Les méthodes marketing au service de la rédaction technique

Les méthodes marketing au service de la rédaction technique

C’est un fait, lorsqu’il s’agit de vendre les produits de leur entreprise au grand public, les services marketing ont plus d’un tour dans leur sac. Les moyens de vous faire lire, regarder, partager leur contenu publicitaire peuvent vous agacer ou vous plaire, mais ce qui est indéniable c’est qu’ils fonctionnent, et plutôt bien.

suite

Il est rare de tomber sur une méthode innovante car, loi du business sur Internet oblige, tout nouveau format est immédiatement repris par tous. Toutefois, on peut certainement tirer quelque chose de bon de cette course à la popularité sur le web. Les enjeux financiers importants génèrent par exemple de la demande en recherche, et c’est ce qui nous intéresse aujourd’hui.

Le 10 novembre 2016, un article intitulé How does our brain processes different kinds of processes ? a été publié par le groupe MainPath Marketing. Le but de cet article est d’enseigner aux communicants des façons d’augmenter la visibilité de leur entreprise sur Internet. Mais ces informations servent également en rédaction technique : en effet, comprendre le fonctionnement du cerveau face à de nouvelles informations permet d’accroître l’efficacité des documentations techniques.

La première chose à prendre en compte, c’est ce que l’on veut que l’utilisateur retienne de la présentation. Pour cela, plusieurs facteurs entrent en jeu :

  • Ce n’est pas un secret, bien manier la langue est la clé de toute présentation réussie. Soigner le contenu écrit est donc vital. Fiabilité, professionnalisme, dynamisme, etc. Toutes les valeurs en accord avec l’image que l’entreprise veut renvoyer dépendent de cette communication écrite.

 

  • Toutefois, même un contenu rédigé par le plus grand écrivain du siècle ne saurait retenir l’attention de l’utilisateur si l’on néglige la présentation. Quant à demander à l’utilisateur de retenir quelque chose présenté sous la forme d’un pavé sans sauts de lignes ni mots-clés, c’est mission impossible. Les illustrations, les vidéos interactives ou encore les schémas sont donc capitaux en rédaction technique : ils permettent de stimuler l’activité cérébrale de l’utilisateur pour conserver son attention le temps nécessaire pour parcourir tout le contenu écrit, et favoriser son activité de mémorisation.

 

  • Selon que vous souhaitez que l’utilisateur cible comprenne un concept, retienne des données chiffrées, suive une procédure, ou apprenne à utiliser un logiciel, vous devez choisir le format et les éléments qui permettent de l’en rendre capable par lui-même, de la façon la plus simple et rapide possible.

 

En conclusion, si l’on en croit les méthodes marketing, le secret d’une bonne communication, c’est de s’interroger sur les réactions cérébrales de l’utilisateur face aux concepts et aux données que l’on veut lui faire retenir, pour construire le contenu en fonction des résultats.

 

https ://www.redacteur.com/blog/cerveau-types-de-contenus/

Antoine Lageat

Révisé par Perrine Bourdeau

Rédacteur web : un profil recherché

Qu’est-ce qu’un rédacteur web ?

Le rédacteur web est un professionnel chargé de fournir un contenu textuel pour les sites Internet. Le contenu écrit doit se plier aux standards de la communication sur Internet : en d’autres termes, il se doit d’être claire, concis, dynamique et il doit prendre en compte la dimension interactive du web. Les contenus produits par le rédacteur sont conformes aux exigences des moteurs de recherche et du commanditaire.

suite

Le rédacteur web peut travailler en agence ou en freelance, généralement en solo même s’il collabore parfois avec d’autres rédacteurs pour certaines demandes spécifiques. Pour rédiger il suit les consignes du client. La pertinence est de rigueur dans ce métier, le rédacteur web commence toujours par faire une recherche d’informations. Il fait ensuite en sorte de composer un texte véhiculant un message clair et optimisé pour le référencement naturel.

 

Un secteur en expansion

Cela fait plusieurs années que l’on entend que le « contenu est roi» sur le web, le métier de rédacteur web est de nos jours très recherché par de nombreux propriétaires de site internet. Le marché de la rédaction web a explosé en 2016 : selon une étude de Joblift le nombre de missions de rédaction web a connu une augmentation de 157 % en freelance.

