pour moi amender, [309.50] fors pour
  et desistes que vous le garderiés pour [310.29] l’amour de li. Ensi vous en avint. Ore savés vous bien

an
        tu ta char devourer a lions [307.15] chelui an mesmes que tu seras mis en autrui subjection. »

anbe
    forest viers un chastiel que on apieloit [264.6]Anbe. Et quant il se furent mis dedens, il n’orent

anchois
  afaire le metera et en si grant renoumee [245.27] anchois k’il muire que apriés lui ne verra si [245
     ichi et li chaindrés [254.19] l’espee au costé anchois que a Gavain vostre neveu.” [254.20] Et li
        puis ce [272.23] di assés painne et dolours anchois qu’il en fust bien garis. [272.24] Et si tost
    [287.2] estoit venue si noire et si obscure que anchois qu’il fust [287.3] alés demie liue fu il si
   [288.4] et parfonde, toute plainne de ronses. Et anchois qu’il fuissent  [288.5] la venut estoit ja
    cousine germainne, si s’en combateroit [295.58] anchois a lui que il l’enportast si quitement. Et cil
   [297.23] dui, se vous poés. Mais non porrés, car anchois clamerons [297.24] nous li uns de nous l’autre
  . [301.24] Et je cuic que ceste guerre sera finee anchois que je reviegne  [301.25] mais. – Et comment
        , elle [306.21] n’en fust encore pas morte, anchois euust en vous conseil [306.22] trové de che
    Saint Graal n’en parole par gramment,  [313.35] anchois tient une autre voie et dist : [314.1] Ore
    mie mors? – Nennil voir, fait Merlins, [314.68] anchois le fait norrir uns de vos barons avoec un sien

anemi
 , quant vous nous avés mort nostre mortel [292.26] anemi, l’oume del monde qui pis nous faisoit et qui
     en autrui garde et en la saisine de [312.20] l’anemi, certes miex vous venroit que vous fuissiés laboreres

anemis
    , a poi que je ne vous ai ochis et vous moi: li anemis  [265.16] a esté entre nous. » Si s’entrefianchent
             la u je vous verroie,  [309.34] car li anemis se choile tout dis et respont au [309.35] plus

angoisse
     ne ne se [273.10] fina de plaindre de le grant angoisse qu’il sentoit. Et  [273.11] quant li jours
     : [273.15] «Biau frere, je muir de dolour et d’angoisse. Ore [273.16] poés savoir que cele saiete
  que tout le debrise, [284.7] et cil se pasme de l’angoisse qu’il sent. Et Tor descent, qui [284.8] a
    a mort livree, si s’estent de [295.46] la grant angoisse que elle sent. Et li rois, qui a ceste chose
  [298.19] avoir l’espaulle desliuee, si a si grant angoisse que elle se [298.20] pasme. Et quant elle

angoisseus
  cri et un plaing [272.25] moult dolereus et moult angoisseus et dist: « Mors sui! » [272.26] Et lors

anieuse
     [298.14] les amena en une valee parfonde moult anieuse a chevauchier,  [298.15] car elle estoit toute

ans
      de [248.35] qui il istera n’a pas encore .II. ans d’aage. – Dont ne sera [248.36] che a piece, che
  sien fil, jovene [253.8] enfant de l’aage de .XV. ans, sour une povre jument. Il [253.9] vint el palais
    , qui est plus jovenes de moi [264.21]bien .II. ans, dist qu’il est mieudres chevaliers de moi et
          Gavain, et puis li demande [275.15] quans ans il puet avoir. Et il dist qu’il en a .XVIII..
    estes sages.  [307.1] Vous souvient, ore a .II. ans, que vous estiés a [307.2] Montor, une vostre chité
     puciele ne je n’avoie pas [309.61] d’aage .XV. ans quant il engenra Tor.»  [310.1] Lors parole li
 14.39] faurra. Si sera un jour, ains eure de .XII. ans, qu’il sera [314.40] entrés en une queste et enconterra

ansdeus
  tant avoit [264.9]ja duré la mellee qu’il avoient ansdeus lour chevaus occhis [264.10]et s’estoient entrenavré
     [283.34] seniestre.  [284.1] Quant il les voit ansdeus a terre, il met le main [284.2] a l’espee,
    [284.2] a l’espee, car il bee que il les peuust ansdeus mener a [284.3] outranche. Si keurt sus au

anuioit
  grant oirre par mi la [295.4] chité, car moult li anuioit qu’il avoit tant demouré. Et [295.5] quant

anuis
     as preudommes et as vassaus corous et [306.35] anuis en cest monde qu’il ne fait as mauvais. Et chou

anuit
     ou vous vous porrés reposer [292.8] et aaisier anuit et demain et encore plus, s’il vous plaist.
 294.48] Merlins, car le roi Pellinor averés encore anuit a court. [294.49] – Mais vous, che dist li rois

anuitié
        qu’il fust [287.3] alés demie liue fu il si anuitié k’il ne savoit tenir ne voie [287.4] ne sentier
     [314.56] remuer. Au soir, quant il sera auques anuitié, revenra cele [314.57] part li fiex del roi

apartenist
  si qu’il ne li faloit [289.9] riens qui a armeure apartenist. «Ha! sire, fait li nains, ore [289.10]

apartient
     mort de damoisele! Ostés! Che ne [303.13] vous apartient pas! Certes, ja preudom n’en orra parler

apercheus
  [301.43] qu’il ne puet estre que vous n’en soiiés apercheus et [301.44] que vous n’en soiiés honnis.

aperchevoir
    et si couvertement que [301.36] nus ne la puist aperchevoir fors cil qui en voelent ouvrer. [301.3

aperchiurent
    veoir se chou [251.3] estoit voirs. Et quant il aperchiurent ce, il disent: «A Nostre» [251.4] Signeur

aperchoit
       . Et nepourquant,  [265.32] si tost comme il aperchoit qu’il n’i avoit nul peril [265.33] et que

aperchut
   souvent [290.11] comme il faisoit devant. Et Tor aperchut bien adont qu’il [290.12] lassoit, se li commencha

apert
   seront venues, vous lour conterés [276.7]tout en apert coument vous l'avés occhise et la cruauté [2

apertement
  pas finee, ne ne [264.25]sera devant que on porra apertement connoistre le millour.  [264.26]– Et pour
    droit chemin pour [282.10] chou qu’il voit tout apertement devant li les esclos del [282.11] chevalier
  et clere, si qu’il [288.6] virent l’ermitage tout apertement et virent que c’estoit une [288.7] maisons
  mie [303.16] grant merveille, car je connois tout apertement que ceste [303.17] chose est avenue par
  de la damoisele [303.25] a la court pour moustrer apertement ceste mierveille. Et [303.26] cel chevalier

apertes
 , signour, merveilles poés chi veoir bien [250.16] apertes, que a Nostre Signour plaist que ensi soient

apiela
 . ” Et lors les fist tous entrebaisier. Et [249.5] apiela les evesques et les archevesques del païs et
         . [255.2] Et quant li rois les vit, si les apiela moult biel et lour [255.3] dist: "Venés avant
 ’aide! Se je fuisse [302.9] retournés quant elle m’apiela et je li euusse secourut a cest [302.10] besoing

apielé
   memoire apriés ma [248.25] mort que je ensi l’ai apielé. ” Li rois demande a Merlin : [248.26] " Merlin
   Merlin : [248.26] " Merlin, pour coi l’avés vous apielé perilleus ? – Sire, por [248.27] chou qu’il
    de la damoisele,  [306.9] cele qui tant l’avoit apielé quant il trespassoit par [306.10] dalés la fontainne

apiele
  [292.16] riches et fors. Elle vient a la porte et apiele, et uns varlés [292.17] saut avant qui oevre

apielee
  que ceste [313.31] damoisiele fu cele qui puis fu apielee la Damoisiele dou [313.32] Lac, cele qui norrist

apieler
  droit a l’uis et commenche  [288.9] a hurter et a apieler, et tant que li preudom vint [288.10] a une
  li terrai, [291.28] car autrement me porroit elle apieler de desloiauté. » Et [291.29] quant cil l’entent

apielés
    . Et pour chou di jou que [278.13]tu dois estre apielés rois aventureus et tes roiames li roiaumes
    et de si boin cuer [280.15]as damoisieles fu il apielés par tout en la court et aillours [280.16]li

apiella
   il ot esleus les [249.2] .XLVIII. chevaliers, il apiella les autres .C. et lour [249.3] dist: " Veschi

apieloit
 4.5]par deviers la forest viers un chastiel que on apieloit [264.6]Anbe. Et quant il se furent mis dedens
     fuissiés retornés a chelui point que elle vous apieloit  [306.20] si doucement coume vous meismes
   conseil [306.22] trové de che pour coi elle vous apieloit. » Lors saut avant [306.23] Merlins et dist
 ] confession, a .III. archies d’un chastiel que on apieloit [310.17] Amint. Et quant vous le veistes si

apiert
 6.5] dirent auchun de Gavain pour chou que biel et apiert le [256.6] veoient : " Cil vengera encore son

aporch
   : «Ques nouvieles  [301.11] aportés vous? – Je n’aporch, fait il, nules nouvieles [301.12] qui me plaisent

aporta
   [314.4] fu cele damoisiele dont li rois Pellinor aporta la teste a [314.5] court. – Sire, fait il, je

aportast
   [255.44] drois vilains aussi coume sa nature l’i aportast. Mais se tu [255.45] ne veuls dire au roi

aporte
        . Et Tor demande ses armes [263.8] et on li aporte. Et quant il est armés, il demande congié a
       qui envoia cha Gavain [277.20]et pour coi il aporte ensi ceste damoisiele, car sans [277.21]raison

aporté
  [286.42] Se auchun chevalier em poise qui cha l’a aporté, si [286.43] viegne apriés moi pour le rescorre
   et a sa volenté. »  [306.1] Lors furent li saint aporté et jura li rois autel [306.2] serement comme

aportee
   , car j’ai une espee qui [258.27]avant ier me fu aportee de nostre païs, la plus trenchans [258.28]et
     qui [306.48] ceste damoisele fu dont vous avés aportee la teste a court, [306.49] et je le vous dirai

aportent
    [275.30] maintenant a chiaus de laiens qu’il li aportent ses [275.31] armes, et il si font. Et elle

aporter
  – Sire, [294.6] oïl. » Et li rois fait maintenant aporter les sains et li fait [294.7] jurer sour sains

aporterai
    [286.49] a Camalaoth sans contredit. – Jou l’en aporterai, [286.50] fait il, quoi qu’il en aviegne

aportés
   moult biel et lour [255.3] dist: "Venés avant et aportés reubes et dras et armes et [255.4] espees.
   chierf tant que vous l’aiiés pris, si en [260.20]aportés chaiens la teste. Et gardés que nus des brakés
  qui a Camalaoth aloit : «Ques nouvieles  [301.11] aportés vous? – Je n’aporch, fait il, nules nouvieles

aportoit
   firent quant il virent la teste que la damoisele aportoit. [292.22] Si li disoient tout a une vois:

apostles
   entre vous aussi comme il [249.4] fist entre ses apostles. ” Et lors les fist tous entrebaisier. Et

appareillent
   porent et metent [289.25] le main as espees et s’appareillent d’assaillir l’uns l’autre. [289.26] Si
 ] dusques a la mort. Et quant li rois voit qu’il s’appareillent  [297.32] de lui assaillir, il lour dist

appareus
  de che [247.19] qu’il estoient cele part venu. Li appareus des noches fu [247.20] fais et li termes mis

apparillie
    main et une saiete, et estoit [259.30]trop bien apparillie en guise de veneresse. Et elle venoit [

apparilliés
        tant coume [255.17] il viveront. Li rois fu apparilliés et la roine aussi et tout [255.18] li nouviel
      a cui il avoit premiers [268.33] parlé, et fu apparilliés de toutes armes, mais tant en faloit [
    occhis ou por la damoisiele.  [271.23] Ore vous apparilliés de desfendre, car je cuic que li  [271
       [293.9] herbegier, car li osteus estoit tous apparilliés de faire ses [293.10] volentés. Et il les
 298.4] mis au chemin. Et quant il se fu viestus et apparilliés et [298.5] il ot pris ses armes, li chevaliers
  saut sus et prent ses armes. Et quant il est tous apparilliés,  [301.81] il pense des chevaus et met

apparilliet
    [275.43] aquitier.   [276.1] Quant il sont ensi apparilliet, la dame dist a  [276.2]Gavain: «Gavain
       . Et quant il ot tout conté, li clerc furent apparilliet, [294.13] qui maintenant le misent en escrit

apparut
        jusques a l’endemain  [301.79] que li jours apparut. Et lors s’esveillent et li chevaliers  [3

aprés
    avra [248.40] adont joie si grant que devant ni aprés n’avera autretel. Et [248.41] entre chelui jour
  de ton [248.42] grant duel avra grant terme. Mais aprés chelui que je te [248.43] devis ne viveras tu
    le vallet avant [255.5] et Gavain et les autres aprés. Et au tans de lors estoit coustume  [255.6]
     les grans saus et un braket apriés, et [259.21]aprés venoit une damoisiele a tout .xxx. muetes de
 ]dedens et nel laissa pour houme nul, et li brakés aprés. Et [259.35]li chiers se feri outre et se remet
     [259.51]passés, et tout li braket s’en aloient aprés lui et s’en [259.52]estoient saillis par mi tables
     des chevaliers  [260.5] de chaiens qui aillent aprés le braket et apriés le [260.6]chierf, car il
  tost que les tables seront ostees [260.26]et alés aprés le chevalier qui le braket emporte. Et gardés
       nului, ne chevalier ne veneor ne sergant nul aprés, [264.35]ne houme qui de la cache s’entremesist
   : je ne sai quel part il a demouré. Ore [266.50] aprés ! » Et il se metent orendroit el train et s’en
         el train et s’en vont grant [266.51] oirre aprés et se remetent en la forest espesse. Li jour
      pres [266.56] d’eus. «Sire, dist Gahariés, or aprés, que nous soumes [266.57] revenu a nostre trache
          cheval des [266.58] esperons et s’en vait aprés si grant oirre coume il puet. Et [266.59] Gahariés
             il n’en i avoit nul qui encore n’alast aprés. Et [267.5] Gavains, qui les vint ataignant,
          , les commenche a crier et [267.6] a huer aprés le chierf. Et lors commenche li grans sons et
   part canques il onques puet et li [267.14] chien aprés. Et li chiers, qui trueve la porte ouverte, se
    en vostre court la verité pour chou que [281.32]aprés nos mors sachent nostre hoir, li povre et li
  et le fait flatir a terre d’ambesdeus les paumes. Aprés [284.6] li vait par dessus le cors tout a cheval
  il est ne lairoit en nulle maniere que il n’alast aprés [286.37] vous et que il ne le presist en vostre
  . – Va dont, fait il, avant, et jou [287.11] irai aprés, car moult me tarde que g’i soie. » [288.1] Lors
   avant ensi comme il set et [288.2] li chevaliers aprés, si vont tant qu’il sont venu a l’ermitage,
 89.3] chevauchié demie lieue englesque quant il ot aprés lui [289.4] venir une friente aussi comme de
    . Et maintenant voit venir un chevalier [289.7] aprés lui aussi grant aleure coume se la mors le [
 ] de pres qu’il se malmetent des chars et entament aprés les [289.31] caus des espees, si que il en font
     qui le fera tant qu’il ait la vie el cors, car aprés [290.31] chou que je mesmes reconnisteroie ma
        moult, la dame avant et [293.11] les autres aprés. Si s’en parti de laiens et se remist en sa
   Pellinor se fu [295.2] partis de court pour aler aprés le chevalier qui emportoit [295.3] la damoisiele
          toutes voies [295.48] grant oirre dusques aprés eure de viespres, et lors encontre [295.49] un
    nostre signeur le roi Artus et je sui cha venus aprés, [297.7] si l’enmenrai a droit la ou elle fu
     sain et [305.2] haitié et amenoit la damoisele aprés pour qui il estoit alés, [305.3] il en furent
   . Vous [314.27] m’averés moult tost oublié. Mais aprés sera uns tans que [314.28] vous vaurriés bien
   en la plache aussi coume pour demi mort [314.45] aprés cele bataille, et gerra en pasmissons de nonne

apriés
  si grant renoumee [245.27] anchois k’il muire que apriés lui ne verra si [245.28] hardis qui l’ost emprendre
   fille, si les baisa chascuns par soi et sa fille apriés. [247.4] Et s’il i ot nul biel jouiel ne nule
 8.24] le Siege Perilleus: aiiés le bien en memoire apriés ma [248.25] mort que je ensi l’ai apielé. ”
   vint au roi Pellinor et li [258.3] dist: « Venés apriés moi. » Et cil se dreche erraument et [258.4
  moi. » Et cil se dreche erraument et [258.4] vint apriés Merlin. Et Merlins le mainne droit au siege
   court. Et quant il s’en partira, jou [258.40]ira apriés et le siurrai une jornee ou deus. Et si tost
 59.20]gardin un chierf les grans saus et un braket apriés, et [259.21]aprés venoit une damoisiele a tout
  descouplés et les aloit huant et [259.23]esmovant apriés le chierf. Li chiers estoit tous blans et li
  [260.5] de chaiens qui aillent aprés le braket et apriés le [260.6]chierf, car il n’ont que demourer
      . Montés quant il vous [262.11]plaira et alés apriés le chevalier et ramenés la damoisiele, [262
 63.13]qui la damoisiele enmainne, et Gavains en va apriés le [263.14]chierf la droite voie qu’il set.
      [264.2]de son oncle, il chevaucha grant oirre apriés le chierf entre [264.3]lui et Gahariet son frere
      fist, li fius le roi Loth d’Orkanie, [266.37] apriés chou qu’il ot recheut l’ounour de chevalerie
    il oïrent les brakés  [266.55] qui glatissoient apriés le chierf et estoient assés pres [266.56] d
  mauvais  [273.21] conseil qui demourastes chaiens apriés chou que vous [273.22] euustes vostre bataille
     , ains [282.22] m’en couvient aler grant oirre apriés un chevalier que un [282.23] braket emporte
    em poise qui cha l’a aporté, si [286.43] viegne apriés moi pour le rescorre ! – Coument ! fait elle

apris
  tu dis bien et voir et tu m’as [266.26] orendroit apris une cortoisie que je tenrai tout mon aage, [
         et fine gentillece l’a si [294.24] duit et apris en poi de terme coume vous veés. – Merlins,

aprocha
       se mierveilles  [259.33]non. Quant li chiers aprocha de la court, il se feri [259.34]dedens et nel

aprocier
   toutes voies outre. Et [266.4] quant cil le voit aprocier de la rive, si li laisse courre trestous

aquerre
     penser que en mener duel [303.20] ne poés vous aquerre se honte non. – Je sai bien, fait il, [303

aquier
  et en labourant et en [254.35] cultivant ma terre aquier jou le vivre et le soustenement [254.36] de

aquieut
       . » Lors montent et elle s’en vait devant et aquieut [292.14] une sentele au travers de la forest

aquitier
            canques il li font pour sa foi [275.43] aquitier.   [276.1] Quant il sont ensi apparilliet

arbalestree
   quant il a trespassés les [282.12] pavillons une arbalestree, il voit un nain qui li vint au [282.1

arbre
           et il a son cheval atachié a un [284.10] arbre, il keurt a chelui qu’il avoit defoulet, se li
      entre ses bras et la porte [299.12] desous un arbre pour reposer. Et quant il l’a mise [299.13] jus

arc
    a son col un cor [259.29]d’ivoire, et tenoit un arc en sa main et une saiete, et estoit [259.30]trop

arch
  aussi coume toute [259.56]esbahie et jete jus son arch et ses saietes et demande [259.57]li ques est
 272.15] chambres de laiens et vint a la mellee son arch entesé, une [272.16] saiete mise en la corde.

archevesque
    sai [307.57] bien qu’il t’en souvenra. Quant ti archevesque et ti evesque  [307.58] t’orent courounet

archevesques
            . Et [249.5] apiela les evesques et les archevesques del païs et lour dist: [249.6] "Il couvient
     par devant eus la [249.13] Table Reonde. Et li archevesques de Cantorbile fist sour [249.14] eus maintenant

archiers
     pieche [272.14] encontre cheus, se ne fust uns archiers qui issi d’une des [272.15] chambres de laiens

archies
      le [259.5]grant forest, pres d’un bois a .II. archies, et tout entour [259.6]a la reonde estoit il
 92.6] bien avenu. Chi pres en ceste forest, a .II. archies pres, a [292.7] un mien rechet biel et riche
   vous aviés parlé de [310.16] confession, a .III. archies d’un chastiel que on apieloit [310.17] Amint

archon
   la teste de la [303.30] damoisele a pendre a son archon devant et prent le chevalier  [303.31] occhis

ardans
  estoient lonc coume en esté et li solaus chaus et ardans [266.53] comme le jour de la Magdalainne. Si

arés
  " Comment as tu non ? _ Sire, [255.28] j’ai a non Arés li vachiers. – Et tes fiex, comment a non ? [
  avra a non, dist li rois, Tor, [255.30] li fiex a Arés. ”
Si le dist a tel eure que puis ne li chaï chis
     [255.51] bien. ” Et lors parole Tor, li fius a Arés, et dist a Merlin : [255.52] " Biaus sire, se
         le premiere a mener a chief, Tor li fius a Arés [259.16]avra la seconde, li rois Pellinor avra
   compaignie pour conter  [281.39]de Tor, le fil a Arés, et de che que il li avint en sa queste.  [28
     dist li contes que quant Tor, li fius a [282.2]Arés, se fu partis de la court, il chevaucha grant
 [284.34] signeur le roi Artus de par Tor, le fil a Arés, et vous metés [284.35] en sa prison. » Et li

armé
        de ceste chose, es [261.2]vous un chevalier armé de toutes armeures, et fu montés [261.3]sur un
   des chambres de laiens un chevalier [268.3] tout armé, fors de son escu et de sa glaive. Et quant il
     [288.11] estoit. Et quant il voit le chevalier armé, il sot bien qu’il [288.12] estoit la venus pour

arme
 .38] courtoisie grant. – la Diex n’ait merchi de m’arme se je [291.39] en ai merchi, car il m’ochist mon

armer
   , et il si font. Et elle le fait maintenant bien armer [275.32] et biel et monter sour son cheval, et

armés
  ’il n’i avra fors moi et lui, et s’il est [258.42]armés, je l’asaurrai; et s’il est desarmés, se li ferai
     armes [263.8] et on li aporte. Et quant il est armés, il demande congié a [263.9] chelui que il tenoit
   rive, si li laisse courre trestous  [266.5] ensi armés comme il estoit. Et Gavains se haste au [266
        dou palais  [271.26] .IIII. chevaliers tous armés, qui crient: «Ha! Ha! chevaliers  [271.27] felons
 .23] le chevalier, elle n’est pas aise, car il est armés, ains saut [286.24] sus toute effree et s’en
  mors le [289.8] cachast, et venoit tous seus bien armés, si qu’il ne li faloit [289.9] riens qui a armeure
      fait [295.55] tendre, que uns chevaliers tous armés sailli hors d’un des [295.56] pavillons, qui
     parole [301.6] dite, il voient deus chevaliers armés, dont li uns vient de [301.7] Camalaoth et li
           vos armes. Et [310.23] quant vous fustes armés et montés, vous l’en vausistes [310.24] porter
   et verra [314.48] vers lui venir .II. chevaliers armés et dont li uns sera Kex li [314.49] seneschaus

armes
 3] dist: "Venés avant et aportés reubes et dras et armes et [255.4] espees. ” Et lour fist tous vestir
  des boins chevaliers qui piecha  [255.58] portast armes en cest païs. – Qui que il soit, fait li [25
  ’il est desarmés, se li ferai jou [258.43]prendre armes. Et je me sench si sain et si legier et si preu
  , mais que [260.18]vous aiiés mengié. Prendés vos armes et montés sour vostre  [260.19]cheval et sivés
   Merlins redist a Tor: [260.25] «Tor, prendés les armes si tost que les tables seront ostees [260.26
  il li otroie moult volentiers. Et Tor demande ses armes [263.8] et on li aporte. Et quant il est armés
        [268.33] parlé, et fu apparilliés de toutes armes, mais tant en faloit [268.34] que a cheval n
   [269.16] plus felon chevalier que onques portast armes. – Che n’a [269.17] mestier, che dist Gavains
  a chiaus de laiens qu’il li aportent ses [275.31] armes, et il si font. Et elle le fait maintenant bien
   et vilonnies, et seront souvent  [278.24]outré d'armes, car toute jour lour avenra, quant il [278.2
         qui ne seront pas moult prisiet  [278.30]d'armes et il couvient, che ses tu bien, counoistre les
     que chevaliers se [278.33]metera en queste des armes, que on li fache jurer, si tost [278.34]coume
  ne chil nons ne li chaï tant [280.17]coume il pot armes porter.  [281.1] Quant il ot tel serement fait
    [281.9]chevalier fors un seul qui vous puisse d'armes outrer, et [281.10]cele bataille dont je vous
     . Quant il [288.23] ot oïe messe, il prist ses armes et monta sour son cheval [288.24] et prist congiet
    capiele qui laiens estoit, il prist [293.5] ses armes et monta et prist congiet a la dame de laiens
   viestus et apparilliés et [298.5] il ot pris ses armes, li chevaliers li amainne un cheval boin [29
   et li chevaliers  [301.80] saut sus et prent ses armes. Et quant il est tous apparilliés,  [301.81]
 10.22] que tu me remains grosse», et presistes vos armes. Et [310.23] quant vous fustes armés et montés

armeure
   armés, si qu’il ne li faloit [289.9] riens qui a armeure apartenist. «Ha! sire, fait li nains, ore

armeures
  chose, es [261.2]vous un chevalier armé de toutes armeures, et fu montés [261.3]sur un grant cheval blanc

arreste
 13]parfondes. Quant Gavains voit la bataille, il s’arreste pour [264.14]savoir quel occhoison de haine
  venir une friente aussi comme de chevaus. Et il s’arreste [289.5] pour regarder que che estoit et attent

arrestent
 ]entre vous .II. coumenchié la bataille. » Et il s’arrestent [264.18]maintenant, et parole li uns d’eus
  tant que jou aie un poi parlet a vous. » Et cil s’arrestent  [297.4] maintenant et metent lour escus

arresterent
     il [301.9] venoient pres l’un de l’autre, si s’arresterent pour parler [301.10] ensamble et dist cil

arrestés
  coume il estoit et lour dist: «Signeur chevalier, arrestés [297.3] vous tant que jou aie un poi parlet

arrestut
  trueve ne [259.55]le chierf ne les brakés, elle s’arrestut aussi coume toute [259.56]esbahie et jete

arriere
    voies ferant une eure avant et l’autre [268.58] arriere. Si l’a tant mené que chis ne le puet ja plus
    cha et la, l’une eure [290.17] avant et l’autre arriere, cele part u il veult. Et quant il voit [2
      elle a ceste [295.34] parole dite, elle chiet arriere pasmee. Ne cil onques pour [295.35] chou ne
 ] la pointe en pert de l’autre part. Et lors chiet arriere toute [295.45] envierse coume cele qui estoit

artu
  oïr ches nouvieles et pour garnir [301.59] le roi Artu, car il ne li plaist mie qu’il muiere encore par
      plaist, j’en garnirai si bien [301.63] le roi Artu que cil ne li porront nuire par si faite traïson
         le prousenta  [309.13] a ceste fois au roi Artu mon signour qui chi est pour [309.14] chou qu

artus
    . Se li requiert sa fille a oes [244.23] le roi Artus a moillier, si en fera roine del rolaume de
        [245.3] il mie: " Diex fache hounour au roi Artus car il me [245.4] fait si grant hounour que je
  si poissans? [246.19] – Che est, fait il, li rois Artus.” Et il tendent tuit [246.20] lour mains vers
          , sachiés [247.5] qu’il les envoia au roi Artus. Atant se departirent del roi [247.6] li message
  as .C. et .L. sieges de fust que li [248.21] rois Artus avoit fait faire tous nouviaus, si vint au siege
   siege [248.22] d’en mi lieu et le moustra au roi Artus et a tous les autres [248.23] qui laiens estoient
   couvient que vous faciés» [250.3] houmage au roi Artus qui est vostre compains de ceste [250.4] table
           a demander li [253.12] quels est li rois Artus. Et uns vallés saut avant et li moustre. [25
     oiant tous cheus de la court :  [254.1] " Rois Artus, a vous m’envoie la boine renommee [254.2] qui
 13] chevalier. Et adont estoit li jors que li rois Artus [255.14] devoit espouser sa feme et li chevalier
  chelui jour la roine Gennevre sacree avoec le roi Artus en [255.23] la chité de Camalaoth et porterent
       a chevalier nouviel, che [255.34] fu li rois Artus. Quant il ot au vallet dounee la colee, il li
    moult richement. Et la ou il vit le roi [257.5] Artus, il s’en vait agenoillier devant lui et li dist
             devant lui et li dist : " Rois [257.6] Artus, je sui cha venus pour veoir ta feste, ta joie
    . Et saut avant Merlins [257.19] et dist au roi Artus : " Ha ! Sire, rechevés le et mierchiiés le
    lors le fait asseoir ou siege. Et quant li rois Artus voit [258.10] ceste chose, il dist a Merlin:
  qui onques fust [259.27]entree en la court le roi Artus. Et elle estoit viestue d’une [259.28]roube verde
  [259.58]et vint devant lui et li dist: « Ha! rois Artus, je me [259.59]plaing trop malement et de vous
      il est tornés. [259.65]Tout cest damage, rois Artus, m’est avenus par vostre [259.66]ostel, pour
  tel guise, crie toutes  [261.11]voies: « Ha! rois Artus, je sui morte et honnie par [261.12]l’asseuranche
 2]enporte, et cele vait toutes voies criant au roi Artus [262.3]qu’i la sekeure. Et lors dist Merlins
  a venir les aventures en la court  [263.3] le roi Artus. Quant les tables furent ostees, Gavains vait
     , mais se vous alés a la court le roi [265.20] Artus et vous dites que chil a chi esté a cui Merlins
   tu me fianches [270.12] a aler a la court le roi Artus et illuec te meteras en la prison [270.13] me
 .20] peres. «Ha! fait elle, vous estes niés le roi Artus et chis [275.21] est vostre freres. – Dame, oïl
        [277.25]le porent bien oïr:  [278.1] « Rois Artus aventureus, ki fus concheus par [278.2]miervelles
  [279.17]de tenir le. Et je pri mon signeur le roi Artus qui chi [279.18]est qu'il lour prie et qu'il
 [282.27] pour veoir comment cil de la court le roi Artus sevent [282.28] jouster sont cha venu. Ore tournés
   court, rendés vous a mon [284.34] signeur le roi Artus de par Tor, le fil a Arés, et vous metés [28
        [285.13] escuiiers de toute la court le roi Artus. Et ses tu pour coi [285.14] je m’en vois avoec
  [286.38] veoit, et si feroit il a la table le roi Artus. – Damoisiele, [286.39] fait Tor, li brakés fu
    outrage et par tort en la court [286.40] le roi Artus, si l’ai sivi jusques a chi par son commandement
    [289.12] prist ier le braket en la court le roi Artus. » Lors prent sen [289.13] escu et sa glaive
    la verité. «Ha! Diex, [294.15] che dist li rois Artus, or ne nous faut il fors le roi Pellinor. [2
      , car pour chou m’envoia cha li rois [296.17] Artus, en cui ostel vous fustes prise. » Et lors le
   a tort en la [297.6] court nostre signeur le roi Artus et je sui cha venus aprés, [297.7] si l’enmenrai
     , car je l’alai [297.16] prendre voiant le roi Artus et voiant toute sa compaignie [297.17] et tant
   vous, ains l’enmerrai [297.22] a la court le roi Artus u elle fu prise. – Voire, font li autre [297
    nouvieles [301.12] qui me plaisent, car li rois Artus est si poissans [301.13] d’amis et de chevaliers
  ’a mie ne le pooir ne la gent qu’il peuust le roi Artus desireter  [301.20] ne cachier de terre, car
  terre, car plus li porroit nuire li rois [301.21] Artus que il ne feroit lui. Teuls sont les nouvieles
       que je  [301.22] porte a mon signour del roi Artus. Et vous, ou alés ?  [301.23] Je vois, fait il
   , fait il, la dont vous venés, en l’ostel le roi Artus. [301.24] Et je cuic que ceste guerre sera finee
   un chevalier qui moult est bien del [301.30] roi Artus et ses acointes, qui a creanté a mon signeur
   li rois. – Dont n’a, fait elle, [301.74] li rois Artus garde de ceste traïson, car Merlins set [301
  rechiurent moult hounerablement.  [305.4] Li rois Artus li ala a l’encontre, car moult amoit [305.5]
    fait. Et quant li rois ot [306.3] juré, li rois Artus li commanda qu’il contast tout chou [306.4] qu
         coume vous [306.30] estes ne la ou li rois Artus trouvast au besoing si grant [306.31] loiauté
 7] mesqueanche. – Certes, Merlin, che dist li rois Artus, [306.38] vous dites voir: cis consaus est boins
    nouvielement mis en la garde mon signeur le roi Artus [307.24] et en sa compaignie qui chi est. Mais
  laissons atant ester cele chose, che dist li rois Artus, mais [308.20] parlons d’autre, ne ne soions
   la dame et li dist: «Dame ves [309.8] chi le roi Artus qui vostre sires liges est, qui vous requiert
   a chou avenue, [312.9] elle prent congiet au roi Artus et puis baise son fil et [312.10] li dist: «

as
  beneois soies [246.21] tu, quant tu tel pere nous as pourveut a avoir! Chis nous [246.22] sera voirement
   u tout li autre [248.20] faurront.” Et lors vint as .C. et .L. sieges de fust que li [248.21] rois Artus
    [250.14] quant Merlins vit les lettres, il dist as barons qui laiens [250.15] estoient: " Par foi,
 .32] vilain: " Di moi ton estre et quans enfans tu as." Et cil respont: [254.33] " Sire, je le vous dirai
          [254.36] de mes enfans. – Et quans enfans as tu? dist li rois. [254.37] – Jou en ai .XIII.. Li
  devoient entrefiancier que il ne faurroient li un as [255.16] autres, ains s’entreporteront loial compaignie
    , li [255.27] rois demande au vilain: " Comment as tu non ? _ Sire, [255.28] j’ai a non Arés li vachiers
    [256.10] sieges. Car il commenchierent a servir as tables et li [256.11] rois demanda a Merlin : "
       sale ou li chevalier  [259.36]estoient assis as tables. Et lors li saut li brakés et aert [259.
       [262.3]qu’i la sekeure. Et lors dist Merlins as barons de la court: [262.4] «0 biel signour, ne
  Certes, fait Gavains, tu dis bien et voir et tu m’as [266.26] orendroit apris une cortoisie que je tenrai
 269.13] m’as trop courechié de mes brakés que tu m’as ochis. [269.14] – Se je ne truis en toi merchi,
  ja de toi merchi, fait Gavains, car tu [269.13] m’as trop courechié de mes brakés que tu m’as ochis.
       reposer, qu'il les [278.26]estevera combatre as chevaliers qui seront frois et reposet, [278.27
  tout dis si volentiers et de si boin cuer [280.15]as damoisieles fu il apielés par tout en la court et
      en la court et aillours [280.16]li Chevaliers as Damoisieles, ne chil nons ne li chaï tant [280.
  ensi coume elles [281.36]averront as estranges et as privés. » Et li rois li otrie et dist [281.37]que
      de la court ensi coume elles [281.36]averront as estranges et as privés. » Et li rois li otrie et
  et l’estourdist [284.20] tout, si que chius chiet as dens sour l’erbe vert ne n’a pooir [284.21] de soi
    : « Ha! mauvais chevaliers, certes mal tolistes as [289.16] damoisieles le braket, car vous le renderés
  plus tost qu’il porent et metent [289.25] le main as espees et s’appareillent d’assaillir l’uns l’autre
    d’assaillir l’uns l’autre. [289.26] Si veissiés as premiers caus escus depechier et troer,  [289.2
    tu ies a la mort, se je [290.20] voel, car tu n’as mais pooir de toi desfendre. Mais pour [290.21]
   Sires [306.34] envoie plus tost as preudommes et as vassaus corous et [306.35] anuis en cest monde qu
         que Nostre Sires [306.34] envoie plus tost as preudommes et as vassaus corous et [306.35] anuis
      et [306.35] anuis en cest monde qu’il ne fait as mauvais. Et chou est [306.36] la chose qui plus
   vous n’estes mie dou tout [309.43] de la maniere as autres dyables. Che savons nous que li [309.44]
   roi occhis, ensi coume mesqueance sourt [314.58] as preudoumes. Et quant il connistera le roi Pellinor

asaurrai
   fors moi et lui, et s’il est [258.42]armés, je l’asaurrai; et s’il est desarmés, se li ferai jou [2

ases
    [297.11] germainne, si l’enmerrai a ses amis et ases parens qui [297.12] moult le desirent a veoir

assaillent
  l’espee. E cil li courrurent sus tout .IIII. et l’assaillent de [272.8] toutes les pars que il pueent

assailli
         qu’il [264.45] mist la main a l’espee et m’assailli, et dist que par tans [264.46] seroit veus
      [264.48] que che li plaisoit moult bien, si m’assailli erraument. Si a [264.49] par tel maniere duré

assaillir
     [289.25] le main as espees et s’appareillent d’assaillir l’uns l’autre. [289.26] Si veissiés as premiers
    rois voit qu’il s’appareillent  [297.32] de lui assaillir, il lour dist: «Comment! avés vous [297.

assailloient
 7] son pooir de soi desfendre encontre cheus qui l’assailloient,  [272.18] il l’avise et trait a lui et

assamblé
    haus barons de laiens. Et quant il sont [309.7] assamblé, Merlins parole a la dame et li dist: «Dame

assambler
      li rois fu levés et li baron commenchierent a assambler [253.6] el palais, atant es vous venir sour

assamblés
     liés [294.45] devant que je les aie tous trois assamblés devant moi, le [294.46] roi Pellinor et Tor

asseés
  au siege de [258.5] la Table Reonde et li dist: « Asseés vous ichi, car li lius est [258.6] vostres.

asseoir
  assoumee [248.17] devant que a cest lieu se venra asseoir li boins chevaliers, [248.18] li mieudres des
   saintefiera. ” Lors fist les chevaliers [249.12] asseoir cascun en son lieu et fist metre par devant
    chevalier et a loial. » [258.9] Et lors le fait asseoir ou siege. Et quant li rois Artus voit [258

asserra
    maintenra que [245.18] vous ne ferés. Et chis i asserra .L. des plus preudommes, [245.19] que vous
  qu’il i a si grant peril que ja chevaliers ne s’i asserra [248.28] qu’il n’i muire ou qu’il n’i soit
  aventures dou roiaume de Logres. Cil s’i [248.31] asserra et reposera, mais che ne sera mie lonc tans
    de glorieuse et a Dieu et au siecle [249.9] s’i asserra encore. Pour chou est il bien drois que vous

assés
            [243.1] Quant Merlins fu venus a court, assés trouva [243.2] qui joie li fist, car tout amoient
  [245.9] a nul mestier, car, Dieu mierchi, il en a assés d’autre. [245.10] Mais che que je miex aimme
 45.23] voirs. Tant en i doit il avoir, si i seront assés tost mis, se [245.24] Diu plaist. Car elle venra
    a emplir pour chou qu’il n’ait chaiens [256.16] assés de boins chevaliers, mais pour chou qu’il doit
     pas qui [257.30] Merlins i vaurroit metre, car assés avot rois ou [257.31] palais, si ne savoient
 . Et elle estoit viestue d’une [259.28]roube verde assés courte et avoit pendu a son col un cor [259.
 : « Damoisiele, or [260.2]vous souffrés atant, car assés en avez dit, et je vous di que [260.3]ja ne perderés
 .41]m’otrieroit pas, mais il l’averoit, qui estoit assés mieudres [264.41]m’otrieroit pas, mais il l’averoit
 .41]m’otrieroit pas, mais il l’averoit, qui estoit assés mieudres [264.42] chevaliers de moi. Et je dis
     vint en une valee parfonde ou il avoit une ewe assés [265.30] lee, mais n’estoit pas parfonde. Il
 .55] qui glatissoient apriés le chierf et estoient assés pres [266.56] d’eus. «Sire, dist Gahariés, or
 61] estoit toute ensanglentee par ou il aloit, car assés avoit [268.62] plaies et grans et parfondes.
  n’est mie trop [272.2] asseur, a che qu’il estoit assés las et travilliés et cil [272.3] sont quatre
     envenimee, dont il souffri puis ce [272.23] di assés painne et dolours anchois qu’il en fust bien
    son brach et le vit enflé, qu’i estoit [273.13] assés plus gros que la cuisse d’un homme. Et lors ot
  qu’il en a .XVIII.. «Certes,  [275.16] fait elle, assés estes jovenes. Et combien que vous en [275.1
  chevalier,  [278.22]a cui il meskerra souvent. Et assés i soufferront par [278.23]maintes fois hontes
     garir. Il l’empaint bien, comme cil qui estoit assés [283.32] fors, si le porte del cheval a terre
         que [286.35] vous vous en porriés repentir assés tost, car li chevaliers [286.36] a cui il est
   que c’estoit une [288.7] maisons assés petite et assés povre couverte de chaume. Li [288.8] nains, qui
         et virent que c’estoit une [288.7] maisons assés petite et assés povre couverte de chaume. Li
     l’erbe verde et dormi moult [288.20] bien, car assés estoit plus las que il ne soloit. Et a l’endemain
     ambedui mat et alenti, car li plus sains avoit assés [290.4] perdu del sanc del cors. Mais trop estoit
   nain: «Je me senc las [292.2] et travillié et ai assés pierdu del sanc. Se je me seusse hui [292.3]
 ] dont et si en alons. Je i vaurroie ja estre, car assés me senc [292.13] travilliet. » Lors montent et
        dalés un vivier le rechet, qui estoit biaus assés et [292.16] riches et fors. Elle vient a la porte
 ] que cil de laiens porent avoir, et il en avoient assés, car [293.3] moult estoient aaisié de toutes
   qu’il ne retournera [295.27] pas, elle commenche assés gringnour duel que elle ne faisoit  [295.28]
          chevauchier  [299.8] devant que je fuisse assés reposee, car trop ai esté a [299.9] malaise.
 0] hounour. «Sire, che dist li rois, vous en dites assés. »  [304.1] Tout ensi coume li preudon l’ot devisé
  chelui, [305.11] Dieu merchi, qui ne soit revenus assés sains et assés haitiés [305.12] et qui n’ait
 1] Dieu merchi, qui ne soit revenus assés sains et assés haitiés [305.12] et qui n’ait menee sa queste
      je vous en dirai une tele [306.51] parole que assés le porrés counoistre se vous estes sages.  [

asseur
   [267.8] commenche a fuir coume cil qui n’est pas asseur. Tant a [267.9] li cierf fui et li chien cachié
     voit sour lui venir, il n’est mie trop [272.2] asseur, a che qu’il estoit assés las et travilliés
   [281.6]cheus dont vous venrés au dessus. Je vous asseur, se vous [281.7]vivés longement, que vous serés
        , car vous ne [297.21] l’averés point, tous asseur en soiiés vous, ains l’enmerrai [297.22] a la
  li [297.42] autres voit chelui caup, il n’est pas asseur, a che qu’il se [297.43] voit seul et se sent

asseuranche
 ! rois Artus, je sui morte et honnie par [261.12]l’asseuranche que je avoie en toi et en ton ostel se

asseure
    , il sera amendés, se je puis. Certes, ore vous asseure [268.23] jou que pour pooir que vous aiiés

assiet
  rechoit maintenant et se dreche encontre lui et l’assiet [257.24] dalés soi et le merchie moult de ceste
      . Et il la prent [298.24] entre ses bras et s’assiet a la terre et le met en son devant, [298.25

assis
   la douchour de [248.12] cele table ou vous serés assis vous naistera es cuers [248.13] une si grant
     en chascun siege le non de chelui [250.10] qui assis i estoit. Et disoient les lettres:  [250.11]
 13] darrainniers: en ces deus n’avoit encore nului assis. Et [250.14] quant Merlins vit les lettres, il
      , que a Nostre Signour plaist que ensi soient assis [250.17] chil preudoume comme nous les avons
 .15] de chevalerie qu’il sentoit en lui et l’avoit assis droit au [251.16] commenchement de la table.
 56.7] de chelui qui l’ochist. ” Chelui jour furent assis a [256.8] la Table Reonde cil qui compaignon
     tenoit ses nueces estoit en tel [259.4]maniere assis qu’il seoit el chief de la chité par deviers
    la grant sale ou li chevalier  [259.36]estoient assis as tables. Et lors li saut li brakés et aert

assises
   et de [277.23]damoisieles. Et quant elles furent assises entre les chevaliers  [277.24]Merlins parla

assoumee
      table ne sera a mon tans dou tout parfaite ne assoumee [248.17] devant que a cest lieu se venra asseoir

atachié
  [284.9] quant il est descendus et il a son cheval atachié a un [284.10] arbre, il keurt a chelui qu’il

ataignant
    n’alast aprés. Et [267.5] Gavains, qui les vint ataignant, les commenche a crier et [267.6] a huer

ataindre
   demourer, che m’est avis, s’i les [260.7]voelent ataindre ! – Ha! damoisiele, che dist Merlins, ore
  de [268.8] laiens et a occhirre cheus que il puet ataindre. Ensi [268.9] coume il les aloit cachant,

ataint
   avanchié son caup qu’il ne le puet mais retenir, ataint [269.28] la damoisiele par mi le col, si la
 5.35] chou ne retorne, car trop li tarde qu’il ait ataint le chevalier  [295.36] qui la damoisiele emporte

atant
   , sachiés [247.5] qu’il les envoia au roi Artus. Atant se departirent del roi [247.6] li message qui
      commenchierent a assambler [253.6] el palais, atant es vous venir sour un maigre et las ronchin
 – Et je [255.61] si ferai”, fait Merlins.  [256.1] Atant fist li rois de Gavain son neveu chevalier,
 258.52]coume freres, et lors laissent ceste parole atant.  [259.1] Moult fu grans la joie que li baron
     et dist: « Damoisiele, or [260.2]vous souffrés atant, car assés en avez dit, et je vous di que [2
         . Ensi [268.9] coume il les aloit cachant, atant es vous Gavain venu entre [268.10] lui et son
          l’espee por [269.21] lui cauper le chief. Atant es vous une damoisiele qui [269.22] estoit amie
   , car jou i envoiaisse deboinairement.»  [277.1] Atant s'em part Gavains de la dame et se remet [27
    [288.26] li proumist que si feroit il.  [289.1] Atant se parti Tor de l’ermite et se remist en [28
     de ceste [290.28] bataille et t’en porras aler atant, mais que li brakés me [290.29] remanra.» Et
 ] riens est que tu onques veisses. Mais laisse moi atant, que [291.25] je me tieng a outré et te fianche
       viers [295.13] Braait tot le grant chemin. » Atant s’en part li rois si tost [295.14] coume il a
   bien», che dist li rois. Si en [301.78] laissent atant la parole et s’endorment jusques a l’endemain
  Nostre Signeur n’aviegne. – Ore [308.19] laissons atant ester cele chose, che dist li rois Artus, mais
   [309.41] conterai oiant li. » Et la dame respont atant, moult courechie:  [309.42] «Merlin, or voi je

atendoit
    ja perdu [296.10] del sanc que li plus fors n’i atendoit se la mort non, car [296.11] moult estoient

atent
     , que chis daerrains liex est viex [256.13] et atent son signour. – Or ne vous esmaiiés, fait Merlins

atorné
 [255.12] maniere coume lors estoit coustume furent atorné li nouviel [255.13] chevalier. Et adont estoit
    combatoient encore et [296.8] s’estoient ja tel atorné qu’il n’i avoit chelui qui n’euust [296.9] pluisours

atornés
 268.59] car trop a ja pierdu dou sanc et est teuls atornés que a [268.60] painnes se puet il soustenir

attendre
    frere? fait Gahariés. – Je bee, fait il, tant a attendre [258.39]qu’il soit partis de ceste court.

attent
  s’arreste [289.5] pour regarder que che estoit et attent, car il vaurra veoir [289.6] ki ceste friente

au
  parole et est [244.15] devisee. Et Merlins redist au roi: " Sire, puis que Gennevre [244.16] vous plaist
      que par mer que par [244.22] terre qu’il vint au roi Leodegan. Se li requiert sa fille a oes [24
    connissoit [245.3] il mie: " Diex fache hounour au roi Artus car il me [245.4] fait si grant hounour
     , lui et sa compaignie. [247.2] Quant che vint au departir, li rois ploura moult [247.3] plus pour
       envoiseure, sachiés [247.5] qu’il les envoia au roi Artus. Atant se departirent del roi [247.6]
      [247.10] il furent auques pres, Merlins manda au roi qu’il [247.11] venoit o tele compaignie : bien
       que elles seroient. [247.21] Et Merlins dist au roi : "Rois, eslis de toute ta terre les .L.  [
  [248.2] qui de li tenoient terres qu’il venissent au jour [248.3] nommet en la terre de Camalaoth a la
    a la feste de sa feme. Et [248.4] cil i vinrent au plus esforchiement qu’il porent. Et quant [248.
      Artus avoit fait faire tous nouviaus, si vint au siege [248.22] d’en mi lieu et le moustra au roi
  vint au siege [248.22] d’en mi lieu et le moustra au roi Artus et a tous les autres [248.23] qui laiens
  [248.51] tu ne feras. ” [249.1] Ensi dist Merlins au roi. Et quant il ot esleus les [249.2] .XLVIII.
          de haute vie et de glorieuse et a Dieu et au siecle [249.9] s’i asserra encore. Pour chou est
    : "Il couvient que vous faciés» [250.3] houmage au roi Artus qui est vostre compains de ceste [250
        qu’il sentoit en lui et l’avoit assis droit au [251.16] commenchement de la table.  [252.1] Quant
        , qui [252.2] estoit biaus damoisiaus, vint au roi son oncle et li dist : [252.3] " Sire, je vous
      ? De chou que vous me [252.7] ferés chevalier au jor de vostre grant joie, au jour que vous [252
 52.7] ferés chevalier au jor de vostre grant joie, au jour que vous [252.8] espouserés le vaillant Geneuvre
   merchient ambedui. [254.16] Lors dist li vilains au roi : " Sire, savés vous que vous  [254.17] m’avés
    vous veés ichi et li chaindrés [254.19] l’espee au costé anchois que a Gavain vostre neveu.” [254.
      tient il a grant merveille. Et puis redemande au [254.32] vilain: " Di moi ton estre et quans enfans
 , ne tient mie ceste chose [254.43] a gas, si dist au varlet: " Biaus amis, veuls tu estre chevaliers
    avant [255.5] et Gavain et les autres aprés. Et au tans de lors estoit coustume  [255.6] en la Grant
        et venu ou palais, li [255.27] rois demande au vilain: " Comment as tu non ? _ Sire, [255.28] j
       , che [255.34] fu li rois Artus. Quant il ot au vallet dounee la colee, il li [255.35] chainst l
    dounee la colee, il li [255.35] chainst l’espee au costé et dist: " Nostre Sires te fache  [255.36
     des boins chevaliers del monde. ” Et lors dist au [255.41] vilain: " Vilains, moult ies chaitis, qui
    l’i aportast. Mais se tu [255.45] ne veuls dire au roi qui il est fiex, je li dirai, car je sai aussi
       chevalier, [256.2] car il li chainst l’espee au costé et a tous les autres compaignons [256.3] aussi
    mantiel. Et saut avant Merlins [257.19] et dist au roi Artus : " Ha ! Sire, rechevés le et mierchiiés
      [258.2] les tables furent mises, Merlins vint au roi Pellinor et li [258.3] dist: « Venés apriés
 .4] vint apriés Merlin. Et Merlins le mainne droit au siege de [258.5] la Table Reonde et li dist: « Asseés
       moi. Et se il plaisoit a Dieu que je venisse au dessus, [258.46]je ne lairoie pour tout l’or de
   une forés. Et en [259.8]che que li rois se seoit au disner et il avoient par laiens pres [259.9]que
    col de son cheval. Si se desfendoit elle [261.7]au plus que elle pooit. Et quant cil l’ot monté en
   [262.2]enporte, et cele vait toutes voies criant au roi Artus [262.3]qu’i la sekeure. Et lors dist Merlins
       paroles. » Et Merlins dist maintenant [262.9]au roi Pellinor: «Rois, qu’en dirés vous? Iceste daarrainne
     de cest don et dist que il se metera a la voie au plus [262.14]tost que il porra.   [263.1] En tel
       a [263.9] chelui que il tenoit a son pere et au roi et a tous chiaus de [263.10] laiens. Et li rois
  de la court. Tor s’en vait la droite [263.12]voie au chevalier qui le braket emporte, et Pellinor a chelui
 5] ensi armés comme il estoit. Et Gavains se haste au [266.6] plus tost qu’il puet d’issir fors pour chou
   [266.22] coume il estoit. Et cil saut maintenant au glaive. Et quant [266.23] il le tient, il dist a
    [267.7] la noise. Et li chiers se remet es saus au plus qu’il puet et [267.8] commenche a fuir coume
 68.27] tout a cheval et descent et s’en vait droit au chierf et [268.28] li cope le chief, et dist que
  que [269.15] je le te demanch, on te devera tenir au plus desloial et au [269.16] plus felon chevalier
    demanch, on te devera tenir au plus desloial et au [269.16] plus felon chevalier que onques portast
    es vous une damoisiele qui [269.22] estoit amie au chevalier. Et quant elle vit que Gavains [269.2
  damoisiele par mi le col, si la fiert si durement au trenchant [269.29] de l’espee qu’il li fait le chief
        a court ains [270.19] que li rois soit alés au moustier. – Ha! sire chevaliers, [270.20] saches
 ] non. Et cil, qui morteument le heent, le tienent au plus [272.11] court qu’il pueent et li donnent si
 ’avés tant fait que, se je voloie garder  [274.10] au mesfait, je vous feroie destruire par raison. [
   et de plus felonnes que ceste n'est. » Lors dist au [277.18]roi: «Sire, faites avant venir ma dame la
 34]coume il s'en partira de court, qu'il dira voir au revenir [278.35]de toutes les choses qui li seront
 78.42]plus, fait Merlins: se li chevaliers ne jure au mouvoir de [278.43]sa queste, si le faites jurer
   mouvoir de [278.43]sa queste, si le faites jurer au revenir. – Si ferai je», che [278.44]dist li rois
           viers tous [281.6]cheus dont vous venrés au dessus. Je vous asseur, se vous [281.7]vivés longement
    fesistes del [281.16]chevalier dont vous estiés au dessus ne n'en voliés avoir [281.17]mierchi quant
 81.18]sour sains que jamais de chevalier ne verrés au dessus [281.19]dont vous n'aiiés mierchi, se il
  je [281.25]ne serai pas des ore en avant gramment au siecle, et ne mie [281.26]ou tans u je miex vausisse
  et li riche, les [281.33]mierveilles qui averront au tans le roi aventureus. Et aiiés [281.34]chaiens
       une arbalestree, il voit un nain qui li vint au [282.13] devant o tout un grant baston et fiert
    tous montés, le hiaume [283.11] lachiet, l’escu au  col, la lanche el puing, et crie a Tor qu’il [2
       k’a poi qu’il n’ot [283.18] les bras brisiés au cheoir qu’il fist. Et il s’en passe outre, [283
   [283.19] que onques plus ne le regarde, et vient au cheval, si l’ahiert [283.20] au frain et dist au
  regarde, et vient au cheval, si l’ahiert [283.20] au frain et dist au nain: «Tien, nains, cest cheval
   au cheval, si l’ahiert [283.20] au frain et dist au nain: «Tien, nains, cest cheval: c’est li [283.
  [283.32] fors, si le porte del cheval a terre, et au parcheoir que il [283.33] fist brise li glaives
    ansdeus mener a [284.3] outranche. Si keurt sus au premier, qui ja estoit relevés, et [284.4] li doune
  [284.21] de soi relever. Et il l’ahiert erramment au hyaume et tire [284.22] fort et ne li puet esrachier
   , si crie mierchi, [284.26] coume cil ki se voit au desous. Et Tor li dist: «Tu n’avras [284.27] ja
    et prent son escu et demande [285.2] une glaive au nain, et cil li baille boine et forte, qui estoit
  [285.21] ceste boine aventure que Diex li a douné au commenchement  [285.22] de sa chevalerie. Et quant
    un poi eslongié des [285.23] pavillons, il dist au nain: «Tu veis le chevaliers? – Sire, [285.24] voirs
  estoit li plus riches. Lors dist li [286.7] nains au chevalier: «Sire, en cel pavillon ou chis blans
    entrer  [286.13] a cheval, et baille son cheval au nain et sa glaive, et s’en [286.14] vait cele part
   pavillon od tout le braket et le [286.28] baille au nain et li dist: « Veschi le braket pour coi je
    tenir ne voie [287.4] ne sentier. Et il demande au nain quel part il porra torner [287.5] pour herbegier
    monta sour son cheval [288.24] et prist congiet au preudoume, et moult le commanda a [288.25] Dieu
   et de grant [289.24] force, si ressaillirent sus au plus tost qu’il porent et metent [289.25] le main
 290.15] le puet amender a sa volenté, si se cuevre au miex qu’il [290.16] puet et qu’il set. Et Tor le
   veult. Et quant il voit [290.18] que chil est si au desous qu’il ne puet mais en avant, il li [290.
   moi, si coume je cuic, [290.23] se tu fuisses si au dessus de moi comme je sui de toi. [290.24] – Ore
 91.3] blanc petit palefroi, et acourroit cele part au plus [291.4] tost que elle pooit. Et quant elle
         le puist.  [292.1] Lors dist li chevaliers au nain: «Je me senc las [292.2] et travillié et ai
   s’en vait devant et aquieut [292.14] une sentele au travers de la forest. Si n’ont gaires alé quant
 [294.42] de si grant biauté plainne qu’il em prist au roi envie, si [294.43] geut a li et engenra adont
     s’en taist [294.52] li contes et s’en retourne au roi Pellinor.  [295.1] Ore dist li contes que quant
  leva, car moult li tardoit qu’il fust [298.4] mis au chemin. Et quant il se fu viestus et apparilliés
    elle, a remanoir  [300.6] nous couvient dusques au jour, car se nous en [300.7] voloions ore aler de
    vous del cheoir que vous fesistes  [300.14] hui au matin et estes vous point allegie? – Oïl, Dieu
  qui a creanté a mon signeur que [301.31] il donra au roi a boire cest venin si tost coume je li avrai
   porte dedens le chevalier [303.35] mort et conte au preudomme tout ensi coume il l’a trouvé [303.36
    prent [305.6] la damoisele par le puing et dist au roi: «Sire, veschi ma [305.7] queste. L’ai je bien
       . » Lors saut avant [306.23] Merlins et dist au roi Pellinor: «Sire, savés vous qui la [306.24]
     [306.30] estes ne la ou li rois Artus trouvast au besoing si grant [306.31] loiauté coume il feroit
 ] nus n’en eschapera. »  [309.1] Lors dist Merlins au roi: «Sire, s’il vous plaist, [309.2] faites avant
     il meismes le prousenta  [309.13] a ceste fois au roi Artu mon signour qui chi est pour [309.14] chou
 09.34] car li anemis se choile tout dis et respont au [309.35] plus qu’il puet. » Et lors commenchent
    , si que il n’en issist ja de la [309.46] bouce au pecheour, se che n’estoit par gap et par eschar
     que elle dist. » Et lors dist la [309.54] dame au roi: «Sire, certes je ne vous en mentirai pas, ains
   ne soit ensi. Et je vous dirai, fait [310.12] il au roi, si bonnes ensegnes que vous en porrés estre
      , ja ne sera si enserree. » [311.6] Lors dist au roi Pellinor: «Sire, ore avés autant gaaignié [
      est a chou avenue, [312.9] elle prent congiet au roi Artus et puis baise son fil et [312.10] li dist
 13.9] congiet a vous, car je m’en irai en mon païs au plus tost [313.10] que je porrai. – Damoisele, che
       , qu’il n’avra pooir de soi [314.56] remuer. Au soir, quant il sera auques anuitié, revenra cele
 79] tour, et les fait norrir avoecques un sien fil au plus richement  [314.80] qu’il puet. – Et li malfés

auchun
  millours chevaliers que tu i savras. Et se tu ses auchun [247.23] povre chevalier preudomme de cors et
     ne nus n’est si hardis de toi demander [254.5] auchun don que tu ne soies aussi hardis dou donner
  par laiens la joie et la feste. Et [256.5] dirent auchun de Gavain pour chou que biel et apiert le [
  9bl trouvé. – Il sont, [271.14] fait Gahariés, en auchun des destrois de chaiens, car sans [271.15] grant
    en ces aventures siurre ne [278.29]se mesissent auchun chevalier qui ne seront pas moult prisiet 
  ’emporterai par droit et par raison.  [286.42] Se auchun chevalier em poise qui cha l’a aporté, si [

auchune
    tres grans biautés coume elle a puet bien nuire auchune [244.6] fois. Et non pourquant un jour sera
  je cuic que se gentillece ne te venist [254.50] d’auchune partie, ja tes cuers ne te traisist a si haute
     terre. Et si [309.12] cuic qu’il l’ait ja veut auchune fois, car il meismes le prousenta  [309.13
    sage houme ou monde que il ne decheust [309.31] auchune fois. Et je sai bien, si coume maintes gens
         , si ne savriés [314.21] pas si bien celer auchune chose coume il couverroit a [314.22] faire

auchunes
    , car chi [301.4] vienent gent dont nous orrons auchunes nouvieles. – Si [301.5] ferai je», fait elle
    damages que vous estes si [306.28] mescheans en auchunes choses, car, se Dieu me consaut, [306.29]

auchuns
    sa povreté que tu ne l’i mettes. Et se [247.24] auchuns qui soit bien gentius et de haut lingnage i
    . [260.4]– Or muevent dont, fait la damoisiele, auchuns des chevaliers  [260.5] de chaiens qui aillent

auques
             cele part. Et quant [247.10] il furent auques pres, Merlins manda au roi qu’il [247.11] venoit
  puet [283.7] perdre par delai et tu porras ja chi auques esprouver se tu [283.8] vaurras nient. » Et
  , mais autre mal ne li fait. Et Tor, qui le prist auques [283.28] bas, le fiert de le glaive si durement
   sot viers Camalaoth.  [287.1] Li jours estoit ja auques trespassés et la nuis [287.2] estoit venue si
         de la forest. Et quant il se sont [301.54] auques eslongiet de la ou il avoient parlet ensamble
     de soi [314.56] remuer. Au soir, quant il sera auques anuitié, revenra cele [314.57] part li fiex
   moult chierement, et sont li dui enfant [314.70] auques d’un aage. Et encore vous di autre chose: saichiés

aus
    les escus, mais il ne torne [282.9] onques vers aus, ains s’en vait tout son droit chemin pour [28
      . Certes, je n’averoie ja houneur  [285.16] d’aus servir. – Et je l’otroi a toi, fait Tor. Ore en

ausi
       [301.41] il vous en avenra, mais se j’estoie ausi coume vous estes [301.42] je ne m’en entremeteroie
 07.54] t’avenra, car tu morras par de faute d’aide ausi coume elle [307.55] fist. Et lors t’avenra une

