La traduction automatique, le futur de la traduction ?

Lorsque l’on entend le terme « traduction automatique », Google Traduction nous vient automatiquement à l’esprit. C’est une chose plutôt contradictoire étant donné qu’il s’agit de l’un des outils les moins performants. C’est également la raison pour laquelle ce terme transporte depuis des années une connotation péjorative. Mais qu’est-ce que réellement la traduction automatique ?

suite

La traduction automatique est une traduction générée par un ordinateur, basée sur des algorithmes et sans intervention humaine. Elle est très pratique et facilite énormément la tâche au grand public car elle lui permet de traduire grossièrement et de se faire une idée du thème d’un texte (court ou long) ou d’un site internet en quelques secondes seulement.

On peut distinguer la traduction automatique des logiciels de TAO (traduction assistée par ordinateur) qui, elle, se fait de manière interactive avec l’ordinateur et nécessite l’intervention humaine, généralement celle d’un traducteur.

Comme toute chose, la traduction automatique a des points positifs mais présente aussi des points négatifs. En effet, le résultat final d’une traduction effectuée par un ordinateur est souvent un texte grammaticalement incorrect avec de nombreuses fautes qui peuvent parfois être rédhibitoires. Les agences de traduction qui gèrent des projets de traduction de documents à caractère hautement officiels (par exemple, des documents juridiques) ne peuvent en aucun cas y avoir recours.

Pour générer une traduction de qualité optimale, une réflexion humaine est plus que requise. D’autant plus si le texte en question est très technique, d’où l’étape importante de la recherche terminologique qui est totalement inexistante dans la traduction automatique.

En ce sens, la traduction automatique ne parviendra peut-être jamais à remplacer la traduction « humaine » et le métier de traducteur ne se retrouve pas menacé pour le moment. À l’heure actuelle, avec la mondialisation, les besoins en traduction sont toujours plus grandissants notamment dans des domaines techniques et sensibles comme la politique, l’économie, la télécommunication et les objets connectés (jeux vidéo, application, etc.) pour n’en citer quelques-uns.

Il n’y a pas que des points négatifs dans la traduction automatique puisque les logiciels de TAO intègrent de plus en plus cette fonctionnalité à leur environnement. C’est notamment le cas de SDL Trados Studio qui offre dorénavant un moteur de traduction automatique SDL AdaptativeMT pour traduire davantage de contenu et de manière plus rapide.

En somme, la traduction automatique connait un essor considérable sur internet et fait partie intégrante de notre vie quotidienne. L’entreprise américaine Google prévoit même de développer un nouveau système de traduction automatique, Neural Machine Translation, qui ne traduira plus mot à mot une phrase source, mais qui prendra en compte la phrase dans son ensemble pour en générer une traduction de meilleure qualité. Avec ces nouvelles avancées, la traduction automatique surpassera-t-elle un jour la traduction humaine ?

Sonia AHAMADA

Source : https ://lingohub.com/blog/2016/11/the-future-of-machine-translation-and-how-to-use-it-properly/

Comment faciliter la localisation de votre contenu ?

La localisation est une étape importante pour pouvoir toucher un marché plus grand. Il s’agit d’adapter un message ou un produit en fonction de la langue et de la culture du public cible. Jusqu’ici, l’anglais est la langue dominante du contenu sur internet, mais de plus en plus d’entreprises reconnaissent le besoin de la création d’un contenu multilingue. Malheureusement, cela peut prendre du temps et coûter cher, ce qui dissuade donc de commencer l’étape de traduction. Cependant, il existe certaines choses à prendre en compte qui peuvent faciliter la localisation de votre contenu et vous permettre d’économiser à la fois du temps et de l’argent.

suite

Une première étape pour créer un contenu facile à traduire est de penser aux traductions éventuelles dès la conception du contenu. Un contenu qui n’était pas rédigé depuis le début en prenant en compte le processus de traduction sera probablement plus difficile à localiser. Pour cette raison, il faut faire en sorte que le contenu soit déjà rédigé d’une manière qui facilite la traduction, en évitant des phrases trop longues et trop complexes. Il faut aussi penser à la manière dont le message doit être exprimé. Votre entreprise a-t-elle une personnalité ? Qui est le public cible et quel est le ton que vous devrez utiliser pour lui communiquer votre message ? Ces questions peuvent vous aider à mieux construire un message qui sera plus facile à traduire et à adapter.

Une deuxième étape consiste à faire votre recherche marketing. Cette recherche peut être un outil clé qui vous indique des adaptations à faire selon votre public. Une simple traduction ne suffit pas quand il s’agit d’un produit ou logiciel fait pour deux clientèles très différentes culturellement. Il faut alors penser à connaître votre public cible et à adapter votre contenu pour que cela corresponde mieux à ses attentes. En étudiant le marché et le potentiel de votre produit, n’oubliez pas d’utiliser toutes les ressources à votre disposition pour mieux vous informer du comportement des consommateurs, leurs habitudes, et tous les renseignements utiles afin de mieux cibler le nouveau marché. Soyez imaginatif et utilisez plusieurs outils d’analyse pour arriver à votre décision.

La troisième étape est de faire une relecture de votre contenu source afin d’assurer la clarté de celui-ci. Cette étape est très importante parce qu’elle permet d’identifier les fautes ou ambiguïtés, de les corriger et d’éviter leur reproduction dans la langue cible. Il faut aussi penser aux langues qui seront les plus utiles étant donné votre clientèle ou objectifs futurs. Avoir une idée des langues éventuelles vous donnera l’occasion de planifier bien à l’avance le lancement de la phase de traduction

Finalement, vous pouvez aussi faciliter le processus de localisation ou de traduction de votre contenu en fournissant des ressources utiles à votre traducteur. Prenez en compte que la personne chargée de la localisation de votre contenu puisse mal interpréter le message rédigé de manière imprécise. Il faut alors que vous restiez à la disposition de votre traducteur pour répondre à toute question ou pour fournir des informations supplémentaires pour contextualiser le message. Des traductions déjà existantes sont également très utiles pour la localisation de tout type de contenu parce qu’elles peuvent faire gagner un temps précieux sur la traduction. Avec l’utilisation de bons outils comme les outils de TAO, les mémoires de traduction ainsi qu’une base terminologique assez complète, le temps de traduction peut être réduit selon les taux de correspondance reçus. Il s’agit d’une aide précieuse dans la mesure où elle vous permettra d’économiser du temps et de l’argent.

Même si la localisation du contenu peut vous sembler une étape difficile à entreprendre, ne la négligez pas pour autant. Prévoir des mesures nécessaires vous facilitera la localisation ou la traduction de votre contenu. Soyez clair dans votre message, essayez de connaître votre public cible et finalement, utilisez toutes les ressources et tous les outils mis à votre disposition pour faciliter la traduction ou la localisation tout en économisant du temps et de l’argent.

Giselle Dunbar

Source : https ://lingohub.com/blog/2016/11/create-content-multilingual-software/