En France il existe actuellement des millions de sites internet, dont des centaines de sites qui se créent chaque jour. Des milliers de propriétaires de sites web recherchent des rédacteurs web pour promouvoir leur site et écrire du contenu. À la fois recherché à plein de temps ou à temps partiel, le rédacteur web peut être appelé à rédiger divers type de contenus : articles de blog, d’actualités, du contenu corporate, des tutoriels, des e-books ou encore de communiqués de presse. Il y en a pour tous les goûts.

 

Dominic Dearlove

Ingénieur ou rédacteur technique ?

Tout d’abord, commençons en abordant le sujet avec la question suivante : le métier d’ingénieur, késako ?

suite

Le rôle d’un ingénieur, c’est de résoudre les problèmes de nature technologique liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de produits, de systèmes ou de services. Des connaissances techniques, économiques, sociales et humaines, ainsi qu’une solide culture scientifique sont les principales compétences d’un ingénieur. Au sein des entreprises industrielles ou de services, des organismes publics, de collectivités ou encore de l’État, l’ingénieur occupe, bien souvent, un poste à hautes responsabilités. Pour cause, il est l’un des acteurs majeurs du progrès technique et du développement des connaissances techniques de la structure pour laquelle il travaille. Ses choix sont importants et peuvent avoir de lourdes conséquences pour l’entreprise. Autant dire que ce n’est pas n’importe qui.

 

Bien, maintenant que vous avez tous bien en tête le rôle et les compétences d’un ingénieur, nous allons pouvoir procéder de même pour le métier de la rédaction technique : le métier de rédacteur technique, késako ?

 

Le métier de rédacteur technique, c’est celui de concevoir et de réaliser, ou même de mettre à jour ou d’améliorer, une documentation technique pour qu’elle soit adaptée à son contexte d’utilisation et à la cible visée. Cette documentation se doit d’être claire et efficace, autrement dit, utile. Pour cela, l’utilisateur doit être capable de trouver et de comprendre une information rapidement. Le terme « documentation technique » englobe tout ce qui est de l’ordre des guides d’installation, des notices d’utilisation, des manuels d’utilisation ou de maintenance, des procédures, des cahiers des charges, des supports de formation, des aides en ligne, etc.

 

La mission d’un rédacteur technique, c’est donc d’expliquer clairement à l’utilisateur toutes les actions à effectuer pour pouvoir utiliser de manière optimale le produit qu’il a entre les mains et cela, sans perdre de temps. Le rédacteur technique doit donc permettre à l’utilisateur d’accéder très rapidement à l’information voulue. Il est l’interface entre les chercheurs/développeurs et l’utilisateur. Lorsqu’il rédige sa documentation technique, le rédacteur doit toujours garder à l’esprit que le contenu s’adresse aussi bien à de futurs utilisateurs (débutants) qu’à des personnes expérimentées. Cependant, peu importe le cas de figure, les principes fondamentaux à suivre dans la rédaction de sa documentation sont les mêmes : clarté, précision et exhaustivité.

 

La rédaction d’une documentation technique se fait en plusieurs étapes et nécessite la capacité d’exécution d’une grande variété de tâches, comme effectuer des recherches sur le terrain pour une compréhension parfaite du produit et de ses fonctionnalités. Pour cela, le rédacteur est en relation directe avec l’ingénieur du produit. C’est à ce moment-là que la capacité du rédacteur à vulgariser une information technique afin de la rendre accessible à tous devient indispensable. En effet, détaché de toute cette phase de conception du produit, il a le recul nécessaire pour une restitution simple, claire et précise de l’information.

 

Contrairement aux présupposés, un rédacteur technique n’a nullement besoin de maîtriser la technologie ou de connaître le domaine de spécialité dans lequel il travaille. Au contraire, puisqu’il est important de se poser les bonnes questions et de restituer une information compréhensible, il est finalement plus facile de ne pas avoir une tonne de connaissances dans le domaine. C’est pour cela que les concepteurs ne sont pas des professionnels de la communication écrite et que nos manuels d’utilisation, bien trop souvent, sont laissés de côté car jugés trop compliqués à comprendre. Le concepteur du produit n’a pas ce recul nécessaire pour restituer l’information simplement.

 

Ce n’est donc pas pour rien que les métiers d’ingénieur ET de rédacteur technique existent tous les deux ; la conception aux concepteurs et la rédaction aux rédacteurs et tout le monde y trouvera son compte.

