Freelance : faut-il se laisser tenter par les plateformes de traduction en ligne ou les fuir ?

Vendre ses traductions à bas prix et avoir une charge de travail satisfaisante ? Développer une stratégie payante sur le long terme et garantir la qualité de ses travaux ? Ce qui est sûr, c’est que ces deux options se combinent difficilement. Lumière sur un marché en expansion qui ne profite pas à tout le monde…

suite

Traducteur russophone indépendant depuis 8 ans, Simon Akhrameev nous parle de sa vision du marché de la traduction en ligne, dans son article Best Paying Websites to Find Translation Job Online (Les sites web qui rémunèrent le mieux les travaux de traduction en ligne). Contre toute attente, ce titre fort attractif s’avère finalement être le total opposé d’une promotion pour les plateformes de traduction. En effet, dans son article, il aborde tous les points négatifs de ces plateformes, qui mettent des traducteurs en lien avec leurs clients. En s’adressant à tous les traducteurs indépendants de la planète, Simon Akhrameev nous donne les clés nécessaires pour réussir une carrière de freelance, sans même avoir besoin de passer par des intermédiaires.

Il faut seulement quelques minutes pour créer son propre site professionnel sur WordPress et quelques euros par an pour le mettre en ligne, en passant par un hébergeur fiable. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à vous bâtir une clientèle et à consolider votre image de traducteur. Cela ne se réalise pas du jour au lendemain, mais au bout du compte, vous êtes gagnant. Pourtant, nombreux sont les traducteurs indépendants qui préfèrent opter pour une toute autre solution : les plateformes en ligne, qui prospectent la clientèle à votre place. Proz, Translators Café, oDesk ou encore UpWork… Ce n’est pas ce qu’il manque ! Ces intermédiaires nous montrent une belle image de la traduction et savent nous vendre leur produit : « Satisfaction garantie », « La traduction online par des pros », « Un réseau de traducteurs et d’agences de traduction certifiés », etc. Il est vrai que cela peut donner envie, ou du moins, attiser la curiosité à la fois des clients et des traducteurs. Le problème, c’est que l’envers du décor n’est pas si rose. Et pour cause, ces plateformes fonctionnent principalement sur la base d’un système d’enchères (comme dans une salle des ventes). En effet, vous, le traducteur, indiquez un prix au mot pour vos travaux, ainsi qu’un délai de réalisation. Ensuite, le client se contente de sélectionner le traducteur de son choix pour son projet, en fonction des critères mentionnés précédemment : le prix et le délai. Il regarde peut-être un tout petit peu votre profil utilisateur et vos commentaires laissés par des clients précédents. Mais ne nous mentons pas, ce système marche de la manière suivante : c’est à celui qui proposera le meilleur tarif au mot et le délai le plus court que reviendra le projet, dans la majorité des cas. Mais pourquoi est-ce un problème, puisque le client est content d’avoir une livraison « express », et que le traducteur est ravi d’avoir du travail ? Eh bien… Baisse des salaires des traducteurs, augmentation de la concurrence, dégradation du métier de traducteur et de la qualité des traductions…Cette liste non exhaustive de raisons censées faire fuir les traducteurs freelance de ces plateformes ne semble malheureusement pas être intégrée de tous à ce jour, car le marché de la traduction en ligne continue de se développer.

En tout cas, Simon Akhrameev espère bien changer la vision de ceux qui tomberont sur son article, car lui-même a beaucoup dépendu de ce type de plateformes au début de sa carrière, avant de se rendre compte de tous leurs côtés négatifs. Alors mieux vaut tard que jamais pour se mettre à travailler indépendamment de toute plateforme, en mettant en avant notre principal atout : la qualité de nos traductions. C’est la meilleure manière de vendre nos travaux à leur juste valeur, et ce, sans contribuer à la dégradation du métier de traducteur. Le site web qui rémunère le mieux les travaux de traductions en ligne, c’est donc votre propre site web, et aucun autre !

Source : http ://successfulfreelancetranslator.com/best-paying-websites-to-find-translation-job-online/

Laisser un commentaire