Le coût des traductions de mauvaise qualité

La qualité d’une traduction peut souvent être prise pour acquise. Une traduction de qualité est une traduction précise, sans aucune erreur de sens, ayant fait l’objet d’un travail de recherche complet. Un bon traducteur sait se faire oublier, un texte bien traduit ne sera pas lu comme une traduction, mais comme un texte original, alors qu’une traduction de mauvaise qualité saute immédiatement aux yeux d’une personne qui la lit dans sa langue maternelle. Les conséquences et les coûts engendrés par une traduction de mauvaise qualité sont souvent sous-estimés.

La Commission européenne a mené une étude visant à identifier les coûts liés à une traduction de mauvaise qualité. Elle prend en compte les dommages aux citoyens et aux entreprises, aux quiproquos juridiques ou aux procès qu’elles risquent de conduire. Cette étude montre que les efforts pour rendre une traduction de qualité sont absolument essentiels et chaque centime compte. En effet, ces coûts constituent une réelle économie sur le long terme, et il est plus onéreux de corriger des erreurs que d’avoir dès le départ une traduction de bonne qualité. L’amélioration de la qualité d’une traduction diminue le coût dû à la mauvaise qualité : pour la plupart des entreprises, les coûts afférents à la qualité d’une traduction représentent entre 25 à 40 % de leurs charges d’exploitation.

Alors, comment éviter ces mauvaises traductions ? Le meilleur moyen est d’établir un système de qualité mit en place tout au long du processus de traduction. Il est appliqué avec les normes ISO lors de chaque processus. Par exemple, la norme ISO 8402 définit la « qualité » comme étant « l’ensemble des caractéristiques d’une entité qui lui confèrent l’aptitude à satisfaire des besoins exprimés et implicites ». En clair, une traduction doit satisfaire les besoins du client et correspondre complètement à l’intention ainsi qu’au message du document original. La qualité comprend deux sous-ensembles : la qualité du processus et la qualité du résultat. La qualité du résultat consiste à livrer le produit ou le service dans le respect des délais convenus.

Prenons l’exemple de la Direction générale de la traduction de la Commission européenne. Elle constitue un centre d’excellence, et a le devoir de fournir à l’UE un travail de haute qualité dans les vingt-quatre langues de travail officielles. Cette institution constitue une référence clé pour les sociétés de traduction professionnelle. Elle assure un niveau de qualité élevée et élimine les coûts et les conséquences résultant de traductions de mauvaise qualité. Ce processus garantit ainsi aux clients des standards élevés ainsi que des économies budgétaires.

Carole Rigoni

Source : http ://feedly.com/index.html#subscription %2Ffeed %2Fhttp %3A %2F %2Fwww.traductionsettraducteurs.fr %2Ffeed %2F