InDesign : et si on se simplifiait la vie ?

Tout traducteur ayant déjà eu à faire de la mise en page vous le dira : c’est toujours à la dernière minute que tous les bugs arrivent. Et pour cause, les fichiers transmis par les clients ne sont pas toujours bien pensés.

InDesign, merveilleux petit logiciel de PAO (Publication Assistée par Ordinateur), permet d’automatiser le travail de mise en page très facilement (d’après ceux qui le connaissent). Nous allons vous donner quelques astuces très utiles, vos collaborateurs vont vous adorer et même vous aduler !

suite

Pour commencer, prenez le temps de mettre en place des calques et des gabarits. Cela peut sembler basique pour certains d’entre vous, mais il est toujours bon de le rappeler. Ces gabarits permettront d’avoir une mise en page de base (numérotation des pages automatisée, décorations, logos, etc.) qu’il ne sera pas nécessaire de remettre en place systématiquement.

Ensuite passons aux styles de paragraphe. Pour les traducteurs, rien de mieux que des styles clairement définis dans le fichier. Il faut également avoir en mémoire que les logiciels de traduction assistée par ordinateur (TAO), ne prennent pas en compte les mises en forme des styles, mais uniquement le texte. Il faut alors, lors de la conversion, ré-appliquer les styles de paragraphe dans le document. Les styles permettent aussi de prendre en compte la différence de taille des segments traduits. En effet, d’une langue à l’autre, les phrases n’auront pas la même longueur alors qu’elles transmettent la même idée.

Juste après les styles de paragraphe, il faut s’occuper des styles de caractères. Il s’agit des petites nuances de manière ponctuelle dans un texte, par exemple un mot en italique, en gras, souligné, ou encore d’une autre couleur. Pour les mettre en évidence, on ne crée pas un nouveau style de paragraphe mais une variante à celui utilisé grâce au style de caractère.

Enfin une dernière notion bien utile pour avoir un document optimisé est la mise en place d’une numérotation des titres. Nous aurions pu vous le présenter dans les styles de paragraphe mais l’importance du sujet méritait sa propre partie. Une numérotation des titres et parties permet de mieux organiser son document, et d’avoir de meilleurs repères en cas de bug dans l’enchainement des articles.

Beaucoup de tutoriels sont disponibles sur Internet, il vous suffit de poser la bonne question et les forums, vidéos, sites et PDF mis en ligne vous répondront. Il n’y a rien de compliqué et les traducteurs seront enchantés de travailler avec vous sur vos fichiers.

Alors vous attendez quoi ?

 

Julie Daval
Révisé par Perrine Bourdeau et Virginie Le Diagon

Sources : http ://www.tradonline.fr/indesign-optimisation-de-fichiers-traduction/
et https ://design.tutsplus.com/fr/articles/back-to-school-special—30-simple-adobe-indesign-tutorials–cms-21806

L’art d’écrire des mails attractifs

Comme vous devez très certainement le savoir, le mail est devenu un moyen de communication professionnel à part entière, et c’est même un des principaux moyens pour communiquer et s’échanger des informations. Il est indispensable dans la communication d’une entreprise, surtout s’il s’agit d’une entreprise de petite taille. Mais pour communiquer ainsi, il faut que vos mails soient lus, ce qui n’est pas une mince affaire quand ils se trouvent parmi un grand nombre de mails publicitaires et de newsletters. C’est donc tout un art d’écrire des mails : il faut qu’ils soient attractifs, qu’ils donnent envie de les ouvrir et de les lire. Continuer la lecture de L’art d’écrire des mails attractifs

Minimalisme et approche Agile, un mariage de raison  ?

Connaissez-vous l’approche « Agile »  ? Découvrons ensemble comment elle peut aider les équipes de développement mais aussi les rédacteurs techniques. Continuer la lecture de Minimalisme et approche Agile, un mariage de raison   ?

L’importance du rédacteur technique

Beaucoup d’entreprises n’emploient pas de rédacteur technique pour leur documentation. Les raisons sont multiples  : certains pensent que ce n’est pas utile car tout le monde peut rédiger de la documentation technique, d’autres pensent à leur compte en banque. En clair, le rédacteur technique semble être superflu. Pourtant, la documentation technique conçue par un rédacteur technique est plus efficace. Cela est dû à son savoir-faire  ; il sait se mettre à la place du public pour satisfaire ses besoins et ses désirs et connaît ce qui est indispensable pour la rédaction d’une bonne documentation.

