LE TRIOMPHE DES NORMANS
COMPOSÉ PAR GUILLAUME TASSERIE,
TRAICTANT DE LA IMMACULÉE CONCEPTION
NOSTRE DAME.

[Folio 114]

GUILLAUME, duc de Normandie.

B.             Reveillez vous, chevaliers vertueux,

                        Affectueux

            De vostre bruit accroistre

            Ce sacré jour, tant digne, sumptueux

                        Et fructueux,                                             5

            Comme l’en peut congnoistre.

            Car, comme liz entre espines peult naistre,

            Florit le chois des filles de Syon.

            Veez cy le jour de sa conception ;                 

            Veez cy le jour de toute sanctité ;                      10

            Veez cy le jour ou grande quantité

            Trouvons d’amour par la belle des belles,

            De qui ce nom peult estre recité ;

            Belle sans si, port de bonnes nouvelles.

            O mes amys, soions laborieux                                  15

                        Et curieux

            De nous faire apparestre

            Loiaulx Normans, chevaliers glorieux,

                        Victorieux,

            Comme nous devons estre.                           20

            Sur noz harnois portons en grosse lectre :

            Tota pulcra a ma devotion !

            Car nous avons de bonne affection

            Une Dame conceue en purité,

            Tous d’un amour et d’une charité :               25

            Belle sans sy, malgré tous faulx rebelles ;

            Belle sans sy, par droit l’a mérité ;

            Belle sans sy, port de bonnes nouvelles.

            Que veult on plus ? que peult on charcher mieulx

                        En aultres lieux ?                           30

            Ou veult on son cueur mectre

[verso]             Qu’a la Roine, mere du Dieu des Dieux,

            Roine des cieulx,

            Apprez Dieu nostre maistre,

            Et soy garder d’insolence commectre,                  35

            Fester ce jour en jubilation,

            Dudit concept faire relation

            Par chacun an, et en jocundité

            Faire sonner herpes, ludz et vielles,

            Ou l’honneur soit d’icelle medité :             40

            Belle sans sy, malgré tous faulx rebelles,

            Belle sans sy, par droit l’a merité ;

            Belle sans sy, port de bonnes nouvelles.

                        Envoy.

            Gentilz Normans, en toute amenité

            Congratulons ceste sollennité                                  45

            Dessus toutes noz festes annuelles,

            Et confessons la Dame en unité

            Belle sans sy, malgré tous faulx rebelles,

            Belle sans sy, par droit l’a merité ;

            Belle sans sy, port de bonnes nouvelles.             50

LE PREMIER CHEVALIER.

R.        Dessus toute aultre pucelle,

                        Je l’appelle

            La fleur de suavité,

            Seule qui a evité

            Ceste tache originelle.                                                 55

LE SECOND CHEVALIER.

            Elle a preminence telle ;

                        La cautelle

            De Sathan n’y a proufité.

            Dessus toute aultre pucelle,

                        Je l’appelle                                               60

            La fleur de suavité.

LE TIERS CHEVALIER.

            On ne vit onc colombelle

                        Si tres belle

            Ne de telle netteté

            Qu’en son concept a esté,                             65

(f. 115) Malgré tout foignart rebelle.

LE IIIIe CHEVALIER.

            Dessus toute aultre pucelle,

                        Je l’appelle .

            La fleur de suavité,

            Seule qui a evité                                             70

            Ceste tache originelle.

LE DUC

            O mes freres, plus ne fault que je celle

            Pour quoy festent le vray concept d’icelle

            Ses vrays amans.

            Pour quoy dit on, c’est la feste aux Normans,             75

            Plus que d’Angloys, Bretons ou Allemans ?

            Vous devez croire

            Que, moy estant au pais d’Angleterre,

            Pour appaiser vers eulx terrible guerre,

                        Transmys par mer                                80

            Le bon prelat qui se faisoit nommer

            L’abbé Elchin, homme digne d’aimer,

                        Comme sçavez.

            Et, quand en mer leurz trefz furent levez,

            Ilz furent tant de tourmente grevez             85

                        Que pitié fut :

            Le math rompit et presque tout leur fust,

            Et n’y sçavoit mathelot quelque affust

                        Fors prier Dieu.

            Ledit abbé et tous ceulx de ce lieu.                         90

            Le requirent de courage humble et pieu

                        Devotement ;

            Et tost apprès eurent soubdainement

            Comme ung prelat orné tres richement,

                        En vision,                                       95

            Lequel leur dist : « Se par devotion
[v°]             « Voulez fester ceste conception,

            « Saulvez serez.

            « – Hellas ! Seigneur, tout ce que vous direz.

            « Mais, s’il vous plait, vous nous advertirez            100

            « Quand et comment.

            « – Elle est, dit-il, l’huitiesme proprement

            « De decembre et faictes tellement

                         « Festivité

            « Que au propre jour de sa nativité. »                         105

            Et adonc fut de peril evité.

            Par quoy, amys,

            Ce miracle j’ay en memoire mys

            Et ay voulu, malgré ses ennemys,

                        Qu’en Normandie                               110

            Par chacun an mettons nostre estudie

            De l’exalter, et commande qu’on die

            Que des Normans c’est la sollemnité.

LE PREMIER CHEVALIER

            O tres inclit et redoubté

            Duc, triumphant entre les hommes                  115

            Soit faicte vostre volunté.

            Tous de cest oppinion sommes,

            Et a juste tiltre nommés          

            Ce jour, qui pour nous tant valut,

            Le commencement de salut.                                   130

LE SECOND CHEVALIER.

            C’est la desiree journee,

            Car, s’elle n’eust esté conceue,

            N’eust pas esté aultre journee

            De Jessé saincte vierge issue.

            Ce jour a la terre receue                          125

            Plus soefve manne que jamais :

            C’est le commencement de paix.

LE TIERS CHEVALIER.

[f. 116] C’est de paix le commencement

            Et la fin de mortelle guerre ;

            Entre homme et Dieu prochainement.                         130

            Fut traicté amour sur la terre ;

            Les prisonniers tenus en serre

            Furent mys hors en brefve espace ;

            C’est le commencement de grace.

LE IIIIe CHEVALIER.

            C’est de grace le vray exorde                          135

            Et la fin de calamité,

            Car justice et misericorde

            Avecques paix et verité

            Se sont baisees en charité

            Et sont d’acord, dont je soustien                        140

            Que c’est commencement de bien.

LE DUC.

            Or doncques d’humble affection

            Que ceste dame on congratule,

            Puis qu’elle est sans deffection

            La toute belle sans macule,                                    145

            Si hardi omme qui recule.

            Commencez, maistre de chappelle,

            Ung chant de cantique nouvelle.

Adonc chantent les chantres de la chappelle d’iceluy duc, et puis

LE DUC.

            Vous, apprez, menestrelz gentilz,

            Pour l’honneur d’icelle journee,                         150

            Demonstrez vous recreatifz,

            Et que joie nous soit donnee

            D’une chançon bien ordonnee.

[v°]      Que de David on se recorde

            Qu’il avoit dit en son de corde.                                  155

Adonc jouent les menestrelz du duc. Aprez lequel jeu et son vient avant l’ennemy de la vierge Marie, nommé Sarquis, et dit à la compaignie :

SARQUIS, arrien heretique.

R.        Et paix, de par le diable ! paix !

            Chantres, flusteurs, bailleurs de vent !

            Hee ! quelz gendarmaulx ! quel convent !

            Mais ne cesserez vous jamais ?

LE DUC

            Dont vient cecy ? quel entremectz ?                 160

            En fait il ainsi bien souvent ?

SARQUIS

            Et paix, de par le diable ! paix !

            Chantres, flusteurs, bailleurs de vent !

LE PREMIER CHEVALIER

            Il est yvre, je vous promectz

            A l’esvent ! vilain, à l’esvent !                               165

SARQUIS.

            Et qui sçavons ou 1’en les vend !

            Bee jouen, vous n’en pouez maiz !

Et paix, de par le diable ! paix

            Chantres, flusteurs, bailleurs de vent !

            Hee ! quelz gendarmaulx ! quel convent !            170

            Mais ne cesserez vous jamais ?

            Vous estes folz et plus que tres.

            Quel sabat ! mais quel bruit de ville !

            Ma foy, vous en estes bien prestz,

            De faire feste sans vigile.                           175

[f. 117] Il n’est convenable ne utile

            D’amasser tel convention.

            Se vous n’avez ne croix ne pille,

            Vous aurez aultre invention.

            Fester une conception                                     180

            Vicieuse ! mais par quelz termes ?

            Riens ; ce n’est que deception :

            Vous en parlez comme clerc d’armes.

            Sont ilz asseurez ! sont ilz fermes

            Mais regardez, quelz damoiseaulx !               185

            Hee ! meslez vous de voz alarmes.

            Au mau gibet ! quelz sotz nouveaulx !

            Parlez de voz chiens et oyseaulx,

            De voz pas et de voz tournoys,

            De voz bardes et de voz chevaulx,                      190

            De voz campanes et harnois.

            Que gaignez vous pas ung tournoys

            De faire fester la commune ?

            Mais vous amez voz esbanoys

            Et mieulx troys festes que une jeune.               195

LE SECOND CHEVALIER.

            Tant de babil, cela respugne.

SARQUIS.

            Tant d’agios, cela est laid.

