Partir à l´étranger, pas sans se préparer

On ne part pas en voyage sans rien connaître du lieu de destination, ou en tout cas c´est rare. Avant de partir, on s´organise, on se prépare, on se familiarise avec notre lieu de vacances. On peut s´informer de diverses manières, en achetant un livre de voyage par exemple, en faisant des recherches sur le web, en posant des questions à nos proches… On se renseigne sur différentes choses comme la culture du pays, les coutumes, l’alimentation, les lieux touristiques… Mais ce qui est sûrement le plus important, c’est d’avoir quelques notions de base quant à la langue parlée dans le pays de destination. En effet, quelques phrases passe-partout sont nécessaires pour éviter  les déconvenues ou l’incompréhension totale. Des mots types comme « Bonjour », « Au revoir », « S’il vous plaît » ou « Merci » sont primordiaux. On peut y ajouter quelques phrases telles que « Combien ça coûte ? », « Pouvez-vous m’aider ? » ou encore « Où se trouve… ? ». Il s’agit d’un minimum lorsque l’on voyage à l’étranger.

Imaginons que vous partiez à Dublin, un Good morning, un Please ou un Can you help me please ? peuvent vous être légèrement utiles dans le cas où vous seriez perdus ou si vous avez un problème.

Vous êtes dorénavant à Barcelone, dans une boutique de souvenirs. Vous entrez, vous dites ¡Buenos días ! (Bonjour, le matin), vous souhaitez acheter quelque chose, vous demandez ¿Cuánto cuesta ?, vous dites Gracias pour dire merci et ¡Adiós ! lorsque vous sortez de la boutique.

Vous êtes maintenant à Rome. Vous commandez une Gelato (glace) dans une gelateria, vous demandez  Per favore (s’il vous plaît) et vous répondez Grazie (merci). Ce n’est pas grand-chose, mais on ne peut pas dire que ce ne soit rien non plus !

C’est certain, quelques mots ne sont pas suffisants pour tenir une grande conversation, mais connaître quelques phrases utiles, des mots de base et quelques expressions courantes, ne peuvent que rendre votre voyage des plus réussis. C’est pourquoi, avant le voyage, n’hésitez pas à prendre le temps de vous familiariser avec la langue, ce ne sera pas du temps perdu.

 

Éva Mygardon

Source : https ://docs.google.com/spreadsheet/ccc ?key=0AsC24tR-mNWXdG92dHlBVzZHTkNDVGJXbmtEZDFhQ2c&usp=drive_web#gid=7

 

Un dictionnaire unilingue un peu particulier

Dans le secteur de la traduction, la documentation (projet de traduction d’un document en une seule langue) ne se limite pas aux dictionnaires de langues classiques tels que le Petit Robert ou le Larousse. En effet, de nombreuses variantes se côtoient au sein d’une même langue : l’argot, les dialectes régionaux ou encore le jargon (vocabulaire propre à un milieu professionnel, à une discipline ou à une activité). Cependant, elles restent souvent peu connues aux frontières du milieu où elles ont vu le jour. Continuer la lecture de Un dictionnaire unilingue un peu particulier

Quelles combinaisons linguistiques pour réussir en tant qu’interprète ?

Beaucoup d’étudiants en interprétariat se demandent quelles langues sont les plus susceptibles de leur fournir une quantité de travail suffisante pour pouvoir vivre de leur futur métier.

Il est bien connu que certaines combinaisons de langues offrent moins de chances de succès professionnel que d’autres considérées comme plus exotiques. En effet, certaines langues romanes telles que l’espagnol, l’italien ou le français, parlées par un grand nombre de personnes, sont très courantes en Europe et de fait moins recherchées que des langues comme l’islandais ou l’estonien. Ces langues possèdent moins de locuteurs mais sont en comparaison plus recherchées parce que moins communes.

Devrions-nous laisser d’autres personnes nous influencer quant à choisir quelles langues nous devrions apprendre ?

Quelqu’un pourrait vous inciter à apprendre une nouvelle langue et vous pourriez relever le défi et tomber amoureux d’une culture alors inconnue. Ou bien vous pourriez vous fixer des objectifs irréalisables et échouer dans cette nouvelle entreprise pour finir déçu que quelqu’un vous ait un jour insufflé cette idée.

La vérité est que l’apprentissage d’une langue est une décision qui n’appartient qu’à vous. Il ne s’agit pas uniquement de grammaire ou d’orthographe, il s’agit aussi d’une culture, d’un peuple, c’est pourquoi le choix d’une langue doit aussi être motivé par un sentiment d’appartenance à une certaine mentalité ou façon de penser. Vous devez être curieux de découvrir les pays dans lesquels la langue que vous avez choisie d’apprendre est parlée, et pouvoir vous sentir proche de ces pays. Ainsi, si vous décidiez d’apprendre l’islandais ou l’estonien simplement parce que vous savez que ces langues pourraient vous fournir du travail en tant qu’interprète, mais que vous ne vous sentiez pas en accord avec ces cultures, il se pourrait que vous abandonniez vite l’apprentissage de ces langues.

La page Facebook du service interprétariat de l’Union Européenne informe les (futurs) interprètes des combinaisons de langues les plus recherchées par les employeurs, mais il est évident que la décision finale d’apprendre une langue ou non revient à chacun.

Amélie Wadoux

Source : http ://theinterpreterdiaries.com/category/languages/