Ingrats

La complexité inhérente à la confection de sous-titres de qualité vient de la présence de nombreux facteurs concourants dans l’équation. Afin de ne pas devenir la risée d’une communauté de fans quelconques d’une série tout autant quelconque en raison de la piètre qualité des sous-titres dont vous affublez leurs maîtres à penser fictionnels, vous aurez tout intérêt à tenir compte des éléments et astuces exposés ici.

suite

La première difficulté est la conversion du langage parlé vers le langage écrit. Dans le cadre du sous-titrage, cette étape est d’autant plus complexe qu’elle s’accompagne d’un processus de traduction. Il est nécessaire de parvenir à donner l’impression au spectateur qu’il entend le personnage à travers vos sous-titres. Vient ensuite s’ajouter une autre couche d’éléments problématiques non négligeables : les limites de caractère et de durée d’affichage d’un sous-titre. Le savant mélange de tous ces éléments nous donne approximativement la formule suivante : « les sous-titres doivent véhiculer le plus fidèlement possible les propos des personnages et sonner comme du discours oral tout en étant restreints en termes de nombre de caractères ».

En vue d’améliorer et/ou renforcer vos compétences en matière de sous-titrage, il est possible de procéder comme suit :

  • Respectez minutieusement les règles de sous-titrage existantes, notamment en matière de durée d’affichage, de saut de ligne et de nombre de caractères maximum. Elles furent mises au point pour une raison, honorez la mémoire de leurs créateurs.
  • Concentrez-vous plus sur le sens du message que sur les mots le composant (qui l’eût cru ?).
  • Éliminez les hésitations, balbutiements et autres éléments de ce type de vos sous-titres. Ils sont source de confusion, et occupent de la place, qui vous est précieuse.
  • Intéressez-vous à la culture de la langue vers laquelle vous traduisez. Cela vous aidera à traduire d’éventuels jeux de mots, et confèrera un caractère naturel et idiomatique à vos sous-titres. De plus, vous apprendrez certainement des choses, et cela ne vous fera pas de mal.
  • Adaptez votre vocabulaire et votre niveau de langue à ceux des personnages dont vous sous-titrez les propos.

RESPECTEZ MINUTIEUSEMENT LES RÈGLES DE SOUS-TITRAGE EXISTANTES. Sérieusement. Sinon un jour vous vous réveillerez avec la bonne idée de faire découvrir à votre petite sœur votre dessin animé préféré, et ses compétences relatives en anglais vous obligeront à trouver une version sous-titrée. Après quelques minutes de recherche vous atteindrez enfin le Graal : « Rick.and.morty.S01E01.VOSTFR.1080p » ; lancerez la vidéo plein de joie et d’enthousiasme seulement pour les voir tous deux ruinés quelques secondes plus tard lorsque vous constaterez que les sous-titres sont une fois trop long, une fois trop court, ne restent pas assez ou trop longtemps à l’écran, sont mal synchronisés, comportent des fautes d’orthographes et reviennent à la ligne au milieu d’un mot… Vous tenterez ensuite désespérément de faire en sorte que cette journée ne soit pas un fiasco total, mais vous échouerez lamentablement, et chacune des larmes de votre petite sœur, inconsolable, sera tel un coup de poignard dans votre cœur.

Élaborer des sous-titres de qualité ? La balle est dans votre camp désormais. Soyez attentif et vous vous rendrez vite compte que les démarches à suivre pour mettre au point de « bons sous-titres » relèvent plus du bon sens que des arcanes de la nécromancie.

Une dernière chose à bien garder à l’esprit : si des sous-titres de mauvaise qualité invoqueront la colère du public sur votre misérable personne, ne vous attendez pas à ce que quiconque vous remercie pour vos efforts acharnés lorsque vous aurez enfin le secret des sous-titres parfaits. Il s’agit là d’un travail ingrat, un peu comme être parent. Mais pensez aux petites sœurs du monde, et de grâce, ne baissez pas les bras !

Florian Huynh-Tan

Source : http ://translatorthoughts.com/2016/12/the-challenge-of-foreign-language-subtitling/