aussi
 243.7] ouvrer par vostre conseil et en vostre los, aussi comme [243.8] mes peres. – Sire, fait Merlins
    [249.3] Sires meche pais et concorde entre vous aussi comme il [249.4] fist entre ses apostles. ” Et
 [249.16] tenist en boine pais et en boine concorde aussi coume [249.17] frere germain pueent estre et
  ensi montés [253.14] coume il estoit, et ses fius aussi, et cil salue le roi et [253.15] dist oiant tous
    toi demander [254.5] auchun don que tu ne soies aussi hardis dou donner, pour [254.6] coi tu soies
    [254.24] entremetre. – Certes, fait li preudom, aussi me fait il, [254.25] mais mes fiex qui chi est
  sont si frere et vesquist [254.28] de son travail aussi coume font si autre parent. Mais [254.29] il
 7] il viveront. Li rois fu apparilliés et la roine aussi et tout [255.18] li nouviel chevalier et li autre
      frere font, ains fust  [255.44] drois vilains aussi coume sa nature l’i aportast. Mais se tu [25
    au roi qui il est fiex, je li dirai, car je sai aussi [255.46] bien coume la chose avint coume tu le
  au costé et a tous les autres compaignons [256.3] aussi. Et quant il les ot tous fais chevaliers, lors
   premier lieu, et je meterai [256.20] el daerrain aussi boin chevalier ou millour comme vous, [256.2
       mie se il ne li pleust, et saciés que il est aussi gentius [257.22] hom comme vous estes et rois
  siecle que je ne li trenchaisse  [258.47]le chief aussi comme il fist a mon pere, si comme [258.48]on
  il enclos de gardins grans et miervilleus, [259.7]aussi haus et aussi espés comme che fust une forés
         grans et miervilleus, [259.7]aussi haus et aussi espés comme che fust une forés. Et en [259.8
      en guise de veneresse. Et elle venoit [259.31]aussi grant oirre coume elle pooit traire de son palefroi
   [259.55]le chierf ne les brakés, elle s’arrestut aussi coume toute [259.56]esbahie et jete jus son arch
  «Merlin, qu’en [262.7]dirons nous ? Vous en estes aussi voir disant coume vous [262.8]estes de vos autres
  eus [267.20] gesir et se couchierent tout entour, aussi coume pour lui [267.21] garder.    [268.1] Endementiers
   roiaumes  [278.14]aventureus. Et saches que tout aussi que aventure te [278.15]douna la couroune, aussi
   aussi que aventure te [278.15]douna la couroune, aussi le te taurra elle. Toutes ces paroles [278.1
      [278.16]que t'ai dites ne set nus hom morteus aussi bien comme je [278.17]les sai, mais ore te dirai
  l’autre [283.23] pavillon un autre chevalier tout aussi prest de jouster [283.24] coume li autres estoit
 5] tout estoient vermel fors uns seuls, qui estoit aussi blans [286.6] comme nois, et chis blans estoit
  . Lors [288.14] descent li nains et li chevaliers aussi et entrent dedens [288.15] l’ermitage, si se
    quant il ot aprés lui [289.4] venir une friente aussi comme de chevaus. Et il s’arreste [289.5] pour
          voit venir un chevalier [289.7] aprés lui aussi grant aleure coume se la mors le [289.8] cachast
   parti de laiens et se remist en sa [293.12] voie aussi comme il avoit fait devant. Tant erra en tel
  et orgilleus, Diex [295.30] te doinst que tu aies aussi grant mestier d’aide que ge ai [295.31] orendroit
 ’aide que ge ai [295.31] orendroit et que tu soies aussi esgarés coume je sui esgaree,  [295.32] et proiier
           . » Et cil dist [297.60] que il li donra aussi boin coume li siens estoit. «Mais il [297.61
     dormi et reposa [299.23] dusques a la nuit, et aussi fist la damoisele.  [300.1] Quant la nuis fu
   [302.11] elle est morte par moi et li chevaliers aussi. »  [303.1] Lors commenche li rois a faire trop
          , Diex vous doinst tant vivre que tu aies aussi [307.47] grant mestier d’aide coume j’ai orendroit
      coume j’ai orendroit et que tu soies [307.48] aussi esgarés coume je sui esgaree, et proiier puisses
   saichiés, fait Merlins, que [307.52] elle estoit aussi boine puciele et aussi boine vierge que [307
  , que [307.52] elle estoit aussi boine puciele et aussi boine vierge que [307.53] Nostre Sires a oi sa
   sans faille devins respons: «Rois Pellinor, tout aussi [307.64] coume faudras a ta char te faurra ta
  parole, si [310.10] commenche a rougir et li rois aussi. Et Merlins dist : [310.11] «Onques ne doutés
  que [312.14] il est poissans de vous soushaucier, aussi est il poissans de [312.15] vous abaissier et
    fuissiés laboreres  [312.21] de terre et povres aussi coume sont vo autre [312.22] frere. » Tor li
 3.6] oïl. Ce ne quidaisse pas que vous le peussiés aussi bien [313.7] faire. Et puis qu’il ne me faut
    m’aït, fait Merlins, se vous [313.16] le saviés aussi bien coume je le fais. » Et lors li conseille
 4.16] Merlin, s’il vous plaist, que che fu a dire «aussi comme [314.17] tu faurras a ta char te faurra
  . Et Merlins li [314.37] dist: «La parole si fu: «Aussi comme tu faudras a ta char [314.38] te faurra
   a outranche [314.44] et le laissera en la plache aussi coume pour demi mort [314.45] aprés cele bataille

aut
    , [268.50] le siut toutes voies quel part qu’il aut et le tient si court [268.51] qu’il li fait le

autant
  nul. Mais pour chou que je vous aim  [246.7] tous autant que se vous i fuissiés tout et g’eusse chascun
 ’i le fera volentiers [246.11] et qu’il vous amera autant comme li peres aimme le [246.12] fil. Et il
    , car il ne desirroit [247.15] riens del siecle autant com che qu’il les eust en sa compaignie. [2
    , il n’a riens el monde que je  [254.45] desire autant comme estre chevaliers de vostre main et [2
    vous de moi, que je ne [268.37] fui onques mais autant dolans de venue de chevalier [268.38] coume
    ! – Ne je ne poi, fait Gavains, [268.39] onques autant haïr chevalier coume je faich vous pour [26
         [271.10] par mesaventure. » Et il dist que autant l’en poise il ou [271.11] plus. «Mais moult
  la bataille, car moult l’en [296.13] est peu, car autant li est s’il muerent que s’il vivent. Mais [
  ne m’avint piecha mais dont il me [306.15] pesast autant coume il fait de ceste, car il me samble qu
 [311.6] Lors dist au roi Pellinor: «Sire, ore avés autant gaaignié [311.7] coume perdu, car vous avés
    di que vous i serés [313.13] servie et houneree autant ou plus comme la plus haute [313.14] dame de
 2] ceste court. Et pour chou li di jou qu’il avoit autant gaaignié  [314.13] coume pierdu, car il avoit

autel
 . Et quant Gahariés vient avant [275.8] pour faire autel comme ses freres avoit fait, la dame li [275
           [291.9] que je requesisse onques mais. – Autel di ge, damoisiele, [291.10] fait il. Sachiés
 306.1] Lors furent li saint aporté et jura li rois autel [306.2] serement comme li autre avoient fait
      racontees me dist il [307.20] fols et tout en autel maniere que vous les avés dites, si i [307.2
    tu euus la messe oïe, tu alas [307.59] devant l’autel et te mesis a genous et commenchas a priier
  chelui jour que vous devisés et tout   [308.3] en autel maniere, si en ai esté moult pensis toutes les

autre
   en savés nulle qui vous [243.11] plaise plus que autre, car si poissans hom comme vous [243.12] estes
       , encore vous [244.4] fesisse je prendre une autre que je vous loaisse miex, car [244.5] si tres
   roine del rolaume de [244.24] Logres et de maint autre païs. [245.1] Li rois Leodegans fu moult liés
  a nul mestier, car, Dieu mierchi, il en a assés d’autre. [245.10] Mais che que je miex aimme li envoierai
 4] vos femes et vos enfans pour estre l’un avoec l’autre et [248.15] pour user ensamble vos joveneches
 48.19] aventures del roiame de Logres la u tout li autre [248.20] faurront.” Et lors vint as .C. et .L
       autretel. Et [248.41] entre chelui jour et l’autre ou tu orras novieles de ton [248.42] grant duel
   sour [249.14] eus maintenant la beneichon, et li autre clergiés firent orisons [249.15] et priiere a
  . Et il en estoit compains [251.14] ensi comme li autre, car Merlins l’i avoit mis pour la bonté [25
        [254.28] de son travail aussi coume font si autre parent. Mais [254.29] il onques pour chose que
    , que tu bees a gringnour chose [254.48] que ti autre frere ne font. Certes tu ne me requiers chose
  aussi et tout [255.18] li nouviel chevalier et li autre, si alerent en tel maniere a [255.19] la maistre
       [255.43] pas a gentillece, nient plus que si autre frere font, ains fust  [255.44] drois vilains
   que j’aie [258.7] a vous gringnour amour k’a nul autre, mais pour chou [258.8] que je vous tieng et
    [259.24]brakés autresi tous blans, mais tout li autre chien estoient [259.25]noir. Mais de la damoisiele
   ’il [259.53]s’estoient ja mis el gardin par de l’autre part del palais et [259.54]ravoient coumenchié
   faire est il tout pres. Et lors dient li [260.30]autre preudoume: «Ha! Merlins, c’est pechiés quant
    maniere coume vous avés oï et chi et en [263.2] autre liu commenchierent a venir les aventures en la
  . [264.8]chevaliers qui se combatoient li uns a l’autre. Et tant avoit [264.9]ja duré la mellee qu’il
    che que nous trespassiens d’un chemin [264.32]a autre, il avint chose que nous encontrasmes un chierf
 [265.8] et douné que li uns fianchera endroit de l’autre que [265.9] jamais tant comme vous viverés guerre
     [265.14] ambedui a plorer. Et dient li uns a l’autre: «Par foi, [265.15] biau frere, a poi que je
    se met dedens. Et [265.34] maintenant voit de l’autre part de la rive un chevalier qui [265.35] li
  ’il fait sa glaive [266.9] voler em pieches, mais autre mal ne li fist. Et Gavains, qui [266.10] se fu
    ochis! » Lors laisse li uns courre [268.41] a l’autre l’espee traite et s’entredounent si grans caus
 57] mainne toutes voies ferant une eure avant et l’autre [268.58] arriere. Si l’a tant mené que chis ne
     , l’un seur le col de ton cheval et [270.17] l’autre derriere. Et voel que tu montes orendroit et
  les .II. brakés et en [270.29] met un devant et l’autre derriere en tel maniere que il ne [270.30] puissent
    li met par mi le cors, que li fers en pert de l’autre part [272.31] et chiet a la terre, qu’il estoit
       a la terre, qu’il estoit a mort ferus. Et li autre chevalier  [272.32] avoient ja mis Gavain a terre
  [276.22]avoec nous, car j'enmenrai ces .II. et li autre les siurront  [276.23]volentiers, che sai ge
    frere et le hyaume et la teste del cherf. Et li autre coururent  [277.7]a Gavain pour lui delivrer
  ton ostel et en ta [278.12]subjection et en maint autre lieu. Et pour chou di jou que [278.13]tu dois
 1]de ta court pour cerkier les aventures, et maint autre chevalier,  [278.22]a cui il meskerra souvent
  Et aiiés [281.34]chaiens .L. clers qui ne fachent autre mestier fors que  [281.35]metre en escrit les
   coume il ot dit ceste parole, il voit issir de l’autre [283.23] pavillon un autre chevalier tout aussi
    , il voit issir de l’autre [283.23] pavillon un autre chevalier tout aussi prest de jouster [283.2
 ’il li brise le lanche en mi [283.27] le pis, mais autre mal ne li fait. Et Tor, qui le prist auques
  . Et il le laist maintenant et court a [284.17] l’autre, qui tous estoit debrisiés del dur cheoir qu
  fuit hors del pavillon et se fiert en [286.25] un autre. Et il connoist bien que chis brakés qui estoit
    povre couverte de chaume. Li [288.8] nains, qui autre fois i avoit esté, vint droit a l’uis et commenche
     il puet, si lour donne de [288.17] l’erbe, que autre vitaille ne trouvast il illuec entour. Cele
    as espees et s’appareillent d’assaillir l’uns l’autre. [289.26] Si veissiés as premiers caus escus
  grant forche et viste durement. Si taste li uns l’autre si [289.30] de pres qu’il se malmetent des chars
   mainne cha et la, l’une eure [290.17] avant et l’autre arriere, cele part u il veult. Et quant il voit
     que je li trenche ? – Oïl, fait [291.17] elle, autre chose ne vous demande jou. – Che me poise, [
  dist que si fera il, puis qu’il [291.43] n’i puet autre fin trouver, si se dreche maintenant. Et [29
 31]vous porrés bien dire que li uns est peres de l’autre, car [294.32]bien saichiés que li rois Pellinor
  par mi le pis que [295.44] la pointe en pert de l’autre part. Et lors chiet arriere toute [295.45] envierse
      [297.13] tans a passé. – Et vous, fait il a l’autre, pour coi le [297.14] demandés vous? – Pour chou
     le roi Artus u elle fu prise. – Voire, font li autre [297.23] dui, se vous poés. Mais non porrés,
   anchois clamerons [297.24] nous li uns de nous l’autre quite et laisserons ceste bataille. [297.25]
       estee [297.30] entr’ex et fianchent l’un a l’autre qu’i s’en entraideront  [297.31] dusques a la
 , qui estoit de grant legierté, [297.37] saut de l’autre part et dist a chelui: «Trop avés fait grant
   si tost coume il [301.9] venoient pres l’un de l’autre, si s’arresterent pour parler [301.10] ensamble
    et jura li rois autel [306.2] serement comme li autre avoient fait. Et quant li rois ot [306.3] juré
        .  [307.37] Mais encore vous diroie jou une autre chose, se je [307.38] ne vous cuidoie moult courecier
  , che dist li rois Artus, mais [308.20] parlons d’autre, ne ne soions mie si courechiet de la mort,
      avés gaaignié et recouvré l’un pour [311.8] l’autre. » Et li rois li prie qu’il li face miex a entendre
    [312.21] de terre et povres aussi coume sont vo autre [312.22] frere. » Tor li respont: « Dame, jou
   parole par gramment,  [313.35] anchois tient une autre voie et dist : [314.1] Ore dist li contes que
     je [314.63] n’en parlaisse n’a cestui n’a cest autre. – Vous nel porriés [314.64] destorner, che dist
       [314.70] auques d’un aage. Et encore vous di autre chose: saichiés [314.71] que li enfes dont je

autrement
  court, se il ne muerent  [260.22]en la cache, car autrement ne seroit pas l’aventure [260.23]menee a
   , on vous savra bien a dire [265.22] men non, ne autrement ne le poés vous onques savoir a [265.23]
    , car je gart le port que nus [265.37] n’i puet autrement passer. »  [266.1] Quant Gavains voit le
 24] cil li fianche erramment, puis que il voit que autrement ne [270.25] puet estre. Puis vint sour le
    , si crie merchi, car [284.14] il voit bien que autrement ne porroit il eschaper. « Ore [284.15] fiance
  li fiance, qui bien voit qu’il n’en puet [284.29] autrement eschaper. Et il le laisse maintenant et dist
  douné a la damoisiele. Se li terrai, [291.28] car autrement me porroit elle apieler de desloiauté. »
  de vous mie, pour coi je la puisse avoir [296.25] autrement. »  [297.1] Lors s’en vait viers les chevaliers

autres
   mi lieu et le moustra au roi Artus et a tous les autres [248.23] qui laiens estoient, chevaliers et
    les [249.2] .XLVIII. chevaliers, il apiella les autres .C. et lour [249.3] dist: " Veschi vos freres
  [250.11] seoir cil et chi endroit doit seoir chis autres. ” Et ensi estoit  [250.12] singniés chascuns
    de Camalaoth et avoec lui jusques a .X. [253.3] autres damoisiaus que li rois devoit tous faire chevaliers
      , et le vallet avant [255.5] et Gavain et les autres aprés. Et au tans de lors estoit coustume 
             que il ne faurroient li un as [255.16] autres, ains s’entreporteront loial compaignie tant
 ] car il li chainst l’espee au costé et a tous les autres compaignons [256.3] aussi. Et quant il les ot
   aussi voir disant coume vous [262.8]estes de vos autres paroles. » Et Merlins dist maintenant [262.
      tout aussi prest de jouster [283.24] coume li autres estoit, ne ne dit mot fors qu’il laisse [28
 .18] couciet en son devant et dormoit li uns et li autres. [286.19] Quant li chevaliers voit le braket
    , si se dreche maintenant. Et [291.44] quant li autres se sent alegié, il s’en cuide fuir, mais cil
  congiet a la dame de laiens et [293.6] a tous les autres. Et il le commanderent moult a Dieu et [293
   en mierchie moult, la dame avant et [293.11] les autres aprés. Si s’en parti de laiens et se remist
    en escrit, et par chelui [294.14] escrit et par autres en savons nous la verité. «Ha! Diex, [294.1
 9] claimme maleuree et chaitive, la plus dolante d’autres [295.40] damoisieles, et dist que, puis que
   deveroie jou avoir, che m’est avis, miex que uns autres. [297.19] – Ore vous, che dist li rois, en poés
       avoit prise a la court. Et quant li [297.42] autres voit chelui caup, il n’est pas asseur, a che
     , dont li uns vient de [301.7] Camalaoth et li autres i aloit, et s’entrecontrerent devant [301.8
  Et comment porra chou estre? che dist li [301.26] autres. – Che vous dirai bien, fait il. Je porte chi
     sera. – Ore vous [301.33] gardés bien, fait li autres chevaliers, que vous ne [301.34] soiiés percheus
    vous commanch jou dont a Dieu, fait li [301.48] autres chevaliers, puis que vous ne volés croire mon
    [301.51] chemin par mi le forest espesse, et li autres s’en tourne [301.52] viers Camalaoth et tout
      et dolant, li plus malleureus de tous [303.4] autres chevaliers. Et la damoisele, qui che voit, en
   de [303.6] courtoisie et de chevalerie seur tous autres chevaliers que [303.7] elle euust onques veus
     n’estes mie dou tout [309.43] de la maniere as autres dyables. Che savons nous que li [309.44] autres
    autres dyables. Che savons nous que li [309.44] autres dyables vaurroient tous jours que li pechi de
     bien, li [312.25] contes s’en taist et moult a autres choses que a parler de [312.26] lui.  [313.
    dont li uns sera Kex li [314.49] seneschaus, li autres Tor. Kex s’en fuira, Tor l’encauchera.  [31
  en toutes manieres fera il [314.75] mal! Mais des autres enfans, che dist li rois, qui furent mis [3

autresi
 . Li chiers estoit tous blans et li [259.24]brakés autresi tous blans, mais tout li autre chien estoient

autressi
     ronchin et li vait baisier [254.15] le pié, et autressi fist ses fiex, et l’en merchient ambedui.

autretel
 0] adont joie si grant que devant ni aprés n’avera autretel. Et [248.41] entre chelui jour et l’autre
   [263.10] laiens. Et li rois Pellinor refait tout autretel. Si se partent [263.11]en tel maniere tout
  le voit venir, ne le refuse pas, ains refait tout autretel ensi [283.14] que nature de lignage li ensegnoit

autrui
        siurre cele [264.40]cache sans compaignie d’autrui. Et li dist que il ne [264.41]m’otrieroit pas
      [307.15] chelui an mesmes que tu seras mis en autrui subjection. » [307.16] Ensi te dist li fols
    de ta mort et chou que tu [307.17] seras mis en autrui subjection. Et ne savoit il qu’il disoit, [
    de che que il me dist que [307.22] je seroie en autrui subjection me dist il voir, car je m’en [30
  a vrai chevalier. [312.19] Et se vous la metés en autrui garde et en la saisine de [312.20] l’anemi,

avanchié
      son ami. Et Gavains, qui avoit [269.27] ja si avanchié son caup qu’il ne le puet mais retenir, ataint

avant
       hounours croisse et [246.9] ament des ore en avant vous envoierai jou a tel houme qui  [246.10]
 .15] et priiere a Nostre Signour que il des ore en avant les [249.16] tenist en boine pais et en boine
    vous [250.4] jurra sour sains que il des ore en avant vous maintenra a [250.5] si grant hounour coume
 53.12] quels est li rois Artus. Et uns vallés saut avant et li moustre. [253.13] Et cius s’en vait dusques
     apiela moult biel et lour [255.3] dist: "Venés avant et aportés reubes et dras et armes et [255.4
  . ” Et lour fist tous vestir reubes, et le vallet avant [255.5] et Gavain et les autres aprés. Et au
      moult, se Diex m’aïe. ” Et [255.37] lors saut avant Merlins et dist: " Sire, preudom sera il et
     pour chou que tu t’en [257.17] fies des ore en avant en moi et soie tes privés. ” Et maintenant [
  [257.18] li tent le penne de son mantiel. Et saut avant Merlins [257.19] et dist au roi Artus : " Ha
   sui tout aaisiés, car j’ai une espee qui [258.27]avant ier me fu aportee de nostre païs, la plus trenchans
 39]lanche outre par dessus une table. Et lors saut avant [259.40]uns chevaliers qui laiens mengoit, si
         vous le me restorrés! ».  [260.1]Lors saut avant Merlins et dist: « Damoisiele, or [260.2]vous
   boine pais et boine [265.11] concorde des ore en avant, si coume doit estre entre deus [265.12] freres
     », dist li enfes. Et lors vait un poi [266.47] avant et trueve les pas dou chierf et des chiens, et
  , le [268.57] mainne toutes voies ferant une eure avant et l’autre [268.58] arriere. Si l’a tant mené
 269.1] Tant souffri li chevaliers que il ne pot en avant, [269.2] ains chaï a terre tous adens. Et Gavains
   je me tieng a [269.9] outré. Et se tu des ore en avant metoies main a moi, tu [269.10] feroies trop
      le chief, quant une damoisiele  [272.34] vint avant qui coumencha a crier: «Ne l’ochiés mie, [27
  [275.6] le vous fiancherai je», fait il. Si vient avant et tent sa main [275.7] et celle em prent la
       em prent la fianche. Et quant Gahariés vient avant [275.8] pour faire autel comme ses freres avoit
     avoit si durement [277.11]enflet, Merlins saut avant et dist: « Signour, ne soiiés a [277.12]malaise
   n'est. » Lors dist au [277.18]roi: «Sire, faites avant venir ma dame la roine Gennevre [277.19]et toutes
  . Saichiés que je [281.25]ne serai pas des ore en avant gramment au siecle, et ne mie [281.26]ou tans
       nel fait voel jou que vous des [281.30]or en avant fachiés metre en escrit toutes les aventures
  orendroit, se il vous plaist. – Va dont, fait il, avant, et jou [287.11] irai aprés, car moult me tarde
      que g’i soie. » [288.1] Lors s’en va li nains avant ensi comme il set et [288.2] li chevaliers aprés
  . Et Tor le mainne cha et la, l’une eure [290.17] avant et l’autre arriere, cele part u il veult. Et
 8] que chil est si au desous qu’il ne puet mais en avant, il li [290.19] dist: « Chevaliers, tu vois bien
  a la porte et apiele, et uns varlés [292.17] saut avant qui oevre un guichet. «Oevre, fait elle, la porte
 10] volentés. Et il les en mierchie moult, la dame avant et [293.11] les autres aprés. Si s’en parti de
  par aventure quant  [300.9] nous cuideriemes aler avant. – Ore remanons dont, fait [300.10] il, puis
      loeroie je [301.45] miex le retorner que aler avant. » Et cil dist que il ne [301.46] retournera
    de che pour coi elle vous apieloit. » Lors saut avant [306.23] Merlins et dist au roi Pellinor: «Sire
    au roi: «Sire, s’il vous plaist, [309.2] faites avant venir la mere Tor, si connisteroit ja chou que
  je vous ai dit. » Et il le commande et cele vient avant. Et [309.4] li rois le prent par la main et le
 , il li criera:   [314.51] «Tor, biaus fiex, ne va avant, mais vien cha, car j’ai [314.52] besoing de

avenir
     veés, et je [259.11]vous di que vous verrés ja avenir chaiens .III. des mervilleuses  [259.12]aventures
    qui aviegne, se peril mortel [260.11]n’i devoit avenir, ne se remuera chevaliers qui a table se [2
   des aventures qui estoient coumenchies a [264.38]avenir en la Grant Bretaigne. Et je, qui estoie li
  cui Merlins douna [265.21] la premiere aventure a avenir, on vous savra bien a dire [265.22] men non
 ] de faire vostre volenté, comment qu’il m’en doie avenir. [275.5] – Certes, fait elle, ja maus ne vous
  [277.16]Saint Graal, si en verrés des ore souvent avenir de plus [277.17]crueus et de plus felonnes que
       et commenchement  [278.11]de chou qui devoit avenir en ton ostel et en ta [278.12]subjection et
  , fait il, [303.21] que nus preus ne m’en porroit avenir, mais je ne m’en puis [303.22] tenir que je
      et loiaus, car toute [306.39] jour le voit on avenir coume vous le devisés. – Sire Merlin,  [306
  ’osteroit la couroune, il te menti se tu nel vois avenir. Et [307.30] certes, quant il avenra, che sera
     , chou que je sai, maint mal en porroient bien avenir,  [314.20] car vous estes jovenes hom et envoisiés

avenist
   . Je n’oï onques parler de gent a cui [305.9] il avenist si bien coume a vous .III. compaignons, qui

avenra
  plaist ceste compaignie et grans biens en [251.5] avenra. Beneois soit par cui conseil ele commencha
  . [275.5] – Certes, fait elle, ja maus ne vous en avenra. – Dont [275.6] le vous fiancherai je», fait
         [278.24]outré d'armes, car toute jour lour avenra, quant il [278.25]seront lassé et travillié
   . – Ne sai, fait il, comment [301.41] il vous en avenra, mais se j’estoie ausi coume vous estes [30
   tu nel vois avenir. Et [307.30] certes, quant il avenra, che sera damages grans a tout le [307.31] roiame
    proiiere, car tout che que elle dist [307.54] t’avenra, car tu morras par de faute d’aide ausi coume
    d’aide ausi coume elle [307.55] fist. Et lors t’avenra une parole qui te fu dite le premier [307.5
  Ore [314.60] vous ai devisé la mort Pellinor, qui avenra tout ensi coume [314.61] je vous ai devisé.

avenroient
 .III. aventures que je vous dis que chaiens [262.6]avenroient hui en cest jour? » Et il dient: «Merlin

avenront
   est que [278.18]je t'ai parlet des aventures qui avenront et chi et aillours, [278.19]mais en quelque

avenrront
     veoir les miervilleuses  [281.27]aventures qui avenrront espessement. Et pour chou [281.28]que vous

aventure
  avra en cest ostel tel coustume  [260.10]que pour aventure qui aviegne, se peril mortel [260.11]n’i devoit
        ostees, lors porra li chevaliers ensiurre s’aventure, [260.14]cil a qui elle sera jugie. Et je
  la tendra. Lors dist Merlins [260.17]a Gavain: «L’aventure dou chierf est vostre, mais que [260.18]vous
 [260.22]en la cache, car autrement ne seroit pas l’aventure [260.23]menee a chief.» Et li respont qu’il
      vous [260.31]ces .II. enfans metés si tost en aventure de morir! –  [260.32]Signeur, fait Merlins
     que chascuns  [260.34] venra bien a chief de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [261.1] En che qu’il
     , qu’en dirés vous? Iceste daarrainne  [262.10]aventure est vostre a achiever. Montés quant il vous
  chi esté a cui Merlins douna [265.21] la premiere aventure a avenir, on vous savra bien a dire [265.
 265.24] veistes le blanc cherf aler, car pour cele aventure faire me [265.25] sui je partis de court.
       . [268.52] Et cil, ki bien voit qu’il est en aventure et en peril de mort [268.53] se il ne crie
  cauper le chief. Et quant cil se voit en si grant aventure [269.6] et il set que sa teste est desarmee
 ] me dame la roine Geneuvre de par chelui qui ot l’aventure [270.14] dou chierf en don. Et pour chou que
 3] moult courtoise, et pour chou me meterai jou en aventure [275.4] de faire vostre volenté, comment qu
  sa queste achievee. Et saichiés que [277.15]ceste aventure poés vous bien tenir a une des aventures del
   concheus par [278.2]miervelles et fus norris par aventure tel que chis qui te [278.3]norrissoit ne savoit
  , [278.7]et ensi fus engenrés par aventure et par aventure rechus tu [278.8]ta couronne, car ensi plaisoit
  le devoies estre, [278.7]et ensi fus engenrés par aventure et par aventure rechus tu [278.8]ta couronne
   [278.14]aventureus. Et saches que tout aussi que aventure te [278.15]douna la couroune, aussi le te
   son chemin, moult joians de [285.21] ceste boine aventure que Diex li a douné au commenchement  [28
  moult a Dieu et [293.7] moult li priierent que se aventure l’amenoit jamais cele [293.8] part qu’il ne
         et dist : [294.44] «Par Dieu, chi ot biele aventure ne je ne serai jamais liés [294.45] devant
  quant il orent erré jusques a prime, il avint que aventure [298.14] les amena en une valee parfonde moult
  ne [300.8] voie ne sentier, ains retornerions par aventure quant  [300.9] nous cuideriemes aler avant
  ’aït Diex, fait li rois, moult est [301.61] ceste aventure biele et moult me plaist que j’ai ceste chose
    os. «Si en sui, fait il, si [306.14] dolans que aventure ne m’avint piecha mais dont il me [306.15

aventures
   , chis qui metera a fin les perilleuses [248.19] aventures del roiame de Logres la u tout li autre
    qui metera a fin les [248.30] tresmiervilleuses aventures dou roiaume de Logres. Cil s’i [248.31] asserra
  ja avenir chaiens .III. des mervilleuses  [259.12]aventures que onques veissiés. Et pour chou qu’il
      chou que je vous [262.5]avoie pramis de .III. aventures que je vous dis que chaiens [262.6]avenroient
    en [263.2] autre liu commenchierent a venir les aventures en la court  [263.3] le roi Artus. Quant
   , et coumenche a parler de [263.16]Gavain et des aventures ki li avinrent en sa queste.  [264.1] Ore
     desimes entre nous [264.37]que chou estoit des aventures qui estoient coumenchies a [264.38]avenir
 7.15]ceste aventure poés vous bien tenir a une des aventures del [277.16]Saint Graal, si en verrés des
     a Nostre Signeur, et saiches [278.9]que tantes aventures et si mervilleuses ne te sont pas [278.1
      dit. Voirs est que [278.18]je t'ai parlet des aventures qui avenront et chi et aillours, [278.19
  li chevalier [278.21]de ta court pour cerkier les aventures, et maint autre chevalier,  [278.22]a cui
     que [278.28]il ne porroit pas estre que en ces aventures siurre ne [278.29]se mesissent auchun chevalier
        estre pour veoir les miervilleuses  [281.27]aventures qui avenrront espessement. Et pour chou
 .30]or en avant fachiés metre en escrit toutes les aventures [281.31]dont on contera en vostre court la
      mestier fors que  [281.35]metre en escrit les aventures de la court ensi coume elles [281.36]averront

aventureus
  [277.25]le porent bien oïr:  [278.1] « Rois Artus aventureus, ki fus concheus par [278.2]miervelles et
      di jou que [278.13]tu dois estre apielés rois aventureus et tes roiames li roiaumes  [278.14]aventureus
     aventureus et tes roiames li roiaumes  [278.14]aventureus. Et saches que tout aussi que aventure te
    [281.33]mierveilles qui averront au tans le roi aventureus. Et aiiés [281.34]chaiens .L. clers qui

avenu
   court: [262.4] «0 biel signour, ne vous est bien avenu chou que je vous [262.5]avoie pramis de .III
  fait la damoisiele, il vous est trop [292.6] bien avenu. Chi pres en ceste forest, a .II. archies pres
          de la Table Reonde [294.11] tout chou qui avenu li estoit, ensi coume li contes l’a ja [294.
     vous en deviés ore occhirre, si en est il ensi avenu. [303.19] Pour chou se vous devés penser que
    qu’il contast tout chou [306.4] qu’il li estoit avenu en ceste queste. Et il dist que si feroit [3
        a conter  [306.6] tout chou qu’il li estoit avenu, ensi coume li contes l’a [306.7] ja devisé.
   mort par tel mesqueance et que che soit [306.17] avenu par defaute de moi. – Certes, che dist li rois
   ne sera descouviert devant que che soit [314.36] avenu. – Che vous creanc jou», fait li rois. Et Merlins

avenue
  Signeur pleust, ja tel merveille [251.10] ne fust avenue. Et li compaignon de la Table Reonde vinrent
       tout apertement que ceste [303.17] chose est avenue par mon pechiet. – Et de quoi ? fait elle.
 7.27] encore, car il ne te dist parole qui ne soit avenue ou qui [307.28] n’aviegne. Et se il t’amentut
    . Et quant la dame voit que la chose est a chou avenue, [312.9] elle prent congiet au roi Artus et

avenues
          et si mervilleuses ne te sont pas [278.10]avenues pour noient, ains sont senefiances et commenchement
         [278.35]de toutes les choses qui li seront avenues et qu'il avra [278.36]trouvé en sa queste,
      dirés voir de toutes les choses qui vous sont avenues [279.4]puis que vous vous partesistes de la
     sains qu’il dira voir de toutes les choses qui avenues  [294.8] li sont en ceste queste, qu’il  nel

avenus
      . [259.65]Tout cest damage, rois Artus, m’est avenus par vostre [259.66]ostel, pour coi je me plaing

avera
 [248.40] adont joie si grant que devant ni aprés n’avera autretel. Et [248.41] entre chelui jour et l
         de chaiens qui les achieveront. Si [259.15]avera Gavains le premiere a mener a chief, Tor li fius
    mellee [265.10] n’avera entre vous deus, ains i avera boine pais et boine [265.11] concorde des ore
     comme vous viverés guerre ne mellee [265.10] n’avera entre vous deus, ains i avera boine pais et boine

averas
   que [285.6] tu me doinnes un don par si que tu i averas plus preu que [285.7] damage. – Nains, fait

averés
   , che dist [294.48] Merlins, car le roi Pellinor averés encore anuit a court. [294.49] – Mais vous,
     encommenchiet bataille, car vous ne [297.21] l’averés point, tous asseur en soiiés vous, ains l’enmerrai
       , vous ne [314.26] connisterés quel ami vous averés perdu en moi. Vous [314.27] m’averés moult tost
      ami vous averés perdu en moi. Vous [314.27] m’averés moult tost oublié. Mais aprés sera uns tans
     . Je [314.34] le vous dirai seur chou que vous averés acreanté que [314.35] jamais par vous ne sera

averiemes
     ? [276.15]Car se nous venions sans eus, nous n'averiemes pas nostre [276.16]queste afinee. – Je vous

averiés
    tant [258.33]comme vous estes escuiiers, vous n’averiés deservi a [258.34]prendre hounour de chevalerie

averoie
 .15] demourer avoec ces .II. faillis. Certes, je n’averoie ja houneur  [285.16] d’aus servir. – Et je

averoit
  dist que il ne [264.41]m’otrieroit pas, mais il l’averoit, qui estoit assés mieudres [264.41]m’otrieroit
  assés mieudres [264.41]m’otrieroit pas, mais il l’averoit, qui estoit assés mieudres [264.42] chevaliers
  car se il vit longement, en cest [311.15] ostel n’averoit gaires millour chevalier de lui. »  [312.1

averront
  li povre et li riche, les [281.33]mierveilles qui averront au tans le roi aventureus. Et aiiés [281.
     aventures de la court ensi coume elles [281.36]averront as estranges et as privés. » Et li rois li

avés
      , [243.15] puis que vous l’amés, se vous ne l’avés, dont ne puet ² [243.16] onques riens Merlins
   demande a Merlin : [248.26] " Merlin, pour coi l’avés vous apielé perilleus ? – Sire, por [248.27] chou
    te metera en destruisement. –    [248.45] Ore m’avés bien paiiet, Merlin, fait li rois, qui en ma grant
  avoir. " Sire, grans merchis, fait Gavains, ore m’avés moult [252.6] servi a gré. Et savés vous de quoi
       vous que vous  [254.17] m’avés douné? Vous m’avés douné que vous ferés hui en [254.18] cest jour
   au roi : " Sire, savés vous que vous  [254.17] m’avés douné? Vous m’avés douné que vous ferés hui en
 256.11] rois demanda a Merlin : " Merlin, encore n’avés vous mie [256.12] tout fait, che me samble, que
  que il porra.   [263.1] En tel maniere coume vous avés oï et chi et en [263.2] autre liu commenchierent
 ]et par courtoisie que vous me dites pour coi vous avés [264.17]entre vous .II. coumenchié la bataille
 5.7] en mierchie moult, et puis lour dist: «Vous m’avés fianchié  [265.8] et douné que li uns fianchera
  ’en esgoï moult et dist: «Biaus freres, hautement avés [266.40] coumenchié a ferir d’espee. Se vous tout
    je faich vous pour [268.40] mes brakés que vous avés ochis! » Lors laisse li uns courre [268.41] a
 31] esche que vous avés fait, qui ceste damoisiele avés [269.32] occhise! Certes ja chevaliers ne deust
  s’escrie: «Ha! frere, que [269.31] esche que vous avés fait, qui ceste damoisiele avés [269.32] occhise
    : [270.3] «Ha! mauvais chevaliers recreans, ore avés vous bien [270.4] moustré vostre nicheté, ki ceste
 270.4] moustré vostre nicheté, ki ceste damoisiele avés occhise [270.5] por nient! Certes ore ne m’en
 271.9] moult me poise de ceste damoisiele que vous avés occhise [271.10] par mesaventure. » Et il dist
  a la mellee, ou  [271.22] pour le chierf que vous avés occhis ou por la damoisiele.  [271.23] Ore vous
     [271.28] damoisiele: vous en morrés, et vous l’avés bien deservi! [271.29] Or vous gardés de nous
   estes mi prison [274.9] et bien savés que vous m’avés tant fait que, se je voloie garder  [274.10] au
        destruire par raison. [274.11] Mais se vous avés esté fol et vilain de moi mesfaire en ma [274
  vivés longement. [275.24] Mais pour chou que vous avés trop mespris de ma damoisiele  [275.25] occhirre
 .37] que vous le cors de ceste damoisiele que vous avés [275.38] occhise portés devant vous seur le col
  lour conterés [276.7]tout en apert coument vous l'avés occhise et la cruauté [276.8]que vous fesistes
 278.39]– En non Dieu, fait li rois, Merlin, vous m'avés bien [278.40]ensegniet, et je vous creanc que
 ]conté, Merlins respont: «Certes, Gavain, vous n'i avés de [279.10]riens menti. Biaus fu li commenchemens
 279.15]doinsent tel penitanche de la dame que vous avés occhise,  [279.16]que vous la tiegniés et que
 1.14] fait elle, biau sire. Ore sachiés que vous m’avés douné la [291.15] teste de cel chevalier que vous
 1.41] tout en plorant. Ore en faites chou que vous avés en [291.42] couvent, s’il vous plaist. » Et il
   vous ceste [292.24] part venistes! Car vous nous avés mis en pais et en joie a [292.25] toute nostre
  joie a [292.25] toute nostre vie, quant vous nous avés mort nostre mortel [292.26] anemi, l’oume del
    poés tenir a fol pour chou [297.20] que pour li avés encommenchiet bataille, car vous ne [297.21] l
 [297.32] de lui assaillir, il lour dist: «Comment! avés vous [297.33] plus talent de bataille? – Che verrés
 7.37] saut de l’autre part et dist a chelui: «Trop avés fait grant [297.38] mauvaistié de mon cheval ochirre
      , dist a la [301.56] damoisiele: «Damoisiele, avés vous entendut ces messagiers ?  [301.57] – Oïl
          qui [306.48] ceste damoisele fu dont vous avés aportee la teste a court, [306.49] et je le vous
      li [307.19] rois, toutes ces paroles que vous avés racontees me dist il [307.20] fols et tout en
 307.20] fols et tout en autel maniere que vous les avés dites, si i [307.21] connois je partie de verité
   tout le [307.31] roiame de Logres. – Encore ne m’avés vous pas dit qui [307.32] fu la damoisiele de
    quant [309.24] elle parole, elle dist: «Coument avés vous non, biau sire, [309.25] qui si vous vantés
 .30] di voir. – Certes, che dist li rois, vous n’i avés de riens [310.31] menti, car il avint tout ensi
  . » [311.6] Lors dist au roi Pellinor: «Sire, ore avés autant gaaignié [311.7] coume perdu, car vous
      autant gaaignié [311.7] coume perdu, car vous avés gaaignié et recouvré l’un pour [311.8] l’autre
    son fil et [312.10] li dist: « Biaus fius, vous avés esté norris en povreté: se [312.11] Nostre Sires

avez
      , or [260.2]vous souffrés atant, car assés en avez dit, et je vous di que [260.3]ja ne perderés chaiens

aviegne
   pas main metre a chevalier por chose qui [258.24]aviegne. Et nepourquant, se vous le me loés, jou sui
  ostel tel coustume  [260.10]que pour aventure qui aviegne, se peril mortel [260.11]n’i devoit avenir
    l’en aporterai, [286.50] fait il, quoi qu’il en aviegne dou rescourre. » Si retorne [286.51] maintenant
   dist parole qui ne soit avenue ou qui [307.28] n’aviegne. Et se il t’amentut que li fiex del roi occhis
          [308.18] que la voientés Nostre Signeur n’aviegne. – Ore [308.19] laissons atant ester cele chose

aviés
 , vostre couroune en vostre [307.9] chief, et vous aviés euut tous vos mes, lors devant vous [307.10]
 0.14] avoec li un levrier et un mastin. Et vous en aviés fait aler [310.15] tous vos houmes por un hermite
 310.15] tous vos houmes por un hermite, a cui vous aviés parlé de [310.16] confession, a .III. archies

avilenis
     occhirre vostre cheval, si serés lors dou tout avilenis!  [266.25] – Certes, fait Gavains, tu dis

avinrent
  a parler de [263.16]Gavain et des aventures ki li avinrent en sa queste.  [264.1] Ore dist li contes

avint
         li dist adont, car trop estoit obscure, si avint [244.13] elle puis tout ensi que Merlins li devisa
    , car je sai aussi [255.46] bien coume la chose avint coume tu le ses. ” Et quant li [255.47] vilains
  nous trespassiens d’un chemin [264.32]a autre, il avint chose que nous encontrasmes un chierf [264.3
    fer de la saiete od tout le fust. Et de tant li avint il [272.21] bien qu’il ne le prist pas en l’os
 [281.39]de Tor, le fil a Arés, et de che que il li avint en sa queste.  [282.1] Ore dist li contes que
 294.36]que Tor fust ses fiex, mais non est, car il avint tout [294.37]ensi comme je vous ai conté. » Et
   : il l’enportoit voirement.  [295.53] Mais il li avint en une valee cha devant, ensi coume [295.54]
   [298.13] quant il orent erré jusques a prime, il avint que aventure [298.14] les amena en une valee
    , fait il, si [306.14] dolans que aventure ne m’avint piecha mais dont il me [306.15] pesast autant
          pour [310.29] l’amour de li. Ensi vous en avint. Ore savés vous bien se [310.30] di voir. – Certes
    , vous n’i avés de riens [310.31] menti, car il avint tout ensi comme vous le dites. » Lors [310.3

avis
 260.6]chierf, car il n’ont que demourer, che m’est avis, s’i les [260.7]voelent ataindre ! – Ha! damoisiele
     desfendre. Mais pour [290.21] chou qu’il m’est avis que tu es boins chevaliers te ferai je [290.2
  retorner, car trop a a [295.26] faire, che li est avis. Et quant elle voit qu’il ne retournera [295.
     chou [297.18] la deveroie jou avoir, che m’est avis, miex que uns autres. [297.19] – Ore vous, che
 310.32] dist Merlins a la dame: «Dame, vous est il avis que [310.33] je die voir? – Sire, fait elle, se

avise
  encontre cheus qui l’assailloient,  [272.18] il l’avise et trait a lui et le fiert si durement que li

avoec
    Reonde venoit a sa court [247.14] pour demourer avoec lui, il en fu tous liés, car il ne desirroit
   [248.14] vos femes et vos enfans pour estre l’un avoec l’autre et [248.15] pour user ensamble vos joveneches
   eglyse de [253.2] Saint Estevene de Camalaoth et avoec lui jusques a .X. [253.3] autres damoisiaus que
   fu [255.22] chelui jour la roine Gennevre sacree avoec le roi Artus en [255.23] la chité de Camalaoth
    je tieng la parole est rois sacrés, et [255.57] avoec cele gentillece est il uns des boins chevaliers
      prie a son frere que [263.6] il le laist aler avoec lui, si le servira comme escuiier, [263.7] et
        . Et [266.38] quant Gahariés ses freres, ki avoec lui estoit, vit le caup,  [266.39] si s’en esgoï
 20] Si estes vous teuls, qui ore me dites vilounie avoec [268.21] le courous que jou ai et honte en mon
 [268.24] chierf de chaiens, ains i remanra et vous avoec, et tout vostre  [268.25] braket i morront.
  , qui estoit dalés le gardin, [273.6] et Gahariet avoec lui. Et toute la nuit demourerent laiens [27
    dame: «Dame, onques n'envoiiés serjant  [276.22]avoec nous, car j'enmenrai ces .II. et li autre les
       qu'il [277.8]portoit, si la metent jus et li avoec, et li ostent le chief qu'il [277.9]avoit pendut
 , la roine, premierement,  [279.14]et les dames ki avoec li sont que elles vous en [279.15]doinsent tel
   , fait li nains, [285.10] que tu me laisses aler avoec toi et en ta compaignie en lieu [285.11] d’escuiier
    Artus. Et ses tu pour coi [285.14] je m’en vois avoec toi ? Pour chou que je ne voel plus [285.15]
  ? Pour chou que je ne voel plus [285.15] demourer avoec ces .II. faillis. Certes, je n’averoie ja houneur
         vous vostre braket et le chevalier [286.9] avoec, si coume je cuic. Et saichiés qu’il est sires
    seoit [296.6] sour l’erbe verde toute esplouree avoec les damoisieles et [296.7] avoec les escuiiers
   toute esplouree avoec les damoisieles et [296.7] avoec les escuiiers. Li chevalier se combatoient encore
 .26] vous puis je veer ne ne doi tant que je serai avoec vous, [297.27] mais la damoisiele enmerrai jou
 97.61] couvient, fait il, que vous remanés huimais avoec moi, car [297.62] il est tart. Car se vous vous
  poissans [301.13] d’amis et de chevaliers et a si avoec soi les cuers de ses [301.14] hommes et est si
  mainne en une des chambres  [309.5] et fait venir avoec lui Merlin et le roi Pellinor et Tor [309.6]
   la trouvastes dalés un buisson et avoit [310.14] avoec li un levrier et un mastin. Et vous en aviés
     et montés, vous l’en vausistes [310.24] porter avoec vous, mais elle ne vaut, ains s’en torna [31
 [310.26] Quant vous veistes qu’elle ne venroit pas avoec [310.27] vous, si presistes son levrier, qui
       [313.11] chaiens, s’il vous plaist, et serés avoec les dames et les [313.12] damoiseles ma dame
   . Lors [313.22] prie la roine que elle le tiegne avoec li et li port hounour [313.23] et la tiegne chiere
     que [313.25] celle li otroie que elle demourra avoec li une pieche de [313.26] tans. La roine li demande
       [314.10] a lui. Et chis chevaliers ki estoit avoec li estoit ses cousins [314.11] germains et estoit
  [314.68] anchois le fait norrir uns de vos barons avoec un sien fil [314.69] et le garde moult chierement
 . – Et li malfés et li dolereus enfes est [314.81] avoec eus ? dist li rois. – Nennil certes, che dist

avoecques
      occhirra encore chelui [314.72] meisme enfant avoecques cui il est norris. Ore esgardés [314.73]
      en une soie [314.79] tour, et les fait norrir avoecques un sien fil au plus richement  [314.80] qu

avoie
      . Et jou en eusse ja mis .L. que jou [245.14] avoie esleu, mais uns preudom hermites me dist que
   morte et honnie par [261.12]l’asseuranche que je avoie en toi et en ton ostel se tu ne [261.13]fais
   , ne vous est bien avenu chou que je vous [262.5]avoie pramis de .III. aventures que je vous dis que
   [309.60] Et sachiés que il m’eut puciele ne je n’avoie pas [309.61] d’aage .XV. ans quant il engenra
  qu’il ne me faut riens des choses que jou [313.8] avoie quant jou entrai en vostre court, je prenderai

avoient
     por lui faire houmage. [250.8] Et en che qu’il avoient lour sieges vuidiés, Merlins [250.9] regarde
    [259.8]che que li rois se seoit au disner et il avoient par laiens pres [259.9]que mengié, Merlins
     . Et tant avoit [264.9]ja duré la mellee qu’il avoient ansdeus lour chevaus occhis [264.10]et s’estoient
  [264.10]et s’estoient entrenavré si durement k’il avoient moult  [264.11]pierdu de sanc. Et che n’estoit
  Si s’entrefianchent erramment [265.17] chou qu’il avoient creantet, et puis dient a Gavain: «Sire, [
   , qui estoient si lassé que li pluiseur  [267.3] avoient laissié le courre et ja estoient recreu. Et
      a mort ferus. Et li autre chevalier  [272.32] avoient ja mis Gavain a terre et li ostoient le hyaume
   [293.2] que cil de laiens porent avoir, et il en avoient assés, car [293.3] moult estoient aaisié de
  [293.16] revenir, il li firent grant joie, car ja avoient oï nouvieles de [293.17] lui par les .II. chevaliers
 [296.9] pluisours plaies petites et grans, et tant avoient ja perdu [296.10] del sanc que li plus fors
        , il s’esveillierent ambedui et virent k’il avoient [300.3] tant dormi qu’il estoit nuis obscure
   il se sont [301.54] auques eslongiet de la ou il avoient parlet ensamble, [301.55] li rois, qui bien
      li rois autel [306.2] serement comme li autre avoient fait. Et quant li rois ot [306.3] juré, li

avoir
   poissans hom comme vous [243.12] estes doit bien avoir feme a son plaisir. – Oïl, fait li rois, [24
 [243.23] es isles de mer. Et pour chou la voel jou avoir. Et se [243.24] je ne l’ai, je n’avrai jamais
  a tel point [244.8] que vous la cuiderés del tout avoir perdue. ” Et che dist il [244.9] por Gaalehot
  chevaliers de .C. et .L. qu’il [245.22] en i doit avoir par conte. – Certes, fait Merlins, c’est [24
   Merlins, c’est [245.23] voirs. Tant en i doit il avoir, si i seront assés tost mis, se [245.24] Diu
  [246.21] tu, quant tu tel pere nous as pourveut a avoir! Chis nous [246.22] sera voirement boins peres
  li otroie, se che est chose que il puisse [252.5] avoir. " Sire, grans merchis, fait Gavains, ore m’avés
   dou donner, pour [254.6] coi tu soies poissans d’avoir chou que on te demande. Et [254.7] pour ceste
      sire, fait Merlins, [255.55] elle ne puet pas avoir moult grant honte en che que je li [255.56] met
    son frere: «Ha! biau frere, tant poons [258.19] avoir grant duel, quant nous veons chaiens estre a
      [264.14]savoir quel occhoison de haine i puet avoir entr’eus. Si les [264.15]salue et lour dist:
    , et puis li demande [275.15] quans ans il puet avoir. Et il dist qu’il en a .XVIII.. «Certes,  [2
          dont vous estiés au dessus ne n'en voliés avoir [281.17]mierchi quant il la requeroit couvient
     bien qu’il [288.12] estoit la venus pour ostel avoir, si vint maintenant a l’huis [288.13] et l’ouvri
    , se li dons est teus que je le puisse [291.13] avoir ne pour painne ne pour travail. – Grans mierchis
  pis nous faisoit et qui ne [292.27] nous laissoit avoir un jour de repos ne de bien. »  [293.1] Celle
    tous les biens [293.2] que cil de laiens porent avoir, et il en avoient assés, car [293.3] moult estoient
     de vakier et de vilain ne [294.22] porroit pas avoir si haute commenchaille. – Ore saichiés,  [29
   mors [295.41] par defaute d’aide ne elle ne puet avoir secours ne de Dieu [295.42] ne d’omme, elle ne
    le prenderai de vous mie, pour coi je la puisse avoir [296.25] autrement. »  [297.1] Lors s’en vait
 9] fait il a l’un, pour quele raison le volés vous avoir. [297.10] – Je la voel, fait cil, avoir pour
       vous avoir. [297.10] – Je la voel, fait cil, avoir pour chou que elle est ma cousine  [297.11] germainne
    ai amené. Et pour chou [297.18] la deveroie jou avoir, che m’est avis, miex que uns autres. [297.1
   tant s’i delite que elle ne [297.54] vaut onques avoir ne ami ne baron, ains s’en gabe quant [297.5
    le brach seniestre que elle cuida bien [298.19] avoir l’espaulle desliuee, si a si grant angoisse que
  [299.4] je onques mais euusse, car je cuidai bien avoir brisiet ou [299.5] le brach ou l’espaule, mais
      sera uns tans que [314.28] vous vaurriés bien avoir donné la moitié de vostre roiame [314.29] que

avoit
     liges et li rendi sa terre [244.10] la ou il l’avoit toute gaaingnie, et tout che fist il pour [2
 . et .L. sieges de fust que li [248.21] rois Artus avoit fait faire tous nouviaus, si vint au siege [
    lieu et li [250.13] darrainniers: en ces deus n’avoit encore nului assis. Et [250.14] quant Merlins
      [251.14] ensi comme li autre, car Merlins l’i avoit mis pour la bonté [251.15] de chevalerie qu’il
   [251.15] de chevalerie qu’il sentoit en lui et l’avoit assis droit au [251.16] commenchement de la table
           lieu que il [255.10] fust. Et quant il l’avoit oiie et il s’en devoit venir, adont [255.11]
           [258.17] et on li ramentevoit chou qu’il avoit son pere ochis, [258.18] il dist a Gahariet son
      a tout .xxx. muetes de [259.22]chiens, si les avoit tous descouplés et les aloit huant et [259.2
  viestue d’une [259.28]roube verde assés courte et avoit pendu a son col un cor [259.29]d’ivoire, et tenoit
       qui se combatoient li uns a l’autre. Et tant avoit [264.9]ja duré la mellee qu’il avoient ansdeus
   n’estoit pas grant merveille, car il [264.12]n’i avoit chelui qui n’euust .III. plaies u .IIII., grans
   .XXX. muetes de chiens cachoient, ne n’i [264.34]avoit nului, ne chevalier ne veneor ne sergant nul
  [265.29] et puis vint en une valee parfonde ou il avoit une ewe assés [265.30] lee, mais n’estoit pas
   ,  [265.32] si tost comme il aperchoit qu’il n’i avoit nul peril [265.33] et que l’iaue n’estoit mie
  estoient recreu. Et [267.4] nepourquant il n’en i avoit nul qui encore n’alast aprés. Et [267.5] Gavains
         pris et l’abatirent en mi la sale. Et il i avoit [267.18] ja tant de chiens venus k’il orent tantost
 32] voit issir d’une chambre le chevalier a cui il avoit premiers [268.33] parlé, et fu apparilliés de
      toute ensanglentee par ou il aloit, car assés avoit [268.62] plaies et grans et parfondes.  [269
  et se laisse cheoir sour son ami. Et Gavains, qui avoit [269.27] ja si avanchié son caup qu’il ne le
     et keurt a chelui qui  [272.29] ensi son frere avoit feru et le fiert de le glaive si durement [2
  burent ne ne mangierent,  [273.8] ne Gavains n’en avoit nul talent, car trop se sentoit [273.9] malades
    avant [275.8] pour faire autel comme ses freres avoit fait, la dame li [275.9] demande: «Estes vous
    et li avoec, et li ostent le chief qu'il [277.9]avoit pendut a son col par les treches et puis le desarment
   [277.10]Et quant il voient le brach destre qu'il avoit si durement [277.11]enflet, Merlins saut avant
   a chascun des [282.7] pavillons droit a l’entree avoit un escu tout fres et une lanche.  [282.8] Il
       a un [284.10] arbre, il keurt a chelui qu’il avoit defoulet, se li esrache le [284.11] hyaume de
      maintenant sour le [285.18] cheval que Tor li avoit douné et dist: «Sire, ore en poés [285.19] aler
  forest qu’il vinrent en une praerie ou [286.3] il avoit tendus pluisours pavillons, et estoient li pavillon
    [286.17] dou braket que cis aloit querant, et l’avoit la damoisiele [286.18] couciet en son devant
      de chaume. Li [288.8] nains, qui autre fois i avoit esté, vint droit a l’uis et commenche  [288.
  pain et eve, tel viande coume li [288.19] preudom avoit, et se gut sour l’erbe verde et dormi moult
 3] furent ambedui mat et alenti, car li plus sains avoit assés [290.4] perdu del sanc del cors. Mais trop
      [290.9] moult a lasser le chevalier, car trop avoit pierdu [290.10] del sanc, si ne pot mie si grans
    et se remist en sa [293.12] voie aussi comme il avoit fait devant. Tant erra en tel [293.13] maniere
 7] lui par les .II. chevaliers des pavillons qu’il avoit envoiiet [293.18] a court.  [294.1] Li rois le
   et li demanda de [294.2] la queste coument il en avoit akievé. «Sire, fait il, ves [294.3] la chi.
   . » Si li moustre le braket que li chevaliers en avoit [294.4] porté pour qui il s’estoit partis de
    mi la [295.4] chité, car moult li anuioit qu’il avoit tant demouré. Et [295.5] quant il fu hors des
    ja estoit [295.38] mors d’une grant plaie qu’il avoit par mi le pis, elle se [295.39] claimme maleuree
 4] il trespassoit par devant .II. pavillons que on avoit fait [295.55] tendre, que uns chevaliers tous
       les pavillons tout ensi comme cil [296.5] li avoit devisé. Et la damoisiele qu’if aloit querant
      et [296.8] s’estoient ja tel atorné qu’il n’i avoit chelui qui n’euust [296.9] pluisours plaies petites
 [297.29] s’entreclaimment quite de la bataille qui avoit estee [297.30] entr’ex et fianchent l’un a l
    pré. Et c’estoit [297.41] cil qui la damoisiele avoit prise a la court. Et quant li [297.42] autres
  un peu d’eure [298.26] de la grant paour que elle avoit euue.  [299.1] Quant elle revint de pasmisons
   ’il [301.18] laist ester cele fole emprise qu’il avoit commenchie, car il [301.19] n’a mie ne le pooir
        parlet ensamble, [301.55] li rois, qui bien avoit entendu toutes les paroles, dist a la [301.5
   qu’il vinrent pres de [302.2] la fontainne ou il avoit oï la damoisele qui li crioit qu’il [302.3] retornast
    encore estoient [302.6] illuec li os: tant en i avoit de remanant. Quant il voit ceste [302.7] chose
        bien a prisier, car a [303.8] chelui tans n’avoit el monde millour chevalier de lui. Et [303.9
 ] l’ermitage, et trueve le preudoume, qui encore n’avoit mie [303.33] tout son service chanté. Li chevaliers
 ] ja devisé. Et quant il ot tout conté, qu’il n’en avoit riens [306.8] laissiet dont il li souvenist,
    teste de la damoisele,  [306.9] cele qui tant l’avoit apielé quant il trespassoit par [306.10] dalés
      et la damoisele devouree de bestes, qu’il n’i avoit [306.13] remés d’entier fors la teste et les
    teniés court riche et miervilleuse,  [307.3] et avoit a cele court venut moult de chevalerie et de
   certains. Vous la trouvastes dalés un buisson et avoit [310.14] avoec li un levrier et un mastin. Et
 [314.12] ceste court. Et pour chou li di jou qu’il avoit autant gaaignié  [314.13] coume pierdu, car il
     autant gaaignié  [314.13] coume pierdu, car il avoit recouvré fil pour fille, che [314.14] savoie

avons
       assis [250.17] chil preudoume comme nous les avons ordenés, car il i a [250.18] en chascun siege
      dusques a che point d’orendroit.  [264.50] Et avons tant de sanc perdu ambedui que la cache [264
      nous nous partirons de chi, car [264.52] nous avons gringnour mestier de reposer que de cachier.
  ’a gringnour plenté de [271.13] gent que nous n’i avons encore [IS9bl trouvé. – Il sont, [271.14] fait
 4] che dist li rois, nous nous soumes oublié. Nous avons [300.5] chi trop dormi. Que ferons nous ? – Sire
    . Mais moult m’esmerveil comment  [300.11] nous avons tant dormi. – Che nous a fait tant dormir, 

avot
   qui [257.30] Merlins i vaurroit metre, car assés avot rois ou [257.31] palais, si ne savoient dou quel

avra
   che ne sera mie lonc tans. – Et [248.32] coument avra il non ? dist li rois. – – Che ne vous descouverrai
  jour veoir que che sera acompli, car en cest païs avra [248.40] adont joie si grant que devant ni aprés
    ou tu orras novieles de ton [248.42] grant duel avra grant terme. Mais aprés chelui que je te [248
     que il soit bien [254.52] emploiié, car il n’i avra hui chevalier chaiens fait devant [254.53] que
     a non ? [255.29] – Sire, il a a non Tor. – Ore avra a non, dist li rois, Tor, [255.30] li fiex a Arés
      comme [258.41]je le trouverai seul, qu’il n’i avra fors moi et lui, et s’il est [258.42]armés, je
   onques veissiés. Et pour chou qu’il [259.13]n’en avra nulle chaiens achievee doins jou le don a .III
   a Arés [259.16]avra la seconde, li rois Pellinor avra la tierche. Et saichiés [259.17]que chascuns endroit
        a mener a chief, Tor li fius a Arés [259.16]avra la seconde, li rois Pellinor avra la tierche.
  haste n’i [260.9]vaurroit riens. Car des ore mais avra en cest ostel tel coustume  [260.10]que pour aventure
     [266.42] l’ochist.» Et Gavains respont qu’il n’avra jamais joie  [266.43] devant qu’il l’ait vengiet
   toutes les choses qui li seront avenues et qu'il avra [278.36]trouvé en sa queste, ou soit s'ounour
  , se il la vous requiert, ja tant ne [281.20]vous avra mesfait. Et saichiés que se vous che faites, on
     jusques  [314.46] a eure de viespres. Quant il avra tant geu en pamisons  [314.47] coume je vous devise
    [314.55] regardera, et li rois remanra, qu’il n’avra pooir de soi [314.56] remuer. Au soir, quant il
  [314.59] caupera maintenant la teste, que ja n’en avra mierchi. Ore [314.60] vous ai devisé la mort Pellinor

avrai
  et cele aim je. Et se je [243.14] n’ai cele, je n’avrai ja feme. – En non Diu, fait Merlins, [243.15
    voel jou avoir. Et se [243.24] je ne l’ai, je n’avrai jamais feme. [244.1] – Certes, fait Merlins,
   ja n’en devrai [247.34] estre blasmés. Et je les avrai tost esleus si qu’il seront mis [247.35] en lour
   millours que je veisse piecha. Et certes je l’en avrai [258.29]ja moult tost occhis, se vous vous i
   repris de murdre ou de traïson.  [269.12] – Je n’avrai ja de toi merchi, fait Gavains, car tu [269.
      au roi a boire cest venin si tost coume je li avrai [301.32] porté. Et je li porte ore, si verrai

avras
    cil ki se voit au desous. Et Tor li dist: «Tu n’avras [284.27] ja mierchi se tu ne fiances a tenir

avrés
  compains de ceste [250.4] table. Et quant vous li avrés fait hommage, il vous [250.4] jurra sour sains
 [306.42] Et certes, se vous m’en certifiiés, moult avrés mis [306.43] men cuer plus a aise qu’il n’est
   n’euustes onques si grant [307.36] duel que vous avrés chelui jour que vous en savrés la nouviele.

avroie
    mesmes reconnisteroie ma recreandise [290.32] n’avroie jou jamais hounour! Et certes miex vaurroie

 


