Projet scientifique

Vague B (2012-2015)

Unité de recherche : dossier unique

PROJET

(Partie I : Projet scientifique)

**

Informations générales

Avec cette période 2012–2015, Laboratoire de Recherches en psychopathologie, nouveaux symptômes et lien social, EA 4050, aborde la troisième phase de son développement. Elle constituera le prolongement logique du plan 2008-2011 dont le principal objectif était de consolider la nouvelle EA. Pour mémoire, rappelons que celle-ci n’a été mise en place dans sa configuration actuelle qu’à partir de la toute fin 2004, date de la fusion préconisée par le ministère entre les deux équipes de Poitiers (EA 3810) et de Rennes (EA 2246).

Le triple enjeu des quatre prochaines années sera d’établir définitivement son assise pour renforcer ses travaux au long cours.

— Sur le plan scientifique proprement dit, sa situation est maintenant clairement affichée. D’un côté la psychopathologie figure comme son objet au sens épistémologique, et de l’autre la clinique délimite son paradigme méthodologique. L’ensemble se décline dans la diversité des situations et champs professionnels d’applications, correspondant en particulier à deux grands secteurs : le médical et le judiciaire. L’articulation de ces champs ayant été formellement établie, le nouvel objectif de l’EA 4050 consiste à consolider, améliorer et étendre ses actuels partenariats de recherche dans ces cadres disciplinaires que sont la médecine et le droit.

— Sur le plan organisationnel, non seulement sa situation s’est améliorée du point de vue **** fonctionnel, mais elle s’est surtout renforcée et stabilisée sur le plan institutionnel. Désormais reconnue comme source d’enrichissement et d’accroissement de sa productivité, sa structure multi-site a en effet obligé son conseil de gestion à inventer des dispositifs à la fois suffisamment souples et fortement incitatifs, pour décupler les possibilités de travail et de recherches. Comme on le verra dans la pièce jointe annexée ci-après, son Règlement Intérieur d’Équipe, validé sur chacun des sites et transmis à chacune des Présidences d’université spécifie sa structure interne, les qualités de membres, l’affectation des ressources, tant issues des dotations, que ses ressources propres. Le travail de mise en place de ce document a permis de rédiger ensuite les Règlements intérieurs des composantes, non contradictoires avec celui de l’Equipe. Ce orientations ont permis à de nouveaux facteurs de développement des productions de se dégager : le renforcement de pôles consistants (c.-à-d. les logiques de Sites et les logiques de Composantes), croisé avec la grande souplesse et l’excellente visibilité des Programmes transversaux, qui apparaît comme facteur d’émulation fonctionnelle entre chercheurs. Quant aux collaborations thématiques spécifiques, aux géographies variables et limitées dans le temps, elles sont animées par les exigences de productivité qu’imposent les contrats et partenaires extérieurs concernés.

— Enfin, désormais en phase avec ses missions de recherche, l’EA 4050 peut déployer sa politique programmatique, tant pour ce qui concerne son objet et ses déclinaisons paradigmatiques, mais aussi sa structure, à la fois stable et maniable. Pour mener l’ensemble de ces missions, elle compte actuellement sur le réseau de liens mis en place, en interne aussi bien qu’à l’externe, au plan national et international.

Dans son extension nationale, l’EA 4050 bénéficie aujourd’hui d’une très bonne visibilité, en grande partie due à sa place dans le RUOA. En effet, elle est en situation de fédérer nombre de recherches en psychologie et psychopathologie, à partir de ressources qui s’étendent bien au-delà de sa zone d’influence initiale. En est témoin le rapprochement engagé par un nos collègues qui relèvent de plusieurs université, réparties sur une assez large zone géographique. C’est ainsi qu’une équipe brestoise, intégrée dès à présent dans l’EA 4050 en tant que composante à part entière (cf. bilan), a été suivie par d’autres collègues d’universités comme Angers ou Nantes, qui souhaitent à leur tour rejoindre l’Equipe et s’associer aux recherches définies dans nos thématiques. Quant aux nombreux partenaires extérieurs, diversifiés et déjà engagés dans plusieurs projets de l’EA 4050 (EA, organismes de recherche ou regroupements de praticiens, associations gestionnaires d’institutions et organismes cliniques, associations professionnelles ou culturelles, etc.), ils ont vocation à poursuivre ces collaborations, tout en offrant de nouvelles potentialités de développement, à partir de thématiques inédites mais relevant toujours des compétences de l’EA.

