Comment traduire l’humour sans finir totalement fou ?

Lorsque l’on étudie les langues, on dit que les dernières choses abordées sont la poésie et l’humour.

Ceux-ci, en plus de posséder leurs codes et leur syntaxe, regorgent de sens et de significations cachés. Ainsi, lors de la traduction de textes touchant à ces domaines, un panel de difficultés s’étend devant le traducteur qui doit non seulement respecter la volonté de l’auteur, mais également chercher ce qu’il est important de transmettre au lecteur  : est-ce la rime  ? Est-ce l’image  ? Est-ce l’émotion  ? Est-ce la phrase elle-même  ?

suite

Ce n’est pas par hasard si les grands auteurs sont traduits par d’autres grands auteurs. Shakespeare a été traduit par Victor Hugo.

Dans le domaine de l’humour, qui s’adresse à un public plus large et qui se décline sur énormément de supports différents (livres, vidéos, scènes, etc.), l’exercice n’en est que plus exigeant.

Évidemment, un exemple qui revient couramment à l’esprit est le « jeu de mots », mais si l’on ajoute aux « Brosses à dents qui font un feu dentifrice le 14 juillet » et aux « Canards ponctuels qui sont toujours dans l’étang » des contraintes de sous-titrages, on en viendrait presque à regretter sa vocation dans la traduction audiovisuelle  !

Et le challenge ne s’arrête pas là  ! Il se peut aussi que l’humour soit extrêmement référencé, qu’il parodie ou qu’il traite des sujets d’actualité. À ce moment-là, il est possible pour le traducteur de mal saisir le caractère humoristique de ce qu’il traduit, voire même de passer totalement à côté… Et s’il parvient à tout cerner, le revoilà à chercher ce qu’il doit retransmettre à son public cible.

Comme l’humour est propre à la culture, plus celle-ci est similaire entre les publics ciblés plus l’adaptation est facile. Un ado, qu’il soit français ou américain, comprendra une blague sur Fortnite. En revanche, une blague de Vérino sur Jawad risque de ne pas avoir le même effet sur une jeune trentenaire vivant au sud du Pérou.

En bref, la traduction de l’humour regorge de contraintes  : ce n’est pas l’adaptation d’un simple texte, c’est une culture dans son ensemble qu’il faut prendre en considération. C’est cela qui rend les bonnes adaptations encore plus appréciables.

Dan Castier

Sources  : http ://blog-de-traduccion.trustedtranslations.com/traduciendo-humor-2018-06-25.html

Laisser un commentaire