LE DUC.

            Or paix ! sans plus parolle aucune.

            Quoy ? qui sera maistre ou varlet ?

                        Veulx tu contredire,                            200

                        Blasmer ou mesdire

                        Ou quelque mal dire

                        De ceste assemblee ?

SARQUIS.

[v°]                  Vous me faictes rire !

                        Et pour quoy, beau sire,                         205

                        Ne vous puis je nuyre

                        Qu’elle soit troublee ?

LE TIERS CHEVALIER.

                        Nous tous, par amour,

                        En ce beau sejour

                        Festivons ce jour                                   210

                        Digne de memoire.

SARQUIS.

                        Haa ! n’aiez ja paour,

                        Car d’icy entour

                        Ne feroy retour ,

                        Sans tencer encor.                            215

LE QUART CHEVALIER.

                        Et villain, infame,

                        Veulx tu dire blasme

                        De la noble Dame,

                        De David issue ?

SARQUIS.

                        Voire, par mon ame !                         220

                        Que soit sans diffame

                        Fille d’homme et femme

                        Sans peché conceue !

LE DUC

B.        Tu as menty ! Elle a grace receue

            En mesme instant de sa conception ;                  225

            Jamais ne fut quelque tache aperceue

            En son concept pur sans polucion.

            Faulx arrien, plain de detraction,

            Je te combas dessus ceste querelle :

            Vela mon gant, pour approbation                   230

            Que je soustien ma dame toute belle.

[f. 118] SARQUIS.

            Ho ! sans ferir ! o ! a Dieu nous command.

            Il veult tuer Karesme, le hardi !

            Monstr’il point bien courage de Normand !

            Desment il ? Tost ! Est il bien estourdi               235

            De combattre ! Sur ce pas, je vous di

            Qu’entre nous clercz la mode n’est pas telle ;

            Mais prouvez lay entre cy et lundi,

            Car je deffends qu’elle soit toute belle.

LE DUC.

            O maleureux, le veulx tu mescongnoistre ?          240

            De la prouver je m’ose bien vanter.

            Qui esliz tu pour du debat congnoistre ?

            Vers quel juge te veulx tu presenter ?

            Je suis d’accord, pour mieulx te contenter,

            D’aller plaider vers toy, villain rebelle,                245

            Dont je me plaing, affermant sans doubter

            Que je soustien ma dame toute belle.

SARQUIS.

            Veez cy beaulx motz ! ne perdons point sermon ;

            Il ne fault point que de ce on me resprime.

            Transportons nous par devers Salomon,                        250

            Juge equitable et roy Jherosolime ;

            Il est prudent en en fait grand estime,

            Je l’accete juge par façon telle,

            Que le descord de nous on luy exprime,

            Car je deffendz qu’elle soit toute belle,             255

LE DUC

            Je le veulx bien ; soit accordablement

            Allons vers luy. J’ay desir grandement

[v°]      D’ estre vengé de cest excez ycy.

            Le Seigneur Dieu, auquel je rens mercy               260

            Me soit secours contre ce fauls libelle

            De sa mere, noble dame sans sy,

            Que je soustien ma dame toute belle.

SARQUIS.

            Prince, venez, je sçay ou il se tient ;

            Suffise vous, quoy qu’on chante ou qu’on belle.            265

            Je sçay par cueur dont tout le mal provient,

            Car je deffendz qu’elle soit toute belle.

LE PREMIER CHEVALIER

            Il ne fault pas qu’il nous appelle

            Deux foys pour aller audit lieu.

            Par la foy que je doy a Dieu,                            270

            A luy me vouldrois bien combatre,

            Se j’avoie honneur de le bastre !

[LE IIe CHEVALIER]

            Pour nous venger de tel excez

            Je ne vouldrois tenir procès

            A tel villain acariatre                                                 275

            Se j’avois l’honneur de le battre !

LE TIERS CHEVALIER

            Suyvons le duc, il est besoing

            Mais nous n’en yrons gueres loing,

            Pour tel oultrecuidé folatre.

            Se j’avoie honneur de le batre !                              280

LE QUART CHEVALIER.

            Pensez vous qu’il me fait de deul !

            S’il n’y avoit que moy tout seul,

            Il seroit batu comme plastre.

            Se j’avoye honneur de le batre.

SARQUIS

[f. 119] Il ne fault ja cela debatre.                                    285

            Veez cy le temps Salomon

            Qui bien sçaura l’erreur abatre.

LE DUC

            C’est le juge accepté

SARQUIS

                                                C’est mon.

            Il entendra nostre sermon

            Volentiers, en ma conscience.                              290

LE PREMIER CHEVALIER.

            Veez qu’il a, par sa science,

            Pour son tribunal fait construire

            Ceste chair de blanc yvire

            Ornee d’or pur richement,

            Et eslevee haultement                                            295

            De six degrez, puis le coupeau

            Arrondi magnifique et beau ;

            Et, pour mieulx la gorgiaser ,

            Douze lions a fait poser

            Au pied dont elle est soustenue.                    300

LE DUC.

            Or soit de par nous retenue

            Ceste figure pour la dame

            Toute belle de corps et de ame

            Et comme yvire blanc tres pure,

            Enrichie pour ornature                                        305

            D’or fin, qui signifie, apprez,

            Charité dessus six degre,

            De vertus et douze lions,

            C’est a dire par milions

            D’honneurs et de prerogatives ;                            310

            Qui sont choses demonstratives

            Que se Dieu a fait un chef d’oeuvre

[v°]      Pour se seoir, car le coupeau coeuvre

            Tout le tour et l’embasement :

            Et ce figure proprement                               315

            Que alpha et o, le hault monarche,

            Ainsi que sa selle et son arche,

            A couvert de grace planiere.

            Ceste chaire, en telle maniere

            Que de maulvais air ou bruyne,                                     320

            Pluyve ou quelque vielle ruyne

            Jamais ne sçauroit estre atainte.

SARQUIS.

            C’est toute parabole faincte ;

            tesson cela. Day, quel trudaine !

            Parlons de ce qui nous amaine                                     325

            Et que le cas on Iuy recite.

LE DUC, en saluant le roy Salomon, dit :

R.        O illustre personne inclite,

            Tres sapient et juste juge,

            Salomon, des juges l’eslite,

            O illustre personne inclite,                          330

            Que nostre droit ne periclite

            Devers vous venons a refuge.

SARQUIS

            O illustre personne inclite,

            Tres sapient et juste juge,

            Comme a celuy qui juste juge                              335

            Venons dessous vostre conduite.

SALOMON, assis en son tribunal, parle au duc et dit :

            Vertueux duc, des preux hommes conduite,

            Servant de Dieu, amoureux de Marie.

            Bien viengez vous en cest lieu ou je habite,

[f .120] Vous et toute vostre chevalerie.                    340

            Que querez vous ? Est ce pour plaiderie,

            Pour guerre ou paix que venez devers moy ?

            Tout privement dites moy, je vous prie,

            Vostre vouloir et la cause pour quoy.

LE DUC

            Tres elegant et sage roy                               345

            En vostre triumphant arroy,

            Vers vous viens par forme de plainte

            Pour ung cas deshonneste en soy,

            Voire et qui concerne la loy

            Et vault la matere estre attainte.                        350

            Vous sçavez qu’en amour et crainte

            Voluntairement, sans contrainte,

            Les Normans font solempnité

            De la tres sacree et tres saincte

            Conception, digne et sans fainte,                   355

            De la mere en virginité.

            Or, ainsi que de vérité

            Ce jour de festivité

            De nostre dicte chere dame,

            Nous chantons en jocundité,                                  360

            Recitans par maint beau dicté,

            Qu’elle est belle de corps et de ame

            Sauf vostre honneur, bon los et fame,

            Ce villain maleureux infame

            Nous est venu rompre chançons                                  365

            Et a tort d’elle dire blasme

            Et son sainct concept polut clame

            En plusieurs diverses façons.

            Il nous a fait cesser noz sons

            Que continuer voulsissons                               370

[v°]            Referans la louenge et gloire,

            Affin que, ainsi que nous pensons,

            Ses amoureux estre puissons,

            Comme c’est nostre expectatoire.

            Car se David roy, qu’on decore,                            375

            Aima tant, comme il est memore,

            La noble roine Bersabee,

            Tarquin Lucresse, et, plus encore,

            Piramus Tisbé, dit l’histoire,

            Et Jason la belle Medee ;                                   380

            Mesmes se Achiles a aimee

            Tant Policene et bien famee,

            Et le preux Hector Hecuba,

            Hercules sa dame nommee

            Semiramys la renommee,                               385

            Et le fort Sanson Dalida ;

            Narcisus, qui mal se garda

            Contre Echo, point ne regarda

            Mais se noya en la fontaine

            Qui plus ? Paris, qui trop cuida,                                390

            Contre orgueil troien recuida

            Et le tout pour la belle Helaine ;

            Se tant nobles cueurs ont pris paine

            Pour aimer dames d’amour vaine

            Lubrique, folle et vicieuse, ;                                 395

            Pour quoy pour la de grace plaine

            Par bonne amour vraie et certaine

            N’en ferons nous nostre amoureuse ?

