Comment maîtriser la traduction marketing ?

Ce domaine cache une double difficulté : non seulement vous devez traduire correctement le texte source, mais vous devez aussi transmettre un message qui provoque le même impact sur les clients, pour les encourager à acheter ! Le traducteur marketing a donc avant tout une bonne plume, il a un profil plus rédactionnel que technique.
Vous souhaitez vous lancer dans la traduction marketing ? Alors suivez ces conseils pour façonner des messages efficaces !

Adoptez la technique de la transcréation

Un consommateur évolue dans une culture et un cercle social donnés. Ces milieux ont des expressions idiomatiques, des métaphores et des jeux de mots qui leurs sont propres. Une traduction littérale est donc hors de question : les meilleurs traducteurs marketing utilisent la méthode de la transcréation. Il s’agit de donner une valeur ajoutée à la traduction en faisant appel à des spécialistes du marketing, pour garantir une parfaite adaptation à la culture cible. Il faut impérativement éviter de donner des références inconnues ou pire, insultantes. Les exemples de mauvaises traductions publicitaires sont légion ! Pour en avoir une petite idée, consultez l’article de Pauline Lenormand, « Les 10 plus mauvaises traductions publicitaires », publié sur ce blog le 2 janvier 2013.

Utiliser la transcréation s’avère crucial dans le cas des slogans, qui souvent contiennent des jeux de mots et des jeux sur les sonorités. Un slogan se doit d’être frappant et de survivre à de multiples répétitions, la transcréation est donc indispensable.

Adaptez le style au public cible

Il faut d’abord définir le profil du consommateur potentiel : son âge, sa profession, le registre de langue qu’il utilise… Ainsi, le tutoiement et le registre courant, voire familier, conviennent mieux pour s’adresser à un public jeune qu’aux clients potentiels d’une banque. Cependant, rappelez‑vous que le langage doit rester compréhensible par tous.

Sachez à quelle échelle sera diffusée la publicité

Une campagne diffusée à l’international ne pourra pas être traduite dans la même langue qu’une publicité nationale. Par exemple, si la langue cible est l’anglais, vous devrez utiliser soit du « Global English » dans le cadre d’une diffusion mondiale, soit un anglais adapté à un pays précis, dans le cadre d’une diffusion locale (anglais nord‑américain, britannique, australien, etc.). Un consommateur à qui l’on s’adresse dans sa langue de tous les jours se sentira plus concerné par le produit vendu et passera plus facilement à l’achat.

Pensez au format de diffusion du document

Le texte traduit sera intégré à des affiches ou aux emballages des produits. Cela implique d’ajouter de nouvelles contraintes dans votre cahier des charges. Il faudra vérifier auprès de votre client certains critères comme l’espace disponible, le nombre de caractères auxquels vous devrez vous limiter, ou encore quel espacement utiliser. Soyez particulièrement vigilant lorsque votre langue source est l’anglais, car de manière générale, le texte en langue cible sera plus long.

Respectez les symboles universels

En Europe, l’Organisation internationale de normalisation (ISO) a mis en place un système de pictogrammes qui garantit la sécurité du consommateur. Il est donc impératif de le respecter dans la traduction des fiches‑produit. En outre, les pictogrammes sont pratiques en traduction marketing car ils prennent moins de place : vous n’aurez pas à gérer la longueur des chaînes de caractères, variable selon la langue cible.

Négociez votre délai de livraison

Si vous êtes spécialisé en traduction technique, n’oubliez pas que la traduction marketing requiert plus de rédaction, de subjectivité et un style absolument fluide et accrocheur. Vous mettrez donc plus de temps que d’habitude pour traduire. Donnez‑vous une marge de manœuvre légèrement plus élevée, et pensez à négocier des délais raisonnables avec votre client.

Romane Dérible

Source : http ://translatorthoughts.com/2015/11/marketing-translation/