Les bases d’un CV de traducteur

Lorsque vous cherchez du travail et que vous souhaitez répondre à une annonce, il est important de fournir une lettre de motivation et un CV impeccables. Les entreprises reçoivent une multitude de CV et procèdent sans doute à un premier tri. Voici donc les éléments à inclure dans votre CV afin de passer cette étape.

suite

On commence généralement un CV par ses informations de contact : nom, prénom, adresse postale, adresse électronique, numéro de téléphone… Même si vous répondez à une offre par mail et que de ce fait votre adresse électronique est présente, un grand nombre d’entreprises préfère appeler les candidats. Elles ont donc besoin de plus d’informations que seulement vos nom et prénom.

Pour ceux et celles qui mettent une photo sur leur CV (ce qui n’est pas obligatoire), utilisez une photo qui fait professionnelle : les photos d’identités sont pratiques même si elles manquent de gaieté. N’utilisez surtout pas une photo de groupe découpée ou une photo de vous dans une situation trop familière.

Viennent ensuite les formations et les expériences. Vous pouvez choisir de mettre en premier les formations puis les expériences ou inversement, cela n’a pas d’incidence sur la lecture. Par contre, il est important de mettre en avant (dans ces deux domaines) les éléments liés à l’offre d’emploi. Par exemple, pour une offre de traduction, mettez en avant votre formation d’études supérieures et non le baccalauréat ; mettez en avant vos expériences de traduction et non votre job d’été. Ne rayez pas ces éléments de votre CV mais relayez-les en dernière place.

Comme tout traducteur qui se respecte, vous travaillez au moins avec deux langues. Il est important de les inclure avec le niveau de chacune. Oui, vous savez parler français, anglais et espagnol, mais pas au même niveau. Il vaut mieux utiliser les niveaux internationaux (A1, B1, C1 ou langue maternelle) plutôt que « débutant », « intermédiaire » et « avancé » qui sont trop approximatifs.

Les entreprises sont intéressées par les domaines de spécialité des traducteurs. Pensez donc à les indiquer sur votre CV : économie, marketing, sciences, jeux vidéo… Si vous n’en avez pas, ne vous inquiétez pas : mentionnez les domaines dans lesquels vous avez déjà travaillé même si ce ne sont pas vos spécialités.

Quasiment tous les traducteurs travaillent sur des logiciels de TAO (traduction assistée par ordinateur : Trados, MemoQ, etc.). Indiquez ceux dont vous maîtrisez l’utilisation même si généralement les entreprises n’en utilisent qu’un et le mentionnent dans l’offre.

Les centres d’intérêt sont propres à chacun, je ne peux donc pas vous donner de conseils là-dessus.

En tout et pour tout, votre CV doit faire une page voire deux mais pas plus. Personne n’a envie de lire un CV de 10 pages, pas même vous, donc ne l’imposez pas aux autres. S’il est trop long, réduisez-le en ne gardant que les éléments ciblés sur l’offre. Pensez bien à le mettre à jour !

L’orthographe et la grammaire sont essentielles, surtout pour un traducteur. On ne vous prendra pas au sérieux si vous faites des fautes. Lisez-vous et relisez-vous, utilisez les correcteurs gratuits mis à disposition, etc.

Pour ce qui est de la forme du CV, essayez de vous éloigner du format traditionnel : dynamisez-le, faites des colonnes, etc. Réalisez un CV qui reste en tête !

Avatar Marie Moriceau

Texte souce : http ://translatorthoughts.com/2016/10/how-to-write-an-appealing-cv-for-translation-agencies/