            C’est la mere Dieu glorieuse,

            L’empriere des cielz precieuse,                                 400

            Roine des anges benedictz,

[f. 121] Dame du monde gratieuse,

            Des patriarches fleur eureuse,

            Gloire aux prophetes eruditz,

            Conseil pour apostres jadis,                            405

            Des martirs joie en paradis

            Et des confesseurs exemplaire,

            Des vierges le chois et pur liz,

            Des vefves soulas et delis,

            Des errans la voie salutaire,                                   410

            Des clercz doctrine alimentaire,

            Des foibles baston ordinaire,

            Ressourse des desollez cueurs,

            Des tromblez confort debonnaire,

            Et l’avocate neccessaire                              415

            D’entre tous nous povres pecheurs.

            Pourtant, juge de bonnes meurs,

            Roy de tres parfaictes valeurs,

            Je vous requier de l’injustice

            Corriger les folles erreurs,                                    420

            Car c’est le desir de noz cueurs

            Que bon droit son effect sortisse.

SARQUIS.

            Juge excellent, zelateur de justice

            Rendant raison et juste jugement,

            Assez oez sa plainte grandement,                  425

            Faicte a grand tort, et croy, s’il avoit veu

            Aussi avant peult estre que j’ay leu,

            De ce concept parleroit aultrement,

            Je ne vueil pas a bon entendement

            Mescongnoistre que son ame n’ait lieu                430

            En paradis, non pas si hault que Dieu,

            Entre les sainctz aultres tout simplement.

[v°]      Or toutesfoys a esté vraiement

            Engendree, nee, faicte et nourrie

            De Joachin, dedans Anne receue                 435

            Par semence virile proprement ;

            Et ilz estoient descendus mesmement

            D’Eve et d’Adam, jadis desheritez,

            Obligeans eulx et leurs posteritez

            Par leurs transgrès a mortel jugement,                      440

            Dont pecherent originellement

            Les filz Adam qui furent et seront,

            Quia omnes in Adam peccaverunt.

            Tous en Adam ont peché voirement ;

            Je le soustien vers luy formellement.               445

            Puis David, qui n’est mye ung abus :

            Ecce enim in iniquitatibus

            Concepit me mater mea. Quoi plus[1] ?

            Ysaye : Omnes erravimus.

            Item sainct Paul dit : Omnes nascimur                     450

            Filii ire. Esse pas donc a dire

            Que tous errons et naquissons filz de ire ?

            Quelque procès que vous aiez esmeuz,

            Suis je insensé ? Doy je demourer mutz ?

            Pour dire vray, fault il qu’on me ravalle ?            455

            Sainct Augustin dit en sa decretale

            Que tous qui sont d’homme et femme conceuz,

            C’est en peché. Et par ce je concluz :

            Se d’Abraham elle est de la semence,

            Se de Jessé elle a pris corpulence,                   460

            Se de David elle est de la maison,

            Si n’est ce pas suffisante raison

            Qu’elle nait en peché originel ?

[f. 122] LE DUC

            O langue de serpent mortel,

            Bouche plaine d’infection,                               465

            Qui convertis en venin tel

            Que ung aspic ta refection,

            Homme plain de deffection,

            Qui reduis la saincte Escripture

            Au maulvais sens, contre droicture,                        470

            Par ta dannable affection,

            Tu n’as que trop veu a ton dam :

            Il te vaulsist mieux sçavoir moins.

            Se tu dis omnes in Adam,

            Voire mayns entre nous mondains,             475

            Mais nous sommes assez certains

            Que celuy seul qui fait la loy

            La peult interpreter a soy :

            C’est Dieu, et nous sommes humains.

            Ab initio et ante                                        480

            Secula fuit creata :

            L’as tu point aultrefoys chanté ?

            Virgo fuit preelecta

            A peccato preservata :

            Devant les cieulx estoit preveue                                    485

            Et toute belle preesleue

            Sancta et immaculata.

            Et se Ysaye a vouleu dire

            Et sainct Paul, que tu as predit,

            Que tous naquissons enfans de yre                490

            Et errons en peché mauldit.

            Celuy n’y a qui l’entendist

            Qu’en luy convient seulement.

            De David consequentement

[v°]      Dont tu as alegué le dict                                     495

            Luy mesme a escrit queretur

            Peccatum illius et non

            In illa invenietur :

            Vous ne luy trouverez point, non,

            En ceste dame de renom.                         510

            Item et de manu ejus canis

            Unicam meam. Qu’esse a dire ?

            De la main des chiens forbanis

            La preserva Dieu nostre sire,

            Car son amye est, qui desire                           505

            Garder qu’elle n’encoure mal

            Soubz la main du chien infernal.

            Que y veulz tu doncque contredire ?

            Cum de peccatis agitur

            De benedicta Maria                                      510

            Nichil dico. O engin dur ,

            Gros asne, qu’esse qu’il y a ?

            Sainct Augustin specifia

            Que quand on parle de peché

            Il n’y a d’elle rien touché,                                     515

            Car elle est plena gratia.

            Dis-tu qu’el n’a non plus d’honneur

            Que les aultres de son lignage,

            Qui est mere du grand donneur ?

            Ou as tu trouvé ce passage ?                                 520

            Fort appert que tu n’es pas sage.

            Elle est dame sur tout, fors Dieu.

            Par quoy je soustien en tout lieu

            Que plus doit avoir d’avantage.

            Quelle famme au viel testament                     525

            A enfanté, vierge pucelle ?

            Quelle vierge si dignement

[f. 123] A rendu laict de sa mamelle ?

            Quelle mamelle, tant fut belle,

            A alaicté le hault Seigneur ?                                530

            Aura el point doncq plus d’honneur ?

            Ouy, malgré toy, villain rebelle.

            L’Esglise en chante haultement

            Qu’elle est saincte et immaculee,

            De qui ne sçauroit bonnement                                535

            La louenge estre referee.

            Elle a par grace preferee

            En son corps peu porter et prendre

           

            Tant a esté bien eurée.

            Par quoy je concludz sainement                     540

            Que toy, gros ane, folle beste,

            Faulcement et malvaisement,

            Es venu pour troubler la feste,

            Et, quoy qu’il t’en soit a la teste,

            Ceste saincte conception                                545

            A esté sans polution.

            J’en croy les tesmoingz et l’enqueste.

SARQUIS.

            C’est rage comme il tempeste !

            Cil me fault il toutesfoys appliquer

                        Pour dupliquer                                              550

            Quelque chose qu’il sacha trafiquer,

            Je pense bien poursuivir a ma queste.

            Comme pourra s’excuser de peché

            Ung corps qui est, comme nous avons sceu,

                        Pris et conceu,                                                555

            C’est assavoir engendré et receu

            D’aultre qui soit de ce vice entaiché ?

            Si comme Jehan Baptiste et Jheremye

[v°]      Il a depuis eté sanctifié,

                        Purifié,                                                 560

            Devant naquir, et mundifié :

            Trop bien cela, mais lors ne l’estoit mye.

            Par quoy, devant tous bons entendemens,

            Conclu ainsy : que feste n’en doit faire

                        Le populaire,                                              565

            Mais ce concep polut tollir et taire.

            Apelez moi vaincu si je vous mens.

LE DUC

            Et je conclu par mes commencemens,

            Voulant prouver par tesmoins de certain

                        Mon cas a plain.                               570

            Et, s’il vous plaist, il viendront tout souldain

            Sans y faire plus longz sejournemens.

SARQUIS.

            Pronuncieur des justes jugemens,

            Au contraire repaire d’aultre part ;

                        Ayez regard                                      575

            Au vray subject que l’ung et l’autre impart,

            Comment ouez, par leurs enseignemens.

SALOMON.

            Vous estes en vos erremens,

            Ainsi qu’en justice je treuve,

            Demourez en tels argumens                                 580

            En faictz contraires, je l’appreuve.

            Pourtant je vous apointe en preuve ;

            Informez chacun de sa part,

            Afin que celuy on repreuve

            Qui la faulse doctrine impart.                         585

LE DUC dit à Salomon en lui monstant ses tesmoings

            Veez cy mes tesmoings tous a part

[f. 124] Qui ne sont pas gens a seduire ;

            Vous orrez avant le depart

            Comment ilz s’i sçavent conduire.

            Premierement je vueil produire                                    590

            Et prouver par dame Figure

            Que Dieu vouleut ma Dame esluyre

            Et qu’il l’a faicte toute pure ;

            Par Auctorité d’Escripture,

            Par Raison, par Exemple aussi,                          595

            Et par l’enqueste a l’aventure

            Du Commun peuple que veez cy.

SARQUIS.

            Et je prouveray tout ainsi

            Par deux aultres grans tesmoignages.

SALOMON.

            Quelz sont-ilz ?

SARQUIS.

                                    Tenez, veez les cy.                  600

            Ilz n’en est guaires de sy sages ;

            Ilz ont veu d’aultres grans passages

            Et sçavent bien la vérité

            Du cas.

LE PREMIER CHEVALIER.

            Ce sont plaisans ymages

            Et plains de grant audacité.                                  605

SALOMON.

            Or ça donc, sans prolixité

            Entre vous, qui estes humains,

            Approchez vous, levez les mains.

            Vous jurez Dieu le createur,

[v°]      Nostre Sauveur et Redempteur                              610

            Qui pour nous souffrit passion,

            Par la participation

            Que vous attendez a avoir

            Es cieulx, et que pourrez sçavoir

            En ceste presente matere                         615

            Vous direz verité entiere ;

            Pour gaing, pour amour ne faveur,

            Pour crainte, contens ne rigueur ,

            Vous ne lesserez point a dire

            Ce que vous en sçaurez.

