Quatre astuces pour déjouer les complexités de la traduction spécialisée

De nos jours, on aurait une fâcheuse tendance à penser que la magie de l’informatique peut réduire toutes les barrières de la langue pour traduire nos textes, grâce aux traducteurs automatiques en ligne. Or la traduction requiert une logique bien plus complexe qui ne peut être appliquée que par des humains. Cela concerne notamment les traductions spécialisées, dans le domaine de l’ingénierie par exemple.

suite

Voici quatre astuces pour déjouer les complexités de la traduction spécialisée :

Déterminer le domaine de spécialisation

Il est primordial de définir au préalable le secteur précis dans lequel le texte est écrit, et également pour quel type de document (manuel d’utilisation, etc.). Il faut par la suite faire des recherches sur ce domaine afin de ne pas partir sur de mauvaises bases. Pour cela, il est important de consulter les documents de référence, mais également de se renseigner sur internet. Si le traducteur n’est pas spécialisé dans un domaine, il est nécessaire de consulter un expert qui pourra apporter ses connaissances, comme un ingénieur par exemple.

Écarter toute ambiguïté

Un mot ou une expression sont susceptibles d’avoir différentes significations dans la langue source, en fonction du domaine de spécialisation. Mais il faut se méfier de la langue cible qui est susceptible d’avoir plusieurs significations également pour une même traduction. Il faut alors clarifier les ambiguïtés et positionner le mot dans son contexte, afin d’en comprendre tout son sens et de trouver la traduction adaptée.

Être clair et précis dans la rédaction

Même si la rédaction technique est un métier à part entière, lors de la traduction il est important de pouvoir expliciter certains termes, parfois incompris. En effet, bien qu’on ne comprenne pas toujours le sens des phrases en langue cible, il est nécessaire de démêler le contexte lors de la traduction afin de rendre la compréhension la plus claire possible pour le lecteur.
En revanche, contrairement à la rédaction technique, il faut faire attention à conserver les mêmes tournures stylistiques afin de ne pas dénaturer le document. Par exemple, dans le cas d’une notice d’utilisation, il faut conserver le ton explicatif et neutre du document.

Utiliser les outils de TAO

La traduction a évolué en même temps que les nouvelles technologies, et l’utilisation des outils d’aide à la traduction est désormais inestimable dans le métier. À ne pas surtout pas confondre avec les traducteurs automatiques qui ne remplissent pas leur « fonction » de traducteur, les outils de TAO sont bien utiles aux traducteurs puisqu’ils permettent un gain de temps et d’énergie conséquent.

Enfin, un traducteur, de par ses nombreux travaux, retient un grand nombre d’informations et acquiert une certaine méthodologie qui lui est propre. Il développe sa mémoire de travail, ainsi que sa mémoire à long terme et c’est grâce à ceux-ci qu’il parvient à travailler de manière efficace et qualitative. Ses recherches et ses traductions lui permettent d’acquérir de nouvelles connaissances et de pouvoir par la suite se spécialiser s’il le souhaite.

Avatar Mélody Launay

Source : http ://translatorthoughts.com/2015/07/engineering-translation-techniques/

Traduction vers une ou plusieurs langues : un choix personnel

Lorsque l’on entre dans le monde professionnel, se présente alors le choix de nos langues de travail et c’est pourquoi le traducteur natif domine aujourd’hui majoritairement le marché de la traduction, comparativement au professionnel traduisant vers une langue étrangère. Doit-on cependant uniquement traduire vers sa langue maternelle ?

suite

En matière de formation

Un traducteur diplômé ou en cours de formation doit, tôt ou tard, choisir sa ou ses langues de travail ; c’est-à-dire choisir de traduire uniquement vers sa langue maternelle ou vers une langue étrangère.

Les cours dispensés, dans une formation de traducteur, permettent à l’étudiant de développer ses connaissances et de se familiariser progressivement aux différents domaines. Qu’ils soient traduits vers la langue maternelle ou la langue étrangère, la traduction continuelle de textes permet à un étudiant de mieux se définir en tant qu’auteur et traducteur. De nos jours, les langues étrangères et le métier de traducteur sont deux points indissociables. C’est pour cela que maîtriser, au minimum et en dehors de sa langue maternelle, une langue étrangère voire deux, est essentiel.

