Interprètes et traducteurs  : leur rôle crucial au sein de la crise des migrants

Au cœur de la crise des migrants, la demande de traducteurs et d’interprètes bénévoles avec des combinaisons de langues rares est très importante. Parmi les demandeurs d’asile qui arrivent en Grèce, 80 % sont Syriens ou Afghans et parlent respectivement arabe ou farsi. Dans les groupes  de Syriens, en général issus de la classe moyenne, au moins une personne parle anglais. Les Afghans, eux, viennent plus souvent des campagnes et ne savent pas communiquer autrement que dans leur langue. Les autres 20 % ne parlent aucune de ces langues : l’association Traducteurs Sans Frontières (TSF) reçoit des demandes pour le kurde, l’ourdou, le dari, le pachto, le tigrigna ou encore le français. Des langues auxquelles les bénévoles sur le terrain n’ont tout simplement pas accès. Continuer la lecture de Interprètes et traducteurs   : leur rôle crucial au sein de la crise des migrants