LE PEUPLE COMMUN DE NORMANDIE.

                                                Non, sire.                  620

SALOMON, parlant a Sarquis.

            Or me dy, les veulz tu passer

            Sans saon ? Ne sçaurois tu penser

            Cause de recusacion ?

SARQUIS

            Je n’y voy excusation

            Qu’ilz n’en puissent parler entre eulx.                 625

            Mais aussi jurez moy ces deux ;

            Ilz en sçavent, je vous promectz.

LE SECOND CHEVALIER.

            Ce sont Sathan et Machomet,

            Trop plus maulditz que ame de juif.

SALOMON.

            Entendez : de par le Dieu vif                                    630

            Je vous adjure en ceste place

            Que ne respondrez sans falace

            A ce que vous demanderay.

[f. 125]SATHAN.

R.        Dire verité ! non feray,

            Je ne l’ay point acoustumé.                               635

SALOMON.

            Et toi, quoy ?

MACHOMET

                                    Je l’ensuiviroy.

            Dire verité ! non feroy.

SATHAN.

            Plustost je m’en retourneroy

            En mon ort palud enfumé.

            Dire verité ! non feroy.                                       640

MACHOMET.

            Je ne l’ay point acoustumé.

SALOMON

            De par le Dieu que j’ay nommé

            Et de par sa puissance saincte

            Je vous adjure.

SATHAN

                                    Par contrainte,                                645

            Malgré moy, fault que je l’acorde,

            O legion d’enfer tres orde,

            Satrapes felons et maldictz,

            Dyables de tous bien interdictz,

            Monstres hideux et detestables,

            Progenices excecrables,                             650

            Fiers et mauldictz chiens enragés,

            Sortissez hors et me vengez !

            Je suis adjuré de par Dieu

            Dire verité en ce lieu,

            Et je suis de mensonge pere,                                     655

            Cauteleux, fier et faulx vipere !

R.        Diroy je ce ? ce m’est oultrage.

[v°]      Je n’ay point apris cest usage,

            Contre moy la verité dire,

            Suis je subject de me produire                                    660

            Et donner juste tesmoignage ?

            Je n’ay point apris cest usage,

            La loy mect : nemo tenetur

            se prodere c’est dont j’ay peur.

            Je ne suy point d’humain lignage ;                       665

            Je n’ay point apris cest usage,

            Diray je vray ? Ce m’est oultrage.

            Ouy, c’est force que je le die

SALOMON.

            Guillaume, duc de Normandie,

            Les voulez vous sans saon passer ?                       670

LE DUC.

            S’il vous plait de les dispencer,

            Je suis d’accord qu’ilz soient vaillables.

            Mais, ainsi que l’en peult penser,

            Pour tesmoingz ne sont recevables :

            Les deables ne sont point creables.             675

            Non est pas ce faulx heretique

            Machomet ; vous le congnoissez.

            A nostre loy cela implique ;

            Combien que j’accorde assez,

            S’il vous plaist que vous le facez,                680

            Je n’ay pas paour qu’ilz puissent nuyre

            De leur aide, je ne veuil pas,

            Car mes tesmoingz pourront suffire :

            Je suis asseuré a mon cas.

SALOMON.

            Approchez vous, dame honorable.                    685

[f. 126] Vostre ornement semble admirable

            Ditez moy quel est vostre nom.

FIGURE L’ANCIENNE.

            Je suis l’ancienne Figure,

            Amie de loy de nature,

            Roy tres sage, de grand renom.                            690

SALOMON.

            Faictez veritable record

            Du concept dont il est discord

            Entre les parties presentes.

FIGURE.

            Sire, droit requert que je die,

            Car j’ay mise mon estudie                         695

            D’en monstrer choses excellentes.

            Premier en Genese est escript

            Que Noé la saincte arche fit

            De bois cetrin imputressible :

            Aussi sans putrefaction                                          700

            Dieu, pour prendre incarnation,

            Fit ce sainct corps beau le possible.

            Item, la pure columbelle

            De salut apportant nouvelle

            Comme d’olivier rendant branche :                      705

            Aussi ce jour, que Dieu esleut,

            C’est la nouvelle de salut

            Par la vierge tres pure et blance.

            Item Moïse vit ardant

            Ung buisson, ses brebis gardant,             710

            Et toute foys ne bruloit point :

            Marie aussi de verité

            Ardoit en pure charité

            Sans tourner en cendre en ce point.

[v°]      Item la figure peult estre                            715

            De Balaam qu’on verroit naistre

            De Jacob ungne estoille clere :

            Car 1’Esglise la veult nommer

            Aurora, l’estoille de mer,

            Qui, le jour procedant, esclere.                                    720

            Item, Gedeon vit foison

            De rousee sur la toison

            Et estoit la terre fort dure :

            Aussi chacun est entaché

            De cest originel peché                                       725

            Excepté ceste vierge pure.

            Item se Judich, dame honneste,

            De Olofernes trencha la teste,

            Et Thamaris au roy Sirus,

            Ceste Dame a brisé le chef                             730

            A Sathan, prince de meschef ;

            Jamais d’elle n’eust le dessus.

            Item Ezechiel depose

            Qu’il vit par une porte close

            Seulement ung grand roy passer :                   735

            Aussi de la vierge feconde,

            La plus excellente du monde,

            Seule naquit Dieu sans riens casser.

            Item les pescheurs qui pescherent

            La table d’or et presenterent                             740

            Devant la table du soleil,

            C’estoit proprement la figure

            Que seroit ceste vierge pure

            Offerte a Dieu en cas pareil.

            Item par la royne de Perse,                          745

            Qui du hault verger en traverse

[f. 127]            Regardoit le regne a son pere,

            Estoit figuré qu’en tout lieu

            Regardoit la grace de Dieu .

            Et n’eust jamais quelque impropere.                    750

            Plus, Astiages vit en songeant

            De sa fille une vigne yssant

            Qui obombrait toute la terre,

            Et il luy fut interpreté

            Que d’elle seroit enfanté                                     755

            Cirus le tres puissant en guerre :

            Par ce roy Joachin je dis,

            Auquel l’ange de paradis

            Interpreta en telle sorte

            Que de sa fille yssiroit                                       760

            Ung roy, qui tres puissant seroit

            Et d’enfer briseroit la porte.

            Mesmement le roy Assuere

            Dessus les Juifz feist edit faire

            Que tous feussent livrez a mort ;               765

            Et quand Ester, la noble dame

            Juifve, toutesfoys sa femme,

            Le sceut, vint vers luy plorant fort

            Luy requerir par amytié

            Qu’il voulsist d’elle avoir pitié                                 770

            Et pour Dieu qu’il ne mourust mie :

            Par Assuaire fault entendre

            Dieu qui forbanit humain gendre

            De sa justice originelle,

            Et par Ester la Vierge saincte                         775

            Qui de ce mal ne fut ataincte,

            Car ceste loy n’estoit pas telle.

[v°]      Par quoy justement je depose .

            De certain qu’en elle est enclose

            Toute grace indivisement,                             780

            Et qu’en conception icelle

            De peché n’eust oncq estincelle :

            Croiez le tout certainement.

SALOMON.

            Parlé en avez haultement,

            Dame Figure l’ancienne.                                785

            Vous, apprez, d’aage plus moienne.

            Vostre nom ? Dictez verité.

AUTHORITÉ.

            Cher seigneur, sans temerité

            Volontiers. C’est Auctorité

            Prophetique que je suis dicte,                            790

            Aagee de la loy escripte,

            La saison de severité.

SALOMON.

            Or dites ce que vous sçavez,

            Ainsi que faire le debvez,

            Ensuivant la conception                                     795

            De ceste fille de Syon,

            Puisque congnoissance en avez.

AUCTORITÉ.

            O tres elegant et tres sage,

            Rendant justice en tout passage,

            Roy erigé tres ardument,                                 800

            En parler doy je aucunement ?

            Enseigner si grand personnage

            Non pensant enseigner Minerve !

            Mais puis qu’il vous plaist que je serve

            En bon et juste tesmoignage,                             805

            Je diroy touchant ce passage,

            Sans estre a ce faire proterve.

[f. 128] La commune voix la renomme

            Mere du Saulveur, Dieu et homme.

            Saincte Eglise en chante : pulcra             810

            Es et decora filia

            Jherusalem ; ainsi la nomme

            Electa ut sol, toute belle,

            Pulcra ut luna, elle est telle,

            Speculum sine macula.                                               815

            Oncques son corps ne macula,

            Car elle est de mer clere estelle.

            Dieu de toutes vertus l’arma,

            Car plus que les aultres l’ama,

            Qui sont poluts[2] en leurs conceptz.                      820

            Ezechiel en dit : princeps

            Ipse sedebit in ea.

            Plus, Ysaïe a compilé

            Quod lignum imputribile

            Elegit suam. Pour quoy doncques              825

            Qu’il n’y eust villainye quelconques

            En l’âme, est impossible.

            O felix, namque es sacra

            Piissima virgo Maria,

            Beneuree sur toute femme,                         830

            Puis que saincte Eglise la fame

            Omni laude dignissima.

