La dimension de la transcréation au sein du métier de traducteur

La transcréation, c’est un mélange de traduction, d’adaptation et de localisation. C’est le fait de remplacer un élément culturel lors d’une traduction, pour adapter le discours au public visé. Ce travail relève donc d’une véritable création linguistico-culturelle, principalement utilisée dans les domaines de l’audiovisuel, de la publicité et du marketing, sous la forme du sous-titrage et du doublage.

suite

En effet, la mission du traducteur est de penser au-delà des éléments linguistiques induits et de faire un choix de transcréation qui fera écho à la culture de la langue cible. C’est en cela qu’il devient lui-même auteur de l’œuvre. La traduction peut ajouter ou omettre certains éléments, dès lors que l’idée générale du texte est respectée. Le but n’est pas seulement de dire la même chose dans la langue cible mais de susciter une réaction identique chez le public étranger. Il faut à la fois être traducteur et rédacteur, afin d’analyser les jeux de mots et les allusions culturelles du texte original pour les recréer dans la langue cible.

Pour illustrer ce concept dans le cinéma, prenons le film Vice-Versa (Inside Out), où Riley ne veut pas manger de brocolis. Le brocoli étant un aliment généralement peu apprécié par les enfants occidentaux, cela fait sens. Mais à l’heure de traduire le film à destination du Japon, il a été décidé de remplacer le brocoli, que les enfants japonais apprécient, par du piment, puisque ce dernier n’est pas de leurs favoris.

Si la traduction d’un élément culturel précis peut poser problème ou nécessiter une vraie réflexion, imaginez ce qu’il en est de la traduction de chansons. Cela demande clairement un travail précautionneux et une création qui respecte à la fois les règles d’écriture des chansons (rimes, nombre de syllabes, etc.), mais aussi le sens et les idées du texte de base.

Pour la chanson « Let it go », dans le film d’animation La Reine des Neiges de Disney, la traduction ne retranscrit pas tout à fait l’élément des portes fermées qui revient à plusieurs reprises dans le film. Le texte de la version originale dit « Turn away and slam the door » alors que pour la version française les paroles sont « C’est décidé, je m’en vais ». On comprend donc à quel point il peut être difficile de traduire une chanson sans perdre certaines idées pourtant importantes.

À mon avis, le transcréateur fait « passerelle » entre les métiers d’auteur et de traducteur. Pour les traducteurs spécialisés qui ne trouvent pas tout à fait leur compte dans le domaine de la traduction non-littéraire, la transcréation peut se révéler être un élément qui suscite chez eux un intérêt plus prononcé pour leur mission de traduction, puisque la transcréation a une visée culturelle et créatrice.

Zohra Lepeigneul

Révisé par Marjorie Jaguenaud

Source : http ://blog-de-traduccion.trustedtranslations.com/la-transcreacion-los-traductores-tambien-somos-autores-2018-09-25.html

Le double-sens : le fléau de l’existence d’un traducteur

La langue est la manière par laquelle nous comprenons tout ce qui se passe autour de nous. C’est un ensemble de symboles qui représente les réalités d’une société et de sa culture. Elle est dynamique, et selon la société, la région, ou le pays, il y a toujours des différences,  subtiles ou non dans la manière de s’exprimer. Elle est donc un produit de la société où elle se développe et diffère d’un pays à l’autre. Le problème, c’est que dans la traduction d’une langue à une autre, il n’est pas toujours possible qu’un mot soit traduit de façon exacte pour donner la même signification que dans la langue source. Et donc voilà, le problème qui n’aura jamais de solution : le double-sens dans une traduction.

suite

Qu’est-ce que le double-sens ?

On parle de double-sens quand un mot ou une phrase peut avoir des interprétations différentes. Il peut être intentionnel ou non : un jeu de mots qui s’emploie en faisant une blague, une métaphore habilement conçue par un poète, ou juste un fait qui n’était pas du tout prévu. Quoi qu’il en soit, c’est rarement simple de traduire un mot ou une phrase avec un double-sens.

Le double-sens non intentionnel

Parfois dans la traduction, on se retrouve avec un texte qui contient un double-sens non intentionnel. Mais que faut-il faire dans cette situation ? En général, si la signification du double-sens est claire, il faut simplement faire en sorte que la traduction la transmette. Si le double-sens est trop ambigu, il vaut mieux en parler avec le client pour le prévenir du problème et lui demander une clarification pour pouvoir traduire le sens voulu. Il existe encore des mots ou des phrases dans une langue qui ont un double-sens selon le pays. En espagnol, le mot « chambear » s’utilise au Mexique, en Équateur et au Pérou pour « travailler, » mais en République dominicaine, cela signifie « inhaler de la cocaïne ». Il est donc très important de prendre en compte les double-sens possibles selon les pays et de s’assurer que la traduction est bien localisée pour les éviter.

Le double-sens intentionnel

Lorsqu’il est nécessaire de traduire vers plusieurs langues, il est beaucoup plus compliqué de traduire des ambiguïtés qui sont intentionnelles de la part du client. Pour quelques combinaisons de langues, il est bien possible de maintenir le double-sens, mais impossible pour d’autres. Par exemple, dans la blague suivante, la traduction de « purgatoire » fait toujours référence à un chat en anglais et en espagnol, mais en français, ce n’est pas le cas.