B

 

baast
      , voelle ou non. Car [254.26] a ma volenté ne baast il pas a si grant chose comme est [254.27] ceste

baer
  , [254.22] car il me samble que tu ne deusses pas baer a si haute [254.23] chose coume est chevalerie

baés
      [258.37]qui son pere occhist. – Et comment le baés vous a faire, [258.38]biau frere? fait Gahariés

bailla
        et prendre essample. Ne il ne vous [312.17] bailla que une ame a garder: se vous cele li rendés

baillastes
      elle [310.18] estoit, vous descendistes et li baillastes vostre cheval a [310.19] tenir tant comme

baille
  et escuiiers et [244.20] vallés a grant plenté li baille. Et Merlins muet erramment [244.21] od toute
   et demande [285.2] une glaive au nain, et cil li baille boine et forte, qui estoit [285.3] el pavillon
   dedens le pavillon entrer  [286.13] a cheval, et baille son cheval au nain et sa glaive, et s’en [2
      del pavillon od tout le braket et le [286.28] baille au nain et li dist: « Veschi le braket pour
  mieudres  [303.29] que il voie en ceste chose. Si baille la teste de la [303.30] damoisele a pendre a

baillera
   en Carmelide.” Et li rois dist [244.18] qu’il li baillera si grant comme il li osera ne savra deviser

baillerai
        pas nostre [276.16]queste afinee. – Je vous baillerai, fait la dame, tant de [276.17]mes vallés

baillerés
   et je [243.17] irai pour li querre, mais vous me baillerés compaignie. –  [243.18] Che est, fait il

baillerons
     : faites que il nous delivrent et nous le vous baillerons.  [296.23] – Je ne demanc, fait il, plus

baillier
 .32] et biel et monter sour son cheval, et li fait baillier la [275.33] teste del chierf por chou que

baillierent
 96.21] le bien. Ves la .II. chevaliers qui le nous baillierent a [296.22] garder: faites que il nous delivrent

bailliés
    plaist si durement, il ne faut fors que vous me bailliés [244.17] compaignie, se l’irai querre en Carmelide

bailliet
      sachent qu’il ait sa queste afinee. Et il l’a bailliet a [275.35] Gahariet son frere. Et lors li

baisa
        qu’il ne fist [247.4] pour sa fille, si les baisa chascuns par soi et sa fille apriés. [247.4]

baise
 , car li [312.2] rois court a Tor et Tor a lui, si baise li peres le fil et li fius [312.3] le pere. Et
  , [312.9] elle prent congiet au roi Artus et puis baise son fil et [312.10] li dist: « Biaus fius, vous

baisier
 4] Et cil si saut errant de son ronchin et li vait baisier [254.15] le pié, et autressi fist ses fiex

baptesme
 6] tans. La roine li demande coument ele ot non en baptesme [313.27] et celle li dist que elle a non Niviene

baron
   rois [243.3] dist : " Merlin, que ferai jou ? Mi baron me voelent chascun [243.4] jour blasmer et vont
     , si tost [253.5] coume li rois fu levés et li baron commenchierent a assambler [253.6] el palais
    . ” Et lors commenchent [254.41] tout a rire li baron dou palais qui ceste parole entendirent. [25
      atant.  [259.1] Moult fu grans la joie que li baron dou [259.2]roiame de Logres firent en la chitet
     pres [259.9]que mengié, Merlins dist: «Signeur baron qui chaiens [259.10]estes, ore ne vous mouvés
 [281.2]barons, Merlins li dist si haut que tout li baron de la [281.3]table le porent bien entendre et
   que elle ne [297.54] vaut onques avoir ne ami ne baron, ains s’en gabe quant [297.55] on en parole a
     pour moustrer vostre savoir.» Et lors dient li baron: [309.51] «Ne vous samble ceste dame moult sage
    que Tor [309.56] mes fiex n’est pas fiex de mon baron, ains l’engenra uns [309.57] chevaliers cele

barons
 [250.14] quant Merlins vit les lettres, il dist as barons qui laiens [250.15] estoient: " Par foi, signour
      lui [253.10] et son fil, et se mist entre les barons et ne trouva houme [253.11] qui la porte li
         orendroit [257.16] tes hom voiant tous tes barons pour chou que tu t’en [257.17] fies des ore
  . » Et li rois li [260.16]creante voiant tous ses barons k’i la tendra. Lors dist Merlins [260.17]a Gavain
    [262.3]qu’i la sekeure. Et lors dist Merlins as barons de la court: [262.4] «0 biel signour, ne vous
   ot tel serement fait voiant le roi et ses [281.2]barons, Merlins li dist si haut que tout li baron de
     Pellinor et Tor [309.6] et .XII. des plus haus barons de laiens. Et quant il sont [309.7] assamblé
   lui. »  [312.1] Lors commencha la goie entre les barons, car li [312.2] rois court a Tor et Tor a lui
       , [314.68] anchois le fait norrir uns de vos barons avoec un sien fil [314.69] et le garde moult

bas
   ne li fait. Et Tor, qui le prist auques [283.28] bas, le fiert de le glaive si durement qu’il li perche

baston
     qui li vint au [282.13] devant o tout un grant baston et fiert le cheval en mi le [282.14] front si

bataille
   moi en cest affaire, si que [258.51]je peusse la bataille veoir de vous deus. » Et il li creante [2
  grans et [264.13]parfondes. Quant Gavains voit la bataille, il s’arreste pour [264.14]savoir quel occhoison
    vous avés [264.17]entre vous .II. coumenchié la bataille. » Et il s’arrestent [264.18]maintenant, et
    chou que on sache l’ochoison [270.15] de nostre bataille couvient il que tu emportes od toi les .II
       apriés chou que vous [273.22] euustes vostre bataille finee. – Ore est ensi, fait il. Se [273.2
    qui vous puisse d'armes outrer, et [281.10]cele bataille dont je vous parole ne sera mie a mon tans
    li nains, ore [289.10] n’en poés vous aler sans bataille. Savés vous qui chis est? [289.11] – Oïl bien
    veus, fait Tor, [290.26] tenir a outré de ceste bataille et fianchier prison la ou je [290.27] t’envoierai
     ta vie, je te clamerai quite de ceste [290.28] bataille et t’en porras aler atant, mais que li brakés
 ] erraument jus celle qu’il portoit et dist que la bataille [295.60] voloit il bien, mais que cele fust
   de .II. [295.63] escuiiers, si commenchierent la bataille maintenant, qui [295.64] encore dure ne ne
      [296.12] cuer. Li rois ne regarde onques a la bataille, car moult l’en [296.13] est peu, car autant
  pour chou [297.20] que pour li avés encommenchiet bataille, car vous ne [297.21] l’averés point, tous
   li uns de nous l’autre quite et laisserons ceste bataille. [297.25] et nous combaterons a vous. – La
        . [297.25] et nous combaterons a vous. – La bataille, fait li rois, ne [297.26] vous puis je veer
  ! » Et lors [297.29] s’entreclaimment quite de la bataille qui avoit estee [297.30] entr’ex et fianchent
  dist: «Comment! avés vous [297.33] plus talent de bataille? – Che verrés vous bien», font il. [297.3
    [297.45] ma folie mespris enviers vous de ceste bataille, car je sai [297.46] bien que vous n’estes
  le puisse garder. Et grans merchis de ma [297.58] bataille, quant vous m’en quitiés. Mais d’un cheval
     aussi coume pour demi mort [314.45] aprés cele bataille, et gerra en pasmissons de nonne jusques

batent
        a rire tout cil qui la [309.36] estoient et batent lour paumes et dient a Merlin: «Que [309.37

bee
   a faire, [258.38]biau frere? fait Gahariés. – Je bee, fait il, tant a attendre [258.39]qu’il soit partis
  a terre, il met le main [284.2] a l’espee, car il bee que il les peuust ansdeus mener a [284.3] outranche

bees
      Diex [254.47] preudomme, dist li rois, que tu bees a gringnour chose [254.48] que ti autre frere

bel
    vous plaist. [292.9] Et certes il me sera moult bel de vostre venue, car [292.10] moult vaurra miex
    chevaliers li amainne un cheval boin [298.6] et bel et dist: « Sire, montés sour cestui. Certes, se

beneichon
    Cantorbile fist sour [249.14] eus maintenant la beneichon, et li autre clergiés firent orisons [24

beneissent
 , ne mais dou Siege Perilleus. ” Et il en [257.29] beneissent tout Damedieu, ne il ne savoient encore

beneois
 ] lour mains vers le chiel et dient : " Ha ! Diex, beneois soies [246.21] tu, quant tu tel pere nous as
       compaignie et grans biens en [251.5] avenra. Beneois soit par cui conseil ele commencha, car [2

beneoite
    tout escrit de celui qui i [250.19] doit seoir. Beneoite soit l’ore que ceste oevre fu commenchie,
 92.22] Si li disoient tout a une vois: « Ha! sire, beneoite soit [292.23] l’eure que vous fustes onques

benissiés
    : [249.6] "Il couvient que vous poursingniés et benissiés ces sieges [249.7] ou cil preudoume serront
   chou est il bien drois que vous le [249.10] lieu benissiés, et Nostre Sires par sa grasce et par sa

besoigne
   disant a soi meismes que bien a faite la [259.44]besoigne pour coi il vint a court. Et quant la damoisiele
    sui esgaree, et proiier puisses tu par [307.59] besoigne ne n’aies gringnour aide ne gringnour secours

besoing
    sui esgaree,  [295.32] et proiier puisse tu par besoing ne n’aies grignour aide [295.33] ne gringnour
  m’apiela et je li euusse secourut a cest [302.10] besoing, elle ne fust pas devouree de bestes, si que
 6.10] dalés la fontainne, mais il s’en aloit a tel besoing qu’il n’ot [306.11] loisir de retourner, et
  [306.30] estes ne la ou li rois Artus trouvast au besoing si grant [306.31] loiauté coume il feroit en
    , ne va avant, mais vien cha, car j’ai [314.52] besoing de toi. » Tor l’orra bien et entendera, mais

besoins
         de desfendre, car je cuic que li  [271.24] besoins est venus. » Et si tost coume il a ceste parole

beste
     et occhis dedens [268.16] son ostel meesmes la beste el monde que il plus amoit. « Il [268.17] ont

bestes
      que li rois [294.41]trouva en une praerie ses bestes gardant. Mais ele ert  [294.42] de si grant
        le chevalier mort et la damoisele mengie de bestes [302.5] sauvages fors que la teste seulement
     [302.10] besoing, elle ne fust pas devouree de bestes, si que [302.11] elle est morte par moi et li
          [306.12] mort et la damoisele devouree de bestes, qu’il n’i avoit [306.13] remés d’entier fors

biau
      , [258.18] il dist a Gahariet son frere: «Ha! biau frere, tant poons [258.19] avoir grant duel, quant
    mains [258.21]ochist nostre pere le roi Loth! – Biau frere, fait Gahariés, [258.22]que volés vous que
  que je faich le [258.31]cors de lui. – Non ferés, biau frere, fait Gavains. Ensi ne [258.32]le ferés
       . – Et comment le baés vous a faire, [258.38]biau frere? fait Gahariés. – Je bee, fait il, tant
    . Et dient li uns a l’autre: «Par foi, [265.15] biau frere, a poi que je ne vous ai ochis et vous moi
  achievee, Dieu mierchi. – Ore demorrons,  [271.8] biau frere, fait Gahariés, puis qu’il vous plaist,
 .20] pars de demie liue loing. «Ja mar me querrés, biau  [271.21] frere, fait Gahariés, se vous n’estes
  , si le moustre a Gahariet et li dist : [273.15] «Biau frere, je muir de dolour et d’angoisse. Ore [
       est [273.20] em peril de mort. Si li dist: « Biau frere, vous euustes mauvais  [273.21] conseil
        comme chevaliers. » Lors dist a Gahariet: « Biau [276.14]frere, comment porrons nous mener nos
     travail. – Grans mierchis, [291.14] fait elle, biau sire. Ore sachiés que vous m’avés douné la [2
      emporte? [295.51] – Par foi, fait li vilains, biau sire, je vic ce chevalier et [295.52] cele damoisele
          saillirent sus et disent : [296.19] « Ha! biau sire, tel vilounie ne ferés vous ja que vous ceste
   lour escus devant eus. Et il lour [297.5] dist: «Biau signeur, ceste damoisiele fu prise a tort en la
 4] elle parole, elle dist: «Coument avés vous non, biau sire, [309.25] qui si vous vantés de savoir la

biaus
   chose fu ensi faite, Gavains, qui [252.2] estoit biaus damoisiaus, vint au roi son oncle et li dist
   ceste chose [254.43] a gas, si dist au varlet: " Biaus amis, veuls tu estre chevaliers ?" [254.44] Et
    , li fius a Arés, et dist a Merlin : [255.52] " Biaus sire, se je sui ses fiex ou je ne le sui, a vous
  , por coi [255.54] faites vous honte a ma mere? – Biaus sire, fait Merlins, [255.55] elle ne puet pas
   le caup,  [266.39] si s’en esgoï moult et dist: «Biaus freres, hautement avés [266.40] coumenchié a
    , Gavain, vous n'i avés de [279.10]riens menti. Biaus fu li commenchemens de vostre chevalerie [27
 5] il voient dalés un vivier le rechet, qui estoit biaus assés et [292.16] riches et fors. Elle vient
       et puis baise son fil et [312.10] li dist: « Biaus fius, vous avés esté norris en povreté: se [
      verra son fil, il li criera:   [314.51] «Tor, biaus fiex, ne va avant, mais vien cha, car j’ai [

biauté
        feme. [244.1] – Certes, fait Merlins, de la biauté a la damoisiele [244.2] dites vous voir, car
        gardant. Mais ele ert  [294.42] de si grant biauté plainne qu’il em prist au roi envie, si [29
   [295.18] il trueve une damoisiele de moult grant biauté qui se seoit [295.19] dalés une fontainne et

biautés
    je vous loaisse miex, car [244.5] si tres grans biautés coume elle a puet bien nuire auchune [244.
  fois. Et non pourquant un jour sera encore que sa biautés [244.7] vous aidera tant que vous en recheverés

biel
   soi et sa fille apriés. [247.4] Et s’il i ot nul biel jouiel ne nule biele envoiseure, sachiés [247
 5.2] Et quant li rois les vit, si les apiela moult biel et lour [255.3] dist: "Venés avant et aportés
 . Et [256.5] dirent auchun de Gavain pour chou que biel et apiert le [256.6] veoient : " Cil vengera encore
      , puis revint el palais [257.4] viestus moult biel et moult richement. Et la ou il vit le roi [2
     dist Merlins as barons de la court: [262.4] «0 biel signour, ne vous est bien avenu chou que je vous
  Et elle le fait maintenant bien armer [275.32] et biel et monter sour son cheval, et li fait baillier
         pavillons, et estoient li pavillon [286.4] biel et riche. A chascun des pavillons pendoit uns
    , a .II. archies pres, a [292.7] un mien rechet biel et riche ou vous vous porrés reposer [292.8] et
        [310.17] Amint. Et quant vous le veistes si biel enfant comme elle [310.18] estoit, vous descendistes

biele
    la plus vaillans damoisiele [243.22] et la plus biele et la plus loee de toutes celles que je sace
      [244.2] dites vous voir, car chou est la plus biele que je sache [244.3] orendroit ou monde. Et se
     . [247.4] Et s’il i ot nul biel jouiel ne nule biele envoiseure, sachiés [247.5] qu’il les envoia
 24] a chelui tans estoit la roine Gennevre la plus biele damoisiele [255.25] que on seust en tout le monde
   , qu’en ceste fortereche,  [271.12] qui tant est biele et riche, n’a gringnour plenté de [271.13] gent
           [288.5] la venut estoit ja la lune levee biele et clere, si qu’il [288.6] virent l’ermitage
    se saingne et dist : [294.44] «Par Dieu, chi ot biele aventure ne je ne serai jamais liés [294.45]
  , fait li rois, moult est [301.61] ceste aventure biele et moult me plaist que j’ai ceste chose [301

bielement
       . » E Merlins li conseille en l’oreille tout bielement:  [294.30] «Quant vous verrés le roi Pellinor

bieles
    jou bien dire que [259.26]c’estoit une des plus bieles damoisieles qui onques fust [259.27]entree en

bien
  ont droit se il le vous [243.9] loent, car il est bien raisons que vous aiiés des ore mais [243.10] feme
     si poissans hom comme vous [243.12] estes doit bien avoir feme a son plaisir. – Oïl, fait li rois
    [244.5] si tres grans biautés coume elle a puet bien nuire auchune [244.6] fois. Et non pourquant un
 8] terre li donroie jou, se il voloit, mais je sai bien qu’il n’en [245.9] a nul mestier, car, Dieu mierchi
      [246.10] bien vous porra maintenir. Et je sai bien qu’i le fera volentiers [246.11] et qu’il vous
       vous envoierai jou a tel houme qui  [246.10] bien vous porra maintenir. Et je sai bien qu’i le fera
   au roi qu’il [247.11] venoit o tele compaignie : bien se gardast qu’il venist [247.12] encontre liement
  tu ne l’i mettes. Et se [247.24] auchuns qui soit bien gentius et de haut lingnage i veult [247.25] estre
  : " Veschi  [248.24] le Siege Perilleus: aiiés le bien en memoire apriés ma [248.25] mort que je ensi
 [248.34] orendroit le saviés, mais tant vous di je bien que chius de [248.35] qui il istera n’a pas encore
  metera en destruisement. –    [248.45] Ore m’avés bien paiiet, Merlin, fait li rois, qui en ma grant
     [249.7] ou cil preudoume serront, et il en est bien drois, que maint [249.8] chevalier de haute vie
       [249.9] s’i asserra encore. Pour chou est il bien drois que vous le [249.10] lieu benissiés, et
    : " Par foi, signour, merveilles poés chi veoir bien [250.16] apertes, que a Nostre Signour plaist
 .20] car de cest signe ne puet venir se tres grant bien [250.21] non!”  [251.1] Quant cil del palais oïrent
    . ” Et li rois dist que che li [252.9] plaisoit bien puis que il le veult.   [253.1] Chelui soir veilla
 1] comme a chevalerie. Ore doinst Diex que il soit bien [254.52] emploiié, car il n’i avra hui chevalier
   est fiex, je li dirai, car je sai aussi [255.46] bien coume la chose avint coume tu le ses. ” Et quant
   fiex n’est il mie, et tu meismes le ses [255.51] bien. ” Et lors parole Tor, li fius a Arés, et dist
    k’en  [255.53] tient ? Se je le sui, je le voel bien, et se je ne le sui, por coi [255.54] faites vous
  fait li [255.59] nouviaus chevaliers, je vausisse bien, s’il vous pleust, [255.60] que vous vous en tenissiés
 .10] la grant hounour u il t’a mis, mais il savoit bien que tu [257.11] trespasseroies tous tes pers et
      Reonde, or soiiés liet et  [257.27] joiant et bien saichiés que en cest jour d’ui sera vostre [2
      , car nus ne le peust faire si sagement ne si bien [258.13] comme vous. Et ja Diex ne m’aït s’il
      ne m’aït s’il a ore homme chaiens [258.14] si bien digne de seoir en che lieu comme chis en [258
   saichiés [259.17]que chascuns endroit soi vendra bien a chief de la soie. » [259.18]De ceste parole
  [259.25]noir. Mais de la damoisiele vous puis jou bien dire que [259.26]c’estoit une des plus bieles
   en sa main et une saiete, et estoit [259.30]trop bien apparillie en guise de veneresse. Et elle venoit
 59.43]le cachast, et vait disant a soi meismes que bien a faite la [259.44]besoigne pour coi il vint a
     di que [260.3]ja ne perderés chaiens chose qui bien ne vous soit rendue. [260.4]– Or muevent dont
    ne faites. Saiciés que chascuns  [260.34] venra bien a chief de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [2
  de la court: [262.4] «0 biel signour, ne vous est bien avenu chou que je vous [262.5]avoie pramis de
    et dist: «Par foi, che [264.19]vous dirons nous bien. Il est voirs que nous soumes .II. [264.20]frere
      chi veés, qui est plus jovenes de moi [264.21]bien .II. ans, dist qu’il est mieudres chevaliers de
    entre vous deus ? –  [264.28]Che vous dirai jou bien, fait li chevaliers. Nous venions [264.29]orendroit
   estoit, et il dist qu’il [264.43] le mousterroit bien se il le couvenoit a faire. Si monterent  [26
    , et il dist [264.48] que che li plaisoit moult bien, si m’assailli erraument. Si a [264.49] par tel
 5.21] la premiere aventure a avenir, on vous savra bien a dire [265.22] men non, ne autrement ne le poés
  ’abache en l’iaue. Si n’en estoit encore pas tres bien fors [266.8] quant li chevaliers le fiert si durement
         !  [266.25] – Certes, fait Gavains, tu dis bien et voir et tu m’as [266.26] orendroit apris une
    d’espee. Se vous tout dis en feriés si [266.41] bien, encore seroit nostre pere vengiés de chelui qui
    eus en une plaigne [267.12] une forterece moult bien seant, close de murs et de fossés. [267.13] Li
      pars a l’espee trenchant. [268.52] Et cil, ki bien voit qu’il est en aventure et en peril de mort
   [268.53] se il ne crie merchi, a che que il voit bien que en la fin ne [268.54] porroit il durer, si
       il durer, si est tant dolans que il vaurroit bien estre [268.55] mors, par ensi que il ne li convenist
 3] «Ha! mauvais chevaliers recreans, ore avés vous bien [270.4] moustré vostre nicheté, ki ceste damoisiele
   irons a court, car il me samble que [271.7] j’ai bien ma queste achievee, Dieu mierchi. – Ore demorrons
      si riches herbagages com chis est. [271.16] – Bien puet estre», che dist Gavains. Endementiers qu
 [271.19] un cor souner si hautement que on le puet bien oïr de toutes  [271.20] pars de demie liue loing
 271.28] damoisiele: vous en morrés, et vous l’avés bien deservi! [271.29] Or vous gardés de nous, que
  pueent a lui venir. Mais il se desfent [272.9] si bien et se cuevre si sagement que che n’est se mierveille
           non. Et [272.13] neporquant il se peuust bien desfendre une grant pieche [272.14] encontre cheus
   od tout le fust. Et de tant li avint il [272.21] bien qu’il ne le prist pas en l’os, mais de tant li
 ] di assés painne et dolours anchois qu’il en fust bien garis. [272.24] Et si tost comme il se senti ferus
     a [273.19] plourer moult durement, car il voit bien que ses freres est [273.20] em peril de mort.
   s’en vient a une feniestre dont [274.3] on pooit bien parler a eus. Et quant elle entent qu’il se [
    dist: «Signour, vous estes mi prison [274.9] et bien savés que vous m’avés tant fait que, se je voloie
 ] armes, et il si font. Et elle le fait maintenant bien armer [275.32] et biel et monter sour son cheval
  [275.33] teste del chierf por chou que elle veult bien que cil de la [275.34] court sachent qu’il ait
  dame, tant de [276.17]mes vallés qu'i les merront bien. Et saichiés qu'il n'en i a [276.18]nul a dire
       les siurront  [276.23]volentiers, che sai ge bien. – Ore remaingnent, fait [276.24]ele, puis que
   voiiés: se Gavains est navrés, il [277.13]garira bien. Je vous di qu'il l'a moult miex fait que vous
    miex fait que vous [277.14]ne cuidiés, car il a bien sa queste achievee. Et saichiés que [277.15]ceste
 . Et saichiés que [277.15]ceste aventure poés vous bien tenir a une des aventures del [277.16]Saint Graal
  si haut que tout cil del palais [277.25]le porent bien oïr:  [278.1] « Rois Artus aventureus, ki fus
  ne te connissoient, [278.5]Nostre Sires te connut bien et t'esleva par sa grasce dessus [278.6]eus tous
 278.16]que t'ai dites ne set nus hom morteus aussi bien comme je [278.17]les sai, mais ore te dirai pour
         [278.30]d'armes et il couvient, che ses tu bien, counoistre les [278.31]bons des mauvais et hounerer
         le proueche de chascun, [278.38]car je sai bien qu'il ne se parjurront en nulle maniere. [278
 9]– En non Dieu, fait li rois, Merlin, vous m'avés bien [278.40]ensegniet, et je vous creanc que ceste
   . » Et il le [280.11]jure erramment. Si le tient bien tout son vivant, car [280.12]onques puis damoisiele
     que tout li baron de la [281.3]table le porent bien entendre et tout cil qui laiens estoient : [2
    vous embatissiés [281.13]folement, vous porriés bien morir ains vos jours, car che [281.14]n'est mie
  che [281.14]n'est mie doute que chascuns ne puist bien sa mort haster, [281.15]se il li plaist. Mais
           que un [282.23] braket emporte. – Je sai bien, fait li nains, qui il est, car [282.24] je le
   ’il n’en peust [283.31] bien garir. Il l’empaint bien, comme cil qui estoit assés [283.32] fors, si
  fist il pas en tel lieu qu’il n’en peust [283.31] bien garir. Il l’empaint bien, comme cil qui estoit
      de mort, si crie merchi, car [284.14] il voit bien que autrement ne porroit il eschaper. « Ore [
  je t’envoierai. »  [284.28] Et cil li fiance, qui bien voit qu’il n’en puet [284.29] autrement eschaper
 .35] en sa prison. » Et li dient que che feront il bien, puis que [284.36] faire lour couvient.  [285
 .24] voirs est. – Et ses tu qui il est? – Sire, on bien. Sire, il [285.25] a non Abelin, uns des boins
   et se fiert en [286.25] un autre. Et il connoist bien que chis brakés qui estoit [286.26] devant lui
  hermite chi [287.9] pres en une forest. Et je sai bien son ostel, si vous i merrai [287.10] orendroit
       . Et quant il voit le chevalier armé, il sot bien qu’il [288.12] estoit la venus pour ostel avoir
      a l’huis [288.13] et l’ouvri, et lor dist que bien fuissent il venu. Lors [288.14] descent li nains
   se gut sour l’erbe verde et dormi moult [288.20] bien, car assés estoit plus las que il ne soloit. Et
    la mors le [289.8] cachast, et venoit tous seus bien armés, si qu’il ne li faloit [289.9] riens qui
  bataille. Savés vous qui chis est? [289.11] – Oïl bien, fait il. C’est cil meismes que je queroie, qui
     cheval. Il vinrent de loing [289.19] et furent bien monté, si s’entrefierent es grans aleures si
  [290.11] comme il faisoit devant. Et Tor aperchut bien adont qu’il [290.12] lassoit, se li commencha
  avant, il li [290.19] dist: « Chevaliers, tu vois bien que tu ies a la mort, se je [290.20] voel, car
      , fait li chevaliers, que tel bonté porra che bien [290.25] estre que je ne t’en mierchierai ja.
  mie! Ne m’ochi pas pour [291.23] ses paroles, que bien’ sachiés que chou la plus desloial [291.24] riens
     le chevalier, et dist que encore sera [291.50] bien ceste bontés guerredounee se elle vient en liu
     , fait la damoisiele, il vous est trop [292.6] bien avenu. Chi pres en ceste forest, a .II. archies
 292.27] nous laissoit avoir un jour de repos ne de bien. »  [293.1] Celle nuit fu Tor servis de tous les
     , se il fust fius dou vakier, ne l’euust il si bien fait a [294.21] cest commenchement, car fius de
    [294.27] set pas qui est ses peres et je le sai bien. – Et qui est ses [294.28] peres? che dist li
 [294.28] peres? che dist li rois. Che me poés vous bien dire, se il [294.29] vous plaist. » E Merlins
  le roi Pellinor dejouste lui, [294.31]vous porrés bien dire que li uns est peres de l’autre, car [29
  dire que li uns est peres de l’autre, car [294.32]bien saichiés que li rois Pellinor l’engenra en la
           a rire [294.38]et dist: «Certes, je croi bien que che soit voirs, mais ore [294.39]me dites
 .49] – Mais vous, che dist li rois, le mandés, que bien savés [294.50] ou elle est. » Et il prent un message
 , je l’encontrai voirement.  [295.9] Il puet estre bien moult loing, mais tant vous di je [295.10] que
   qui moult peu te coustera! » Cil entent [295.25] bien la damoisiele, mais il ne vaut retorner, car trop
    et pleurs si haut que li rois [295.29] l’entent bien: «Ha! chevaliers mauvais et orgilleus, Diex [
         et dist que la bataille [295.60] voloit il bien, mais que cele fust mise en tel garde [295.61
      garde nous taulliés, mais faites  [296.21] le bien. Ves la .II. chevaliers qui le nous baillierent
     . [297.28] – Voire ? font il. Che verrons nous bien! » Et lors [297.29] s’entreclaimment quite de
 297.33] plus talent de bataille? – Che verrés vous bien», font il. [297.34] Se li coururent sus les espees
        vous de ceste bataille, car je sai [297.46] bien que vous n’estes mie cha venus pour la honte ma
    roi et de [297.51] roine doit estre gardee, car bien sachiés que ele est fille de [297.52] roi et de
   . » Et il li otroie pour chou [297.64] qu’il set bien que cil li dist voir.  [298.1] Cele nuit gut li
    chevaus a la damoisiele, qui ne se set mie tres bien [298.17] garder, tresbuche dessus une roche. Et
             seur le brach seniestre que elle cuida bien [298.19] avoir l’espaulle desliuee, si a si grant
   que [299.4] je onques mais euusse, car je cuidai bien avoir brisiet ou [299.5] le brach ou l’espaule
    ? che dist li [301.26] autres. – Che vous dirai bien, fait il. Je porte chi plainne [301.27] fiole
  morust. Et il a laiens un chevalier qui moult est bien del [301.30] roi Artus et ses acointes, qui a
    verrai que che sera. – Ore vous [301.33] gardés bien, fait li autres chevaliers, que vous ne [301.
  Et cil dist que il ne [301.46] retournera ja, car bien cuide faire legierement chou qu’il [301.47] a
   et tout un droit sentier, comme cil qui [301.53] bien savoit les adrechemens de la forest. Et quant
  il avoient parlet ensamble, [301.55] li rois, qui bien avoit entendu toutes les paroles, dist a la [
     vous entendut ces messagiers ?  [301.57] – Oïl bien, fait elle. Sachiés que Nostre Sires nous [30
     maniere, car, se Dieu plaist, j’en garnirai si bien [301.63] le roi Artu que cil ne li porront nuire
  quant nous [301.77] verrons a court. – Je le cuic bien», che dist li rois. Si en [301.78] laissent atant
    duel [303.2] et est tant dolans que il vaurroit bien estre mors, et se [303.3] claimme chaitif et dolant
  que [303.7] elle euust onques veus. Et il faisoit bien a prisier, car a [303.8] chelui tans n’avoit el
 03.20] ne poés vous aquerre se honte non. – Je sai bien, fait il, [303.21] que nus preus ne m’en porroit
   au roi: «Sire, veschi ma [305.7] queste. L’ai je bien menee a chief? – Certes, oïl, che dist [305.8
  onques parler de gent a cui [305.9] il avenist si bien coume a vous .III. compaignons, qui [305.10] de
 306.43] men cuer plus a aise qu’il n’est. – Je sai bien, fait Merlins, [306.44] que vous me volés demander
    de chevalerie et de [307.4] pres et de loing? – Bien m’en souvient, che dist li [307.5] rois, que je
     si joians comme je fui [307.6] a celui jour. – Bien puet estre, che dist Merlins. Or vous [307.7]
     de [307.11] ton chief, car elle ne te siet pas bien. Et se tu ne l’ostes, [307.12] li fiex del roi
 7.34] voel ore plus descouvrir, car vous le savrés bien tout a [307.35] tans. Et bien saichiés que vous
 , car vous le savrés bien tout a [307.35] tans. Et bien saichiés que vous n’euustes onques si grant [
    de savoir, si prie pour Dieu que il li die. «Et bien [307.40] sachés, Merlin, fait il, vous ne me porriés
  chose dont [307.41] je me courechasse, car je sai bien que vous ne me diriés [307.42] nulle chose por
       , et si te dirai quele et je le sai [307.57] bien qu’il t’en souvenra. Quant ti archevesque et ti
      Maistres a establies [308.9] a sa volenté. Et bien sachiés que nus hom vivans ne le vous [308.10
    moustre Tor. Et cele respont: «Son pere puet il bien counoistre  [309.11] comme pour povre loial laborant
  mais de chelui qui l’engenra, car che savons nous bien de [309.17] voir qu’il ne nasqui onques de vilain
    je counois moult miex que vous ne faite. Et sai bien [309.19] le jour et l’eure et le tans qu’il fu
          vous mains. [309.28] – Certes, fait elle, bien vous en croi, car dyables a bien [309.29] pooir
      , fait elle, bien vous en croi, car dyables a bien [309.29] pooir de soi moustrer en tantes formes
    il ne decheust [309.31] auchune fois. Et je sai bien, si coume maintes gens dient, [309.32] que vous
  ? – Je n’en puis, fait il, riens dire [309.38] se bien non, car elle est preudefeme et si puet bien dire
 8] se bien non, car elle est preudefeme et si puet bien dire [309.39] voir de chou que elle a dit. Mais
    , moult courechie:  [309.42] «Merlin, or voi je bien que vous n’estes mie dou tout [309.43] de la maniere
  [309.58] gut a moi, u je vausisse ou non, che set bien Diex. Onques [309.59] puis ne soi qui li chevaliers
  l’amour de li. Ensi vous en avint. Ore savés vous bien se [310.30] di voir. – Certes, che dist li rois
    [311.11] disoie orendroit. Mais tant vous di je bien que chis est vostres  [311.12] fiex et que vous
 ] fiex et que vous l’engenrastes, et vous le devés bien [311.13] amer et chier tenir, car bien sachiés
    le devés bien [311.13] amer et chier tenir, car bien sachiés qu’il vous [311.14] retraira bien de chevalerie
    , car bien sachiés qu’il vous [311.14] retraira bien de chevalerie, car se il vit longement, en cest
     de chou que Tor est ses fiex, car il a tant de bien veut [312.6] en lui a cest commenchement qu’il
      [312.6] en lui a cest commenchement qu’il set bien qu’il ne faurra [312.7] pas a estre preudomme
    , pour chou ne l’oubliés vous pas, [312.13] car bien sachiés qu’il vous oublieroit. Car tout ensi que
 ] frere. » Tor li respont: « Dame, jou en penserai bien, se [312.23] Dieu plaist.» Et cele s’en part de
  maint preudoume. Et se li rois Pellinor fist puis bien, li [312.25] contes s’en taist et moult a autres
        , que dites vous? Nous soumes  [313.5] nous bien acquitiet a vous ? – Certes, sire, fait ele,
   . Ce ne quidaisse pas que vous le peussiés aussi bien [313.7] faire. Et puis qu’il ne me faut riens
   haute [313.14] dame de chaiens. Et vous le devés bien estre, se Diex me [313.15] consaut. – Voire, sire
   , fait Merlins, se vous [313.16] le saviés aussi bien coume je le fais. » Et lors li conseille: [31
    . – Sire, fait il, je le vous dirai, car je sai bien que [314.6] ceste chose sera celee par vous.
    recouvré fil pour fille, che [314.14] savoie je bien. » Et li rois se saingne de la mierveille et dist
 ] Merlins, chou que je sai, maint mal en porroient bien avenir,  [314.20] car vous estes jovenes hom et
    hom et envoisiés, si ne savriés [314.21] pas si bien celer auchune chose coume il couverroit a [31
     aprés sera uns tans que [314.28] vous vaurriés bien avoir donné la moitié de vostre roiame [314.2
     roiame [314.29] que je fuisse dejouste vous. – Bien puet estre, che [314.30] dist li rois. Che sai
     puet estre, che [314.30] dist li rois. Che sai bien, quant vous morrés, jamais si sage [314.31] houme
        et enconterra en une forest que je [314.41] bien sai le fil del roi ochis. Et sera a chelui point
   , car j’ai [314.52] besoing de toi. » Tor l’orra bien et entendera, mais il ne [314.53] cuidera pas

biens
   [251.4] Signeur plaist ceste compaignie et grans biens en [251.5] avenra. Beneois soit par cui conseil
  . »  [293.1] Celle nuit fu Tor servis de tous les biens [293.2] que cil de laiens porent avoir, et il

bl
     de [271.13] gent que nous n’i avons encore [IS9bl trouvé. – Il sont, [271.14] fait Gahariés, en auchun

blanc
  chevalier [255.7] nouviel, on le viestoit tout de blanc samit, et puis le hauberc [255.8] desus, et li
  armeures, et fu montés [261.3]sur un grant cheval blanc, et entra en tel maniere en mi le [261.4]palais
       que nous encontrasmes un chierf [264.33]tout blanc qui .XXX. muetes de chiens cachoient, ne n’i
  itant me dites quel part vous [265.24] veistes le blanc cherf aler, car pour cele aventure faire me
   grant oirre une damoisiele monté seur un [291.3] blanc petit palefroi, et acourroit cele part au plus

blans
 3]esmovant apriés le chierf. Li chiers estoit tous blans et li [259.24]brakés autresi tous blans, mais
       tous blans et li [259.24]brakés autresi tous blans, mais tout li autre chien estoient [259.25]noir
   estoient vermel fors uns seuls, qui estoit aussi blans [286.6] comme nois, et chis blans estoit li plus
     estoit aussi blans [286.6] comme nois, et chis blans estoit li plus riches. Lors dist li [286.7] nains
       au chevalier: «Sire, en cel pavillon ou chis blans [286.8] escus pent trouverés vous vostre braket
 7] vous, si presistes son levrier, qui tous estoit blans, et [310.28] l’emportastes et desistes que vous

blasmant
    me voelent chascun [243.4] jour blasmer et vont blasmant et honnissent de [243.5] chou que je ne prenc

blasmer
     jou ? Mi baron me voelent chascun [243.4] jour blasmer et vont blasmant et honnissent de [243.5] chou
 , che dist li rois, [306.18] vous en faites trop a blasmer, car je croi vraiement que se [306.19] vous

blasmés
   en tel maniere que ja n’en devrai [247.34] estre blasmés. Et je les avrai tost esleus si qu’il seront
  mon conseil [301.49] que je n’en devrai mie estre blasmés se il vous en meschiet. »  [301.50] Chis qui

boin
 18] lour fist et si grant feste k’il se tenoient a boin euré de che [247.19] qu’il estoient cele part
   Merlins. Je [248.38] endroit de moi me tenisse a boin euré se je peusse chelui [248.39] jour veoir que
     lieu, et je meterai [256.20] el daerrain aussi boin chevalier ou millour comme vous, [256.21] et ensi
   pour chou [258.8] que je vous tieng et connois a boin chevalier et a loial. » [258.9] Et lors le fait
    qu'il aida puis tout dis si volentiers et de si boin cuer [280.15]as damoisieles fu il apielés par
   esrachier dou chief, car moult estoient [284.23] boin li lach. Et quant il vit chou, il li trenche a
        de la venue a si preudomme [292.11] et a si boin chevalier comme vous estes. – Ore montons [29
     . » Et cil dist [297.60] que il li donra aussi boin coume li siens estoit. «Mais il [297.61] couvient
      ses armes, li chevaliers li amainne un cheval boin [298.6] et bel et dist: « Sire, montés sour cestui
      [312.3] le pere. Et Tor dist qu’il se tient a boin euré de chou que [312.4] li rois Pellinor est
    , tous li mondes vous en devera [313.20] savoir boin gret. » Et li rois dist que de li hounerer est

boine
     que il des ore en avant les [249.16] tenist en boine pais et en boine concorde aussi coume [249.1
   en avant les [249.16] tenist en boine pais et en boine concorde aussi coume [249.17] frere germain pueent
  court :  [254.1] " Rois Artus, a vous m’envoie la boine renommee [254.2] qui keurt de toi et pres et
     [265.10] n’avera entre vous deus, ains i avera boine pais et boine [265.11] concorde des ore en avant
 ’avera entre vous deus, ains i avera boine pais et boine [265.11] concorde des ore en avant, si coume
       [285.2] une glaive au nain, et cil li baille boine et forte, qui estoit [285.3] el pavillon. Et
      en son chemin, moult joians de [285.21] ceste boine aventure que Diex li a douné au commenchement
        , car s’espee si n’estoit pas moult [290.6] boine et l’espee Tor estoit de moult grant bonté, et
     , fait Merlins, que [307.52] elle estoit aussi boine puciele et aussi boine vierge que [307.53] Nostre
  [307.52] elle estoit aussi boine puciele et aussi boine vierge que [307.53] Nostre Sires a oi sa proiiere
  sage? – Se ele ne [309.52] fust, fait Merlins, si boine comme elle est, je ne li souffrisse  [309.53
       Sires vous aimme tant qu’il vous mette en la boine [312.12] euurté et en la hautece, pour chou ne

boins
         a avoir! Chis nous [246.22] sera voirement boins peres et nous maintenra comme ses [246.23] fiex
          i veult [247.25] estre et il ne soit tres boins chevaliers, garde que tu ne sueffres [247.26
       [247.29] miex chascun que je ne fais, et les boins chevaliers et [247.30] les mauvais. Vous meismes
 248.17] devant que a cest lieu se venra asseoir li boins chevaliers, [248.18] li mieudres des boins, chis
      li boins chevaliers, [248.18] li mieudres des boins, chis qui metera a fin les perilleuses [248.
     mehaigniés jusques a tant [248.29] que li tres boins chevaliers venra qui metera a fin les [248.3
       et dist: " Sire, preudom sera il et [255.38] boins chevaliers, et il le deveroit estre par lignage
  haut homme coume de roi, qui est [255.40] uns des boins chevaliers del monde. ” Et lors dist au [255
 , et [255.57] avoec cele gentillece est il uns des boins chevaliers qui piecha  [255.58] portast armes
    pour chou qu’il n’ait chaiens [256.16] assés de boins chevaliers, mais pour chou qu’il doit definer
  par roi [256.18] doit definer. Vous estes rois et boins chevaliers et [256.19] seés el coumenchement
  par aage, je croi que vous serés [275.18] uns des boins chevaliers dou monde. Mais ore me dites qui
 , on bien. Sire, il [285.25] a non Abelin, uns des boins chevaliers de ceste terre, mais [285.26] tant
      pour [290.21] chou qu’il m’est avis que tu es boins chevaliers te ferai je [290.22] une bonté que
   Artus, [306.38] vous dites voir: cis consaus est boins et loiaus, car toute [306.39] jour le voit on

boire
       a mon signeur que [301.31] il donra au roi a boire cest venin si tost coume je li avrai [301.32

bois
      par deviers le [259.5]grant forest, pres d’un bois a .II. archies, et tout entour [259.6]a la reonde
  [267.10] entre lui et Gahariet qu’il issirent del bois par [267.11] deviers destre. Et lors voient devant
    ensi, il oient chevaus  [301.2] venir par mi le bois tout le chemin par devant eus. [301.3] « Ore vous

bonnes
    . Et je vous dirai, fait [310.12] il au roi, si bonnes ensegnes que vous en porrés estre [310.13] tous

bons
  couvient, che ses tu bien, counoistre les [278.31]bons des mauvais et hounerer chascun selonc chou qu'il
     [281.7]vivés longement, que vous serés uns des bons chevaliers [281.8]dou monde et uns des plus renommés
  . – Che me poise, [291.18] fait il, car il estoit bons chevaliers. – Ne vous caille, fait [291.19] elle

bonté
  comme li autre, car Merlins l’i avoit mis pour la bonté [251.15] de chevalerie qu’il sentoit en lui et
 [290.6] boine et l’espee Tor estoit de moult grant bonté, et chou [290.7] estoit une chose qui moult li
    tu es boins chevaliers te ferai je [290.22] une bonté que tu ne fesisses pas a moi, si coume je cuic
  [290.24] – Ore dites, fait li chevaliers, que tel bonté porra che bien [290.25] estre que je ne t’en

bontés
      , et dist que encore sera [291.50] bien ceste bontés guerredounee se elle vient en liu que elle

borron
     cil qui le conte [313.30] monsigneur Robert de Borron escoutent que ceste [313.31] damoisiele fu cele

bouce
   et celé, si que il n’en issist ja de la [309.46] bouce au pecheour, se che n’estoit par gap et par eschar

bouche
 ’il disoit, [307.18] fors chou qu’i li venoit a la bouche. – Certes, che dist li [307.19] rois, toutes

braait
   . – Sire, il s’en vait tout droit viers [295.13] Braait tot le grant chemin. » Atant s’en part li rois

brac
  haubers nel garandist qu’il ne li meche par mi le brac destre  [272.20] le fer de la saiete od tout le

brach
 « Mors sui! » [272.26] Et lors est si dolereus dou brach que il ne le puet en haut [272.27] drechier ne
          Gavain et li [273.4] ostent la saiete del brach, et puis le metent en prison en [273.5] une des
   la chambre [273.12] ou il estoit, si regarda son brach et le vit enflé, qu’i estoit [273.13] assés plus
   puis le desarment. [277.10]Et quant il voient le brach destre qu'il avoit si durement [277.11]enflet
    chiet a terre [298.18] si felenessement seur le brach seniestre que elle cuida bien [298.19] avoir
   , car je cuidai bien avoir brisiet ou [299.5] le brach ou l’espaule, mais non ai, Dieu merchi. – Coument

brakés
  chierf. Li chiers estoit tous blans et li [259.24]brakés autresi tous blans, mais tout li autre chien
 [259.34]dedens et nel laissa pour houme nul, et li brakés aprés. Et [259.35]li chiers se feri outre et
 59.36]estoient assis as tables. Et lors li saut li brakés et aert [259.37]le cierf par derriere en la
   quant elle ne trueve ne [259.55]le chierf ne les brakés, elle s’arrestut aussi coume toute [259.56]esbahie
 59.62]pas petit et sui destourbee de siurre et les brakés et le [259.63]chierf que je cache, que jou eusse
 20]aportés chaiens la teste. Et gardés que nus des brakés ne [260.21]vous faille quant vous verrés en
    alet entre lui et sen frere quant il oïrent les brakés  [266.55] qui glatissoient apriés le chierf
  » Et [268.7] lors traist l’espee et coumencha les brakés cachier fors de [268.8] laiens et a occhirre
    son frere. Et quant il vit le chevalier qui les brakés [268.11] aloit occhiant, si li escrie: « Ha
        malvais et [268.12] recreans, ne touche les brakés! Que Diex te doinst malaventure! »  [268.13
    , il regarde [268.30] par laiens et trueve .II. brakés occhis. Il en est trop courechiés  [268.31]
    la ou il voit Gavain qui [268.35] regardoit les brakés qui estoient ochis, il li escrie: « Dans [2
    chevalier coume je faich vous pour [268.40] mes brakés que vous avés ochis! » Lors laisse li uns courre
       , car tu [269.13] m’as trop courechié de mes brakés que tu m’as ochis. [269.14] – Se je ne truis
 8] que uns vallés li amena, et puis prent les .II. brakés et en [270.29] met un devant et l’autre derriere
      [276.14]frere, comment porrons nous mener nos brakés a court? [276.15]Car se nous venions sans eus
 276.19]emporte a court. » Et lors fait prendre les brakés et metre [276.20]en laisses .II. et .II.. Et
  chevaliers voit le braket, si va viers lui, et li brakés [286.20] saut jus del lit et commence a glatir
    [286.25] un autre. Et il connoist bien que chis brakés qui estoit [286.26] devant lui estoit chil qu
  le roi Artus. – Damoisiele, [286.39] fait Tor, li brakés fu pris par outrage et par tort en la court
 8] bataille et t’en porras aler atant, mais que li brakés me [290.29] remanra.» Et cil le regarde de travers

braket
   le [259.20]gardin un chierf les grans saus et un braket apriés, et [259.21]aprés venoit une damoisiele
 .40]uns chevaliers qui laiens mengoit, si prent le braket et vint [259.41]a son cheval qui estoit en mi
       et monte sus, et s’en [259.42]vait a tout le braket si grant oirre coume se tous li mons [259.4
          , [259.45]qui derriere venoit, en vit son braket porter, elle dist a chelui  [259.46]qui l’enportoit
  s’en estoit par mi eus [259.51]passés, et tout li braket s’en aloient aprés lui et s’en [259.52]estoient
      ! Car [259.61]jou i ai premierement perdu mon braket que je n’amoie [ 259.62]pas petit et sui destourbee
            [260.5] de chaiens qui aillent aprés le braket et apriés le [260.6]chierf, car il n’ont que
   ostees [260.26]et alés aprés le chevalier qui le braket emporte. Et gardés [260.27]que vous ne finés
   devant que vous aiiés le chevalier [260.28]et le braket pris, ou mort ou vis. » Et cil dist que de cel
    vait la droite [263.12]voie au chevalier qui le braket emporte, et Pellinor a chelui  [263.13]qui la
  i remanra et vous avoec, et tout vostre  [268.25] braket i morront. – Ne sai, fait Gavains, que vous
 282.3]savoir se il peuust aconsiurre chelui qui le braket enporte. [282.4] Et quant il se fu mis dedens
    grant oirre apriés un chevalier que un [282.23] braket emporte. – Je sai bien, fait li nains, qui il
     [285.27] veisse. Et saichiés que il emporte le braket moult grant [285.28] joie faisant. – Et il ne
     que je soie la venus ou je puisse  [285.33] le braket trouver. »   [286.1] Ensi parlant vont tant
     blans [286.8] escus pent trouverés vous vostre braket et le chevalier [286.9] avoec, si coume je cuic
 ’il ne [286.11] demande plus fors que il tenist le braket ou le chevalier [286.12] Lors descent, car il
       seule sans compaignie, ne mais  [286.17] dou braket que cis aloit querant, et l’avoit la damoisiele
    li autres. [286.19] Quant li chevaliers voit le braket, si va viers lui, et li brakés [286.20] saut
 [286.27] et s’en vait hors del pavillon od tout le braket et le [286.28] baille au nain et li dist: «
    [286.28] baille au nain et li dist: « Veschi le braket pour coi je parti [286.29] de court. Ore le
  ! sire chevaliers, n’enportés pas [286.34] nostre braket, car vous feriés vilonnie! Et saichiés que
  meismes que je queroie, qui [289.12] prist ier le braket en la court le roi Artus. » Lors prent sen
   , certes mal tolistes as [289.16] damoisieles le braket, car vous le renderés a vostre [289.17] honte
  , fait il, ves [294.3] la chi. » Si li moustre le braket que li chevaliers en avoit [294.4] porté pour
 ] si tost coume il li ot rendu ses levriers et son braket et la [313.4] teste del chierf: «Damoisele,

bras
    montés coume il estoit et la prent par les .II. bras [261.6]et la monte sour le col de son cheval.
  si grans caus [268.42] comme il pueent amener des bras, si se detrenchent les [268.43] escus et par desous
  ’abat si durement k’a poi qu’il n’ot [283.18] les bras brisiés au cheoir qu’il fist. Et il s’en passe
     . » Et lors le veult prendre  [296.18] par les bras, quant li escuiier saillirent sus et disent :
    toute pasmee. Et il la prent [298.24] entre ses bras et s’assiet a la terre et le met en son devant
    [299.11] a Camalaoth. » Lors la prent entre ses bras et la porte [299.12] desous un arbre pour reposer

bretaigne
  tans de lors estoit coustume  [255.6] en la Grant Bretaigne que quant on faisoit chevalier [255.7] nouviel
  estoient coumenchies a [264.38]avenir en la Grant Bretaigne. Et je, qui estoie li aisnés, [264.39]requis
          chevaliers  [291.20] qui fust en la Grant Bretaigne. » Et quant li chevaliers  [291.21] entent
    est fille d’un haut [313.28] houme de la Petite Bretaigne, mais elle ne dist pas que elle [313.29]

brief
        [306.46] pas a ceste fois, et neporquant en brief terme l’entenderés  [306.47] vous. Ore m’escoutés

brise
   .  [283.26] Et cil le fiert si durement qu’il li brise le lanche en mi [283.27] le pis, mais autre mal
      a terre, et au parcheoir que il [283.33] fist brise li glaives, si que li fers en remest a chelui

brisiés
   si durement k’a poi qu’il n’ot [283.18] les bras brisiés au cheoir qu’il fist. Et il s’en passe outre

brisiet
 4] je onques mais euusse, car je cuidai bien avoir brisiet ou [299.5] le brach ou l’espaule, mais non

bu
    teste voler plus d’une toise loing del [291.47] bu, et li cors chiet a terre. Et la damoisiele keurt

buisson
 310.13] tous certains. Vous la trouvastes dalés un buisson et avoit [310.14] avoec li un levrier et un

burent
       [273.7] li dui frere en tel maniere qu’il ne burent ne ne mangierent,  [273.8] ne Gavains n’en avoit

busche
   , et lors encontre [295.49] un vilain qui menoit busche. Li rois li demande: « Vilains, [295.50] encontras


C

 

c
       la table [245.21] qu’il n’i a orendroit que .C. chevaliers de .C. et .L. qu’il [245.22] en i doit
 5.21] qu’il n’i a orendroit que .C. chevaliers de .C. et .L. qu’il [245.22] en i doit avoir par conte
    i doit avoir par conte. – Certes, fait Merlins, c’est [245.23] voirs. Tant en i doit il avoir, si i
 ] et hounour! ” [246.1] Lors furent mandé tout li .C. chevalier qui [246.2] estoient compaignon de la
    de la Table Reonde, qui doit [246.16] estre de .C. et .L. chevaliers, sera parfais en son ostel, que
      li autre [248.20] faurront.” Et lors vint as .C. et .L. sieges de fust que li [248.21] rois Artus
 249.2] .XLVIII. chevaliers, il apiella les autres .C. et lour [249.3] dist: " Veschi vos freres que je
  la damoisiele vous puis jou bien dire que [259.26]c’estoit une des plus bieles damoisieles qui onques
    dient li [260.30]autre preudoume: «Ha! Merlins, c’est pechiés quant vous [260.31]ces .II. enfans metés
      grant pitié, a chou [274.5] que elle voit que c’estoient jovene enfant et de petit aage, [274.6]
  frain et dist au nain: «Tien, nains, cest cheval: c’est li [283.21] commencemens de chevalerie que j
 6] virent l’ermitage tout apertement et virent que c’estoit une [288.7] maisons assés petite et assés
   vous qui chis est? [289.11] – Oïl bien, fait il. C’est cil meismes que je queroie, qui [289.12] prist
      ! Et certes miex vaurroie jou [290.33] morir .C. fois, se .C. fois pooie morir, que une seule [2
     miex vaurroie jou [290.33] morir .C. fois, se .C. fois pooie morir, que une seule [290.34] fois dire
    tu [291.26] commanderas. – Ha! sire chevaliers, c’est a tart, che dist [291.27] Tor, car jou en ai
       es dens, et chil chiet mors en mi le pré. Et c’estoit [297.41] cil qui la damoisiele avoit prise
     , il dist [306.27] tous pensis: «Certes, sire, c’est damages que vous estes si [306.28] mescheans
        Tor vostre [310.39] fil ? – Oïl, fait elle, c’est li, que je le sai tout vraiement. »  [311.1]

caceresse
 .2] court grans. Et li rois demande a la Damoisele Caceresse, [313.3] si tost coume il li ot rendu ses

cachant
  il puet ataindre. Ensi [268.9] coume il les aloit cachant, atant es vous Gavain venu entre [268.10] lui

cachast
    si grant oirre coume se tous li mons [259.43]le cachast, et vait disant a soi meismes que bien a faite
     aussi grant aleure coume se la mors le [289.8] cachast, et venoit tous seus bien armés, si qu’il ne

cache
     del palais et [259.54]ravoient coumenchié lour cache. Et quant elle ne trueve ne [259.55]le chierf
   siurre et les brakés et le [259.63]chierf que je cache, que jou eusse pris en poi de tans, et [259.
    en ceste court, se il ne muerent  [260.22]en la cache, car autrement ne seroit pas l’aventure [260
   ne sergant nul aprés, [264.35]ne houme qui de la cache s’entremesist fors les chiens. [264.36]Quant
  qu’il m’otriast que je peusse siurre cele [264.40]cache sans compaignie d’autrui. Et li dist que il ne
 264.50] Et avons tant de sanc perdu ambedui que la cache [264.51] sera quite de nous quant nous nous partirons

cacherie
      haut lignage. Mais tant [297.53] li plaist la cacherie des forés et tant s’i delite que elle ne

cachié
    asseur. Tant a [267.9] li cierf fui et li chien cachié et Gavains feri des esperons [267.10] entre

cachier
 52] nous avons gringnour mestier de reposer que de cachier. »  [265.1] Quant Gavains entent ceste parole
 268.7] lors traist l’espee et coumencha les brakés cachier fors de [268.8] laiens et a occhirre cheus
      . Et cil dist a lui que ja por lui ne laira a cachier ne [268.15] a ochire, car il li ont fait duel
   qu’il peuust le roi Artus desireter  [301.20] ne cachier de terre, car plus li porroit nuire li rois

cachoient
      [264.33]tout blanc qui .XXX. muetes de chiens cachoient, ne n’i [264.34]avoit nului, ne chevalier
   . Et li chien [267.16] saillent demanois, qui le cachoient si durement k’il [267.17] l’orent tantost

caille
  fait il, car il estoit bons chevaliers. – Ne vous caille, fait [291.19] elle, de sa chevalerie, que chou

camalaoth
    venissent au jour [248.3] nommet en la terre de Camalaoth a la feste de sa feme. Et [248.4] cil i vinrent
   a la maistre eglyse de [253.2] Saint Estevene de Camalaoth et avoec lui jusques a .X. [253.3] autres
  sacree avoec le roi Artus en [255.23] la chité de Camalaoth et porterent ambedui couroune. Et [255.2
     joie et si grant feste en la chité [256.25] de Camalaoth que tout li povre homme et li riche n’entendoient
     [259.2]roiame de Logres firent en la chitet de Camalaoth. Li [259.3]grans palais ou li rois tenoit
      et sa lanche.  [264.4]Quant il furent issu de Camalaoth, il chevauchierent [264.5]par deviers la
   chastiel qui est pres [264.30]de chi et aliens a Camalaoth pour veoir la feste del roi et [264.31]de
      tant [277.3]en tel maniere qu'il sont venut a Camalaoth, ne onques [277.4]ne descendirent devant
 [284.32] seur vos fiances que vous en alés droit a Camalaoth. Et [284.33] quant vous serés venut a la
      mie que vous l’emporterés jusques  [286.49] a Camalaoth sans contredit. – Jou l’en aporterai, [2
  vait la plus droite voie [286.52] qu’il sot viers Camalaoth.  [287.1] Li jours estoit ja auques trespassés
     [287.6] ne porriens hui mais venir aisiement a Camalaoth. [287.7] – Certes, sire, fait li nains, je
  se remist en [289.2] son chemin pour aler droit a Camalaoth. Mais il n’ot pas [289.3] chevauchié demie
   . Tant erra en tel [293.13] maniere qu’il vint a Camalaoth et trouva Gavain, qui [293.14] estoit ja
    de viespres, si serions nous de jour [299.11] a Camalaoth. » Lors la prent entre ses bras et la porte
     chevaliers armés, dont li uns vient de [301.7] Camalaoth et li autres i aloit, et s’entrecontrerent
    pour parler [301.10] ensamble et dist cil qui a Camalaoth aloit : «Ques nouvieles  [301.11] aportés
    vous en meschiet. »  [301.50] Chis qui vient de Camalaoth s’en vait tout le grant [301.51] chemin par
   espesse, et li autres s’en tourne [301.52] viers Camalaoth et tout un droit sentier, comme cil qui
   che qu’il voloient, tant [304.7] qu’il vinrent a Camalaoth droit a eure de viespres.  [305.1] Quant

cambres
   [271.25] il voient entrer par mi l’uis d’une des cambres dou palais  [271.26] .IIII. chevaliers tous

canques
     le chevalier qui li desfent le [266.2] passage canques il puet, il n’en est pas gramment esmaiiés
  de fossés. [267.13] Li chiers s’adrece celle part canques il onques puet et li [267.14] chien aprés.
   entour [275.42] le col. Et il sueffre volentiers canques il li font pour sa foi [275.43] aquitier.
 14] chevalier tout en mi le chemin. Et cil li crie canques il [289.15] puet: « Ha! mauvais chevaliers
   garde de ceste traïson, car Merlins set [301.75] canques on fait et dedens et dehors, et pour chou croi

cantorbile
    la [249.13] Table Reonde. Et li archevesques de Cantorbile fist sour [249.14] eus maintenant la beneichon

capiele
  A l’endemain, [293.4] quant il ot messe oïe a une capiele qui laiens estoit, il prist [293.5] ses armes