            Plus, Sibilla Tiburema

            Prophetisant du temps futur

            Escript ainsi : Firmabitur                               835

            Consilium in celo

            Et annuntiabitur virgo

            In terris. Ainsi en parla

            Item Sibila Erichia :

            In novissimis diebus                                     840

            Nascetur Deus et agnus

            De virgine hebraïca.

[v°]      Item, Sibila Libica,

            Qui pleine de grace fut moult,

            Escript en ce point : videbunt                                  845

            Omnes regem vinctum

            Et virgo tenebit ilium,

            Voire, in gremio domina

            Gentium. Item Sibila

            Samica, in hoc modo                                          850

            Parlant d’elle : sedit virgo

            Pulcra nutriens puerum

            Quem gentes vocabunt Jhesum.

            Et Sibille Eleponna :

            Christus nascetur ex casta,                           855

            Felix ille deus ligno

            Vinctus qui pendet ab alto.

            Item, Sibila Delphica

            A. dit : Nascetur propheta

            Absque mari et de sancta                         860

                        Virgine Maria.

            Item, Sibila Cumana,

            Parlant comme les aultres font :

            Jam redit virgo, redeunt

            Que saturnia regna.                                     865

            Item Sibila Frigia :

            Christus annuntiabitur

            In Nazareth et nascetur

            In Betleem terra Juda,

            Felix mater, et cetera.                                                 870

[f. 129]            Aultrement voions en registre

            De Genese le tiers chapitre :

            Ponam inimicicias inter te et mulierem

            Et ipsa conteret caput tuum.

            Item, le psalmiste David                                     875

            Quand en esperit la previd :

            In sole posuit tabernaculum suum Altissimus

            Et ipse tanquam sponsus

            Procedens de tabernaculo suo.

            Item, Job, plain de sapience,                                  880

            Dit par prophetique science :

            Quis potest facere mundum

            De immundo conceptum semine,

            Nonne tu qui solus es ?

            Sainct Augustin a descrit d’elle,                885

            La voulant prouver toute belle :

            Hoc solum predicare debemus quod virgo et mater ejus est,

            Quæ rerum naturam transcendit et omnium creaturarum nobilitatem et majestatem.

            Sainct Augustin recite ainsi

            De ladite dame sans si :                                                890

            Decebat ut virgo Maria ea puritate niteret

            Qua sub Deo major nequit intelligi.

            Item, il dit que de Marie

            N’est pas vray amy qui varie

            Et fait quelque suspicion                                  895

            De fester sa conception.

            Qu’il soit vray ! Tant en ont escript

            Les notaires du Sainct Esprit,

            Les prophetes et docteurs sainctz,

            Que les livres en sont tous plains.                   900

            Par quoy je puis bien deposer

[v°]      Que Dieu l’a voulu aloser

            Sur toute pure creature,

            Et la preserver par droicture

            Com il en voulut disposer.                                   905

SALOMON

            Vous, apprez, sans interposer .

            Comme est vostre nom, ma mye ?

RAISON, fille de roy.

            Hault roy, orné de prophetie,

            Comblé de graces a foison,

            Mon nom ne vous celeroy mye.                             910

            Je suis de roialle maison,

            Fille de roy, nommee Raison,

            Seur de justice et equité,

            Adversaire de iniquité,

            Dont, par mon père que je honore,               915

            Je me donne admiration

            Que l’en veult contredire encore

            Ceste saincte conception.

            Anges en leur creation

            Furent tous purs, et pour quoy esse             920

            Que ne le seroit leur maistresse ?

            Et, qui plus est, Adam et Eve

            Furent creez en purité :

            Par quoy celle qui les releve

            Aura plus grande auctorité :                                 925

            N’a elle pas plus merité

            Que Jehan Baptiste et Jeremye ?

            Je croy que vous n’en doubtez mye.

            Item, celuy peché d’Adam,

            Combien qu’il fut d’antiquité                                930

            Et en fut pugni a son dam

            Si ne peult il en equité

[f. 130] Le conseil de la Trinité

            Perturber ne muer en riens,

            Car c’est la source de tous biens ?              935

            Se les sainctz du viel testament

            Ont esté de damnation

            Gardez, preveant seulement

            De Dieu la saincte passion,

            Pourquoy par preservation                              940

            N’aura esté telle trouvee

            Ainsi que saincte preservee ?

            Sainct Jehan dit en l’Apocalipse

            Qu’il veit l’ange du ciel descendre

            En severité de justice,                                      945

            Sur terre et mer ses piedz estendre,

            Et jure, comme il donne entendre,

            Qu’il n’estoit plus de sillence

            Mais de rigueur et pestilence,

            C’est a dire qu’il n’est plus temps                    950

            De grace ne misericorde

            Pour les envieux mal contens

            Des louenges qu’on luy recorde,

            Mais l’abisme d’enfer tres orde,

            De toute joie separee                                                955

            Et a telz meschans preparee.

B.        Ores, dit Genesis primo,

            Fiat lux, c’est a nous aprendre

            Que fut preveue ab eterno

            Lumiere, qu’on ne peult comprendre,                 960

            De la quelle fist clarté rendre

[v°]      Plus que de radiant estelle :

            Et par consequent toute belle.

            Item, Sathan, le faulx vipere,

            De qui elle a brisé le chef,                            965

            Ne luy peult donner impropere

            Ne l’accuser de ce meschef,

            Car elle eust et a de rechef

            Pouoir sur luy et sa sequelle :

            Et par consequent toute belle.                                970

            Se tache eut eue origignielle,

            Pour ce temps eut esté indigne

            Et perdu le bien predit d’elle,

            Subjecte a la faulse vermine.

            Mais Dieu qui de tout determine                     975

            La preserva de sa cautelle :

            Et par consequent toute belle.

            Sainct Anselme dit qu’en enfer

            Elle aimeroit mieulx estre en peine,

            Sans peché, avec Lucifer,                                    980

            Que d’estre en gloire souveraine

            Et avoir de tache villaine

            Aultre fois en plaie mortelle :

            Et par consequent toute belle.

            Se le prestre prent pour hostie                                985

            Le plus pur pain qu’on peult trouver

            Pour estre en vray corps convertie

            De Dieu, est ce pas a prouver

            Qu’il la voulust donq approuver

            Tres pure pour descendre en elle ?                990

            Et par consequent toute belle.

            Se Dieu garda de mort villaine

            Daniel en la fosse mys.

[f, 131] Jonas en ventre de la ballaine,

            Ananias et ses amys,                                          995

            Pourquoy n’aura il donc permys

            Qu’elle n’ait de vice estincelle ?

            Et par consequent toute belle,

            Et s’il voulut avoir tombeau,

            Pour estre mys en sepulture                                  1000

            Apprez mort, tout neuf et tout beau

            Ou ne fut aultre creature :

            Pourquoy luy en double nature ,

            N’a eu saincte et tres digne celle ?

            Et par consequent toute belle,                                1005

            A raison de maternité :

            Car Dieu commande qu’on honore

            Pere et mere ; il est recité

            En Exode, j’en ay memoire ;

            Sainct Mathieu l’a escript encore,             1010

            Qui veult acomplir la loy telle :

            Et par consequent toute belle.

            A raison de sa saincteté :

            Car oncques ne voulut pecher

            Ne hors de grace n’a esté                              1015

            Pour rien qui l’ait peu empescher ;

            En elle ne doibt l’on cercher

            Coulpe de tache originelle :

            Et par consequent toute belle.

            A raison de sa dignité :                                    1020

            Car elle est espouse du Pere,

            Mere du Filz en deité,

            Du Sainct Esperit chambre clere,

            Et saincte Eglise la declaire

[v°]      De la Trinité vierge ancelle :                                    1025

            Et par consequent toute belle.

SALOMON.

            Il suffit. C’est assez dit d’elle.

            Vostre nom ? Il le convient dire.

EXEMPLE.

B.        Mon propre nom, c’est Exemple, cher sire,

            Roy Salomon, magnifique et tres sage.                     1030

            A vostre vueil complaire je desire

            Et declairer que j’en ay en courage ;

            Ce ceste loy de grace, c’est mon aage.

            Et, puis que suis devant vous convenue,

            Je vous diray, comme je y suys tenue,                 1035

            Du sainct concept de la tres glorieuse

            Dame d’honneur, chose miraculeuse,

            Le sacré jour de sa conception,

            Que Dieu a fait pour approbation

            Que festiver luy est chose joieuse.               1040

            L’abbé Helchin hors de peril de mer

            Fust rendu sauf, comme il est recité.

            Alexandre des Halles puys nommer

            Qui tous les ans luysoit en la cité

            De Windesore, mais en neccessité                    1045

            De malladie encheait tous les ans

            Tant qu’il cessoit monstrer a ses enfans

            Et qu’il festast sa feste sollennelle,

            Comme il escript au sermon qu’il fist d’elle,

            Ou commença pour introduction                   1050

            Fiat lux, la prouvant toute belle,

            Le sacré jour de sa conception.

            Ung jeune clerc, qui puis fut d’Aquilee

            Patriarche, soy voulant marier ,

[f. 132] A deux genoulx arriere en quelque allee             1055

            Devotement la voulant deprier,

            Elle luy dist : « Que veulx tu varier ?

