10 expressions intraduisibles

             Traduire des expressions peut constituer un vrai défi, surtout lorsque certaines ne sont absolument pas traduisibles d’une langue à une autre. Il existe des expressions qui englobent des concepts tellement précis et complexes qu’il est parfois impossible de transmettre leur sens exact en les traduisant. Voici donc quelques exemples de ces expressions qui donnent du fil à retordre aux traducteurs.

Serendipity (anglais) : ce mot fut inventé par Horace Walpole en 1754. ILdésigne la capacité à découvrir une chose désirée, mais de manière accidentelle.

Schadenfreude (allemand) : c’est une expression qui date de 1895. Il s’agit du plaisir procuré par le malheur des autres.

– Tartle (écossais) : on connaît tous ce moment embarrassant où l’on doit présenter une personne dont on a oublié le nom. Et bien les écossais ont un verbe pour ça.

Hygge (danois) : il s’agit d’un verbe qui veut dire « passer un moment relaxant, chaleureux et cosy avec ses amis ».

L’esprit de l’escalier : cette expression française désigne ce moment où l’on pense à ce que l’on aurait pu dire de plus juste une fois la conversation terminée.

Koev Halev (hébreux) : c’est une expression qui désigne le fait de ressentir la douleur de quelqu’un, à tel point que l’on souffre également.

Chuzhbinia (bulgare) : les Bulgares utilisent ce mot pour parler de n’importe quel endroit sur terre qui se trouve en dehors de la Bulgarie.

– Dépaysement  : « Homesickness » en anglais ne serait pas une traduction assez forte. Ce mot français est quasiment impossible à traduire dans d’autres langues, puisqu’il désigne la sensation d’être un étranger dans un pays que l’on ne connaît pas.

Duende (espagnol) : ce mot est considéré comme le mot espagnol le plus difficile à traduire. Il désigne la réaction émotionnelle d’une personne face à une œuvre d’art, mais est également employé pour parler du charme de quelqu’un.

Mamihlapinatapei (birman) : c’est lorsque les regards de deux personnes attirées l’une par l’autre se croisent, mais que toutes deux soient trop hésitantes pour engager quoique ce soit.

            C’est pourquoi il convient de s’assurer que les traducteurs soient bilingues dans la langue source et la langue cible lorsque l’on traduit des contenus multilingues, afin de conserver le sens du message original.

Charlotte Longuèvre

Source : http ://www.smartling.com/blog/2014/10/29/translating-expressions-10-common-terms-that-dont-translate-well/