Présentation du site

Le site de l’Incoronata se situe en Italie du Sud, près de la côte ionienne, dans le golfe de Tarente, dans l’actuelle région de la Basilicate (Fig.1). Il se trouve sur une basse colline alluviale, située sur la rive droite du fleuve Basento. C’est une des caractéristiques des sites indigènes de cette région et de cette époque de se retrouver en position haute ; cette localisation géographique permet ainsi de contrôler la plaine et le cours inférieur des fleuves, autrefois navigables.

Le site appartient en fait à un plateau, un "complexe collinaire" (Fig.2) : on peut différencier les collines de l’Incoronata dites « indigènes » et de S. Teodoro, ainsi que la colline de l’Incoronata appelée « greca » dans la littérature. Ce complexe, qui se trouve à sept kilomètres de Métaponte, dans les terres, domine donc la vallée fluviale. Cette situation géographique permet aisément la pénétration dans les terres de l’Italie ; en outre, ces sites dominent une grande terrasse marine très fertile, dotée de ressources variées - argile, sources, également quelques bois à proximité, pourvoyeurs d’une faune variée - : on comprend d’autant mieux l’attrait qu’a pu avoir un tel endroit pour des migrants précoloniaux.


La première colline, indigena, a révélé des fosses, des restes d’habitat et du matériel indigènes ; l’habitat serait abandonné à la fin du VIIIe siècle av. J.-C.  Non loin a été fouillée une nécropole de 24 tombes, dont certaines remonteraient à la fin du IXe siècle av. J.-C. et les plus récentes seraient à situer entre le deuxième et le troisième quart du VIIe siècle av. J.-C. et contiendraient les mêmes types de matériel retrouvé dans les dépôts de l’Incoronata greca. On a également retrouvé des traces d’habitat sur la colline de San Teodoro, avec pareillement de la céramique oenôtre, et même parfois des vases arborant le répertoire de la céramique iapyge. L’habitat se termine également à la fin du VIIIe siècle av. J.-C. Quant à la nécropole, elle ne comprend pas moins de 335 tombes, courant du IXe au VIIIe siècle av. J.-C., et semble donc s’arrêter en même temps que l’habitat de la même colline.
On pourra donc retenir que la fin des habitats indigènes semble concorder chronologiquement, comme on va le voir par la suite, avec l’avènement de l’établissement de l’Incoronata greca dans la seconde moitié du VIIIe siècle av. J.-C., tandis que la nécropole indigène continue d’être utilisée jusqu’au troisième quart du VIIe siècle av. J.-C. – époque de la fin de l’établissement de l’Incoronata greca – tout en présentant néanmoins un facies de moins en moins indigène.

La question, par ailleurs, de l’identité – grecque, indigène ou mixte – des établissements du VIIe siècle av. J.-C., dans la zone de Policoro et de Métaponte,  n’a jamais été autant d’actualité dans la recherche archéologique, ainsi que les questionnements relatifs à leur fonction, leur dynamique et leur articulation. Cette question est également au cœur des recherches récentes sur la colline de l’Incoronata, liées à la reprise des fouilles sur le site depuis 2002 par l’équipe archéologique de l’Université Rennes 2 dirigée par le professeur M. Denti.

Toutefois, il convient d'abord de présenter les premières fouilles de ce site et les interprétations qui en ont découlé alors.

Suite

Figures

vue aérienne Incoronata 2011Colline de l'Incoronata Vue aérienne de la colline. Crédits : équipe Rennes 2 Incoronata, 2011.
carte italie du sudFig.1. Carte Italie du SudCarte de différents sites de l'âge du Fer en Italie du Sud, Voir
complexe collinaire incoronataFig.2. L'Incoronata"Complexe collinaire" de l'Incoronata, Basilicate. Voir

A voir aussi

Plus d'informations

Mario DENTI : "Gli Enotri - e i Greci - sul Basento. Nuovi dati sul Metapontino in età proto-coloniale"

Mario DENTI et Mathilde VILLETTE : "Ceramisti greci dell’Egeo in un atelier indigeno d’Occidente. Scavi e ricerche sullo spazio artigianale dell’Incoronata nella valle del Basento (VIII-VII secolo a.C.)"

Clément BELLAMY : "Réflexions méthodologiques sur la fonction et la destination de la céramique d’un site de production gréco-indigène : l’Incoronata (Italie) entre VIIIe et VIIe siècles av. J.-C."

Mathilde VILLETTE : "La constitution de référentiels régionaux de datation et de provenance. Approches croisées entre archéologie, céramologie et archéométrie sur le site de l’Incoronata (Italie)"


Free Dreamweaver template created with Adobe Dreamweaver