Au plan international ensuite, le Laboratoire de Recherches en psychopathologie, nouveaux symptômes et lien social, mène une politique de collaboration qui fera de lui un partenaire avantageux. D’ores et déjà sont mis en place des dispositifs pluriels de recherches, non seulement en Europe (Belgique, Suisse, Italie, Espagne, Portugal, Roumanie), mais aussi en Russie (Moscou, Novossibirsk, Toula) et sur le continent américain : Amérique latine (Brésil, Argentine, Chili, Colombie) et Amérique du nord (Québec, Maine, Floride). De même, plusieurs contacts et programmes d’enseignements et d’échanges de professeurs invités sont en cours de réalisation avec les pays du Maghreb (Maroc) et l’Egypte (université Ain Chams).

Du point de vue fonctionnel et pour la période à venir l’EA 4050 maintiendra sa structure de trois instances de gestion, inscrite dans les Règlements intérieurs validés :

A- Direction : Directeurs ; Conseil de Gestion ; Assemblées de site et Assemblée Générale.

— Les Directeurs ** de l’EA 4050 : En accord avec les Universités de rattachement et soumis à l’approbation du ministère, les Directeurs élus mettront en œuvre la politique de recherche définie par le Conseil de gestion. Désigné par le ministère, le directeur représentant officiellement l’EA 4050 relève de l’Etablissement principal.

— Le Conseil de Gestion sera constitué : des Directeurs de l’EA 4050 ; des directeurs et directeurs-adjoints des Composantes et de membres élus, (un représentant pour sept membres permanents par site) ; de représentants des membres associés, de représentant des doctorants, de représentant des personnels I.T.A. des Cellules Recherche.

— Les Assemblées de site veilleront à la dynamique des recherches sur chacun des sites, à la mise en commun et distributions des recherches à engager en fonction des thématiques de l’EA, aux synergies transversales de travail et collaborations. Les Directeurs des Composantes sont spécialement chargés d’assurer la transversalité des échanges de travail et projets. A chaque Assemblée de site et/ou Assemblées de Composantes, ils font la synthèse des avancées des Programmes transversaux en cours et communiquent au sujet de l’ensemble des Sites et Composantes de l’équipe, avec synthèse adressée à leurs responsables.

L’Assemblée Générale : Compte tenu de l’éloignement géographique, des assemblées générales seront organisées par site, avec validation sur chacun des sites pour tout vote ayant trait à l’évolution et au devenir de l’EA 4050. Une Assemblée générale ordinaire annuelle aura lieu lors d’un Colloque organisé par l’EA.

B- Gestion des ressources. Chaque site de l’EA 4050 bénéficie et gère les attributions financières du CS de l’université dont il relève. Chaque Programme transversal, via son responsable, assure la gestion des sommes allouées par contrats ou appel d’offre. Le site de Rennes prévoit un budget qui répartit les subventions accordées par le CS en trois ensemble arithmétiques : un pour chaque Composante rennaise, et un pour les affaires communes à l’E.A (30%). Cette part correspond aux dépenses engagées au titre de la transversalité de site, et de l’EA. Les autres Sites prévoient également un budget pour favoriser toute action collective de l’E.A.

C- Organisation de travail de l’Unité : Composantes et Programmes transversaux. L'organisation de l’EA 4050 garantira l’existence de Composantes pérennes, dont chaque site choisit la dénomination particulière. Les Composantes permettront aux membres permanents, associés et doctorants, de s’y répartir en fonction de leurs orientations de travail. Dotées d’un Règlement intérieur, d’un Directeur et d’un co-directeur, ces Composantes assureront leur rôle d’appuyer le développement des thématiques de recherches.

