Sept erreurs à ne pas commettre lorsque vous faites traduire votre site Internet

Faire traduire votre site internet est incontestablement un plus pour élargir votre audience et votre visibilité. Il n’est toutefois pas simple de s’y atteler du jour au lendemain sans s’emmêler les pinceaux. Voici donc un récapitulatif des sept erreurs à éviter lorsque vous vous lancez dans ce projet.

1. Embaucher des contributeurs internes pour rédiger vos contenus d’origine

Vos responsables produits, chargés de communication et autres managers n’ont pas les compétences nécessaires pour cela. Bien sûr, ils seront en mesure de vous aider dans votre projet et il ne vous faudra pas les laisser de côté. Cependant, en ce qui concerne la rédaction de vos contenus d’origine, un seul choix s’impose si vous souhaitez obtenir un travail de qualité : engager un rédacteur web professionnel.

2. Ne pas finaliser vos contenus avant de commencer à les faire traduire

Vous précipiter ne sert à rien : prenez bien le temps de valider vos contenus, quitte à les vérifier plusieurs fois, avant d’entreprendre la traduction de votre site. Il faut que vous gardiez en tête qu’en multipliant les versions et en soumettant des modifications et des corrections en cours de route, vous rallongez automatiquement les délais et pouvez nuire à la qualité finale de vos traductions. Mieux vaut donc vous assurer que tout est rédigé exactement comme vous le souhaitez avant de livrer vos contenus au traducteur, afin qu’il puisse travailler en toute sérénité par la suite.

3. Accorder une confiance aveugle à votre prestataire web

Il est essentiel de vérifier que votre prestataire web ait de l’expérience dans la conception de sites multilingues. Sans cela, vous risquez d’avoir quelques mauvaises surprises une fois votre site web mis en ligne, par exemple de petites erreurs qu’il est souvent trop tard pour corriger. Le mieux reste de poser toutes vos questions à votre prestataire web et de lui demander de vous fournir des exemples avant de vous engager avec lui.

4. Délaisser le référencement lors de la traduction de votre site

Le référencement international est trop souvent laissé de côté. C’est pourtant une composante essentielle de votre démarche : comment espérer obtenir un bon retour sur votre investissement web si aucun moteur de recherche ne peut trouver votre site ? Pour ouvrir vos portes aux marchés de l’étranger, ne négligez surtout pas cette étape importante.

5. Négliger la traduction des contenus non-textuels et des boîtes de dialogue

Afin d’obtenir un résultat parfait, il est important de ne pas délaisser les éléments graphiques contenant du texte, tout comme les contenus des divers formulaires et les écrans de confirmation ou d’erreur. Mettez-vous à la place de l’internaute anglophone qui envoie son formulaire de contact : il doit pouvoir savoir si vous avez reçu son message ou pas, ainsi qu’être capable de déchiffrer un quelconque message d’erreur afin de savoir comment agir.  De même, les images doivent être localisées pour permettre une compréhension optimale.

6. Démarrer le projet sans réunir l’équipe web et les traducteurs au préalable

Une réunion avec le webmaster, le rédacteur, les experts métier en interne et le traducteur prenant part au projet est plus que conseillée. Le traducteur doit disposer des mêmes informations que les autres personnes impliquées, en particulier que le rédacteur, qui lui fournira des documents de référence pour l’aider dans ses recherches, et le webmaster, avec lequel il pourra régler les questions techniques. Souvenez-vous qu’un bon site internet se fait en équipe, et que votre traducteur en fait partie.

7. Envoyer l’URL de votre site à un traducteur et demander un devis

Dès lors que votre site web représente plus qu’une simple site vitrine de quatre ou cinq pages, il vaut mieux laisser votre webmaster s’occuper de transférer tout vos contenus au traducteur. En effet, votre professionnel web saura exporter l’intégralité de vos contenus traduisibles dans un format qui rendra la tâche du traducteur plus aisée, tout en garantissant qu’il n’y ait aucun oubli.

Blandine LANGLET