La localisation, avant tout une affaire de culture

Avant de s’attaquer à la localisation d’une application ou d’un site web, il faut penser à un certain nombre de choses. Quand on parle de stratégie de marque sur internet, une des plus importantes est le rendu visuel, puisque c’est ce que le client potentiel verra en se connectant. En bref, il faut faire bonne impression.

 

En effet, il ne suffit pas de créer un site web et de le diffuser dans le monde entier. Il faut tout d’abord réfléchir aux différents publics qui le liront. C’est là qu’intervient la localisation. Chaque culture possède ses propres codes et tout le but de la localisation est d’adapter son site en fonction de ces codes. En même temps, il faut veiller à garder une unité et à ne pas trop changer l’image de la marque. Vous l’aurez compris, cela peut vite devenir compliqué lorsqu’on vise le monde entier.

 

La priorité est de connaître le public à qui on a à faire. C’est la meilleure façon d’adapter le contenu de son site ou application. Il ne suffit pas que les supports soient esthétiquement « beaux », ils doivent être adaptés afin d’être perçus de la meilleure façon possible par le public cible. Cela passe par une recherche des préférences culturelles (couleurs, design, façon de placer les éléments sur la page, etc.). Le client potentiel se sentira beaucoup mieux et sera plus à même de rester connecté s’il se sent à l’aise avec le support. L’exemple le plus probant de différences dans les préférences culturelles est peut être celui des couleurs. Les couleurs ont toutes des significations dans chaque culture, en plus d’avoir des « rôles » ou connotations. Par exemple, le blanc est la couleur du deuil en Asie, alors qu’il représenterait plutôt la simplicité ou le raffinement en Europe. Dans certains pays, les habitants préfèrent qu’il y ait plus de texte que d’images, alors que dans d’autres, la tendance est inversée.

 

La deuxième chose, c’est de trouver le bon équilibre entre ce qu’il faut garder et ce qu’il faut atténuer. Une marque, pour être reconnue par tout public, doit avoir une ligne directrice : une couleur, une icône, un style. Il s’agit de faire une liste des attributs d’identification de la marque et de déterminer lesquels ne peuvent être changés ou adaptés, et lesquels doivent ou peuvent l’être. Certains éléments sont essentiels à la marque (le logo), alors que d’autres peuvent être modifiés, sans pour autant dénaturer toute son image (images, couleurs du site). La meilleure chose à faire pour vérifier cela est de faire des tests auprès du public visé et d’analyser les retours.

 

Il est très important de passer du temps sur ces recherches, aussi long que cela puisse sembler. Ce sont des techniques qui fonctionnent puisqu’elles permettent de diffuser l’information de manière optimale et d’obtenir un réel impact sur le public. Un très bon exemple de réussite en matière de localisation est le site de L’Oréal (www.loreal.fr), dont le design et le contenu sont adaptés aux différents pays et régions dans lesquels la marque est présente. On peut en particulier noter les différences entre le site en français et celui en coréen. Notons au passage que d’autres marques ont, elles, réussi à s’imposer sans rien changer ou presque de leurs codes (Facebook, Twitter).

 

Pauline GAUTHIER

 

Source :  http ://www.sajan.com/blog/style-wise-localization-strategy-tips-ensure-global-branding-success-websites-mobile-apps/

Les gestes à éviter à l’étranger

« Avec des gestes, on arrive toujours à se faire comprendre. » Et ce n´est pas moi, grande gesticulatrice dans les pays dont la langue m´est parfaitement inconnue, qui vais vous dire le contraire. Il est possible de très bien s’en sortir avec des mimes et des expressions faciales. Attention toutefois à certains gestes, totalement innocents chez nous, mais qui peuvent être très mal interprétés dans d’autres cultures. Petit guide des gestes à éviter pour passer de bonnes vacances sans insulter les autochtones. Continuer la lecture de Les gestes à éviter à l’étranger

Les agences de traduction virtuelles et l’encombrement du marché de la traduction

Face à la difficulté croissante pour les traducteurs de se faire une place sur le marché de la communication multilingue, de plus en plus de sites web proposent de faire le lien entre les professionnels de la traduction et les entreprises en quête de services de traduction. Continuer la lecture de Les agences de traduction virtuelles et l’encombrement du marché de la traduction