car
    a court, assés trouva [243.2] qui joie li fist, car tout amoient moult sa venue. Li rois [243.3] dist
 5] chou que je ne prenc feme. Que m’en loés vous ? Car sans [243.6] vostre conseil n’en feroie jou mie
        , il ont droit se il le vous [243.9] loent, car il est bien raisons que vous aiiés des ore mais
     nulle qui vous [243.11] plaise plus que autre, car si poissans hom comme vous [243.12] estes doit
    biauté a la damoisiele [244.2] dites vous voir, car chou est la plus biele que je sache [244.3] orendroit
     je prendre une autre que je vous loaisse miex, car [244.5] si tres grans biautés coume elle a puet
    cele parole [244.12] que Merlins li dist adont, car trop estoit obscure, si avint [244.13] elle puis
  [245.3] il mie: " Diex fache hounour au roi Artus car il me [245.4] fait si grant hounour que je ne l
  et de mon roiaume faire [245.6] toute sa volenté, car certes je n’och onques si grant joie [245.7] de
      je sai bien qu’il n’en [245.9] a nul mestier, car, Dieu mierchi, il en a assés d’autre. [245.10]
   i seront assés tost mis, se [245.24] Diu plaist. Car elle venra ore en tel main qui la maintenra [2
 7.14] pour demourer avoec lui, il en fu tous liés, car il ne desirroit [247.15] riens del siecle autant
       que tu ne sueffres [247.26] ja qu’il i soit, car uns seuls, puis que il ne seroit de [247.27] si
        et vous tenés chiers [248.11] comme freres, car pour l’amour et pour la douchour de [248.12] cele
    . – – Che ne vous descouverrai [248.33] je pas, car vous n’i gaaignieriés riens se vous [248.34] orendroit
   chelui [248.39] jour veoir que che sera acompli, car en cest païs avra [248.40] adont joie si grant
  je te [248.43] devis ne viveras tu mie longement, car li grans dragons [248.44] que tu veis en  ton songe
 0.17] chil preudoume comme nous les avons ordenés, car il i a [250.18] en chascun siege envoiiet le non
      l’ore que ceste oevre fu commenchie, [250.20] car de cest signe ne puet venir se tres grant bien
      . Beneois soit par cui conseil ele commencha, car [251.6] tous li roiaumes de Logres en sera cremus
   en estoit compains [251.14] ensi comme li autre, car Merlins l’i avoit mis pour la bonté [251.15] de
         [254.2] qui keurt de toi et pres et loing, car tout dient communaument [254.3] que nus ne vient
    tu me dies qui t’a douné cest conseil, [254.22] car il me samble que tu ne deusses pas baer a si haute
   mes fiex qui chi est m’en parole, voelle ou non. Car [254.26] a ma volenté ne baast il pas a si grant
    doinst Diex que il soit bien [254.52] emploiié, car il n’i avra hui chevalier chaiens fait devant
     : " Nostre Sires te fache  [255.36] preudomme, car je le vaurroie moult, se Diex m’aïe. ” Et [255
   chevaliers, et il le deveroit estre par lignage, car certes [255.39] il est fiex de si haut homme coume
    veuls dire au roi qui il est fiex, je li dirai, car je sai aussi [255.46] bien coume la chose avint
   : " Ou tu diras quels fiex il est u je le dirai, car je sai [255.50] vraiement que tes fiex n’est il
     grant honte en che que je li [255.56] met sus, car cil dont je tieng la parole est rois sacrés, et
     li rois de Gavain son neveu chevalier, [256.2] car il li chainst l’espee au costé et a tous les autres
  Sieges Perilleus et li daerrains [256.10] sieges. Car il commenchierent a servir as tables et li [25
  [257.20] de ceste grant hounour que il vous fait, car certes il ne le [257.21] fesist mie se il ne li
  encore pas qui [257.30] Merlins i vaurroit metre, car assés avot rois ou [257.31] palais, si ne savoient
 5] la Table Reonde et li dist: « Asseés vous ichi, car li lius est [258.6] vostres. Et saichiés que je
    se vaurroit entremetre de ceste [258.12] chose, car nus ne le peust faire si sagement ne si bien [
     de [258.26]laiens. Et jou en sui tout aaisiés, car j’ai une espee qui [258.27]avant ier me fu aportee
 8.29]ja moult tost occhis, se vous vous i acordés, car il n’est [258.30]riens ou monde que je hac si morteument
 , fait Gavains. Ensi ne [258.32]le ferés vous mie, car se vous en lui metiés main tant [258.33]comme vous
  le vous venist [259.47]laissier que porter l’ent, car vous le renderés maugré vostre! »  [259.48]Et il
      trop malement et de vous et de vostre ostel ! Car [259.61]jou i ai premierement perdu mon braket
     : « Damoisiele, or [260.2]vous souffrés atant, car assés en avez dit, et je vous di que [260.3]ja
        aprés le braket et apriés le [260.6]chierf, car il n’ont que demourer, che m’est avis, s’i les
       , que nulle haste n’i [260.9]vaurroit riens. Car des ore mais avra en cest ostel tel coustume 
      court, se il ne muerent  [260.22]en la cache, car autrement ne seroit pas l’aventure [260.23]menee
      de sanc. Et che n’estoit pas grant merveille, car il [264.12]n’i avoit chelui qui n’euust .III. plaies
    quite de nous quant nous nous partirons de chi, car [264.52] nous avons gringnour mestier de reposer
    part vous [265.24] veistes le blanc cherf aler, car pour cele aventure faire me [265.25] sui je partis
  metés ja [265.36] se vous ne volés a moi jouster, car je gart le port que nus [265.37] n’i puet autrement
    cortoisie que je tenrai tout mon aage, [266.27] car jamais tant coume je seroie a cheval n’envaïrai
   por lui ne laira a cachier ne [268.15] a ochire, car il li ont fait duel et courous et occhis dedens
  Mais longement ne puet durer la mellee,  [268.45] car trop estoit Gavains plus vistes et plus legiers
      que chis ne le puet ja plus endurer, [268.59] car trop a ja pierdu dou sanc et est teuls atornés
 268.61] estoit toute ensanglentee par ou il aloit, car assés avoit [268.62] plaies et grans et parfondes
         [269.8] je te crie mierchi! Ne m’ochi mie, car je me tieng a [269.9] outré. Et se tu des ore en
     a moi, tu [269.10] feroies trop grant vilenie, car chevaliers qui crie mierchi il [269.11] doit mierchi
 9.12] – Je n’avrai ja de toi merchi, fait Gavains, car tu [269.13] m’as trop courechié de mes brakés que
     . – Voire? fait cil. [269.19] Ore m’ochi dont, car ja plus ne t’en prierai, puis que merchi  [269
 270.20] saches que je n’ai mestier de chevauchier, car trop sui lassés  [270.21] et travilliés et trop
            [271.6] de chaiens et en irons a court, car il me samble que [271.7] j’ai bien ma queste achievee
  fait Gahariés, en auchun des destrois de chaiens, car sans [271.15] grant gent ne fu onques si riches
     .  [271.23] Ore vous apparilliés de desfendre, car je cuic que li  [271.24] besoins est venus. » Et
     . Et neporquant  [272.4] il n’est pas esbahis, car moult estoit preus. Et pour [272.5] chou qu’il
      a tant que nous saichons [272.36] qui il est, car teuls puet il estre que tous li ors dou monde
       ,  [273.8] ne Gavains n’en avoit nul talent, car trop se sentoit [273.9] malades et dehaitiés. Onques
        Gahariés a [273.19] plourer moult durement, car il voit bien que ses freres est [273.20] em peril
          , je vous serai plus courtoise,  [274.13] car je vous osterai de ma prison et deliverrai, se
        jou mie vostre fianche, fait [275.11] elle, car je feroie vilounie, puis que vous n’estes fors
  trop mespris de ma damoisiele  [275.25] occhirre, car nus si gentius hom coume vous estes ne [275.26
     porrons nous mener nos brakés a court? [276.15]Car se nous venions sans eus, nous n'averiemes pas
   , onques n'envoiiés serjant  [276.22]avoec nous, car j'enmenrai ces .II. et li autre les siurront 
       , fait [276.24]ele, puis que il vous plaist, car jou i envoiaisse deboinairement.»  [277.1] Atant
   l'a moult miex fait que vous [277.14]ne cuidiés, car il a bien sa queste achievee. Et saichiés que
 77.20]et pour coi il aporte ensi ceste damoisiele, car sans [277.21]raison n'est che mie. » Et li rois
      et par aventure rechus tu [278.8]ta couronne, car ensi plaisoit a Nostre Signeur, et saiches [27
        , et seront souvent  [278.24]outré d'armes, car toute jour lour avenra, quant il [278.25]seront
      on connoistre le proueche de chascun, [278.38]car je sai bien qu'il ne se parjurront en nulle maniere
 ]jure erramment. Si le tient bien tout son vivant, car [280.12]onques puis damoisiele ne le requist a
 ]folement, vous porriés bien morir ains vos jours, car che [281.14]n'est mie doute que chascuns ne puist
        . – Je sai bien, fait li nains, qui il est, car [282.24] je le vi n’a pas gramment, mais certes
  [283.1] Quant il entent ceste parole, si respont, car il ne [283.2] l’ose refuser: «Nains, puis qu’il
    mestier d’aler ma voie que de laissier, [283.5] car je ne sai quel part je trouverrai chou que je vois
         a terre, il met le main [284.2] a l’espee, car il bee que il les peuust ansdeus mener a [284.
        et se vit em peril de mort, si crie merchi, car [284.14] il voit bien que autrement ne porroit
   [284.22] fort et ne li puet esrachier dou chief, car moult estoient [284.23] boin li lach. Et quant
  [285.7] damage. – Nains, fait il, je le te doing, car chou est la [285.8] premiere requeste que on me
   douné et dist: «Sire, ore en poés [285.19] aler, car je vous siurrai, quelque voie que vous ailliés
    . – Nains, dist Tor, or en alons dont, [285.32] car moult me tarde que je soie la venus ou je puisse
   le braket ou le chevalier [286.12] Lors descent, car il ne puet pas dedens le pavillon entrer  [286
   voit [286.23] le chevalier, elle n’est pas aise, car il est armés, ains saut [286.24] sus toute effree
 286.29] de court. Ore le viegne querre qui vaurra, car je ne le renderai  [286.30] pas tant coume je le
           , n’enportés pas [286.34] nostre braket, car vous feriés vilonnie! Et saichiés que [286.35]
 [286.35] vous vous en porriés repentir assés tost, car li chevaliers [286.36] a cui il est ne lairoit
  dont, fait il, avant, et jou [287.11] irai aprés, car moult me tarde que g’i soie. » [288.1] Lors s’en
    sour l’erbe verde et dormi moult [288.20] bien, car assés estoit plus las que il ne soloit. Et a l
    [289.5] pour regarder que che estoit et attent, car il vaurra veoir [289.6] ki ceste friente fait.
    mal tolistes as [289.16] damoisieles le braket, car vous le renderés a vostre [289.17] honte! » Chis
    , et haubers desrompre et [289.28] desmaillier, car il estoient ambedui de grant proueche et [289.
    . Et lors [290.3] furent ambedui mat et alenti, car li plus sains avoit assés [290.4] perdu del sanc
  a chelui plus grief [290.5] que a son compaignon, car s’espee si n’estoit pas moult [290.6] boine et
    commencha  [290.9] moult a lasser le chevalier, car trop avoit pierdu [290.10] del sanc, si ne pot
    bien que tu ies a la mort, se je [290.20] voel, car tu n’as mais pooir de toi desfendre. Mais pour
     ait qui le fera tant qu’il ait la vie el cors, car aprés [290.31] chou que je mesmes reconnisteroie
 .45] tu aies. Ore fai de moi chou qu’il te plaist, car ja pour [290.46] paour de morir ne ferai ne ne
     demande jou. – Che me poise, [291.18] fait il, car il estoit bons chevaliers. – Ne vous caille, fait
   chevaliers, c’est a tart, che dist [291.27] Tor, car jou en ai le don douné a la damoisiele. Se li terrai
  don douné a la damoisiele. Se li terrai, [291.28] car autrement me porroit elle apieler de desloiauté
 91.31] merchi de moi ne ne me faites pas occhirre, car en ma [291.32] mort ne porriés vous riens gaaingnier
 .33] gaaingnerés vous un tel chevalier que je sui, car jamais [291.34] tant coume je viverai ne servirai
 ’ait merchi de m’arme se je [291.39] en ai merchi, car il m’ochist mon frere et voiant mes iex, [291.
  volentiers tant que je [292.4] fuisse estanchiés, car mes plaies sainnent moult durement.  [292.5] –
 9] Et certes il me sera moult bel de vostre venue, car [292.10] moult vaurra miex li osteus de la venue
 2.12] dont et si en alons. Je i vaurroie ja estre, car assés me senc [292.13] travilliet. » Lors montent
          et que vous ceste [292.24] part venistes! Car vous nous avés mis en pais et en joie a [292.2
    de laiens porent avoir, et il en avoient assés, car [293.3] moult estoient aaisié de toutes choses
    guise qu’il ne venist laiens [293.9] herbegier, car li osteus estoit tous apparilliés de faire ses
     Tor [293.16] revenir, il li firent grant joie, car ja avoient oï nouvieles de [293.17] lui par les
     il si bien fait a [294.21] cest commenchement, car fius de vakier et de vilain ne [294.22] porroit
 ] connoist. – Certes, voirs est, che dist Merlins, car il ne [294.27] set pas qui est ses peres et je
  porrés bien dire que li uns est peres de l’autre, car [294.32]bien saichiés que li rois Pellinor l’engenra
       [294.36]que Tor fust ses fiex, mais non est, car il avint tout [294.37]ensi comme je vous ai conté
 . – Ore la mandés dont, che dist [294.48] Merlins, car le roi Pellinor averés encore anuit a court. [
  il chevauche grant oirre par mi la [295.4] chité, car moult li anuioit qu’il avoit tant demouré. Et
 .25] bien la damoisiele, mais il ne vaut retorner, car trop a a [295.26] faire, che li est avis. Et quant
     . Ne cil onques pour [295.35] chou ne retorne, car trop li tarde qu’il ait ataint le chevalier  [
     que la damoisiele n’enmerroit il mie, [295.57] car elle estoit sa cousine germainne, si s’en combateroit
      que li plus fors n’i atendoit se la mort non, car [296.11] moult estoient ambedui de grant proueche
 12] cuer. Li rois ne regarde onques a la bataille, car moult l’en [296.13] est peu, car autant li est
    a la bataille, car moult l’en [296.13] est peu, car autant li est s’il muerent que s’il vivent. Mais
   la court et je [296.16] vous i remenrai a droit, car pour chou m’envoia cha li rois [296.17] Artus,
         .  [296.23] – Je ne demanc, fait il, plus, car, s’il vous poise, je [296.24] ne le prenderai de
         [297.15] par ma valour et par ma proueche, car je l’alai [297.16] prendre voiant le roi Artus
  [297.20] que pour li avés encommenchiet bataille, car vous ne [297.21] l’averés point, tous asseur en
       [297.23] dui, se vous poés. Mais non porrés, car anchois clamerons [297.24] nous li uns de nous
 ] ma folie mespris enviers vous de ceste bataille, car je sai [297.46] bien que vous n’estes mie cha venus
 [297.48] qui a forche l’enmenoit. Je la vous lais, car je ne cuideroie [297.49] pas gramment gaaignier
     de roi et de [297.51] roine doit estre gardee, car bien sachiés que ele est fille de [297.52] roi
     , fait il, que vous remanés huimais avoec moi, car [297.62] il est tart. Car se vous vous partiés
       huimais avoec moi, car [297.62] il est tart. Car se vous vous partiés ore de chi, vous ne [297.
   , si tost [298.3] coume il fu jours, il se leva, car moult li tardoit qu’il fust [298.4] mis au chemin
    parfonde moult anieuse a chevauchier,  [298.15] car elle estoit toute plainne de pierres et de roches
           paour que [299.4] je onques mais euusse, car je cuidai bien avoir brisiet ou [299.5] le brach
        [299.8] devant que je fuisse assés reposee, car trop ai esté a [299.9] malaise. – De che ne me
  a [299.9] malaise. – De che ne me chaut, fait il, car se nous ne [299.10] mouvons devant eure de viespres
  , ma damoisiele, se vous porriés [299.14] dormir, car je croi que che vous vaurroit. – Si ferai jou,
   remanoir  [300.6] nous couvient dusques au jour, car se nous en [300.7] voloions ore aler de chi, nous
    vous taisiés, che dist li rois a la damoisiele, car chi [301.4] vienent gent dont nous orrons auchunes
      il, nules nouvieles [301.12] qui me plaisent, car li rois Artus est si poissans [301.13] d’amis et
    ester cele fole emprise qu’il avoit commenchie, car il [301.19] n’a mie ne le pooir ne la gent qu’il
     Artus desireter  [301.20] ne cachier de terre, car plus li porroit nuire li rois [301.21] Artus que
  chevaliers, que vous ne [301.34] soiiés percheus, car puis que che vient a traïson faire, il [301.35
    ouvrer. [301.37] – Ne vous espoentés, fait cil, car nous en ouverrons si [301.38] sagement que nus
   estes [301.42] je ne m’en entremeteroie ja plus, car je vous di vraiement  [301.43] qu’il ne puet estre
  . » Et cil dist que il ne [301.46] retournera ja, car bien cuide faire legierement chou qu’il [301.4
     nouvieles et pour garnir [301.59] le roi Artu, car il ne li plaist mie qu’il muiere encore par [3
  que j’ai ceste chose [301.62] oïe en tel maniere, car, se Dieu plaist, j’en garnirai si bien [301.63
    on soit a court [301.66] devant eure de disner, car je sai vraiement que chis desloiaus  [301.67] chevaliers
   nous [301.69] en couvient onques estre en esmai, car Merlins li sages [301.70] prophetes est a court
      maniere [301.71] que li rois fust ensi traïs, car il aimme le roi de trop grant [301.72] amour.
   , [301.74] li rois Artus garde de ceste traïson, car Merlins set [301.75] canques on fait et dedens
    , qui che voit, en est [303.5] moult courechie, car elle prisoit moult le roi de sens et de [303.6
   euust onques veus. Et il faisoit bien a prisier, car a [303.8] chelui tans n’avoit el monde millour
      duel, che n’est mie [303.16] grant merveille, car je connois tout apertement que ceste [303.17] chose
   coume li preudon l’ot devisé le fist il, [304.2] car il enfoui en la chapiele le chevalier. Et quant
      .  [305.4] Li rois Artus li ala a l’encontre, car moult amoit [305.5] et lui et sa compaignie. Et
        , qui [305.10] de chaiens meustes ensamble, car il n’i a chelui, [305.11] Dieu merchi, qui ne soit
  me [306.15] pesast autant coume il fait de ceste, car il me samble qu’il [306.16] sont ambedui mort par
   li rois, [306.18] vous en faites trop a blasmer, car je croi vraiement que se [306.19] vous fuissiés
    estes si [306.28] mescheans en auchunes choses, car, se Dieu me consaut, [306.29] je ne sai en tout
  vous dites voir: cis consaus est boins et loiaus, car toute [306.39] jour le voit on avenir coume vous
  « Rois, oste cele couroune de [307.11] ton chief, car elle ne te siet pas bien. Et se tu ne l’ostes,
    [307.13] la pers, che ne sera grant mierveille, car par ta mauvaisté [307.14] et par ta negligense
  dites, si i [307.21] connois je partie de verité. Car de che que il me dist que [307.22] je seroie en
 2] je seroie en autrui subjection me dist il voir, car je m’en [307.23] sui nouvielement mis en la garde
   ore, fait Merlins, tu le savras [307.27] encore, car il ne te dist parole qui ne soit avenue ou qui
   , si nel vous [307.34] voel ore plus descouvrir, car vous le savrés bien tout a [307.35] tans. Et bien
        dire chose dont [307.41] je me courechasse, car je sai bien que vous ne me diriés [307.42] nulle
        que [307.53] Nostre Sires a oi sa proiiere, car tout che que elle dist [307.54] t’avenra, car tu
    , car tout che que elle dist [307.54] t’avenra, car tu morras par de faute d’aide ausi coume elle
      toutes les fois [308.4] qu’il m’en souvenoit, car onques ne poi entendre que [308.5] chou estoit
  – Che ne vous [308.7] dirai je mie, fait Merlins, car je ne vous descouverroie en [308.8] nulle maniere
  mort a [308.14] la voienté de chelui qui me fist, car se cil veult, je perirai, [308.15] et s’il li plaist
   ne soions mie si courechiet de la mort, [308.21] car par celle voie couvenra il passer, et viex et jovenes
    [309.12] cuic qu’il l’ait ja veut auchune fois, car il meismes le prousenta  [309.13] a ceste fois
   le norri, [309.16] mais de chelui qui l’engenra, car che savons nous bien de [309.17] voir qu’il ne
   [309.28] – Certes, fait elle, bien vous en croi, car dyables a bien [309.29] pooir de soi moustrer en
      mescounissoie la u je vous verroie,  [309.34] car li anemis se choile tout dis et respont au [30
    puis, fait il, riens dire [309.38] se bien non, car elle est preudefeme et si puet bien dire [309.
 8] mais sachiés que ja Diex ne vous en savra gret, car vous [309.49] ne le faites mie pour l’amour de
  ? – Nennil, fait elle, si [310.6] coume jou cuic, car je ne le vic onques fors une fois et si [310.7
    li rois, vous n’i avés de riens [310.31] menti, car il avint tout ensi comme vous le dites. » Lors
  a cele plaie qu’il a en la [310.37] joe senestre, car adont en estoit il garis et tout de nouviel. [
    , ore avés autant gaaignié [311.7] coume perdu, car vous avés gaaignié et recouvré l’un pour [311.
   [311.9] ne vous en dirai ore plus, fait Merlins, car vous le savrés [311.10] tout a tans, ne vous ne
   vous le devés bien [311.13] amer et chier tenir, car bien sachiés qu’il vous [311.14] retraira bien
   qu’il vous [311.14] retraira bien de chevalerie, car se il vit longement, en cest [311.15] ostel n’averoit
   [312.1] Lors commencha la goie entre les barons, car li [312.2] rois court a Tor et Tor a lui, si baise
      a [312.5] riche de chou que Tor est ses fiex, car il a tant de bien veut [312.6] en lui a cest commenchement
   [312.13] car bien sachiés qu’il vous oublieroit. Car tout ensi que [312.14] il est poissans de vous
        , pour chou ne l’oubliés vous pas, [312.13] car bien sachiés qu’il vous oublieroit. Car tout ensi
        court, je prenderai [313.9] congiet a vous, car je m’en irai en mon païs au plus tost [313.10]
  [314.5] court. – Sire, fait il, je le vous dirai, car je sai bien que [314.6] ceste chose sera celee
  ’il avoit autant gaaignié  [314.13] coume pierdu, car il avoit recouvré fil pour fille, che [314.14]
    , maint mal en porroient bien avenir,  [314.20] car vous estes jovenes hom et envoisiés, si ne savriés
 .51] «Tor, biaus fiex, ne va avant, mais vien cha, car j’ai [314.52] besoing de toi. » Tor l’orra bien
 « Maldite soit [314.74] l’eure que il fu engenrés, car en toutes manieres fera il [314.75] mal! Mais des

carmelide
   , fait il, Gennevre, la fille le roi Leodegan de Carmelide, [243.19] cil qui tient en son ostel la Table
  bailliés [244.17] compaignie, se l’irai querre en Carmelide.” Et li rois dist [244.18] qu’il li baillera

cascun
      . ” Lors fist les chevaliers [249.12] asseoir cascun en son lieu et fist metre par devant eus la

caup
   plaist et [266.32] je puis! » Et lors amainne un caup de haut et le fiert de [266.33] toute sa forche
   Gahariés ses freres, ki avoec lui estoit, vit le caup,  [266.39] si s’en esgoï moult et dist: «Biaus
    mort, si se lanche erramment devant le [269.26] caup et se laisse cheoir sour son ami. Et Gavains,
  Et Gavains, qui avoit [269.27] ja si avanchié son caup qu’il ne le puet mais retenir, ataint [269.28
   viers le [283.16] chevalier et li doune si grant caup en mi le pis qu’il le porte [283.17] del cheval
    par mi le hyaume a .II. puins si grant [284.19] caup que il li fait les iex estinceler en la teste
   teste, et li doune del poing de l’espee si grant caup qu’il [290.42] li enbat en la teste les mailles
    le chief dou [290.49] poing de l’espee si grant caup que il li fait la sanc raiier [290.50] tout contreval
  la court. Et quant li [297.42] autres voit chelui caup, il n’est pas asseur, a che qu’il se [297.43]

caupé
     ! » Quant Gavains voit qu’il a a la damoisiele caupé [270.9] le chief par tel mesqueance, il est trop

cauper
     de lui et li abat la ventaille por [269.5] lui cauper le chief. Et quant cil se voit en si grant aventure
 .» Et il hauce maintenant l’espee por [269.21] lui cauper le chief. Atant es vous une damoisiele qui
 ] tenoit son ami en tel maniere et qu’il li voloit cauper le [269.24] chief, elle pense que miex veult
      le hyaume [272.33] de la teste et li voloient cauper le chief, quant une damoisiele  [272.34] vint

caupera
 ’a mestier: toutes voies dira il [290.48] ou il li caupera le chief. Lors li doune par mi le chief dou
      il connistera le roi Pellinor, il li [314.59] caupera maintenant la teste, que ja n’en avra mierchi

caus
     durement ferus. Teuls fu li premiers  [266.36] caus que Gavains fist, li fius le roi Loth d’Orkanie
  l’autre l’espee traite et s’entredounent si grans caus [268.42] comme il pueent amener des bras, si se
    chevaliers n’estoit et trop dounoit plus pesans caus [268.47] et plus souvent. Si mainne tant le chevalier
    l’uns l’autre. [289.26] Si veissiés as premiers caus escus depechier et troer,  [289.27] et hiaumes
           des chars et entament aprés les [289.31] caus des espees, si que il en font le sanc saillir
   pierdu [290.10] del sanc, si ne pot mie si grans caus douner ne si souvent [290.11] comme il faisoit
     [290.38] et le fiert par mi le hyaume si grans caus de l’espee [290.39] qu’il le fait voler a la terre

caut
      occhise [270.5] por nient! Certes ore ne m’en caut il se je sui occhis fors [270.6] pour chou que

ce
     [251.3] estoit voirs. Et quant il aperchiurent ce, il disent: «A Nostre» [251.4] Signeur plaist ceste
  dist toutes voies : [254.12] " Rois, me donras tu ce por coi je sui cha venus ? – Certes  [254.13] oïl
   li saiete estoit envenimee, dont il souffri puis ce [272.23] di assés painne et dolours anchois qu’il
 .51] – Par foi, fait li vilains, biau sire, je vic ce chevalier et [295.52] cele damoisele que vous demandés
    a vous ? – Certes, sire, fait ele, [313.6] oïl. Ce ne quidaisse pas que vous le peussiés aussi bien
    coume il couverroit a [314.22] faire. – Certes, ce dist li rois, ja chose que vous me dites [314.2

cel
  braket pris, ou mort ou vis. » Et cil dist que de cel [260.29]commandement faire est il tout pres. Et
   [261.13]fais tant que je soie ostee des mains de cel chevalier! »  [262.1] Ensi s’en vait li chevaliers
      dist li [286.7] nains au chevalier: «Sire, en cel pavillon ou chis blans [286.8] escus pent trouverés
         que vous m’avés douné la [291.15] teste de cel chevalier que vous tenés desous vous. – Comment
 . «Oevre, fait elle, la porte, [292.18] si lai ens cel chevalier que j’amainne pour herbergier. » Et
     chevalier de lui. Et [303.9] cele, qui li voit cel duel mener et a cui il em poise trop, li [303.
  mierveille. Et [303.26] cel chevalier porterés en cel hermitage, ou il sera en terre [303.27] mis. »
  moustrer apertement ceste mierveille. Et [303.26] cel chevalier porterés en cel hermitage, ou il sera
  [309.9] que vous li fachiés counoistre le pere de cel chevalier. » Se [309.10] li moustre Tor. Et cele

cele
   , [243.13] jou en sai une qui moult me plaist et cele aim je. Et se je [243.14] n’ai cele, je n’avrai
   me plaist et cele aim je. Et se je [243.14] n’ai cele, je n’avrai ja feme. – En non Diu, fait Merlins
 44.11] l’amour de Lanscelot. Li rois n’entendi pas cele parole [244.12] que Merlins li dist adont, car
     [247.9] sejornoit a Londres. Il chevauchierent cele part. Et quant [247.10] il furent auques pres
         a boin euré de che [247.19] qu’il estoient cele part venu. Li appareus des noches fu [247.20]
 , car pour l’amour et pour la douchour de [248.12] cele table ou vous serés assis vous naistera es cuers
    toutes tes grans joies te souvenoit [248.48] de cele dolereuse jornee, tu en seroies plus humelians
      [255.20] savroie tenir parole de gringnour. A cele feste ot rois et [255.21] dus et contes tant que
       la parole est rois sacrés, et [255.57] avoec cele gentillece est il uns des boins chevaliers qui
      . Et la ou il voit la damoisiele, si se torne cele part [261.5]tout ensi montés coume il estoit et
      comme il puet traire del [261.10]destrier. Et cele, qui s’en voit porter en tel guise, crie toutes
    chevaliers qui la damoisiele [262.2]enporte, et cele vait toutes voies criant au roi Artus [262.3]qu
   a mon frere qu’il m’otriast que je peusse siurre cele [264.40]cache sans compaignie d’autrui. Et li
     [265.24] veistes le blanc cherf aler, car pour cele aventure faire me [265.25] sui je partis de court
      de court.» Et il li dient: «Sire, il s’en ala cele [265.26] part. » Et il li moustrent la voie. Et
        et d’angoisse. Ore [273.16] poés savoir que cele saiete dont je fui ferus estoit envenimee [27
    seul qui vous puisse d'armes outrer, et [281.10]cele bataille dont je vous parole ne sera mie a mon
        au nain et sa glaive, et s’en [286.14] vait cele part ou il cuida trouver chou que il vait querant
 , que autre vitaille ne trouvast il illuec entour. Cele [288.18] nuit menga li chevaliers pain et eve
  la, l’une eure [290.17] avant et l’autre arriere, cele part u il veult. Et quant il voit [290.18] que
      un [291.3] blanc petit palefroi, et acourroit cele part au plus [291.4] tost que elle pooit. Et quant
 , et li cors chiet a terre. Et la damoisiele keurt cele part [291.48] u elle voit la teste, si la prent
      li priierent que se aventure l’amenoit jamais cele [293.8] part qu’il ne laissast en nulle guise
 4]pour chou que li vilains ot a feme la damoisiele cele [294.35]semainne meismes que elle fu despucelee
   lors chiet arriere toute [295.45] envierse coume cele qui estoit a mort livree, si s’estent de [295
       , biau sire, je vic ce chevalier et [295.52] cele damoisele que vous demandés: il l’enportoit voirement
  que la bataille [295.60] voloit il bien, mais que cele fust mise en tel garde [295.61] que cil l’euust
 .64] qu’il set bien que cil li dist voir.  [298.1] Cele nuit gut li rois es pavillons en la [298.2] compaignie
       oirre et li dirai qu’il [301.18] laist ester cele fole emprise qu’il avoit commenchie, car il [
      el monde millour chevalier de lui. Et [303.9] cele, qui li voit cel duel mener et a cui il em poise
    , il moustra la teste de la damoisele,  [306.9] cele qui tant l’avoit apielé quant il trespassoit par
   court riche et miervilleuse,  [307.3] et avoit a cele court venut moult de chevalerie et de [307.4]
  [307.10] vient un fol qui vous dist: « Rois, oste cele couroune de [307.11] ton chief, car elle ne te
     n’aviegne. – Ore [308.19] laissons atant ester cele chose, che dist li rois Artus, mais [308.20] parlons
     [309.3] je vous ai dit. » Et il le commande et cele vient avant. Et [309.4] li rois le prent par la
    cel chevalier. » Se [309.10] li moustre Tor. Et cele respont: «Son pere puet il bien counoistre  [
  mon baron, ains l’engenra uns [309.57] chevaliers cele semainne que je fui espousee meismes, si [309
     ? [310.36] – Oïl, fait elle, je le reconnois a cele plaie qu’il a en la [310.37] joe senestre, car
      [312.17] bailla que une ame a garder: se vous cele li rendés,  [312.18] dont vous tenra il a preudomme
     en penserai bien, se [312.23] Dieu plaist.» Et cele s’en part de court, si fu convoiie de [312.24
  Borron escoutent que ceste [313.31] damoisiele fu cele qui puis fu apielee la Damoisiele dou [313.32
    puis fu apielee la Damoisiele dou [313.32] Lac, cele qui norrist grant tans en son ostel Lanscelot
     , je vous pri que vous me dites qui [314.4] fu cele damoisiele dont li rois Pellinor aporta la teste
    de moi viegne. – Ore sachiés, fait Merlins, que cele [314.9] damoisele estoit sa fille et venoit a
   plache aussi coume pour demi mort [314.45] aprés cele bataille, et gerra en pasmissons de nonne jusques
   . Au soir, quant il sera auques anuitié, revenra cele [314.57] part li fiex del roi occhis, ensi coume

celé
   li pechi de chascun  [309.45] fuissent repost et celé, si que il n’en issist ja de la [309.46] bouce

celee
     , car je sai bien que [314.6] ceste chose sera celee par vous. – Voirs est, che dist li rois. [31

celer
   et envoisiés, si ne savriés [314.21] pas si bien celer auchune chose coume il couverroit a [314.22]

celes
        [279.21]que elles enjoingnent comme roi. Et celes vont a conseil [279.22]pour ceste chose et revienent

celle
     et mon pere, le roi Uterpandragon. [243.21] Et celle Gennevre est orendroit la plus vaillans damoisiele
 64.26]– Et pour quel queste, fait Gavains, mut ore celle [264.27]grant guerre et ceste grant discorde
  de murs et de fossés. [267.13] Li chiers s’adrece celle part canques il onques puet et li [267.14] chien
      il. Si vient avant et tent sa main [275.7] et celle em prent la fianche. Et quant Gahariés vient
   parler. [281.38]del roi et de Merlin et de toute celle compaignie pour conter  [281.39]de Tor, le fil
      avoir un jour de repos ne de bien. »  [293.1] Celle nuit fu Tor servis de tous les biens [293.2]
  chis qui [295.22] n’a talent de demorer. Et quant celle le voit, elle li [295.23] crie: «Ha! frans chevaliers
   si quitement. Et cil mist [295.59] erraument jus celle qu’il portoit et dist que la bataille [295.6
       qui [297.12] moult le desirent a veoir coume celle qu’i ne virent grant [297.13] tans a passé.
    [298.17] garder, tresbuche dessus une roche. Et celle chiet a terre [298.18] si felenessement seur
     mie si courechiet de la mort, [308.21] car par celle voie couvenra il passer, et viex et jovenes.
    trop sage et de si [313.18] haut lingnage coume celle qui est fille de roi et de roine. [313.19] Se
      elle volentiers, si la prie tant que [313.25] celle li otroie que elle demourra avoec li une pieche
         coument ele ot non en baptesme [313.27] et celle li dist que elle a non Niviene et est fille d

celles
 243.22] et la plus biele et la plus loee de toutes celles que je sace [243.23] es isles de mer. Et pour

celui
 8] en chascun siege envoiiet le non tout escrit de celui qui i [250.19] doit seoir. Beneoite soit l’ore
        nulle fois si joians comme je fui [307.6] a celui jour. – Bien puet estre, che dist Merlins. Or

cent
    il li osera ne savra deviser, [244.19] si eslit cent des chevaliers de son ostel et escuiiers et [

cerkier
   en travail li chevalier [278.21]de ta court pour cerkier les aventures, et maint autre chevalier, 

certainnement
    partesistes de la court. » Et il le [279.5]jure certainnement. «Ore dites», fait Merlins. Et il commenche

certains
   sa mere, si que je les fache tous trois [294.47] certains de ceste chose. – Ore la mandés dont, che
  . Mais lors [308.12] sans faille en serés vous si certains coume je sui orendroit. [308.13] – Ore soit
    ensegnes que vous en porrés estre [310.13] tous certains. Vous la trouvastes dalés un buisson et avoit

certes
 .24] je ne l’ai, je n’avrai jamais feme. [244.1] – Certes, fait Merlins, de la biauté a la damoisiele
    mon roiaume faire [245.6] toute sa volenté, car certes je n’och onques si grant joie [245.7] de chose
    .L. qu’il [245.22] en i doit avoir par conte. – Certes, fait Merlins, c’est [245.23] voirs. Tant en
     , me donras tu ce por coi je sui cha venus ? – Certes  [254.13] oïl, dist li rois, pour coi je soie
   tes fiex ne s’en deust ja [254.24] entremetre. – Certes, fait li preudom, aussi me fait il, [254.25
         chose [254.48] que ti autre frere ne font. Certes tu ne me requiers chose [254.49] que je ne te
         , et il le deveroit estre par lignage, car certes [255.39] il est fiex de si haut homme coume
      , qui cuides que che soit  [255.42] tes fiex. Certes il ne l’est pas, et se il le fust, il n’entendist
   [257.8] rois que je sache orendroit el monde. Et certes, se tu ne [257.9] fesisses a prisier et a loer
 7.20] de ceste grant hounour que il vous fait, car certes il ne le [257.21] fesist mie se il ne li pleust
     voit [258.10] ceste chose, il dist a Merlin: « Certes, Merlin, voirement [258.11] seroit il faus qui
    [258.28]et la millours que je veisse piecha. Et certes je l’en avrai [258.29]ja moult tost occhis,
 7] et a recreant se vous seur che vous en aliés. – Certes, fait [266.18] Gavains, tu dis voir, ne je ne
     , si serés lors dou tout avilenis!  [266.25] – Certes, fait Gavains, tu dis bien et voir et tu m’as
   mon [268.22] chief, il sera amendés, se je puis. Certes, ore vous asseure [268.23] jou que pour pooir
  fait, qui ceste damoisiele avés [269.32] occhise! Certes ja chevaliers ne deust tel vilonnie faire [
   ceste damoisiele avés occhise [270.5] por nient! Certes ore ne m’en caut il se je sui occhis fors [
        , comment qu’il m’en doie avenir. [275.5] – Certes, fait elle, ja maus ne vous en avenra. – Dont
     il puet avoir. Et il dist qu’il en a .XVIII.. «Certes,  [275.16] fait elle, assés estes jovenes. Et
    [275.21] est vostre freres. – Dame, oïl voir. – Certes, fait elle, ore [275.22] connois je tant de
    quant il a tout [279.9]conté, Merlins respont: «Certes, Gavain, vous n'i avés de [279.10]riens menti
  est, car [282.24] je le vi n’a pas gramment, mais certes vous n’irois devant [282.25] che que nous sachons
 82.29] jouste, si verrés s’il vous en faurront. Et certes, se vous che [282.30] refusés, il ne me samble
     plus [285.15] demourer avoec ces .II. faillis. Certes, je n’averoie ja houneur  [285.16] d’aus servir
    hui mais venir aisiement a Camalaoth. [287.7] – Certes, sire, fait li nains, je ne sai pas u nous puissons
        il [289.15] puet: « Ha! mauvais chevaliers, certes mal tolistes as [289.16] damoisieles le braket
           [290.32] n’avroie jou jamais hounour! Et certes miex vaurroie jou [290.33] morir .C. fois, se
   a toute chevalerie, [291.8] doune moi un don. Et certes tu es li premiers chevaliers [291.9] que je
       et encore plus, s’il vous plaist. [292.9] Et certes il me sera moult bel de vostre venue, car [
  [294.19] cuidiés qu’il fust fius dou vakiet? – Ja certes, che dist li [294.20] rois, se il fust fius
     miex que il meismes ne se [294.26] connoist. – Certes, voirs est, che dist Merlins, car il ne [29
  . » Et li rois commenche a rire [294.38]et dist: «Certes, je croi bien que che soit voirs, mais ore
 298.6] et bel et dist: « Sire, montés sour cestui. Certes, se je millour  [298.7] eusse, millour le vous
 0] dist: «Ha! sire, que esche ore que vous faites? Certes, ore [303 .11] ne vic jou onques houme de si
       ! Ostés! Che ne [303.13] vous apartient pas! Certes, ja preudom n’en orra parler [303.14] qui a
    tiegne ! » Et il respont trop [303.15] dolans: «Certes, damoisele, se je fach duel, che n’est mie
   ma [305.7] queste. L’ai je bien menee a chief? – Certes, oïl, che dist [305.8] li rois, la Dieu merchi
  que che soit [306.17] avenu par defaute de moi. – Certes, che dist li rois, [306.18] vous en faites trop
     , savés vous qui la [306.24] damoisiele fu ? – Certes, che dist li rois, nennil, et se esce [306.
    quant il parole, il dist [306.27] tous pensis: «Certes, sire, c’est damages que vous estes si [306
     [306.31] loiauté coume il feroit en vous. Mais certes je ne di mie [306.32] que che soit par vos oevres
    reconforter seur ceste  [306.37] mesqueanche. – Certes, Merlin, che dist li rois Artus, [306.38] vous
      moi chou que je vous demanderai.  [306.42] Et certes, se vous m’en certifiiés, moult avrés mis [
   [307.18] fors chou qu’i li venoit a la bouche. – Certes, che dist li [307.19] rois, toutes ces paroles
   , il te menti se tu nel vois avenir. Et [307.30] certes, quant il avenra, che sera damages grans a tout
   ne me diriés [307.42] nulle chose por men mal. – Certes, chou est voirs, fait [307.43] Merlins, et je
     j’ai de toi! » Tout chou dist la damoisiele. – Certes, [307.51] voirs est, che dist li rois. – Ore
     [307.65] coi tu morras plus tost. »  [308.1] – Certes, Merlin, che dist li rois, ceste parole [30
    , de tant me counisterés vous mains. [309.28] – Certes, fait elle, bien vous en croi, car dyables a
   . » Et lors dist la [309.54] dame au roi: «Sire, certes je ne vous en mentirai pas, ains [309.55] le
     vous sachiés li quels est [310.3] peres Tor. – Certes, sire, fait elle, non sai jou. » Et lors [3
  avint. Ore savés vous bien se [310.30] di voir. – Certes, che dist li rois, vous n’i avés de riens [
      pas fiex de vilain, mais fiex de [311.3] roi. Certes, se vous fuissiés d’estrassion de vilain, ja
        garde et en la saisine de [312.20] l’anemi, certes miex vous venroit que vous fuissiés laboreres
     soumes  [313.5] nous bien acquitiet a vous ? – Certes, sire, fait ele, [313.6] oïl. Ce ne quidaisse
      chose coume il couverroit a [314.22] faire. – Certes, ce dist li rois, ja chose que vous me dites
      tout ensi coume [314.61] je vous ai devisé. – Certes, che dist li rois, che sera damages.  [314.
    est [314.81] avoec eus ? dist li rois. – Nennil certes, che dist Merlins, [314.82] ains est moult loing

certifiiés
      demanderai.  [306.42] Et certes, se vous m’en certifiiés, moult avrés mis [306.43] men cuer plus

ces
 6] "Il couvient que vous poursingniés et benissiés ces sieges [249.7] ou cil preudoume serront, et il
  chis d’en mi lieu et li [250.13] darrainniers: en ces deus n’avoit encore nului assis. Et [250.14] quant
   : «Ha! Merlins, c’est pechiés quant vous [260.31]ces .II. enfans metés si tost en aventure de morir
        serjant  [276.22]avoec nous, car j'enmenrai ces .II. et li autre les siurront  [276.23]volentiers
       la couroune, aussi le te taurra elle. Toutes ces paroles [278.16]que t'ai dites ne set nus hom morteus
    chou que [278.28]il ne porroit pas estre que en ces aventures siurre ne [278.29]se mesissent auchun
 [282.20] vous ne jousterés a nul des chevaliers de ces pavillons? –  [282.21] Ha! nain, che dist Tor,
      savés ferir de lanche. [282.26] Et veés la en ces .II. pavillons .II. nouviaus chevaliers qui [2
   chou que je ne voel plus [285.15] demourer avoec ces .II. faillis. Certes, je n’averoie ja houneur
      qu’il est sires de tous [286.10] cheus qui en ces pavillons repairent. » Et cil dist qu’il ne [2
 01.56] damoisiele: «Damoisiele, avés vous entendut ces messagiers ?  [301.57] – Oïl bien, fait elle. Sachiés
      . – Certes, che dist li [307.19] rois, toutes ces paroles que vous avés racontees me dist il [30

cest
    que li rois Uterpandragons [245.13] trepassa de cest siecle. Et jou en eusse ja mis .L. que jou [2
 , que [246.17] je nel porroie mie parfaire en tout cest païs. – Sire, font [246.18] cil, qui est chis
 ] puis que vous dou tout vous en metés sour moi de cest [247.33] affaire, je l’achieverai en tel maniere
    tout parfaite ne assoumee [248.17] devant que a cest lieu se venra asseoir li boins chevaliers, [2
   [248.39] jour veoir que che sera acompli, car en cest païs avra [248.40] adont joie si grant que devant
     que ceste oevre fu commenchie, [250.20] car de cest signe ne puet venir se tres grant bien [250.2
 ? Vous m’avés douné que vous ferés hui en [254.18] cest jour mon fil chevalier que vous veés ichi et li
 54.21] mais je te pri que tu me dies qui t’a douné cest conseil, [254.22] car il me samble que tu ne deusses
   chevaliers qui piecha  [255.58] portast armes en cest païs. – Qui que il soit, fait li [255.59] nouviaus
   liet et  [257.27] joiant et bien saichiés que en cest jour d’ui sera vostre [257.28] table toute enterine
    dessus, [258.46]je ne lairoie pour tout l’or de cest siecle que je ne li trenchaisse  [258.47]le chief
   [258.50]creantés que vous n’irés pas sans moi en cest affaire, si que [258.51]je peusse la bataille
    je ne sai quel part il est tornés. [259.65]Tout cest damage, rois Artus, m’est avenus par vostre [
 ’i [260.9]vaurroit riens. Car des ore mais avra en cest ostel tel coustume  [260.10]que pour aventure
   je vous dis que chaiens [262.6]avenroient hui en cest jour? » Et il dient: «Merlin, qu’en [262.7]dirons
      hounour. » Et il le mierchie [262.13]moult de cest don et dist que il se metera a la voie au plus
     elles vous encarcheront pour [276.11]amende de cest mesfait, je vous coumanch seur vostre foi [27
   [283.20] au frain et dist au nain: «Tien, nains, cest cheval: c’est li [283.21] commencemens de chevalerie
  dou vakier, ne l’euust il si bien fait a [294.21] cest commenchement, car fius de vakier et de vilain
   il monta tantost [298.8] et le mierchie moult de cest don, et puis fait la damoisiele [298.9] monter
   mon signeur que [301.31] il donra au roi a boire cest venin si tost coume je li avrai [301.32] porté
   desloiaus  [301.67] chevaliers venra adont faire cest cop se il en voit son [301.68] point. » Et li
     quant elle m’apiela et je li euusse secourut a cest [302.10] besoing, elle ne fust pas devouree de
  d’eus [303.28] en une haute roche. Et il dist que cest conseil est li mieudres  [303.29] que il voie
          et as vassaus corous et [306.35] anuis en cest monde qu’il ne fait as mauvais. Et chou est [
 .  [310.35] – Et reconnissiés vous encore de riens cest houme? [310.36] – Oïl, fait elle, je le reconnois
    bien de chevalerie, car se il vit longement, en cest [311.15] ostel n’averoit gaires millour chevalier
  fiex, car il a tant de bien veut [312.6] en lui a cest commenchement qu’il set bien qu’il ne faurra
      que je [314.63] n’en parlaisse n’a cestui n’a cest autre. – Vous nel porriés [314.64] destorner,

ceste
   païs. [245.1] Li rois Leodegans fu moult liés de ceste nouviele, [245.2] si respondi erraument a Merlin
  joie [245.7] de chose que je veisse que jou ai de ceste nouviele. Ma [245.8] terre li donroie jou, se
  , [245.19] que vous ne troverés en vostre pais. ” Ceste parole me dist [245.20] li preudom et pour chou
   plus humelians [248.49] vers ton Creatour qui en ceste hauteche te mist ou [248.50] tu ies et plus t
 3] houmage au roi Artus qui est vostre compains de ceste [250.4] table. Et quant vous li avrés fait hommage
     i [250.19] doit seoir. Beneoite soit l’ore que ceste oevre fu commenchie, [250.20] car de cest signe
 250.21] non!”  [251.1] Quant cil del palais oïrent ceste nouviele, [251.2] il coururent cha et la par
   ce, il disent: «A Nostre» [251.4] Signeur plaist ceste compaignie et grans biens en [251.5] avenra.
      [251.7] comme li vaurront estre a un acort! ” Ceste chose tinrent [251.8] a grant merveille tout
 [251.16] commenchement de la table.  [252.1] Quant ceste chose fu ensi faite, Gavains, qui [252.2] estoit
    d’avoir chou que on te demande. Et [254.7] pour ceste nouviele que on m’en a dite sui je venus a toi
   baast il pas a si grant chose comme est [254.27] ceste, ains fust hom labourans coume sont si frere
        fors a estre chevaliers. ” Li rois dist que ceste [254.31] chose tient il a grant merveille. Et
       [254.41] tout a rire li baron dou palais qui ceste parole entendirent. [254.42] Et li rois, qui
 ] Et li rois, qui moult estoit sages, ne tient mie ceste chose [254.43] a gas, si dist au varlet: " Biaus
   donne la [255.32] colee. Et sachent tout cil qui ceste ystoire escoutent que [255.33] li premiers hom
  , [255.60] que vous vous en tenissiés de parler a ceste fois. – Et je [255.61] si ferai”, fait Merlins
  ! Sire, rechevés le et mierchiiés le  [257.20] de ceste grant hounour que il vous fait, car certes il
  ’assiet [257.24] dalés soi et le merchie moult de ceste chose. Et lors parole [257.25] Merlins si haut
     ou siege. Et quant li rois Artus voit [258.10] ceste chose, il dist a Merlin: « Certes, Merlin, voirement
    il faus qui sour vous se vaurroit entremetre de ceste [258.12] chose, car nus ne le peust faire si
  en che lieu comme chis en [258.15] estoit. » Et a ceste parole s’acordent tout cil del palais fors [
   il, tant a attendre [258.39]qu’il soit partis de ceste court. Et quant il s’en partira, jou [258.40
  li creante [258.52]coume freres, et lors laissent ceste parole atant.  [259.1] Moult fu grans la joie
   soi vendra bien a chief de la soie. » [259.18]De ceste parole s’esmiervillierent moult tuit cil de la
   je pri que li rois qui chi est en [260.15]tiegne ceste coustume tant coume il vivra. » Et li rois li
        ne [260.21]vous faille quant vous verrés en ceste court, se il ne muerent  [260.22]en la cache
  Dieu. »  [261.1] En che qu’il parloient laiens de ceste chose, es [261.2]vous un chevalier armé de toutes
     Gavains, mut ore celle [264.27]grant guerre et ceste grant discorde entre vous deus ? –  [264.28]Che
        fors les chiens. [264.36]Quant nous veismes ceste chose, nous desimes entre nous [264.37]que chou
    que de cachier. »  [265.1] Quant Gavains entent ceste parole, il dist: «Par [265.2] foi, signeur chevalier
           ne le poés vous onques savoir a [265.23] ceste fois. Mais, pour Dieu, itant me dites quel part
         qui [265.35] li crie: «Dans chevaliers, en ceste yaue ne vous metés ja [265.36] se vous ne volés
 , qui [268.29] qu’en poist. Et en che qu’il disoit ceste parole, il regarde [268.30] par laiens et trueve
  frere, que [269.31] esche que vous avés fait, qui ceste damoisiele avés [269.32] occhise! Certes ja chevaliers
  avés vous bien [270.4] moustré vostre nicheté, ki ceste damoisiele avés occhise [270.5] por nient! Certes
  qu’il vous plaist, mais [271.9] moult me poise de ceste damoisiele que vous avés occhise [271.10] par
 ] plus. «Mais moult m’esmierveille, fait il, qu’en ceste fortereche,  [271.12] qui tant est biele et riche
 271.24] besoins est venus. » Et si tost coume il a ceste parole dite,  [271.25] il voient entrer par mi
    elle, il couvient  [275.37] que vous le cors de ceste damoisiele que vous avés [275.38] occhise portés
   bien sa queste achievee. Et saichiés que [277.15]ceste aventure poés vous bien tenir a une des aventures
     de plus [277.17]crueus et de plus felonnes que ceste n'est. » Lors dist au [277.18]roi: «Sire, faites
      cha Gavain [277.20]et pour coi il aporte ensi ceste damoisiele, car sans [277.21]raison n'est che
      bien [278.40]ensegniet, et je vous creanc que ceste coustume sera tenue [278.41]en mon ostel tant
    comme roi. Et celes vont a conseil [279.22]pour ceste chose et revienent erraument, non mie que elles
   mie a mon tans. [281.11]Et neporquant se vous en ceste parole vous fiés del tout [281.12]en tel maniere
    . » Et il s'agenoille [281.23]erraument et jure ceste chose a tenir tout son vivant. «Sire [281.24
   queste se doie metre. »  [283.1] Quant il entent ceste parole, si respont, car il ne [283.2] l’ose refuser
  commenciet. » Et si [283.22] tost coume il ot dit ceste parole, il voit issir de l’autre [283.23] pavillon
        , et je te creanc que je te vaurrai plus en ceste [285.12] voie et plus te servirai que ne feroit
            en son chemin, moult joians de [285.21] ceste boine aventure que Diex li a douné au commenchement
 [285.25] a non Abelin, uns des boins chevaliers de ceste terre, mais [285.26] tant i a qu’il est uns des
   estoit et attent, car il vaurra veoir [289.6] ki ceste friente fait. Et maintenant voit venir un chevalier
    tu te veus, fait Tor, [290.26] tenir a outré de ceste bataille et fianchier prison la ou je [290.2
  t’envoierai sauve ta vie, je te clamerai quite de ceste [290.28] bataille et t’en porras aler atant,
        . » Et quant li chevaliers  [291.21] entent ceste parole, il crie a Tor: «Ha! frans chevaliers
   chevalier, et dist que encore sera [291.50] bien ceste bontés guerredounee se elle vient en liu que
 , il vous est trop [292.6] bien avenu. Chi pres en ceste forest, a .II. archies pres, a [292.7] un mien
      que vous fustes onques chevaliers et que vous ceste [292.24] part venistes! Car vous nous avés mis
  toutes les choses qui avenues  [294.8] li sont en ceste queste, qu’il  nel laira ne pour honte [294.9
   que je les fache tous trois [294.47] certains de ceste chose. – Ore la mandés dont, che dist [294.4
         secours que j’ai de toi! » Et quant elle a ceste [295.34] parole dite, elle chiet arriere pasmee
    grant angoisse que elle sent. Et li rois, qui a ceste chose [295.47] ne pense mie ne ne prent garde
    poi de chevauchier. »  [296.1] Quant cil entent ceste nouviele, il en est moult [296.2] liés, si s
  biau sire, tel vilounie ne ferés vous ja que vous ceste [296.20] damoisiele qui est en nostre garde nous
       eus. Et il lour [297.5] dist: «Biau signeur, ceste damoisiele fu prise a tort en la [297.6] court
 4] nous li uns de nous l’autre quite et laisserons ceste bataille. [297.25] et nous combaterons a vous
   ai par [297.45] ma folie mespris enviers vous de ceste bataille, car je sai [297.46] bien que vous n
    ne cuideroie [297.49] pas gramment gaaignier en ceste mellee, mais je vous pri [297.50] que vous la
 5] ferai je», fait elle. Et si tost coume il orent ceste parole [301.6] dite, il voient deus chevaliers
 , en l’ostel le roi Artus. [301.24] Et je cuic que ceste guerre sera finee anchois que je reviegne  [
 ] ceste aventure biele et moult me plaist que j’ai ceste chose [301.62] oïe en tel maniere, car, se Dieu
  – Si m’aït Diex, fait li rois, moult est [301.61] ceste aventure biele et moult me plaist que j’ai ceste
    n’a, fait elle, [301.74] li rois Artus garde de ceste traïson, car Merlins set [301.75] canques on
  li os: tant en i avoit de remanant. Quant il voit ceste [302.7] chose, il en est trop courechiés, si
   , il en est trop courechiés, si dist: «Ha! Diex, ceste [302.8] damoisele est morte par defaute de m
      merveille, car je connois tout apertement que ceste [303.17] chose est avenue par mon pechiet. –
       [303.25] a la court pour moustrer apertement ceste mierveille. Et [303.26] cel chevalier porterés
   conseil est li mieudres  [303.29] que il voie en ceste chose. Si baille la teste de la [303.30] damoisele
  li rois s’em parti et moult [304.4] le merchia de ceste chose. Et maintenant se remist en chemin  [3
         tout chou [306.4] qu’il li estoit avenu en ceste queste. Et il dist que si feroit [306.5] il sans
      il me [306.15] pesast autant coume il fait de ceste, car il me samble qu’il [306.16] sont ambedui
 6.36] la chose qui plus vous doit reconforter seur ceste  [306.37] mesqueanche. – Certes, Merlin, che
           que vous ne l’entenderés  [306.46] pas a ceste fois, et neporquant en brief terme l’entenderés
    m’escoutés. Vous me volés demander qui [306.48] ceste damoisele fu dont vous avés aportee la teste
   . »  [308.1] – Certes, Merlin, che dist li rois, ceste parole [308.2] me fu voirement dite a chelui
      fois, car il meismes le prousenta  [309.13] a ceste fois au roi Artu mon signour qui chi est pour
     et dient a Merlin: «Que [309.37] dites vous de ceste dame? – Je n’en puis, fait il, riens dire [3
 » Et lors dient li baron: [309.51] «Ne vous samble ceste dame moult sage? – Se ele ne [309.52] fust, fait
 310.9] « Veschi le chevalier. » Et elle a honte de ceste parole, si [310.10] commenche a rougir et li
    [312.15] vous abaissier et de metre a nient: en ceste chose vous [312.16] devés vous regarder et prendre
 [313.30] monsigneur Robert de Borron escoutent que ceste [313.31] damoisiele fu cele qui puis fu apielee
      ystoire de Lanscelot le devise. [313.34] Mais ceste ystoire del Saint Graal n’en parole par gramment
  il, je le vous dirai, car je sai bien que [314.6] ceste chose sera celee par vous. – Voirs est, che dist
      meus de son païs pour li conduire en [314.12] ceste court. Et pour chou li di jou qu’il avoit autant

cesti
     , que chis chevaliers viegne qui [248.37] doit cesti siege acomplir. – Voirs est, che dist Merlins

cestui
   chierf et [268.28] li cope le chief, et dist que cestui enportera il a court, qui [268.29] qu’en poist
   boin [298.6] et bel et dist: « Sire, montés sour cestui. Certes, se je millour  [298.7] eusse, millour
     , sauf chou que je [314.63] n’en parlaisse n’a cestui n’a cest autre. – Vous nel porriés [314.64]

cha
       lour sieges vuidiés, Merlins [250.9] regarde cha et la et trueve en chascun siege le non de chelui
        oïrent ceste nouviele, [251.2] il coururent cha et la par les sieges pour veoir se chou [251.3
  : [254.12] " Rois, me donras tu ce por coi je sui cha venus ? – Certes  [254.13] oïl, dist li rois, pour
      lui et li dist : " Rois [257.6] Artus, je sui cha venus pour veoir ta feste, ta joie et ta [257.
 19]et toutes les damoisieles, si orront qui envoia cha Gavain [277.20]et pour coi il aporte ensi ceste
       ouvré de .II. choses. Et [279.12]la dame qui cha vous envoia n'estoit pas fole, mais sage [279.
    court le roi Artus sevent [282.28] jouster sont cha venu. Ore tournés viers eus pour une [282.29] jouste
       .  [286.42] Se auchun chevalier em poise qui cha l’a aporté, si [286.43] viegne apriés moi pour
   ’il [290.16] puet et qu’il set. Et Tor le mainne cha et la, l’une eure [290.17] avant et l’autre arriere
          .  [295.53] Mais il li avint en une valee cha devant, ensi coume [295.54] il trespassoit par
 6] vous i remenrai a droit, car pour chou m’envoia cha li rois [296.17] Artus, en cui ostel vous fustes
 297.6] court nostre signeur le roi Artus et je sui cha venus aprés, [297.7] si l’enmenrai a droit la ou
    compaignie [297.17] et tant ai fait que dusques cha l’en ai amené. Et pour chou [297.18] la deveroie
    , car je sai [297.46] bien que vous n’estes mie cha venus pour la honte ma cousine,  [297.47] mais
  [314.51] «Tor, biaus fiex, ne va avant, mais vien cha, car j’ai [314.52] besoing de toi. » Tor l’orra

chaï
     a Arés. ” Si le dist a tel eure que puis ne li chaï chis [255.31] nons. Et lors prent l’espee que
    chevaliers que il ne pot en avant, [269.2] ains chaï a terre tous adens. Et Gavains li saut sour [
 6]li Chevaliers as Damoisieles, ne chil nons ne li chaï tant [280.17]coume il pot armes porter.  [281

chai
     plus d’une lanche,  [282.15] et a poi qu’il ne chai a terre. Et li chevaliers s’esmerveille  [282

chaiens
   [254.52] emploiié, car il n’i avra hui chevalier chaiens fait devant [254.53] que tu le soies. ” Et
  ne le lais ore mie a emplir pour chou qu’il n’ait chaiens [256.16] assés de boins chevaliers, mais pour
 ] comme vous. Et ja Diex ne m’aït s’il a ore homme chaiens [258.14] si bien digne de seoir en che lieu
  poons [258.19] avoir grant duel, quant nous veons chaiens estre a si grant [258.20] hounour et a si grant
 259.9]que mengié, Merlins dist: «Signeur baron qui chaiens [259.10]estes, ore ne vous mouvés pour chose
  , et je [259.11]vous di que vous verrés ja avenir chaiens .III. des mervilleuses  [259.12]aventures que
       . Et pour chou qu’il [259.13]n’en avra nulle chaiens achievee doins jou le don a .III. [259.14]chevaliers
   don a .III. [259.14]chevaliers des chevaliers de chaiens qui les achieveront. Si [259.15]avera Gavains
  avez dit, et je vous di que [260.3]ja ne perderés chaiens chose qui bien ne vous soit rendue. [260.4
  la damoisiele, auchuns des chevaliers  [260.5] de chaiens qui aillent aprés le braket et apriés le [
  tant que vous l’aiiés pris, si en [260.20]aportés chaiens la teste. Et gardés que nus des brakés ne
      pramis de .III. aventures que je vous dis que chaiens [262.6]avenroient hui en cest jour? » Et il
      aiiés n’enporterés vous le [268.24] chierf de chaiens, ains i remanra et vous avoec, et tout vostre
   [271.3] ferons nous? Il est tart: remanrons nous chaiens ou nous [271.4] en irons aillours? – Nous demourrons
       il ajornera, nous nous partirons  [271.6] de chaiens et en irons a court, car il me samble que
  [271.14] fait Gahariés, en auchun des destrois de chaiens, car sans [271.15] grant gent ne fu onques
  euustes mauvais  [273.21] conseil qui demourastes chaiens apriés chou que vous [273.22] euustes vostre
        au tans le roi aventureus. Et aiiés [281.34]chaiens .L. clers qui ne fachent autre mestier fors
    esmaiiés, fait Merlins, vous le verrés [294.17] chaiens ains que la nuis viegne. Mais ore me dites
    coume a vous .III. compaignons, qui [305.10] de chaiens meustes ensamble, car il n’i a chelui, [30
       , che dist li rois, ains sejornerés [313.11] chaiens, s’il vous plaist, et serés avoec les dames
       ou plus comme la plus haute [313.14] dame de chaiens. Et vous le devés bien estre, se Diex me [

chaignoit
    oiie et il s’en devoit venir, adont [255.11] li chaignoit cil l’espee qui chevalier le devoit faire

chaindrés
    jour mon fil chevalier que vous veés ichi et li chaindrés [254.19] l’espee au costé anchois que a Gavain

chainst
    il ot au vallet dounee la colee, il li [255.35] chainst l’espee au costé et dist: " Nostre Sires te
   de Gavain son neveu chevalier, [256.2] car il li chainst l’espee au costé et a tous les autres compaignons

chaitif
    vaurroit bien estre mors, et se [303.3] claimme chaitif et dolant, li plus malleureus de tous [303

chaitis
      dist au [255.41] vilain: " Vilains, moult ies chaitis, qui cuides que che soit  [255.42] tes fiex
  Diex te doinst malaventure! – Fui! fait li nains, chaitis [282.19] chevaliers, faillis et recreans, vous

chaitive
    mi le pis, elle se [295.39] claimme maleuree et chaitive, la plus dolante d’autres [295.40] damoisieles

chambre
  il onques puet. Et lors [268.32] voit issir d’une chambre le chevalier a cui il avoit premiers [268.
 1] quant li jours fu venus, que on pot veoir en la chambre [273.12] ou il estoit, si regarda son brach
   fors [275.12] escuiiers. » Lors fait l’uis de la chambre ouvrir, et cil issent [275.13] fors et vienent

chambres
   Pellinor, et descendi, et [257.3] ala en une des chambres de laiens, puis revint el palais [257.4] viestus
   mi la sale en tel [268.2] maniere issi d’une des chambres de laiens un chevalier [268.3] tout armé,
   ne fust uns archiers qui issi d’une des [272.15] chambres de laiens et vint a la mellee son arch entesé
   , et puis le metent en prison en [273.5] une des chambres desous terre, qui estoit dalés le gardin,
 76.5]portés et manderés toutes les damoisieles des chambres la [276.6]roine. Et quant elles seront venues
  rois le prent par la main et le mainne en une des chambres  [309.5] et fait venir avoec lui Merlin et

chanta
    [288.22] Nostre Signeur tel comme il preudom le chanta. Quant il [288.23] ot oïe messe, il prist ses

chanté
 , qui encore n’avoit mie [303.33] tout son service chanté. Li chevaliers descent a l’uis d’une [303.3

chantee
    en tout le monde. Et quant la messe fu [255.26] chantee et il furent issu del moustier et venu ou palais

chantera
   li doit faire. Li preudom dist [303.38] qu’il li chantera messe et puis le metera en terre [303.39]

chapiele
   chevaliers descent a l’uis d’une [303.34] petite chapiele qui laiens estoit et porte dedens le chevalier
      et puis le metera en terre [303.39] dedens sa chapiele meismes et il ne li puet faire gringnour
 ’ot devisé le fist il, [304.2] car il enfoui en la chapiele le chevalier. Et quant il li ot fait [304

char
      tout et g’eusse chascun [246.8] engenré de ma char et voel que vostre hounours croisse et [246.9
      [307.14] et par ta negligense en lairas tu ta char devourer a lions [307.15] chelui an mesmes que
  qui chi est. Mais que j’aie laissiet  [307.25] ma char devourer a lions ne sai ge nient que che soit
   Pellinor, tout aussi [307.64] coume faudras a ta char te faurra ta chars, et che sera pour [307.65]
    fu a dire «aussi comme [314.17] tu faurras a ta char te faurra ta chars, et che sera la chose [314
   : «La parole si fu: «Aussi comme tu faudras a ta char [314.38] te faurra ta chars. » A sa char a il
      a ta char [314.38] te faurra ta chars. » A sa char a il ja failli et sa chars li [314.39] faurra