— Composantes : Au début du plan quadriennal qui s’ouvre, et sans préjuger de leur réorganisation au long cours elles seront au nombre au nombre de quatre, plus un groupe associé :

1. CRPC-CLCS : Composante Recherches en psychopathologie clinique. Clinique du lien et création subjective. UBO, Brest.

2. CRPC-CAPS : Composante Recherches en psychopathologie clinique : Clinique de l’acte et psychosexualité. Poitiers.

3. CRPC-LSNS : Composante Recherches en psychopathologie clinique : Logiques subjectives et formes nouvelles du symptôme. Rennes 2. Sous-composantes : a/ clinique de l’adulte ; b/ clinique infanto-juvénile.

4. CRPC-CSMJ : Composante Recherches en psychopathologie clinique : Champs et pratiques spécifiques. Rennes 2. Sous-composantes : a/ Clinique en milieu médical ; b/ Clinique en milieu judiciaire.

5. Groupe associé Angers *: Clinique psychanalytique, processus psychiques existentiels CERYPSA, UCO.*

— Programmes transversaux : l’EA 4050 développera ses Programmes transversaux qui couvrent au plus une durée de quatre années. Ils sont listés plus loin.

D- Qualité de Membres. L’EA 4050 est composée de Membres permanents, de Membres associés (cf. définition règlement intérieur en annexe), de Doctorants et du personnel d’encadrement technique et administratif.

— Liste des membres permanents Enseignants-Chercheurs en poste de l’EA par sites, ** établie en Mai 2010 (NB : une variation de liste est à prévoir, liée aux départs à la retraite et aux entrées et correspondant aux développements de l’EA).

**

Rennes :

Abelhauser, Alain, PR

Allen, David Frank, MC

Ambrosi-Hirschelmann, Astrid, MC

Bernard, David, (Rennes) MC

Bonnat, Jean-Louis, PR (Nantes)

Borgnis-Desbordes, Emmanuelle, MC

Bouchard, Claude, MC

Brice, Alain (Nantes) MC

Costantini, Pierre-Paul MC

Doucet, Caroline MC

Druel-Salmane, Gwénola, MC

Gaspard, Jean-Luc MC (Dir. Composante)

Grollier, Michel, MC

Jodeau-Belle, Laetitia, MC

Maleval Jean-Claude, PR (Dir. Composante)

Moulin Valérie, MC

Ottavi Laurent, PR (Dir. EA 4050)

Perrin, Myriam, MC

Sauvagnat, François, PR

Villerbu, Loïck, PR (R)

Brest :

Coum, Brigitte. PAST

Elfakir, Abdelhazi MC

Robin, Danièle, PAST, Candidate MC

Zapata-Reinert, Luz, MC (Dir. Composante)

Poitiers :

Albarracin, Dolorès MC

Chapelier, Jean Bernard, HDR MC

Ducousso-Lacaze, Alain PR

Grihom Marie-José MC

Hachet Amal, MC

Haza, Marion MC

Keller Pascal-Henri PR (Dir EA 4050)

Marcelli, Daniel Pr PUPH, (psychiatrie)

Savinaud Claude Pr

Senon, Jean-Louis Pr, PUPH, (psychiatrie)

Thibierge, Stéphane MC, HDR

Angers (membres associés, Groupe associé) :

Membre permanent : Savinaud Claude, Pr

M. Associés en pourparlers de devenir M. Permanents :

Martin-Matera P ; Pr (UCO) (Dir)

Lévy, Alexandre, MC,

Mouchès, Alain MC,

Morille, Auguste MC,

Saiet, Mathilde, MC.

