Les questions à poser aux clients avant d’accepter un projet

Toutes les traductions sont différentes : nombre de mots, niveau de technicité, niveau rédactionnel, thèmes abordés, format à traiter, etc. Autant de possibilités soulèvent forcément des questions auxquelles les réponses sont indispensables. Lorsqu’un client vous demande un devis, il faut impérativement lui poser un certain nombre de questions nécessaires à votre organisation pour le projet.

suite

On pense souvent qu’un mot équivaut à un prix fixe, pourtant ce prix est très variable en fonction de différents facteurs : la langue source, la technicité du texte, le délai imparti, etc. Plus la langue source sera rare, le texte technique et le délai court, plus la traduction sera chère. Certains projets n’en valent pas la peine et ne feront que vous faire perdre votre temps. C’est pourquoi, avant d’accepter un projet, parce que les temps sont durs, des questions essentielles s’imposent :

  • quel est le nombre de mots ?

  • quel délai le client souhaite-t-il ?

  • quelle est la technicité du texte ?

  • quel est le format du document source ?

  • est-ce un document écrit ou audio ? Faut-il une transcription ?

En fonction des réponses à ces questions, vous pouvez alors savoir si le projet en vaut la chandelle et, surtout, combien le facturer. Souvent, un client essaiera de négocier ou de vous imposer son prix. Beaucoup de personnes ne prennent pas en compte le temps et le travail que peut représenter une traduction. Mais demandez-vous si vous considérez que ce prix est juste. Ne vous laissez pas dicter un prix trop bas, qui pourrait non seulement vous faire travailler à perte, ou pour une somme dérisoire, mais également vous mettre tous vos confrères à dos ! Il est important d’« éduquer » votre client à vous respecter non seulement en tant que professionnel, qui n’utilise pas seulement ses connaissances linguistiques, mais aussi en tant qu’être humain, qui a des besoins (comme le sommeil, entre autres) et des envies. Cependant, il est important de fidéliser votre clientèle : si vous devez accepter un projet contraignant (dans une mesure respectable) de la part d’un client pouvant vous fournir régulièrement des traductions intéressantes, n’hésitez pas trop.

Si les affaires marchent bien, vous pouvez également prendre d’autres facteurs plus personnels en compte : avez-vous plus besoin (ou envie) d’une vie personnelle que de vous acheter le dernier iPhone ? Cette traduction vous intéresse-t-elle ? Le client est-il reconnu ? Peut-il vous fournir un véritable volume de travail par la suite et ainsi devenir rentable ? Poser les bonnes questions peut vous apporter une tranquillité d’esprit non négligeable !

Camille Rigaud

Source : https ://enlalunadebabel.com/2016/12/07/el-encargo-de-traduccion-que-preguntar-antes-de-aceptar/

Ce qu’on retire des tests de traduction

Les tests de traduction : ces épreuves tant redoutées. Ils peuvent influencer beaucoup de choses car en effet, ce sont des tests. En tant que traducteur, notre niveau est constamment évalué, que ce soit par les agences de traduction qui nous embauchent ou par les clients.
Ces tests sont des échantillons de notre travail, de notre style et de notre savoir-faire, ils disent tout sur notre capacité à traduire, mais également sur notre capacité à gérer le stress. Si vous voulez connaître la composition de ces tests et les aspects évalués plus en détail, n’hésitez pas à aller lire cet article très intéressant sur les secrets des tests de traduction.
Vous passerez par deux types de tests de traduction :
– les tests que vous enverront les agences de traduction lorsque vous postulerez
– ceux envoyés par les clients lorsqu’on vous proposera un projet précis.

Mais avec l’expérience, selon l’auteure de l’article source, vous pourrez retirer des leçons de ces tests de traduction. Ces leçons peuvent être de deux types :

Les leçons sur les agences ou les clients
Grâce aux tests de traduction et à leurs conditions, on peut apprendre beaucoup de choses sur les personnes susceptibles de nous employer. Le contact peut être bon ou mauvais, la personne peut paraître sérieuse ou non (en vous envoyant un test à faire très rapidement, en mettant beaucoup de temps à vous répondre par exemple), ou encore trop exigeante (en vous donnant un test dans un délai irréalisable).

Les leçons sur nous-mêmes
Nous pouvons aussi apprendre beaucoup de choses sur nous-mêmes lors de ces tests, par exemple découvrir qu’un certain type de traduction n’est pas pour nous. Nous pouvons aussi nous découvrir des points forts et des points faibles (domaines de spécialité, type de textes…). Enfin, les tests de traduction peuvent nous être renvoyés corrigés, ce qui est très bien pour apprendre de ses erreurs.

Mélissa Le Danvic–Cilia

Source : http ://linguaenauti.com/2016/01/08/cosa-insegnano-le-prove-di-traduzione/