Continuer la lecture de L’importance du rédacteur technique

Les meilleures méthodes de rédaction technique

Quand on s’imagine le travail des rédacteurs techniques, on pense à des rédacteurs enfermés dans leur bureau toute la journée, travaillant devant leur ordinateur. Le rédacteur technique est spécialisé dans l’écriture et la mise en forme de documentation sur tous types de machines, logiciels, etc. Mais il n’est pas spécialisé dans la conception des outils qu’il étudie, il ne connaît donc pas au premier abord leur fonctionnement. En conséquence, la rédaction technique a besoin de contexte, les rédacteurs doivent comprendre sur quoi ils travaillent pour pouvoir ensuite l’expliquer au public visé par leurs travaux.
Continuer la lecture de Les meilleures méthodes de rédaction technique

Les difficultés de la traduction vers l’espagnol

Respecter la région du pays est l’une des tâches les plus difficiles pour un traducteur. La langue française et la langue espagnole ont certes des ressemblances dues à leur origine romane, cependant il existe plusieurs facteurs à prendre en considération afin de produire une traduction exacte qui réponde aux exigences de la région ciblée. Continuer la lecture de Les difficultés de la traduction vers l’espagnol

Quelques conseils pour éviter à votre traducteur de s’arracher les cheveux

La traduction n’est pas un exercice de tout repos et à cela s’ajoutent les aléas de la qualité des textes sources. En effet, rares (ou peut-être même inexistants) sont les traducteurs qui n’ont jamais été confrontés à un texte compliqué, contradictoire ou même incompréhensible.C’est parfois le quotidien des traducteurs que de devoir déchiffrer et retranscrire l’incompréhensible. Néanmoins, il y a des moyens pour leur éviter ce calvaire. Le donneur d’ordre doit pouvoir se porter garant de la bonne qualité du document qu’il souhaite faire traduire. La qualité de la traduction dépend de la qualité du texte source alors vous serez bien plus satisfait du résultat. Voici donc quelques conseils pour éviter à votre traducteur de s’arracher les cheveux : Continuer la lecture de Quelques conseils pour éviter à votre traducteur de s’arracher les cheveux

La communication technique et ses champs d’application

Qu’est-ce que la communication technique ?

La rédaction technique consiste à produire la documentation sur le fonctionnement d’un produit ou d’un processus.

Pour être efficaces, la rédaction technique et la communication technique doivent être adaptées au public cible. L’information transmise par les experts techniques au rédacteur est très précise mais souvent peu compréhensible par un simple utilisateur. C’est la raison pour laquelle le rédacteur s’attache à adapter ces informations et sa présentation dans le but d’en améliorer la compréhension par le public cible. Continuer la lecture de La communication technique et ses champs d’application

Quelques conseils pour éliminer les erreurs de typographie

Le traducteur écrit et édite énormément, et forcément, des erreurs de typographie peuvent se glisser dans son travail. En effet, après avoir passé plusieurs heures ou plusieurs jours sur un même document, il est évident que ces erreurs peuvent passer inaperçues, tout simplement car on a tendance à scanner les phrases et le document sans prêter attention à chaque mot. Alors voici quelques conseils qui peuvent s’avérer utiles :

  • Le premier conseil est peut-être le plus connu : il s’agit de la relecture à voix haute. Elle peut paraître futile mais elle est tout à fait pertinente pour repérer les erreurs de typographie et permet en même temps de corriger les problèmes de rythme dans la phrase. Elle sert aussi pour les chiffres, les dates et autres éléments auxquels il faut faire extrêmement attention.
  • On a souvent tendance, et cela nous paraît logique, à vérifier un texte dans l’ordre chronologique. Mais pourquoi ne pas essayer de le faire dans l’autre sens, en partant de la fin du document ? De cette façon, l’œil se concentre sur les mots plus que sur les phrases et cela permet de repérer des erreurs que l’on n’aurait pas remarquées en scannant les phrases rapidement de bas en haut.
  • On le sait déjà tous, les correcteurs automatiques d’orthographe et de grammaire ne sont pas fiables à 100 %. Ils ne prennent pas en compte de nombreux mots, même si certaines préférences ont été spécifiées à l’avance. Le correcteur de grammaire représente indubitablement une aide précieuse mais remarque parfois des erreurs car il n’a pas compris la syntaxe de la phrase. Le meilleur correcteur reste donc l’œil humain.
  • Le dernier conseil, et non des moindres, est de laisser passer un peu de temps, dans la mesure du possible, entre le travail d’écriture et la relecture finale. C’est à ce moment là qu’il est le plus facile de repérer les coquilles ou les erreurs de typographie puisque l’esprit se concentrera plus aisément sur les mots, et moins sur le texte en général.

Et, comme on apprend de ses erreurs, il est très utile de repérer celles que l’on fait souvent afin de les noter et d’y remédier. C’est la façon la plus facile de ne plus les commettre et de s’améliorer !

Pauline GAUTHIER

  

http ://feedly.com/index.html#subscription %2Ffeed %2Fhttp %3A %2F %2Ftranslation-blog.multilizer.com %2Ffeed %2F