Avantages et inconvénients de la retraduction

Nous savons que la traduction est une étape primordiale en vue de l’exportation d’une œuvre cinématographique ou littéraire. Toutefois, cette étape n’est pas toujours définitive puisque certaines œuvres peuvent être retraduites dans le cadre d’une réédition ou d’un nouveau doublage. Découvrons ce qu’apporte la retraduction et quelles sont ses limites.

suite

La retraduction : une vision moderne de l’œuvre originale

Pour commencer, lancer un projet de retraduction permet de proposer une nouvelle version de l’œuvre originale sans reproduire les erreurs repérées dans la traduction précédente. Il peut s’agir de fautes d’orthographe, de contresens, d’erreurs de style, d’erreurs de doublage ou d’erreurs liées au sous-titrage. Évidemment, la retraduction elle-même peut contenir des erreurs, d’où l’intérêt de recommencer ce processus régulièrement.

Ensuite, la mise en place d’une retraduction s’avère nécessaire lorsque la traduction précédente va à l’encontre de la volonté de l’auteur. Le cas du roman Minuit, publié en 1936 par Julien Green, illustre cette nécessité : sous le troisième Reich, la traduction allemande de cette œuvre donnait intentionnellement une image morbide et nihiliste des Français, sans tenir compte de la version originale en français.

En outre, effectuer une retraduction permet d’adapter le vocabulaire d’une œuvre aux évolutions de la langue vers laquelle elle doit être transposée. Prenons l’exemple des noms de métiers : dans le cas d’une œuvre en français à traduire vers l’anglais, on pourra utiliser le terme « fire fighter » plutôt que celui de « fireman » pour désigner un pompier. De même, pour une traduction du français vers l’espagnol on préfèrera le terme « auxiliar de vuelo » à celui de « azafata » pour désigner une hôtesse de l’air.

Comme nous venons de le voir, la retraduction nous permet d’apprécier l’œuvre originale sous un regard nouveau. Toutefois, ce procédé fait l’objet de nombreuses critiques pour les raisons suivantes.

La retraduction : une pratique discutable

Premièrement, entreprendre la retraduction d’un film ou d’un livre peut s’avérer moins passionnant pour des traducteurs que de traduire pour la première fois une œuvre vers une langue cible. Par exemple, s’ils ont préalablement consulté la traduction existante, ils risquent de trop s’attacher à celle-ci et découvriront peut-être moins de nouveaux termes durant la phase de recherche terminologique.

Deuxièmement, on peut reprocher à la retraduction de vouloir à tout prix moderniser des œuvres anciennes en oubliant le fait que celles-ci ont été conçues dans des contextes politiques et sociaux différents des nôtres. Il y a un risque que les jeunes générations aient du mal à situer correctement des œuvres anciennes dans leur cadre spatio-temporel à cause de leur retraduction. Par ailleurs, ces retraductions d’œuvres anciennes pourraient priver les jeunes lecteurs ou spectateurs d’opportunités leur permettant d’enrichir leur vocabulaire et leur culture générale.

Pour conclure, la retraduction est une procédure cherchant à corriger les défauts d’une traduction existante, mais elle doit rester fidèle à l’œuvre originale pour ne pas perdre de son intérêt.

Stéphane Bagassien – Catalan

Sources : https ://enlalunadebabel.com/2016/07/04/envejecen-los-libros-y-las-peliculas/

http ://translationjournal.net/journal/33censorship.htm

Laisser un commentaire