Traduction : l’homme contre la machine

Le métier de traducteur a-t-il un avenir dans un monde où des services de traduction automatique prennent de plus en plus d’ampleur ?

En plus d’être un domaine très peu connu, la traduction est un service qui est souvent considéré comme étant très onéreux. De ce fait, de nombreuses personnes se tournent vers des services de traduction automatique gratuits, notamment Google Translate. Si ce service peut s’avérer très utile, il est loin de remplir tous les critères lorsqu’il s’agit de fournir des traductions correctes.

Ces outils en ligne et gratuits utilisent une base de données et différentes règles pour la construction des phrases de leurs traductions.

Google Translate, par exemple, est un outil dont l’approche est statistique et sa base de données est le contenu du web. Ne possédant pas toutes les informations sur tous les sujets, il existe beaucoup d’erreurs et dans ce cas, il est nécessaire de faire un travail de post-édition où un traducteur corrigera, à l’aide du document source, les erreurs commises par le service. De plus, l’ordre des mots varie énormément entre les différentes langues et peut induire ces outils en erreur. Enfin, toutes les expressions idiomatiques sont très mal prises en charge, car elles font référence à une réalité dans un pays qui n’existe pas forcément dans la langue cible.

Même si ces services gratuits ont énormément évolué et continuent d’être développés, il faut les utiliser avec précaution. En effet, on ne le répètera jamais assez, les traductions de mauvaise qualité peuvent avoir des impacts non négligeables (notamment dans le domaine médical ou juridique).

Pas d’inquiétude à se faire donc, les traducteurs professionnels sont toujours très demandés et fournissent des traductions de bien meilleure qualité.

Servanne Vandenbroeck