Les coulisses et dangers de l’interprétation politique

Si l’interprétation est assurément un domaine demandant un travail conséquent, il est d’autant plus compliqué de l’associer à la confusion occasionnelle de la sphère politique. Pourtant, il est crucial que les discours des politiciens soient retransmis de façon juste et rapide, comme lors de congrès par exemple. Penchons-nous alors sur les spécificités de l’interprétation politique et les défis qu’elle peut renfermer.

suite

Des connaissances multiples et infaillibles

De façon générale, l’interprétation requiert un niveau d’expertise supérieur à la moyenne, afin de pouvoir retransmettre le discours de la façon la plus précise possible. Le hic concernant le domaine politique réside dans la variété presque indécente de sujets abordés. Maria Rosaria Buri, interprète de conférence, avait même décrit ce package politique comme un « discours spécialisé » pouvant contenir « des sujets économiques, financiers, politiques, militaires et culturels jusqu’à des domaines hautement techniques ».
Une connaissance de la branche politique est tout particulièrement de mise : connaître les différents partis, l’opinion publique, les passifs des pays ainsi que les interactions des différents acteurs est d’une importance capitale afin d’éviter, lors de l’interprétation, tout impair et contresens dus au stress ou au manque de préparation.

Le mimétisme du politicien
Au-delà de la branche politique, il faut faire du politicien lui-même une spécialité. L’appropriation de son vocabulaire, de ses idées, de ses tics de langage est une nécessité : l’interprète doit, plus que jamais, être un miroir parfait de l’interprété. Ainsi, il est fortement indiqué de consulter d’anciens discours du politicien ou de rechercher des traductions officielles de conférences que la personne a pu donner, afin de s’imprégner de sa personnalité et de sa vision. Certains clients présentent en effet des complications extrêmes pour un interprète, et mieux vaut y être préparé : par exemple, Sion Edwards, interprète à l’Assemblée Nationale galloise, décrit « les allusions littéraires et religieuses » comme étant « un cauchemar ».

Le blog Rosado Professional Solutions donne même un exemple surprenant du mimétisme qui peut être attendu d’un interprète politique : ces derniers sont souvent associés à un politicien en fonction de leur genre (interprète homme pour politicien homme), de leur origine (interprète asiatique pour politicien asiatique) … voire même de leur timbre de voix ! Tout cela a pour but de diffuser au monde une image – et donc une voix – universelle de la personne.

Savoir s’effacer, savoir s’imposer

Le mimétisme ne s’arrête pas là ; en effet, on pourrait même parler de l’effacement total de toute personnalité de l’interprète. S’il est simple de rester objectif vis-à-vis d’une conférence d’histoire ou de biologie, les idées politiques peuvent aller à l’encontre de l’opinion de l’interprète. Par exemple, imaginons ensemble les interprètes français de Donald Trump lorsqu’il viendra célébrer l’anniversaire du Débarquement, quand il proposera de construire un mur entre la France et l’Espagne… Ceci est donc une difficulté supplémentaire : plus que jamais, l’interprète se doit de faire abstraction de toute pensée personnelle.

Cependant, il existe également des situations où l’interprète doit dépasser cette impassibilité pour corriger des imperfections dans le discours. Attention : il ne doit s’agir que de fautes graves, involontaires de la part du politicien, rompant avec son discours. Un exemple parfait serait un discours de François Hollande à Tokyo en juin 2013 où, s’adressant au peuple japonais, il avait accidentellement parlé du « peuple chinois » … Fort heureusement, son interprète avait alors corrigé la faute sans sourciller, évitant ainsi une méprise malvenue.

Le métier d’interprète est donc déjà loin d’être simple, mais celui d’interprète politique consiste véritablement à marcher sur un fil. Les connaissances, la personnalité du politicien, la justesse : il faut trouver un équilibre constant entre tous ces paramètres pour éviter les faux pas.

Avatar du rédacteur Camille Herriau

Sources :

The professional interpreter (source principale) : https ://rpstranslations.wordpress.com/2016/08/08/the-interpreter-and-the-political-season/

BBC : http ://www.bbc.com/news/uk-politics-19117167

Association Internationale des Interprètes de Conférence : http ://aiic.net/page/7349/interpreting-in-diplomatic-settings/lang/2

Le Monde : http ://www.lemonde.fr/politique/video/2013/06/07/hollande-confond-peuple-japonais-et-peuple-chinois_3426345_823448.html

Rencontre de traducteurs en sciences humaines et sciences sociales

Traducteurs, traductrices, à vos crayons et à vos agendas ! Du 18 au 20 mars 2015 aura lieu à Paris, à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme, la rencontre de traducteurs en sciences humaines et sciences sociales. Ce colloque est organisé par la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme, le Robert Bosch Stiftung et l’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD). Il a pour ambition d’offrir à 20 traducteurs, traduisant de l’allemand vers le français et du français vers l’allemand, un cadre de travail dynamique où ils pourront échanger et débattre sur les difficultés rencontrées dans leur travail et sur les tendances actuelles, culturelles et politiques de leur profession ainsi que d’initier des coopérations à plus long terme. Continuer la lecture de Rencontre de traducteurs en sciences humaines et sciences sociales

L’interprétation téléphonique : comment ça fonctionne ?

L’interprétation en tant qu’activité professionnelle est née après la seconde guerre mondiale, lors des procès de Nuremberg. Cette activité est donc très récente et surtout peu connue du grand public qui ignore souvent que traducteur et interprète sont deux métiers bien distincts. Continuer la lecture de L’interprétation téléphonique  : comment ça fonctionne  ?

ALTA (American Literary Translators Association)

Bien que la traduction littéraire ne soit pas considérée comme une profession en tant que telle, il existe néanmoins aux États-Unis une organisation qui réunit des traducteurs littéraires de renom  : l’ALTA, Association des Traducteurs Littéraires Américains. Cette association, unique en son genre aux États-Unis et consacrée à la traduction littéraire, a été fondée par Rainer Schulte et A. Leslie Wilson en 1978, à l’Université du Texas à Dallas. Les membres de cette association, par le biais de la traduction littéraire, étudient la communication et la culture des pays d’où proviennent les livres qu’ils traduisent.

Continuer la lecture de ALTA (American Literary Translators Association)

Conférence : Les traductions et l’original

Retraduire un texte déjà traduit est un sujet actuel. Cependant, on s’interroge sur cette nécessité. Les nouvelles traductions seraient plus « fidèles à la langue d’aujourd’hui » puisque le texte est adapté au contexte actuel. On peut ainsi aller au-delà de la « fidélité à l’original ». Néanmoins, pour les auteurs, ces nouvelles traductions restent tout de même subordonnées au texte d’origine. Continuer la lecture de Conférence  : Les traductions et l’original

La prochaine conférence Localization World se tiendra à Singapour en 2013

La prochaine conférence Localization World se tiendra à Singapour du 10 au 12 avril 2013, avec pour thème principal le rôle de la localisation dans une économie mondiale changeante. La mondialisation croissante entraîne en effet une augmentation des besoins des entreprises en termes de traduction-localisation, mais les budgets consacrés à ceux-ci sont de plus en plus restreints.

Continuer la lecture de La prochaine conférence Localization World se tiendra à Singapour en 2013