 

Anne-Laure Zamarreno

Révisé par Élodie Clomenil

Source : http ://www.redacteur-technique.eu/2015/04/17/recruter-un-redacteur-technique-ingenieur-ou-redacteur/

 

Et donc tu fais quoi dans la vie ?

« Je ne comprends pas ce que tu fais comme métier… » Ce n’est pas la première fois que l’on vous dit cette phrase. Étrangement, la rédaction technique, qui demande de la concision et de la clarté, est un métier difficile à expliquer.

suite

La notion de rédaction technique est mal comprise au départ. Métier assez flou pour une personne totalement extérieure, la rédaction peut se porter à ses yeux sur un domaine plus littéraire que ça ne l’est réellement. L’idée de technique n’est quant à elle absolument pas comprise. Il faut donc savoir rester simple. On pourrait se contenter de dire que l’on rédige des notices, mais cela entraînerait probablement une réponse dénigrante telle que : « Comme celles des micro-ondes ? Celles que l’on ne lit jamais ? »

Oui, en effet, mais le métier demande plus que des simples capacités de rédaction. Il y a une phase de réflexion, pour que l’information soit facilement identifiable, ainsi qu’une phase de mise en page, pour que cette notice ne soit pas complètement illisible, entres autres.

« Finalement, c’est un métier que tout le monde peut faire ». Alors oui, mais non, sinon il n’existerait pas de formations pour ce métier et les entreprises ne se montreraient pas aussi exigeantes dans leur recrutement. Non, on ne vole pas le travail de l’ingénieur ; on collabore avec lui pour qu’il ne perde pas de temps à la rédaction.

Mais comment expliquer notre métier de façon claire ? C’est simple, il faut expliquer ce qu’est la rédaction de façon la plus simple possible en prenant en exemple des domaines qui intéressent son interlocuteur. « Je rédige des guides utilisateurs pour que tout le monde sache comment se servir d’un appareil ». C’est très réducteur, nous le savons, mais cela reste efficace.

Cela ne sert à rien de perdre du temps avec trop de détails tels que son utilisation sous différents langages informatiques complexes, ou encore de préciser que l’on publie en plusieurs formats (web, pdf…), et ceci dans plusieurs langues, ou bien encore de dire que nous collaborons avec les ingénieurs et le bureau d’études etc. Trop de détails tuent l’information.

Au final, comme dans notre travail, il faut savoir rester simple dans notre discours.

Julie Daval

Qu’est-ce qu’une stratégie de contenu ?

En rédaction technique, mettre en place une stratégie de contenu avant de commencer la rédaction de sa documentation est obligatoire. En effet, il est essentiel qu’un rédacteur technique se pose, avant toutes autres choses, quelques questions s’il veut créer une documentation pertinente et efficace. En se posant les bonnes questions, le rédacteur technique précise les objectifs de sa documentation :

– Quel est le but de cette documentation ?
– Quelle en est la finalité ?
– Quel est le public ciblé ?
– Où sera publié ce contenu ?

suite

1°) Rédiger un document technique, comme une notice ou un manuel d’utilisation, est nécessaire pour comprendre le processus de fonctionnement d’un produit. Mon but est de rendre accessible cette documentation à un public ciblé.

2°) Le contenu d’un document technique donne des informations sur les fonctionnalités et les marches à suivre pour paramétrer et pouvoir utiliser un produit. La finalité de mon produit est donc d’aider le client à se servir correctement et efficacement du produit.

3°) Définir la cible de sa documentation est très important car de nombreux éléments dans la rédaction du contenu vont s’articuler autour de ce critère. Par exemple, le niveau de langue et le type de langage utilisés seront différents si la cible visée est jeune ou plutôt âgée. Le but, ici, est d’essayer de se rapprocher au maximum de l’audience visée afin que la documentation créée corresponde le plus possible aux besoins de cette clientèle. De plus, la mise en page du document sera aussi un élément influencé selon le public ciblé. Effectivement, un rédacteur technique, suivant l’entreprise, peut aussi être amené à s’occuper de la mise en page de la documentation. Une fois encore, les graphismes, les couleurs, la typographie, etc. ne seront pas les mêmes au regard d’une audience de jeunes adolescents que d’une audience de personnes plus âgées.

4°) La documentation sera publiée en ligne ? Ou bien elle sera imprimée sur papier ? Suivant le type de produit pour lequel est créée la documentation, le support utilisé sera différent et surtout adapté au produit et à son emballage. Par exemple, pour un logiciel ou un site internet, un support en ligne sera plus logiquement utilisé, alors que pour un jeu de société, on utilisera plutôt un support papier.

