L’internet et les utilisateurs nomades

Avec l’expansion des smartphones, de plus en plus de gens passent toujours plus de temps sur leurs téléphones, notamment car ils peuvent maintenant les utiliser pour naviguer sur internet. Mais l’expérience diffère grandement par rapport à un ordinateur. La puissance toujours plus grande de nos objets connectés, quels qu’ils soient, permet de présenter des designs et des médias élaborés, mais la taille des smartphones, si elle augmente aussi, ne peut pas dépasser la taille de nos poches !

C‘est à ce titre que les versions mobiles des sites internet ont commencé à fleurir ; afin de répondre aux besoins des utilisateurs qui seront rapidement frustrés s’ils doivent se battre avec leurs smartphones pour obtenir la moindre information, et partiront aussi sec la chercher ailleurs.

suite
Il y a des règles à respecter pour offrir une bonne expérience mobile de son site internet, et elles nécessitent souvent de suivre la même directive : celle de la simplicité.

Car un bon site mobile est surtout un site sans fioritures inutiles ni menus infiniment déroulants. Les écrans des smartphones obligent les utilisateurs à voir les sites internet sur une très petite surface, il faut donc peu d‘options et de cadres affichés en même temps, mais des liens faciles à sélectionner, même du bout des doigts. Cela nécessite parfois de modifier drastiquement le contenu même des sites internet. Les internautes sur mobile sont souvent en vadrouille, ils cherchent donc à obtenir rapidement des informations précises ; le prochain bus, les horaires d’ouverture d’un magasin… ou la dernière vidéo d’un chat devenu célèbre sur internet.

Et parfois, le plus simple pour répondre à leur besoin est de développer une application que les utilisateurs pourront télécharger sur Android ou iPhone. C’est là que le thème de la traduction revient, ou plutôt manque, car elle semble être la plus oubliée.

Les smartphones ont une facilité déconcertante à localiser leur contenu pour leurs utilisateurs, principalement à cause de la fonction de localisation géographique que possèdent tous les smartphones ces dernières années. Mais cela n’empêche pas la majorité des applications localisées d’être traduites automatiquement, offrant des résultats souvent drôles mais rarement professionnels (ou même exacts, à défaut). Le reste des applications, elles, ne sont bien souvent proposées qu’en anglais. Vu les petits budgets investis dans celles-ci, on peut imaginer pourquoi. Mais la demande de traduction semble pourtant forte dans ce domaine. Certains sites commencent même à offrir de traduire à bas prix des applications pour remédier à ce problème, malheureusement sans y effectuer un quelconque contrôle qualité. Espérons que les agences de traduction sauront trouver la manière de s’impliquer dans ce marché qui pourrait devenir porteur.

 

Gaël Le Lostec

Laisser un commentaire