chars
  ’autre si [289.30] de pres qu’il se malmetent des chars et entament aprés les [289.31] caus des espees
      [307.64] coume faudras a ta char te faurra ta chars, et che sera pour [307.65] coi tu morras plus
   comme [314.17] tu faurras a ta char te faurra ta chars, et che sera la chose [314.18] pour coi tu morras
   comme tu faudras a ta char [314.38] te faurra ta chars. » A sa char a il ja failli et sa chars li [
  faurra ta chars. » A sa char a il ja failli et sa chars li [314.39] faurra. Si sera un jour, ains eure

charue
  je sui uns  [254.34] laborans de terre et main ma charue, et en labourant et en [254.35] cultivant ma

chascun
    : " Merlin, que ferai jou ? Mi baron me voelent chascun [243.4] jour blasmer et vont blasmant et honnissent
      autant que se vous i fuissiés tout et g’eusse chascun [246.8] engenré de ma char et voel que vostre
      , fait li rois, vous connissiés [247.29] miex chascun que je ne fais, et les boins chevaliers et
   , Merlins [250.9] regarde cha et la et trueve en chascun siege le non de chelui [250.10] qui assis i
     nous les avons ordenés, car il i a [250.18] en chascun siege envoiiet le non tout escrit de celui
           les [278.31]bons des mauvais et hounerer chascun selonc chou qu'il [278.32]est, pour chou te
 78.37]pour chou porra on connoistre le proueche de chascun, [278.38]car je sai bien qu'il ne se parjurront
 2.6] diestre en un pré deus pavillons tendus, et a chascun des [282.7] pavillons droit a l’entree avoit
 , et estoient li pavillon [286.4] biel et riche. A chascun des pavillons pendoit uns escus et [286.5]
      dyables vaurroient tous jours que li pechi de chascun  [309.45] fuissent repost et celé, si que il

chascuns
  qu’il ne fist [247.4] pour sa fille, si les baisa chascuns par soi et sa fille apriés. [247.4] Et s’il
   chis autres. ” Et ensi estoit  [250.12] singniés chascuns sieges, ne mais chis d’en mi lieu et li [
  Pellinor avra la tierche. Et saichiés [259.17]que chascuns endroit soi vendra bien a chief de la soie
         moult miex que vous ne faites. Saiciés que chascuns  [260.34] venra bien a chief de s’aventure
     vos jours, car che [281.14]n'est mie doute que chascuns ne puist bien sa mort haster, [281.15]se il

chastiel
              [264.5]par deviers la forest viers un chastiel que on apieloit [264.6]Anbe. Et quant il se
       [264.29]orendroit entre moi et lui d’un mien chastiel qui est pres [264.30]de chi et aliens a Camalaoth
       de [310.16] confession, a .III. archies d’un chastiel que on apieloit [310.17] Amint. Et quant vous

chaume
 7] maisons assés petite et assés povre couverte de chaume. Li [288.8] nains, qui autre fois i avoit esté

chaus
  [266.52] estoient lonc coume en esté et li solaus chaus et ardans [266.53] comme le jour de la Magdalainne

chaut
     trop ai esté a [299.9] malaise. – De che ne me chaut, fait il, car se nous ne [299.10] mouvons devant

che
   , mais vous me baillerés compaignie. –  [243.18] Che est, fait il, Gennevre, la fille le roi Leodegan
 ] que vous la cuiderés del tout avoir perdue. ” Et che dist il [244.9] por Gaalehot, qui devint ses hom
 [244.10] la ou il l’avoit toute gaaingnie, et tout che fist il pour [244.11] l’amour de Lanscelot. Li
      mierchi, il en a assés d’autre. [245.10] Mais che que je miex aimme li envoierai jou, chou est ma
 [246.4] est entour moi descreue de .L. chevaliers, che me poise ne [246.5] je n’en sui mie de si grant
  vous tant loés et qui est si poissans? [246.19] – Che est, fait il, li rois Artus.” Et il tendent tuit
       Merlins, lui et sa compaignie. [247.2] Quant che vint au departir, li rois ploura moult [247.3]
  ne desirroit [247.15] riens del siecle autant com che qu’il les eust en sa compaignie. [247.16] Lors
  et si grant feste k’il se tenoient a boin euré de che [247.19] qu’il estoient cele part venu. Li appareus
         sera la feste doublee de vos nueches et de che que [247.37] la haute table sera enterine. ” [
       . Cil s’i [248.31] asserra et reposera, mais che ne sera mie lonc tans. – Et [248.32] coument avra
   [248.32] coument avra il non ? dist li rois. – – Che ne vous descouverrai [248.33] je pas, car vous
    encore .II. ans d’aage. – Dont ne sera [248.36] che a piece, che dist li rois, que chis chevaliers
 . ans d’aage. – Dont ne sera [248.36] che a piece, che dist li rois, que chis chevaliers viegne qui [
   [248.37] doit cesti siege acomplir. – Voirs est, che dist Merlins. Je [248.38] endroit de moi me tenisse
   euré se je peusse chelui [248.39] jour veoir que che sera acompli, car en cest païs avra [248.40] adont
 ] joie me ramentevés mon grant duel! – Je le fais, che dist [248.47] Merlins, pour chou que se en toutes
  estre et doivent.  [250.1] Quant li clergié orent che fait, Merlins fist drechier [250.2] les chevaliers
   tout son eage. ” Et il respondent [250.6] que de che faire sont il tout prest. Si se drechierent [2
  viers le roi por lui faire houmage. [250.8] Et en che qu’il avoient lour sieges vuidiés, Merlins [25
      merveille tout li sage houme et disent que se che [251.9] ne fust chose qui a Nostre Signeur pleust
   doingniés  [252.4] un don. ” Et il li otroie, se che est chose que il puisse [252.5] avoir. " Sire,
        le vaillant Geneuvre. ” Et li rois dist que che li [252.9] plaisoit bien puis que il le veult.
   feste ot rois et [255.21] dus et contes tant que che ne fu se merveille non. Et fu [255.22] chelui jour
  premiers hom qui donna colee a chevalier nouviel, che [255.34] fu li rois Artus. Quant il ot au vallet
     : " Vilains, moult ies chaitis, qui cuides que che soit  [255.42] tes fiex. Certes il ne l’est pas
 55.55] elle ne puet pas avoir moult grant honte en che que je li [255.56] met sus, car cil dont je tieng
       , encore n’avés vous mie [256.12] tout fait, che me samble, que chis daerrains liex est viex [2
     faire hounour. Et ses tu de [257.15] quoi ? De che que je te ferai hommage et devenrai orendroit
   homme chaiens [258.14] si bien digne de seoir en che lieu comme chis en [258.15] estoit. » Et a ceste
           , [259.7]aussi haus et aussi espés comme che fust une forés. Et en [259.8]che que li rois se
       espés comme che fust une forés. Et en [259.8]che que li rois se seoit au disner et il avoient par
           moult tuit cil de la sale. [259.19]Et en che qu’il parloient entr’eus, il voient venir parmi
  ou [259.32]elle seoit, si grant noise faisant que che n’estoit se mierveilles  [259.33]non. Quant li
       le [260.6]chierf, car il n’ont que demourer, che m’est avis, s’i les [260.7]voelent ataindre !
 ’i les [260.7]voelent ataindre ! – Ha! damoisiele, che dist Merlins, ore [260.8]ne hastés les chevaliers
      de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [261.1] En che qu’il parloient laiens de ceste chose, es [261
     k’il avoient moult  [264.11]pierdu de sanc. Et che n’estoit pas grant merveille, car il [264.12]n
        , et parole li uns d’eus et dist: «Par foi, che [264.19]vous dirons nous bien. Il est voirs que
  ceste grant discorde entre vous deus ? –  [264.28]Che vous dirai jou bien, fait li chevaliers. Nous venions
     la feste del roi et [264.31]de la roine. Et en che que nous trespassiens d’un chemin [264.32]a autre
  que je m’en desfenderoie, et il dist [264.48] que che li plaisoit moult bien, si m’assailli erraument
  [264.49] par tel maniere duré la mellee dusques a che point d’orendroit.  [264.50] Et avons tant de sanc
      a mauvais [266.17] et a recreant se vous seur che vous en aliés. – Certes, fait [266.18] Gavains
        il a court, qui [268.29] qu’en poist. Et en che qu’il disoit ceste parole, il regarde [268.30]
  en peril de mort [268.53] se il ne crie merchi, a che que il voit bien que en la fin ne [268.54] porroit
 ] plus felon chevalier que onques portast armes. – Che n’a [269.17] mestier, che dist Gavains. Ja pour
  onques portast armes. – Che n’a [269.17] mestier, che dist Gavains. Ja pour chose que tu me dies [26
         com chis est. [271.16] – Bien puet estre», che dist Gavains. Endementiers qu’il [271.17] parloient
     lui venir, il n’est mie trop [272.2] asseur, a che qu’il estoit assés las et travilliés et cil [2
       [272.9] si bien et se cuevre si sagement que che n’est se mierveille [272.10] non. Et cil, qui morteument
      sour son escu [272.12] et sour son hiaume que che n’est se mierveille non. Et [272.13] neporquant
     dusques  [275.39] a la court. » Et il dist que che fera il, puis que elle le [275.40] veult. Si le
  [276.4]quant vous i serés venus, vous meterés jus che que vous [276.5]portés et manderés toutes les damoisieles
 .II. et li autre les siurront  [276.23]volentiers, che sai ge bien. – Ore remaingnent, fait [276.24]ele
    ceste damoisiele, car sans [277.21]raison n'est che mie. » Et li rois mande maintenant la [277.22]roine
     moult prisiet  [278.30]d'armes et il couvient, che ses tu bien, counoistre les [278.31]bons des mauvais
   , si le faites jurer au revenir. – Si ferai je», che [278.44]dist li rois.  [279.1] Lors se retorne
  de si estrange lieu ne si mesconneue,  [280.10]se che n'est encontre vostre hounour. » Et il le [280
      , vous porriés bien morir ains vos jours, car che [281.14]n'est mie doute que chascuns ne puist bien
 [281.20]vous avra mesfait. Et saichiés que se vous che faites, on [281.21]le vous tenra a courtoisie et
  pour conter  [281.39]de Tor, le fil a Arés, et de che que il li avint en sa queste.  [282.1] Ore dist
            de ces pavillons? –  [282.21] Ha! nain, che dist Tor, je n’ai mestier de sejorner, ains [2
         , mais certes vous n’irois devant [282.25] che que nous sachons comment vous savés ferir de lanche
   verrés s’il vous en faurront. Et certes, se vous che [282.30] refusés, il ne me samble pas que vous
       se tu [283.8] vaurras nient. » Et quant il a che dit, il prent un cor qui [283.9] a son col pendoit
       seniestre le fer de la [283.30] glaive, mais che ne fist il pas en tel lieu qu’il n’en peust [2
     metés [284.35] en sa prison. » Et li dient que che feront il bien, puis que [284.36] faire lour couvient
        . Et il s’arreste [289.5] pour regarder que che estoit et attent, car il vaurra veoir [289.6] ki
     dites, fait li chevaliers, que tel bonté porra che bien [290.25] estre que je ne t’en mierchierai
    qui a honte me [290.47] tourt.» Et cil dist que che n’a mestier: toutes voies dira il [290.48] ou il
  [291.17] elle, autre chose ne vous demande jou. – Che me poise, [291.18] fait il, car il estoit bons
  commanderas. – Ha! sire chevaliers, c’est a tart, che dist [291.27] Tor, car jou en ai le don douné a
        soit. – Ha! pour Dieu, [291.36] damoisiele, che dist Tor, se chis chevaliers ne vous a tant [2
      en savons nous la verité. «Ha! Diex, [294.15] che dist li rois Artus, or ne nous faut il fors le
 ] cuidiés qu’il fust fius dou vakiet? – Ja certes, che dist li [294.20] rois, se il fust fius dou vakier
      ne se [294.26] connoist. – Certes, voirs est, che dist Merlins, car il ne [294.27] set pas qui est
 – Et qui est ses [294.28] peres? che dist li rois. Che me poés vous bien dire, se il [294.29] vous plaist
   je le sai bien. – Et qui est ses [294.28] peres? che dist li rois. Che me poés vous bien dire, se il
  a rire [294.38]et dist: «Certes, je croi bien que che soit voirs, mais ore [294.39]me dites se la damoisiele
 47] certains de ceste chose. – Ore la mandés dont, che dist [294.48] Merlins, car le roi Pellinor averés
        encore anuit a court. [294.49] – Mais vous, che dist li rois, le mandés, que bien savés [294.5
  ’emporte. – Et quel chemin s’en [295.12] vait il? che dist li rois. – Sire, il s’en vait tout droit viers
  il ne vaut retorner, car trop a a [295.26] faire, che li est avis. Et quant elle voit qu’il ne retournera
     . Et pour chou [297.18] la deveroie jou avoir, che m’est avis, miex que uns autres. [297.19] – Ore
    avis, miex que uns autres. [297.19] – Ore vous, che dist li rois, en poés tenir a fol pour chou [2
     que vous me dites. [297.28] – Voire ? font il. Che verrons nous bien! » Et lors [297.29] s’entreclaimment
    ! avés vous [297.33] plus talent de bataille? – Che verrés vous bien», font il. [297.34] Se li coururent
 2] autres voit chelui caup, il n’est pas asseur, a che qu’il se [297.43] voit seul et se sent las et travilliet
  reposee, car trop ai esté a [299.9] malaise. – De che ne me chaut, fait il, car se nous ne [299.10] mouvons
 , se vous porriés [299.14] dormir, car je croi que che vous vaurroit. – Si ferai jou, [299.15] fait elle
   et les seles et les laist paistre. Et quant il a che [299.21] fait, il se couche dalés la damoisiele
  nuis obscure et noire. « Ha! damoisiele,  [300.4] che dist li rois, nous nous soumes oublié. Nous avons
         comment  [300.11] nous avons tant dormi. – Che nous a fait tant dormir,  [300.12] fait la damoisiele
        par devant eus. [301.3] « Ore vous taisiés, che dist li rois a la damoisiele, car chi [301.4] vienent
      [301.25] mais. – Et comment porra chou estre? che dist li [301.26] autres. – Che vous dirai bien
   porra chou estre? che dist li [301.26] autres. – Che vous dirai bien, fait il. Je porte chi plainne
  [301.32] porté. Et je li porte ore, si verrai que che sera. – Ore vous [301.33] gardés bien, fait li
     vous ne [301.34] soiiés percheus, car puis que che vient a traïson faire, il [301.35] couvient que
   , est Merlins li [301.73] sages a court ? – Oïl, che dist li rois. – Dont n’a, fait elle, [301.74] li
      [301.77] verrons a court. – Je le cuic bien», che dist li rois. Si en [301.78] laissent atant la
    [303.4] autres chevaliers. Et la damoisele, qui che voit, en est [303.5] moult courechie, car elle
  estes, qui plourés pour mort de damoisele! Ostés! Che ne [303.13] vous apartient pas! Certes, ja preudom
 3.15] dolans: «Certes, damoisele, se je fach duel, che n’est mie [303.16] grant merveille, car je connois
   li puet faire gringnour [303.40] hounour. «Sire, che dist li rois, vous en dites assés. »  [304.1] Tout
  le petite [304.6] ambleure tout souef, parlant de che qu’il voloient, tant [304.7] qu’il vinrent a Camalaoth
       . L’ai je bien menee a chief? – Certes, oïl, che dist [305.8] li rois, la Dieu merchi. Je n’oï onques
 06.16] sont ambedui mort par tel mesqueance et que che soit [306.17] avenu par defaute de moi. – Certes
  soit [306.17] avenu par defaute de moi. – Certes, che dist li rois, [306.18] vous en faites trop a blasmer
  , anchois euust en vous conseil [306.22] trové de che pour coi elle vous apieloit. » Lors saut avant
     vous qui la [306.24] damoisiele fu ? – Certes, che dist li rois, nennil, et se esce [306.25] une chose
     en vous. Mais certes je ne di mie [306.32] que che soit par vos oevres que vous soiiés si mescheans
     ceste  [306.37] mesqueanche. – Certes, Merlin, che dist li rois Artus, [306.38] vous dites voir: cis
  Souffrés vous, et je le vous [306.45] dirai, mais che sera si obscurement que vous ne l’entenderés 
    [307.4] pres et de loing? – Bien m’en souvient, che dist li [307.5] rois, que je ne fui onques nulle
    je fui [307.6] a celui jour. – Bien puet estre, che dist Merlins. Or vous [307.7] dirai pour coi je
        . Or vous [307.7] dirai pour coi je vous ai che dit. Quant vous estiés a vostre [307.8] dos viestu
   , et ensi la perdras. Et se tu [307.13] la pers, che ne sera grant mierveille, car par ta mauvaisté
 8] fors chou qu’i li venoit a la bouche. – Certes, che dist li [307.19] rois, toutes ces paroles que vous
  si i [307.21] connois je partie de verité. Car de che que il me dist que [307.22] je seroie en autrui
 7.25] ma char devourer a lions ne sai ge nient que che soit [307.26] voirs encore. – Se tu ne le ses ore
  vois avenir. Et [307.30] certes, quant il avenra, che sera damages grans a tout le [307.31] roiame de
 – Je le   [307.33] vous ai dit tant coume je puis, che dist Merlins, si nel vous [307.34] voel ore plus
  dist la damoisiele. – Certes, [307.51] voirs est, che dist li rois. – Ore saichiés, fait Merlins, que
   [307.53] Nostre Sires a oi sa proiiere, car tout che que elle dist [307.54] t’avenra, car tu morras
 ] mesqueanche. Lors vient une vois qui te dist, et che [307.63] fu sans faille devins respons: «Rois Pellinor
 64] coume faudras a ta char te faurra ta chars, et che sera pour [307.65] coi tu morras plus tost. »
  tu morras plus tost. »  [308.1] – Certes, Merlin, che dist li rois, ceste parole [308.2] me fu voirement
 6] Dieu que vous, qui le savés, le me desissiés. – Che ne vous [308.7] dirai je mie, fait Merlins, car
       coume je sui orendroit. [308.13] – Ore soit, che dist li rois, et de ma vie et de ma mort a [30
  . – Ore [308.19] laissons atant ester cele chose, che dist li rois Artus, mais [308.20] parlons d’autre
   [309.14] chou qu’il le fesist chevalier. – Dame, che dist Merlins, [309.15] nous ne vous demandons mie
  norri, [309.16] mais de chelui qui l’engenra, car che savons nous bien de [309.17] voir qu’il ne nasqui
     tout [309.43] de la maniere as autres dyables. Che savons nous que li [309.44] autres dyables vaurroient
 ’en issist ja de la [309.46] bouce au pecheour, se che n’estoit par gap et par eschar, [309.47] et vous
     , si [309.58] gut a moi, u je vausisse ou non, che set bien Diex. Onques [309.59] puis ne soi qui
       fors une fois et si [310.7] a grant tans que che fu.» Et Merlins dist: «Saichiés qu’il [310.8] est
     savés vous bien se [310.30] di voir. – Certes, che dist li rois, vous n’i avés de riens [310.31] menti
    tout de nouviel. [310.38] – Et cuidiés vous que che soit cil qui engenra Tor vostre [310.39] fil ?
  au plus tost [313.10] que je porrai. – Damoisele, che dist li rois, ains sejornerés [313.11] chaiens
           de laiens. Et [313.24] la roine dist que che fera elle volentiers, si la prie tant que [313
 4.6] ceste chose sera celee par vous. – Voirs est, che dist li rois. [314.7] Onques n’aii és garde que
      pierdu, car il avoit recouvré fil pour fille, che [314.14] savoie je bien. » Et li rois se saingne
   me dites, [314.16] Merlin, s’il vous plaist, que che fu a dire «aussi comme [314.17] tu faurras a ta
 14.17] tu faurras a ta char te faurra ta chars, et che sera la chose [314.18] pour coi tu morras plus
 9] que je fuisse dejouste vous. – Bien puet estre, che [314.30] dist li rois. Che sai bien, quant vous
    . – Bien puet estre, che [314.30] dist li rois. Che sai bien, quant vous morrés, jamais si sage [3
    de Logres ne qui tant a valut; [314.32] mais de che ne puet nus eschaper. Mais ore me redites [314
 35] jamais par vous ne sera descouviert devant que che soit [314.36] avenu. – Che vous creanc jou», fait
  descouviert devant que che soit [314.36] avenu. – Che vous creanc jou», fait li rois. Et Merlins li
  et entendera, mais il ne [314.53] cuidera pas que che soit ses peres, ains cuidera que chis [314.54]
 61] je vous ai devisé. – Certes, che dist li rois, che sera damages.  [314.62] Et se je pooie, je la destorneroie
   ensi coume [314.61] je vous ai devisé. – Certes, che dist li rois, che sera damages.  [314.62] Et se
      autre. – Vous nel porriés [314.64] destorner, che dist Merlins, ne plus que vous peuustes destorner
      fera il [314.75] mal! Mais des autres enfans, che dist li rois, qui furent mis [314.76] en la mer
 314.81] avoec eus ? dist li rois. – Nennil certes, che dist Merlins, [314.82] ains est moult loing. »

chelui
         de moi me tenisse a boin euré se je peusse chelui [248.39] jour veoir que che sera acompli, car
       ni aprés n’avera autretel. Et [248.41] entre chelui jour et l’autre ou tu orras novieles de ton
   [248.42] grant duel avra grant terme. Mais aprés chelui que je te [248.43] devis ne viveras tu mie longement
     cha et la et trueve en chascun siege le non de chelui [250.10] qui assis i estoit. Et disoient les
 2.9] plaisoit bien puis que il le veult.   [253.1] Chelui soir veilla Gavains a la maistre eglyse de
     que che ne fu se merveille non. Et fu [255.22] chelui jour la roine Gennevre sacree avoec le roi Artus
       et porterent ambedui couroune. Et [255.24] a chelui tans estoit la roine Gennevre la plus biele
  vit longuement, [256.7] de chelui qui l’ochist. ” Chelui jour furent assis a [256.8] la Table Reonde
  encore son pere, se il vit longuement, [256.7] de chelui qui l’ochist. ” Chelui jour furent assis a
 256.23] Table Reonde. ” En tel maniere souffrirent chelui jour de [256.24] chelui lieu, et firent si grant
    tel maniere souffrirent chelui jour de [256.24] chelui lieu, et firent si grant joie et si grant feste
   si grant [258.20] hounour et a si grant hauteche chelui ki de ses mains [258.21]ochist nostre pere le
           si haute coume fiex de roi doit faire de chelui [258.37]qui son pere occhist. – Et comment le
      venoit, en vit son braket porter, elle dist a chelui  [259.46]qui l’enportoit: «Sire chevaliers,
    quant il est armés, il demande congié a [263.9] chelui que il tenoit a son pere et au roi et a tous
  au chevalier qui le braket emporte, et Pellinor a chelui  [263.13]qui la damoisiele enmainne, et Gavains
      pas grant merveille, car il [264.12]n’i avoit chelui qui n’euust .III. plaies u .IIII., grans et
   le main [266.21] a l’espee et veult courre sus a chelui, tous ensi montés [266.22] coume il estoit.
 266.41] bien, encore seroit nostre pere vengiés de chelui qui  [266.42] l’ochist.» Et Gavains respont
   prison [270.13] me dame la roine Geneuvre de par chelui qui ot l’aventure [270.14] dou chierf en don
          voit chou, il prent une glaive et keurt a chelui qui  [272.29] ensi son frere avoit feru et le
   de petit aage, [274.6] et si prise de chevalerie chelui qui chevaliers estoit sour tous [274.7] chiaus
   oirre pour [282.3]savoir se il peuust aconsiurre chelui qui le braket enporte. [282.4] Et quant il se
  fist brise li glaives, si que li fers en remest a chelui ou costé [283.34] seniestre.  [284.1] Quant
     cheval atachié a un [284.10] arbre, il keurt a chelui qu’il avoit defoulet, se li esrache le [284
          [289.22] a la terre tout enviers et n’i a chelui qui n’ait tout le [289.23] hiaume pourrous.
 290.4] perdu del sanc del cors. Mais trop estoit a chelui plus grief [290.5] que a son compaignon, car
 294.13] qui maintenant le misent en escrit, et par chelui [294.14] escrit et par autres en savons nous
   [296.8] s’estoient ja tel atorné qu’il n’i avoit chelui qui n’euust [296.9] pluisours plaies petites
  legierté, [297.37] saut de l’autre part et dist a chelui: «Trop avés fait grant [297.38] mauvaistié de
    moult iriés, [297.39] si hauce l’espee et fiert chelui si durement qu’il le fent tous [297.40] jusques
       a la court. Et quant li [297.42] autres voit chelui caup, il n’est pas asseur, a che qu’il se [
   [297.47] mais por s’ounour et pour vengier le de chelui [297.48] qui a forche l’enmenoit. Je la vous
     croi je [301.76] vraiement que nous trouverons chelui destruit quant nous [301.77] verrons a court
  veus. Et il faisoit bien a prisier, car a [303.8] chelui tans n’avoit el monde millour chevalier de lui
 [305.10] de chaiens meustes ensamble, car il n’i a chelui, [305.11] Dieu merchi, qui ne soit revenus assés
           que se [306.19] vous fuissiés retornés a chelui point que elle vous apieloit  [306.20] si doucement
     en lairas tu ta char devourer a lions [307.15] chelui an mesmes que tu seras mis en autrui subjection
       onques si grant [307.36] duel que vous avrés chelui jour que vous en savrés la nouviele.  [307.
  rois, ceste parole [308.2] me fu voirement dite a chelui jour que vous devisés et tout   [308.3] en autel
   de ma vie et de ma mort a [308.14] la voienté de chelui qui me fist, car se cil veult, je perirai,
    Merlins, [309.15] nous ne vous demandons mie de chelui qui le norri, [309.16] mais de chelui qui l
       mie de chelui qui le norri, [309.16] mais de chelui qui l’engenra, car che savons nous bien de
  [314.41] bien sai le fil del roi ochis. Et sera a chelui point navrés [314.42] de moult de plaies, si
 ] que li enfes dont je vous parole occhirra encore chelui [314.72] meisme enfant avoecques cui il est

chemin
 ]de la roine. Et en che que nous trespassiens d’un chemin [264.32]a autre, il avint chose que nous encontrasmes
  [282.5] une grant liue englesque qu’il vit lés le chemin a [282.6] diestre en un pré deus pavillons tendus
 .9] onques vers aus, ains s’en vait tout son droit chemin pour [282.10] chou qu’il voit tout apertement
      . » Et [285.20] il se remet maintenant en son chemin, moult joians de [285.21] ceste boine aventure
 [286.1] Ensi parlant vont tant chevauchant tout un chemin  [286.2] de traviers une forest qu’il vinrent
  parti Tor de l’ermite et se remist en [289.2] son chemin pour aler droit a Camalaoth. Mais il n’ot pas
 ’adreche viers le [289.14] chevalier tout en mi le chemin. Et cil li crie canques il [289.15] puet: «
 11] elle fait pour chou qu’il l’emporte. – Et quel chemin s’en [295.12] vait il? che dist li rois. – Sire
      tout droit viers [295.13] Braait tot le grant chemin. » Atant s’en part li rois si tost [295.14]
   se met en la forest [295.15] tout droit viers le chemin que chis s’en vait et tous les [295.16] esclos
   , car moult li tardoit qu’il fust [298.4] mis au chemin. Et quant il se fu viestus et apparilliés et
        entre lui et la [298.12] damoisiele tout le chemin qu’il estoient venu devant. Et [298.13] quant
      chevaus  [301.2] venir par mi le bois tout le chemin par devant eus. [301.3] « Ore vous taisiés,
      de Camalaoth s’en vait tout le grant [301.51] chemin par mi le forest espesse, et li autres s’en
    sa lanche  [301.83] et monte et se remet en son chemin lui et la damoisele.   [302.1] Tant ont erré
         de ceste chose. Et maintenant se remist en chemin  [304.5] entre lui et la damoisele, et chevauchierent

cheoir
     erramment devant le [269.26] caup et se laisse cheoir sour son ami. Et Gavains, qui avoit [269.27
         en tel maniere que il ne [270.30] puissent cheoir, puis se parti de laiens trop dolans et trop
    k’a poi qu’il n’ot [283.18] les bras brisiés au cheoir qu’il fist. Et il s’en passe outre, [283.19
 284.17] l’autre, qui tous estoit debrisiés del dur cheoir qu’il ot fait, [284.18] et li doune de s’espee
       ensi le chevalier desous lui, elle se laisse cheoir [291.6] de son palefroi et s’agenoille devant
  [299.15] fait elle, mais moult me duel encore dou cheoir que j’ai [299.16] fait.» Et il esracha de l
       . [300.13] – Et coument vous sentés vous del cheoir que vous fesistes  [300.14] hui au matin et

cherf
  me dites quel part vous [265.24] veistes le blanc cherf aler, car pour cele aventure faire me [265.2
      [277.6]son frere et le hyaume et la teste del cherf. Et li autre coururent  [277.7]a Gavain pour

cherra
  ? fis je. [245.16] – Pour chou, fist il, que elle cherra prochainnement en [245.17] la main d’un tel

ches
    . ” Et li vallés l’en merchie moult.  [255.1] A ches paroles vint laiens Gavains et si compaignon.
     Sires nous [301.58] fist chi endormir pour oïr ches nouvieles et pour garnir [301.59] le roi Artu

cheus
     et [247.30] les mauvais. Vous meismes eslisiés cheus que vous cuideriés [247.31] qui miex en soient
        [248.7] par laiens a eslire les chevaliers, cheus que il connissoit a  [248.8] plus preudommes
  , et cil salue le roi et [253.15] dist oiant tous cheus de la court :  [254.1] " Rois Artus, a vous m
       cachier fors de [268.8] laiens et a occhirre cheus que il puet ataindre. Ensi [268.9] coume il les
  bien desfendre une grant pieche [272.14] encontre cheus, se ne fust uns archiers qui issi d’une des
       [272.17] son pooir de soi desfendre encontre cheus qui l’assailloient,  [272.18] il l’avise et trait
       que elle veist piecha mais. Et lors parole a cheus par [274.8] mi la feniestre et lour dist: «Signour
         qu'il n'en i a [276.18]nul a dire, ne mais cheus qui furent ochis, que li chevaliers [276.19]emporte
   seur et moult plus deboinaires viers tous [281.6]cheus dont vous venrés au dessus. Je vous asseur, se
     . Et saichiés qu’il est sires de tous [286.10] cheus qui en ces pavillons repairent. » Et cil dist

cheval
  mengoit, si prent le braket et vint [259.41]a son cheval qui estoit en mi la court et monte sus, et s
 . Prendés vos armes et montés sour vostre  [260.19]cheval et sivés le chierf tant que vous l’aiiés pris
  toutes armeures, et fu montés [261.3]sur un grant cheval blanc, et entra en tel maniere en mi le [26
    .II. bras [261.6]et la monte sour le col de son cheval. Si se desfendoit elle [261.7]au plus que elle
   , le fiert si durement qu’il l’abat [266.11] dou cheval a terre. Mais cil n’i fu mie longement, [26
       a pié ou [266.24] vous ferés occhirre vostre cheval, si serés lors dou tout avilenis!  [266.25]
   aage, [266.27] car jamais tant coume je seroie a cheval n’envaïrai chevalier  [266.28] qui a piet soit
 66.43] devant qu’il l’ait vengiet. Lors vint a son cheval, si monte [266.44] Et quant il est montés, il
 ] revenu a nostre trache! » Et il fiert maintenant cheval des [266.58] esperons et s’en vait aprés si
     , qu’il ne le laissera [266.60] ne a piet ne a cheval.    [267.1] Tant ont alé en tel maniere qu’il
     il peu! » Si se met en la sale [268.27] tout a cheval et descent et s’en vait droit au chierf et
   toutes armes, mais tant en faloit [268.34] que a cheval n’estoit il mie. Et la ou il voit Gavain qui
  levriers que tu occhesis, l’un seur le col de ton cheval et [270.17] l’autre derriere. Et voel que tu
     duel mené grant pieche, il monte seur un grant cheval [270.28] que uns vallés li amena, et puis prent
     bien armer [275.32] et biel et monter sour son cheval, et li fait baillier la [275.33] teste del chierf
 ] occhise portés devant vous seur le col de vostre cheval dusques  [275.39] a la court. » Et il dist que
  palais. Mais [277.5]lors saut jus Gahariés de son cheval et met a terre l'escu [277.6]son frere et le
 [282.13] devant o tout un grant baston et fiert le cheval en mi le [282.14] front si durement qu’il le
 83.12] se garde de lui, se li adreche la teste dou cheval. Et cil, qui [283.13] le voit venir, ne le refuse
      caup en mi le pis qu’il le porte [283.17] del cheval a terre et l’abat si durement k’a poi qu’il
 283.19] que onques plus ne le regarde, et vient au cheval, si l’ahiert [283.20] au frain et dist au nain
 3.20] au frain et dist au nain: «Tien, nains, cest cheval: c’est li [283.21] commencemens de chevalerie
  Tor. Et cil ne le refuse pas, ains li retourne le cheval.  [283.26] Et cil le fiert si durement qu’il
    qui estoit assés [283.32] fors, si le porte del cheval a terre, et au parcheoir que il [283.33] fist
  . Aprés [284.6] li vait par dessus le cors tout a cheval si que tout le debrise, [284.7] et cil se pasme
    . Et [284.9] quant il est descendus et il a son cheval atachié a un [284.10] arbre, il keurt a chelui
  plaist. » Et il monte maintenant sour le [285.18] cheval que Tor li avoit douné et dist: «Sire, ore en
  ne puet pas dedens le pavillon entrer  [286.13] a cheval, et baille son cheval au nain et sa glaive,
  pavillon entrer  [286.13] a cheval, et baille son cheval au nain et sa glaive, et s’en [286.14] vait
    oïe messe, il prist ses armes et monta sour son cheval [288.24] et prist congiet au preudoume, et moult
   il li [289.18] die, ains li adreche la teste del cheval. Il vinrent de loing [289.19] et furent bien
  [296.2] liés, si s’en part dou vilain et fiert le cheval des esperons [296.3] comme cil qui ja n’i cuide
    li uns laisse aler [297.35] l’espee et fiert le cheval ou costé seniestre, si l’ochist et li [297.
 : «Trop avés fait grant [297.38] mauvaistié de mon cheval ochirre! » Lors est moult iriés, [297.39] si
 7.58] bataille, quant vous m’en quitiés. Mais d’un cheval, s’il [297.59] vous plaist, couvenra il que
  il ot pris ses armes, li chevaliers li amainne un cheval boin [298.6] et bel et dist: « Sire, montés
  estoit, vous descendistes et li baillastes vostre cheval a [310.19] tenir tant comme vous fustes desarmés

chevalerie
  seuls, puis que il ne seroit de [247.27] si grant chevalerie, houniroit et abaisseroit toute chevalerie
   grant chevalerie, houniroit et abaisseroit toute chevalerie [247.28] de la compaignie. – Merlins, fait
    Merlins l’i avoit mis pour la bonté [251.15] de chevalerie qu’il sentoit en lui et l’avoit assis droit
       pas baer a si haute [254.23] chose coume est chevalerie ne tes fiex ne s’en deust ja [254.24] entremetre
   ne te traisist a si haute chose [254.51] comme a chevalerie. Ore doinst Diex que il soit bien [254.
     n’averiés deservi a [258.34]prendre hounour de chevalerie. Mais a moi qui sui chevaliers  [258.35
  [266.37] apriés chou qu’il ot recheut l’ounour de chevalerie. Et [266.38] quant Gahariés ses freres,
 , je morrai, mais ja pour si pau [273.24] faire de chevalerie comme j’a fait ne quesisse chevaliers [
    enfant et de petit aage, [274.6] et si prise de chevalerie chelui qui chevaliers estoit sour tous
 0]riens menti. Biaus fu li commenchemens de vostre chevalerie [279.11] se vous n'i eussiés folement ouvré
   , cest cheval: c’est li [283.21] commencemens de chevalerie que j’ai commenciet. » Et si [283.22] tost
          ,  [285.5] par la foi que tu dois a toute chevalerie, je te pri que [285.6] tu me doinnes un
   Diex li a douné au commenchement  [285.22] de sa chevalerie. Et quant il sont un poi eslongié des [
 ] frans chevaliers, par la foi que tu dois a toute chevalerie, [291.8] doune moi un don. Et certes tu
      . – Ne vous caille, fait [291.19] elle, de sa chevalerie, que chou estoit li plus desloiaus chevaliers
      le roi de sens et de [303.6] courtoisie et de chevalerie seur tous autres chevaliers que [303.7]
    ,  [307.3] et avoit a cele court venut moult de chevalerie et de [307.4] pres et de loing? – Bien m
    de vilain, ja ne [311.4] vous presist talent de chevalerie mener. Mais il ne puet [311.5] estre que
  bien sachiés qu’il vous [311.14] retraira bien de chevalerie, car se il vit longement, en cest [311.

chevalier
   hounour! ” [246.1] Lors furent mandé tout li .C. chevalier qui [246.2] estoient compaignon de la Table
    tu i savras. Et se tu ses auchun [247.23] povre chevalier preudomme de cors et de vasselage, ne [2
       , et il en est bien drois, que maint [249.8] chevalier de haute vie et de glorieuse et a Dieu et
   vous de quoi ? De chou que vous me [252.7] ferés chevalier au jor de vostre grant joie, au jour que
   que vous ferés hui en [254.18] cest jour mon fil chevalier que vous veés ichi et li chaindrés [254.
   soit bien [254.52] emploiié, car il n’i avra hui chevalier chaiens fait devant [254.53] que tu le soies
 [255.6] en la Grant Bretaigne que quant on faisoit chevalier [255.7] nouviel, on le viestoit tout de blanc
      , adont [255.11] li chaignoit cil l’espee qui chevalier le devoit faire. En tel [255.12] maniere
  estoit coustume furent atorné li nouviel [255.13] chevalier. Et adont estoit li jors que li rois Artus
  rois Artus [255.14] devoit espouser sa feme et li chevalier de la Table Reonde [255.15] se devoient entrefiancier
      et la roine aussi et tout [255.18] li nouviel chevalier et li autre, si alerent en tel maniere a
     que [255.33] li premiers hom qui donna colee a chevalier nouviel, che [255.34] fu li rois Artus. Quant
  .  [256.1] Atant fist li rois de Gavain son neveu chevalier, [256.2] car il li chainst l’espee au costé
    , et je meterai [256.20] el daerrain aussi boin chevalier ou millour comme vous, [256.21] et ensi coumenchera
   chou [258.8] que je vous tieng et connois a boin chevalier et a loial. » [258.9] Et lors le fait asseoir
       [258.23]escuiier, si ne doi pas main metre a chevalier por chose qui [258.24]aviegne. Et nepourquant
   se feri outre et se remet en la grant sale ou li chevalier  [259.36]estoient assis as tables. Et lors
  les tables seront ostees [260.26]et alés aprés le chevalier qui le braket emporte. Et gardés [260.27
 ]que vous ne finés jamais devant que vous aiiés le chevalier [260.28]et le braket pris, ou mort ou vis
           laiens de ceste chose, es [261.2]vous un chevalier armé de toutes armeures, et fu montés [2
 61.13]fais tant que je soie ostee des mains de cel chevalier! »  [262.1] Ensi s’en vait li chevaliers
     quant il vous [262.11]plaira et alés apriés le chevalier et ramenés la damoisiele, [262.12]et si le
  la court. Tor s’en vait la droite [263.12]voie au chevalier qui le braket emporte, et Pellinor a chelui
   chiens cachoient, ne n’i [264.34]avoit nului, ne chevalier ne veneor ne sergant nul aprés, [264.35]ne
   ceste parole, il dist: «Par [265.2] foi, signeur chevalier, ore n’oï jou onques mais parler de [265
 .34] maintenant voit de l’autre part de la rive un chevalier qui [265.35] li crie: «Dans chevaliers, en
           passer. »  [266.1] Quant Gavains voit le chevalier qui li desfent le [266.2] passage canques
    jamais tant coume je seroie a cheval n’envaïrai chevalier  [266.28] qui a piet soit. » Et lors descent
   giete l’escu sour sa teste et s’adreche viers le chevalier  [266.30] et li dist: « Tu me fais mal, tu
 68.2] maniere issi d’une des chambres de laiens un chevalier [268.3] tout armé, fors de son escu et de
      [268.10] lui et son frere. Et quant il vit le chevalier qui les brakés [268.11] aloit occhiant, si
     . Et lors [268.32] voit issir d’une chambre le chevalier a cui il avoit premiers [268.33] parlé, et
 [268.37] fui onques mais autant dolans de venue de chevalier [268.38] coume je sui de la vostre! – Ne
  ne poi, fait Gavains, [268.39] onques autant haïr chevalier coume je faich vous pour [268.40] mes brakés
   caus [268.47] et plus souvent. Si mainne tant le chevalier que il ne puet [268.48] plus endurer ne souffrir
   tenir au plus desloial et au [269.16] plus felon chevalier que onques portast armes. – Che n’a [269
    vous une damoisiele qui [269.22] estoit amie au chevalier. Et quant elle vit que Gavains [269.23] tenoit
     je morrai par le main dou plus mauvais [270.7] chevalier recreant et dou plus failli que jou onques
  est trop dolans. Si se relieve [270.10] de sus le chevalier et puis li dist : «Je ne t’ochirrai pas,
   la terre, qu’il estoit a mort ferus. Et li autre chevalier  [272.32] avoient ja mis Gavain a terre et
  morir. »  [273.1] Ore dist li contes que quant li chevalier [273.2] entendent chou que la dame lour a
         et la cruauté [276.8]que vous fesistes del chevalier quant vous le teniés  [276.9]desous vous
        . Et se meteront en painne et en travail li chevalier [278.21]de ta court pour cerkier les aventures
   court pour cerkier les aventures, et maint autre chevalier,  [278.22]a cui il meskerra souvent. Et assés
    aventures siurre ne [278.29]se mesissent auchun chevalier qui ne seront pas moult prisiet  [278.30
   uns des plus renommés, ne ja ne trouverés [281.9]chevalier fors un seul qui vous puisse d'armes outrer
     pour la vilounie que vous fesistes del [281.16]chevalier dont vous estiés au dessus ne n'en voliés
    que vous jurés [281.18]sour sains que jamais de chevalier ne verrés au dessus [281.19]dont vous n'aiiés
  tout apertement devant li les esclos del [282.11] chevalier qu’il vait sivant. Et quant il a trespassés
  [282.22] m’en couvient aler grant oirre apriés un chevalier que un [282.23] braket emporte. – Je sai
    fors de vilains. Si s’adreche viers le [283.16] chevalier et li doune si grant caup en mi le pis qu
   voit issir de l’autre [283.23] pavillon un autre chevalier tout aussi prest de jouster [283.24] coume
      li plus riches. Lors dist li [286.7] nains au chevalier: «Sire, en cel pavillon ou chis blans [2
 6.8] escus pent trouverés vous vostre braket et le chevalier [286.9] avoec, si coume je cuic. Et saichiés
 1] demande plus fors que il tenist le braket ou le chevalier [286.12] Lors descent, car il ne puet pas
     pour chou que [286.21] il ne connissoit pas le chevalier. Et la damoisiele s’esveille [286.22] erraument
    que cil faisoit. Et quant elle voit [286.23] le chevalier, elle n’est pas aise, car il est armés, ains
       par droit et par raison.  [286.42] Se auchun chevalier em poise qui cha l’a aporté, si [286.43]
      qui chou [288.11] estoit. Et quant il voit le chevalier armé, il sot bien qu’il [288.12] estoit la
    ceste friente fait. Et maintenant voit venir un chevalier [289.7] aprés lui aussi grant aleure coume
    li nains portoit et s’adreche viers le [289.14] chevalier tout en mi le chemin. Et cil li crie canques
     de tierce commencha  [290.9] moult a lasser le chevalier, car trop avoit pierdu [290.10] del sanc
   venue et elle vit que [291.5] Tor tenoit ensi le chevalier desous lui, elle se laisse cheoir [291.6
     que vous m’avés douné la [291.15] teste de cel chevalier que vous tenés desous vous. – Comment! 
  ! Mais en ma vie [291.33] gaaingnerés vous un tel chevalier que je sui, car jamais [291.34] tant coume
  moult grant joie [291.49] et moult en mierchie le chevalier, et dist que encore sera [291.50] bien ceste
   de la venue a si preudomme [292.11] et a si boin chevalier comme vous estes. – Ore montons [292.12]
     , fait elle, la porte, [292.18] si lai ens cel chevalier que j’amainne pour herbergier. » Et [292
    onques [292.20] gringnour joie faire a estrange chevalier que cil de laiens [292.21] li firent quant
      pour qui il s’estoit partis de court. «Et dou chevalier,  [294.5] fait il, queles nouvieles? Le trouvastes
     [294.18] Merlins, que vous samble il de vostre chevalier que vous [294.19] cuidiés qu’il fust fius
   se fu [295.2] partis de court pour aler aprés le chevalier qui emportoit [295.3] la damoisiele, il chevauche
  et las. Et il li [295.7] demande s’il encontra un chevalier qui emportoit une [295.8] damoisiele. «Oïl
  ne retorne, car trop li tarde qu’il ait ataint le chevalier  [295.36] qui la damoisiele emporte. Et quant
    li demande: « Vilains, [295.50] encontras tu un chevalier qui une damoisiele emporte? [295.51] – Par
 ] – Par foi, fait li vilains, biau sire, je vic ce chevalier et [295.52] cele damoisele que vous demandés
     damoisieles et [296.7] avoec les escuiiers. Li chevalier se combatoient encore et [296.8] s’estoient
     [297.2] coume il estoit et lour dist: «Signeur chevalier, arrestés [297.3] vous tant que jou aie un
  li rois es pavillons en la [298.2] compaignie del chevalier. Et a l’endemain, si tost [298.3] coume il
      , et s’entrecontrerent devant [301.8] eus. Li chevalier s’entreconnurent si tost coume il [301.9
   maintenant ne [301.29] morust. Et il a laiens un chevalier qui moult est bien del [301.30] roi Artus
      il est venus la meismes, [302.4] il trueve le chevalier mort et la damoisele mengie de bestes [3
     a [303.8] chelui tans n’avoit el monde millour chevalier de lui. Et [303.9] cele, qui li voit cel
       apertement ceste mierveille. Et [303.26] cel chevalier porterés en cel hermitage, ou il sera en
           a pendre a son archon devant et prent le chevalier  [303.31] occhis et le met devant soi et
      chapiele qui laiens estoit et porte dedens le chevalier [303.35] mort et conte au preudomme tout
   fist il, [304.2] car il enfoui en la chapiele le chevalier. Et quant il li ot fait [304.3] toute l’ounour
     de retourner, et quant il revint, il trouva le chevalier [306.12] mort et la damoisele devouree de
 9.9] que vous li fachiés counoistre le pere de cel chevalier. » Se [309.10] li moustre Tor. Et cele respont
     qui chi est pour [309.14] chou qu’il le fesist chevalier. – Dame, che dist Merlins, [309.15] nous
          par la main et dist : [310.9] « Veschi le chevalier. » Et elle a honte de ceste parole, si [
  , en cest [311.15] ostel n’averoit gaires millour chevalier de lui. »  [312.1] Lors commencha la goie
  [312.18] dont vous tenra il a preudomme et a vrai chevalier. [312.19] Et se vous la metés en autrui garde

chevaliers
       ne savra deviser, [244.19] si eslit cent des chevaliers de son ostel et escuiiers et [244.20] vallés
     n’i est mie toute, ains s’en faut .L. [245.12] chevaliers, qui puis sont mort que li rois Uterpandragons
    la table [245.21] qu’il n’i a orendroit que .C. chevaliers de .C. et .L. qu’il [245.22] en i doit avoir
      dist:  [246.4] est entour moi descreue de .L. chevaliers, che me poise ne [246.5] je n’en sui mie
   aisiement trouver .L. preudommes [246.14] esleus chevaliers qu’i metera en vostre compaignie, [246.
      Reonde, qui doit [246.16] estre de .C. et .L. chevaliers, sera parfais en son ostel, que [246.17
       de toute ta terre les .L.  [247.22] millours chevaliers que tu i savras. Et se tu ses auchun [2
    i veult [247.25] estre et il ne soit tres boins chevaliers, garde que tu ne sueffres [247.26] ja qu
 [247.29] miex chascun que je ne fais, et les boins chevaliers et [247.30] les mauvais. Vous meismes eslisiés
  Et lors commencha [248.7] par laiens a eslire les chevaliers, cheus que il connissoit a  [248.8] plus
 ] devant que a cest lieu se venra asseoir li boins chevaliers, [248.18] li mieudres des boins, chis qui
    a tous les autres [248.23] qui laiens estoient, chevaliers et dames, et lour dist : " Veschi  [248
  por [248.27] chou qu’il i a si grant peril que ja chevaliers ne s’i asserra [248.28] qu’il n’i muire
          jusques a tant [248.29] que li tres boins chevaliers venra qui metera a fin les [248.30] tresmiervilleuses
   [248.36] che a piece, che dist li rois, que chis chevaliers viegne qui [248.37] doit cesti siege acomplir
    roi. Et quant il ot esleus les [249.2] .XLVIII. chevaliers, il apiella les autres .C. et lour [249
 11] s’i li plaist, le saintefiera. ” Lors fist les chevaliers [249.12] asseoir cascun en son lieu et fist
  orent che fait, Merlins fist drechier [250.2] les chevaliers et dist: "Il couvient que vous faciés»
 3] autres damoisiaus que li rois devoit tous faire chevaliers [253.4] pour l’amour de Gavain son neveu
 ’i veut consentir [254.30] ne acorder fors a estre chevaliers. ” Li rois dist que ceste [254.31] chose
    [254.39] nule guise, ains dist qu’il ne sera se chevaliers non. Ne sai [254.40] dont chis corages li
  , si dist au varlet: " Biaus amis, veuls tu estre chevaliers ?" [254.44] Et cil respont: " Sire, il n
   monde que je  [254.45] desire autant comme estre chevaliers de vostre main et [254.46] estre compains
    dist: " Sire, preudom sera il et [255.38] boins chevaliers, et il le deveroit estre par lignage, car
       coume de roi, qui est [255.40] uns des boins chevaliers del monde. ” Et lors dist au [255.41] vilain
 255.57] avoec cele gentillece est il uns des boins chevaliers qui piecha  [255.58] portast armes en cest
     . – Qui que il soit, fait li [255.59] nouviaus chevaliers, je vausisse bien, s’il vous pleust, [2
        [256.3] aussi. Et quant il les ot tous fais chevaliers, lors [256.4] commencha maintenant par laiens
   chou qu’il n’ait chaiens [256.16] assés de boins chevaliers, mais pour chou qu’il doit definer  [25
    [256.18] doit definer. Vous estes rois et boins chevaliers et [256.19] seés el coumenchement ens ou
 ]prendre hounour de chevalerie. Mais a moi qui sui chevaliers  [258.35]en laissiés prendre la venjanche
    doins jou le don a .III. [259.14]chevaliers des chevaliers de chaiens qui les achieveront. Si [259
  chaiens achievee doins jou le don a .III. [259.14]chevaliers des chevaliers de chaiens qui les achieveront
   dessus une table. Et lors saut avant [259.40]uns chevaliers qui laiens mengoit, si prent le braket et
      dist a chelui  [259.46]qui l’enportoit: «Sire chevaliers, miex le vous venist [259.47]laissier que
 ]Et la damoisiele en entre ens ou palais entre les chevaliers, [259.50]ki tout estoient esbahi dou chierf
   [259.52]estoient saillis par mi tables et par mi chevaliers, si qu’il [259.53]s’estoient ja mis el gardin
 – Or muevent dont, fait la damoisiele, auchuns des chevaliers  [260.5] de chaiens qui aillent aprés le
       , che dist Merlins, ore [260.8]ne hastés les chevaliers si durement, que nulle haste n’i [260.9
    mortel [260.11]n’i devoit avenir, ne se remuera chevaliers qui a table se [260.12]sieche devant qu
    les tables [260.13]seront ostees, lors porra li chevaliers ensiurre s’aventure, [260.14]cil a qui elle
     de cel chevalier! »  [262.1] Ensi s’en vait li chevaliers qui la damoisiele [262.2]enporte, et cele
        qu’il trouverent en une praerie .II. [264.8]chevaliers qui se combatoient li uns a l’autre. Et
     [264.21]bien .II. ans, dist qu’il est mieudres chevaliers de moi et [264.22]qu’i doit miex entrer
      ? –  [264.28]Che vous dirai jou bien, fait li chevaliers. Nous venions [264.29]orendroit entre moi
   il l’averoit, qui estoit assés mieudres [264.42] chevaliers de moi. Et je dis que non estoit, et il
   la rive un chevalier qui [265.35] li crie: «Dans chevaliers, en ceste yaue ne vous metés ja [265.36
      tost qu’il puet d’issir fors pour chou que li chevaliers [266.7] ne l’abache en l’iaue. Si n’en estoit
  estoit encore pas tres bien fors [266.8] quant li chevaliers le fiert si durement qu’il fait sa glaive
       [268.11] aloit occhiant, si li escrie: « Ha! chevaliers malvais et [268.12] recreans, ne touche
     vous devés, ains faites coume vilains [268.19] chevaliers et mauvais que vous estes! – Voire? fait
        et mauvais que vous estes! – Voire? fait li chevaliers.  [268.20] Si estes vous teuls, qui ore
  qui estoient ochis, il li escrie: « Dans [268.36] chevaliers, je vous deffi ! Et gardés vous de moi,
        plus vistes et plus legiers que [268.46] li chevaliers n’estoit et trop dounoit plus pesans caus
    et grans et parfondes.  [269.1] Tant souffri li chevaliers que il ne pot en avant, [269.2] ains chaï
    la doutance crie il mierchi et dist: «Ha! frans chevaliers  [269.8] je te crie mierchi! Ne m’ochi mie
   moi, tu [269.10] feroies trop grant vilenie, car chevaliers qui crie mierchi il [269.11] doit mierchi
   [269.14] – Se je ne truis en toi merchi, fait li chevaliers, puis que [269.15] je le te demanch, on
  ceste damoisiele avés [269.32] occhise! Certes ja chevaliers ne deust tel vilonnie faire [269.33] pour
  haine qu’il euust a homme né! »  [270.1] Quant li chevaliers qui desous estoit voit ke sa [270.2] damoisiele
  rescourre, il dist a Gavain: [270.3] «Ha! mauvais chevaliers recreans, ore avés vous bien [270.4] moustré
 .19] que li rois soit alés au moustier. – Ha! sire chevaliers, [270.20] saches que je n’ai mestier de
 ’uis d’une des cambres dou palais  [271.26] .IIII. chevaliers tous armés, qui crient: «Ha! Ha! chevaliers
 .IIII. chevaliers tous armés, qui crient: «Ha! Ha! chevaliers  [271.27] felons et desloiaus, ciertes mal
 24] faire de chevalerie comme j’a fait ne quesisse chevaliers [273.25] estre. »  [274.1] Endementiers
     , [274.6] et si prise de chevalerie chelui qui chevaliers estoit sour tous [274.7] chiaus que elle
      fait, la dame li [275.9] demande: «Estes vous chevaliers? » Et il respont: «Dame, [275.10] nennil
    , je croi que vous serés [275.18] uns des boins chevaliers dou monde. Mais ore me dites qui [275.1
  il, si ferai jou, je le vous [276.13]creanc comme chevaliers. » Lors dist a Gahariet: « Biau [276.14
     a dire, ne mais cheus qui furent ochis, que li chevaliers [276.19]emporte a court. » Et lors fait
          . Et quant elles furent assises entre les chevaliers  [277.24]Merlins parla et dist si haut que
    reposer, qu'il les [278.26]estevera combatre as chevaliers qui seront frois et reposet, [278.27]et
 [278.32]est, pour chou te loc jou que, si tost que chevaliers se [278.33]metera en queste des armes, que
      vous di jou [278.42]plus, fait Merlins: se li chevaliers ne jure au mouvoir de [278.43]sa queste
        par tout en la court et aillours [280.16]li Chevaliers as Damoisieles, ne chil nons ne li chaï
 281.7]vivés longement, que vous serés uns des bons chevaliers [281.8]dou monde et uns des plus renommés
  ,  [282.15] et a poi qu’il ne chai a terre. Et li chevaliers s’esmerveille  [282.16] pour coi il le fait
           ! – Fui! fait li nains, chaitis [282.19] chevaliers, faillis et recreans, vous en cuidiés vous
      aler que [282.20] vous ne jousterés a nul des chevaliers de ces pavillons? –  [282.21] Ha! nain,
 26] Et veés la en ces .II. pavillons .II. nouviaus chevaliers qui [282.27] pour veoir comment cil de la
 2.30] refusés, il ne me samble pas que vous soiiés chevaliers qui [282.31] en queste se doie metre. »
         gaires que des [283.10] pavillons issi uns chevaliers tous montés, le hiaume [283.11] lachiet
   pavillon. Et quant il a commandé a Dieu les .II. chevaliers  [285.4] et il s’en voloit partir, li nains
   il s’en voloit partir, li nains dist: «Ha! frans chevaliers,  [285.5] par la foi que tu dois a toute
      requeste que on me fesist puissedi que je fui chevaliers.  [285.9] Or di chou qui te plaira. – Je
   [285.23] pavillons, il dist au nain: «Tu veis le chevaliers? – Sire, [285.24] voirs est. – Et ses tu
    . Sire, il [285.25] a non Abelin, uns des boins chevaliers de ceste terre, mais [285.26] tant i a qu
  et dormoit li uns et li autres. [286.19] Quant li chevaliers voit le braket, si va viers lui, et li brakés
      del [286.33] pavillon, qui li dist: «Ha! sire chevaliers, n’enportés pas [286.34] nostre braket,
 ] vous vous en porriés repentir assés tost, car li chevaliers [286.36] a cui il est ne lairoit en nulle
  va li nains avant ensi comme il set et [288.2] li chevaliers aprés, si vont tant qu’il sont venu a l
      il venu. Lors [288.14] descent li nains et li chevaliers aussi et entrent dedens [288.15] l’ermitage
      il illuec entour. Cele [288.18] nuit menga li chevaliers pain et eve, tel viande coume li [288.1
    li crie canques il [289.15] puet: « Ha! mauvais chevaliers, certes mal tolistes as [289.16] damoisieles
  ’il ne puet mais en avant, il li [290.19] dist: « Chevaliers, tu vois bien que tu ies a la mort, se je
     [290.21] chou qu’il m’est avis que tu es boins chevaliers te ferai je [290.22] une bonté que tu ne
       je sui de toi. [290.24] – Ore dites, fait li chevaliers, que tel bonté porra che bien [290.25] estre
  chou que [290.36] je vous requier? – Oïl, fait li chevaliers. – Par foi, fait [290.37] il, dont estes
          devant Tor et li dist: «Ha! [291.7] frans chevaliers, par la foi que tu dois a toute chevalerie
 1.8] doune moi un don. Et certes tu es li premiers chevaliers [291.9] que je requesisse onques mais.
     me poise, [291.18] fait il, car il estoit bons chevaliers. – Ne vous caille, fait [291.19] elle, de
   sa chevalerie, que chou estoit li plus desloiaus chevaliers  [291.20] qui fust en la Grant Bretaigne
 .20] qui fust en la Grant Bretaigne. » Et quant li chevaliers  [291.21] entent ceste parole, il crie a
 21] entent ceste parole, il crie a Tor: «Ha! frans chevaliers,  [291.22] por Dieu, ne la croi mie! Ne
   prison la ou tu [291.26] commanderas. – Ha! sire chevaliers, c’est a tart, che dist [291.27] Tor, car
   Dieu, [291.36] damoisiele, che dist Tor, se chis chevaliers ne vous a tant [291.37] mes fait qu’il ait
 1.51] guerredouner le puist.  [292.1] Lors dist li chevaliers au nain: «Je me senc las [292.2] et travillié
        soit [292.23] l’eure que vous fustes onques chevaliers et que vous ceste [292.24] part venistes
  avoient oï nouvieles de [293.17] lui par les .II. chevaliers des pavillons qu’il avoit envoiiet [293
   [294.3] la chi. » Si li moustre le braket que li chevaliers en avoit [294.4] porté pour qui il s’estoit
   celle le voit, elle li [295.23] crie: «Ha! frans chevaliers, pour Dieu retorne et me fai [295.24] un
   si haut que li rois [295.29] l’entent bien: «Ha! chevaliers mauvais et orgilleus, Diex [295.30] te doinst
         que on avoit fait [295.55] tendre, que uns chevaliers tous armés sailli hors d’un des [295.56
       , mais faites  [296.21] le bien. Ves la .II. chevaliers qui le nous baillierent a [296.22] garder
 25] autrement. »  [297.1] Lors s’en vait viers les chevaliers tout ensi montés  [297.2] coume il estoit
    [297.44] traist ensus de lui, se li dist: «Sire chevaliers, jou ai par [297.45] ma folie mespris enviers
    apparilliés et [298.5] il ot pris ses armes, li chevaliers li amainne un cheval boin [298.6] et bel
       en tel maniere des pavillons. Et li [298.10] chevaliers les convoia grant pieche et puis retourna
    de pasmisons, elle [298.21] s’escrie: «Ha! sire chevaliers, morte sui!» Et il cuide que [298.22] elle
    orent ceste parole [301.6] dite, il voient deus chevaliers armés, dont li uns vient de [301.7] Camalaoth
   rois Artus est si poissans [301.13] d’amis et de chevaliers et a si avoec soi les cuers de ses [301
  . – Ore vous [301.33] gardés bien, fait li autres chevaliers, que vous ne [301.34] soiiés percheus, car
  commanch jou dont a Dieu, fait li [301.48] autres chevaliers, puis que vous ne volés croire mon conseil
  car je sai vraiement que chis desloiaus  [301.67] chevaliers venra adont faire cest cop se il en voit
 ] que li jours apparut. Et lors s’esveillent et li chevaliers  [301.80] saut sus et prent ses armes. Et
     , si que [302.11] elle est morte par moi et li chevaliers aussi. »  [303.1] Lors commenche li rois
  dolant, li plus malleureus de tous [303.4] autres chevaliers. Et la damoisele, qui che voit, en est
 03.6] courtoisie et de chevalerie seur tous autres chevaliers que [303.7] elle euust onques veus. Et il
   n’avoit mie [303.33] tout son service chanté. Li chevaliers descent a l’uis d’une [303.34] petite chapiele
      quant [307.45] vous l’eustes trespassee? «Ha! chevaliers mauvais et [307.46] orgilleus, Diex vous
     fiex de mon baron, ains l’engenra uns [309.57] chevaliers cele semainne que je fui espousee meismes
  set bien Diex. Onques [309.59] puis ne soi qui li chevaliers estoit ne n’oï de lui nulles nouvieles.
       a court pour parler  [314.10] a lui. Et chis chevaliers ki estoit avoec li estoit ses cousins [
    iex adont et verra [314.48] vers lui venir .II. chevaliers armés et dont li uns sera Kex li [314.4

chevauce
   . Et li [298.11] rois, qui se fu mis en la voie, chevauce entre lui et la [298.12] damoisiele tout le

chevaucha
       Gavains se fu partis [264.2]de son oncle, il chevaucha grant oirre apriés le chierf entre [264.
   fius a [282.2]Arés, se fu partis de la court, il chevaucha grant oirre pour [282.3]savoir se il peuust

chevauchant
        trouver. »   [286.1] Ensi parlant vont tant chevauchant tout un chemin  [286.2] de traviers une

chevauche
 [265.27] Dieu, si se part d’eus tout maintenant et chevauche par mi [265.28] le forest tout le jour dusques
  chevalier qui emportoit [295.3] la damoisiele, il chevauche grant oirre par mi la [295.4] chité, car
     chose [295.47] ne pense mie ne ne prent garde, chevauche toutes voies [295.48] grant oirre dusques