**— La liste des membres doctorants sera actualisée tous les ans. La liste des membres associés sera actualisée tous les deux ans, sur la base d’admissions décidées par le conseil de gestion, au regard des thématiques et des engagements de production scientifique.****

  1. Auto-analyse

L’EA 4050 déterminera, pour le quadriennal 2011-2015, sa politique scientifique ainsi que ses programmes de recherche en intégrant le bilan du précédent plan quadriennal. Elle mise sur l’amplification et la synergie de sa logique multi-site, en renforçant les moyens mis en œuvre pour l’organisation conjointe de manifestations scientifiques de haut niveau et favorisant l’implication de ses membres dans de nouveaux contrats de recherche. C’est dire que la priorité sera donnée aux enjeux thématiques novateurs, dans la mesure où ils correspondront à cette définition épistémologique fondamentale déclinée en « objet » psychopathologique et « champs d’application ». Cette démarche permettra de dégager de nouveaux secteurs de recherches, eux-mêmes devenant à leur tour fédérateurs d’initiatives originales.

Alors que son intitulé la désigne sans ambiguïté comme unité de recherche dédiée au développement des connaissances dans le champ de la psychopathologie, l’inscription de sa production scientifique est encore assez neuve et témoigne d’une lisibilité qui doit être améliorée. Les quatre prochaines années seront donc occupées, d’un côté à perfectionner la qualité des productions scientifique du Laboratoire, et de l’autre à mieux en valoriser et diffuser le contenu. D’un point de vue fonctionnel, le site internet mis en place récemment, actuellement en cours de rodage, sera définitivement opérationnel en septembre 2010.

Les directions des deux universités impliquées — l’établissement principal (Rennes 2) comme l’établissement secondaire (Poitiers), mais aussi l’UBO de Brest, ainsi que, plus récemment, l’IPSA d’Angers, — témoignent clairement d’une volonté politique commune de donner toute sa place à l’EA 4050 parmi leurs autres équipes de recherche de leur établissement. Le soutien qu’elles apportent à ses responsables et la pérennité qu’elles souhaitent pour l’équipe toute entière se traduisent d’une façon générale par des aides efficaces à son activité, et en particulier par une déclaration conventionnelle bi-partite inter-universitaire à son sujet.

Une vigueur renouvelée et réaffirmée doit être apportée dans l’intégration des doctorants qui bénéficient désormais du statut de « membres Doctorants », garanti dans le règlement intérieur. Si des efforts très importants ont été réalisés par les doctorants au cours du quadriennal 2008-2011 en matière de préparation active de leurs thèses, leur intégration dans les programmes doit maintenant devenir une préoccupation centrale de l’équipe. La place qui leur revient est très importante. Sur le plan de la recherche proprement dite, des séminaires leurs sont consacrés et les suivis individuels menés avec soin ; leur implication dans le fonctionnement des Écoles doctorales est valorisée avec, en particulier, l’élection d’un représentant au conseil scientifique. Sur le plan pédagogique, les doctorants sont le plus souvent chargés de cours, soit ponctuellement, soit lorsque c’est possible en tant qu’ATER. Les directeurs de thèse incitent leurs doctorants à s’inscrire dans le débat scientifique ; d’une part ils collaborant avec eux pour les travaux de publication, d’autre part ils les associent aux manifestations scientifiques, au plan local, national et international.

L’enjeu de ce mode d’intégration sur les plans scientifique et pédagogique concerne leur devenir, non seulement comme membres actifs et productifs de l’EA 4050 mais vise également la préparation de leur avenir en tant que membre de la communauté scientifique universitaire et/ou de la recherche. Dans le même ordre d’idée, la direction de l’EA 4050 est consciente de la nécessité d’adopter une politique incitative résolue en direction de l’ensemble de ses collaborateurs, en favorisant et définissant mieux l’accès à la qualité de « membres associés ».

Points forts de l’EA 4050

**1°/ Dynamisme et activité scientifique en plein essor****. Depuis 2004-2005 avec sa création puis sa progressive émergence fonctionnelle comme multi-site, l’activité de l’EA 4050 témoigne d’une progression en évolution régulière, qui tient à la détermination de ses éléments fondateurs.

