La VOST pour mieux s’exprimer !

Je suis sûr que vous aimez regarder séries et films, dont la plupart viennent probablement de l’étranger. Dépendant de votre niveau, il est possible que vous activiez les sous-titres, et c’est aujourd’hui ce que nous allons aborder !

suite

Tout d’abord, mise au point. Ici, nous allons parler de VOST (Version originale sous-titrée), donc pas de sous-titres traduits, déjà parce que cela est plus adapté lorsqu’il en vient à l’apprentissage d’une langue. Ensuite, il est possible que vous soyez déjà tombés sur différents sous-titrages de films ou séries vous ayant laissés effarés devant leur médiocrité, alors autant en rester à leur version originale. Là au moins, nous sommes certains de lire quelque chose de correct !

Commençons donc par le commencement : apprendre une langue, c’est diablement long et ça demande un investissement aussi régulier que sérieux. Je suppose que tout le monde s’accorde sur la question. Malheureusement, tout le monde n’a pas le temps de prendre des cours pour s’améliorer, et à défaut de mieux, on se rabat souvent sur des applications mobiles ou autres plateformes d’apprentissage pour s’y mettre.

Mais survient maintenant un hic : une fois « apprise », il est fort possible d’avoir quelques difficultés à utiliser une langue, car apprendre une langue, c’est une chose, mais l’utiliser en est une toute autre. En effet, pour cela, il est mieux d’avoir une certaine compréhension de celle-ci, en particulier en termes de contexte.

Ici arrive l’intérêt premier d’utiliser le sous-titrage comme un moyen d’apprentissage. Tout d’abord parce que je pense que tout le monde s’accordera à dire qu’apprendre en se distrayant rend la tâche moins fastidieuse. Ici, c’est en réalité plutôt un moyen d’associer plus aisément des mots ou expressions à leur contexte : voir une scène dans une série (par exemple) et le sous-titre qui correspond à ce qui est dit permet d’associer les deux clairement. Ainsi, lorsque nous entendons de nouveau ces mots ou expressions, le contexte nous revient bien plus facilement. Comprendre ce qui est dit est alors plus aisé, et vice-versa lorsqu’il s’agit de s’exprimer : nous nous souvenons de la situation, du coup, les mots nous reviennent d’eux-mêmes.

De plus, les sous-titres ont un intérêt pour les films étrangers eux-mêmes, simplement du fait qu’ils offrent une perspective linguistique différente de celle qu’il nous est possible de percevoir dans leur version doublée ou sous-titrée en français. Voir un film dans sa version originale permet une meilleure appréhension et compréhension de la culture du film.

En gros, si votre expression écrite comme orale est bancale, regardez des séries en VOST, c’est la solution idéale !

Maxime Cléret
Révisé par Camille Le Corre

Quelle est la meilleure façon d’apprendre une langue ?

Être polyglotte nécessite beaucoup de travail. En effet, apprendre une langue est difficile, mais il est encore plus difficile de la mettre en pratique en situation réelle. Oui, mettre en pratique ses connaissances en langues sur une feuille de cours est totalement différent d’appliquer ces dites connaissances au cours d’une conversation. Par exemple, en ce qui me concerne, j’ai énormément de mal à tenir une conversation en langues étrangères mais moins de mal à composer dans celles-ci. Je pense que c’est le cas pour bon nombre d’entre nous. Ce qui nous amène à nous demander alors quelles sont les solutions qui s’offrent à nous pour améliorer notre niveau en langue ou devrais-je plutôt dire notre interaction avec des gens en langues étrangères ?

suite

À vrai dire, plusieurs solutions s’offrent à nous, mais il faut savoir qu’en fonction de la personne, certaines solutions seront plus efficaces voire plus adaptées chez l’une que chez l’autre personne. Ainsi, il faut trouver sa ou ses solution(s) clé(s). Si vous apprenez des langues étrangères, je suppose que vous avez souvent eu l’occasion d’entendre que la solution clé pour améliorer son niveau de langue est l’immersion complète dans un pays, n’est-ce pas ? Cependant, tout le monde ne peut se le permettre, car c’est une solution qui demande de débourser beaucoup, or il existe de nombreuses autres solutions. De ce fait, l’autre problématique qui se plante est : est-il également possible de s’améliorer sans énormément débourser ? Oui ! Il existe effectivement d’autres solutions telles que regarder des films en version originale ou version sous-titrée, lire des livres en langues étrangères, participer à des salons internationaux. Ces salons internationaux sont non seulement le moyen de rencontrer des gens de différents horizons, mais aussi un moyen de pratiquer la langue et de mettre en pratique tous les mots appris dans un contexte spécifique.