chevauchent
       [277.2]en sa voie entre lui et son frere. Si chevauchent tant [277.3]en tel maniere qu'il sont venut

chevauchié
  furent mis dedens, il n’orent pas [264.7]gramment chevauchié qu’il trouverent en une praerie .II. [2
   quant il se fu mis dedens la forest, il n’ot mie chevauchié  [282.5] une grant liue englesque qu’il
   aler droit a Camalaoth. Mais il n’ot pas [289.3] chevauchié demie lieue englesque quant il ot aprés

chevauchier
  que tu montes orendroit et te hastes  [270.18] de chevauchier tant que tu soies demain a court ains
           , [270.20] saches que je n’ai mestier de chevauchier, car trop sui lassés  [270.21] et travilliés
 .16] esclos qu’il s’en estoit alés, si se haste de chevauchier tant [295.17] qu’il puet. Et quant il ot
 .65] vous i venrois, se vous vous hastés un poi de chevauchier. »  [296.1] Quant cil entent ceste nouviele
 4] les amena en une valee parfonde moult anieuse a chevauchier,  [298.15] car elle estoit toute plainne
 ] elle. Et neporquant je ne porroie pas maintenant chevauchier  [299.8] devant que je fuisse assés reposee

chevauchierent
   dire que li rois [247.9] sejornoit a Londres. Il chevauchierent cele part. Et quant [247.10] il furent
    .  [264.4]Quant il furent issu de Camalaoth, il chevauchierent [264.5]par deviers la forest viers un
   en chemin  [304.5] entre lui et la damoisele, et chevauchierent le petite [304.6] ambleure tout souef

chevaus
 264.9]ja duré la mellee qu’il avoient ansdeus lour chevaus occhis [264.10]et s’estoient entrenavré si
        : « Ha ! [282.17] nains, que te demande mes chevaus? Laisse moi aler, que [282.18] Diex te doinst
  tout premierement. Et li nains [288.16] pense des chevaus ensi comme il puet, si lour donne de [288.
       lui [289.4] venir une friente aussi comme de chevaus. Et il s’arreste [289.5] pour regarder que
     ou costé seniestre, si l’ochist et li [297.36] chevaus chiet mors. Et li rois, qui estoit de grant
    plainne de pierres et de roches. [298.16] Et li chevaus a la damoisiele, qui ne se set mie tres bien
         [299.19] en pur cors, et puis se prent des chevaus garde et lour oste [299.20] les frains et les
 301.1] Endementiers qu’il parloient ensi, il oient chevaus  [301.2] venir par mi le bois tout le chemin
    il est tous apparilliés,  [301.81] il pense des chevaus et met les seles et les frains, et [301.82

chi
  . Et disoient les lettres:  [250.11] seoir cil et chi endroit doit seoir chis autres. ” Et ensi estoit
 .15] estoient: " Par foi, signour, merveilles poés chi veoir bien [250.16] apertes, que a Nostre Signour
     , aussi me fait il, [254.25] mais mes fiex qui chi est m’en parole, voelle ou non. Car [254.26] a
   a qui elle sera jugie. Et je pri que li rois qui chi est en [260.15]tiegne ceste coustume tant coume
   .   [263.1] En tel maniere coume vous avés oï et chi et en [263.2] autre liu commenchierent a venir
   nous soumes .II. [264.20]frere, et chis que vous chi veés, qui est plus jovenes de moi [264.21]bien
  et lui d’un mien chastiel qui est pres [264.30]de chi et aliens a Camalaoth pour veoir la feste del roi
 1] sera quite de nous quant nous nous partirons de chi, car [264.52] nous avons gringnour mestier de reposer
     le roi [265.20] Artus et vous dites que chil a chi esté a cui Merlins douna [265.21] la premiere aventure
    les  [266.48] moustre a son frere et dist: «Par chi s’en vait li chiers et [266.49] tout orendroit
 78.18]je t'ai parlet des aventures qui avenront et chi et aillours, [278.19]mais en quelque lieu que tu
   sage [279.13]et courtoise. Et je pri ma dame qui chi est, la roine, premierement,  [279.14]et les dames
   tenir le. Et je pri mon signeur le roi Artus qui chi [279.18]est qu'il lour prie et qu'il lour commant
   ne puet [283.7] perdre par delai et tu porras ja chi auques esprouver se tu [283.8] vaurras nient.
      [286.40] le roi Artus, si l’ai sivi jusques a chi par son commandement.  [286.41] Ore l’ai trouvé
   mais herbegier se nous n’alions chiés un hermite chi [287.9] pres en une forest. Et je sai bien son
   damoisiele, il vous est trop [292.6] bien avenu. Chi pres en ceste forest, a .II. archies pres, a [
    en avoit akievé. «Sire, fait il, ves [294.3] la chi. » Si li moustre le braket que li chevaliers en
   li rois se saingne et dist : [294.44] «Par Dieu, chi ot biele aventure ne je ne serai jamais liés [
 7.62] il est tart. Car se vous vous partiés ore de chi, vous ne [297.63] trouveriés huimais ou herbegier
  rois, nous nous soumes oublié. Nous avons [300.5] chi trop dormi. Que ferons nous ? – Sire, fait elle
  jour, car se nous en [300.7] voloions ore aler de chi, nous ne savriemes ore tenir ne [300.8] voie ne
     taisiés, che dist li rois a la damoisiele, car chi [301.4] vienent gent dont nous orrons auchunes
 ] autres. – Che vous dirai bien, fait il. Je porte chi plainne [301.27] fiole de venin si miervilleus
  elle. Sachiés que Nostre Sires nous [301.58] fist chi endormir pour oïr ches nouvieles et pour garnir
      le roi Artus [307.24] et en sa compaignie qui chi est. Mais que j’aie laissiet  [307.25] ma char
     parole a la dame et li dist: «Dame ves [309.8] chi le roi Artus qui vostre sires liges est, qui vous
  [309.13] a ceste fois au roi Artu mon signour qui chi est pour [309.14] chou qu’il le fesist chevalier

chiaus
 .25]que jou l’aille orendroit occhirre voiant tous chiaus de [258.26]laiens. Et jou en sui tout aaisiés
       que il tenoit a son pere et au roi et a tous chiaus de [263.10] laiens. Et li rois Pellinor refait
     chelui qui chevaliers estoit sour tous [274.7] chiaus que elle veist piecha mais. Et lors parole a
   honte. » Et elle commande  [275.30] maintenant a chiaus de laiens qu’il li aportent ses [275.31] armes
    conseil, l'une [280.2]d'elles parole oiant tous chiaus de laiens et dist a Gavain: [280.3] «Por chou

chief
   cest siecle que je ne li trenchaisse  [258.47]le chief aussi comme il fist a mon pere, si comme [25
  estoit en tel [259.4]maniere assis qu’il seoit el chief de la chité par deviers le [259.5]grant forest
   . Si [259.15]avera Gavains le premiere a mener a chief, Tor li fius a Arés [259.16]avra la seconde,
     [259.17]que chascuns endroit soi vendra bien a chief de la soie. » [259.18]De ceste parole s’esmiervillierent
           ne seroit pas l’aventure [260.23]menee a chief.» Et li respont qu’il ne seroit jamais aise
      . Saiciés que chascuns  [260.34] venra bien a chief de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [261.1] En
     jou ai et honte en mon ostel! Par mon [268.22] chief, il sera amendés, se je puis. Certes, ore vous
   s’en vait droit au chierf et [268.28] li cope le chief, et dist que cestui enportera il a court, qui
  et li abat la ventaille por [269.5] lui cauper le chief. Et quant cil se voit en si grant aventure [
      maintenant l’espee por [269.21] lui cauper le chief. Atant es vous une damoisiele qui [269.22] estoit
  tel maniere et qu’il li voloit cauper le [269.24] chief, elle pense que miex veult elle morir que elle
  au trenchant [269.29] de l’espee qu’il li fait le chief voler par mi le palais. [269.30] Et quant Gahariés
      voit qu’il a a la damoisiele caupé [270.9] le chief par tel mesqueance, il est trop dolans. Si se
      [272.33] de la teste et li voloient cauper le chief, quant une damoisiele  [272.34] vint avant qui
    , si la metent jus et li avoec, et li ostent le chief qu'il [277.9]avoit pendut a son col par les treches
  et tire [284.22] fort et ne li puet esrachier dou chief, car moult estoient [284.23] boin li lach. Et
  trenche a l’espee les [284.24] las et li oste del chief. Et quant cil voit sa teste nue fors [284.25
  toutes voies dira il [290.48] ou il li caupera le chief. Lors li doune par mi le chief dou [290.49] poing
    il li caupera le chief. Lors li doune par mi le chief dou [290.49] poing de l’espee si grant caup que
   l’erbe a ses mains et le met desous [299.17] son chief por chou que elle se dormist plus aise. Et il
   , veschi ma [305.7] queste. L’ai je bien menee a chief? – Certes, oïl, che dist [305.8] li rois, la
    haitiés [305.12] et qui n’ait menee sa queste a chief et a sa volenté. »  [306.1] Lors furent li saint
     dras roiaus, vostre couroune en vostre [307.9] chief, et vous aviés euut tous vos mes, lors devant
   dist: « Rois, oste cele couroune de [307.11] ton chief, car elle ne te siet pas bien. Et se tu ne l

chiel
  .” Et il tendent tuit [246.20] lour mains vers le chiel et dient : " Ha ! Diex, beneois soies [246.2

chien
 9.24]brakés autresi tous blans, mais tout li autre chien estoient [259.25]noir. Mais de la damoisiele
 ’est pas asseur. Tant a [267.9] li cierf fui et li chien cachié et Gavains feri des esperons [267.10]
   celle part canques il onques puet et li [267.14] chien aprés. Et li chiers, qui trueve la porte ouverte
   et s’adrece viers la sale et entre laiens. Et li chien [267.16] saillent demanois, qui le cachoient

chiens
      une damoisiele a tout .xxx. muetes de [259.22]chiens, si les avoit tous descouplés et les aloit huant
   un chierf [264.33]tout blanc qui .XXX. muetes de chiens cachoient, ne n’i [264.34]avoit nului, ne chevalier
 35]ne houme qui de la cache s’entremesist fors les chiens. [264.36]Quant nous veismes ceste chose, nous
 [266.47] avant et trueve les pas dou chierf et des chiens, et il les  [266.48] moustre a son frere et
   qu’il virent devant [267.2] eus le chierf et les chiens, qui estoient si lassé que li pluiseur  [26
   en mi la sale. Et il i avoit [267.18] ja tant de chiens venus k’il orent tantost le chierf mort et
 . Et quant il [268.4] trouva le chierf mort et les chiens tout entour, il commencha  [268.5] a faire trop

chier
           , et vous le devés bien [311.13] amer et chier tenir, car bien sachiés qu’il vous [311.14] retraira

chiere
  avoec li et li port hounour [313.23] et la tiegne chiere seur toutes les damoiseles de laiens. Et [3

chierement
  , mais je vous pri [297.50] que vous la gardés si chierement coume fille de roi et de [297.51] roine
       avoec un sien fil [314.69] et le garde moult chierement, et sont li dui enfant [314.70] auques d

chierf
   ’eus, il voient venir parmi le [259.20]gardin un chierf les grans saus et un braket apriés, et [259
   et les aloit huant et [259.23]esmovant apriés le chierf. Li chiers estoit tous blans et li [259.24]brakés
    chevaliers, [259.50]ki tout estoient esbahi dou chierf qui s’en estoit par mi eus [259.51]passés, et
  lour cache. Et quant elle ne trueve ne [259.55]le chierf ne les brakés, elle s’arrestut aussi coume toute
   destourbee de siurre et les brakés et le [259.63]chierf que je cache, que jou eusse pris en poi de tans
    qui aillent aprés le braket et apriés le [260.6]chierf, car il n’ont que demourer, che m’est avis,
     dist Merlins [260.17]a Gavain: «L’aventure dou chierf est vostre, mais que [260.18]vous aiiés mengié
  et montés sour vostre  [260.19]cheval et sivés le chierf tant que vous l’aiiés pris, si en [260.20]aportés
       enmainne, et Gavains en va apriés le [263.14]chierf la droite voie qu’il set. Mais ore en laisse
 2]de son oncle, il chevaucha grant oirre apriés le chierf entre [264.3]lui et Gahariet son frere, qui
 2]a autre, il avint chose que nous encontrasmes un chierf [264.33]tout blanc qui .XXX. muetes de chiens
   vait un poi [266.47] avant et trueve les pas dou chierf et des chiens, et il les  [266.48] moustre a
    les brakés  [266.55] qui glatissoient apriés le chierf et estoient assés pres [266.56] d’eus. «Sire
  en tel maniere qu’il virent devant [267.2] eus le chierf et les chiens, qui estoient si lassé que li
 , les commenche a crier et [267.6] a huer aprés le chierf. Et lors commenche li grans sons et [267.7]
 .18] ja tant de chiens venus k’il orent tantost le chierf mort et [267.19] occhis. Et quant il l’orent
     et de sa glaive. Et quant il [268.4] trouva le chierf mort et les chiens tout entour, il commencha
       que vous aiiés n’enporterés vous le [268.24] chierf de chaiens, ains i remanra et vous avoec, et
 27] tout a cheval et descent et s’en vait droit au chierf et [268.28] li cope le chief, et dist que cestui
       de par chelui qui ot l’aventure [270.14] dou chierf en don. Et pour chou que on sache l’ochoison
    n’estes venus a la mellee, ou  [271.22] pour le chierf que vous avés occhis ou por la damoisiele.
  cheval, et li fait baillier la [275.33] teste del chierf por chou que elle veult bien que cil de la
     levriers et son braket et la [313.4] teste del chierf: «Damoisele, que dites vous? Nous soumes  [

chiers
 ] convient il que vous vous entramés et vous tenés chiers [248.11] comme freres, car pour l’amour et pour
     huant et [259.23]esmovant apriés le chierf. Li chiers estoit tous blans et li [259.24]brakés autresi
     n’estoit se mierveilles  [259.33]non. Quant li chiers aprocha de la court, il se feri [259.34]dedens
  pour houme nul, et li brakés aprés. Et [259.35]li chiers se feri outre et se remet en la grant sale ou
  fort qu’il [259.38]enporte la pieche. Et quant li chiers se sent navrés, il se [259.39]lanche outre par
         a son frere et dist: «Par chi s’en vait li chiers et [266.49] tout orendroit: je ne sai quel part
           li grans sons et [267.7] la noise. Et li chiers se remet es saus au plus qu’il puet et [267
     seant, close de murs et de fossés. [267.13] Li chiers s’adrece celle part canques il onques puet et
   il onques puet et li [267.14] chien aprés. Et li chiers, qui trueve la porte ouverte, se met [267.1

chiés
        [287.8] hui mais herbegier se nous n’alions chiés un hermite chi [287.9] pres en une forest. Et

chiet
    pourfende jusques es dens. Et chius [266.35] si chiet a la terre, qui estoit durement ferus. Teuls
   haut [272.27] drechier ne s’espee tenir, ains li chiet a terre. Et quant [272.28] Gahariés voit chou
  , que li fers en pert de l’autre part [272.31] et chiet a la terre, qu’il estoit a mort ferus. Et li
  teste et l’estourdist [284.20] tout, si que chius chiet as dens sour l’erbe vert ne n’a pooir [284.2
      d’une toise loing del [291.47] bu, et li cors chiet a terre. Et la damoisiele keurt cele part [2
 » Et quant elle a ceste [295.34] parole dite, elle chiet arriere pasmee. Ne cil onques pour [295.35] chou
 295.44] la pointe en pert de l’autre part. Et lors chiet arriere toute [295.45] envierse coume cele qui
      seniestre, si l’ochist et li [297.36] chevaus chiet mors. Et li rois, qui estoit de grant legierté
 ’il le fent tous [297.40] jusques es dens, et chil chiet mors en mi le pré. Et c’estoit [297.41] cil qui
 8.17] garder, tresbuche dessus une roche. Et celle chiet a terre [298.18] si felenessement seur le brach

chil
      Signour plaist que ensi soient assis [250.17] chil preudoume comme nous les avons ordenés, car il
   la court le roi [265.20] Artus et vous dites que chil a chi esté a cui Merlins douna [265.21] la premiere
  aillours [280.16]li Chevaliers as Damoisieles, ne chil nons ne li chaï tant [280.17]coume il pot armes
  chis brakés qui estoit [286.26] devant lui estoit chil qu’il aloit querant. Si le prent erraument  [
     part u il veult. Et quant il voit [290.18] que chil est si au desous qu’il ne puet mais en avant,
    qu’il le fent tous [297.40] jusques es dens, et chil chiet mors en mi le pré. Et c’estoit [297.41]

chis
   miex le maintenra que [245.18] vous ne ferés. Et chis i asserra .L. des plus preudommes, [245.19] que
      cest païs. – Sire, font [246.18] cil, qui est chis qui vous tant loés et qui est si poissans? [2
 1] tu, quant tu tel pere nous as pourveut a avoir! Chis nous [246.22] sera voirement boins peres et nous
  boins chevaliers, [248.18] li mieudres des boins, chis qui metera a fin les perilleuses [248.19] aventures
   sera [248.36] che a piece, che dist li rois, que chis chevaliers viegne qui [248.37] doit cesti siege
    :  [250.11] seoir cil et chi endroit doit seoir chis autres. ” Et ensi estoit  [250.12] singniés chascuns
         [250.12] singniés chascuns sieges, ne mais chis d’en mi lieu et li [250.13] darrainniers: en ces
     que je le te demanderai. [254.9] Et saches que chis dons ne te puet riens nuire. ” Li rois [254.1
    ne sera se chevaliers non. Ne sai [254.40] dont chis corages li puet venir. ” Et lors commenchent
  Arés. ” Si le dist a tel eure que puis ne li chaï chis [255.31] nons. Et lors prent l’espee que chis
      chis [255.31] nons. Et lors prent l’espee que chis portoit et li donne la [255.32] colee. Et sachent
    vous mie [256.12] tout fait, che me samble, que chis daerrains liex est viex [256.13] et atent son
  [258.14] si bien digne de seoir en che lieu comme chis en [258.15] estoit. » Et a ceste parole s’acordent
   est voirs que nous soumes .II. [264.20]frere, et chis que vous chi veés, qui est plus jovenes de moi
  et l’autre [268.58] arriere. Si l’a tant mené que chis ne le puet ja plus endurer, [268.59] car trop
 ] grant gent ne fu onques si riches herbagages com chis est. [271.16] – Bien puet estre», che dist Gavains
  . «Ha! fait elle, vous estes niés le roi Artus et chis [275.21] est vostre freres. – Dame, oïl voir.
 78.2]miervelles et fus norris par aventure tel que chis qui te [278.3]norrissoit ne savoit qui tu estoies
    , qui estoit aussi blans [286.6] comme nois, et chis blans estoit li plus riches. Lors dist li [28
 6.7] nains au chevalier: «Sire, en cel pavillon ou chis blans [286.8] escus pent trouverés vous vostre
      en [286.25] un autre. Et il connoist bien que chis brakés qui estoit [286.26] devant lui estoit chil
  n’en poés vous aler sans bataille. Savés vous qui chis est? [289.11] – Oïl bien, fait il. C’est cil meismes
  , car vous le renderés a vostre [289.17] honte! » Chis ne li respont onques mot a chose que il li [2
 ! pour Dieu, [291.36] damoisiele, che dist Tor, se chis chevaliers ne vous a tant [291.37] mes fait qu
  la forest [295.15] tout droit viers le chemin que chis s’en vait et tous les [295.16] esclos qu’il s
 295.21] Li rois le salue et s’en passe outre coume chis qui [295.22] n’a talent de demorer. Et quant celle
  estre blasmés se il vous en meschiet. »  [301.50] Chis qui vient de Camalaoth s’en vait tout le grant
 6] devant eure de disner, car je sai vraiement que chis desloiaus  [301.67] chevaliers venra adont faire
 1] disoie orendroit. Mais tant vous di je bien que chis est vostres  [311.12] fiex et que vous l’engenrastes
  et venoit a court pour parler  [314.10] a lui. Et chis chevaliers ki estoit avoec li estoit ses cousins
       pas que che soit ses peres, ains cuidera que chis [314.54] le gabe et escarnisse. Si s’en ira outre
        a norreture et a sauvement par [314.66] cui chis païs vendra a destruction. – Coument! fait li

chité
  Gennevre sacree avoec le roi Artus en [255.23] la chité de Camalaoth et porterent ambedui couroune. Et
  , et firent si grant joie et si grant feste en la chité [256.25] de Camalaoth que tout li povre homme
    [259.4]maniere assis qu’il seoit el chief de la chité par deviers le [259.5]grant forest, pres d’un
       , il chevauche grant oirre par mi la [295.4] chité, car moult li anuioit qu’il avoit tant demouré
  ans, que vous estiés a [307.2] Montor, une vostre chité, et teniés court riche et miervilleuse,  [30

chitet
  li baron dou [259.2]roiame de Logres firent en la chitet de Camalaoth. Li [259.3]grans palais ou li rois

chius
           le saviés, mais tant vous di je bien que chius de [248.35] qui il istera n’a pas encore .II
  garandist qu’il nel pourfende jusques es dens. Et chius [266.35] si chiet a la terre, qui estoit durement
  en la teste et l’estourdist [284.20] tout, si que chius chiet as dens sour l’erbe vert ne n’a pooir
    contreval la fache, ne onques pour chou ne vaut chius [290.51] dire chose qu’il li requesist.  [29

choile
   la u je vous verroie,  [309.34] car li anemis se choile tout dis et respont au [309.35] plus qu’il puet

chose
    certes je n’och onques si grant joie [245.7] de chose que je veisse que jou ai de ceste nouviele. Ma
 251.7] comme li vaurront estre a un acort! ” Ceste chose tinrent [251.8] a grant merveille tout li sage
    sage houme et disent que se che [251.9] ne fust chose qui a Nostre Signeur pleust, ja tel merveille
 6] commenchement de la table.  [252.1] Quant ceste chose fu ensi faite, Gavains, qui [252.2] estoit biaus
      [252.4] un don. ” Et il li otroie, se che est chose que il puisse [252.5] avoir. " Sire, grans merchis
     que tu ne deusses pas baer a si haute [254.23] chose coume est chevalerie ne tes fiex ne s’en deust
   [254.26] a ma volenté ne baast il pas a si grant chose comme est [254.27] ceste, ains fust hom labourans
      si autre parent. Mais [254.29] il onques pour chose que je li desisse ne s’i veut consentir [254
      chevaliers. ” Li rois dist que ceste [254.31] chose tient il a grant merveille. Et puis redemande
   rois, qui moult estoit sages, ne tient mie ceste chose [254.43] a gas, si dist au varlet: " Biaus amis
 ] preudomme, dist li rois, que tu bees a gringnour chose [254.48] que ti autre frere ne font. Certes tu
   ti autre frere ne font. Certes tu ne me requiers chose [254.49] que je ne te fache. Et je cuic que se
     partie, ja tes cuers ne te traisist a si haute chose [254.51] comme a chevalerie. Ore doinst Diex
  li dirai, car je sai aussi [255.46] bien coume la chose avint coume tu le ses. ” Et quant li [255.47
    [257.24] dalés soi et le merchie moult de ceste chose. Et lors parole [257.25] Merlins si haut que
  siege. Et quant li rois Artus voit [258.10] ceste chose, il dist a Merlin: « Certes, Merlin, voirement
      vous se vaurroit entremetre de ceste [258.12] chose, car nus ne le peust faire si sagement ne si
         , si ne doi pas main metre a chevalier por chose qui [258.24]aviegne. Et nepourquant, se vous
     chaiens [259.10]estes, ore ne vous mouvés pour chose que vous veés, et je [259.11]vous di que vous
  , et je vous di que [260.3]ja ne perderés chaiens chose qui bien ne vous soit rendue. [260.4]– Or muevent
  »  [261.1] En che qu’il parloient laiens de ceste chose, es [261.2]vous un chevalier armé de toutes armeures
              d’un chemin [264.32]a autre, il avint chose que nous encontrasmes un chierf [264.33]tout
  fors les chiens. [264.36]Quant nous veismes ceste chose, nous desimes entre nous [264.37]que chou estoit
 8.55] mors, par ensi que il ne li convenist a dire chose qui contre [268.56] s’ounour fust. Et Gavains
    n’a [269.17] mestier, che dist Gavains. Ja pour chose que tu me dies [269.18] n’escaperas, ains i morras
    dirai. [274.15] Et saiciés que je ne vous dirai chose ou on puisse veoir vostre  [274.16] honte ne
    roi. Et celes vont a conseil [279.22]pour ceste chose et revienent erraument, non mie que elles [2
  viverés ne [280.6]meterés main en damoisiele pour chose que elle vous die [280.7]ne fache se vous ne
  estoient : [281.4] «Gavains, je vous dirai ja une chose dont vous deveriés [281.5]estre moult plus seur
  Et il s'agenoille [281.23]erraument et jure ceste chose a tenir tout son vivant. «Sire [281.24]rois,
     mie, fait il, mais jou l’ai pris coume la moie chose la [286.47] ou je le trouvai. – Ore alés, fait
  [289.17] honte! » Chis ne li respont onques mot a chose que il li [289.18] die, ains li adreche la teste
   de moult grant bonté, et chou [290.7] estoit une chose qui moult li valut le jour et qui moult fist
    morir, que une seule [290.34] fois dire u faire chose qui tornast a recreandise! – Comment!  [290.
  pour [290.46] paour de morir ne ferai ne ne dirai chose qui a honte me [290.47] tourt.» Et cil dist que
  , ne onques pour chou ne vaut chius [290.51] dire chose qu’il li requesist.  [291.1] Endementiers qu
   je li trenche ? – Oïl, fait [291.17] elle, autre chose ne vous demande jou. – Che me poise, [291.18
       ne servirai se vous non ne ne ferai [291.35] chose qui contre vostre volenté soit. – Ha! pour Dieu
    les fache tous trois [294.47] certains de ceste chose. – Ore la mandés dont, che dist [294.48] Merlins
    angoisse que elle sent. Et li rois, qui a ceste chose [295.47] ne pense mie ne ne prent garde, chevauche
   aventure biele et moult me plaist que j’ai ceste chose [301.62] oïe en tel maniere, car, se Dieu plaist
   i avoit de remanant. Quant il voit ceste [302.7] chose, il en est trop courechiés, si dist: «Ha! Diex
  car je connois tout apertement que ceste [303.17] chose est avenue par mon pechiet. – Et de quoi ? fait
     est li mieudres  [303.29] que il voie en ceste chose. Si baille la teste de la [303.30] damoisele
    s’em parti et moult [304.4] le merchia de ceste chose. Et maintenant se remist en chemin  [304.5] entre
  che dist li rois, nennil, et se esce [306.25] une chose que je desiraisse moult a savoir, s’estre peuust
  qu’il ne fait as mauvais. Et chou est [306.36] la chose qui plus vous doit reconforter seur ceste  [
  .  [307.37] Mais encore vous diroie jou une autre chose, se je [307.38] ne vous cuidoie moult courecier
 ] sachés, Merlin, fait il, vous ne me porriés dire chose dont [307.41] je me courechasse, car je sai bien
   je sai bien que vous ne me diriés [307.42] nulle chose por men mal. – Certes, chou est voirs, fait
 ’aviegne. – Ore [308.19] laissons atant ester cele chose, che dist li rois Artus, mais [308.20] parlons
     par [312.8] aage. Et quant la dame voit que la chose est a chou avenue, [312.9] elle prent congiet
 2.15] vous abaissier et de metre a nient: en ceste chose vous [312.16] devés vous regarder et prendre
   le vous dirai, car je sai bien que [314.6] ceste chose sera celee par vous. – Voirs est, che dist li
       a ta char te faurra ta chars, et che sera la chose [314.18] pour coi tu morras plus tost» ? – Se
 , si ne savriés [314.21] pas si bien celer auchune chose coume il couverroit a [314.22] faire. – Certes
    a [314.22] faire. – Certes, ce dist li rois, ja chose que vous me dites [314.23] ne descouverra por
 [314.70] auques d’un aage. Et encore vous di autre chose: saichiés [314.71] que li enfes dont je vous

choses
 , qu'il dira voir au revenir [278.35]de toutes les choses qui li seront avenues et qu'il avra [278.36
      que vous [279.3]nous dirés voir de toutes les choses qui vous sont avenues [279.4]puis que vous vous
 279.11] se vous n'i eussiés folement ouvré de .II. choses. Et [279.12]la dame qui cha vous envoia n'estoit
      , car [293.3] moult estoient aaisié de toutes choses. A l’endemain, [293.4] quant il ot messe oïe
 .7] jurer sour sains qu’il dira voir de toutes les choses qui avenues  [294.8] li sont en ceste queste
   que vous estes si [306.28] mescheans en auchunes choses, car, se Dieu me consaut, [306.29] je ne sai
 .40] chou dist li rois Pellinor, vous ki savés les choses, ja [306.41] ne seront si obscures, dites moi
    vous descouverroie en [308.8] nulle maniere les choses que li Haus Maistres a establies [308.9] a sa
 .34] qui vous tiesmoignent a voir disant de toutes choses.  [310.35] – Et reconnissiés vous encore de
  , li [312.25] contes s’en taist et moult a autres choses que a parler de [312.26] lui.  [313.1] Quant
  [313.7] faire. Et puis qu’il ne me faut riens des choses que jou [313.8] avoie quant jou entrai en vostre

chou
  blasmer et vont blasmant et honnissent de [243.5] chou que je ne prenc feme. Que m’en loés vous ? Car
      que je sace [243.23] es isles de mer. Et pour chou la voel jou avoir. Et se [243.24] je ne l’ai,
       a la damoisiele [244.2] dites vous voir, car chou est la plus biele que je sache [244.3] orendroit
 5.10] Mais che que je miex aimme li envoierai jou, chou est ma [245.11] Table Reonde. Mais elle n’i est
      les .L.. « Pour coi ? fis je. [245.16] – Pour chou, fist il, que elle cherra prochainnement en [
 ” Ceste parole me dist [245.20] li preudom et pour chou laissai jou en tel maniere la table [245.21] qu
   que [246.6] je en i osaisse metre nul. Mais pour chou que je vous aim  [246.7] tous autant que se vous
 ’avés vous apielé perilleus ? – Sire, por [248.27] chou qu’il i a si grant peril que ja chevaliers ne
    ! – Je le fais, che dist [248.47] Merlins, pour chou que se en toutes tes grans joies te souvenoit
      et au siecle [249.9] s’i asserra encore. Pour chou est il bien drois que vous le [249.10] lieu benissiés
   coururent cha et la par les sieges pour veoir se chou [251.3] estoit voirs. Et quant il aperchiurent
    [252.6] servi a gré. Et savés vous de quoi ? De chou que vous me [252.7] ferés chevalier au jor de
       , pour [254.6] coi tu soies poissans d’avoir chou que on te demande. Et [254.7] pour ceste nouviele
  la feste. Et [256.5] dirent auchun de Gavain pour chou que biel et apiert le [256.6] veoient : " Cil
  mais je [256.15] ne le lais ore mie a emplir pour chou qu’il n’ait chaiens [256.16] assés de boins chevaliers
      [256.16] assés de boins chevaliers, mais pour chou qu’il doit definer  [256.17] ensi qu’il commenche
    et de valour et de courtoisie. [257.12] Et pour chou que je connois vraiement que tu seras [257.13
       [257.16] tes hom voiant tous tes barons pour chou que tu t’en [257.17] fies des ore en avant en
 .6] vostres. Et saichiés que je ne le fac mie pour chou que j’aie [258.7] a vous gringnour amour k’a nul
 7] a vous gringnour amour k’a nul autre, mais pour chou [258.8] que je vous tieng et connois a boin chevalier
     le roi Pellinor  [258.17] et on li ramentevoit chou qu’il avoit son pere ochis, [258.18] il dist a
     [259.12]aventures que onques veissiés. Et pour chou qu’il [259.13]n’en avra nulle chaiens achievee
  : [262.4] «0 biel signour, ne vous est bien avenu chou que je vous [262.5]avoie pramis de .III. aventures
   ceste chose, nous desimes entre nous [264.37]que chou estoit des aventures qui estoient coumenchies
      en une grant queste. Et [264.47] quant je vic chou, je dis que je m’en desfenderoie, et il dist
     nous. » Si s’entrefianchent erramment [265.17] chou qu’il avoient creantet, et puis dient a Gavain
  puet, il n’en est pas gramment esmaiiés [266.3] a chou que il le voit seul, si s’en vait toutes voies
  au [266.6] plus tost qu’il puet d’issir fors pour chou que li chevaliers [266.7] ne l’abache en l’iaue
   met le main a l’espee et dist que, pour [266.13] chou se il l’a abatu, ne l’a il pas vaincu. «Coment
   , li fius le roi Loth d’Orkanie, [266.37] apriés chou qu’il ot recheut l’ounour de chevalerie. Et [
   : «Ha! Diex, tant ai malvaisement  [268.6] gardé chou dont ma dame m’a ore tant priiet! » Et [268.7
    monde que il plus amoit. « Il [268.17] ont fait chou que il deurent, fait Gavains, mais vous ne [2
   , fait Gavains, mais vous ne [268.18] faites mie chou que vous devés, ains faites coume vilains [26
  par mi le palais. [269.30] Et quant Gahariés voit chou, il s’escrie: «Ha! frere, que [269.31] esche que
    m’en caut il se je sui occhis fors [270.6] pour chou que je morrai par le main dou plus mauvais [2
  ot l’aventure [270.14] dou chierf en don. Et pour chou que on sache l’ochoison [270.15] de nostre bataille
   esbahis, car moult estoit preus. Et pour [272.5] chou qu’il ne le peussent damagier par derriere se
  li chiet a terre. Et quant [272.28] Gahariés voit chou, il prent une glaive et keurt a chelui qui  [
    contes que quant li chevalier [273.2] entendent chou que la dame lour a dit, il remetent lour [273
    [273.21] conseil qui demourastes chaiens apriés chou que vous [273.22] euustes vostre bataille finee
      dementant, il l’en prent moult grant pitié, a chou [274.5] que elle voit que c’estoient jovene enfant
    vous [274.14] me volés fianchier que vous ferés chou que je vous dirai. [274.15] Et saiciés que je
 , vous me samblés [275.3] moult courtoise, et pour chou me meterai jou en aventure [275.4] de faire vostre
      , se vous vivés longement. [275.24] Mais pour chou que vous avés trop mespris de ma damoisiele 
    jou que vous faichiés en lieu [275.27] d’amende chou que je vous deviserai, et si le vous commanch
  li fait baillier la [275.33] teste del chierf por chou que elle veult bien que cil de la [275.34] court
         et vous nel daingniés  [276.10]escoter. Et chou que elles vous encarcheront pour [276.11]amende
      sont senefiances et commenchement  [278.11]de chou qui devoit avenir en ton ostel et en ta [278.
 [278.12]subjection et en maint autre lieu. Et pour chou di jou que [278.13]tu dois estre apielés rois
       qui seront frois et reposet, [278.27]et pour chou seront il souvent outré. Mais pour chou que [
 27]et pour chou seront il souvent outré. Mais pour chou que [278.28]il ne porroit pas estre que en ces
 278.31]bons des mauvais et hounerer chascun selonc chou qu'il [278.32]est, pour chou te loc jou que, si
        chascun selonc chou qu'il [278.32]est, pour chou te loc jou que, si tost que chevaliers se [27
    soit s'ounour ou soit sa honte. Et [278.37]pour chou porra on connoistre le proueche de chascun, [
   .» Et li rois les em [279.19]prie erraument pour chou qu'il voit que a Merlin plaist. [279.20]Et la
    chiaus de laiens et dist a Gavain: [280.3] «Por chou que en la damoisiele mesistes main si cruelment
    ne fu ne de si lontaigne terre. Et pour [280.14]chou qu'il aida puis tout dis si volentiers et de si
 81.27]aventures qui avenrront espessement. Et pour chou [281.28]que vous ne troverés pas gramment qui
 .31]dont on contera en vostre court la verité pour chou que [281.32]aprés nos mors sachent nostre hoir
      s’en vait tout son droit chemin pour [282.10] chou qu’il voit tout apertement devant li les esclos
    , [283.5] car je ne sai quel part je trouverrai chou que je vois querant.  [283.6] – Ne t’esmaie pas
 4] que nature de lignage li ensegnoit, ne mie pour chou qu’il [283.15] cuidast estre estrais fors de vilains
    estoient [284.23] boin li lach. Et quant il vit chou, il li trenche a l’espee les [284.24] las et li
 5.7] damage. – Nains, fait il, je le te doing, car chou est la [285.8] premiere requeste que on me fesist
     puissedi que je fui chevaliers.  [285.9] Or di chou qui te plaira. – Je te pri, fait li nains, [2
    pour coi [285.14] je m’en vois avoec toi ? Pour chou que je ne voel plus [285.15] demourer avoec ces
   s’en [286.14] vait cele part ou il cuida trouver chou que il vait querant.  [286.15] Et quant il vint
      jus del lit et commence a glatir si fort pour chou que [286.21] il ne connissoit pas le chevalier
  a une fenestrele et l’ouvri et regarda dehors qui chou [288.11] estoit. Et quant il voit le chevalier
     et l’espee Tor estoit de moult grant bonté, et chou [290.7] estoit une chose qui moult li valut le
    mais pooir de toi desfendre. Mais pour [290.21] chou qu’il m’est avis que tu es boins chevaliers te
  tant qu’il ait la vie el cors, car aprés [290.31] chou que je mesmes reconnisteroie ma recreandise [
 0.35] fait Tor, si volés vous miex morir que faire chou que [290.36] je vous requier? – Oïl, fait li chevaliers
    pour pooir que [290.45] tu aies. Ore fai de moi chou qu’il te plaist, car ja pour [290.46] paour de
   [290.50] tout contreval la fache, ne onques pour chou ne vaut chius [290.51] dire chose qu’il li requesist
     qui [291.11] onques mais me requesist. Et pour chou ne vous escondiroie  [291.12] je en nulle guise
  caille, fait [291.19] elle, de sa chevalerie, que chou estoit li plus desloiaus chevaliers  [291.20]
   pour [291.23] ses paroles, que bien’ sachiés que chou la plus desloial [291.24] riens est que tu onques
    mierchi [291.41] tout en plorant. Ore en faites chou que vous avés en [291.42] couvent, s’il vous plaist
   les compaignons de la Table Reonde [294.11] tout chou qui avenu li estoit, ensi coume li contes l’a
  de li, et ensi fu engenrés Tor. Mais [294.34]pour chou que li vilains ot a feme la damoisiele cele [
   faire a damoisiele coume [295.11] elle fait pour chou qu’il l’emporte. – Et quel chemin s’en [295.1
  chiet arriere pasmee. Ne cil onques pour [295.35] chou ne retorne, car trop li tarde qu’il ait ataint
   et je [296.16] vous i remenrai a droit, car pour chou m’envoia cha li rois [296.17] Artus, en cui ostel
      . [297.10] – Je la voel, fait cil, avoir pour chou que elle est ma cousine  [297.11] germainne, si
 ’autre, pour coi le [297.14] demandés vous? – Pour chou, fait il, que je l’ai conquesté  [297.15] par
     ai fait que dusques cha l’en ai amené. Et pour chou [297.18] la deveroie jou avoir, che m’est avis
   vous, che dist li rois, en poés tenir a fol pour chou [297.20] que pour li avés encommenchiet bataille
       huimais ou herbegier. » Et il li otroie pour chou [297.64] qu’il set bien que cil li dist voir.
  ses mains et le met desous [299.17] son chief por chou que elle se dormist plus aise. Et il meismes
  ost, il ne les douteroit pas une keneule. Et pour chou [301.17] m’en revois jou a mon signeur grant oirre
     je reviegne  [301.25] mais. – Et comment porra chou estre? che dist li [301.26] autres. – Che vous
   et [301.44] que vous n’en soiiés honnis. Et pour chou vous loeroie je [301.45] miex le retorner que
 6] retournera ja, car bien cuide faire legierement chou qu’il [301.47] a empris. « Ore vous commanch jou
 1.75] canques on fait et dedens et dehors, et pour chou croi je [301.76] vraiement que nous trouverons
   occhirre, si en est il ensi avenu. [303.19] Pour chou se vous devés penser que en mener duel [303.2
   puis [303.22] tenir que je dolans n’en soie pour chou que je m’en sench [303.23] coupables. Mais ore
     , li rois Artus li commanda qu’il contast tout chou [306.4] qu’il li estoit avenu en ceste queste
   . Si commencha maintenant a conter  [306.6] tout chou qu’il li estoit avenu, ensi coume li contes l
 ] anuis en cest monde qu’il ne fait as mauvais. Et chou est [306.36] la chose qui plus vous doit reconforter
    coume vous le devisés. – Sire Merlin,  [306.40] chou dist li rois Pellinor, vous ki savés les choses
     , ja [306.41] ne seront si obscures, dites moi chou que je vous demanderai.  [306.42] Et certes, se
 ] Ensi te dist li fols la senefiance de ta mort et chou que tu [307.17] seras mis en autrui subjection
      . Et ne savoit il qu’il disoit, [307.18] fors chou qu’i li venoit a la bouche. – Certes, che dist
        [307.42] nulle chose por men mal. – Certes, chou est voirs, fait [307.43] Merlins, et je vous dirai
     , fait [307.43] Merlins, et je vous dirai dont chou que vous me [307.44] requerés. Oistes vous chou
    chou que vous me [307.44] requerés. Oistes vous chou que la damoisiele dist quant [307.45] vous l’eustes
           secours [307.50] que j’ai de toi! » Tout chou dist la damoisiele. – Certes, [307.51] voirs est
  souvenoit, car onques ne poi entendre que [308.5] chou estoit a dire. Et pour chou vaurroie jou priier
   entendre que [308.5] chou estoit a dire. Et pour chou vaurroie jou priier pour [308.6] Dieu que vous
 308.10] savroit a dire fors moi seulement, et pour chou ne le savrés [308.11] vous pas devant le jour
        avant venir la mere Tor, si connisteroit ja chou que [309.3] je vous ai dit. » Et il le commande
  au roi Artu mon signour qui chi est pour [309.14] chou qu’il le fesist chevalier. – Dame, che dist Merlins
    , si rougist [309.23] de la honte que elle a de chou qu’il li met sus. Et quant [309.24] elle parole
   preudefeme et si puet bien dire [309.39] voir de chou que elle a dit. Mais se elle ne veult encore
    ne veult encore [309.40] recounoistre verité de chou que je li demanc, je le vous [309.41] conterai
      est, je ne li souffrisse  [309.53] pas a dire chou que elle dist. » Et lors dist la [309.54] dame
    [310.1] Lors parole li rois et dist: «Dame, a chou que [310.2] vous me dites ne samble il pas que
    pere. Et Tor dist qu’il se tient a boin euré de chou que [312.4] li rois Pellinor est ses peres. Et
  Et li rois dist qu’il se tient a [312.5] riche de chou que Tor est ses fiex, car il a tant de bien veut
 .8] aage. Et quant la dame voit que la chose est a chou avenue, [312.9] elle prent congiet au roi Artus
    la boine [312.12] euurté et en la hautece, pour chou ne l’oubliés vous pas, [312.13] car bien sachiés
  pour li conduire en [314.12] ceste court. Et pour chou li di jou qu’il avoit autant gaaignié  [314.1
   se saingne de la mierveille et dist [314.15] que chou a esté droite mesqueanche. « Mais or me dites
    » ? – Se je vous disoie, fait [314.19] Merlins, chou que je sai, maint mal en porroient bien avenir
    puet nus eschaper. Mais ore me redites [314.33] chou que je vous demanc. – Volentiers, fait Merlins
     , fait Merlins. Je [314.34] le vous dirai seur chou que vous averés acreanté que [314.35] jamais par
  [314.62] Et se je pooie, je la destorneroie, sauf chou que je [314.63] n’en parlaisse n’a cestui n’a

cierf
     . Et lors li saut li brakés et aert [259.37]le cierf par derriere en la quisse et le tient si fort
  coume cil qui n’est pas asseur. Tant a [267.9] li cierf fui et li chien cachié et Gavains feri des esperons

ciertes
   peres et nous maintenra comme ses [246.23] fiex. Ciertes, nous ne prions Dieu fors qu’il nous mesist
 «Ha! Ha! chevaliers  [271.27] felons et desloiaus, ciertes mal occhesistes la  [271.28] damoisiele: vous

cil
  , la fille le roi Leodegan de Carmelide, [243.19] cil qui tient en son ostel la Table Reonde, que vous
  parfaire en tout cest païs. – Sire, font [246.18] cil, qui est chis qui vous tant loés et qui est si
     de Camalaoth a la feste de sa feme. Et [248.4] cil i vinrent au plus esforchiement qu’il porent. Et
                   aventures dou roiaume de Logres. Cil s’i [248.31] asserra et reposera, mais che ne sera
    poursingniés et benissiés ces sieges [249.7] ou cil preudoume serront, et il en est bien drois, que
   estoit. Et disoient les lettres:  [250.11] seoir cil et chi endroit doit seoir chis autres. ” Et ensi
   se tres grant bien [250.21] non!”  [251.1] Quant cil del palais oïrent ceste nouviele, [251.2] il coururent
    [253.14] coume il estoit, et ses fius aussi, et cil salue le roi et [253.15] dist oiant tous cheus
     coi je soie poissans dou douner. ” [254.14] Et cil si saut errant de son ronchin et li vait baisier
    : " Di moi ton estre et quans enfans tu as." Et cil respont: [254.33] " Sire, je le vous dirai. Saichiés
     amis, veuls tu estre chevaliers ?" [254.44] Et cil respont: " Sire, il n’a riens el monde que je
  il s’en devoit venir, adont [255.11] li chaignoit cil l’espee qui chevalier le devoit faire. En tel
     et li donne la [255.32] colee. Et sachent tout cil qui ceste ystoire escoutent que [255.33] li premiers
       honte en che que je li [255.56] met sus, car cil dont je tieng la parole est rois sacrés, et [2
     chou que biel et apiert le [256.6] veoient : " Cil vengera encore son pere, se il vit longuement,
        jour furent assis a [256.8] la Table Reonde cil qui compaignon i estoient et furent [256.9] tout
     , et ensi le doit faire si haus liex coume est cil de la [256.23] Table Reonde. ” En tel maniere souffrirent
 . Et lors parole [257.25] Merlins si haut que tout cil dou palais le porent entendre: [257.26] " Signour
       et li [258.3] dist: « Venés apriés moi. » Et cil se dreche erraument et [258.4] vint apriés Merlin
 58.15] estoit. » Et a ceste parole s’acordent tout cil del palais fors [258.16] Gavain. Cil voirement
          tout cil del palais fors [258.16] Gavain. Cil voirement, si tost comme il connut le roi Pellinor
 9.18]De ceste parole s’esmiervillierent moult tuit cil de la sale. [259.19]Et en che qu’il parloient entr
   porra li chevaliers ensiurre s’aventure, [260.14]cil a qui elle sera jugie. Et je pri que li rois qui
    [260.28]et le braket pris, ou mort ou vis. » Et cil dist que de cel [260.29]commandement faire est
       elle [261.7]au plus que elle pooit. Et quant cil l’ot monté en tel  [261.8]maniere, il se retorne
  si s’en vait toutes voies outre. Et [266.4] quant cil le voit aprocier de la rive, si li laisse courre
     qu’il l’abat [266.11] dou cheval a terre. Mais cil n’i fu mie longement, [266.12] ains resaut sus
   quites, se il me plaist? [266.15] – Nennil, fait cil, par droit, tant coume je voelle la mellee,  [
    , tous ensi montés [266.22] coume il estoit. Et cil saut maintenant au glaive. Et quant [266.23] il
  plus qu’il puet et [267.8] commenche a fuir coume cil qui n’est pas asseur. Tant a [267.9] li cierf fui
    encore que il en i euust nul [268.14] occis. Et cil dist a lui que ja por lui ne laira a cachier ne
    de toutes pars a l’espee trenchant. [268.52] Et cil, ki bien voit qu’il est en aventure et en peril
          por [269.5] lui cauper le chief. Et quant cil se voit en si grant aventure [269.6] et il set
 ’escaperas, ains i morras orendroit. – Voire? fait cil. [269.19] Ore m’ochi dont, car ja plus ne t’en
       et que tu ensi le me fianches. » Et [270.24] cil li fianche erramment, puis que il voit que autrement
    , a che qu’il estoit assés las et travilliés et cil [272.3] sont quatre, fres et reposé, et il est
   escut sour sa teste et traist [272.7] l’espee. E cil li courrurent sus tout .IIII. et l’assaillent de
       que che n’est se mierveille [272.10] non. Et cil, qui morteument le heent, le tienent au plus [
       . » Lors fait l’uis de la chambre ouvrir, et cil issent [275.13] fors et vienent deviers la dame
  teste del chierf por chou que elle veult bien que cil de la [275.34] court sachent qu’il ait sa queste
     [277.24]Merlins parla et dist si haut que tout cil del palais [277.25]le porent bien oïr:  [278.1
    la [281.3]table le porent bien entendre et tout cil qui laiens estoient : [281.4] «Gavains, je vous
         chevaliers qui [282.27] pour veoir comment cil de la court le roi Artus sevent [282.28] jouster
      de lui, se li adreche la teste dou cheval. Et cil, qui [283.13] le voit venir, ne le refuse pas,
    mot fors qu’il laisse [283.25] courre a Tor. Et cil ne le refuse pas, ains li retourne le cheval.
      pas, ains li retourne le cheval.  [283.26] Et cil le fiert si durement qu’il li brise le lanche en
      [283.31] bien garir. Il l’empaint bien, comme cil qui estoit assés [283.32] fors, si le porte del
   tout a cheval si que tout le debrise, [284.7] et cil se pasme de l’angoisse qu’il sent. Et Tor descent
    [284.12] l’ochirra s’il ne se tient a outré. Et cil, qui fu revenus de [284.13] pasmisons et se vit
  a tenir prison la u je t’envoierai. » Et [284.16] cil li fianche. Et il le laist maintenant et court
    les [284.24] las et li oste del chief. Et quant cil voit sa teste nue fors [284.25] de sa coife de
  a paour de morir, si crie mierchi, [284.26] coume cil ki se voit au desous. Et Tor li dist: «Tu n’avras
  tenir prison la ou je t’envoierai. »  [284.28] Et cil li fiance, qui bien voit qu’il n’en puet [284.
     escu et demande [285.2] une glaive au nain, et cil li baille boine et forte, qui estoit [285.3] el
 286.10] cheus qui en ces pavillons repairent. » Et cil dist qu’il ne [286.11] demande plus fors que il
    s’esveille [286.22] erraument pour la noise que cil faisoit. Et quant elle voit [286.23] le chevalier
         devant que je [286.31] soie a court ! » Et cil le prent et il monte tout erraument. [286.32] Et
  qui chis est? [289.11] – Oïl bien, fait il. C’est cil meismes que je queroie, qui [289.12] prist ier
     le [289.14] chevalier tout en mi le chemin. Et cil li crie canques il [289.15] puet: « Ha! mauvais
   le sanc saillir en plus [290.14] de .X. pars. Et cil sueffre toutes voies et endure, k’il ne [290.1
      , mais que li brakés me [290.29] remanra.» Et cil le regarde de travers, si respont: «Mal [290.3
 90.43] qu’il se tiegne a outré ou il l’ochirra. Et cil respont a painnes  [290.44] et dist: « A outré
  ne dirai chose qui a honte me [290.47] tourt.» Et cil dist que che n’a mestier: toutes voies dira il
    elle apieler de desloiauté. » Et [291.29] quant cil l’entent, il tent ses mains a la damoisiele et
    autres se sent alegié, il s’en cuide fuir, mais cil ne [291.45] le laisse, si le fiert de l’espee trencant
     herbergier. » Et [292.19] il oevre la porte et cil entrent dedens. Si ne veistes onques [292.20] gringnour
 .20] gringnour joie faire a estrange chevalier que cil de laiens [292.21] li firent quant il virent la
   nuit fu Tor servis de tous les biens [293.2] que cil de laiens porent avoir, et il en avoient assés
         , [293.15] n’estoit encore venus. Et quant cil de laiens virent Tor [293.16] revenir, il li firent
    laira ne pour honte [294.9] ne pour hounour. Et cil li jure. Et maintenant commencha [294.10] a conter
 4] un peu de serviche qui moult peu te coustera! » Cil entent [295.25] bien la damoisiele, mais il ne
 295.34] parole dite, elle chiet arriere pasmee. Ne cil onques pour [295.35] chou ne retorne, car trop
  anchois a lui que il l’enportast si quitement. Et cil mist [295.59] erraument jus celle qu’il portoit
  mais que cele fust mise en tel garde [295.61] que cil l’euust qui viers son compaignon le porroit desraisnier
    compaignon le porroit desraisnier.  [295.62] Et cil le mist tantost en un pavillon en la garde de
     hastés un poi de chevauchier. »  [296.1] Quant cil entent ceste nouviele, il en est moult [296.2]
      et fiert le cheval des esperons [296.3] comme cil qui ja n’i cuide venir a tans. Si n’a pas gramment
  alé quant il trueve les pavillons tout ensi comme cil [296.5] li avoit devisé. Et la damoisiele qu’if
 ] vous tant que jou aie un poi parlet a vous. » Et cil s’arrestent  [297.4] maintenant et metent lour
   le volés vous avoir. [297.10] – Je la voel, fait cil, avoir pour chou que elle est ma cousine  [297
      chiet mors en mi le pré. Et c’estoit [297.41] cil qui la damoisiele avoit prise a la court. Et quant
   plaist, couvenra il que vous me consilliés. » Et cil dist [297.60] que il li donra aussi boin coume
    li otroie pour chou [297.64] qu’il set bien que cil li dist voir.  [298.1] Cele nuit gut li rois es
 ’arresterent pour parler [301.10] ensamble et dist cil qui a Camalaoth aloit : «Ques nouvieles  [301.
      que [301.36] nus ne la puist aperchevoir fors cil qui en voelent ouvrer. [301.37] – Ne vous espoentés
         ouvrer. [301.37] – Ne vous espoentés, fait cil, car nous en ouverrons si [301.38] sagement que
  je [301.45] miex le retorner que aler avant. » Et cil dist que il ne [301.46] retournera ja, car bien
 2] viers Camalaoth et tout un droit sentier, comme cil qui [301.53] bien savoit les adrechemens de la
   , j’en garnirai si bien [301.63] le roi Artu que cil ne li porront nuire par si faite traïson. [301
           droit a eure de viespres.  [305.1] Quant cil de la court virent le roi revenir sain et [305
  [308.14] la voienté de chelui qui me fist, car se cil veult, je perirai, [308.15] et s’il li plaist,
      qu’il puet. » Et lors commenchent a rire tout cil qui la [309.36] estoient et batent lour paumes
    voir? – Sire, fait elle, se vous ne dites voir, cil mentiroient  [310.34] qui vous tiesmoignent a voir
   nouviel. [310.38] – Et cuidiés vous que che soit cil qui engenra Tor vostre [310.39] fil ? – Oïl, fait
 3.29] fust fille de roi. Et sachent vraiement tout cil qui le conte [313.30] monsigneur Robert de Borron

cis
  sans compaignie, ne mais  [286.17] dou braket que cis aloit querant, et l’avoit la damoisiele [286.1
  che dist li rois Artus, [306.38] vous dites voir: cis consaus est boins et loiaus, car toute [306.39

cius
   uns vallés saut avant et li moustre. [253.13] Et cius s’en vait dusques pres de lui, tout ensi montés

claimme
  plaie qu’il avoit par mi le pis, elle se [295.39] claimme maleuree et chaitive, la plus dolante d’autres
     que il vaurroit bien estre mors, et se [303.3] claimme chaitif et dolant, li plus malleureus de tous

clamerai
  la ou je [290.27] t’envoierai sauve ta vie, je te clamerai quite de ceste [290.28] bataille et t’en porras

clamerons
 3] dui, se vous poés. Mais non porrés, car anchois clamerons [297.24] nous li uns de nous l’autre quite

clerc
  ja [294.12] devisé. Et quant il ot tout conté, li clerc furent apparilliet, [294.13] qui maintenant le

clere
  [288.5] la venut estoit ja la lune levee biele et clere, si qu’il [288.6] virent l’ermitage tout apertement

clergié
         pueent estre et doivent.  [250.1] Quant li clergié orent che fait, Merlins fist drechier [250

clergiés
  [249.14] eus maintenant la beneichon, et li autre clergiés firent orisons [249.15] et priiere a Nostre

clers
    le roi aventureus. Et aiiés [281.34]chaiens .L. clers qui ne fachent autre mestier fors que  [281.

close
   plaigne [267.12] une forterece moult bien seant, close de murs et de fossés. [267.13] Li chiers s’adrece

coi
 .15] m’en entremesisse ja de metre les .L.. « Pour coi ? fis je. [245.16] – Pour chou, fist il, que elle
    rois demande a Merlin : [248.26] " Merlin, pour coi l’avés vous apielé perilleus ? – Sire, por [24
  tu ne soies aussi hardis dou donner, pour [254.6] coi tu soies poissans d’avoir chou que on te demande
       voies : [254.12] " Rois, me donras tu ce por coi je sui cha venus ? – Certes  [254.13] oïl, dist
       ? – Certes  [254.13] oïl, dist li rois, pour coi je soie poissans dou douner. ” [254.14] Et cil
   le sui, je le voel bien, et se je ne le sui, por coi [255.54] faites vous honte a ma mere? – Biaus sire
  meismes que bien a faite la [259.44]besoigne pour coi il vint a court. Et quant la damoisiele, [259.
      , m’est avenus par vostre [259.66]ostel, pour coi je me plaing a vous meismes. Ore i parra [259.
   [264.16]et par courtoisie que vous me dites pour coi vous avés [264.17]entre vous .II. coumenchié la
  voelle la mellee,  [266.16] et je la demanc, pour coi on vous tenroit a mauvais [266.17] et a recreant
  , si orront qui envoia cha Gavain [277.20]et pour coi il aporte ensi ceste damoisiele, car sans [277
   comme je [278.17]les sai, mais ore te dirai pour coi je le t'ai dit. Voirs est que [278.18]je t'ai parlet
    . Et li chevaliers s’esmerveille  [282.16] pour coi il le fait, si dist tous courechiés: « Ha ! [2
     de toute la court le roi Artus. Et ses tu pour coi [285.14] je m’en vois avoec toi ? Pour chou que
        au nain et li dist: « Veschi le braket pour coi je parti [286.29] de court. Ore le viegne querre
    , je [296.24] ne le prenderai de vous mie, pour coi je la puisse avoir [296.25] autrement. »  [297
 ] tans a passé. – Et vous, fait il a l’autre, pour coi le [297.14] demandés vous? – Pour chou, fait il
     vous, [297.27] mais la damoisiele enmerrai jou coi que vous me dites. [297.28] – Voire ? font il.
   euust en vous conseil [306.22] trové de che pour coi elle vous apieloit. » Lors saut avant [306.23]
     , che dist Merlins. Or vous [307.7] dirai pour coi je vous ai che dit. Quant vous estiés a vostre
      vous pas dit qui [307.32] fu la damoisiele de coi je vous ai tant demandé. – Je le   [307.33] vous
      te faurra ta chars, et che sera pour [307.65] coi tu morras plus tost. »  [308.1] – Certes, Merlin
   , [309.32] que vous fustes fiex dou dyable, pour coi il ne seroit pas [309.33] grant merveille se je
       ta chars, et che sera la chose [314.18] pour coi tu morras plus tost» ? – Se je vous disoie, fait
      que vous me dites [314.23] ne descouverra por coi je cuic qu’il vous desplaise. [314.24] – Non, fait

coife
    quant cil voit sa teste nue fors [284.25] de sa coife de fer, il a paour de morir, si crie mierchi
    [290.42] li enbat en la teste les mailles de la coife de fer. Et il li crie [290.43] qu’il se tiegne

col
 9.28]roube verde assés courte et avoit pendu a son col un cor [259.29]d’ivoire, et tenoit un arc en sa
       par les .II. bras [261.6]et la monte sour le col de son cheval. Si se desfendoit elle [261.7]au
   retenir, ataint [269.28] la damoisiele par mi le col, si la fiert si durement au trenchant [269.29]
  . [270.16] levriers que tu occhesis, l’un seur le col de ton cheval et [270.17] l’autre derriere. Et
   avés [275.38] occhise portés devant vous seur le col de vostre cheval dusques  [275.39] a la court.
   li fait par les treches liier entour [275.42] le col. Et il sueffre volentiers canques il li font pour
    ostent le chief qu'il [277.9]avoit pendut a son col par les treches et puis le desarment. [277.10]Et
    il a che dit, il prent un cor qui [283.9] a son col pendoit et le sonne, et ne demeure gaires que des
     montés, le hiaume [283.11] lachiet, l’escu au  col, la lanche el puing, et crie a Tor qu’il [283.
  laisse, si le fiert de l’espee trencant par mi le col si durement  [291.46] qu’il li fait la teste voler

colee
   l’espee que chis portoit et li donne la [255.32] colee. Et sachent tout cil qui ceste ystoire escoutent
   escoutent que [255.33] li premiers hom qui donna colee a chevalier nouviel, che [255.34] fu li rois
  fu li rois Artus. Quant il ot au vallet dounee la colee, il li [255.35] chainst l’espee au costé et dist

cols
 [272.11] court qu’il pueent et li donnent si grans cols sour son escu [272.12] et sour son hiaume que
 .12] lassoit, se li commencha a douner grandesimes cols de [290.13] s’espee trenchant si qu’il li fait

com
   il ne desirroit [247.15] riens del siecle autant com che qu’il les eust en sa compaignie. [247.16] Lors
 1.15] grant gent ne fu onques si riches herbagages com chis est. [271.16] – Bien puet estre», che dist
  metre [276.20]en laisses .II. et .II.. Et si tost com Gahariés tient les .II. [276.21]premiers, il dist

combateroit
 .57] car elle estoit sa cousine germainne, si s’en combateroit [295.58] anchois a lui que il l’enportast

combaterons
     et laisserons ceste bataille. [297.25] et nous combaterons a vous. – La bataille, fait li rois, ne

combatoient
       en une praerie .II. [264.8]chevaliers qui se combatoient li uns a l’autre. Et tant avoit [264.9
    et [296.7] avoec les escuiiers. Li chevalier se combatoient encore et [296.8] s’estoient ja tel atorné

combatre
    se deveront reposer, qu'il les [278.26]estevera combatre as chevaliers qui seront frois et reposet

combien
     ,  [275.16] fait elle, assés estes jovenes. Et combien que vous en [275.17] aiiés, se vous poés vivre

comencha
    a savoir, s’estre peuust. » [306.26] Et Merlins comencha penser. Et quant il parole, il dist [306.

