Quelles combinaisons linguistiques pour réussir en tant qu’interprète ?

Beaucoup d’étudiants en interprétariat se demandent quelles langues sont les plus susceptibles de leur fournir une quantité de travail suffisante pour pouvoir vivre de leur futur métier.

Il est bien connu que certaines combinaisons de langues offrent moins de chances de succès professionnel que d’autres considérées comme plus exotiques. En effet, certaines langues romanes telles que l’espagnol, l’italien ou le français, parlées par un grand nombre de personnes, sont très courantes en Europe et de fait moins recherchées que des langues comme l’islandais ou l’estonien. Ces langues possèdent moins de locuteurs mais sont en comparaison plus recherchées parce que moins communes.

Devrions-nous laisser d’autres personnes nous influencer quant à choisir quelles langues nous devrions apprendre ?

Quelqu’un pourrait vous inciter à apprendre une nouvelle langue et vous pourriez relever le défi et tomber amoureux d’une culture alors inconnue. Ou bien vous pourriez vous fixer des objectifs irréalisables et échouer dans cette nouvelle entreprise pour finir déçu que quelqu’un vous ait un jour insufflé cette idée.

La vérité est que l’apprentissage d’une langue est une décision qui n’appartient qu’à vous. Il ne s’agit pas uniquement de grammaire ou d’orthographe, il s’agit aussi d’une culture, d’un peuple, c’est pourquoi le choix d’une langue doit aussi être motivé par un sentiment d’appartenance à une certaine mentalité ou façon de penser. Vous devez être curieux de découvrir les pays dans lesquels la langue que vous avez choisie d’apprendre est parlée, et pouvoir vous sentir proche de ces pays. Ainsi, si vous décidiez d’apprendre l’islandais ou l’estonien simplement parce que vous savez que ces langues pourraient vous fournir du travail en tant qu’interprète, mais que vous ne vous sentiez pas en accord avec ces cultures, il se pourrait que vous abandonniez vite l’apprentissage de ces langues.

La page Facebook du service interprétariat de l’Union Européenne informe les (futurs) interprètes des combinaisons de langues les plus recherchées par les employeurs, mais il est évident que la décision finale d’apprendre une langue ou non revient à chacun.

Amélie Wadoux

Source : http ://theinterpreterdiaries.com/category/languages/