Where do cats go when they die ? – Purrgatory.

¿A dónde van los gatos cuando mueren ? – Purgatorio.

Par conséquent, s’il n’est pas possible de maintenir le double-sens, il faut prévenir le client et proposer une autre solution, telle qu’une reformulation complète ou un jeu de mots différent mais qui fonctionne dans la langue cible.

En tant que traducteur, les défis sont inévitables et la traduction des double-sens en fait partie. Parfois, ce double-sens peut être le fléau de votre existence sachant qu’il est difficile de traduire le sens dans sa totalité. Néanmoins, ce n’est pas toujours une situation impossible à gérer. Faîtes appel à votre créativité ! Vous pouvez y arriver !

Giselle Dunbar

Source : http ://traduccionexperta.com/doble-sentido-en-las-traducciones/

Comment concilier la localisation d’images et la culture

La localisation est désormais un outil marketing indispensable. Rien n’est laissé au hasard afin que l’internationalisation des contenus séduise et l’adaptation des graphismes en découle. Cette localisation d’image s’inscrit également dans la tendance actuelle de compatibilité pour tous types d’appareils. Le localisateur doit par conséquent être capable d’ajuster les illustrations et leur visualisation par l’utilisateur quel que soit le type de document ou de terminal utilisé. Continuer la lecture de Comment concilier la localisation d’images et la culture

Les difficultés et les enjeux de la traduction audiovisuelle

Aujourd’hui, les échanges culturels ne cessent de progresser. Ce phénomène traduit le désir de partager une culture à l’échelle mondiale.

La traduction audiovisuelle a pour but de transmettre et de promouvoir les différentes cultures, langues et histoires à l’échelle mondiale, tout en préservant leur singularité et leur authenticité. Continuer la lecture de Les difficultés et les enjeux de la traduction audiovisuelle

La traduction de chansons : un cas particulier

Ne vous est-il jamais arrivé, en voyant la traduction d’une chanson, de vous dire : « mais c’est n’importe quoi, c’est très mal traduit ! » ? En effet, la plupart du temps, la traduction d’une chanson ne correspond pas parfaitement aux vraies paroles de la chanson. C’est dommage, mais il est très difficile de traduire une chanson en restant au plus près des paroles, car il y a plusieurs facteurs à prendre en compte. Une chanson a une âme, quelque chose qui fait qu’elle provoque une émotion chez la personne qui l’écoute. Le traducteur se doit d’essayer de retranscrire ce quelque chose dans la traduction. Continuer la lecture de La traduction de chansons  : un cas particulier

La traduction, une forme de créativité

La traduction ne se résume pas seulement adapter un texte d’une langue à une autre. C’est aussi l’adapter à une autre culture, une autre façon de penser. Cela nécessite une connaissance parfaite de ces domaines par le traducteur. Sans oublier que le contexte du document peut encore une fois changer complètement le sens de celui-ci et la signification de certains mots. La traduction est donc une forme de créativité. Continuer la lecture de La traduction, une forme de créativité

Les drôles de traductions dans la culture populaire

La traduction des produits de culture populaire peut devenir un véritable casse-tête pour le traducteur selon la langue et la culture dans laquelle il opère. Par exemple, le titre d’une œuvre est ce qu’il y a de plus difficile à traduire car ce sont dans ces quelques mots que se trouvent tout l’esprit de l’œuvre et comment le public en aura une première perception. Continuer la lecture de Les drôles de traductions dans la culture populaire

La Glocalisation

Avez-vous déjà mangé dans une enseigne de fast-food à l’étranger ? Vous avez sûrement remarqué que c’était un peu différent de chez vous, malgré le côté décidément international. Non seulement le menu était traduit dans la langue du pays où vous vous trouviez, mais en plus les plats étaient adaptés à la gastronomie locale. Ainsi, les Allemands peuvent apprécier leur fameuse spécialité à la sauce états-unienne avec la « McCurrywurst », tandis que les Chinois peuvent commencer la journée avec un « congee », bouillie de riz au poulet, dans un restaurant KFC. Les Néo-Zélandais mangent des “Kiwiburgers” avec de l’œuf et de la betterave, et il n’y a qu’en France qu’en trouve le « Croque-McDo » ou le « McCamembert ». Cet ajustement des produits planétaires aux cultures à qui on les vend s’appelle la glocalisation.

  Continuer la lecture de La Glocalisation

Cinq petits conseils si vous êtes perdu dans la traduction lors d’un voyage

Tous ceux qui ont voyagé au moins une fois dans leur vie ont une anecdote sympathique à raconter sur leur voyage. La mauvaise prononciation de certains mots ou noms de rue peut faire rire ou énerver vos interlocuteurs ou bien vous conduire dans des endroits pour le moins inattendus.
Après réflexion, on se rend compte que tous ces malentendus ont participé à rendre notre voyage plus amusant et mémorable. Mais parfois, on a juste envie de se faire comprendre sans se ridiculiser. Voici cinq conseils qui pourraient vous aider : Continuer la lecture de Cinq petits conseils si vous êtes perdu dans la traduction lors d’un voyage