Vous avez désormais entre vos mains un savoir de base qui vous permettra de créer une documentation technique pertinente. Cependant, n’oubliez pas qu’il s’agit seulement d’une des étapes précédant la rédaction d’un document technique. La prochaine étape, c’est l’apprentissage des techniques et méthodes de rédaction nécessaires à une documentation claire et efficace.

Anne-Laure Zamarreno

Révisé par Camille Le Corre

Les rédac’tech : personnes clés de l’entreprise

Parce qu’aujourd’hui on ne s’aventure pas sur les routes sans GPS ou sans carte, nous sommes également réticents à l’idée d’acheter un objet sans guide utilisateur. Comment sait-on que notre imprimante est bien connectée à l’ordinateur ? Où faut-il appuyer pour faire fonctionner notre autoradio ? Comment change-t-on la batterie de notre téléphone ? Que de questions auxquelles les rédacteurs techniques doivent pouvoir répondre.

suite

Ils sont les créateurs des machines que vous utilisez. Pas dans le sens où ils assemblent ou imaginent les pièces, mais ils vous permettent de comprendre pourquoi ces pièces existent. Ils se font les traducteurs et les interprètes des ingénieurs, ils créent les catalogues et les fiches techniques, ils réalisent même parfois des tutoriels vidéo pour que vous ayez accès à plus de détails et d’illustration. Bref, ils sont partout. Ils portent plusieurs casquettes ; on le les appelle pas forcement « rédacteur technique » et pourtant, grâce à eux, vous n’avez pas besoin de retourner dans le magasin pour avoir des explications quant à l’utilisation de votre machine à café.

Cependant, on ne s’improvise pas rédacteur. Des formations sont nécessaires pour, d’une part connaitre les logiciels les plus utilisés (et donc demandés) par les entreprises, et d’autre part, apprendre à structurer correctement l’information.

Il faut savoir être concis. L’utilisateur doit pouvoir trouver l’information qu’il cherche facilement et rapidement. En effet, déjà qu’il ne lit la notice que parce qu’il est coincé (pourquoi cette perceuse n’est pas plus intuitive ?), il ne veut pas perdre du temps à chercher la réponse dont il a besoin !

Avoir des connaissances techniques (industrielles notamment) est un plus pour ce métier si l’on s’oriente vers de la rédaction technique de machines ou dans la défense l’aéronautique, etc. Cependant pour de la documentation de logiciel (entre autres) ces connaissances ne seront pas nécessaires.

On distingue plusieurs types de documentation réalisable par le rédacteur : la documentation de logiciel (ou comment exploiter les fonctionnalités du logiciel ou les options du jeux vidéo), de matériel et d’équipement (description du produit, de son utilisation…), de programme d’entrainement (destiné à des formateurs sous la forme de power point, tutoriels vidéo…), de la documentation marketing (brochures, catalogues…), ou encore ce que l’on appelle de la Rédac’Tech 2.0 (aide en ligne, gestion des forums de questions et des wiki…).

Ainsi, les jeunes étudiants en rédaction technique de tous horizons n’auront pas la nécessité de connaitre par cœur un domaine précis pour trouver un travail, mais quelques connaissances dans chacun permettent d’avoir de nombreuses portes ouvertes. Le métier étant de plus en plus connu, les offres d’emplois ne manquent pas pour le moment. Des perspectives de carrières dans de grandes entreprises de l’aéronautique ou même dans l’armée, comme dans des PME sont tout à fait envisageables selon les goûts des candidats.

En France, le marché s’ouvre toujours plus, mais à l’étranger, le métier est déjà bien reconnu et des offres intéressantes sont disponibles (sous réserve d’être à l’aise avec l’anglais principalement, mais aussi d’autres langues étrangères, comme l’allemand ou l’espagnol).

Pour conclure sur cet « awesome job », il faut retenir que : « La rédaction technique c’est l’art et la science de traduire des informations techniques de manière lisible et compréhensible pour un public non initié. » (Universal class).

Julie Daval

 

Source : https ://www.universalclass.com/articles/writing/technical-writing/business-writing/the-art-and-science-of-technical-writing.htm

InDesign : et si on se simplifiait la vie ?

