Une profession aux multiples visages

La traduction est une industrie très diverse. Elle nécessite une maîtrise spécialisée de la langue mais peut avoir différentes spécialités : traduction littéraire, financière, juridique, pharmaceutique, publicitaire ou gouvernementale, ce qui lui donne un aspect encore plus passionnant. Il existe de nombreux cabinets ou agences de traduction se spécialisant dans un domaine particulier. Il faut alors être rigoureux en termes de traduction spécialisée. Les cabinets ou agences ayant des projets en collaboration avec des sociétés fédérales, administrations et de nombreux clients dans le secteur privé se doivent de fournir un travail de qualité. Ils vont alors mettre en place un processus rigoureux depuis la sélection des traducteurs jusqu’au contrôle mensuel de la qualité du travail produit. Il est rare que ceux-ci emploient des pigistes cela dépend de la demande des clients pour certaines langues étrangères.
Les agences de publicité font aussi appel à une équipe linguistique. Il ne s’agit pas que de traduire le contenu mais de l’adapter en fonction des objectifs des clients, du marché et la culture du public cible. Traduire un document publicitaire demande un travail assez complexe, « Il faut savoir jouer avec les mots, aller droit au but et attirer l’attention, nos traducteurs doivent posséder des connaissances techniques, une souplesse de la langue et un niveau rédactionnel supérieur » explique Anne-Marie Gauthier, chef de l’équipe linguistique de l’agence de publicité Cossette.
Dans les secteurs très spécialisés comme l’économie, certaines banques et organismes ont commencé à traduire leurs documents en créant leur propre service de traduction pour faire face à la demande. Cela permet de contrôler et assurer une meilleure qualité de traduction pour un secteur qui demande une terminologie précise. Par exemple, la Banque TD a reçu un prix Mérite du français de l’Office québécois de la langue française saluant leur qualité de traduction dans un secteur aussi spécialisé.
De nombreux cabinets emploient un grand nombre de traducteurs et possèdent un chiffre d’affaires impressionnant. Pourtant, certains estiment ne pas avoir atteint leurs objectifs et veulent un rayonnement dans le monde entier. C’est pour cela que le cabinet TRSB emploient des traducteurs stagiaires, les forment afin qu’ils soient par la suite plus expérimentés et autonomes.
Bien que la traduction ait pris une tournure spécialisée, elle reste tout de même une spécialité artistique et culturelle. Que ce soit la traduction de romans, pièces de théâtre, doublage et sous-titrage, il y a un intérêt majeur dans la communauté des traducteurs pour ces spécialités. Les traducteurs littéraires sont avant tout des artistes mais ceux-ci font face à une grande précarité. La traduction spécialisée serait-elle alors une nouvelle solution ?

Krysten Arnolin

Source :http ://affaires.lapresse.ca/portfolio/industrie-de-la-traduction/201409/23/01-4802755-une-profession-aux-visages-multiples.php