coment
 6.13] chou se il l’a abatu, ne l’a il pas vaincu. «Coment! fait [266.14] Gavains, ne m’en puis je encore

commanc
      . [284.31] – Verités est, font il. – Ore vous commanc je, fait Tor, [284.32] seur vos fiances que

commanch
  ’amende chou que je vous deviserai, et si le vous commanch  [275.28] seur vostre fianche. – Dites, dame
           chou qu’il [301.47] a empris. « Ore vous commanch jou dont a Dieu, fait li [301.48] autres chevaliers

commanda
 288.24] et prist congiet au preudoume, et moult le commanda a [288.25] Dieu et moult li requist que il
    quant li rois ot [306.3] juré, li rois Artus li commanda qu’il contast tout chou [306.4] qu’il li estoit

commandé
    , qui estoit [285.3] el pavillon. Et quant il a commandé a Dieu les .II. chevaliers  [285.4] et il
      li rois si tost [295.14] coume il a le varlet commandé a Dieu et se met en la forest [295.15] tout

commande
 .26] part. » Et il li moustrent la voie. Et il les commande a [265.27] Dieu, si se part d’eus tout maintenant
    , ou soit m’ounours ou soit ma honte. » Et elle commande  [275.30] maintenant a chiaus de laiens qu
   voit que a Merlin plaist. [279.20]Et la roine le commande a ses dames et a ses damoisieles [279.21]que
     ja chou que [309.3] je vous ai dit. » Et il le commande et cele vient avant. Et [309.4] li rois le

commandement
 , ou mort ou vis. » Et cil dist que de cel [260.29]commandement faire est il tout pres. Et lors dient
 ] le roi Artus, si l’ai sivi jusques a chi par son commandement.  [286.41] Ore l’ai trouvé, si l’emporterai

commanderas
     et te fianche a tenir prison la ou tu [291.26] commanderas. – Ha! sire chevaliers, c’est a tart, che

commanderent
   de laiens et [293.6] a tous les autres. Et il le commanderent moult a Dieu et [293.7] moult li priierent

commant
  qui chi [279.18]est qu'il lour prie et qu'il lour commant.» Et li rois les em [279.19]prie erraument

comme
  ouvrer par vostre conseil et en vostre los, aussi comme [243.8] mes peres. – Sire, fait Merlins, il ont
 243.11] plaise plus que autre, car si poissans hom comme vous [243.12] estes doit bien avoir feme a son
 .13] elle puis tout ensi que Merlins li devisa, si comme l’ystoire [244.14] le conte qui de l’estore dou
   li rois dist [244.18] qu’il li baillera si grant comme il li osera ne savra deviser, [244.19] si eslit
     volentiers [246.11] et qu’il vous amera autant comme li peres aimme le [246.12] fil. Et il a tant
 6.22] sera voirement boins peres et nous maintenra comme ses [246.23] fiex. Ciertes, nous ne prions Dieu
   vous vous entramés et vous tenés chiers [248.11] comme freres, car pour l’amour et pour la douchour
 9.3] Sires meche pais et concorde entre vous aussi comme il [249.4] fist entre ses apostles. ” Et lors
      que ensi soient assis [250.17] chil preudoume comme nous les avons ordenés, car il i a [250.18] en
  de Logres en sera cremus et redoutés tant [251.7] comme li vaurront estre a un acort! ” Ceste chose tinrent
   et li firent hommage. Et il [251.12] les rechiut comme ses houmes de par sa terre et coume ses [251
     Reonde. Et il en estoit compains [251.14] ensi comme li autre, car Merlins l’i avoit mis pour la bonté
 .26] a ma volenté ne baast il pas a si grant chose comme est [254.27] ceste, ains fust hom labourans coume
  n’a riens el monde que je  [254.45] desire autant comme estre chevaliers de vostre main et [254.46] estre
     cuers ne te traisist a si haute chose [254.51] comme a chevalerie. Ore doinst Diex que il soit bien
 56.20] el daerrain aussi boin chevalier ou millour comme vous, [256.21] et ensi coumenchera par haute
      gentius [257.22] hom comme vous estes et rois comme vous. ” Et li rois le [257.23] rechoit maintenant
  , et saciés que il est aussi gentius [257.22] hom comme vous estes et rois comme vous. ” Et li rois le
  ne le peust faire si sagement ne si bien [258.13] comme vous. Et ja Diex ne m’aït s’il a ore homme chaiens
        [258.14] si bien digne de seoir en che lieu comme chis en [258.15] estoit. » Et a ceste parole
       fors [258.16] Gavain. Cil voirement, si tost comme il connut le roi Pellinor  [258.17] et on li
   mie, car se vous en lui metiés main tant [258.33]comme vous estes escuiiers, vous n’averiés deservi
       et le siurrai une jornee ou deus. Et si tost comme [258.41]je le trouverai seul, qu’il n’i avra
 258.47]le chief aussi comme il fist a mon pere, si comme [258.48]on me dist.» Et Gahariés dist: «Je ne
   que je ne li trenchaisse  [258.47]le chief aussi comme il fist a mon pere, si comme [258.48]on me dist
   et miervilleus, [259.7]aussi haus et aussi espés comme che fust une forés. Et en [259.8]che que li rois
     fors, [261.9]et puis s’en vait si grant aleure comme il puet traire del [261.10]destrier. Et cele
  [263.6] il le laist aler avoec lui, si le servira comme escuiier, [263.7] et il li otroie moult volentiers
         endroit de l’autre que [265.9] jamais tant comme vous viverés guerre ne mellee [265.10] n’avera
      ne planche. Et nepourquant,  [265.32] si tost comme il aperchoit qu’il n’i avoit nul peril [265.
 , si li laisse courre trestous  [266.5] ensi armés comme il estoit. Et Gavains se haste au [266.6] plus
      en esté et li solaus chaus et ardans [266.53] comme le jour de la Magdalainne. Si n’ot mie Gavains
    traite et s’entredounent si grans caus [268.42] comme il pueent amener des bras, si se detrenchent
      qu’il en fust bien garis. [272.24] Et si tost comme il se senti ferus, il gieta un cri et un plaing
 , mais ja pour si pau [273.24] faire de chevalerie comme j’a fait ne quesisse chevaliers [273.25] estre
      Gahariés vient avant [275.8] pour faire autel comme ses freres avoit fait, la dame li [275.9] demande
 , dist il, si ferai jou, je le vous [276.13]creanc comme chevaliers. » Lors dist a Gahariet: « Biau [
 6]que t'ai dites ne set nus hom morteus aussi bien comme je [278.17]les sai, mais ore te dirai pour coi
      coustume sera tenue [278.41]en mon ostel tant comme je vivrai. – Encore vous di jou [278.42]plus
    commenche  [279.6]a conter maintenant tout ensi comme li contes a [279.7]devisé, qu'il ne laissa riens
    a ses damoisieles [279.21]que elles enjoingnent comme roi. Et celes vont a conseil [279.22]pour ceste
  ’en peust [283.31] bien garir. Il l’empaint bien, comme cil qui estoit assés [283.32] fors, si le porte
     fors uns seuls, qui estoit aussi blans [286.6] comme nois, et chis blans estoit li plus riches. Lors
   soie. » [288.1] Lors s’en va li nains avant ensi comme il set et [288.2] li chevaliers aprés, si vont
      . Et li nains [288.16] pense des chevaus ensi comme il puet, si lour donne de [288.17] l’erbe, que
   il ne soloit. Et a l’endemain,  [288.21] si tost comme il fu jours, il ala oïr le serviche de [288.
     oïr le serviche de [288.22] Nostre Signeur tel comme il preudom le chanta. Quant il [288.23] ot oïe
    il ot aprés lui [289.4] venir une friente aussi comme de chevaus. Et il s’arreste [289.5] pour regarder
    mie si grans caus douner ne si souvent [290.11] comme il faisoit devant. Et Tor aperchut bien adont
   cuic, [290.23] se tu fuisses si au dessus de moi comme je sui de toi. [290.24] – Ore dites, fait li
     a si preudomme [292.11] et a si boin chevalier comme vous estes. – Ore montons [292.12] dont et si
   de laiens et se remist en sa [293.12] voie aussi comme il avoit fait devant. Tant erra en tel [293.
     , mais non est, car il avint tout [294.37]ensi comme je vous ai conté. » Et li rois commenche a rire
     vilain et fiert le cheval des esperons [296.3] comme cil qui ja n’i cuide venir a tans. Si n’a pas
 296.4] alé quant il trueve les pavillons tout ensi comme cil [296.5] li avoit devisé. Et la damoisiele
 [301.52] viers Camalaoth et tout un droit sentier, comme cil qui [301.53] bien savoit les adrechemens
         , fait elle, mais si tost [301.65] mouvoir comme on verra le jour, si comme on soit a court [
   tost [301.65] mouvoir comme on verra le jour, si comme on soit a court [301.66] devant eure de disner
        il morut: or li [303.37] fache tel droiture comme on li doit faire. Li preudom dist [303.38] qu
      aporté et jura li rois autel [306.2] serement comme li autre avoient fait. Et quant li rois ot [
 5] rois, que je ne fui onques nulle fois si joians comme je fui [307.6] a celui jour. – Bien puet estre
      : «Son pere puet il bien counoistre  [309.11] comme pour povre loial laborant sour terre. Et si
  – Se ele ne [309.52] fust, fait Merlins, si boine comme elle est, je ne li souffrisse  [309.53] pas a
 17] Amint. Et quant vous le veistes si biel enfant comme elle [310.18] estoit, vous descendistes et li
  li baillastes vostre cheval a [310.19] tenir tant comme vous fustes desarmés, et geustes .II. fois [
    de riens [310.31] menti, car il avint tout ensi comme vous le dites. » Lors [310.32] dist Merlins a
   serés [313.13] servie et houneree autant ou plus comme la plus haute [313.14] dame de chaiens. Et vous
    hounerer est il [313.21] tous pres et sera tant comme elle demourra a court. Lors [313.22] prie la
      en son ostel Lanscelot dou [313.33] Lac, ensi comme la grant ystoire de Lanscelot le devise. [31
       , s’il vous plaist, que che fu a dire «aussi comme [314.17] tu faurras a ta char te faurra ta chars
         li [314.37] dist: «La parole si fu: «Aussi comme tu faudras a ta char [314.38] te faurra ta chars

commence
     lui, et li brakés [286.20] saut jus del lit et commence a glatir si fort pour chou que [286.21] il

commencemens
     : «Tien, nains, cest cheval: c’est li [283.21] commencemens de chevalerie que j’ai commenciet. » Et

commencha
 8.6] Reonde. – Si ferai je”, fait Merlins. Et lors commencha [248.7] par laiens a eslire les chevaliers
   [251.5] avenra. Beneois soit par cui conseil ele commencha, car [251.6] tous li roiaumes de Logres en
       il les ot tous fais chevaliers, lors [256.4] commencha maintenant par laiens la joie et la feste
       le chierf mort et les chiens tout entour, il commencha  [268.5] a faire trop grant duel: «Ha! Diex
   son compaignon mal. Un poi devant eure de tierce commencha  [290.9] moult a lasser le chevalier, car
  aperchut bien adont qu’il [290.12] lassoit, se li commencha a douner grandesimes cols de [290.13] s’espee
 .9] ne pour hounour. Et cil li jure. Et maintenant commencha [294.10] a conter oiant tous les compaignons
       .  [300.1] Quant la nuis fu venue et li tans commencha a [300.2] refroidier, il s’esveillierent
  que si feroit [306.5] il sans mentir de riens. Si commencha maintenant a conter  [306.6] tout chou qu
   gaires millour chevalier de lui. »  [312.1] Lors commencha la goie entre les barons, car li [312.2]

commenchaille
   de vilain ne [294.22] porroit pas avoir si haute commenchaille. – Ore saichiés,  [294.23] fait il, que

commenchas
    [307.59] devant l’autel et te mesis a genous et commenchas a priier [307.60] od larmes et o plours

commenche
    doit definer  [256.17] ensi qu’il commenche. Il commenche par roi et par roi [256.18] doit definer
  pour chou qu’il doit definer  [256.17] ensi qu’il commenche. Il commenche par roi et par roi [256.18
  . Et [267.5] Gavains, qui les vint ataignant, les commenche a crier et [267.6] a huer aprés le chierf
   crier et [267.6] a huer aprés le chierf. Et lors commenche li grans sons et [267.7] la noise. Et li
     se remet es saus au plus qu’il puet et [267.8] commenche a fuir coume cil qui n’est pas asseur. Tant
     vint sour le cors de la damoisiele et [270.26] commenche dessus a faire trop grant duel. Et quant
  [275.13] fors et vienent deviers la dame. Et elle commenche [275.14] moult durement a regarder Gavain
    certainnement. «Ore dites», fait Merlins. Et il commenche  [279.6]a conter maintenant tout ensi comme
     autre fois i avoit esté, vint droit a l’uis et commenche  [288.9] a hurter et a apieler, et tant que
  [294.37]ensi comme je vous ai conté. » Et li rois commenche a rire [294.38]et dist: «Certes, je croi
   elle voit qu’il ne retournera [295.27] pas, elle commenche assés gringnour duel que elle ne faisoit
    par moi et li chevaliers aussi. »  [303.1] Lors commenche li rois a faire trop grant duel [303.2] et
  , sire, fait elle, non sai jou. » Et lors [310.4] commenche Merlins a rire et dist: «Dame, et qui le
   . » Et elle a honte de ceste parole, si [310.10] commenche a rougir et li rois aussi. Et Merlins dist

commenchemens
  vous n'i avés de [279.10]riens menti. Biaus fu li commenchemens de vostre chevalerie [279.11] se vous

commenchement
  sentoit en lui et l’avoit assis droit au [251.16] commenchement de la table.  [252.1] Quant ceste chose
 8.10]avenues pour noient, ains sont senefiances et commenchement  [278.11]de chou qui devoit avenir en
 85.21] ceste boine aventure que Diex li a douné au commenchement  [285.22] de sa chevalerie. Et quant
       , ne l’euust il si bien fait a [294.21] cest commenchement, car fius de vakier et de vilain ne
 , car il a tant de bien veut [312.6] en lui a cest commenchement qu’il set bien qu’il ne faurra [312.

commenchent
 254.40] dont chis corages li puet venir. ” Et lors commenchent [254.41] tout a rire li baron dou palais
 13] escus et ostent lour hyaumes de lour testes et commenchent  [265.14] ambedui a plorer. Et dient li
   et haitiés de tous periex. » [308.16] Et lors li commenchent a larmiier li oel. Et Merlins li [308.
  et respont au [309.35] plus qu’il puet. » Et lors commenchent a rire tout cil qui la [309.36] estoient

commenchie
      seoir. Beneoite soit l’ore que ceste oevre fu commenchie, [250.20] car de cest signe ne puet venir
 [301.18] laist ester cele fole emprise qu’il avoit commenchie, car il [301.19] n’a mie ne le pooir ne

commenchierent
    tost [253.5] coume li rois fu levés et li baron commenchierent a assambler [253.6] el palais, atant
  Perilleus et li daerrains [256.10] sieges. Car il commenchierent a servir as tables et li [256.11] rois
  coume vous avés oï et chi et en [263.2] autre liu commenchierent a venir les aventures en la court 
         en la garde de .II. [295.63] escuiiers, si commenchierent la bataille maintenant, qui [295.64

commenciet
    li [283.21] commencemens de chevalerie que j’ai commenciet. » Et si [283.22] tost coume il ot dit ceste

comment
   ou palais, li [255.27] rois demande au vilain: " Comment as tu non ? _ Sire, [255.28] j’ai a non Arés
 55.28] j’ai a non Arés li vachiers. – Et tes fiex, comment a non ? [255.29] – Sire, il a a non Tor. –
       de chelui [258.37]qui son pere occhist. – Et comment le baés vous a faire, [258.38]biau frere? fait
   jou en aventure [275.4] de faire vostre volenté, comment qu’il m’en doie avenir. [275.5] – Certes, fait
    . » Lors dist a Gahariet: « Biau [276.14]frere, comment porrons nous mener nos brakés a court? [27
  vous n’irois devant [282.25] che que nous sachons comment vous savés ferir de lanche. [282.26] Et veés
   .II. nouviaus chevaliers qui [282.27] pour veoir comment cil de la court le roi Artus sevent [282.2
    dire u faire chose qui tornast a recreandise! – Comment!  [290.35] fait Tor, si volés vous miex morir
     de cel chevalier que vous tenés desous vous. – Comment!  [291.16] fait il, volés vous dont que je
          [297.32] de lui assaillir, il lour dist: «Comment! avés vous [297.33] plus talent de bataille
  de pasmisons, il li demande: [299.2] «Damoisiele, comment vous sentés vous ? » Et elle respont [299.
  il, puis que vous le loés. Mais moult m’esmerveil comment  [300.11] nous avons tant dormi. – Che nous
       anchois que je reviegne  [301.25] mais. – Et comment porra chou estre? che dist li [301.26] autres
 ] dont nostre païs sera joians. – Ne sai, fait il, comment [301.41] il vous en avenra, mais se j’estoie
    il aimme le roi de trop grant [301.72] amour. – Comment! dist la damoisiele, est Merlins li [301.7

communaument
  qui keurt de toi et pres et loing, car tout dient communaument [254.3] que nus ne vient si desconsilliés

compaignie
 43.17] irai pour li querre, mais vous me baillerés compaignie. –  [243.18] Che est, fait il, Gennevre
    , il ne faut fors que vous me bailliés [244.17] compaignie, se l’irai querre en Carmelide.” Et li rois
   . Et Merlins muet erramment [244.21] od toute sa compaignie, et tant vait que par mer que par [244.
   [246.14] esleus chevaliers qu’i metera en vostre compaignie, [246.15] si que li drois nombres de la
 7.1] Trois jours sejorna laiens Merlins, lui et sa compaignie. [247.2] Quant che vint au departir, li
  la damoisiele enmenoient et orent en lour [247.7] compaignie ichiaus de la Table Reonde. Si errerent
  Merlins manda au roi qu’il [247.11] venoit o tele compaignie : bien se gardast qu’il venist [247.12]
  feste. Et quant li rois oï parler [247.13] que li compaignie de la Table Reonde venoit a sa court [2
     del siecle autant com che qu’il les eust en sa compaignie. [247.16] Lors issi de Londres a tout grant
     et abaisseroit toute chevalerie [247.28] de la compaignie. – Merlins, fait li rois, vous connissiés
    disent: «A Nostre» [251.4] Signeur plaist ceste compaignie et grans biens en [251.5] avenra. Beneois
    as [255.16] autres, ains s’entreporteront loial compaignie tant coume [255.17] il viveront. Li rois
       que je peusse siurre cele [264.40]cache sans compaignie d’autrui. Et li dist que il ne [264.41]m
   . [281.38]del roi et de Merlin et de toute celle compaignie pour conter  [281.39]de Tor, le fil a Arés
 [285.10] que tu me laisses aler avoec toi et en ta compaignie en lieu [285.11] d’escuiier, et je te creanc
   une  [286.16] damoisele dormant toute seule sans compaignie, ne mais  [286.17] dou braket que cis aloit
 16] prendre voiant le roi Artus et voiant toute sa compaignie [297.17] et tant ai fait que dusques cha
   li rois, que elle ne trouvera  [297.56] je en ma compaignie houme ne feme ki mal li fache [297.57] tant
 ] Cele nuit gut li rois es pavillons en la [298.2] compaignie del chevalier. Et a l’endemain, si tost
   l’encontre, car moult amoit [305.5] et lui et sa compaignie. Et quant il l’orent desarmé, il prent
   garde mon signeur le roi Artus [307.24] et en sa compaignie qui chi est. Mais que j’aie laissiet  [

compaignon
   mandé tout li .C. chevalier qui [246.2] estoient compaignon de la Table Reonde. Et quant il [246.3]
  , ja tel merveille [251.10] ne fust avenue. Et li compaignon de la Table Reonde vinrent [251.11] maintenant
   [255.1] A ches paroles vint laiens Gavains et si compaignon. [255.2] Et quant li rois les vit, si les
     furent assis a [256.8] la Table Reonde cil qui compaignon i estoient et furent [256.9] tout li lieu
  dou palais le porent entendre: [257.26] " Signour compaignon de la Table Reonde, or soiiés liet et 
  laisse maintenant et dist a lui [284.20] et a son compaignon: «Signeur, vous estes mi prison. [284.3
  trop estoit a chelui plus grief [290.5] que a son compaignon, car s’espee si n’estoit pas moult [290
   li valut le jour et qui moult fist [290.8] a son compaignon mal. Un poi devant eure de tierce commencha
   tel garde [295.61] que cil l’euust qui viers son compaignon le porroit desraisnier.  [295.62] Et cil

compaignons
       , li rois ploura moult [247.3] plus pour les compaignons de la Table Reonde qu’il ne fist [247.
   li chainst l’espee au costé et a tous les autres compaignons [256.3] aussi. Et quant il les ot tous
         commencha [294.10] a conter oiant tous les compaignons de la Table Reonde [294.11] tout chou qui
  cui [305.9] il avenist si bien coume a vous .III. compaignons, qui [305.10] de chaiens meustes ensamble

compains
      » [250.3] houmage au roi Artus qui est vostre compains de ceste [250.4] table. Et quant vous li avrés
 13] hommes de par la Table Reonde. Et il en estoit compains [251.14] ensi comme li autre, car Merlins
  estre chevaliers de vostre main et [254.46] estre compains de la Table Reonde. – Or te fache Diex [2

concheus
      oïr:  [278.1] « Rois Artus aventureus, ki fus concheus par [278.2]miervelles et fus norris par aventure

concorde
   ai esleus. Et Nostre [249.3] Sires meche pais et concorde entre vous aussi comme il [249.4] fist entre
      les [249.16] tenist en boine pais et en boine concorde aussi coume [249.17] frere germain pueent
    deus, ains i avera boine pais et boine [265.11] concorde des ore en avant, si coume doit estre entre

conduire
 14.11] germains et estoit meus de son païs pour li conduire en [314.12] ceste court. Et pour chou li di

conduit
    [286.37] vous et que il ne le presist en vostre conduit, se il le [286.38] veoit, et si feroit il a

confession
     un hermite, a cui vous aviés parlé de [310.16] confession, a .III. archies d’un chastiel que on apieloit

congié
    on li aporte. Et quant il est armés, il demande congié a [263.9] chelui que il tenoit a son pere et

congiet
        furent ostees, Gavains vait [263.4] prendre congiet a son oncle et a ses freres, et il li dounent
   armes et monta sour son cheval [288.24] et prist congiet au preudoume, et moult le commanda a [288.
     , il prist [293.5] ses armes et monta et prist congiet a la dame de laiens et [293.6] a tous les autres
     la chose est a chou avenue, [312.9] elle prent congiet au roi Artus et puis baise son fil et [312
   jou entrai en vostre court, je prenderai [313.9] congiet a vous, car je m’en irai en mon païs au plus

connissiés
 8] de la compaignie. – Merlins, fait li rois, vous connissiés [247.29] miex chascun que je ne fais, et
    veés. – Merlins, [294.25] fait li rois, vous le connissiés miex que il meismes ne se [294.26] connoist

connissoient
      [278.4]enfes entre tes houmes liges qui ne te connissoient, [278.5]Nostre Sires te connut bien et

connissoit
 5.2] si respondi erraument a Merlin, ne encore nel connissoit [245.3] il mie: " Diex fache hounour au
 ] par laiens a eslire les chevaliers, cheus que il connissoit a  [248.8] plus preudommes. Et quant il
      a glatir si fort pour chou que [286.21] il ne connissoit pas le chevalier. Et la damoisiele s’esveille

connistera
          sourt [314.58] as preudoumes. Et quant il connistera le roi Pellinor, il li [314.59] caupera

connisterés
    partis et vous ne m’en verrés, vous ne [314.26] connisterés quel ami vous averés perdu en moi. Vous

connisteriés
    : «Dame, et qui le vous [310.5] monsterroit, le connisteriés vous? – Nennil, fait elle, si [310.6]

connisteroit
       , [309.2] faites avant venir la mere Tor, si connisteroit ja chou que [309.3] je vous ai dit. »

connois
     et de courtoisie. [257.12] Et pour chou que je connois vraiement que tu seras [257.13] li plus vaillans
      , mais pour chou [258.8] que je vous tieng et connois a boin chevalier et a loial. » [258.9] Et lors
       , onques ne vous en esmaiiés. Je les [260.33]connois moult miex que vous ne faites. Saiciés que
  Dame, oïl voir. – Certes, fait elle, ore [275.22] connois je tant de vous que je sai vraiement que vous
   , che n’est mie [303.16] grant merveille, car je connois tout apertement que ceste [303.17] chose est
     maniere que vous les avés dites, si i [307.21] connois je partie de verité. Car de che que il me dist

connoist
   pavillon et se fiert en [286.25] un autre. Et il connoist bien que chis brakés qui estoit [286.26] devant
   le connissiés miex que il meismes ne se [294.26] connoist. – Certes, voirs est, che dist Merlins, car

connoistre
  ne ne [264.25]sera devant que on porra apertement connoistre le millour.  [264.26]– Et pour quel queste
    ou soit sa honte. Et [278.37]pour chou porra on connoistre le proueche de chascun, [278.38]car je sai
      Merlins a Tor: «Tor, or poés veoir et [311.2] connoistre que vous n’estes pas fiex de vilain, mais

connut
   [258.16] Gavain. Cil voirement, si tost comme il connut le roi Pellinor  [258.17] et on li ramentevoit
     qui ne te connissoient, [278.5]Nostre Sires te connut bien et t'esleva par sa grasce dessus [278.

conquesté
 ] demandés vous? – Pour chou, fait il, que je l’ai conquesté  [297.15] par ma valour et par ma proueche

consaus
  dist li rois Artus, [306.38] vous dites voir: cis consaus est boins et loiaus, car toute [306.39] jour

consaut
 .28] mescheans en auchunes choses, car, se Dieu me consaut, [306.29] je ne sai en tout l’ostel le roi
 . Et vous le devés bien estre, se Diex me [313.15] consaut. – Voire, sire, se Diex m’aït, fait Merlins

conseil
     . Que m’en loés vous ? Car sans [243.6] vostre conseil n’en feroie jou mie, ains en voel dou tout
  , ains en voel dou tout [243.7] ouvrer par vostre conseil et en vostre los, aussi comme [243.8] mes peres
      biens en [251.5] avenra. Beneois soit par cui conseil ele commencha, car [251.6] tous li roiaumes
 ] mais je te pri que tu me dies qui t’a douné cest conseil, [254.22] car il me samble que tu ne deusses
     : « Biau frere, vous euustes mauvais  [273.21] conseil qui demourastes chaiens apriés chou que vous
 1]que elles enjoingnent comme roi. Et celes vont a conseil [279.22]pour ceste chose et revienent erraument
     ne fust.  [280.1] Quant elles sont revenues de conseil, l'une [280.2]d'elles parole oiant tous chiaus
      chevaliers, puis que vous ne volés croire mon conseil [301.49] que je n’en devrai mie estre blasmés
   [303.28] en une haute roche. Et il dist que cest conseil est li mieudres  [303.29] que il voie en ceste
  n’en fust encore pas morte, anchois euust en vous conseil [306.22] trové de che pour coi elle vous apieloit
       remanoir a court, il traist Merlin a [314.3] conseil et dist: «Merlin, je vous pri que vous me dites

conseille
 [281.28]que vous ne troverés pas gramment qui vous conseille se [281.29]la grasce dou Saint Esperit nel
   dire, se il [294.29] vous plaist. » E Merlins li conseille en l’oreille tout bielement:  [294.30] «Quant
   saviés aussi bien coume je le fais. » Et lors li conseille: [313.17] «Saichiés que elle est trop vaillans

conseilles
    vient si desconsilliés a toi que tu [254.4] nel conseilles ne nus n’est si hardis de toi demander

consentir
    onques pour chose que je li desisse ne s’i veut consentir [254.30] ne acorder fors a estre chevaliers

consilliés
  ’il [297.59] vous plaist, couvenra il que vous me consilliés. » Et cil dist [297.60] que il li donra
    je m’en sench [303.23] coupables. Mais ore m’en consilliés que jou en porrai [303.24] faire. – Vous

contast
   ot [306.3] juré, li rois Artus li commanda qu’il contast tout chou [306.4] qu’il li estoit avenu en

conté
    on i peuust entendre. Et quant il a tout [279.9]conté, Merlins respont: «Certes, Gavain, vous n'i avés
        l’a ja [294.12] devisé. Et quant il ot tout conté, li clerc furent apparilliet, [294.13] qui maintenant
  , car il avint tout [294.37]ensi comme je vous ai conté. » Et li rois commenche a rire [294.38]et dist
  contes l’a [306.7] ja devisé. Et quant il ot tout conté, qu’il n’en avoit riens [306.8] laissiet dont

conte
  Merlins li devisa, si comme l’ystoire [244.14] le conte qui de l’estore dou Saint Graal en parole et
   de .C. et .L. qu’il [245.22] en i doit avoir par conte. – Certes, fait Merlins, c’est [245.23] voirs
      et porte dedens le chevalier [303.35] mort et conte au preudomme tout ensi coume il l’a trouvé [
       de roi. Et sachent vraiement tout cil qui le conte [313.30] monsigneur Robert de Borron escoutent

conter
    dites», fait Merlins. Et il commenche  [279.6]a conter maintenant tout ensi comme li contes a [279
     et de Merlin et de toute celle compaignie pour conter  [281.39]de Tor, le fil a Arés, et de che que
    cil li jure. Et maintenant commencha [294.10] a conter oiant tous les compaignons de la Table Reonde
    sans mentir de riens. Si commencha maintenant a conter  [306.6] tout chou qu’il li estoit avenu, ensi

contera
     en escrit toutes les aventures [281.31]dont on contera en vostre court la verité pour chou que [2

conterai
      de chou que je li demanc, je le vous [309.41] conterai oiant li. » Et la dame respont atant, moult

conterés
 6.6]roine. Et quant elles seront venues, vous lour conterés [276.7]tout en apert coument vous l'avés occhise

contes
          . A cele feste ot rois et [255.21] dus et contes tant que che ne fu se merveille non. Et fu
       dou quel il voloit dire. [258.1] Ore dist li contes que a heure de disner, quant [258.2] les tables
    la droite voie qu’il set. Mais ore en laisse li contes [263.15]a parler de Pellinor et de Tor, et coumenche
  ki li avinrent en sa queste.  [264.1] Ore dist li contes que quant Gavains se fu partis [264.2]de son
    le fesisse a duel morir. »  [273.1] Ore dist li contes que quant li chevalier [273.2] entendent chou
      [279.6]a conter maintenant tout ensi comme li contes a [279.7]devisé, qu'il ne laissa riens ne pour
 .37]que tout ensi sera il fait. Mais ore laisse li contes a parler. [281.38]del roi et de Merlin et de
     il li avint en sa queste.  [282.1] Ore dist li contes que quant Tor, li fius a [282.2]Arés, se fu
 4.11] tout chou qui avenu li estoit, ensi coume li contes l’a ja [294.12] devisé. Et quant il ot tout
   que elle manoit. Mais ore s’en taist [294.52] li contes et s’en retourne au roi Pellinor.  [295.1] Ore
 ’en retourne au roi Pellinor.  [295.1] Ore dist li contes que quant li rois Pellinor se fu [295.2] partis
 .6] tout chou qu’il li estoit avenu, ensi coume li contes l’a [306.7] ja devisé. Et quant il ot tout conté
    se li rois Pellinor fist puis bien, li [312.25] contes s’en taist et moult a autres choses que a parler
       une autre voie et dist : [314.1] Ore dist li contes que a l’endemain que li rois oi  [314.2] fait

contre
 , par ensi que il ne li convenist a dire chose qui contre [268.56] s’ounour fust. Et Gavains, qui moult
         se vous non ne ne ferai [291.35] chose qui contre vostre volenté soit. – Ha! pour Dieu, [291.

contredis
   une grant queste que je ne doi. [264.23]Et je li contredis, si coumencha entre nous .II. par tel [2

contredist
        et ne trouva houme [253.11] qui la porte li contredist. Et il coumencha a demander li [253.12]

contredit
    l’emporterés jusques  [286.49] a Camalaoth sans contredit. – Jou l’en aporterai, [286.50] fait il,

contreval
   caup que il li fait la sanc raiier [290.50] tout contreval la fache, ne onques pour chou ne vaut chius

convenist
    bien estre [268.55] mors, par ensi que il ne li convenist a dire chose qui contre [268.56] s’ounour

convient
   a une part et lour dist: " Des ore mais [248.10] convient il que vous vous entramés et vous tenés chiers

convoia
       des pavillons. Et li [298.10] chevaliers les convoia grant pieche et puis retourna. Et li [298.

convoiie
 3] Dieu plaist.» Et cele s’en part de court, si fu convoiie de [312.24] maint preudoume. Et se li rois

cop
    , et [284.4] li doune par mi le hyaume si grant cop qu’il l’estourdist [284.5] tout et le fait flatir
         [301.67] chevaliers venra adont faire cest cop se il en voit son [301.68] point. » Et li rois

cope
        et s’en vait droit au chierf et [268.28] li cope le chief, et dist que cestui enportera il a court

cor
     verde assés courte et avoit pendu a son col un cor [259.29]d’ivoire, et tenoit un arc en sa main et
  oient laiens en la maistre fortereche [271.19] un cor souner si hautement que on le puet bien oïr de
        nient. » Et quant il a che dit, il prent un cor qui [283.9] a son col pendoit et le sonne, et ne

corages
  sera se chevaliers non. Ne sai [254.40] dont chis corages li puet venir. ” Et lors commenchent [254.

corde
    son arch entesé, une [272.16] saiete mise en la corde. Et la ou il voit Gavain qui faisoit [272.17

corous
 6.34] envoie plus tost as preudommes et as vassaus corous et [306.35] anuis en cest monde qu’il ne fait

cors
   ses auchun [247.23] povre chevalier preudomme de cors et de vasselage, ne [247.23] laisse mie pour sa
   que je hac si morteument que je faich le [258.31]cors de lui. – Non ferés, biau frere, fait Gavains
     si sain et si legier et si preu [258.44]de mon cors que je ne porroie ja cuidier qu’il euust duree
     tous adens. Et Gavains li saut sour [269.3] le cors et l’ahiert par le hiaume si fort qu’il en derront
          ne [270.25] puet estre. Puis vint sour le cors de la damoisiele et [270.26] commenche dessus
   [271.1] Et Gahariés, qui estoit encore devant le cors de [271.2] la damoisiele et la regardoit, demande
        si durement [272.30] qu’il li met par mi le cors, que li fers en pert de l’autre part [272.31]
     , fait elle, il couvient  [275.37] que vous le cors de ceste damoisiele que vous avés [275.38] occhise
    les paumes. Aprés [284.6] li vait par dessus le cors tout a cheval si que tout le debrise, [284.7]
          em pieces. Il [289.21] s’entrehurtent des cors et des visages, si qu’il s’entrabatent  [289.
  plus sains avoit assés [290.4] perdu del sanc del cors. Mais trop estoit a chelui plus grief [290.5]
 0] dehait ait qui le fera tant qu’il ait la vie el cors, car aprés [290.31] chou que je mesmes reconnisteroie
     tout estordi. Et lors li saut seur [290.40] le cors, si le tire si fort par le hyaume qu’il li esrache
      plus d’une toise loing del [291.47] bu, et li cors chiet a terre. Et la damoisiele keurt cele part
   hyaume et son hauberc et remaint [299.19] en pur cors, et puis se prent des chevaus garde et lour oste

cortois
  vous la tiegniés et que vous en soiiés tenus pour cortois  [279.17]de tenir le. Et je pri mon signeur
     grant [285.28] joie faisant. – Et il ne fu mie cortois del prendre, fait Tor, [285.29] et se je le

cortoisie
    et voir et tu m’as [266.26] orendroit apris une cortoisie que je tenrai tout mon aage, [266.27] car

costé
      veés ichi et li chaindrés [254.19] l’espee au costé anchois que a Gavain vostre neveu.” [254.20]
        la colee, il li [255.35] chainst l’espee au costé et dist: " Nostre Sires te fache  [255.36] preudomme
    chevalier, [256.2] car il li chainst l’espee au costé et a tous les autres compaignons [256.3] aussi
  l’escu [283.29] et le hauberc et li met par mi le costé seniestre le fer de la [283.30] glaive, mais
   li glaives, si que li fers en remest a chelui ou costé [283.34] seniestre.  [284.1] Quant il les voit
        aler [297.35] l’espee et fiert le cheval ou costé seniestre, si l’ochist et li [297.36] chevaus

couche
    paistre. Et quant il a che [299.21] fait, il se couche dalés la damoisiele et s’endort a tel eure

couchierent
  il le laissierent devant eus [267.20] gesir et se couchierent tout entour, aussi coume pour lui [267

couciet
   aloit querant, et l’avoit la damoisiele [286.18] couciet en son devant et dormoit li uns et li autres

coulour
  et le met en son devant, [298.25] si la voit muer coulour plus de .VII. fois en un peu d’eure [298.2

coumanch
       pour [276.11]amende de cest mesfait, je vous coumanch seur vostre foi [276.12]que vous le fachiés

coumande
     signeur le roi [309.21] et a ses houmes s’i le coumande, se il est ensi que vous nel [309.22] voelliés

coume
    loaisse miex, car [244.5] si tres grans biautés coume elle a puet bien nuire auchune [244.6] fois.
 6] tenist en boine pais et en boine concorde aussi coume [249.17] frere germain pueent estre et doivent
    avant vous maintenra a [250.5] si grant hounour coume il porra tout son eage. ” Et il respondent [
 2] les rechiut comme ses houmes de par sa terre et coume ses [251.13] hommes de par la Table Reonde. Et
    Gavain son neveu. A l’endemain, si tost [253.5] coume li rois fu levés et li baron commenchierent a
      . Il [253.9] vint el palais, tout ensi montés coume il estoit, entre lui [253.10] et son fil, et
     dusques pres de lui, tout ensi montés [253.14] coume il estoit, et ses fius aussi, et cil salue le
   tu ne deusses pas baer a si haute [254.23] chose coume est chevalerie ne tes fiex ne s’en deust ja
  comme est [254.27] ceste, ains fust hom labourans coume sont si frere et vesquist [254.28] de son travail
    frere et vesquist [254.28] de son travail aussi coume font si autre parent. Mais [254.29] il onques
           le devoit faire. En tel [255.12] maniere coume lors estoit coustume furent atorné li nouviel
      , ains s’entreporteront loial compaignie tant coume [255.17] il viveront. Li rois fu apparilliés
 , car certes [255.39] il est fiex de si haut homme coume de roi, qui est [255.40] uns des boins chevaliers
      font, ains fust  [255.44] drois vilains aussi coume sa nature l’i aportast. Mais se tu [255.45] ne
    je sai aussi [255.46] bien coume la chose avint coume tu le ses. ” Et quant li [255.47] vilains ot
  fiex, je li dirai, car je sai aussi [255.46] bien coume la chose avint coume tu le ses. ” Et quant li
 [256.22] haute, et ensi le doit faire si haus liex coume est cil de la [256.23] Table Reonde. ” En tel
    je vous di que je [258.36]la prenderai si haute coume fiex de roi doit faire de chelui [258.37]qui
     veoir de vous deus. » Et il li creante [258.52]coume freres, et lors laissent ceste parole atant.
         . Et elle venoit [259.31]aussi grant oirre coume elle pooit traire de son palefroi ou [259.32
  s’en [259.42]vait a tout le braket si grant oirre coume se tous li mons [259.43]le cachast, et vait disant
 .55]le chierf ne les brakés, elle s’arrestut aussi coume toute [259.56]esbahie et jete jus son arch et
  qui chi est en [260.15]tiegne ceste coustume tant coume il vivra. » Et li rois li [260.16]creante voiant
    , si se torne cele part [261.5]tout ensi montés coume il estoit et la prent par les .II. bras [261
 62.7]dirons nous ? Vous en estes aussi voir disant coume vous [262.8]estes de vos autres paroles. » Et
 262.14]tost que il porra.   [263.1] En tel maniere coume vous avés oï et chi et en [263.2] autre liu commenchierent
 ’oï jou onques mais parler de [265.3] si fole gent coume vous estes, qui pour droit nient vous [265.4
    et boine [265.11] concorde des ore en avant, si coume doit estre entre deus [265.12] freres. » Et il
     ? [266.15] – Nennil, fait cil, par droit, tant coume je voelle la mellee,  [266.16] et je la demanc
     courre sus a chelui, tous ensi montés [266.22] coume il estoit. Et cil saut maintenant au glaive.
  je tenrai tout mon aage, [266.27] car jamais tant coume je seroie a cheval n’envaïrai chevalier  [26
  la forest espesse. Li jour [266.52] estoient lonc coume en esté et li solaus chaus et ardans [266.53
 266.58] esperons et s’en vait aprés si grant oirre coume il puet. Et [266.59] Gahariés ses freres le siut
     au plus qu’il puet et [267.8] commenche a fuir coume cil qui n’est pas asseur. Tant a [267.9] li cierf
 267.20] gesir et se couchierent tout entour, aussi coume pour lui [267.21] garder.    [268.1] Endementiers
  occhirre cheus que il puet ataindre. Ensi [268.9] coume il les aloit cachant, atant es vous Gavain venu
 68.18] faites mie chou que vous devés, ains faites coume vilains [268.19] chevaliers et mauvais que vous
  mais autant dolans de venue de chevalier [268.38] coume je sui de la vostre! – Ne je ne poi, fait Gavains
     Gavains, [268.39] onques autant haïr chevalier coume je faich vous pour [268.40] mes brakés que vous
   que li  [271.24] besoins est venus. » Et si tost coume il a ceste parole dite,  [271.25] il voient entrer
          [275.25] occhirre, car nus si gentius hom coume vous estes ne [275.26] le deveroit faire, ore
  dist a  [276.2]Gavain: «Gavain, vous en irés ensi coume vous estes en [276.3]tel maniere en la maison
   dessus [278.6]eus tous et t'en fist signeur ensi coume tu le devoies estre, [278.7]et ensi fus engenrés
  des armes, que on li fache jurer, si tost [278.34]coume il s'en partira de court, qu'il dira voir au
  Damoisieles, ne chil nons ne li chaï tant [280.17]coume il pot armes porter.  [281.1] Quant il ot tel
 .35]metre en escrit les aventures de la court ensi coume elles [281.36]averront as estranges et as privés
         que j’ai commenciet. » Et si [283.22] tost coume il ot dit ceste parole, il voit issir de l’autre
     chevalier tout aussi prest de jouster [283.24] coume li autres estoit, ne ne dit mot fors qu’il laisse
   , il a paour de morir, si crie mierchi, [284.26] coume cil ki se voit au desous. Et Tor li dist: «Tu
    vostre braket et le chevalier [286.9] avoec, si coume je cuic. Et saichiés qu’il est sires de tous
   vaurra, car je ne le renderai  [286.30] pas tant coume je le puisse desfendre devant que je [286.31
     [286.46] taul mie, fait il, mais jou l’ai pris coume la moie chose la [286.47] ou je le trouvai.
 ] nuit menga li chevaliers pain et eve, tel viande coume li [288.19] preudom avoit, et se gut sour l’erbe
  un chevalier [289.7] aprés lui aussi grant aleure coume se la mors le [289.8] cachast, et venoit tous
 290.22] une bonté que tu ne fesisses pas a moi, si coume je cuic, [290.23] se tu fuisses si au dessus
     chevalier que je sui, car jamais [291.34] tant coume je viverai ne servirai se vous non ne ne ferai
       [294.11] tout chou qui avenu li estoit, ensi coume li contes l’a ja [294.12] devisé. Et quant il
      l’a si [294.24] duit et apris en poi de terme coume vous veés. – Merlins, [294.25] fait li rois,
  je ne vic onques si grant duel faire a damoisiele coume [295.11] elle fait pour chou qu’il l’emporte
       . » Atant s’en part li rois si tost [295.14] coume il a le varlet commandé a Dieu et se met en la
   .  [295.21] Li rois le salue et s’en passe outre coume chis qui [295.22] n’a talent de demorer. Et quant
   [295.31] orendroit et que tu soies aussi esgarés coume je sui esgaree,  [295.32] et proiier puisse tu
    . Et lors chiet arriere toute [295.45] envierse coume cele qui estoit a mort livree, si s’estent de
 53] Mais il li avint en une valee cha devant, ensi coume [295.54] il trespassoit par devant .II. pavillons
     viers les chevaliers tout ensi montés  [297.2] coume il estoit et lour dist: «Signeur chevalier, arrestés
      parens qui [297.12] moult le desirent a veoir coume celle qu’i ne virent grant [297.13] tans a passé
      pri [297.50] que vous la gardés si chierement coume fille de roi et de [297.51] roine doit estre
        houme ne feme ki mal li fache [297.57] tant coume je le puisse garder. Et grans merchis de ma
  » Et cil dist [297.60] que il li donra aussi boin coume li siens estoit. «Mais il [297.61] couvient,
    del chevalier. Et a l’endemain, si tost [298.3] coume il fu jours, il se leva, car moult li tardoit
    . – Si [301.5] ferai je», fait elle. Et si tost coume il orent ceste parole [301.6] dite, il voient
 [301.8] eus. Li chevalier s’entreconnurent si tost coume il [301.9] venoient pres l’un de l’autre, si
 301.31] il donra au roi a boire cest venin si tost coume je li avrai [301.32] porté. Et je li porte ore
  [301.41] il vous en avenra, mais se j’estoie ausi coume vous estes [301.42] je ne m’en entremeteroie
  [303 .11] ne vic jou onques houme de si povre cuer coume vous [303.12] estes, qui plourés pour mort de
      [303.35] mort et conte au preudomme tout ensi coume il l’a trouvé [303.36] occhis, mais il ne set
    rois, vous en dites assés. »  [304.1] Tout ensi coume li preudon l’ot devisé le fist il, [304.2] car
    parler de gent a cui [305.9] il avenist si bien coume a vous .III. compaignons, qui [305.10] de chaiens
      [306.6] tout chou qu’il li estoit avenu, ensi coume li contes l’a [306.7] ja devisé. Et quant il
      piecha mais dont il me [306.15] pesast autant coume il fait de ceste, car il me samble qu’il [30
      que elle vous apieloit  [306.20] si doucement coume vous meismes racontés, elle [306.21] n’en fust
 .29] je ne sai en tout l’ostel le roi si preudoume coume vous [306.30] estes ne la ou li rois Artus trouvast
      trouvast au besoing si grant [306.31] loiauté coume il feroit en vous. Mais certes je ne di mie
  loiaus, car toute [306.39] jour le voit on avenir coume vous le devisés. – Sire Merlin,  [306.40] chou
  tant demandé. – Je le   [307.33] vous ai dit tant coume je puis, che dist Merlins, si nel vous [307.
    que tu aies aussi [307.47] grant mestier d’aide coume j’ai orendroit et que tu soies [307.48] aussi
   orendroit et que tu soies [307.48] aussi esgarés coume je sui esgaree, et proiier puisses tu par [3
 ] t’avenra, car tu morras par de faute d’aide ausi coume elle [307.55] fist. Et lors t’avenra une parole
       respons: «Rois Pellinor, tout aussi [307.64] coume faudras a ta char te faurra ta chars, et che
     [308.12] sans faille en serés vous si certains coume je sui orendroit. [308.13] – Ore soit, che dist
 9.26] dame, fait il, jou ai a non Merlins. De tant coume vous [309.27] me verrés plus, de tant me counisterés
          [309.31] auchune fois. Et je sai bien, si coume maintes gens dient, [309.32] que vous fustes
              vous? – Nennil, fait elle, si [310.6] coume jou cuic, car je ne le vic onques fors une fois
   elle ne vaut, ains s’en torna [310.25] fuiant si coume elle pooit et vous maudis soit moult durement
  Pellinor: «Sire, ore avés autant gaaignié [311.7] coume perdu, car vous avés gaaignié et recouvré l’un
       laboreres  [312.21] de terre et povres aussi coume sont vo autre [312.22] frere. » Tor li respont
  demande a la Damoisele Caceresse, [313.3] si tost coume il li ot rendu ses levriers et son braket et
     Merlins, se vous [313.16] le saviés aussi bien coume je le fais. » Et lors li conseille: [313.17]
       et trop sage et de si [313.18] haut lingnage coume celle qui est fille de roi et de roine. [313
    li di jou qu’il avoit autant gaaignié  [314.13] coume pierdu, car il avoit recouvré fil pour fille
   savriés [314.21] pas si bien celer auchune chose coume il couverroit a [314.22] faire. – Certes, ce
  vous desplaise. [314.24] – Non, fait Merlin, tant coume je soie entour vous. Mais [314.25] quant je m
         [314.44] et le laissera en la plache aussi coume pour demi mort [314.45] aprés cele bataille,
     . Quant il avra tant geu en pamisons  [314.47] coume je vous devise, il overra les iex adont et verra
    cele [314.57] part li fiex del roi occhis, ensi coume mesqueance sourt [314.58] as preudoumes. Et quant
   ai devisé la mort Pellinor, qui avenra tout ensi coume [314.61] je vous ai devisé. – Certes, che dist

coumencha
   houme [253.11] qui la porte li contredist. Et il coumencha a demander li [253.12] quels est li rois
      que je ne doi. [264.23]Et je li contredis, si coumencha entre nous .II. par tel [264.24]maniere la
   tant priiet! » Et [268.7] lors traist l’espee et coumencha les brakés cachier fors de [268.8] laiens
    , quant une damoisiele  [272.34] vint avant qui coumencha a crier: «Ne l’ochiés mie, [272.35] mais

coumenche
  contes [263.15]a parler de Pellinor et de Tor, et coumenche a parler de [263.16]Gavain et des aventures
  je ne [273.18] puis sans mort eschaper. » Et lors coumenche Gahariés a [273.19] plourer moult durement

coumenchement
       rois et boins chevaliers et [256.19] seés el coumenchement ens ou premier lieu, et je meterai [

coumenchera
  chevalier ou millour comme vous, [256.21] et ensi coumenchera par haute personne et finera par [256.

coumenchié
     de l’autre part del palais et [259.54]ravoient coumenchié lour cache. Et quant elle ne trueve ne
   dites pour coi vous avés [264.17]entre vous .II. coumenchié la bataille. » Et il s’arrestent [264.1
    et dist: «Biaus freres, hautement avés [266.40] coumenchié a ferir d’espee. Se vous tout dis en feriés

coumenchies
 [264.37]que chou estoit des aventures qui estoient coumenchies a [264.38]avenir en la Grant Bretaigne

coument
    , mais che ne sera mie lonc tans. – Et [248.32] coument avra il non ? dist li rois. – – Che ne vous
   je me plaing a vous meismes. Ore i parra [259.67]coument vous le me restorrés! ».  [260.1]Lors saut
    venues, vous lour conterés [276.7]tout en apert coument vous l'avés occhise et la cruauté [276.8]que
    [286.43] viegne apriés moi pour le rescorre ! – Coument ! fait elle, [286.44] si le nous taurrés en
   moult liement et li demanda de [294.2] la queste coument il en avoit akievé. «Sire, fait il, ves [2
    brach ou l’espaule, mais non ai, Dieu merchi. – Coument  [299.6] vous sentés vous ore? fait il. – Je
    nous estoions lassé et travillié. [300.13] – Et coument vous sentés vous del cheoir que vous fesistes
    sus. Et quant [309.24] elle parole, elle dist: «Coument avés vous non, biau sire, [309.25] qui si vous
   une pieche de [313.26] tans. La roine li demande coument ele ot non en baptesme [313.27] et celle li
     [314.66] cui chis païs vendra a destruction. – Coument! fait li [314.67] rois, n’est il mie mors?

counisterés
     coume vous [309.27] me verrés plus, de tant me counisterés vous mains. [309.28] – Certes, fait elle

counois
    de vilain, mais de gentil houme [309.18] que je counois moult miex que vous ne faite. Et sai bien

counoistre
   [278.30]d'armes et il couvient, che ses tu bien, counoistre les [278.31]bons des mauvais et hounerer
       une tele [306.51] parole que assés le porrés counoistre se vous estes sages.  [307.1] Vous souvient
    , qui vous requiert [309.9] que vous li fachiés counoistre le pere de cel chevalier. » Se [309.10]
       Tor. Et cele respont: «Son pere puet il bien counoistre  [309.11] comme pour povre loial laborant

coupables
     n’en soie pour chou que je m’en sench [303.23] coupables. Mais ore m’en consilliés que jou en porrai

courechasse
  vous ne me porriés dire chose dont [307.41] je me courechasse, car je sai bien que vous ne me diriés

courechié
    merchi, fait Gavains, car tu [269.13] m’as trop courechié de mes brakés que tu m’as ochis. [269.14

courechie
   la damoisele, qui che voit, en est [303.5] moult courechie, car elle prisoit moult le roi de sens et
        oiant li. » Et la dame respont atant, moult courechie:  [309.42] «Merlin, or voi je bien que vous

courechiés
       et trueve .II. brakés occhis. Il en est trop courechiés  [268.31] et dist que il seront vengié,
    se parti de laiens trop dolans et trop [270.31] courechiés.    [271.1] Et Gahariés, qui estoit encore
         [282.16] pour coi il le fait, si dist tous courechiés: « Ha ! [282.17] nains, que te demande mes
  Quant il voit ceste [302.7] chose, il en est trop courechiés, si dist: «Ha! Diex, ceste [302.8] damoisele

courechiet
      [308.20] parlons d’autre, ne ne soions mie si courechiet de la mort, [308.21] car par celle voie

courecier
  autre chose, se je [307.38] ne vous cuidoie moult courecier. » Et li rois, qui moult est [307.39] desirans

couronne
   par aventure et par aventure rechus tu [278.8]ta couronne, car ensi plaisoit a Nostre Signeur, et saiches

couroune
 255.23] la chité de Camalaoth et porterent ambedui couroune. Et [255.24] a chelui tans estoit la roine
    que tout aussi que aventure te [278.15]douna la couroune, aussi le te taurra elle. Toutes ces paroles
      [307.8] dos viestu de vos dras roiaus, vostre couroune en vostre [307.9] chief, et vous aviés euut
 .10] vient un fol qui vous dist: « Rois, oste cele couroune de [307.11] ton chief, car elle ne te siet
  que li fiex del roi occhis [307.29] t’osteroit la couroune, il te menti se tu nel vois avenir. Et [3
  te fu dite le premier [307.56] jour que tu portas couroune, et si te dirai quele et je le sai [307.5

courounet
     ti archevesque et ti evesque  [307.58] t’orent courounet et tu euus la messe oïe, tu alas [307.59

courous
   ne [268.15] a ochire, car il li ont fait duel et courous et occhis dedens [268.16] son ostel meesmes
      , qui ore me dites vilounie avoec [268.21] le courous que jou ai et honte en mon ostel! Par mon
          ne deust tel vilonnie faire [269.33] pour courous ne por haine qu’il euust a homme né! »  [2

courre
      cil le voit aprocier de la rive, si li laisse courre trestous  [266.5] ensi armés comme il estoit
       , et met le main [266.21] a l’espee et veult courre sus a chelui, tous ensi montés [266.22] coume
  lassé que li pluiseur  [267.3] avoient laissié le courre et ja estoient recreu. Et [267.4] nepourquant
   brakés que vous avés ochis! » Lors laisse li uns courre [268.41] a l’autre l’espee traite et s’entredounent
   estoit, ne ne dit mot fors qu’il laisse [283.25] courre a Tor. Et cil ne le refuse pas, ains li retourne

courrurent
  sour sa teste et traist [272.7] l’espee. E cil li courrurent sus tout .IIII. et l’assaillent de [272

court
                   [243.1] Quant Merlins fu venus a court, assés trouva [243.2] qui joie li fist, car tout
   en son ostel et tant en i [246.13] repaire en sa court qu’il porra aisiement trouver .L. preudommes
 ] que li compaignie de la Table Reonde venoit a sa court [247.14] pour demourer avoec lui, il en fu tous
     le roi et [253.15] dist oiant tous cheus de la court :  [254.1] " Rois Artus, a vous m’envoie la boine
  , un poi devant la grant messe, [257.2] vint a la court tous montés li rois Pellinor, et descendi, et
     a ton vivant soient [257.14] sui je venus a ta court pour toi faire hounour. Et ses tu de [257.15
      a attendre [258.39]qu’il soit partis de ceste court. Et quant il s’en partira, jou [258.40]ira apriés
   damoisieles qui onques fust [259.27]entree en la court le roi Artus. Et elle estoit viestue d’une [
         [259.33]non. Quant li chiers aprocha de la court, il se feri [259.34]dedens et nel laissa pour
   et vint [259.41]a son cheval qui estoit en mi la court et monte sus, et s’en [259.42]vait a tout le
     a faite la [259.44]besoigne pour coi il vint a court. Et quant la damoisiele, [259.45]qui derriere
  ne [260.21]vous faille quant vous verrés en ceste court, se il ne muerent  [260.22]en la cache, car autrement
   la sekeure. Et lors dist Merlins as barons de la court: [262.4] «0 biel signour, ne vous est bien avenu
     liu commenchierent a venir les aventures en la court  [263.3] le roi Artus. Quant les tables furent
  se partent [263.11]en tel maniere tout troi de la court. Tor s’en vait la droite [263.12]voie au chevalier
 ] pas, fait il, maintenant, mais se vous alés a la court le roi [265.20] Artus et vous dites que chil
   cele aventure faire me [265.25] sui je partis de court.» Et il li dient: «Sire, il s’en ala cele [2
   cope le chief, et dist que cestui enportera il a court, qui [268.29] qu’en poist. Et en che qu’il disoit
    toutes voies quel part qu’il aut et le tient si court [268.51] qu’il li fait le sanc saillir de toutes
   couvient que tu me fianches [270.12] a aler a la court le roi Artus et illuec te meteras en la prison
 [270.18] de chevauchier tant que tu soies demain a court ains [270.19] que li rois soit alés au moustier
   nous partirons  [271.6] de chaiens et en irons a court, car il me samble que [271.7] j’ai bien ma queste
   morteument le heent, le tienent au plus [272.11] court qu’il pueent et li donnent si grans cols sour
    chou que elle veult bien que cil de la [275.34] court sachent qu’il ait sa queste afinee. Et il l’a
     le col de vostre cheval dusques  [275.39] a la court. » Et il dist que che fera il, puis que elle
  estes en [276.3]tel maniere en la maison et en la court vostre oncle. Et [276.4]quant vous i serés venus
 .14]frere, comment porrons nous mener nos brakés a court? [276.15]Car se nous venions sans eus, nous n'averiemes
  furent ochis, que li chevaliers [276.19]emporte a court. » Et lors fait prendre les brakés et metre
    painne et en travail li chevalier [278.21]de ta court pour cerkier les aventures, et maint autre chevalier
    jurer, si tost [278.34]coume il s'en partira de court, qu'il dira voir au revenir [278.35]de toutes
        [279.4]puis que vous vous partesistes de la court. » Et il le [279.5]jure certainnement. «Ore dites
 280.15]as damoisieles fu il apielés par tout en la court et aillours [280.16]li Chevaliers as Damoisieles
    les aventures [281.31]dont on contera en vostre court la verité pour chou que [281.32]aprés nos mors
   que  [281.35]metre en escrit les aventures de la court ensi coume elles [281.36]averront as estranges
     Tor, li fius a [282.2]Arés, se fu partis de la court, il chevaucha grant oirre pour [282.3]savoir
          qui [282.27] pour veoir comment cil de la court le roi Artus sevent [282.28] jouster sont cha
 4.16] cil li fianche. Et il le laist maintenant et court a [284.17] l’autre, qui tous estoit debrisiés
          . Et [284.33] quant vous serés venut a la court, rendés vous a mon [284.34] signeur le roi Artus
   feroit li mieudres[285.13] escuiiers de toute la court le roi Artus. Et ses tu pour coi [285.14] je
 : « Veschi le braket pour coi je parti [286.29] de court. Ore le viegne querre qui vaurra, car je ne le
  le puisse desfendre devant que je [286.31] soie a court ! » Et cil le prent et il monte tout erraument
  , li brakés fu pris par outrage et par tort en la court [286.40] le roi Artus, si l’ai sivi jusques a
    queroie, qui [289.12] prist ier le braket en la court le roi Artus. » Lors prent sen [289.13] escu
      des pavillons qu’il avoit envoiiet [293.18] a court.  [294.1] Li rois le rechiut moult liement et
       [294.4] porté pour qui il s’estoit partis de court. «Et dou chevalier,  [294.5] fait il, queles
        , car le roi Pellinor averés encore anuit a court. [294.49] – Mais vous, che dist li rois, le mandés
     quant li rois Pellinor se fu [295.2] partis de court pour aler aprés le chevalier qui emportoit [
 5] « Damoisiele, vous en fustes a tort menee de la court et je [296.16] vous i remenrai a droit, car pour
   , ceste damoisiele fu prise a tort en la [297.6] court nostre signeur le roi Artus et je sui cha venus
      en soiiés vous, ains l’enmerrai [297.22] a la court le roi Artus u elle fu prise. – Voire, font li
    [297.41] cil qui la damoisiele avoit prise a la court. Et quant li [297.42] autres voit chelui caup
         comme on verra le jour, si comme on soit a court [301.66] devant eure de disner, car je sai vraiement
    , car Merlins li sages [301.70] prophetes est a court, qui ne soufferroit en nule maniere [301.71]
     la damoisiele, est Merlins li [301.73] sages a court ? – Oïl, che dist li rois. – Dont n’a, fait elle
      chelui destruit quant nous [301.77] verrons a court. – Je le cuic bien», che dist li rois. Si en
  fait elle, la teste de la damoisele [303.25] a la court pour moustrer apertement ceste mierveille. Et
       a eure de viespres.  [305.1] Quant cil de la court virent le roi revenir sain et [305.2] haitié
     damoisele fu dont vous avés aportee la teste a court, [306.49] et je le vous dirai, non pas tout ensi
      a [307.2] Montor, une vostre chité, et teniés court riche et miervilleuse,  [307.3] et avoit a cele
    riche et miervilleuse,  [307.3] et avoit a cele court venut moult de chevalerie et de [307.4] pres
      la goie entre les barons, car li [312.2] rois court a Tor et Tor a lui, si baise li peres le fil
   , se [312.23] Dieu plaist.» Et cele s’en part de court, si fu convoiie de [312.24] maint preudoume.
  parler de [312.26] lui.  [313.1] Quant elle fu de court partie, la joie fu par la [313.2] court grans
      fu de court partie, la joie fu par la [313.2] court grans. Et li rois demande a la Damoisele Caceresse
   que jou [313.8] avoie quant jou entrai en vostre court, je prenderai [313.9] congiet a vous, car je
 3.21] tous pres et sera tant comme elle demourra a court. Lors [313.22] prie la roine que elle le tiegne
   li rois oi  [314.2] fait la damoisele remanoir a court, il traist Merlin a [314.3] conseil et dist:
    dont li rois Pellinor aporta la teste a [314.5] court. – Sire, fait il, je le vous dirai, car je sai
      [314.9] damoisele estoit sa fille et venoit a court pour parler  [314.10] a lui. Et chis chevaliers
     de son païs pour li conduire en [314.12] ceste court. Et pour chou li di jou qu’il avoit autant gaaignié

courte
     estoit viestue d’une [259.28]roube verde assés courte et avoit pendu a son col un cor [259.29]d’ivoire

courtoise
  maison et trop outrageusement, je vous serai plus courtoise,  [274.13] car je vous osterai de ma prison
   li respont: «Dame, vous me samblés [275.3] moult courtoise, et pour chou me meterai jou en aventure
     envoia n'estoit pas fole, mais sage [279.13]et courtoise. Et je pri ma dame qui chi est, la roine

courtoisie
 1] trespasseroies tous tes pers et de valour et de courtoisie. [257.12] Et pour chou que je connois vraiement
  ! signour, je vous pri par hounour [264.16]et par courtoisie que vous me dites pour coi vous avés [2
     se vous che faites, on [281.21]le vous tenra a courtoisie et a deboinaireté et a gentilleche [281
     deservie, aiiés ent mierchi, si ferés [291.38] courtoisie grant. – la Diex n’ait merchi de m’arme
    elle prisoit moult le roi de sens et de [303.6] courtoisie et de chevalerie seur tous autres chevaliers

coururent
   cil del palais oïrent ceste nouviele, [251.2] il coururent cha et la par les sieges pour veoir se chou
    et le hyaume et la teste del cherf. Et li autre coururent  [277.7]a Gavain pour lui delivrer de la
 ? – Che verrés vous bien», font il. [297.34] Se li coururent sus les espees traites, et li uns laisse

cousine
    n’enmerroit il mie, [295.57] car elle estoit sa cousine germainne, si s’en combateroit [295.58] anchois
    voel, fait cil, avoir pour chou que elle est ma cousine  [297.11] germainne, si l’enmerrai a ses amis
    que vous n’estes mie cha venus pour la honte ma cousine,  [297.47] mais por s’ounour et pour vengier

cousins
 . Et chis chevaliers ki estoit avoec li estoit ses cousins [314.11] germains et estoit meus de son païs

coustera
   fai [295.24] un peu de serviche qui moult peu te coustera! » Cil entent [295.25] bien la damoisiele

