Et donc tu fais quoi dans la vie ?

« Je ne comprends pas ce que tu fais comme métier… » Ce n’est pas la première fois que l’on vous dit cette phrase. Étrangement, la rédaction technique, qui demande de la concision et de la clarté, est un métier difficile à expliquer.

suite

La notion de rédaction technique est mal comprise au départ. Métier assez flou pour une personne totalement extérieure, la rédaction peut se porter à ses yeux sur un domaine plus littéraire que ça ne l’est réellement. L’idée de technique n’est quant à elle absolument pas comprise. Il faut donc savoir rester simple. On pourrait se contenter de dire que l’on rédige des notices, mais cela entraînerait probablement une réponse dénigrante telle que : « Comme celles des micro-ondes ? Celles que l’on ne lit jamais ? »

Oui, en effet, mais le métier demande plus que des simples capacités de rédaction. Il y a une phase de réflexion, pour que l’information soit facilement identifiable, ainsi qu’une phase de mise en page, pour que cette notice ne soit pas complètement illisible, entres autres.

« Finalement, c’est un métier que tout le monde peut faire ». Alors oui, mais non, sinon il n’existerait pas de formations pour ce métier et les entreprises ne se montreraient pas aussi exigeantes dans leur recrutement. Non, on ne vole pas le travail de l’ingénieur ; on collabore avec lui pour qu’il ne perde pas de temps à la rédaction.

Mais comment expliquer notre métier de façon claire ? C’est simple, il faut expliquer ce qu’est la rédaction de façon la plus simple possible en prenant en exemple des domaines qui intéressent son interlocuteur. « Je rédige des guides utilisateurs pour que tout le monde sache comment se servir d’un appareil ». C’est très réducteur, nous le savons, mais cela reste efficace.

Cela ne sert à rien de perdre du temps avec trop de détails tels que son utilisation sous différents langages informatiques complexes, ou encore de préciser que l’on publie en plusieurs formats (web, pdf…), et ceci dans plusieurs langues, ou bien encore de dire que nous collaborons avec les ingénieurs et le bureau d’études etc. Trop de détails tuent l’information.

Au final, comme dans notre travail, il faut savoir rester simple dans notre discours.

Julie Daval

Laisser un commentaire