TRADUTECH : des défis et des privilèges

Certaines formations en traduction offrent à leurs étudiants la possibilité de travailler dans des conditions 100 % professionnelles et réelles au sein même de l’université. L’incontournable session Tradutech a lieu du 12 au 16 décembre 2016 pour le master des Métiers de Traduction-Localisation et de la Communication Multilingue et Multimédia à l’Université Rennes 2. Ce projet auquel 7 universités européennes participent est un des rites de passage obligatoires pour tous les étudiants en master de traduction.

suite

En quoi consiste la session Tradutech ?

 

Cette session comprend plusieurs jours de simulation de projets de traduction. Pour ce faire, la création d’agences fictives constituées d’étudiants en M2 et d’entreprises ou de clients représentés par les professeurs est nécessaire. Pour les étudiants participants, cette simulation consiste à mettre en pratique toute connaissance acquise au cours de la formation. Les agences une fois formées sont tenues de sélectionner les étudiants de M1 à la suite d’un recrutement. Après la constitution des équipes, toute une phase de négociation d’environ une semaine démarre, celle-ci peut s’étendre sur plusieurs jours en fonction des exigences du client. Les représentants de l’agence sont également amenés à planifier le processus de traduction en ayant recours à la gestion de projet (élaboration de cahier des charges, planning etc.). C’est à la suite de ces étapes que peut enfin commencer la semaine Tradutech.

Les objectifs

La professionnalisation fait sans doute partie intégrante de chaque master qui intègre cette session dans son parcours. C’est pourquoi le projet OTCT (Optimisation des cursus en traduction par la traduction technique collaborative) qui est à l’origine de cette simulation a pour objectif de relever des défis qui conjuguent connaissances académiques et compétences professionnelles. En effet, toutes sortes d’événements tels qu’un problème technique ou des délais soudainement serrés peuvent arriver pendant cette période. De plus, Tradutech ne consiste pas seulement à évaluer la manière dont les étudiants font face à ces diverses mises en situations. La cohésion au sein des équipes et l’efficacité de chaque membre seront mesurées indirectement.

Ce challenge nous aide à appréhender le monde de l’entreprise, les conditions de travail qui nous attendent dont certains étudiants ne sont pas forcément conscients même en effectuant des stages. Est-on mieux préparé pour le monde de l’entreprise ? La réponse est oui. Grâce aux efforts fournis pendant cette semaine, voire pendant sa préparation, tout le monde est gagnant. Tradutech ne se définit pas seulement comme un entraînement, cette session nous donne l’opportunité de nous projeter dans la vie professionnelle et d’avoir un ordre d’idée sur nos capacités.

 

Source : https ://www.sites.univ-rennes2.fr/lea/cfttr/tradutech-projet-otct/

Infortune

La traduction est la pierre angulaire de la communication entre civilisations, de la compréhension de l’autre et du partage culturel. Pour ces raisons, il faut s’armer de prudence et de minutie lorsque l’on entame un travail de traduction. Par exemple, de l’interprète peut dépendre la paix lors d’incidents diplomatiques, et l’auteur ne peut que se fier aveuglément à son traducteur pour retranscrire l’essence de son œuvre et de sa pensée dans des langues que lui-même ne maîtrise pas. Pire encore, si les travaux menés avec brio sont susceptibles de laisser le traducteur dans l’anonymat le plus total, ses échecs inscriront son nom dans l’histoire. Illustrons ce postulat de quelques exemples historiques.

suite

Quand Jérôme de Stridon, plus connu sous le nom de Saint Jérôme, se voit confier à la fin du IVe siècle la tâche de proposer une traduction de la Bible en latin par le pape Damase 1er, il choisit de s’appuyer directement sur les textes hébraïques, par volonté de remonter aux origines de l’œuvre, tout en synthétisant les traductions latines déjà existantes à son époque. Le résultat s’impose en tant que référence et la Vulgate ainsi produite fait office de texte authentique au sein du monde chrétien, et ce jusqu’à ce que se tienne le Concile Vatican II (1962 – 1965).

Cependant lorsque William Tyndale, presque 1200 ans plus tard, s’attaque à un travail similaire (de l’hébreu vers l’anglais) cela lui vaut d’être taxé d’hérétique, emprisonné, puis enfin exécuté par strangulation. Son travail étant devenu par la suite la toile de fond de la Bible du roi Jacques, force est de constater que le malheureux dût son infortune plus à l’époque obscure dans laquelle il vécut qu’à une idéologie personnelle potentiellement déversée dans sa traduction.