Lors de l’apprentissage du métier de traducteur, différents domaines de spécialisation peuvent être abordés dans les textes, et ce pour des raisons bien précises. Un traducteur professionnel se doit non seulement de maîtriser des langues étrangères, mais également de se spécialiser dans un ou plusieurs domaines comme par exemple le domaine juridique, commercial, médical, etc.

Dans le processus d’apprentissage, certains cours et expériences permettent de se préparer quant à son entrée dans le monde professionnel. Malheureusement, un traducteur débutant peut parfois se retrouver dans une situation inconnue, ce qui peut le déstabiliser. C’est pourquoi, en tant que professionnel, le traducteur doit parfois s’adapter aux divers projets qui peuvent lui être confiés.

En matière de profession

Le monde professionnel dans le domaine de la traduction nécessite de faire des choix. N’ayant pas forcément le budget pour employer des traducteurs natifs dans chaque langue cible, une agence peut exiger d’un traducteur qu’il maîtrise plusieurs langues et traduise donc dans un sens comme dans l’autre. Tout est une question de moyen, d’une première part, mais également de qualité. Une personne traduisant uniquement vers sa langue maternelle fournira, en règle générale, une traduction de plus haute qualité qu’une autre personne devant exploiter plusieurs langues.

Néanmoins, quel que soit le choix du traducteur professionnel, il y aura toujours une place sur le marché du travail autant pour les traducteurs natifs que pour les professionnels traduisant dans les deux sens.

Avantages de la langue maternelle

D’après le SFT (Syndicat national des traducteurs professionnels) :

 « Les « bons » traducteurs professionnels sont de véritables auteurs […] Mais le plus important est leur aptitude à établir les bonnes passerelles entre les langues, à restituer l’essence du message dans leur propre langue, avec la terminologie et le style qui conviennent. »

En effet, une traduction doit non seulement être correcte linguistiquement et grammaticalement, mais doit aussi obligatoirement véhiculer le message de départ. Pour ce faire, le traducteur se doit de connaître les références culturelles et linguistiques provenant du pays de la langue cible.

Pour véhiculer le message initial donné, un traducteur peut s’inspirer de sa langue maternelle et ses divers styles de langue (jeux de mots, expressions, nuances, synonymes, etc.). Le texte produit permet donc d’apporter une touche personnelle, tout en conservant le message et la qualité du texte. Malgré un niveau élevé dans la langue cible, un traducteur natif, ayant baigné dans la culture de la langue, est par défaut plus apte à se nourrir de la richesse de sa langue maternelle, qu’un traducteur non natif.

Un choix personnel

Suite à ses études, un étudiant en traduction se doit d’effectuer des choix concernant son parcours professionnel. Très souvent vient la question des langues et de la volonté ou non de traduire uniquement vers sa langue maternelle ou dans les deux sens.

Ce choix, souvent difficile, doit essentiellement se fonder sur vos compétences et votre vision personnelle. C’est donc à vous de vous baser sur votre perception du monde du travail, et de vous frayer le chemin que vous souhaitez emprunter. Quoi qu’il en soit, chaque personne, aussi unique soit-elle, a sa place dans l’industrie de la traduction.

Avatar Christelle Dilling

Sources :

https ://karenrueckert.wordpress.com/2016/09/20/translating-in-one-direction-or-both-your-choice-to-make/

http ://pcollustraductions.com/pourquoi-le-traducteur-traduit-il-vers-sa-langue-maternelle/ 

La traduction sans contexte, une navigation en eaux troubles

Lors de la réalisation d’une traduction, la nécessité de comprendre le contexte du document est vitale. En effet, cet élément constitue la base de toutes les étapes de la traduction, comme la terminologie, car il permet d’identifier le domaine auquel appartient le document, son but premier ou encore le public auquel il est adressé.

suite

Le contexte contribue ainsi à clarifier le contenu d’un document à traduire. Durant l’étape de terminologie, il permettra entre autres de faire la distinction entre les différents sens d’un mot afin de choisir le plus adapté à la situation. Pour ne pas dévier de notre sujet principal, nous vous invitons à consulter un article antérieur qui aborde le lien entre contexte et contenu.

