7 techniques de traduction qui vous faciliteront la tâche  !

Contrairement aux idées reçues, traduire ce n’est pas toujours faire du mot à mot. Pour traduire correctement un texte, il faut souvent employer pour ce même texte plusieurs techniques de traduction. Le travail du traducteur consiste donc entre autre à connaitre les techniques possibles et à savoir reconnaitre quand il est nécessaire d’en utiliser une plutôt qu’une autre.

Ces différents procédés techniques ont été regroupés dans sept catégories définies par J. P. Vinay and J. Darbelnet en 1958 :

Emprunt : réutilisation dans le texte cible d’un terme ou d’une expression provenant du texte source. Cependant, le mot « emprunté » doit être un mot connu et adopté dans la langue cible, mais s’il n’a pas été intégré dans cette langue, il doit être écrit en italique. Cette technique est à l’origine de nombreux néologismes.

Exemple : Elle avait rendez-vous avec son ami pour aller visiter le British Museum, ils sont ensuite allés manger au restaurant, elle a pris une tortilla et lui des sushis.

Calque : traduction automatique d’un mot ou d’une expression étrangère. Cela correspond à un emprunt que l’on traduit littéralement.

Exemple : le terme anglais honeymoon se traduit en français par lune de miel et en espagnol par luna de miel.

Traduction littérale : traduction mot à mot d’une partie du texte source. Évidemment, cette technique ne peut être utilisée que si le rendu a du sens dans la langue cible.

Exemple : I left my keys at home > Dejé mis llaves en casa > J’ai laissé mes clés à la maison

Transposition : passage d’une catégorie grammaticale à une autre durant le procédé de traduction mais sans changer le sens de l’expression.

Exemple : translation students > étudiants en traduction (transposition adjectif/nom)

Modulation : changement de point de vue, d’approche par rapport au texte source.

Exemple : goosebumps  > la piel de gallina > la chair de poule

Équivalence : utilisation d’un terme ou d’une expression considérée comme équivalente dans la langue cible pour décrire une même réalité.

Exemple : jamais deux sans trois > a la tercera va la vendida
ce ne sont pas tes oignons > it’s none of your business

Adaptation : utilisation d’un équivalent culturel qui renvoi au même concept que dans la langue cible.

Exemple : les onomatopées : en français on assimile le chant du coq au son « cocorico » alors que l’espagnol l’associe plutôt à « kikiriki ».

Cet article recense les sept techniques principales mais il en existe des dérivés. Rassurez‑vous, si à première vue il peut paraitre difficile de toutes les retenir, avec l’expérience cela devient un automatisme et le traducteur les utilise sans même y penser !

Aline Libert

Source : http ://culturesconnection.com/7-translation-techniques/

Laisser un commentaire