            « Puis que je suys tant belle et decoree,

            « Comme tu dis, lesse toy affier ;

            « Feste le jour de mon concept tres digne,   1060

            « Et tu auras recompense condigne. »

            Dont puis entra en sa religion

            Et celebra de volunté benigne

            Le sacré jour de sa conception.

            Un prestre, alant au peché d’adultere,                    1065

            Passant par sus la riviere de Saine,

            Disoit d’elle son service ordinaire,

            Mais le diable luy donna tant de paine

            Qu’il fut noié ; c’est chose tres certaine

            Que au jugement l’accusa devant Dieu.                1070

            Lors la Vierge pour luy fut en cest lieu

            En tel secours qu’il fut remys en vie,

            Lui prometant en fin joye assouvye

            S’il festivoit en collaudation

            Au bon plaisir de la vierge Marie                 1075

            Le sacré jour de sa conception.

            Ung malfaicteur fut condanné a pendre

            Et reclama la vierge venerable,

            Qui s’apparut pour delivré le rendre

            Luy commandant ceste feste honorable.             1080

            Puis ung moine d’oppinion dannable

            A Toulouze preschant tout le contraire,

            Survint ung leu, sans a aultre mal faire,

            Qui l’estrangla devant tous en la place.

            Ung aultre apprez par la divine grace                1085

            Tout roide mort tumba sans fiction

            En denigrant par erreur pertinace

            Le sacré jour de sa conception.

            Prince, sachez, se raconter vouloie

            Ce qui en est, trop prolixe seroie ;             1090

            Et croy que Dieu la malediction

            Donne a tous ceulx qui ne festent par joie

            Le sacré jour de sa conception.

SALOMON.

            Sus, apprez, sans dilation,

            Homme d’enqueste, qui es tu,                            1095

            Que je voy en ce point vestu ?

            Ton nom ? Je te veulz bien congnoistre.

LE COMMUN PEUPLE DE LA BASSE NORMENDIE.

            Ne le sçavons peint, nostre maistre.

            Es convient que je vous dye ?

            Bé, ne sieux je de Normandie                               1100

            Le quemun peuple ? Ch’est men nom.

            Sçavons peint quelle aage j’ey.

SALOMON.

            Non ?

LE COMMUN PEUPLE.

                        De pieux chinq ans juq’a siez vingtz,

            Men mestre.

SALOMON.

                                    Ce n’est que bien prins :

            J’approuve ceste consequence                             1105

            Que depuis les ans de innocence

            Jusq’ès ans de decrepité

            C’est le peuple et communité.

            Mais qui t’a aprins ce langage ?

LE COMMUN.

            Bé, n’est ce nostre propre usage                             1110

            Et le vray vulgaire normant ?

            Quique m’en vueille estre blasmant ?

[f. 133] Ainsi me l’a ma mere apprins

            Et n’en doy peint estre reprins.

            Pourtant se ces gallins gallans                          1115

            Ont esté par my ces Francheiz

            Et ont contrefait leur langage,

            Si sieux je vray Normant, g’y gage.

            Ne sieux pas doncq, men bon seigneur ?

SALOMON.

            Or me dy sans plus de sejour,                          1120

            Par le serment que tu as fait

            Au Dieu vivant et tres parfait :

            Que croy tu ? que te semble il estre ?

            Que puys tu bonnement congnoistre

            Du faict de la conception                                    1125

            Dont il est present question ?

            Est elle pure, saincte et belle,

            Sans quelque tache originelle ?

            Y a il eu polution,

            A ton ymagination ?                                       1130

            Qu’en croy tu ? Or dy, par ta foy.

LE COMMUN.

R.        Se je le crey, se je le crey !

            Bé, a quey mé le demandous ?

            En ygnorons, par nostre foy ?

            Se je le crey, se je le crey !                           1135

            Le diable m’emport’ quand et sey

            Se ne m’en fais machue de houx.

            Se je le crey, se je le crey !

            Bé, a quey mé le demandous ?

            N’est che le meien le plus doulx,                    1140

            Et n’est che la douche puchelle

            Qui de sa tres digne mamelle

            A alecté che noble Rey ?

            Se je le crey, se je le crey !

            Mays qui veult contre luy hoignier ?                1145

            M’arme ! Il auroit a besoignier

            Assez pour en caer au dessoubz.

            Bé, a quey mé le demandous ?

            Je ne quenyeux tant innocent

            Ne sy viel, eust il des ans chent,                     1150

            Qui le nye, a che que je vey.

            Se je le crey, se je le crey !

            Pas ne seraye vrai Normant

            Se j’alloie son concept blasmant

            Comment che meschant mesurous.                     1155

            Bé, a quey mé le demandous ?

            C’est assez parler : mé de mey,

            Pour estre brulé devant tous,

            Se je le crey, se je le crey.

            Bé, a quey mé le demandous ?                            1160

                        Cy se met a genoulx nu teste, et dit en ce faisant :

            Men huvel bas, a deux genoulz,

            Je crey, aussi vray que je dis

            Que la reine de paradis,            

            La mere Dieu, nostre mestresse,

            A eu en sey tant de noblesse                                   1165

            Et tant de grace et tant d’honnour

            Que jamays Dieu nostre signour,

            Qui l’a peu et deu et voulu

            N’a souffert estre en rien polu

            Son tres glorieux et pur corps                            1170

            Ne par dedens ne par dehors,

            Et n’eust termé polucion

[f. 134] En sa saincte conception,

            Devant, en l’instant, ne apprez ;

            Mais il la garda par exprez                          1175

            Pour son tect et sa maisonnete

            Trestoute belle et toute nette,

            En despict des faulx envyeulx.

            N’es che merveille qu’en tous lieux

            La feste es Normans est nommee ?                    1180

            Ossy est elle bien aymée.

            Apprez Dieu, ch’est nostre credenche,

            Nostre esper, nostre confidenche.

            N’es che, que que chose qu’on die,

            Sen douaire que Normendie ?                             1185

            Sen benest fieulx ly a donné

            Che bon peis et abandonné

            Pour partage, pour appennage,

            Bé, n’es ce son propre eritage ?

            M’erme ! ossy on ne l’y het peint.                      1190

            Et pour en congnoistre le point,

            Je m’esmerveille comme encore

            Il est du contraire memore,

            Et m’esbays que terre n’euvre

            Qui transgloutisse et pieux requeuvre,                    1195

            Ainsy que Abiron et Datham

            Tels hoignours. Ha voy que deten

            Du pseaulme qui se commenche

            Deus laudem ; pour recompense

            Soient ilz maulditz ! Tant seulement             1200

            Si sont ilz, a men jugement

            Car, aussy vrey quement la messe,

            Nous ly devons fey et promesse,

[v°]            Honneur, gloire, devotion,

            Cantique, genuflection,                                     1205

            Tribut, veu, reverence, hommage,

            Peage, service et dixmage.

            N’es che nostre escu, nostre garde,

            Nostre secours, nostre avant garde,

            Contre les ennemys d’enfer,                                    1210

            Fussent ilz aussi fors que fer ?

            Jamays a eulx ne fust submyse

            Ne de quelque peché reprise,

            En despit des villains hoignoux,

            Qu’en deust besilier devant tous                   1215

            Et dehagner comme la cher

            A la fenestre du boucher ,

            S’ilz retournent aucunement.

SALOMON.

            Qu’en croys tu ?

LE COMMUN.

                                    Tout fin proprement,

            Qu’elle est belle comme le jour,             1220

            Ou la raide mort sans sejour

            Me pieusse aterrer prestement

            Se je ne le crey fermement.

            Bé, a quey le fault il cheler ?

SALOMON.

            Apprez, c’est a toy a parler.                          1225

            Qui es tu, que Sarquis met

            Pour tesmoing ?

MACHOMET

                                    Machomet, .

            Jadis heretique appelé

            Et de plusieurs intitulé

            Messager Sathan, magnifeste                                1230

            Deceveur de gens, faulx prophete,

[f. I35] Signat de toute faulseté,

            Pour ce qu’on dit que j’ay esté

            D’antechrist le vray precurseur

            En acomplisement d’erreur.                                   1235

SALOMON .

            Quand commenças tu a regner ?

            Dy vray.

MACHOMET

                                    Force est que je responde :

            L’an de l’origine du monde

            Six mil huit cens traise ans, sans plus,

            Et l’an du prophete Jesus                            1240

            Six cens et quarante troys ans.

            Et combien que je sois des grans

            Seigneurs de mensonge menteur,

            De paroles sophistiqueur,

            Aprouvé des faulx heretiques                                 1245

            Par faulsetez diaboliques,

            Si suys je contrainct toutesfoys

            De par Dieu dire a haulte voix

            Et reciter la verité.

            Vray est, roy en auctorité,                                  1250

            Salomon, que l’en dit le sage,

            Quand je fu en premier aage

            Marchant et meneur de cameaulx ;

            Mais par moiens subtilz et caulx

            ]’espousay une riche femme                         1255

            Qui de Corrozaym fut dame

            Et estoit Quadrigan nommee ;

            Dont alors creut ma renommee,

            Tant que, par l’instigation

            De Sathan et sedution                                                1260

            De Sarquis, cest apostat,

            Je publiay pour mon estat

[v°]      Une faulse loy erronique,

            En la quelle par ma pratique

            Si cauteleusement lyay                                          1265

            Les gens que je les allyay,

            Car les diables en celuy temps

            Du roy Eracle malcontens

            Par ce qu’il leur estoit grevable.

