La collaboration entre traducteurs indépendants

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un traducteur indépendant est amené à travailler avec d’autres collègues, que ce soit régulièrement ou ponctuellement.

Les traducteurs qui commencent à exercer leur métier de manière indépendante et les étudiants en traduction qui découvriront bientôt le marché du travail devraient étudier la possibilité d’un partenariat qui semble présenter plus d’avantages que d’inconvénients.

Dans le but d’assurer la meilleure qualité possible, un traducteur indépendant a grand intérêt de faire appel à un confrère lors des étapes de révision et de relecture. En effet, ce point de vue extérieur permet de corriger des erreurs qu’il n’aurait pas su repérer.

À terme, si ceux-ci collaborent pour plusieurs projets, pourquoi ne pas envisager de s’associer de manière permanente tout en gardant leur statut d’auto-entrepreneur ?

Les regroupements de traducteurs permettent aux différents membres de partager plusieurs aspects de leur travail. Un traducteur n’aura donc plus de raison de refuser un projet parce qu’il n’est pas spécialisé dans ce domaine.

Les traducteurs disposent de plus d’options s’ils décident de collaborer, car non seulement un regroupement décuple les langues de travail, mais il augmente également le nombre de spécialisations.

De plus, au sein d’une telle association, les fonctions et les rôles de chacun peuvent être définis de manière précise. Ainsi, un traducteur plus à l’aise en gestion de projets pourrait se concentrer sur cette tâche, de même pour celui qui préfère la révision. De cette façon, cette répartition soulagerait les collègues qui ne maîtrisent pas forcément les différents aspects d’un projet.

Toutefois, il est important qu’un traducteur connaisse la ou les personnes avec lesquelles il envisage de s’associer. Le travail autonome est bien différent du travail en équipe. Des différences de point de vue ou de méthodes de travail peuvent parfois causer des tensions au sein d’une équipe.

Un traducteur indépendant doit évidemment peser le pour et le contre avant de s’engager dans cette voie. Mais, pour quelqu’un qui débute dans le métier, cette option peut s’avérer bénéfique. Développer son réseau et sa clientèle est primordial et intégrer un regroupement de traducteurs pourrait être un moyen idéal.

 

Yoann Auffret

Source : http ://www.trematranslations.com/2015/07/17/s-associer-pour-traduire/