ALTA (American Literary Translators Association)

Bien que la traduction littéraire ne soit pas considérée comme une profession en tant que telle, il existe néanmoins aux États-Unis une organisation qui réunit des traducteurs littéraires de renom  : l’ALTA, Association des Traducteurs Littéraires Américains. Cette association, unique en son genre aux États-Unis et consacrée à la traduction littéraire, a été fondée par Rainer Schulte et A. Leslie Wilson en 1978, à l’Université du Texas à Dallas. Les membres de cette association, par le biais de la traduction littéraire, étudient la communication et la culture des pays d’où proviennent les livres qu’ils traduisent.

En effet, la traduction littéraire est considérée comme une forme de traduction technique, elle ne se limite pas uniquement à traduire des mots. Elle consiste également (et surtout) à retranscrire les références culturelles et les émotions des personnages en utilisant les expressions adéquates.

L’ALTA remet chaque année 2 prix, estimés chacun à 5 000 $  : le National Translation Award (NTA) et le Lucien Stryk Prize (LSP). Le NTA récompense, au cours d’une conférence, un traducteur pour sa contribution à la traduction littéraire. Pour qu’un traducteur ait la chance de remporter ce prix, il doit être citoyen ou résident américain et doit avoir effectué la traduction d’un drame, d’une fiction ou d’un recueil de poèmes vers l’anglais, quelle que soit la langue source. L’objectif de l’attribution de ce prix est de valoriser le statut et la reconnaissance des traducteurs littéraires. Le LSP, créé en 2009 par le poète et traducteur de poésies chinoises et japonaises Stryk, récompense un traducteur ayant effectué une traduction d’une langue asiatique vers l’anglais. Chaque année, l’ALTA réunit des éditeurs et des traducteurs afin de nominer les traductions de poésies ou d’œuvres littéraires asiatiques en anglais.

Le programme des conférences organisées au sein de l’ALTA varie selon les jours. Lors de ces conférences, les membres de l’organisation peuvent entamer des discussions sur les différentes facettes de la traduction littéraire, organiser des séances de lecture bilingue de traductions en cours ou récemment publiées, s’entretenir entre eux ou avec les éditeurs. Ils traitent aussi de la question des stratégies et des techniques de traduction spécifiques à telle langue ou tel genre.

Lien source de l’article

Kévin Ezanno