Tout traducteur ayant déjà eu à faire de la mise en page vous le dira : c’est toujours à la dernière minute que tous les bugs arrivent. Et pour cause, les fichiers transmis par les clients ne sont pas toujours bien pensés.

InDesign, merveilleux petit logiciel de PAO (Publication Assistée par Ordinateur), permet d’automatiser le travail de mise en page très facilement (d’après ceux qui le connaissent). Nous allons vous donner quelques astuces très utiles, vos collaborateurs vont vous adorer et même vous aduler !

suite

Pour commencer, prenez le temps de mettre en place des calques et des gabarits. Cela peut sembler basique pour certains d’entre vous, mais il est toujours bon de le rappeler. Ces gabarits permettront d’avoir une mise en page de base (numérotation des pages automatisée, décorations, logos, etc.) qu’il ne sera pas nécessaire de remettre en place systématiquement.

Ensuite passons aux styles de paragraphe. Pour les traducteurs, rien de mieux que des styles clairement définis dans le fichier. Il faut également avoir en mémoire que les logiciels de traduction assistée par ordinateur (TAO), ne prennent pas en compte les mises en forme des styles, mais uniquement le texte. Il faut alors, lors de la conversion, ré-appliquer les styles de paragraphe dans le document. Les styles permettent aussi de prendre en compte la différence de taille des segments traduits. En effet, d’une langue à l’autre, les phrases n’auront pas la même longueur alors qu’elles transmettent la même idée.

Juste après les styles de paragraphe, il faut s’occuper des styles de caractères. Il s’agit des petites nuances de manière ponctuelle dans un texte, par exemple un mot en italique, en gras, souligné, ou encore d’une autre couleur. Pour les mettre en évidence, on ne crée pas un nouveau style de paragraphe mais une variante à celui utilisé grâce au style de caractère.

Enfin une dernière notion bien utile pour avoir un document optimisé est la mise en place d’une numérotation des titres. Nous aurions pu vous le présenter dans les styles de paragraphe mais l’importance du sujet méritait sa propre partie. Une numérotation des titres et parties permet de mieux organiser son document, et d’avoir de meilleurs repères en cas de bug dans l’enchainement des articles.

Beaucoup de tutoriels sont disponibles sur Internet, il vous suffit de poser la bonne question et les forums, vidéos, sites et PDF mis en ligne vous répondront. Il n’y a rien de compliqué et les traducteurs seront enchantés de travailler avec vous sur vos fichiers.

Alors vous attendez quoi ?

 

Julie Daval
Révisé par Perrine Bourdeau et Virginie Le Diagon

Sources : http ://www.tradonline.fr/indesign-optimisation-de-fichiers-traduction/
et https ://design.tutsplus.com/fr/articles/back-to-school-special—30-simple-adobe-indesign-tutorials–cms-21806

L’art d’écrire des mails attractifs

Comme vous devez très certainement le savoir, le mail est devenu un moyen de communication professionnel à part entière, et c’est même un des principaux moyens pour communiquer et s’échanger des informations. Il est indispensable dans la communication d’une entreprise, surtout s’il s’agit d’une entreprise de petite taille. Mais pour communiquer ainsi, il faut que vos mails soient lus, ce qui n’est pas une mince affaire quand ils se trouvent parmi un grand nombre de mails publicitaires et de newsletters. C’est donc tout un art d’écrire des mails : il faut qu’ils soient attractifs, qu’ils donnent envie de les ouvrir et de les lire. Continuer la lecture de L’art d’écrire des mails attractifs

Minimalisme et approche Agile, un mariage de raison  ?

Connaissez-vous l’approche « Agile »  ? Découvrons ensemble comment elle peut aider les équipes de développement mais aussi les rédacteurs techniques. Continuer la lecture de Minimalisme et approche Agile, un mariage de raison   ?

L’importance du rédacteur technique

Beaucoup d’entreprises n’emploient pas de rédacteur technique pour leur documentation. Les raisons sont multiples  : certains pensent que ce n’est pas utile car tout le monde peut rédiger de la documentation technique, d’autres pensent à leur compte en banque. En clair, le rédacteur technique semble être superflu. Pourtant, la documentation technique conçue par un rédacteur technique est plus efficace. Cela est dû à son savoir-faire  ; il sait se mettre à la place du public pour satisfaire ses besoins et ses désirs et connaît ce qui est indispensable pour la rédaction d’une bonne documentation.

Continuer la lecture de L’importance du rédacteur technique