De nos jours, l’interprétariat constitue une branche majeure de la traduction et est un élément indispensable lors de sommets et autres événements diplomatiques par exemple. Nombreux sont ceux qui gagnent leur vie de cette manière et mènent des existences tout à fait paisibles, sans qu’à un quelconque moment ne soit remise en question leur éthique.

Remontons presque cinq siècles plus tôt : une jeune fille nahua est offerte en esclavage aux conquistadors par les Mayas en 1519. Les Espagnols la baptisent Marina, et sa connaissance des diverses langues parlées par les peuples amérindiens l’amènera à exercer la fonction d’interprète officielle d’Hernan Cortés pendant plus d’une décennie. La Malinche, telle qu’on la nomme aujourd’hui, est aujourd’hui perçue par les descendants des civilisations précolombiennes comme le symbole de la trahison, ce qui révèle toute la difficulté de servir de messager entre deux parties aux relations conflictuelles.

Après avoir lu ces quelques lignes vous vous dites probablement que ces exemples n’illustrent en rien l’idée présentée dans l’introduction… Et vous avez raison ! Tyndale dût son infortune à l’obscurantisme qui sévissait à son époque et non à ses maladresses en matière de traduction (bien au contraire). Quant à La Malinche, son seul statut suffit à ternir sa réputation (et peut-être un peu le fait qu’elle donna à Cortés un fils, il faut l’avouer). Le but de la démarche est de montrer que peu importe l’application, l’implication et la minutie du traducteur dans son travail, il restera toujours des paramètres hors de son influence. Or, et Marc-Aurèle l’expliquerait bien mieux qu’un simple rédacteur, il est inutile de lutter contre ce qui ne dépend pas de nous. Aussi je vous invite, chers confrères, à ne valser qu’avec vos mots et vos mots seuls, sans vous soucier de l’agitation qui règne autour.

Florian Huynh-Tan

Source : https ://www.altalang.com/beyond-words/2016/05/12/6-major-moments-translation-interpretation-history/

Présidentielles américaines 2016 : l’omniprésence du besoin en traduction politique

Quand la politique s’invite chez les traducteurs et les interprètes…

En ce moment aux États-Unis, pas de repos pour les traducteurs… La politique est l’un des grands domaines que la traduction englobe. Alors pour les présidentielles américaines 2016, les professionnels de la traduction sont à 100 à l’heure ! Entre discours de Trump et d’Hillary, bulletins de vote ou encore enregistrements sur les listes électorales, ce n’est pas ce qu’il manque à traduire ! Voyons un peu pour quelles raisons ces traductions sont très importantes et ce qu’elles impliquent.

suite

Pour que le commun des mortels puisse s’informer sur les élections et y participer – quelle que soit son origine et sa langue maternelle – l’ensemble du matériel de vote a besoin d’être retranscrit dans plusieurs langues. Et pour cause, dans le pays de la diversité culturelle, on ne parle pas forcément l’anglais à la maison ! Pour autant, tout citoyen américain, qu’il parle l’anglais un peu, beaucoup, ou pas du tout, a le droit et le devoir de se forger sa propre opinion politique et d’aller voter. Il est donc essentiel d’apporter toutes les traductions nécessaires pour que chacun puisse comprendre les subtilités de chaque discours, ainsi que les points de divergence de chaque candidat.

En effet, comme le stipule la clause de la loi américaine sur le droit de vote concernant les langues minoritaires, il s’agit là de traduire le matériel de vote dans les comtés où au minimum 10 000 (ou 5 %) des citoyens en âge de voter, constituent à eux-seuls une subdivision politique, et font partie d’un groupe de langue minoritaire. C’est par exemple le cas du comté d’Orange, en Californie, qui parmi ses 3 millions d’habitants, compte une grande proportion de population asiatique et hispanique. Sur la West Coast, on traduit donc de l’anglais vers l’espagnol, le chinois, le coréen ou encore le vietnamien.

Les populations autochtones ne sont pas laissées de côté elles non plus : pour certaines langues indigènes où la rédaction n’existe pas, des traductions sont fournies oralement.

Zoom sur l’interprétation :

Être interprète en politique est un métier très stressant, surtout lorsque des millions d’auditeurs vous écoutent en ouvrant grand les oreilles. Parfois, du stress supplémentaire peut venir s’ajouter. C’est le cas par exemple lors de problèmes techniques en direct à la télévision, ou plus difficile encore, lorsque le public arrive à entendre le discours original en même temps, et tente de vérifier l’exactitude de la prestation.

