Dix habitudes à adopter pour une bonne traduction audiovisuelle

La traduction audiovisuelle (TAV) est une spécialisation pouvant s’avérer relativement contraignante, notamment à cause du besoin d’adapter une traduction à une image et à un contexte qu’on ne peut pas forcément expliciter. C’est pourquoi il est nécessaire de s’organiser un minimum pour se faciliter la tâche.

suite

Vérification des documents sources

Il est indispensable que vous preniez l’habitude de vérifier que le ou les documents que vous devez traduire sont complets. Imaginez, vous commencez un projet et vous vous rendez compte au bout de plusieurs jours qu’il est incomplet, non seulement vous prendrez un retard considérable, mais en plus, votre réputation de traducteur en pâtira. Ceci ne s’applique pas seulement à la traduction audiovisuelle : il est essentiel de faire cette vérification quel que soit le document à traduire, par exemple les « feuilles » Excel peuvent facilement passer inaperçues et se voir dispensées de traduction.

Demander au lieu de supposer !

Souvent, on n’ose pas poser trop de questions de peur de paraître inexpérimenté, et pourtant, il vaut mieux mettre à plat les doutes qui vous hantent plutôt que de vous tromper et de vous en rendre compte qu’une fois le projet rendu. Si le client n’est pas en mesure d’éclaircir votre lanterne, notamment sur une traduction technique ou spécialisée, n’hésitez pas à demander à un spécialiste du domaine en question qui pourrait éventuellement vous guider avec précision.

Produire efficacement

Il existe quelques astuces pour traduire de façon efficace et rapide. Pour commencer, il est indispensable d’anticiper : lisez attentivement la transcription de votre TAV afin d’en connaître le sujet, de savoir à quoi vous attendre et d’approfondir les sujets que vous ne comprenez pas bien. Quand vous devrez passer à la traduction, votre travail n’en sera que facilité ! Familiarisez-vous au maximum avec les raccourcis clavier les plus utiles (Ctrl+C, Ctrl+V, Ctrl+X, Entrée+Shift, etc.) pour n’utiliser la souris que dans les cas où elle est nécessaire.

Maîtriser ses logiciels

Certaines astuces simples peuvent faciliter la vie du traducteur en quelques clics, s’il maîtrise les logiciels à sa disposition. C’est le cas des macros qui peuvent permettre (que ce soit sur Word ou Excel) d’automatiser des tâches complexes souvent fastidieuses.

L’image est légion

Il est important de bien coordonner ce qu’il se passe sur les images et ce qu’il se dit. Exemple récurent, le « you ». Si en anglais le vouvoiement et le tutoiement sont des questions qui ne se posent même pas, il peut s’avérer compliqué de trancher lorsqu’il s’agit de la traduction. C’est pourquoi, il faut être extrêmement attentif au contexte et donc, aux images. Bien qu’elles paraissent souvent secondaires, les conversations de fond qui peuvent apporter certains éléments essentiels au déroulement du film doivent être traduites quand elles sont intelligibles.

Attention aux faux amis !

Certains mots peuvent avoir la même racine mais pas forcément la même définition d’une langue à l’autre ; il vaut mieux être prudent et vérifier la véritable définition de certains mots et ne pas les traduire par simple transparence sous prétexte qu’ils ont la même racine ! Par exemple, les mots « cave » en français et « cave » en anglais ne sont pas une traduction l’un de l’autre. Le mot « cave » en anglais se réfère à une caverne, alors que le « cave » français se traduira par « cellar ».

Influence géographique

Soyez très vigilants aux expressions spécifiques à certaines zones géographiques. Elles peuvent se révéler compliquées voire impossibles à comprendre pour une personne n’étant pas familière avec l’expression en question.

La culture, encore et toujours !

Afin d’éviter les anachronismes, il est vital d’adapter les termes utilisés à l’époque où se déroule le film ou la série qu’on traduit. Pour remédier à ce problème, rien de tel que la lecture, non seulement pour affiner votre plume et développer votre vocabulaire mais aussi pour étendre votre culture générale et justement éviter les anachronismes.

Sources

Si Internet a profondément transformé notre façon de rechercher des informations et de travailler, il est essentiel de continuer à s’informer par d’autres moyens plus efficaces sur certains domaines (encyclopédies, professionnels, dictionnaire, etc.).

Camille Rigaud

https ://enlalunadebabel.com/2017/01/18/diez-trucos-tipicos-de-un-buen-traductor-audiovisual/

Laisser un commentaire