            Les Persiens et par semblable                                 1270

            Capadoce, Pont, Armenie.

            Solane, Papalagonie,

            Frigie, le pais de Fenice,

            Et d’aultres lieuz, par ma malice,

            Mesopothamye, Sirie,                                        1275

            Palestine, la grand Carie,

            Et grande part des regions

            D’Asie, par mes sedicions,

            D’Europe en la terre espartie                                    1280

            Vers orient jusques en Trace,

            Et Pannonie, par fallace,

            Par tresors et par  puissance

            Je mys en mon obeissance

            Tous les quelz peuples je tournay             1285

            A ma dotrine et actournay

            Tellement qu’ilz me feirent feste,

            Disant qu’estoie vray prophete,

            Envoié du Dieu Abraham

            Et aussy que Jheroboam                                1290

            Par sa faulseté espartie

            Osta la dixieme partie

            De la maison du roy David.

            Ainsy fortraire l’en me vit

            Grand partie des crestiens                                   1295

            Que je atrapay a mes liens :

[f. 136] Tant que, se depuis par puissance

            Le tres chrestien roy de France,

            Charles le grand, et aultres princes

            N’eussent reduictes leurs provinces             1300

            Lors perissoit la loy de Christ.

            Et tout cecy a par escript

            Campanus, ou trouvé sera

            Dedens mon livre Albigera.

            Item, a l’aide de troys maistres                                   1305

            Aulxquelz le dyable donnoit lestres

            Et administroit industrie,

            Fis un livres soubz leur maistrie,

            Lequel est Alchoran nommé

            Mon premier maistre renommé                                  1310

            Estoit juif et grand astrologue

            Le second cauteleux et rogue

            On l’appeloit Jehan d’Antyoche

            Et le tiers, non point pour reproche,

            C’estoit Sarquis, arrien.                                      1315

            Soubz eulx, par sinistre moien,

            Composay loy abhominable,

            Car tout ce qui est agreable

            Aux vicieux touchant luxure,

            Orgueil, gloutonnye et usure,                           1320

            Estoit tolleré en ycelle.

            Toute foys ne fault que je celle,

            Ce qu’ay confessé par contraincte,

            Y avoir escript chose faincte

            Jusque a douze mille parolles,                                    1325

            Toutes menteries et frivolles.

            Mais a celles de verité

            Ce qui ensuit est recité

[v°]      Non est de filiis Adam

            Quem non tetigerit Sathan                         1330

            Preter Mariam, je le croy

            Et filium ejus. C’est vray :

            Des filz d’Adam n’y a celuy

            Ou le dyable n’ayt eu apuy

            Et qu’il n’ait tenu en ses filz,                               1335

            Exeptez Marie et son filz. .

            Et combien, comme il est publique,

            Que j’aye esté grand heretique,

            Si ne dys je jamays mal d’elle,

            Mais ay tousjours dit qu’on l’appelle             1340

            La saincte femme et qu’on l’honore,

            Revere, colaude et decore

            Sur toutes les femmes de bien.

SALOMON.

            Et tay, nous en diras tu rien ?

            Qui es tu, ainsy detestable ?                              1345

SATHAN.      

            Je suys Sathan, ung povre diable,

            Le plus meschant et myserable

            Qui jamays fut creé ne faict,

            Chenu, hideux et non papable,

            Tant viel comme il est vraysemblable               1350

            Qu’il n’est riens si viel en effect

            Avilleny par mon meffaict

            Et navré de plaie incurable.

            Mes tiltres celer je ne puys :

            Pere de mensonge je suys,                            1355

            Contraire de toute equité,

            Capitaine des interditz,

            Chevetain des dannez maulditz

            Et roy de toute inniquité.

            Comme donc seray je aquité                           1360

            De la matere que tu dis ?

            Comme diray je bien de celle

            Qui est mon ennemye mortelle,

            Et qui plus me fait de destresse

            Et me dechasse et me repelle ?                                   1365

            Et encor fault que je l’appelle,

            Maulgré moy, ma dame et maistresse,

            L’advocate et procureresse

            De povres pecheurs ; elle est telle.

            Mais puys que je suis devant toy,                    1370

            En la vertu du puissant Roy

            Conjuré de verité dire,

            Force est la dire maulgré moy.

            Excusacion je n’y voy

            De pouoir a ce contredire.                                1375

            Haa ! meschant trop me doy mauldire ;

            Il y a bien cause pour quoy.

            Quand par juge du Dieu des dieux

            Tumbay en enfer des haulx cieulx,

            J’euz bien certiffication                             1380

            Que ung grand Roy de terrestres lieux

            Naquiroit, qui depuis mes fieux

            Mectroit tous en destruction,

            Et devoit incarnation

            Prendre en ung ventre precieux.                      1385

            Item des lors qu’Adam mordit

            A la pomme et fut interdit

            De delices en heure brefve,

            Il est vray que Dieu me mauldist ;

            Et si me souvient qu’il me dist                                     1390

            Qu’il viendroit une seconde Eve

            Et qui mon chef en douleur grefve

[v°]            Briseroit au temps dessusdit.

            Item, j’euz bien cognition

            Du fait de sa conception                                1395

            Et touchant sa nativité,

            Mesme de l’incarnation

            De son filz, que sans fraction

            On dit que vierge a enfanté.

            A nul de ces fais n’ay esté                              1400

            Mais croy que c’est la verité,

            J’en fay la deposition.

            Item, je ne possede l’ame

            Ne le corps, ou qu’il soit soubz lame ;

            Et ne sont, ce peult on bien croire,                   1405

            Dedens nostre infernalle flame,

            Ne hault, ne bas, quoy qu’on reclame.

            Non sont ilz en toute la terre :

            On y a beau chercher et querre

            Pour trouvoir rien de ceste dame.                  1410

            S’elle est avec les benedictz

            En corps et ame en paradis,

            Quand est a moy je n’en sçay rien,

            Car depuys que j’en descendis

            Je n’y rentray : cela je dis ;                              1415

            Touteffoys elle y seroit bien,

            Et si le croy ainsi, combien

            Que ce soit contre nous maulditz.

            Or est la vraye raison telle :

            Ce qui cause plaie mortelle                                    1420

            Et de la chair corruption

            N’est rien fors tache originelle,

            Dont par cela appert qu’en elle

            En a esté exemption

            Et qu’elle est en conception                                1425

[f. 138] Sans ville tache, toute belle.

            Par ma faulse instigation

            Plusieurs en predication

            Et ès escriptures ont mys

            Qu’elle n’eust que mundation,                                1430

            Et sont en obstination

            D’erreur, de ce secle transmys,

            Qui sont en enfer noz submis

            Condannez en dannation.

            Maulgré moy fault que le confesse                       1435

            Maulgré moy fault que l’erreur cesse,

            Maulgré moy fault que je le die,

            Ce qui me provoque a tristesse :

            II n’y a diable ne dyablesse

            Adjuré qui le contredie,                                     1440

            A bon droit ceulx de Normandie

            En font sollennité expresse.

SALOMON.

            Ouy, en ce lieu, sans oppresse,

            De tous les tesmoings cy presens

            La deposicion, qui cesse                           1445

            Par Sathan, diable hors du sens,

            En presence des assistens,

            L’arrest vueil estre pronunchant.

                        L’Arrest.

            Entre tres hault et tres puissant

            Illustre prince et flourissant,                                1450

            Guillamme, duc de Normandie,

            Soy reputant vray obeissant

            Et humble amoureux de Marie,

            Pour luy et sa chevalerie,

            D’une part, plaintifz par leurs dictz,             1455

            Et le maistre des contredictz .

            Nommé Sarquis, arrien,

[v°]      Soy disant theologien,

            Et deffendeur en ce regard

            D’icelle plainte, d’aultre part ;                            1460

            Veu, ouy et bien entendu

            Lesdictes parties en temps deu

            Au long leur procès en publique,

            En propos, responce et replique,

            Duplique et leurs conclusions ;                             1465

            Apprez leurs alegations,

            Et que appointez ils ont esté

            A prouver de chacun costé ;

            De puys adjurez de vray dire

            Tous ceulx qu’ilz ont vouleu produire                         1470

            Et, comme en tel cas est requis,

            Passer sans saon ; iceulx enquis,

            Et bien au long examynez

            Leurs dictz, notez et ruminez

            Suffisanment a leur requeste ;                                 1475

            Lesquelz tesmoingz et gens d’enqueste

            Ont tous deposé a l’honneur

            Et entente dudit seigneur :

            C’est que icelle saincte pucelle

            Toutes aultres femmes precelle,                       1480

            Mesmes qu’en sa conception

            N’a eu quelque polution ;

            Par lequel raport d’iceulx tous,

            Et consideré que de nous

            Ès Cantiques il est escript,                                     1485

            Par le vouloir du Sainct Esprit,

            Sicut lilium inter Spinas

            Sic amica mea inter filias,

            Comme le liz soef, pur et digne

            Croit entre la poignant espine,                                     1490

[f. 139] Est sa mye belle des belles

            Entre les filles et pucelles ;

            Item plus est escript tota

            Pulcra es amica mea

            Et macula non est in te :                           1495

            En ce lieu mesmes est recité

            Que Dieu nostre seigneur l’appelle

            Sa chere amie toute belle,

            Sans quelque macule ; Par quoy

            Nous, Salomon, seigneur et roy                         1500

            De Jherusalem, cité saincte,

            Acordablement, sans contraincte

            Juge acceté en la matiere,

            Pour en rendre raison entiere

            Par nostre equitable ordonnance,                  1505

            Tout sans apel ne doleance,

            Ainsi qu’ilz en ont fait accord

            Par arrest en derrain ressort,

            Nous vous disons et declairons

            Prononçons et sententions                               1510

            A toutes personnes humaines,

            Que doresnavant, sur grans paines

            Comme d’offence capital

            Ou d’encourir en general

            Crime de lesce majesté                                    1515

            Homme de quelque auctorité

            Ou estat ou condition

            ………………..

