Quelques conseils avant de devenir traducteur indépendant

Être traducteur indépendant a bien des avantages : vous choisissez vos heures de travail, vos tarifs, vos projets. Cependant, il est difficile de se lancer et de réussir sans problèmes. Voici donc quelques conseils pour ne pas vous retrouver complètement au dépourvu.

suite
L’espace de travail

Travailler chez soi peut être arrangeant. On lance une machine à laver entre deux traductions, on fait le ménage, on surveille les enfants et leurs devoirs… Quelques traducteurs indépendants sont habitués à ces situations mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Certains risquent de se retrouver submergés et de ne pas avancer dans leur travail, ce qui peut leur coûter cher. Il est donc conseillé d’avoir une pièce bureau chez vous dédiée à votre emploi, afin de bien séparer le travail du personnel.

Les premiers mois

Au début de votre carrière de traducteur indépendant, il est difficile de trouver du travail : personne ne vous connait, vous n’avez pas encore votre réseau de clients, de nombreux traducteurs sont déjà sur le marché, etc. Ne vous étonnez pas de cette situation, vous la résoudrez plus vite que vous ne le pensez. Cependant, il est important d’avoir des économies de côté pour pallier au manque de salaire durant cette période et ainsi payer vos frais habituels (loyer, alimentation, etc.).

Le réseau de clients

Comment construire son réseau de clients ? Il existe tellement de manières de se faire connaître, l’une d’entre elles sera votre porte vers la réussite : avoir un site web, poster des annonces sur les réseaux sociaux, démarcher des entreprises et pourquoi pas déposer des flyers dans certains établissements. Exploitez vos expériences, vos projets précédents, vos tarifs. Concernant ce dernier point, du moins pour le début, pourquoi ne pas offrir certains services (relecture, PAO, et autre suivant vos capacités) ? Proposer un prix réduit comme première collaboration ? Mais n’oubliez pas : tout travail mérite salaire, même s’il est bas.

Les factures

En tant que traducteur indépendant, il est important de garder toutes vos factures et tickets relatifs à votre travail, que ce soient des gains ou des dépenses : les factures de projets, les tickets de caisse (achats de logiciels, de dictionnaires, etc.), les factures de transports (si un client souhaite vous rencontrer)… Vous pouvez les garder sur votre ordinateur (une copie digitale peut être pratique) et/ou dans des classeurs organisés. Cela vous permettra d’avoir des références pour plus tard, notamment lors de votre déclaration d’impôt (certaines de vos dépenses sont déductibles).

Chaque traducteur a sa propre expérience (bonne ou mauvaise) de lancement en freelance, mais essayez de suivre ces conseils afin de rendre cette étape plus agréable.

Avatar Marie Moriceau

Source : http://translatorthoughts.com/2016/12/a-free-lesson-in-freelancing/

Laisser un commentaire