Les traducteurs, des artistes ?

Lors d’une traduction, nous utilisons plutôt nos propres mots. Nous choisissons comment rendre la réelle signification du message du texte en langue originale.Il est alors notre devoir de choisir les termes appropriés à la compréhension de celui-ci. Nous sommes alors « co-auteurs » de cette traduction.

Il en est d’ailleurs le cas lors d’une traduction littéraire. Nous nous efforçons de rendre les émotions et les sentiments afin que le texte n’en perde les couleurs. Cela relève d’un travail autre que la traduction en elle-même, le ressenti du traducteur. L’exemple le plus démonstratif est celui de la traduction d’une poésie. Comment rendre le message de celle-ci tout en restant fidèle aux caractéristiques la distinguant ? Comment représenter les rimes, hyperboles ou autres allitérations en langue traduite ? Dans ce sens, le processus de création s’établit. Le traducteur doit par conséquent, faire quelques changements grammaticaux voire recréer le sens de certaines phrases.

Nous ne pouvons donc nier que le traducteur a plus d’une corde à son arc. Il peut choisir entre manipulation linguistique et création. Toutefois, il faut faire attention à ne pas trop se laisser emporter par la création, ce qui pourrait nous amener à dénaturer le message du texte original.

Krysten Arnolin

Source : http ://blog-de-traduction.trustedtranslations.com/2014/12/18/traducteurs-createurs/#utm_source=feedly&utm_reader=feedly&utm_medium=rss&utm_campaign=traducteurs-createurs