            Que ce sainct concept n’ayt esté

            Tout temps en toute netteté,

            Par grace et par prevention                                1520

            De divine dilection,

            Et n’a eu tache originelle

            Ne venielle ne mortelle,

[v°]      Mais toute benediction

            Dès lors de sa creation                                       1525

            En ame et en corps, toute belle.

            Dont toy, heretique et rebelle,

            Sarquis, arrien dannable,

            Comme pertinax, miserable,

            Pour ce que tu l’as denié,                           1530

            En exil seras envoié,

            Nous [t’]extirpons et bannissons,

            Dejectons hors et dechassons

            Pour ton excecrable peché

            De l’imperialle duché                                       1535

            Et noble païs normannique.

            Et vous, tres hault et magnifique,

            Preux duc, en signe de victore,

            Et perpetuelle memoire,

            Comme il affiert a tel seigneur,                                   1540

            Vous livrons la palme d’honneur ;

            Mesmes, pour juste recompence,

            En signe de bonne deffence,

            Ainsi que poete lauré,

            Serez humblement decoré,                         1545

            Le chef tres noblement couvert

            Du chapeau de pur laurier vert.

            Si festivez devotement

            Ceste feste annuellement

            Tant en science de musique                                    1550

            Comme en celle de rethorique,

            Par espigrammes, champs roiaulx,

            Balades, virelaiz, rondeaulx,

            Par oraisons et par chançons

            Et aultres diverses façons                          1555

            En langue latin ou vulgaire

[f. 140] Ainsi qu’il vous plaira de faire.

            Plus declairons en toute terre,

            S’il eschet que soiez en guerre,

            Que vous puissez prendre sans blasme              1560

            Pour le cry commun Nostre Dame !

            Mesmes publiquement nommer,

            Intituler et renommer

            La Feste aux Normans cestuy  jour

            Que vous festerez en amour,                          1565

            Gardant vostre possession.

LE DUC

R         Cher seigneur, d’humble affection

            Nous rendons graces et mercy

            Qu’il vous a pleu nous rendre icy

            Jugement sans deffection.                                1570

SARQUIS

            C’est jugé par corruption

            Il ne se devoit faire ainsi.

LE PREMIER CHEVALIER

            Cher seigneur, d’humble affection

            Nous rendons graces et mercy.

SALOMON

            Soustenez par devocion                                     1575

            L’honneur de la belle sans sy.

LE SECOND CHEVALIER

            C’est nostre volonté aussi,

            Et toute nostre intention,

            Cher seigneur.

LE TIERS CHEVALIER.

            D’humble affection

            Vous rendons graces et mercy.                                  1580

LE QUART CHEVALJER.

            Voys nous avez rendu ycy

            Jugement sans deffection.

[v°]LE DUC au departement

            En l’honneur et dilection

            De bien puissez vous labourer.

SARQUIS

B         Helas ! Helas ! or doy je bien plourer

            Et souspirer, detester et mauldire

            Quand on me veult ainsi deshonnourer

            Mectre en exil, bannir et interdire !                     1590

            Que ponrroy je faire, penser ne dire ?

            O malheureux, le plus dolent du munde,

            Tout forcené et passionné de yre !

            Terre, ouvre toy. Qu’en abisme je fonde !

            Je ne cuiday estre vaincu jamais                            1595

            Je ne cuiday jamais trouver mon maistre ;

            Je ne cuiday oncq avoir telz arrestz

            Qui tant me peult a confusion mectre.

            O roy d’enfer, comme veulx tu permectre

            Que ung duc normant en tel honneur habonde            1600

            Qui me fait hors de tout plaisir demectre ?

            Terre, ouvre toy. Qu’en abisme je fonde !

            Le plus dolent que l’en sçauroit descrire,

            Le plus meschant qui oncque fut sur terre

            Le plus chetif que l’en pourroit escripre                        1605

            Le plus perplex que homme vif sçauroit croire,

            Le plus navré en cueur tenu en serre,

            Le plus honteux de cent lieues en la ronde,

            C’est moy,  mauldict, heretique, tricherre,

            Terre, ouvre toy. Qu’en abisme je fonde !             1610

            O Machommet, et toy, diable Sathan,

            Du tout confus ne sçay que je reponde,

            Car sans parler je demeure a metham.

            Terre, ouvre toy. Qu’en abisme je fonde !

[f. 141] SATHAN

B         Sur quoy veulx tu que je me fonde ?                         1615

            Quel reconfort veulx tu de moy ?

            Tu sçay que Salomon habonde

            Plus en science que aultre roy,

            Et il a esté de par toy

            Juge accepté. C’est par ton vice ;                1620

            Il ne t’a rien fait que justice.

MACHOMET.

            Il ne t’a rien fait que justice.

            Quel diable veux tu rafarder ?

            Avoies tu pas clere notice

            Que Dieu la voulut regarder                                   1625

            Et de ce danger la garder,

            Comme sont ses arrestz concludz ?

            Tu n’es que ung fol ; n’en parle plus.

SATHAN.

            Tu n’es que ung fol ; n’en parle plus.

            Vien t’en au goufre plutonique                                 1630

            Avec Nestor, Sabellinus,

            Valentin et Macedonique,

            Maxcien, et maint heretique

            Aultre que je ne nomme pas.

            Ilz te attendent entre eulx la bas.                   1635

MACHOMET.

            Ilz te atendent entre eulx la bas,

            Avec Cerde et le faulx Pellage,

            Nescoridés et Nicolas,

            Jehan d’Anthioche et son bernage,

            Et de Vauldois tant que c’est rage,             1640

            Qu’on dit : les pouvres de Lyon,

            Ilz sont la plus d’ung myllion.

SATHAN.

            IIz sont la plus d’ung million,

            Tant Arriens que Manichees,

            De Templiers grande legion,                           1645

[v°]             Sarguntes et Saducees ;

            Quand au regard des Farisees,

            Ilz y sont assiz au hault bout.

            Vien avec nous, tu verras tout.

MACHOMET

            Vien avec nous, tu verras tout.                               1650

            Aussi chacun quert son semblable.

            Nous aurons a toy plus de goust

            Qu’a ung aultre moins miserable.

            Veez cy nostre pere le diable,

            Qui nous sçaura bien eschauffer                         1655

            En son puant goufre d’enfer.

SARQUIS

            En son puant goufre d’enfer

            Suis appareillé de descendre.

            Hau ! Roy des dannez, Lucifer,

            Fey convertir mon corps en cendre                         1660

            Et mon ame a tes sergens prendre,

            Pour m’oster de honte si grande.

            A tous les diables me commande.

Cy se œuvre la terre et entrent dedens Machomet et Sarquis.

LE DUC

            O chevaliers, referons a Dieu gloire

                        De la victoire                                                 1665

            Que aujourdhuy avons eue.

            Porter povons ceste palme en memoire

                        De l’aurore

            Que nous avons receue

            Puisqu’elle est sceue                                        1670

            Et d’entree et d’issue

                        Pure conceue

            Disons ce beau mot d’elle :

            En son concept sans tache toute belle.

LE PREMIER CHEVALIER.

[f.142]            Recommençons nostre sollenmté                      1675

                        En unité

            En joie et en leesse.

            Que maint beau dit soit d’elle recité

                        Par la cité

            Et rejectons tristesse                                                1680

Nostre princesse.

            …………………..

                        Fleur de noblesse

                        Laquelle nous pourchasse

            La paix de Dieu et l’amour et la grace !

LE SECOND CHEVALIER.

            Vive le chef des glorieux Normans,                     1685

            Parfaictz amans

            De la digne pucelle.

            Il n’est point leu hystoires ne romans

            Qu’ilz soient servans

            Quelque villanye d’elle.                           1690

LE PREMIER CHEVALIER.

            Mais on l’appelle

            La dame toute belle,

            D’originelle

            Lesion separee,

            Nette maison pour le Roy preparee                1695

LE DUC.

            Pour faire fin, recommançons noz chans,

            Les cieulx perchans,

            Pour l’honneur de la dame.

            Invitons clercz, nobles, bourgoys, marchans,

            Et gens des champs                                          1700

            Lui offrir corps etame,

            La pure gemme

            Que sur toute aultre j’ame.

            Sus ! qu’on proclame

            Ce chant ou il y a :                                                 1705

            Tota pulcra es, amica mea.

                                                Fin dudit mistere, et chantent les chantres de ladite chappelle du duc.



[1] L’édition porte « Quoy pys ? ». Le système de rimes est altéré par la présence des citations latines, mais il semble que la logique du vers comme le sens appellent cette correction.

[2] P. Le Verdier lit polués