Interprétariat et traduction juridiques : deux choses très différentes

Tout comme parler est différent d’écrire et écouter différent de lire, interpréter est différent de traduire. Pourtant, dans la vie de tous les jours les deux termes se confondent facilement. On peut demander à un ami bilingue de traduire pour nous des paroles, alors qu’en réalité le terme correct serait d’interpréter. Interpréter, c’est ce qui est lié à la parole, et traduire, ce qui est lié à l’écrit. Ce sont deux choses bien différentes et qui demandent chacune des capacités distinctes.
Par ailleurs, cet ami bilingue pourra facilement jouer les interprètes pour vous aider à commander un repas en restaurant, et même vous faire une traduction tout à fait acceptable du menu. Cependant, dans un tribunal ou une salle de conférence, face à une pression importante et à un vocabulaire hautement spécialisé, le simple fait d’être bilingue ne suffit pas. Et dans notre monde multilingue, c’est la raison pour laquelle les interprètes judiciaires sont très prisés.
Il faut garder à l’esprit qu’un interprète judiciaire qualifié n’est pas pour autant un traducteur juridique. Les deux fonctions sont très différentes. En effet, un interprète doit développer des capacités de mémoire à court terme et doit être capable de restituer avec rapidité un vocabulaire spécifique. Peu de personnes bilingues sont capables de suffisamment développer ces qualités pour faire de l’interprétation consécutive. Lorsqu’ils le peuvent, cela ne fait pas d’eux des traducteurs. Un traducteur doit, lui, maîtriser toutes les subtilités de l’écrit et utiliser toutes sortes de références et de règles d’usage. Il a la capacité de transmettre le sens d’une langue à une autre, changeant de mots, de grammaires, de structures et de styles tout en préservant l’intégrité du texte original. Les bons traducteurs traduisent généralement dans un sens uniquement, c’est-à-dire d’une certaine langue source vers une langue cible déterminée.
Dans le domaine juridique la différenciation entre les deux fonctions est fondamentale. Dans l’industrie des langues, il y a une distinction claire entre un interprète et un traducteur. Il y a des diplômes propres à chacun, auxquels s’ajoutent des qualifications supplémentaires dans des domaines spécialisés, comme le domaine juridique. Les services de traduction juridique sont un service spécialisé à l’intérieur même d’un service spécialisé. Les entreprises qui ont besoin d’un expert en traduction juridique doivent donc être conscientes de cela, et vérifier les diplômes du professionnel avant de lui confier un travail.
Dans la vie de tous les jours, on a tendance à oublier que parler ou écrire font appel à des capacités bien différentes, car on passe de l’un à l’autre avec facilité. Or, dans le domaine juridique, la différence entre interpréter et traduire doit impérativement être établie. Ce sont certes des domaines liés, mais loin d’être identiques.

Julie PRIMAULT

http ://blog.languagetranslation.com/legal-interpreting-and-translating-services-two-very-different-things