Qu’est-ce que la traduction ?

On pourrait penser la question un peu bête, mais en réalité pas du tout ! En effet, quand on pose cette question, on se rend compte que la réponse est parfois un peu – ou totalement à côté de la plaque. Alors halte aux idées reçues, il est temps de mettre les points sur les i !

La traduction c’est « l’énonciation dans une autre langue (ou langue cible) de ce qui a été énoncé dans une langue (la langue source), en conservant les équivalences sémantiques et stylistiques. » (Le Larousse).

Voilà une belle définition, mais qui n’éclaire pas tout.

La traduction, comme le dit la définition, c’est passer un texte en langue cible dans une langue source. C’est donc un travail écrit. De plus, le travail du traducteur est conditionné par les langues qu’il maîtrise, ce qui semble logique, mais aussi par son origine ! En effet, la traduction ne s’effectue en théorie que d’une langue source que le traducteur doit bien maîtriser vers une langue cible qui doit être la langue maternelle de ce même traducteur !

Pourquoi cela ? Et bien c’est l’assurance de la qualité d’une bonne traduction. En traduisant vers sa langue maternelle, le traducteur est capable d’adapter le texte à toutes les références culturelles, les styles et les usages de sa propre langue. Le client est donc sûr de retrouver les idées et nuances du texte source adaptées à la région où est destiné le document.

La traduction se différencie de l’interprétariat qui est une pratique orale. Traduction et interprétariat ne font pas appels au même champ de compétence et c’est pourquoi les formations pour l’interprétariat et la traduction sont distinctes.

–          « De toute manière, n’importe qui peut être traducteur, il suffit juste d’utiliser les dictionnaires et traducteurs en ligne. »

Eh bien je ne sais pas vous, mais moi j’aimerais bien voir cela !

La traduction est un art plus compliqué qu’il n’y paraît, et je renvoie ceux qui souhaiteraient en apprendre plus sur la traduction automatique vers les articles de mes collègues. De plus, au sein même de la traduction, il existe plusieurs spécialités :

–          Traduction économique et financière

–          Traduction audio-visuelle

–          Traduction littéraire

–          Traduction localisation

Pour ne citer qu’elles, car il y en a encore bien d’autres ! Il y en a pour tous les goûts. Certaines de ces spécialités ont même des formations qui leur sont propres car beaucoup nécessitent plus que des compétences linguistiques. Grâce à ces spécialités, le traducteur est à même d’exercer dans un domaine qui lui plait, et où il peut faire preuve de connaissances approfondies en la matière. Ce que l’on ne peut obtenir avec un simple dictionnaire.

Enora Lopez