La traduction automatique du Sindarin : réalité ou publicité ?

La traduction automatique du Sindarin : réalité ou publicité ?

Le moteur de recherche russe Yandex, éclipsé par son concurrent principal Google, a récemment ajouté une nouvelle langue à son outil de traduction automatique. Il s’agit du Sindarin, une des langues créée par le professeur, philologue et écrivain J.R.R. Tolkien. Tolkien, bien connu pour son œuvre Le seigneur des anneaux, a passé une grande partie de sa vie à imaginer et à mettre sur le papier les différents éléments de l’univers qui avait vu le jour avec la rédaction de Bilbo le hobbit. Il en a tiré de nombreux ouvrages, mais également un grand nombre de langues parlées par les différentes races peuplant la Terre du milieu. Le Sindarin est l’une d’entre elles, et c’est la langue parlée majoritairement par les elfes en Terre du milieu au troisième âge, c’est-à-dire à l’époque du Seigneur des anneaux.


Peut-on traduire automatiquement une langue imaginaire ?

Avant de juger de l’efficacité et de la valeur du traducteur automatique de Sindarin développé par Yandex, il convient de s’interroger sur la pertinence d’une telle entreprise. En effet, le Sindarin est bel et bien une langue imaginaire, et l’on dispose d’éléments syntaxiques, morphologiques et de vocabulaire limités en ce qui la concerne. L’objectif de Tolkien n’a jamais été de créer une langue qui pourrait être utilisée pour communiquer dans le monde réel. Il lui aurait été complètement impossible, même s’il l’avait voulu, d’inventer les milliers de mots nécessaires à une telle utilisation. De plus, les locuteurs du Sindarin, c’est-à-dire les elfes du troisième âge, évoluent dans un monde bien différent de notre monde moderne. On voit mal un elfe se servir d’une voiture ou d’un ordinateur, et par conséquent de tels mots n’existent pas en Sindarin. Il semble donc illusoire d’élaborer un outil de traduction automatique vers le Sindarin. Cela dit, on ne peut tirer de conclusion satisfaisante avant d’avoir effectué quelques tests de cette nouvelle option de Yandex Translate.


Comment taper en Sindarin dans Yandex Translate

Tout d’abord, dans l’interface de Yandex, on peut remarquer que l’on ne dispose pas de clavier visuel, au contraire d’autres langues n’utilisant pas l’alphabet latin, par exemple le russe. Or le Sindarin emploie un alphabet bien distinct du nôtre, les Twengar ; il faut donc taper sur le clavier à l’aveugle pour trouver les lettres nécessaires à la traduction d’un texte depuis le Sindarin. Pour certaines lettres, il faut presser la touche majuscule et les touches numériques de la partie supérieure du clavier. De plus, en Sindarin, les voyelles s’écrivent dans la plupart des cas à l’aide de diacritiques placées au-dessus des consonnes. On peut écrire celles-ci en appuyant sur la touche majuscule et certaines touches alphabétiques du clavier. En bref, pour taper un texte à traduire depuis le Sindarin, c’est assez compliqué.
Pour illustrer cette difficulté, voici ce que l’on obtient si l’on tente de taper tant bien que mal le premier vers de l’un des hymnes en Sindarin que l’on trouve dans Le seigneur des anneaux, intitulé A Elbereth Gilthoniel :

sindarin_1
À la suite d’une analyse rapide, on se rend compte que Yandex ne reconnaît pas ses propres conventions d’écriture, puisque les diacritiques sont considérées comme des lettres de l’alphabet latin en majuscules. Il lui est donc impossible de traiter le vers et de le traduire.

On remarque également que l’on n’a pas accès à une transcription en alphabet latin du texte traduit en Sindarin. Il faut donc soit connaître ses Twengar sur le bout des doigts, soit se référer à un alphabet, ce qui prend du temps.


Quelques exemples de traduction

Venons-en donc à la traduction du Sindarin proprement dite. On choisit ici de traduire depuis ou vers l’anglais pour tenter d’obtenir une qualité de traduction optimale, puisque c’était la langue de traduction de Tolkien. Limitons-nous pour l’instant à du vocabulaire Sindarin bien connu, par exemple :

sindarin_2
C’est-à-dire mae govannen, une formule de salutation en Sindarin, ce qui est plutôt correct.

En revanche, si l’on inverse la traduction en utilisant la flèche mise à notre disposition, on obtient en anglais « well met », ce qui correspond à une traduction littérale :

sindarin_3

De plus, si l’on tape mae govannen dans le champ de texte dédié à l’anglais, on obtient une simple transcription de la phrase en Twengar. Bien que cela règle notre problème d’écriture de texte en Sindarin, ça n’est pas très logique.

sindarin_4

Si l’on tente la transcription d’une phrase plus longue, tirée également de l’hymne A Elbereth Gilthoniel, on obtient un résultat presque parfait :

sindarin_5
En revanche, si l’on se risque à utiliser la flèche d’inversion pour traduire cette phrase, voici ce que l’on obtient :

sindarin_6
Une traduction plus ou moins littérale de ce texte serait en fait : « Fanuilos, to thee I will sing, on this side of the ocean, here on this side of the great ocean ! ». Il est assez inquiétant de remarquer que Yandex est incapable de traduire un extrait d’un des textes en Sindarin les plus connus des travaux de Tolkien, et dont on connaît déjà la traduction anglaise. C’est un peu comme si un traducteur automatique de grec ancien ne pouvait pas traduire correctement les premiers vers de l’Iliade.

Si l’on teste à présent une phrase plus banale, prise au hasard et qui n’est pas tirée d’une œuvre de Tolkien, voici ce que l’on obtient :

sindarin_7
Le résultat est assez intéressant, puisque sa version transcrite donne ceci : « Im like bas a butter. ». En Sindarin, Im signifie « I », bas « bread » et a « and ». On dirait donc que Yandex traduit certains mots quand il les connaît, et se contente de transcrire le reste en Twengar. Même en gardant à l’esprit le fait que cette fonctionnalité n’est apparemment qu’en version alpha, et pourtant déjà disponible au public, on ne peut qu’admettre que ces résultats sont pour le moins décevants.


Le Sindarin avec Yandex : prudence !

Après une analyse même superficielle des capacités de traduction du Sindarin de Yandex Translate, on se rend vite compte du fait que dans son état actuel, l’outil est bien loin de fournir des résultats satisfaisants. Il pourrait servir d’outil de transcription, ou de traduction de mots et de phrases simples, mais il faudrait alors être extrêmement vigilant, et vérifier le résultat par soi-même. Il semblerait bien en tous les cas que la décision d’ajouter cette nouvelle option à son outil de traduction automatique ne constitue qu’une démarche publicitaire pour Yandex, qui espère peut-être ainsi se démarquer de ses concurrents.

Juliette Stephan

Source : http ://culturesconnection.com/fr/traduction-langue-imaginaire/