Les outils seraient à l’origine du langage

L’homme possède de nombreux moyens de communication, comme la gestuelle, l’écriture… mais c’est sans aucun doute le langage qui lui permet d’être compris le plus rapidement et efficacement. Les scientifiques, linguistes et autres spécialistes cherchent encore l’origine de l’apparition du langage dans les mœurs de l’espèce humaine. Certes on peut voir une évolution physiologique au niveau du développement des cordes vocales au fil du temps, mais comment expliquer que le langage soit devenu une nécessité chez l’homme ? Difficile de savoir, étant donné qu’on ne peut dater l’apparition du langage comme on peut dater des pierres ou des animaux fossilisés.

Thomas Morgan, psychologue à l’université de California Berkeley apporte une nouvelle hypothèse à cette question. Il pense que le langage est né du besoin d’étendre l’utilisation des outils.

Morgan a décidé de vérifier cette hypothèse à l’aide d’une expérience menée sur 184 étudiants de l’université de St Andrews au Royaume-Uni. Ces étudiants ont été répartis en 5 groupes. Dans chaque groupe, on apprend à un étudiant comment construire un outil particulier, avec des morceaux de pierre que l’on taille avec une deuxième pierre. Cet étudiant doit à son tour montrer à son groupe comment construire cet outil rudimentaire. Seulement, chaque groupe se voit attribuer une méthode de transmission de savoir différente.

Dans le groupe 1, on montre aux étudiants des outils finis, on leur donne le matériel pour en construire un sans donner plus d’instructions. Dans le groupe 2 les étudiants construisent l’outil juste en regardant l’étudiant sélectionné le construire, sans aucune autre interaction. Dans le groupe 3, les étudiants travaillent tous ensemble mais sans communiquer aucune gestuelle. Dans le groupe 4, les étudiants sont autorisés à faire des gestes, mais pas à parler. Enfin dans le groupe 5, les étudiants peuvent parler et faire autant de gestes qu’ils souhaitent.

Différents modes de transmissions de savoirs sont ainsi recréés. Au cours de l’expérience plus de 5 000 outils ont été construits. On constate que les étudiants n’ayant pas reçu d’instructions particulières ont construit des outils défaillants, aux traits plutôt grossiers et inachevés. Ceux qui ont pu observer la fabrication seulement ont obtenu des résultats légèrement meilleurs. En revanche, les groupes ayant pu parler et faire des gestes ont donné des résultats bien plus satisfaisants. On a en effet quatre fois plus de chance d’obtenir un outil viable et utilisable ainsi.

Que retirer de cette expérience ? Le fait que l’on apprend beaucoup mieux en étant supervisé et lorsque l’on peut nous corriger au fur et à mesure. Les consignes orales sont très importantes. Cependant, en conclure tout de suite que le langage soit venu avec le besoin de répandre l’utilisation de ces outils semblent assez précipité. Il s’agit d’outils dont on s’est servi pendant plus de 700 000 ans ; si le langage avait été présent, on peut supposer que ces outils auraient été améliorés plus rapidement. Cependant, il est indéniable qu’un système d’enseignement ou qu’un mode de transmission ait été mis en place. Morgan pense à un protolangage, des prémices du langage en quelque sorte, comme des sons ayant une certaine signification, ou des mots très sommaires.

Cette étude reste très critiquée par d’autres chercheurs. Selon eux, elle ne recrée pas les conditions réelles étant donné que les élèves ont tous grandi doué de parole et d’un système de langage et d’apprentissage très ancré. De plus, le temps donné aux élèves sélectionnés au début pour mémoriser la création de l’outil était plutôt court.

Morgan n’a donc fait que soulever d’autres questions quant à l’origine du langage. Les outils sont-ils nés grâce au langage ou ont-ils participé à la création du langage ? Le débat reste ouvert.

Manon Osmont

Source : http ://www.zmescience.com/science/archaeology/evolution-of-language-linked-tools-0534543/