Malgré tout, l’enjeu est de taille, alors l’interprète n’a pas le droit à l’erreur et doit surmonter son stress. Tony Rosado témoigne. Ce vétéran de la traduction-interprétation en politique affirme qu’il est essentiel d’avoir préparé son interprétation avant le début de l’enregistrement. Il ajoute qu’il ne s’agit pas uniquement de répéter ce que l’on entend. En effet, il faut avoir une connaissance intime du candidat pour lequel nous interprétons, mais aussi de sa politique et de ses idéologies, en passant même par sa vie privée… C’est ainsi que les professionnels parviennent à fournir les interprétations les plus fidèles à leurs auditoires.

Pour conclure, aux États-Unis, plus personne n’a d’excuse pour s’abstenir d’aller voter !


Source :http ://blog.globalizationpartners.com/translation-during-the-us-presidential-elections.aspx

L’avenir post-Brexit de l’anglais et sa traduction

Une entrée fracassante, une sortie silencieuse ?

Depuis 1973, date d’entrée du Royaume-Uni dans l’Union européenne, l’anglais s’est officieusement imposé comme la langue principale en Europe. Qu’il en soit ainsi par son accessibilité ou sa présence majeure dans de nombreuses parties du globe, l’anglais outrepasse le français et l’allemand quand il s’agit de communiquer entre États membres. Le Brexit secoue donc non seulement l’aspect politique de l’UE, mais également son organisation en matière de communication. Continuer la lecture de L’avenir post-Brexit de l’anglais et sa traduction

Hen  : le pronom suédois qui fait polémique

Depuis le 15 avril 2015, le gouvernement en Suède a reconnu officiellement l’utilisation d‘hen dans la langue suédoise. L’arrivée de ce pronom personnel, désormais populaire, a marqué un changement linguistique drastique qui continue aujourd’hui à susciter des polémiques.

Continuer la lecture de Hen   : le pronom suédois qui fait polémique

Monde de la localisation et événements

Comme les métiers de la localisation et de la traduction en général peuvent être des métiers où la solitude est de mise (que ce soit en raison de travail à domicile ou de l’absence de collaboration avec d’autres traducteurs), il est important de garder des liens avec d’autres personnes du milieu, que ce soit en personne ou en ligne. Il existe de nombreux événements comme des conférences ou des webinaires (séminaires sur Internet).

Continuer la lecture de Monde de la localisation et événements

Les projets « stage interne » du master MTLC2M

Le master MTLC2M, pour Métiers de la Traduction-Localisation et de la Communication Multilingue et Multimédia, de l’université de Rennes 2 offre un réel aspect professionnalisant au métier de traducteur. En effet, des projets sont réalisés tout au long de l’année dans le cadre du stage interne, en plus du stage en entreprise obligatoire de trois mois minimum à la fin de l’année. Présentation des projets réalisés en stage interne :
Continuer la lecture de Les projets « stage interne » du master MTLC2M

Le Nouvel An entre linguistique et traditions

Le réveillon du Nouvel An est l’occasion de se réunir entre amis ou en famille afin de fêter l’année qui s’achève et de commencer la suivante du bon pied. Une grande majorité des pays du globe célébrant cette nuit, il existe par conséquent des traditions et des façons très diverses de se souhaiter une bonne année selon l’endroit où vous vous trouvez dans le monde. Vous voulez souhaiter les meilleurs vœux à un ami étranger et vous ne savez pas comment lui dire dans sa langue maternelle ? Connaître l’étymologie de « Bonne année » ? Connaître quelques traditions venant d’autres pays ? Voici quelques exemples et explications.
Continuer la lecture de Le Nouvel An entre linguistique et traditions

Noël approche : offrir un cadeau à votre ami traducteur

Une autre année va bientôt s’achever et votre ami traducteur va prendre un repos bien mérité après avoir passé toute l’année devant son ordinateur à enchaîner des contrats de 10 000 mots en autant de temps que vous avez mis pour lire cet article. Tout ce travail abattu afin de traduire des articles, des brochures et autres manuels d’utilisations ou sites internet mérite donc de belles attentions et c’est pourquoi je vous propose une sélection de cadeaux qui feront plaisir à votre proche exerçant ce métier : Continuer la lecture de Noël approche  : offrir un cadeau à votre ami traducteur

Language Show Live

Le Language Show Live est l’événement annuel pour les passionnés de langues. Il a lieu tous les ans à l’Exhibition Olympia Centre dans le quartier de Kensington, à Londres et accueille en moyenne 10 000 participants. L’événement regroupe environ 160 exposants, plus de 60 conférences gratuites, des cours de langues et des discours, et ce dans le cadre d’une célébration des langues.

Continuer la lecture de Language Show Live