Pour en revenir alors au problème initial, il convient de rappeler les différentes situations possibles :

  • Contexte partiel : dans le cadre de la localisation d’une image par exemple, le contexte pourra être deviné à partir des quelques éléments présents sur ladite étiquette pour comprendre à qui est adressé le produit.
  • Sans contexte : il est possible de rencontrer ce cas de figure lors de la révision simple d’un document fourni par votre client sans plus de précision. Autre cas de figure, il vous demande la traduction d’une liste de mots.

Dans un cas comme dans l’autre, il sera difficilement possible de s’en tirer seul. La solution la plus rapide et efficace est par conséquent de contacter le client afin de demander plus de détails concernant la commande. Ce contact peut être un gage de qualité car là où le contexte est évident pour le client, il ne l’est pas forcément pour le traducteur, qu’il s’agisse d’un client régulier ou pas.

Ce genre de difficultés liées au contexte ne peut pas se résoudre sans le client. En effet, dans le cas où le professionnel en charge de la traduction récupère un document sans contexte clair et visible, toute la gestion de sa traduction devra alors être adaptée en conséquence. Le temps de la recherche terminologique s’en retrouve biaisé car même si le document contient des termes permettant, éventuellement, une compréhension du contexte, le temps se sera déjà dangereusement écoulé. Dans le cas où il ne s’agit que d’une liste de mots, la gravité n’en sera que plus importante à cause du manque de certitude et d’une plus grande probabilité de commettre des erreurs.

Le contexte est donc un élément vital dans la traduction d’un document. Si le traducteur n’a ne serait-ce qu’un doute à son sujet, le plus judicieux est d’en discuter avec le client afin d’éviter qu’une erreur ne soit commise.

Mathieu Hergas

Source : http ://traduccionexperta.com/traducciones-sin-contexto/

Panneaux de signalisation et linguistique

Après avoir avalé des pages entières sur le code de la route de votre pays en apprenant par cœur la signification de tous les panneaux et passé votre permis de conduire, vous avez décidé au bout d’un certain temps de vous lancer dans un road-trip avec vos amis. Vous savez certainement que la conduite dans un pays étranger n’est pas une chose facile, car les signes utilisés selon les pays sont différents, idem pour les codes couleurs et pire encore, si vous conduisez dans un pays comme le Royaume-Uni, vous devrez expérimenter la fameuse conduite à gauche. Continuer la lecture de Panneaux de signalisation et linguistique

La traduction de contrat

La traduction de contrat fait partie de la famille des traductions spécialisées. À la frontière entre traduction commerciale et traduction juridique, la traduction de contrat concerne plusieurs types de documents à valeur légale : Continuer la lecture de La traduction de contrat

Les contraintes liées à la traduction de documents financiers

Pour quelqu’un de non-initié, le décryptage d’informations financières peut s’avérer fastidieux. En effet, les professionnels qui rédigent les attestations de conformités, les grilles tarifaires et autres rapports financiers ne se soucient pas du simple mortel qui souhaiterait consulter ses documents. Continuer la lecture de Les contraintes liées à la traduction de documents financiers

Comment maîtriser la traduction marketing ?

Ce domaine cache une double difficulté : non seulement vous devez traduire correctement le texte source, mais vous devez aussi transmettre un message qui provoque le même impact sur les clients, pour les encourager à acheter ! Le traducteur marketing a donc avant tout une bonne plume, il a un profil plus rédactionnel que technique.
Vous souhaitez vous lancer dans la traduction marketing ? Alors suivez ces conseils pour façonner des messages efficaces ! Continuer la lecture de Comment maîtriser la traduction marketing  ?

Le traducteur juridique en France

Qu’est-ce qu’un traducteur juridique ?

Un traducteur juridique, c’est un traducteur technique expert en notions juridiques. Ce dernier est amené à traduire une multitude de documents différents, allant du testament au contrat de mariage en passant par les statuts d’entreprises. Continuer la lecture de Le traducteur juridique en France

Localisation de jeux vidéo japonais

Il existe de nombreuses différences entre la culture japonaise et celle des pays occidentaux, tels que les États-Unis ou les pays européens. Le monde des jeux vidéo n’y échappe pas et doit s’adapter aux tendances du marché et aux demandes des consommateurs. Continuer la lecture de Localisation de jeux vidéo japonais