Pénurie d’interprètes dans les secteurs juridique et gouvernemental

Si l’on remarque une concurrence forte du métier de traducteur sur le marché mondial, le secteur de l’interprétation, lui, est en demande croissante mais peine pourtant à trouver des spécialistes. Cette pénurie s’observe essentiellement dans le secteur juridique ainsi qu’au sein des organisations mondiales et se produit la plupart du temps dans des langues rares.

suite

De plus en plus de personnes fuient leur pays natal en quête d’une meilleure vie et l’immigration est un facteur important dans la démocratisation de l’interprétariat, et surtout dans les langues rares. Aux États-Unis par exemple, on assiste à une demande croissante d’interprètes en langue Maya due à l’arrivée massive des Guatémaltèques, qui ne parlent pas l’anglais et ne maîtrisent pas l’espagnol. Les interprètes sont alors beaucoup recherchés dans les tribunaux pour leurs services afin de représenter les immigrés et faire valoir leurs droits auprès des institutions américaines.  Toutefois, les langues rares ne sont pas les seules recherchées par les tribunaux américains : l’espagnol est aussi très demandé pour représenter la communauté latino-américaine, pour la plupart hispanophone.

L’ONU est également un employeur important d’interprètes. L’organisation, forte de sa présence dans le monde, nécessite de nombreux interprètes. Et même si les langues dites « rares » telles que le chinois et l’arabe sont beaucoup recherchées car elles sont très présentes dans les échanges internationaux, les interprètes vers les langues plus « classiques » comme le français sont aussi beaucoup sollicités. C’est pourquoi, l’organisation sollicite des interprètes français pour travailler au sein du Département de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences de l’ONU, au Siège de New-York, à Genève, à Nairobi et à Vienne, ainsi que dans les commissions régionales. Il est, cependant requis de maîtriser trois langues, dont les combinaisons anglais/espagnol et anglais/russe, tout en maîtrisant parfaitement une langue principale, c’est-à-dire le français.

Il est important de mentionner qu’il est nécessaire de maîtriser une langue étrangère aussi bien que sa langue maternelle. De fait, même s’ils doivent posséder des connaissances excellentes de toutes les langues avec lesquelles ils travaillent, les interprètes ne doivent surtout pas négliger la connaissance parfaite et irréprochable de leur langue principale, puisqu’il s’agit de la langue vers laquelle ils sont plus à même d’interpréter.

Avatar Mélody Launay

 

Source : https ://20000lenguas.com/2016/08/22/la-creciente-demanda-de-traductores-e-interpretes/

Laisser un commentaire