La dimension de la transcréation au sein du métier de traducteur

 

 

La transcréation, c’est un mélange de traduction, d’adaptation et de localisation. C’est le fait de remplacer un élément culturel lors d’une traduction, pour adapter le discours au public visé. Ce travail relève donc d’une véritable création linguistico-culturelle, principalement utilisée dans les domaines de l’audiovisuel, de la publicité et du marketing, sous la forme du sous-titrage et du doublage.

suite

En effet, la mission du traducteur est de penser au-delà des éléments linguistiques induits et de faire un choix de transcréation qui fera écho à la culture de la langue cible. C’est en cela qu’il devient lui-même auteur de l’œuvre. La traduction peut ajouter ou omettre certains éléments, dès lors que l’idée générale du texte est respectée. Le but n’est pas seulement de dire la même chose dans la langue cible mais de susciter une réaction identique chez le public étranger. Il faut à la fois être traducteur et rédacteur, afin d’analyser les jeux de mots et les allusions culturelles du texte original pour les recréer dans la langue cible.

Pour illustrer ce concept dans le cinéma, prenons le film Vice-Versa (Inside Out), où Riley ne veut pas manger de brocolis. Le brocoli étant un aliment généralement peu apprécié par les enfants occidentaux, cela fait sens. Mais à l’heure de traduire le film à destination du Japon, il a été décidé de remplacer le brocoli, que les enfants japonais apprécient, par du piment, puisque ce dernier n’est pas de leurs favoris.

Si la traduction d’un élément culturel précis peut poser problème ou nécessiter une vraie réflexion, imaginez ce qu’il en est de la traduction de chansons. Cela demande clairement un travail précautionneux et une création qui respecte à la fois les règles d’écriture des chansons (rimes, nombre de syllabes, etc.), mais aussi le sens et les idées du texte de base.

Pour la chanson « Let it go », dans le film d’animation La Reine des Neiges de Disney, la traduction ne retranscrit pas tout à fait l’élément des portes fermées qui revient à plusieurs reprises dans le film. Le texte de la version originale dit « Turn away and slam the door » alors que pour la version française les paroles sont « C’est décidé, je m’en vais ». On comprend donc à quel point il peut être difficile de traduire une chanson sans perdre certaines idées pourtant importantes.

À mon avis, le transcréateur fait « passerelle » entre les métiers d’auteur et de traducteur. Pour les traducteurs spécialisés qui ne trouvent pas tout à fait leur compte dans le domaine de la traduction non-littéraire, la transcréation peut se révéler être un élément qui suscite chez eux un intérêt plus prononcé pour leur mission de traduction, puisque la transcréation a une visée culturelle et créatrice.

Zohra Lepeigneul

Source : http ://blog-de-traduccion.trustedtranslations.com/la-transcreacion-los-traductores-tambien-somos-autores-2018-09-25.html

Contenu marketing : comment faut-il le traiter en traduction ?

Traduire du contenu marketing sans que des idées se perdent en route n’est pas chose facile ! Lumière sur un domaine sensible…

suite

En traduction, il est essentiel de respecter le sens d’un document source, et notamment d’être le plus fidèle possible au style et aux idées de l’auteur. C’est d’autant plus le cas dans le domaine du marketing. Dans le cadre de cette analyse, nous allons voir en quoi ce domaine est sensible à traiter, et nous aborderons quelques méthodes pertinentes utilisées par les professionnels de la traduction marketing.

Dans la majorité des cas, marketing rime avec argent. En effet, si une entreprise a besoin de faire traduire du contenu, c’est sans doute dans le but de développer un produit à l’étranger. Par conséquent, il y a de l’argent en jeu. C’est l’une des raisons qui font du marketing un domaine sensible, où, comme souvent, le traducteur n’a pas le droit à l’erreur. Effectivement, si du contenu passe à la trappe, qu’il est mal adapté à la culture du pays cible, ou encore au public cible, cela peut se traduire (et c’est le cas de le dire) par un échec pour l’entreprise. Dans le pire des cas, l’image de l’entreprise peut même être endommagée. À vrai dire, dans deux pays voisins, la réputation d’une même entreprise peut varier considérablement ! Par contre, si la mission est réussie, les retombées peuvent être spectaculaires pour l’entreprise qui cherche à commercialiser son produit à l’étranger. Le produit en question peut parfois avoir plus de succès à l’étranger que dans le pays où il a été pensé, lancé, et commercialisé. D’où l’importance pour une entreprise de faire bien attention aux traducteurs qu’elle décide de choisir pour un projet marketing. Prenons l’exemple d’un projet anglais vers français. Ici, il sera indispensable que le traducteur sélectionné soit de langue maternelle française, afin qu’il soit bien imprégné de la culture du pays et des subtilités de la langue française.

Zoom sur la transcréation 

Qu’est-ce que la transcréation ? Il s’agit d’une technique utilisée par les traducteurs, qui consiste à aller au-delà de la traduction, notamment lorsque celle-ci ne fonctionne pas dans une langue cible. Un exemple célèbre de transcréation ayant fonctionné, est celui du slogan de Haribo – la grande marque de confiserie allemande, que l’on connaît presque partout dans le monde. En effet, celui-ci avait dû être modifié, car la simple traduction du slogan allemand d’origine n’avait rien de saisissant en anglais. L’entreprise avait donc fait appel à des professionnels afin de trouver un slogan beaucoup plus parlant pour le public anglophone, en ayant recours aux rimes notamment.

La transcréation semble donc être une technique efficace pour traiter le contenu marketing, cependant, cela ne signifie pas forcément que la campagne marketing va avoir du succès. Et pour cause, un paramètre supplémentaire essentiel entre en compte : le public cible. En fonction des images, des mots, ou encore du style utilisés pour promouvoir un produit, des personnes peuvent ne pas se reconnaître du tout dans un produit.

Le produit est-il destiné à des hommes ou des femmes ? Des enfants ou des adultes ? Des personnes âgées ou des jeunes diplômés ? Bien sûr, l’entreprise qui commercialise le produit a les réponses à ce type de questions. Ce qu’elle ne doit surtout pas oublier, c’est d’en faire part aux traducteurs qui vont travailler sur le projet. Car au final, plus un traducteur est informé et a une connaissance intime du produit, meilleure sera sa traduction.

Continuer la lecture de Contenu marketing  : comment faut-il le traiter en traduction  ?