Pour apprendre de manière efficace, il est important de faire la différence entre apprendre et assimiler une langue. Effectivement, apprendre par cœur sans aucun contexte, sans aucune mise en pratique, aura pour conséquence l’oubli quasi systématique des mots que l’on vient d’apprendre. Tandis qu’apprendre avec un contexte permettra de se rappeler du mot appris même après plusieurs années et c’est ce qu’on appelle l’assimilation d’une langue. En effet, un mot peut avoir différentes significations selon le contexte. Et faire face à ce mot dans un contexte précis permet de mieux le comprendre et par conséquent de s’en rappeler. C’est pourquoi discuter dans une autre langue est un moyen radical pour progresser et retenir.

Ainsi, le seul conseil que je peux vous donner, c’est de varier les différents moyens d’apprentissage, car non seulement il en existe une multitude, mais aussi parce que cela permet de voir lequel est plus adapter pour soi. Lisez, écoutez la radio, regarder des films en langues étrangères, en bref cultivez-vous et pratiquez !

Auréa ARTIS

Source : http ://translatorthoughts.com/2016/11/dont-study-learn/

Les réseaux sociaux, véritables outils d’apprentissage d’une langue étrangère

Apprendre une langue étrangère n’est pas toujours chose facile. Toutefois, avec la mondialisation, Internet nous a nettement facilité cette tâche. Le web est devenu le moyen incontournable pour les échanges, le partage linguistique et culturel partout dans le monde. Cet échange se fait principalement à travers les réseaux sociaux.

suite

A l’heure actuelle, le nombre de réseaux sociaux ne cesse d’augmenter. Tout le monde est présent sur au moins l’un de ces derniers, si ce n’est plus. Ils permettent de se connecter au monde entier, de rencontrer de nouvelles personnes, de se lier d’amitié avec elles et de partager ses idées. Mais ce n’est pas tout… La plupart d’entre eux peuvent également vous servir à apprendre des langues étrangères et ce, gratuitement. En effet, ce sont de réels outils d’apprentissage, et tout dépend de la manière dont vous les utilisez. Il en existe deux types : les réseaux sociaux à caractère éducatif et ceux à caractère récréatif.

Les réseaux sociaux dédiés à l’apprentissage

Pour mettre en pratique une langue étrangère, il est indispensable de s’entraîner et de s’évaluer. Busuu.com et Babelyou proposent une véritable communauté virtuelle d’utilisateurs provenant des quatre coins du monde. Un accès sans modération à des cours ainsi qu’à des exercices est disponible en toute gratuité. De plus, les tests sont corrigés par des utilisateurs natifs.

À la différence des deux précédents, Italki, propose des cours donnés par une communauté de professeurs. Cependant, l’accès aux supports vidéo est payant. Lingualia, quant à lui, met à votre disposition le robot Lingu qui vous aide à apprendre en fonction de votre niveau personnel.

Les réseaux sociaux dédiés aux rencontres

L’incontestable Facebook, ainsi que ses semblables Twitter et Skype sont de très bons moyens pour rencontrer des natifs. Vous pouvez faire des appels vidéo avec vos amis étrangers pour perfectionner votre accent ou simplement échanger avec eux, bien évidemment, dans la langue que vous étudiez.

Pour pousser encore plus loin, il existe aussi des sites internet entièrement consacrés à l’échange avec des correspondants tels que Interpals.net, ou encore l’application mobile HelloTalk. Ils sont utiles pour apprendre de manière plaisante tout en vous liant d’amitié avec vos correspondants. Ils vous facilitent la tâche en vous suggérant directement des personnes dont la langue maternelle est celle que vous étudiez et souhaitant apprendre la vôtre. La communauté qui les compose est avide d’apprendre et est toujours prête à vous aider dans votre apprentissage.

