Quatre astuces pour déjouer les complexités de la traduction spécialisée

De nos jours, on aurait une fâcheuse tendance à penser que la magie de l’informatique peut réduire toutes les barrières de la langue pour traduire nos textes, grâce aux traducteurs automatiques en ligne. Or la traduction requiert une logique bien plus complexe qui ne peut être appliquée que par des humains. Cela concerne notamment les traductions spécialisées, dans le domaine de l’ingénierie par exemple.

suite

Voici quatre astuces pour déjouer les complexités de la traduction spécialisée :

Déterminer le domaine de spécialisation

Il est primordial de définir au préalable le secteur précis dans lequel le texte est écrit, et également pour quel type de document (manuel d’utilisation, etc.). Il faut par la suite faire des recherches sur ce domaine afin de ne pas partir sur de mauvaises bases. Pour cela, il est important de consulter les documents de référence, mais également de se renseigner sur internet. Si le traducteur n’est pas spécialisé dans un domaine, il est nécessaire de consulter un expert qui pourra apporter ses connaissances, comme un ingénieur par exemple.

Écarter toute ambiguïté

Un mot ou une expression sont susceptibles d’avoir différentes significations dans la langue source, en fonction du domaine de spécialisation. Mais il faut se méfier de la langue cible qui est susceptible d’avoir plusieurs significations également pour une même traduction. Il faut alors clarifier les ambiguïtés et positionner le mot dans son contexte, afin d’en comprendre tout son sens et de trouver la traduction adaptée.

Être clair et précis dans la rédaction

Même si la rédaction technique est un métier à part entière, lors de la traduction il est important de pouvoir expliciter certains termes, parfois incompris. En effet, bien qu’on ne comprenne pas toujours le sens des phrases en langue cible, il est nécessaire de démêler le contexte lors de la traduction afin de rendre la compréhension la plus claire possible pour le lecteur.
En revanche, contrairement à la rédaction technique, il faut faire attention à conserver les mêmes tournures stylistiques afin de ne pas dénaturer le document. Par exemple, dans le cas d’une notice d’utilisation, il faut conserver le ton explicatif et neutre du document.

Utiliser les outils de TAO

La traduction a évolué en même temps que les nouvelles technologies, et l’utilisation des outils d’aide à la traduction est désormais inestimable dans le métier. À ne pas surtout pas confondre avec les traducteurs automatiques qui ne remplissent pas leur « fonction » de traducteur, les outils de TAO sont bien utiles aux traducteurs puisqu’ils permettent un gain de temps et d’énergie conséquent.

Enfin, un traducteur, de par ses nombreux travaux, retient un grand nombre d’informations et acquiert une certaine méthodologie qui lui est propre. Il développe sa mémoire de travail, ainsi que sa mémoire à long terme et c’est grâce à ceux-ci qu’il parvient à travailler de manière efficace et qualitative. Ses recherches et ses traductions lui permettent d’acquérir de nouvelles connaissances et de pouvoir par la suite se spécialiser s’il le souhaite.

Avatar Mélody Launay

Source : http ://translatorthoughts.com/2015/07/engineering-translation-techniques/

Laisser un commentaire