Le traducteur juridique en France

Qu’est-ce qu’un traducteur juridique ?

Un traducteur juridique, c’est un traducteur technique expert en notions juridiques. Ce dernier est amené à traduire une multitude de documents différents, allant du testament au contrat de mariage en passant par les statuts d’entreprises.Un traducteur juridique, comme tout autre traducteur, doit parfaitement maîtriser ses langues de travail. Il doit également connaître parfaitement le fonctionnement des systèmes juridiques associés à ces langues.
Aussi, la traduction juridique est un domaine où le langage utilisé est très réglementé, le traducteur doit donc être rigoureux et veiller à traduire les tournures de phrases de la manière appropriée. Pas besoin donc d’être très créatif, puisque les documents traduits doivent impérativement être fidèles aux originaux, pour le fond comme pour la forme.

Devenir traducteur juridique

Pour devenir traducteur juridique, il faut intégrer, pour une durée de cinq ans, une école de traduction ou un cursus en Langues Étrangères Appliquées (LEA) à l’université. Cependant, ces écoles et universités apportent généralement une formation générale en traduction et peu disposent d’une formation spécialisée en traduction juridique.
Comme nous l’avons évoqué en début d’article, le traducteur juridique doit parfaitement maîtriser le fonctionnement des systèmes juridiques associés à ses langues de travail, c’est pourquoi il est nécessaire (ou du moins, vivement conseillé) d’également se former en droit.

Devenir traducteur assermenté

Le caractère souvent officiel des documents à traduire incite généralement le traducteur juridique à devenir traducteur assermenté. En effet, le traducteur assermenté est un officier ministériel dont le cachet et la signature portés sur un document traduit assurent que ce dernier est conforme et fidèle à l’original.
Pour devenir traducteur assermenté et donc expert traducteur, il faut postuler auprès du ministère des affaires étrangères (dossier à retirer auprès du Tribunal de Grande Instance de sa circonscription). Une fois l’agrément obtenu, le traducteur peut travailler pour des particuliers, mais aussi pour les tribunaux ainsi que pour les instances administratives et juridiques. Il peut aussi lui être demandé d’effectuer des missions d’interprétation dans le cadre de gardes à vue ou d’audiences par exemple. L’expert traducteur est généralement un travailleur indépendant qui exerce cette fonction en plus d’autres travaux de traduction.

La demande de traduction juridique est actuellement plus forte que l’offre de traducteurs disponibles, alors si vous pensez que ce métier pourrait vous correspondre, n’hésitez plus !

Aline Libert

Source : http ://ideatraduction.com/la-traduction-juridique-en-france/