Munissez-vous d’au moins l’un de ces réseaux et passez le cap de l’apprentissage d’une nouvelle langue en créant des liens avec des personnes à l’autre bout du monde. Avec une telle facilité, tout n’est plus qu’une question de motivation, n’est-ce pas ?

Sonia Ahamada

Source : http ://www.infoidiomas.com/blog/5117/las-7-mejores-redes-sociales-para-aprender-idiomas/

Les français sont-ils si mauvais en langues étrangères ?

Selon des études menées au niveau européen et mondial, les français ont une maîtrise de l’anglais plutôt moyenne.

Où se situe la France dans les classements ?

Au niveau européen : les pays du Nord (comme la Suède, les Pays-Bas ou le Danemark) sont meilleurs en anglais que les pays du Sud (la France, l’Espagne ou le Portugal). Sur 27 pays testés en Europe, la France se situe à la 24e position entre l’Ukraine et la Russie selon l’étude menée par l’EF EPI. Continuer la lecture de Les français sont-ils si mauvais en langues étrangères  ?

Pourquoi certaines langues sont-elles si difficiles à apprendre ?

Demandez à n’importe quel étudiant ou voyageur européen : il aura en tête une liste de langues réputées faciles ou difficiles à apprendre. Il semble exister en Europe un consensus autour de cette question. De manière générale, l’anglais, l’espagnol et l’italien sont considérées comme rapides à maîtriser, alors que l’allemand, le chinois ou encore le russe seraient quasiment impossibles à dominer, sauf pour des locuteurs natifs !

En fait, si l’on se prête au jeu du classement des langues selon leur difficulté, on s’aperçoit qu’il est quasiment impossible d’en dresser une liste universelle, puisque la difficulté d’une langue étrangère est tout à fait subjective ! Elle dépend en grande partie de la langue maternelle de l’apprenant. Plus la langue étrangère s’éloigne de la sienne, plus il est obligé de penser différemment le langage, plus la langue lui paraît donc difficile à maîtriser. Ainsi, beaucoup d’éléments peuvent rendre une langue opaque pour un étranger : un nouvel alphabet, des sonorités qui nécessitent une autre gymnastique buccale, une grammaire radicalement différente…

Une langue qui appartient à la même famille linguistique que la nôtre est forcément plus facile à apprendre ! Par exemple, un Français maniera plus rapidement une langue romane comme l’italien, qu’une langue slave comme le serbe. De même, plus l’on connaît de langues, plus il est simple d’en apprendre de nouvelles, car l’on s’est familiarisé avec de nouvelles façons de concevoir le langage et la syntaxe. Lorsque l’on connaît déjà les déclinaisons allemandes, difficile d’être effrayé par celles du russe !
Établir un classement universel des langues difficiles apparaît alors comme un exercice bien stérile. En outre, dès que l’on touche à ce sujet, on se confronte aux préjugés, positifs comme négatifs, que l’on entretient tous sur les cultures étrangères. En tous cas, sans un minimum de régularité et d’immersion à l’étranger, vous avez peu de chance de bien parler une langue, qu’elle vous paraisse facile ou difficile au départ.

Une question s’impose : la difficulté supposée d’un idiome a t elle une influence sur le nombre d’apprenants ? L’espéranto, par exemple, est une langue simple à maîtriser car elle a été créée expressément dans ce but. Pourtant, en Europe, elle a assez peu de locuteurs (environ deux millions) et l’on encourage rarement son enseignement à l’école. C’est l’anglais, au contraire, qui prend le pas sur les autres langues dans l’Union européenne. L’italien ou le portugais, pourtant réputées faciles, perdent des apprenants, alors que le chinois en gagne. Il semble que le prestige et la domination économique ou culturelle aient plus d’impact sur le nombre d’apprenants que la complexité de la grammaire ou du système d’écriture.

Romane Dérible

Sources : http ://www.mondelangues.fr/langues-faciles-langues-difficiles

http ://www.infoidiomas.com/blog/8220/los-8-idiomas-mas-faciles-del-mundo/