coustume
     et les autres aprés. Et au tans de lors estoit coustume  [255.6] en la Grant Bretaigne que quant on
   faire. En tel [255.12] maniere coume lors estoit coustume furent atorné li nouviel [255.13] chevalier
     riens. Car des ore mais avra en cest ostel tel coustume  [260.10]que pour aventure qui aviegne, se
    que li rois qui chi est en [260.15]tiegne ceste coustume tant coume il vivra. » Et li rois li [260
     [278.40]ensegniet, et je vous creanc que ceste coustume sera tenue [278.41]en mon ostel tant comme
   mescheans, [306.33] ains le voit on tout dis par coustume que Nostre Sires [306.34] envoie plus tost

couvenoit
   dist qu’il [264.43] le mousterroit bien se il le couvenoit a faire. Si monterent  [264.44] tant entre

couvenra
     . Mais d’un cheval, s’il [297.59] vous plaist, couvenra il que vous me consilliés. » Et cil dist
            de la mort, [308.21] car par celle voie couvenra il passer, et viex et jovenes. Ja [308.22

couvent
     . Ore en faites chou que vous avés en [291.42] couvent, s’il vous plaist. » Et il dist que si fera

couverroit
    ai pierdu del sanc, si cuic que il me  [270.22] couverroit remanoir entre voies. – Il couvient, fait
  [314.21] pas si bien celer auchune chose coume il couverroit a [314.22] faire. – Certes, ce dist li rois

couverte
    une [288.7] maisons assés petite et assés povre couverte de chaume. Li [288.8] nains, qui autre fois

couvertement
 [301.35] couvient que on le face si sagement et si couvertement que [301.36] nus ne la puist aperchevoir

couvient
    archevesques del païs et lour dist: [249.6] "Il couvient que vous poursingniés et benissiés ces sieges
  fist drechier [250.2] les chevaliers et dist: "Il couvient que vous faciés» [250.3] houmage au roi Artus
    puet [268.48] plus endurer ne souffrir, ains li couvient a guenchir et a [268.49] trestourner encontre
   pas, puis [270.11] que tu tiens a outré, mais il couvient que tu me fianches [270.12] a aler a la court
    on sache l’ochoison [270.15] de nostre bataille couvient il que tu emportes od toi les .II. [270.1
  me  [270.22] couverroit remanoir entre voies. – Il couvient, fait [270.23] Gavains, que tu le faces et
      qu’il a a non Gavains. «Gavain, fait elle, il couvient  [275.37] que vous le cors de ceste damoisiele
    seront pas moult prisiet  [278.30]d'armes et il couvient, che ses tu bien, counoistre les [278.31]bons
        avoir [281.17]mierchi quant il la requeroit couvient il que vous jurés [281.18]sour sains que jamais
  , je n’ai mestier de sejorner, ains [282.22] m’en couvient aler grant oirre apriés un chevalier que un
   che feront il bien, puis que [284.36] faire lour couvient.  [285.1] Lors monte Tor et prent son escu
      boin coume li siens estoit. «Mais il [297.61] couvient, fait il, que vous remanés huimais avoec moi
      ? – Sire, fait elle, a remanoir  [300.6] nous couvient dusques au jour, car se nous en [300.7] voloions
    puis que che vient a traïson faire, il [301.35] couvient que on le face si sagement et si couvertement
   un poi et puis respont: « Il ne nous [301.69] en couvient onques estre en esmai, car Merlins li sages
 , ains [309.55] le vous dirai, puis k’a dire le me couvient. Saichiés que Tor [309.56] mes fiex n’est

creanc
  – Dame, dist il, si ferai jou, je le vous [276.13]creanc comme chevaliers. » Lors dist a Gahariet: «
   , vous m'avés bien [278.40]ensegniet, et je vous creanc que ceste coustume sera tenue [278.41]en mon
   compaignie en lieu [285.11] d’escuiier, et je te creanc que je te vaurrai plus en ceste [285.12] voie
     devant que che soit [314.36] avenu. – Che vous creanc jou», fait li rois. Et Merlins li [314.37] dist

creanté
      del [301.30] roi Artus et ses acointes, qui a creanté a mon signeur que [301.31] il donra au roi

creante
  peusse la bataille veoir de vous deus. » Et il li creante [258.52]coume freres, et lors laissent ceste
       tant coume il vivra. » Et li rois li [260.16]creante voiant tous ses barons k’i la tendra. Lors

creantés
    ne l’ochesisse orendroit, se vous ne me [258.50]creantés que vous n’irés pas sans moi en cest affaire

creantet
              erramment [265.17] chou qu’il avoient creantet, et puis dient a Gavain: «Sire, [265.18] pour

creatour
   , tu en seroies plus humelians [248.49] vers ton Creatour qui en ceste hauteche te mist ou [248.50]

cremus
   , car [251.6] tous li roiaumes de Logres en sera cremus et redoutés tant [251.7] comme li vaurront estre

crestiiens
    que tu seras [257.13] li plus vaillans des rois crestiiens qui a ton vivant soient [257.14] sui je

cri
 4] Et si tost comme il se senti ferus, il gieta un cri et un plaing [272.25] moult dolereus et moult angoisseus

criant
          [262.2]enporte, et cele vait toutes voies criant au roi Artus [262.3]qu’i la sekeure. Et lors

crie
      . Et cele, qui s’en voit porter en tel guise, crie toutes  [261.11]voies: « Ha! rois Artus, je sui
       part de la rive un chevalier qui [265.35] li crie: «Dans chevaliers, en ceste yaue ne vous metés
  en aventure et en peril de mort [268.53] se il ne crie merchi, a che que il voit bien que en la fin ne
 , il a paour de morir. Et [269.7] pour la doutance crie il mierchi et dist: «Ha! frans chevaliers  [2
      et dist: «Ha! frans chevaliers  [269.8] je te crie mierchi! Ne m’ochi mie, car je me tieng a [26
 10] feroies trop grant vilenie, car chevaliers qui crie mierchi il [269.11] doit mierchi trouver, s’il
 11] lachiet, l’escu au  col, la lanche el puing, et crie a Tor qu’il [283.12] se garde de lui, se li adreche
   [284.8] a tant ne s’en vaurra mie tenir se il ne crie merchi. Et [284.9] quant il est descendus et il
 .11] hyaume de la teste et le giete en voies et li crie qu’il [284.12] l’ochirra s’il ne se tient a outré
  [284.13] pasmisons et se vit em peril de mort, si crie merchi, car [284.14] il voit bien que autrement
 84.25] de sa coife de fer, il a paour de morir, si crie mierchi, [284.26] coume cil ki se voit au desous
 [289.14] chevalier tout en mi le chemin. Et cil li crie canques il [289.15] puet: « Ha! mauvais chevaliers
  la teste les mailles de la coife de fer. Et il li crie [290.43] qu’il se tiegne a outré ou il l’ochirra
    li chevaliers  [291.21] entent ceste parole, il crie a Tor: «Ha! frans chevaliers,  [291.22] por Dieu
     l’entent, il tent ses mains a la damoisiele et crie [291.30] mierchi et dist: « Ha! france damoisiele
  demorer. Et quant celle le voit, elle li [295.23] crie: «Ha! frans chevaliers, pour Dieu retorne et me

crient
         [271.26] .IIII. chevaliers tous armés, qui crient: «Ha! Ha! chevaliers  [271.27] felons et desloiaus

crier
 ] Gavains, qui les vint ataignant, les commenche a crier et [267.6] a huer aprés le chierf. Et lors commenche
    damoisiele  [272.34] vint avant qui coumencha a crier: «Ne l’ochiés mie, [272.35] mais em prison le

criera
 50] Et quant li rois Pellinor verra son fil, il li criera:   [314.51] «Tor, biaus fiex, ne va avant, mais

crioie
 1.40] o ne onques ne m’en vaut escouter la u ge li crioie mierchi [291.41] tout en plorant. Ore en faites

crioit
     vous le teniés  [276.9]desous vous que il vous crioit mierchi et vous nel daingniés  [276.10]escoter
 2] la fontainne ou il avoit oï la damoisele qui li crioit qu’il [302.3] retornast pour aler a li. Et quant

croi
    [275.17] aiiés, se vous poés vivre par aage, je croi que vous serés [275.18] uns des boins chevaliers
 : «Ha! frans chevaliers,  [291.22] por Dieu, ne la croi mie! Ne m’ochi pas pour [291.23] ses paroles,
      commenche a rire [294.38]et dist: «Certes, je croi bien que che soit voirs, mais ore [294.39]me dites
          , se vous porriés [299.14] dormir, car je croi que che vous vaurroit. – Si ferai jou, [299.1
  canques on fait et dedens et dehors, et pour chou croi je [301.76] vraiement que nous trouverons chelui
   , [306.18] vous en faites trop a blasmer, car je croi vraiement que se [306.19] vous fuissiés retornés
  mains. [309.28] – Certes, fait elle, bien vous en croi, car dyables a bien [309.29] pooir de soi moustrer

croire
 [301.48] autres chevaliers, puis que vous ne volés croire mon conseil [301.49] que je n’en devrai mie

croisse
 .8] engenré de ma char et voel que vostre hounours croisse et [246.9] ament des ore en avant vous envoierai

cruauté
 .7]tout en apert coument vous l'avés occhise et la cruauté [276.8]que vous fesistes del chevalier quant
     riens ne pour honte qu'il euust ne [279.8]pour cruauté que on i peuust entendre. Et quant il a tout

cruele
        [289.32] pars.  [290.1] Ensi dura la mellee cruele et felenesse des [290.2] devant eure de prime

cruelment
 3] «Por chou que en la damoisiele mesistes main si cruelment  [280.4]que vous l'ochesistes esgardons nous

crueus
   en verrés des ore souvent avenir de plus [277.17]crueus et de plus felonnes que ceste n'est. » Lors

cuer
     aida puis tout dis si volentiers et de si boin cuer [280.15]as damoisieles fu il apielés par tout
     ambedui de grant proueche et de grant [296.12] cuer. Li rois ne regarde onques a la bataille, car
 , ore [303 .11] ne vic jou onques houme de si povre cuer coume vous [303.12] estes, qui plourés pour mort
      m’en certifiiés, moult avrés mis [306.43] men cuer plus a aise qu’il n’est. – Je sai bien, fait Merlins

cuers
 2] cele table ou vous serés assis vous naistera es cuers [248.13] une si grant joie et une si grant amistiés
     ne te venist [254.50] d’auchune partie, ja tes cuers ne te traisist a si haute chose [254.51] comme
 .13] d’amis et de chevaliers et a si avoec soi les cuers de ses [301.14] hommes et est si larges de douner

cuevre
    venir. Mais il se desfent [272.9] si bien et se cuevre si sagement que che n’est se mierveille [27
    ne [290.15] le puet amender a sa volenté, si se cuevre au miex qu’il [290.16] puet et qu’il set. Et

cui
    grans biens en [251.5] avenra. Beneois soit par cui conseil ele commencha, car [251.6] tous li roiaumes
 [265.20] Artus et vous dites que chil a chi esté a cui Merlins douna [265.21] la premiere aventure a avenir
   [268.32] voit issir d’une chambre le chevalier a cui il avoit premiers [268.33] parlé, et fu apparilliés
    aventures, et maint autre chevalier,  [278.22]a cui il meskerra souvent. Et assés i soufferront par
     [280.12]onques puis damoisiele ne le requist a cui il fausist d'aisdier,  [280.13]si estraigne ne
  repentir assés tost, car li chevaliers [286.36] a cui il est ne lairoit en nulle maniere que il n’alast
  pour chou m’envoia cha li rois [296.17] Artus, en cui ostel vous fustes prise. » Et lors le veult prendre
 . Et [303.9] cele, qui li voit cel duel mener et a cui il em poise trop, li [303.10] dist: «Ha! sire,
  , la Dieu merchi. Je n’oï onques parler de gent a cui [305.9] il avenist si bien coume a vous .III. compaignons
    aler [310.15] tous vos houmes por un hermite, a cui vous aviés parlé de [310.16] confession, a .III
  ne venist a norreture et a sauvement par [314.66] cui chis païs vendra a destruction. – Coument! fait
     encore chelui [314.72] meisme enfant avoecques cui il est norris. Ore esgardés [314.73] quel norreture

cuic
  requiers chose [254.49] que je ne te fache. Et je cuic que se gentillece ne te venist [254.50] d’auchune
 0.21] et travilliés et trop ai pierdu del sanc, si cuic que il me  [270.22] couverroit remanoir entre voies
 [271.23] Ore vous apparilliés de desfendre, car je cuic que li  [271.24] besoins est venus. » Et si tost
  , fait Tor, [285.29] et se je le puis trouver, je cuic qu’il le rendera. – Je vous [285.30] merrai, fait
      , fait li nains, tout droit ou il repaire, et cuic que [285.31] nous l’i trouverons. – Nains, dist
  braket et le chevalier [286.9] avoec, si coume je cuic. Et saichiés qu’il est sires de tous [286.10]
       , puis qu’il[286.48] vous plaist. Mais je ne cuic mie que vous l’emporterés jusques  [286.49] a
    bonté que tu ne fesisses pas a moi, si coume je cuic, [290.23] se tu fuisses si au dessus de moi comme
     venés, en l’ostel le roi Artus. [301.24] Et je cuic que ceste guerre sera finee anchois que je reviegne
       quant nous [301.77] verrons a court. – Je le cuic bien», che dist li rois. Si en [301.78] laissent
    povre loial laborant sour terre. Et si [309.12] cuic qu’il l’ait ja veut auchune fois, car il meismes
    vous? – Nennil, fait elle, si [310.6] coume jou cuic, car je ne le vic onques fors une fois et si
    eustes fait vos volentés, vous li desistes: «Je cuic [310.22] que tu me remains grosse», et presistes
   vous me dites [314.23] ne descouverra por coi je cuic qu’il vous desplaise. [314.24] – Non, fait Merlin

cuida
   sa glaive, et s’en [286.14] vait cele part ou il cuida trouver chou que il vait querant.  [286.15] Et
    [294.35]semainne meismes que elle fu despucelee cuida il vraiement  [294.36]que Tor fust ses fiex,
  si felenessement seur le brach seniestre que elle cuida bien [298.19] avoir l’espaulle desliuee, si a

cuidai
    paour que [299.4] je onques mais euusse, car je cuidai bien avoir brisiet ou [299.5] le brach ou l

cuidast
      li ensegnoit, ne mie pour chou qu’il [283.15] cuidast estre estrais fors de vilains. Si s’adreche

cuide
   [291.44] quant li autres se sent alegié, il s’en cuide fuir, mais cil ne [291.45] le laisse, si le fiert
   cheval des esperons [296.3] comme cil qui ja n’i cuide venir a tans. Si n’a pas gramment  [296.4] alé
  s’escrie: «Ha! sire chevaliers, morte sui!» Et il cuide que [298.22] elle die voir, si giete son escu
    dist que il ne [301.46] retournera ja, car bien cuide faire legierement chou qu’il [301.47] a empris

cuidera
  Tor l’orra bien et entendera, mais il ne [314.53] cuidera pas que che soit ses peres, ains cuidera que
  [314.53] cuidera pas que che soit ses peres, ains cuidera que chis [314.54] le gabe et escarnisse. Si

cuiderés
   recheverés terre a tel point [244.8] que vous la cuiderés del tout avoir perdue. ” Et che dist il [

cuideriemes
      retornerions par aventure quant  [300.9] nous cuideriemes aler avant. – Ore remanons dont, fait

cuideriés
  les mauvais. Vous meismes eslisiés cheus que vous cuideriés [247.31] qui miex en soient digne. – Ore

cuideroie
    a forche l’enmenoit. Je la vous lais, car je ne cuideroie [297.49] pas gramment gaaignier en ceste

cuides
 [255.41] vilain: " Vilains, moult ies chaitis, qui cuides que che soit  [255.42] tes fiex. Certes il ne

cuidier
   si preu [258.44]de mon cors que je ne porroie ja cuidier qu’il euust duree [258.45]viers moi. Et se

cuidiés
   di qu'il l'a moult miex fait que vous [277.14]ne cuidiés, car il a bien sa queste achievee. Et saichiés
  [282.19] chevaliers, faillis et recreans, vous en cuidiés vous aler que [282.20] vous ne jousterés a
    samble il de vostre chevalier que vous [294.19] cuidiés qu’il fust fius dou vakiet? – Ja certes, che
  estoit il garis et tout de nouviel. [310.38] – Et cuidiés vous que che soit cil qui engenra Tor vostre

cuidoie
        jou une autre chose, se je [307.38] ne vous cuidoie moult courecier. » Et li rois, qui moult est

cuidoit
   Diex te doinst malaventure! »  [268.13] Ne il ne cuidoit encore que il en i euust nul [268.14] occis

cuisse
      , qu’i estoit [273.13] assés plus gros que la cuisse d’un homme. Et lors ot il [273.14] moult grant

cultivant
  et main ma charue, et en labourant et en [254.35] cultivant ma terre aquier jou le vivre et le soustenement


D

 

d
 9] a nul mestier, car, Dieu mierchi, il en a assés d’autre. [245.10] Mais che que je miex aimme li envoierai
     elle cherra prochainnement en [245.17] la main d’un tel preudomme qui miex le maintenra que [245.
     faire tous nouviaus, si vint au siege [248.22] d’en mi lieu et le moustra au roi Artus et a tous les
  de [248.35] qui il istera n’a pas encore .II. ans d’aage. – Dont ne sera [248.36] che a piece, che dist
    [250.12] singniés chascuns sieges, ne mais chis d’en mi lieu et li [250.13] darrainniers: en ces deus
     dou donner, pour [254.6] coi tu soies poissans d’avoir chou que on te demande. Et [254.7] pour ceste
    je cuic que se gentillece ne te venist [254.50] d’auchune partie, ja tes cuers ne te traisist a si
  [257.27] joiant et bien saichiés que en cest jour d’ui sera vostre [257.28] table toute enterine, ne
  la chité par deviers le [259.5]grant forest, pres d’un bois a .II. archies, et tout entour [259.6]a la
   en la court le roi Artus. Et elle estoit viestue d’une [259.28]roube verde assés courte et avoit pendu
     courte et avoit pendu a son col un cor [259.29]d’ivoire, et tenoit un arc en sa main et une saiete
   s’arrestent [264.18]maintenant, et parole li uns d’eus et dist: «Par foi, che [264.19]vous dirons nous
  . Nous venions [264.29]orendroit entre moi et lui d’un mien chastiel qui est pres [264.30]de chi et aliens
 64.31]de la roine. Et en che que nous trespassiens d’un chemin [264.32]a autre, il avint chose que nous
   peusse siurre cele [264.40]cache sans compaignie d’autrui. Et li dist que il ne [264.41]m’otrieroit
     tel maniere duré la mellee dusques a che point d’orendroit.  [264.50] Et avons tant de sanc perdu
   . Et il les commande a [265.27] Dieu, si se part d’eus tout maintenant et chevauche par mi [265.28]
    mi [265.28] le forest tout le jour dusques pres d’eure de viespres, [265.29] et puis vint en une valee
   Gavains se haste au [266.6] plus tost qu’il puet d’issir fors pour chou que li chevaliers [266.7] ne
 266.36] caus que Gavains fist, li fius le roi Loth d’Orkanie, [266.37] apriés chou qu’il ot recheut l
       , hautement avés [266.40] coumenchié a ferir d’espee. Se vous tout dis en feriés si [266.41] bien
   apriés le chierf et estoient assés pres [266.56] d’eus. «Sire, dist Gahariés, or aprés, que nous soumes
          en mi la sale en tel [268.2] maniere issi d’une des chambres de laiens un chevalier [268.3] tout
   , se il onques puet. Et lors [268.32] voit issir d’une chambre le chevalier a cui il avoit premiers
      dite,  [271.25] il voient entrer par mi l’uis d’une des cambres dou palais  [271.26] .IIII. chevaliers
 ] encontre cheus, se ne fust uns archiers qui issi d’une des [272.15] chambres de laiens et vint a la
   ’i estoit [273.13] assés plus gros que la cuisse d’un homme. Et lors ot il [273.14] moult grant paour
  dist : [273.15] «Biau frere, je muir de dolour et d’angoisse. Ore [273.16] poés savoir que cele saiete
  [275.19] vous estes.» Et il dist que li rois Loth d’Orkanie fu ses [275.20] peres. «Ha! fait elle, vous
  , ore voel jou que vous faichiés en lieu [275.27] d’amende chou que je vous deviserai, et si le vous
     et vilonnies, et seront souvent  [278.24]outré d’armes, car toute jour lour avenra, quant il [278
           qui ne seront pas moult prisiet  [278.30]d’armes et il couvient, che ses tu bien, counoistre
       elles sont revenues de conseil, l'une [280.2]d’elles parole oiant tous chiaus de laiens et dist
     puis damoisiele ne le requist a cui il fausist d’aisdier,  [280.13]si estraigne ne fu ne de si lontaigne
      [281.9]chevalier fors un seul qui vous puisse d’armes outrer, et [281.10]cele bataille dont je vous

 2.14] front si durement qu’il le fait reculer plus d’une lanche,  [282.15] et a poi qu’il ne chai a terre
    neporquant jou [283.4] euusse gringnour mestier d’aler ma voie que de laissier, [283.5] car je ne sai
 ’estourdist [284.5] tout et le fait flatir a terre d’ambesdeus les paumes. Aprés [284.6] li vait par dessus
     avoec toi et en ta compaignie en lieu [285.11] d’escuiier, et je te creanc que je te vaurrai plus
        . Certes, je n’averoie ja houneur  [285.16] d’aus servir. – Et je l’otroi a toi, fait Tor. Ore
       [289.25] le main as espees et s’appareillent d’assaillir l’uns l’autre. [289.26] Si veissiés as
         [291.46] qu’il li fait la teste voler plus d’une toise loing del [291.47] bu, et li cors chiet
          que li rois Pellinor l’engenra en la feme d’un [294.33]vakier et ot le pucelage de li, et ensi
 [295.30] te doinst que tu aies aussi grant mestier d’aide que ge ai [295.31] orendroit et que tu soies
       fors que son ami qui ja estoit [295.38] mors d’une grant plaie qu’il avoit par mi le pis, elle se
 .39] claimme maleuree et chaitive, la plus dolante d’autres [295.40] damoisieles, et dist que, puis que
  , puis que ses amis est mors [295.41] par defaute d’aide ne elle ne puet avoir secours ne de Dieu [2
  elle ne puet avoir secours ne de Dieu [295.42] ne d’omme, elle ne puet plus vivre des ore mais. Si prent
  tendre, que uns chevaliers tous armés sailli hors d’un des [295.56] pavillons, qui dist que la damoisiele
   [297.58] bataille, quant vous m’en quitiés. Mais d’un cheval, s’il [297.59] vous plaist, couvenra il
  la voit muer coulour plus de .VII. fois en un peu d’eure [298.26] de la grant paour que elle avoit euue
       , car li rois Artus est si poissans [301.13] d’amis et de chevaliers et a si avoec soi les cuers
  » Et lors li moustre un hermitage qui estoit pres d’eus [303.28] en une haute roche. Et il dist que cest
  son service chanté. Li chevaliers descent a l’uis d’une [303.34] petite chapiele qui laiens estoit et
          de bestes, qu’il n’i avoit [306.13] remés d’entier fors la teste et les os. «Si en sui, fait
     vivre que tu aies aussi [307.47] grant mestier d’aide coume j’ai orendroit et que tu soies [307.4
      [307.54] t’avenra, car tu morras par de faute d’aide ausi coume elle [307.55] fist. Et lors t’avenra
    , che dist li rois Artus, mais [308.20] parlons d’autre, ne ne soions mie si courechiet de la mort
    que il m’eut puciele ne je n’avoie pas [309.61] d’aage .XV. ans quant il engenra Tor.»  [310.1] Lors
      parlé de [310.16] confession, a .III. archies d’un chastiel que on apieloit [310.17] Amint. Et quant
      fiex de [311.3] roi. Certes, se vous fuissiés d’estrassion de vilain, ja ne [311.4] vous presist
  celle li dist que elle a non Niviene et est fille d’un haut [313.28] houme de la Petite Bretaigne, mais
  chierement, et sont li dui enfant [314.70] auques d’un aage. Et encore vous di autre chose: saichiés

daarrainne
 9]au roi Pellinor: «Rois, qu’en dirés vous? Iceste daarrainne  [262.10]aventure est vostre a achiever

daerrain
     ens ou premier lieu, et je meterai [256.20] el daerrain aussi boin chevalier ou millour comme vous

daerrains
      empli ne mais deus, li Sieges Perilleus et li daerrains [256.10] sieges. Car il commenchierent a
    mie [256.12] tout fait, che me samble, que chis daerrains liex est viex [256.13] et atent son signour

daingniés
        vous que il vous crioit mierchi et vous nel daingniés  [276.10]escoter. Et chou que elles vous

dalés
     et se dreche encontre lui et l’assiet [257.24] dalés soi et le merchie moult de ceste chose. Et lors
  [273.5] une des chambres desous terre, qui estoit dalés le gardin, [273.6] et Gahariet avoec lui. Et
     . Si n’ont gaires alé quant [292.15] il voient dalés un vivier le rechet, qui estoit biaus assés et
        de moult grant biauté qui se seoit [295.19] dalés une fontainne et tenoit devant soi un sien amic
    . Et quant il a che [299.21] fait, il se couche dalés la damoisiele et s’endort a tel eure [299.22
   l’avoit apielé quant il trespassoit par [306.10] dalés la fontainne, mais il s’en aloit a tel besoing
   estre [310.13] tous certains. Vous la trouvastes dalés un buisson et avoit [310.14] avoec li un levrier

damage
  ne sai quel part il est tornés. [259.65]Tout cest damage, rois Artus, m’est avenus par vostre [259.6
   don par si que tu i averas plus preu que [285.7] damage. – Nains, fait il, je le te doing, car chou

damages
    dist [306.27] tous pensis: «Certes, sire, c’est damages que vous estes si [306.28] mescheans en auchunes
    . Et [307.30] certes, quant il avenra, che sera damages grans a tout le [307.31] roiame de Logres.
    ai devisé. – Certes, che dist li rois, che sera damages.  [314.62] Et se je pooie, je la destorneroie

damagier
   preus. Et pour [272.5] chou qu’il ne le peussent damagier par derriere se traist [272.6] il viers un

dame
 , tant ai malvaisement  [268.6] gardé chou dont ma dame m’a ore tant priiet! » Et [268.7] lors traist
      et illuec te meteras en la prison [270.13] me dame la roine Geneuvre de par chelui qui ot l’aventure
   quant li chevalier [273.2] entendent chou que la dame lour a dit, il remetent lour [273.3] espees en
    li dui frere parloient ensi, es [274.2] vous la dame de laiens qui s’en vient a une feniestre dont
      a ensient. »  [275.1] Quant Gavains entent la dame qui parole si [275.2] deboinairement, il li respont
  parole si [275.2] deboinairement, il li respont: «Dame, vous me samblés [275.3] moult courtoise, et pour
 ] pour faire autel comme ses freres avoit fait, la dame li [275.9] demande: «Estes vous chevaliers? »
        : «Estes vous chevaliers? » Et il respont: «Dame, [275.10] nennil. – Dont ne prenderai jou mie
  et cil issent [275.13] fors et vienent deviers la dame. Et elle commenche [275.14] moult durement a regarder
    roi Artus et chis [275.21] est vostre freres. – Dame, oïl voir. – Certes, fait elle, ore [275.22] connois
   commanch  [275.28] seur vostre fianche. – Dites, dame, fait il, je le [275.29] ferai, ou soit m’ounours
 [275.35] Gahariet son frere. Et lors li demande la dame son non, [275.36] et il li dist qu’il a a non
     .   [276.1] Quant il sont ensi apparilliet, la dame dist a  [276.2]Gavain: «Gavain, vous en irés ensi
     seur vostre foi [276.12]que vous le fachiés. – Dame, dist il, si ferai jou, je le vous [276.13]creanc
 276.16]queste afinee. – Je vous baillerai, fait la dame, tant de [276.17]mes vallés qu'i les merront bien
     les .II. [276.21]premiers, il dist a la dame: «Dame, onques n'envoiiés serjant  [276.22]avoec nous
      tient les .II. [276.21]premiers, il dist a la dame: «Dame, onques n'envoiiés serjant  [276.22]avoec
            [277.1] Atant s'em part Gavains de la dame et se remet [277.2]en sa voie entre lui et son
  dist au [277.18]roi: «Sire, faites avant venir ma dame la roine Gennevre [277.19]et toutes les damoisieles
       folement ouvré de .II. choses. Et [279.12]la dame qui cha vous envoia n'estoit pas fole, mais sage
     , mais sage [279.13]et courtoise. Et je pri ma dame qui chi est, la roine, premierement,  [279.14
      vous en [279.15]doinsent tel penitanche de la dame que vous avés occhise,  [279.16]que vous la tiegniés
   [293.5] ses armes et monta et prist congiet a la dame de laiens et [293.6] a tous les autres. Et il
 [293.10] volentés. Et il les en mierchie moult, la dame avant et [293.11] les autres aprés. Si s’en parti
    elle est. » Et il prent un message et envoie la dame [294.51] querre la ou il le savoit que elle manoit
      il sont [309.7] assamblé, Merlins parole a la dame et li dist: «Dame ves [309.8] chi le roi Artus
 7] assamblé, Merlins parole a la dame et li dist: «Dame ves [309.8] chi le roi Artus qui vostre sires
    pour [309.14] chou qu’il le fesist chevalier. – Dame, che dist Merlins, [309.15] nous ne vous demandons
    nel [309.22] voelliés dire. » Lors est moult la dame esbahie, si rougist [309.23] de la honte que elle
      de savoir la verité de mon estre? –  [309.26] dame, fait il, jou ai a non Merlins. De tant coume
  dient a Merlin: «Que [309.37] dites vous de ceste dame? – Je n’en puis, fait il, riens dire [309.38]
   , je le vous [309.41] conterai oiant li. » Et la dame respont atant, moult courechie:  [309.42] «Merlin
     dient li baron: [309.51] «Ne vous samble ceste dame moult sage? – Se ele ne [309.52] fust, fait Merlins
     chou que elle dist. » Et lors dist la [309.54] dame au roi: «Sire, certes je ne vous en mentirai pas
       Tor.»  [310.1] Lors parole li rois et dist: «Dame, a chou que [310.2] vous me dites ne samble il
    lors [310.4] commenche Merlins a rire et dist: «Dame, et qui le vous [310.5] monsterroit, le connisteriés
    dites. » Lors [310.32] dist Merlins a la dame: «Dame, vous est il avis que [310.33] je die voir? –
   vous le dites. » Lors [310.32] dist Merlins a la dame: «Dame, vous est il avis que [310.33] je die voir
   et s’il puet vivre par [312.8] aage. Et quant la dame voit que la chose est a chou avenue, [312.9] elle
  sont vo autre [312.22] frere. » Tor li respont: « Dame, jou en penserai bien, se [312.23] Dieu plaist
      avoec les dames et les [313.12] damoiseles ma dame la roine. Et je vous di que vous i serés [313
        autant ou plus comme la plus haute [313.14] dame de chaiens. Et vous le devés bien estre, se Diex

damedieu
     Perilleus. ” Et il en [257.29] beneissent tout Damedieu, ne il ne savoient encore pas qui [257.30

dames
        [248.23] qui laiens estoient, chevaliers et dames, et lour dist : " Veschi  [248.24] le Siege Perilleus
 7.22]roine, et elle i vient a tout grant plenté de dames et de [277.23]damoisieles. Et quant elles furent
   chi est, la roine, premierement,  [279.14]et les dames ki avoec li sont que elles vous en [279.15]doinsent
      plaist. [279.20]Et la roine le commande a ses dames et a ses damoisieles [279.21]que elles enjoingnent
 .11] chaiens, s’il vous plaist, et serés avoec les dames et les [313.12] damoiseles ma dame la roine.

damoisele
       de mort. Et encore volons [280.8]nous que se damoisele vous requiert aide ne secours, que [280.
    , il trueve en un moult riche lit une  [286.16] damoisele dormant toute seule sans compaignie, ne mais
 [292.21] li firent quant il virent la teste que la damoisele aportoit. [292.22] Si li disoient tout a
  , biau sire, je vic ce chevalier et [295.52] cele damoisele que vous demandés: il l’enportoit voirement
       [299.23] dusques a la nuit, et aussi fist la damoisele.  [300.1] Quant la nuis fu venue et li tans
 1.83] et monte et se remet en son chemin lui et la damoisele.   [302.1] Tant ont erré en tel maniere qu
     pres de [302.2] la fontainne ou il avoit oï la damoisele qui li crioit qu’il [302.3] retornast pour
        , [302.4] il trueve le chevalier mort et la damoisele mengie de bestes [302.5] sauvages fors que
      courechiés, si dist: «Ha! Diex, ceste [302.8] damoisele est morte par defaute de m’aide! Se je fuisse
           de tous [303.4] autres chevaliers. Et la damoisele, qui che voit, en est [303.5] moult courechie
      vous [303.12] estes, qui plourés pour mort de damoisele! Ostés! Che ne [303.13] vous apartient pas
   ! » Et il respont trop [303.15] dolans: «Certes, damoisele, se je fach duel, che n’est mie [303.16]
     . – Vous enporterés, fait elle, la teste de la damoisele [303.25] a la court pour moustrer apertement
  en ceste chose. Si baille la teste de la [303.30] damoisele a pendre a son archon devant et prent le
       se remist en chemin  [304.5] entre lui et la damoisele, et chevauchierent le petite [304.6] ambleure
   roi revenir sain et [305.2] haitié et amenoit la damoisele aprés pour qui il estoit alés, [305.3] il
 . Et quant il l’orent desarmé, il prent [305.6] la damoisele par le puing et dist au roi: «Sire, veschi
    dont il li souvenist, il moustra la teste de la damoisele,  [306.9] cele qui tant l’avoit apielé quant
       , il trouva le chevalier [306.12] mort et la damoisele devouree de bestes, qu’il n’i avoit [306
        . Vous me volés demander qui [306.48] ceste damoisele fu dont vous avés aportee la teste a court
    la [313.2] court grans. Et li rois demande a la Damoisele Caceresse, [313.3] si tost coume il li ot
     et son braket et la [313.4] teste del chierf: «Damoisele, que dites vous? Nous soumes  [313.5] nous
    mon païs au plus tost [313.10] que je porrai. – Damoisele, che dist li rois, ains sejornerés [313.
   que a l’endemain que li rois oi  [314.2] fait la damoisele remanoir a court, il traist Merlin a [31
    . – Ore sachiés, fait Merlins, que cele [314.9] damoisele estoit sa fille et venoit a court pour parler

damoiseles
   plaist, et serés avoec les dames et les [313.12] damoiseles ma dame la roine. Et je vous di que vous
       [313.23] et la tiegne chiere seur toutes les damoiseles de laiens. Et [313.24] la roine dist que

damoisiaus
   fu ensi faite, Gavains, qui [252.2] estoit biaus damoisiaus, vint au roi son oncle et li dist : [25
          et avoec lui jusques a .X. [253.3] autres damoisiaus que li rois devoit tous faire chevaliers

damoisiele
 ] Et celle Gennevre est orendroit la plus vaillans damoisiele [243.22] et la plus biele et la plus loee
  [244.1] – Certes, fait Merlins, de la biauté a la damoisiele [244.2] dites vous voir, car chou est la
   se departirent del roi [247.6] li message qui la damoisiele enmenoient et orent en lour [247.7] compaignie
        tans estoit la roine Gennevre la plus biele damoisiele [255.25] que on seust en tout le monde.
   et un braket apriés, et [259.21]aprés venoit une damoisiele a tout .xxx. muetes de [259.22]chiens, si
   li autre chien estoient [259.25]noir. Mais de la damoisiele vous puis jou bien dire que [259.26]c’estoit
 .44]besoigne pour coi il vint a court. Et quant la damoisiele, [259.45]qui derriere venoit, en vit son
       , ains s’en vait toutes voies. [259.49]Et la damoisiele en entre ens ou palais entre les chevaliers
    ! ».  [260.1]Lors saut avant Merlins et dist: « Damoisiele, or [260.2]vous souffrés atant, car assés
     soit rendue. [260.4]– Or muevent dont, fait la damoisiele, auchuns des chevaliers  [260.5] de chaiens
 ’est avis, s’i les [260.7]voelent ataindre ! – Ha! damoisiele, che dist Merlins, ore [260.8]ne hastés
        en mi le [261.4]palais. Et la ou il voit la damoisiele, si se torne cele part [261.5]tout ensi
   ! »  [262.1] Ensi s’en vait li chevaliers qui la damoisiele [262.2]enporte, et cele vait toutes voies
 1]plaira et alés apriés le chevalier et ramenés la damoisiele, [262.12]et si le faites que vous i aiiés
      emporte, et Pellinor a chelui  [263.13]qui la damoisiele enmainne, et Gavains en va apriés le [2
    [269.21] lui cauper le chief. Atant es vous une damoisiele qui [269.22] estoit amie au chevalier. Et
  qu’il ne le puet mais retenir, ataint [269.28] la damoisiele par mi le col, si la fiert si durement au
 , que [269.31] esche que vous avés fait, qui ceste damoisiele avés [269.32] occhise! Certes ja chevaliers
    chevaliers qui desous estoit voit ke sa [270.2] damoisiele estoit morte pour 1ui rescourre, il dist
      bien [270.4] moustré vostre nicheté, ki ceste damoisiele avés occhise [270.5] por nient! Certes ore
  [270.8] veisse! » Quant Gavains voit qu’il a a la damoisiele caupé [270.9] le chief par tel mesqueance
  [270.25] puet estre. Puis vint sour le cors de la damoisiele et [270.26] commenche dessus a faire trop
   , qui estoit encore devant le cors de [271.2] la damoisiele et la regardoit, demande a son frere: «Que
  vous plaist, mais [271.9] moult me poise de ceste damoisiele que vous avés occhise [271.10] par mesaventure
 .22] pour le chierf que vous avés occhis ou por la damoisiele.  [271.23] Ore vous apparilliés de desfendre
    desloiaus, ciertes mal occhesistes la  [271.28] damoisiele: vous en morrés, et vous l’avés bien deservi
    teste et li voloient cauper le chief, quant une damoisiele  [272.34] vint avant qui coumencha a crier
 4] Mais pour chou que vous avés trop mespris de ma damoisiele  [275.25] occhirre, car nus si gentius hom
  , il couvient  [275.37] que vous le cors de ceste damoisiele que vous avés [275.38] occhise portés devant
  lui. Et elle fait prendre [275.41] la teste de la damoisiele et li fait par les treches liier entour
            [277.7]a Gavain pour lui delivrer de la damoisiele qu'il [277.8]portoit, si la metent jus et
    Gavain [277.20]et pour coi il aporte ensi ceste damoisiele, car sans [277.21]raison n'est che mie.
      et dist a Gavain: [280.3] «Por chou que en la damoisiele mesistes main si cruelment  [280.4]que vous
    tant que vous viverés ne [280.6]meterés main en damoisiele pour chose que elle vous die [280.7]ne fache
      bien tout son vivant, car [280.12]onques puis damoisiele ne le requist a cui il fausist d'aisdier
 7] dou braket que cis aloit querant, et l’avoit la damoisiele [286.18] couciet en son devant et dormoit
  [286.21] il ne connissoit pas le chevalier. Et la damoisiele s’esveille [286.22] erraument pour la noise
     . [286.32] Et ensi qu’il s’en voloit aler, une damoisiele saut hors del [286.33] pavillon, qui li
  veoit, et si feroit il a la table le roi Artus. – Damoisiele, [286.39] fait Tor, li brakés fu pris par
  la [286.47] ou je le trouvai. – Ore alés, fait la damoisiele, puis qu’il[286.48] vous plaist. Mais je
    maniere, es [291.2] vous venant grant oirre une damoisiele monté seur un [291.3] blanc petit palefroi
 1.9] que je requesisse onques mais. – Autel di ge, damoisiele, [291.10] fait il. Sachiés que vous estes
 91.10] fait il. Sachiés que vous estes la premiere damoisiele qui [291.11] onques mais me requesist. Et
      [291.27] Tor, car jou en ai le don douné a la damoisiele. Se li terrai, [291.28] car autrement me
 291.29] quant cil l’entent, il tent ses mains a la damoisiele et crie [291.30] mierchi et dist: « Ha!
     et crie [291.30] mierchi et dist: « Ha! france damoisiele, pour Dieu, aiiés [291.31] merchi de moi
     vostre volenté soit. – Ha! pour Dieu, [291.36] damoisiele, che dist Tor, se chis chevaliers ne vous
   del [291.47] bu, et li cors chiet a terre. Et la damoisiele keurt cele part [291.48] u elle voit la
  moult durement.  [292.5] – Par foi, sire, fait la damoisiele, il vous est trop [292.6] bien avenu. Chi
      [294.34]pour chou que li vilains ot a feme la damoisiele cele [294.35]semainne meismes que elle fu
    che soit voirs, mais ore [294.39]me dites se la damoisiele estoit gentius feme. – Nennil [294.40]voir
   aler aprés le chevalier qui emportoit [295.3] la damoisiele, il chevauche grant oirre par mi la [29
    encontra un chevalier qui emportoit une [295.8] damoisiele. «Oïl voir, dist li varlés, je l’encontrai
 295.10] que je ne vic onques si grant duel faire a damoisiele coume [295.11] elle fait pour chou qu’il
      deus liues englesques, [295.18] il trueve une damoisiele de moult grant biauté qui se seoit [295
     peu te coustera! » Cil entent [295.25] bien la damoisiele, mais il ne vaut retorner, car trop a a
     qu’il ait ataint le chevalier  [295.36] qui la damoisiele emporte. Et quant elle revint de pasmisons
       , [295.50] encontras tu un chevalier qui une damoisiele emporte? [295.51] – Par foi, fait li vilains
  hors d’un des [295.56] pavillons, qui dist que la damoisiele n’enmerroit il mie, [295.57] car elle estoit
      ensi comme cil [296.5] li avoit devisé. Et la damoisiele qu’if aloit querant se seoit [296.6] sour
    que s’il vivent. Mais [296.14] la ou il voit la damoisiele, il s’en vait a li et li dist: [296.15]
         , il s’en vait a li et li dist: [296.15] « Damoisiele, vous en fustes a tort menee de la court
  vilounie ne ferés vous ja que vous ceste [296.20] damoisiele qui est en nostre garde nous taulliés, mais
    . Et il lour [297.5] dist: «Biau signeur, ceste damoisiele fu prise a tort en la [297.6] court nostre
     tant que je serai avoec vous, [297.27] mais la damoisiele enmerrai jou coi que vous me dites. [29
      en mi le pré. Et c’estoit [297.41] cil qui la damoisiele avoit prise a la court. Et quant li [29
  et le mierchie moult de cest don, et puis fait la damoisiele [298.9] monter, si se partent en tel maniere
  mis en la voie, chevauce entre lui et la [298.12] damoisiele tout le chemin qu’il estoient venu devant
  pierres et de roches. [298.16] Et li chevaus a la damoisiele, qui ne se set mie tres bien [298.17] garder
  elle revint de pasmisons, il li demande: [299.2] «Damoisiele, comment vous sentés vous ? » Et elle respont
   l’a mise [299.13] jus, il li dist: «Essaiiés, ma damoisiele, se vous porriés [299.14] dormir, car je
      il a che [299.21] fait, il se couche dalés la damoisiele et s’endort a tel eure [299.22] que il ne
    dormi qu’il estoit nuis obscure et noire. « Ha! damoisiele,  [300.4] che dist li rois, nous nous soumes
 . – Che nous a fait tant dormir,  [300.12] fait la damoisiele, que nous estoions lassé et travillié.
  [301.3] « Ore vous taisiés, che dist li rois a la damoisiele, car chi [301.4] vienent gent dont nous
       les paroles, dist a la [301.56] damoisiele: «Damoisiele, avés vous entendut ces messagiers ?  [
     entendu toutes les paroles, dist a la [301.56] damoisiele: «Damoisiele, avés vous entendut ces messagiers
   de trop grant [301.72] amour. – Comment! dist la damoisiele, est Merlins li [301.73] sages a court
     et les frains, et [301.82] puis fait monter la damoisiele et prent son escu et sa lanche  [301.83
    roi Pellinor: «Sire, savés vous qui la [306.24] damoisiele fu ? – Certes, che dist li rois, nennil
 – Encore ne m’avés vous pas dit qui [307.32] fu la damoisiele de coi je vous ai tant demandé. – Je le
      me [307.44] requerés. Oistes vous chou que la damoisiele dist quant [307.45] vous l’eustes trespassee
      [307.50] que j’ai de toi! » Tout chou dist la damoisiele. – Certes, [307.51] voirs est, che dist
      Robert de Borron escoutent que ceste [313.31] damoisiele fu cele qui puis fu apielee la Damoisiele
 [313.31] damoisiele fu cele qui puis fu apielee la Damoisiele dou [313.32] Lac, cele qui norrist grant
  je vous pri que vous me dites qui [314.4] fu cele damoisiele dont li rois Pellinor aporta la teste a

damoisieles
      dire que [259.26]c’estoit une des plus bieles damoisieles qui onques fust [259.27]entree en la court
  che que vous [276.5]portés et manderés toutes les damoisieles des chambres la [276.6]roine. Et quant
    ma dame la roine Gennevre [277.19]et toutes les damoisieles, si orront qui envoia cha Gavain [277.
   vient a tout grant plenté de dames et de [277.23]damoisieles. Et quant elles furent assises entre les
 79.20]Et la roine le commande a ses dames et a ses damoisieles [279.21]que elles enjoingnent comme roi
    dis si volentiers et de si boin cuer [280.15]as damoisieles fu il apielés par tout en la court et aillours
   en la court et aillours [280.16]li Chevaliers as Damoisieles, ne chil nons ne li chaï tant [280.17]coume
         en tel maniere, a nous qui soumes [286.45] damoisieles et la ou il n’a nulle desfense? – Je nel
        chevaliers, certes mal tolistes as [289.16] damoisieles le braket, car vous le renderés a vostre
     et chaitive, la plus dolante d’autres [295.40] damoisieles, et dist que, puis que ses amis est mors
 296.6] sour l’erbe verde toute esplouree avoec les damoisieles et [296.7] avoec les escuiiers. Li chevalier

dans
     de la rive un chevalier qui [265.35] li crie: «Dans chevaliers, en ceste yaue ne vous metés ja [2
     les brakés qui estoient ochis, il li escrie: « Dans [268.36] chevaliers, je vous deffi ! Et gardés

darrainniers
   sieges, ne mais chis d’en mi lieu et li [250.13] darrainniers: en ces deus n’avoit encore nului assis

de
 243.4] jour blasmer et vont blasmant et honnissent de [243.5] chou que je ne prenc feme. Que m’en loés
   est, fait il, Gennevre, la fille le roi Leodegan de Carmelide, [243.19] cil qui tient en son ostel la
          [243.22] et la plus biele et la plus loee de toutes celles que je sace [243.23] es isles de mer
     de toutes celles que je sace [243.23] es isles de mer. Et pour chou la voel jou avoir. Et se [243
       jamais feme. [244.1] – Certes, fait Merlins, de la biauté a la damoisiele [244.2] dites vous voir
        , et tout che fist il pour [244.11] l’amour de Lanscelot. Li rois n’entendi pas cele parole [2
   devisa, si comme l’ystoire [244.14] le conte qui de l’estore dou Saint Graal en parole et est [244.
     deviser, [244.19] si eslit cent des chevaliers de son ostel et escuiiers et [244.20] vallés a grant
     Artus a moillier, si en fera roine del rolaume de [244.24] Logres et de maint autre païs. [245.1]
    en fera roine del rolaume de [244.24] Logres et de maint autre païs. [245.1] Li rois Leodegans fu moult
      païs. [245.1] Li rois Leodegans fu moult liés de ceste nouviele, [245.2] si respondi erraument a
    . [245.5] Il puet prendre ma fille et de moi et de mon roiaume faire [245.6] toute sa volenté, car
  mie requerre. [245.5] Il puet prendre ma fille et de moi et de mon roiaume faire [245.6] toute sa volenté
 , car certes je n’och onques si grant joie [245.7] de chose que je veisse que jou ai de ceste nouviele
     joie [245.7] de chose que je veisse que jou ai de ceste nouviele. Ma [245.8] terre li donroie jou
  mort que li rois Uterpandragons [245.13] trepassa de cest siecle. Et jou en eusse ja mis .L. que jou
    me dist que je ne [245.15] m’en entremesisse ja de metre les .L.. « Pour coi ? fis je. [245.16] – Pour
  [245.21] qu’il n’i a orendroit que .C. chevaliers de .C. et .L. qu’il [245.22] en i doit avoir par conte
   li .C. chevalier qui [246.2] estoient compaignon de la Table Reonde. Et quant il [246.3] furent venu
   rois lour dist:  [246.4] est entour moi descreue de .L. chevaliers, che me poise ne [246.5] je n’en
  ne [246.5] je n’en sui mie de si grant affaire ne de si grant pooir que [246.6] je en i osaisse metre
          , che me poise ne [246.5] je n’en sui mie de si grant affaire ne de si grant pooir que [246.
   fuissiés tout et g’eusse chascun [246.8] engenré de ma char et voel que vostre hounours croisse et
       li peres aimme le [246.12] fil. Et il a tant de preudommes en son ostel et tant en i [246.13] repaire
       compaignie, [246.15] si que li drois nombres de la Table Reonde, qui doit [246.16] estre de .C.
        de la Table Reonde, qui doit [246.16] estre de .C. et .L. chevaliers, sera parfais en son ostel
  vous puist maintenir [246.26] a hounour de lui et de vous! ”  [247.1] Trois jours sejorna laiens Merlins
      qu’il vous puist maintenir [246.26] a hounour de lui et de vous! ”  [247.1] Trois jours sejorna laiens
     ploura moult [247.3] plus pour les compaignons de la Table Reonde qu’il ne fist [247.4] pour sa fille
        et orent en lour [247.7] compaignie ichiaus de la Table Reonde. Si errerent tant [247.8] qu’il
  Si errerent tant [247.8] qu’il vinrent ou roiaume de Logres et oïrent dire que li rois [247.9] sejornoit
       li rois oï parler [247.13] que li compaignie de la Table Reonde venoit a sa court [247.14] pour
  ’il les eust en sa compaignie. [247.16] Lors issi de Londres a tout grant gent et ala encontre, [247
     et si grant feste k’il se tenoient a boin euré de che [247.19] qu’il estoient cele part venu. Li appareus
   . [247.21] Et Merlins dist au roi : "Rois, eslis de toute ta terre les .L.  [247.22] millours chevaliers
   tu ses auchun [247.23] povre chevalier preudomme de cors et de vasselage, ne [247.23] laisse mie pour
      [247.23] povre chevalier preudomme de cors et de vasselage, ne [247.23] laisse mie pour sa povreté
  . Et se [247.24] auchuns qui soit bien gentius et de haut lingnage i veult [247.25] estre et il ne soit
   ’il i soit, car uns seuls, puis que il ne seroit de [247.27] si grant chevalerie, houniroit et abaisseroit
           et abaisseroit toute chevalerie [247.28] de la compaignie. – Merlins, fait li rois, vous connissiés
 .32] puis que vous dou tout vous en metés sour moi de cest [247.33] affaire, je l’achieverai en tel maniere
 6] maniere sera la feste doublee de vos nueches et de che que [247.37] la haute table sera enterine.
    : en tel [247.36] maniere sera la feste doublee de vos nueches et de che que [247.37] la haute table
     par son roiame tous les preudommes [248.2] qui de li tenoient terres qu’il venissent au jour [248
   ’il venissent au jour [248.3] nommet en la terre de Camalaoth a la feste de sa feme. Et [248.4] cil
 [248.3] nommet en la terre de Camalaoth a la feste de sa feme. Et [248.4] cil i vinrent au plus esforchiement
  il i furent venu, li rois dist a Merlin: " Pensés de la Table [248.6] Reonde. – Si ferai je”, fait Merlins
       freres, car pour l’amour et pour la douchour de [248.12] cele table ou vous serés assis vous naistera
  fin les perilleuses [248.19] aventures del roiame de Logres la u tout li autre [248.20] faurront.” Et
 8.20] faurront.” Et lors vint as .C. et .L. sieges de fust que li [248.21] rois Artus avoit fait faire
   [248.30] tresmiervilleuses aventures dou roiaume de Logres. Cil s’i [248.31] asserra et reposera, mais
     le saviés, mais tant vous di je bien que chius de [248.35] qui il istera n’a pas encore .II. ans d
 – Voirs est, che dist Merlins. Je [248.38] endroit de moi me tenisse a boin euré se je peusse chelui
  entre chelui jour et l’autre ou tu orras novieles de ton [248.42] grant duel avra grant terme. Mais aprés
    en toutes tes grans joies te souvenoit [248.48] de cele dolereuse jornee, tu en seroies plus humelians
  il en est bien drois, que maint [249.8] chevalier de haute vie et de glorieuse et a Dieu et au siecle
      , que maint [249.8] chevalier de haute vie et de glorieuse et a Dieu et au siecle [249.9] s’i asserra
   eus la [249.13] Table Reonde. Et li archevesques de Cantorbile fist sour [249.14] eus maintenant la
 50.3] houmage au roi Artus qui est vostre compains de ceste [250.4] table. Et quant vous li avrés fait
      tout son eage. ” Et il respondent [250.6] que de che faire sont il tout prest. Si se drechierent
        cha et la et trueve en chascun siege le non de chelui [250.10] qui assis i estoit. Et disoient
 0.18] en chascun siege envoiiet le non tout escrit de celui qui i [250.19] doit seoir. Beneoite soit l
  l’ore que ceste oevre fu commenchie, [250.20] car de cest signe ne puet venir se tres grant bien [25
        ele commencha, car [251.6] tous li roiaumes de Logres en sera cremus et redoutés tant [251.7] comme
          [251.10] ne fust avenue. Et li compaignon de la Table Reonde vinrent [251.11] maintenant devant
      . Et il [251.12] les rechiut comme ses houmes de par sa terre et coume ses [251.13] hommes de par
       de par sa terre et coume ses [251.13] hommes de par la Table Reonde. Et il en estoit compains [
 , car Merlins l’i avoit mis pour la bonté [251.15] de chevalerie qu’il sentoit en lui et l’avoit assis
   et l’avoit assis droit au [251.16] commenchement de la table.  [252.1] Quant ceste chose fu ensi faite
    m’avés moult [252.6] servi a gré. Et savés vous de quoi ? De chou que vous me [252.7] ferés chevalier
       [252.6] servi a gré. Et savés vous de quoi ? De chou que vous me [252.7] ferés chevalier au jor
    chou que vous me [252.7] ferés chevalier au jor de vostre grant joie, au jour que vous [252.8] espouserés
 .1] Chelui soir veilla Gavains a la maistre eglyse de [253.2] Saint Estevene de Camalaoth et avoec lui
      a la maistre eglyse de [253.2] Saint Estevene de Camalaoth et avoec lui jusques a .X. [253.3] autres
  devoit tous faire chevaliers [253.4] pour l’amour de Gavain son neveu. A l’endemain, si tost [253.5]
     qui amenoit un sien fil, jovene [253.8] enfant de l’aage de .XV. ans, sour une povre jument. Il [
       un sien fil, jovene [253.8] enfant de l’aage de .XV. ans, sour une povre jument. Il [253.9] vint
   moustre. [253.13] Et cius s’en vait dusques pres de lui, tout ensi montés [253.14] coume il estoit,
     salue le roi et [253.15] dist oiant tous cheus de la court :  [254.1] " Rois Artus, a vous m’envoie
  vous m’envoie la boine renommee [254.2] qui keurt de toi et pres et loing, car tout dient communaument
   tu [254.4] nel conseilles ne nus n’est si hardis de toi demander [254.5] auchun don que tu ne soies
       dou douner. ” [254.14] Et cil si saut errant de son ronchin et li vait baisier [254.15] le pié,
           coume sont si frere et vesquist [254.28] de son travail aussi coume font si autre parent. Mais
  dirai. Saichiés que je sui uns  [254.34] laborans de terre et main ma charue, et en labourant et en
    aquier jou le vivre et le soustenement [254.36] de mes enfans. – Et quans enfans as tu? dist li rois
  je  [254.45] desire autant comme estre chevaliers de vostre main et [254.46] estre compains de la Table
          de vostre main et [254.46] estre compains de la Table Reonde. – Or te fache Diex [254.47] preudomme
  [255.5] et Gavain et les autres aprés. Et au tans de lors estoit coustume  [255.6] en la Grant Bretaigne
     chevalier [255.7] nouviel, on le viestoit tout de blanc samit, et puis le hauberc [255.8] desus, et
   [255.14] devoit espouser sa feme et li chevalier de la Table Reonde [255.15] se devoient entrefiancier
       que je ne vous [255.20] savroie tenir parole de gringnour. A cele feste ot rois et [255.21] dus
     sacree avoec le roi Artus en [255.23] la chité de Camalaoth et porterent ambedui couroune. Et [25
        [255.39] il est fiex de si haut homme coume de roi, qui est [255.40] uns des boins chevaliers del
       par lignage, car certes [255.39] il est fiex de si haut homme coume de roi, qui est [255.40] uns
   vous pleust, [255.60] que vous vous en tenissiés de parler a ceste fois. – Et je [255.61] si ferai”
  ferai”, fait Merlins.  [256.1] Atant fist li rois de Gavain son neveu chevalier, [256.2] car il li chainst
      la joie et la feste. Et [256.5] dirent auchun de Gavain pour chou que biel et apiert le [256.6] veoient
     encore son pere, se il vit longuement, [256.7] de chelui qui l’ochist. ” Chelui jour furent assis
       pour chou qu’il n’ait chaiens [256.16] assés de boins chevaliers, mais pour chou qu’il doit definer
 , et ensi le doit faire si haus liex coume est cil de la [256.23] Table Reonde. ” En tel maniere souffrirent
   Reonde. ” En tel maniere souffrirent chelui jour de [256.24] chelui lieu, et firent si grant joie et
  grant joie et si grant feste en la chité [256.25] de Camalaoth que tout li povre homme et li riche n
  , et descendi, et [257.3] ala en une des chambres de laiens, puis revint el palais [257.4] viestus moult
    que tu [257.11] trespasseroies tous tes pers et de valour et de courtoisie. [257.12] Et pour chou que
 7.11] trespasseroies tous tes pers et de valour et de courtoisie. [257.12] Et pour chou que je connois
       a ta court pour toi faire hounour. Et ses tu de [257.15] quoi ? De che que je te ferai hommage et
    toi faire hounour. Et ses tu de [257.15] quoi ? De che que je te ferai hommage et devenrai orendroit
  privés. ” Et maintenant [257.18] li tent le penne de son mantiel. Et saut avant Merlins [257.19] et dist
  Ha ! Sire, rechevés le et mierchiiés le  [257.20] de ceste grant hounour que il vous fait, car certes
    l’assiet [257.24] dalés soi et le merchie moult de ceste chose. Et lors parole [257.25] Merlins si
  le porent entendre: [257.26] " Signour compaignon de la Table Reonde, or soiiés liet et  [257.27] joiant
       dire. [258.1] Ore dist li contes que a heure de disner, quant [258.2] les tables furent mises, Merlins
        Merlin. Et Merlins le mainne droit au siege de [258.5] la Table Reonde et li dist: « Asseés vous
       il faus qui sour vous se vaurroit entremetre de ceste [258.12] chose, car nus ne le peust faire
    s’il a ore homme chaiens [258.14] si bien digne de seoir en che lieu comme chis en [258.15] estoit
  [258.20] hounour et a si grant hauteche chelui ki de ses mains [258.21]ochist nostre pere le roi Loth
  jou l’aille orendroit occhirre voiant tous chiaus de [258.26]laiens. Et jou en sui tout aaisiés, car
  ’ai une espee qui [258.27]avant ier me fu aportee de nostre païs, la plus trenchans [258.28]et la millours
  je hac si morteument que je faich le [258.31]cors de lui. – Non ferés, biau frere, fait Gavains. Ensi
 , vous n’averiés deservi a [258.34]prendre hounour de chevalerie. Mais a moi qui sui chevaliers  [258
    prenderai si haute coume fiex de roi doit faire de chelui [258.37]qui son pere occhist. – Et comment
    que je [258.36]la prenderai si haute coume fiex de roi doit faire de chelui [258.37]qui son pere occhist
      il, tant a attendre [258.39]qu’il soit partis de ceste court. Et quant il s’en partira, jou [258
   me sench si sain et si legier et si preu [258.44]de mon cors que je ne porroie ja cuidier qu’il euust
    au dessus, [258.46]je ne lairoie pour tout l’or de cest siecle que je ne li trenchaisse  [258.47]le
       , si que [258.51]je peusse la bataille veoir de vous deus. » Et il li creante [258.52]coume freres
    fu grans la joie que li baron dou [259.2]roiame de Logres firent en la chitet de Camalaoth. Li [25
    dou [259.2]roiame de Logres firent en la chitet de Camalaoth. Li [259.3]grans palais ou li rois tenoit
   en tel [259.4]maniere assis qu’il seoit el chief de la chité par deviers le [259.5]grant forest, pres
    tout entour [259.6]a la reonde estoit il enclos de gardins grans et miervilleus, [259.7]aussi haus
   le don a .III. [259.14]chevaliers des chevaliers de chaiens qui les achieveront. Si [259.15]avera Gavains
 59.17]que chascuns endroit soi vendra bien a chief de la soie. » [259.18]De ceste parole s’esmiervillierent
 ]De ceste parole s’esmiervillierent moult tuit cil de la sale. [259.19]Et en che qu’il parloient entr
      soi vendra bien a chief de la soie. » [259.18]De ceste parole s’esmiervillierent moult tuit cil de
 21]aprés venoit une damoisiele a tout .xxx. muetes de [259.22]chiens, si les avoit tous descouplés et
    tout li autre chien estoient [259.25]noir. Mais de la damoisiele vous puis jou bien dire que [259.
  , et estoit [259.30]trop bien apparillie en guise de veneresse. Et elle venoit [259.31]aussi grant oirre
  [259.31]aussi grant oirre coume elle pooit traire de son palefroi ou [259.32]elle seoit, si grant noise
  mierveilles  [259.33]non. Quant li chiers aprocha de la court, il se feri [259.34]dedens et nel laissa
 , si qu’il [259.53]s’estoient ja mis el gardin par de l’autre part del palais et [259.54]ravoient coumenchié
  rois Artus, je me [259.59]plaing trop malement et de vous et de vostre ostel ! Car [259.61]jou i ai premierement
 , je me [259.59]plaing trop malement et de vous et de vostre ostel ! Car [259.61]jou i ai premierement
    je n’amoie [ 259.62]pas petit et sui destourbee de siurre et les brakés et le [259.63]chierf que je
 .63]chierf que je cache, que jou eusse pris en poi de tans, et [259.64]ore en sui si eslongie que je ne
     la damoisiele, auchuns des chevaliers  [260.5] de chaiens qui aillent aprés le braket et apriés le
  le braket pris, ou mort ou vis. » Et cil dist que de cel [260.29]commandement faire est il tout pres
  [260.31]ces .II. enfans metés si tost en aventure de morir! –  [260.32]Signeur, fait Merlins, onques
 [260.34] venra bien a chief de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [261.1] En che qu’il parloient laiens de
  Saiciés que chascuns  [260.34] venra bien a chief de s’aventure a l’aide de Dieu. »  [261.1] En che qu
  de Dieu. »  [261.1] En che qu’il parloient laiens de ceste chose, es [261.2]vous un chevalier armé de
   de ceste chose, es [261.2]vous un chevalier armé de toutes armeures, et fu montés [261.3]sur un grant
   par les .II. bras [261.6]et la monte sour le col de son cheval. Si se desfendoit elle [261.7]au plus
  en tel  [261.8]maniere, il se retorne viers l’uis de la sale et s’en issi fors, [261.9]et puis s’en vait
<