Comme il est noté en préambule, c’est sur recommandation ministérielle que les deux équipes d’enseignants-chercheurs en psychopathologie, relevant l’une et l’autre de deux universités différentes et sans liens traditionnels entre elles, s’étaient rassemblées pour former le premier noyau de l’EA 4050. Fondée par une invitation ministérielle proposant un cadre commun à des enseignants-chercheurs qui ne se connaissaient pas et ne menaient pas de travail collectif en dehors de leurs universités de rattachement, l’EA 4050 s’est donc donnée les moyens d’accéder au statut d’unité fonctionnelle. Les premiers temps de cette alliance ont été consacrés à explorer les modes d’approches plurielles du paradigme de la psychopathologie clinique avec ses spécificités et articulation aux logiques des disciplines connexes. Cette période a été mise à profit pour dégager les conditions de productivité optimales qui correspondent à ce nouveau contexte. Ce contexte a favorisé la réaffirmation d’un engagement monodisciplinaire (psychologie) au regard d’alliances pluri-disciplinaires et pluri-professionnelles déjà en place (médecine, psychiatrie, éducation) ; il a en outre rendu possibles de nouvelles collaborations transversales (droit, justice).

L’importance décisive de cette période de constitution pour l’EA 4050 tient à la mise en commun des différentes modalités de travail et au partage de l’expérience de champs d’applications spécifiques, assurément déjà proches dans les deux anciennes équipes. Cette première étape s’est traduite par la mise en place de manifestations scientifiques communes, alternativement tenues sur les sites des deux universités d’origine. Pour l’activité scientifique — production et valorisation— la mise en commun a permis de favoriser les premières publications de l’EA 4050 à partir de travaux réalisés en partenariat.

Délaissant, au cours du plan quadriennal qui s’achève, l’organisation devenue trop floue des anciens « Laboratoires » (qui correspondaient à des sous-ensembles, par sites, de l’EA), la direction a restructuré l’équipe en proposant la constitution de « Composantes » analogues entre elles et coordonnées. Ce nouveau mode de structuration répond au constat que la précédente distribution de ses membres (enseignants-chercheurs) en sous-ensembles, trop hétérogènes et souvent très inégaux sur le plan numérique, limitait de fait les possibilités d’initiative et de collaborations. De cette façon, l’EA 4050 s’oriente vers des rassemblements homogènes qui affichent sans équivoque leurs spécificités et sont déclinés à partir du socle épistémologiquement spécifié de « recherches en psychopathologie ». Ces modifications ont nécessité une traduction dans une refonte importante du Règlement intérieur de l’EA, ainsi que des Règlements intérieurs des composantes, avec élections de leurs directeurs (Cf. Règlement intérieur, adopté à l’unanimité en assemblée générale de site).

2°/ Lisibilité scientifique : une unité disciplinaire, deux champs principaux de recherche, avec ouverture à de nouvelles thématiques pour les quatre prochaines années. Second point fort de l’EA 4050 : le renforcement de la logique de son unité disciplinaire (psychopathologie) a permis, au cours des quatre dernières années, d’explorer des champs d’applications dont la diversification est patente, tout en s’y engageant de façon rigoureuse et ordonnée. Le secteur de la justice et celui de la médecine fédèrent en effet les problématiques propices aux constructions et élucidations psychopathologiques actuellement travaillées, ce qui a donné l’occasion aux chercheurs de l’EA d’ordonner plusieurs recherches appliquées d’une certaine ampleur.

— Le secteur de la médecine d’abord. Il concerne la psychopathologie du point de vue psychiatrique, mais également du point de vue d’autres spécialités dites « somatiques » (greffes d’organe, PMA, chirurgie réparatrice, etc.), ce qui donne l’occasion aux EC de l’EA travaillant sur le corporel d’y engager des recherches.

— Le secteur judiciaire ensuite. Il mobilise plusieurs champs disciplinaires articulés entre eux (juridique, pénal, carcéral, expertales, psychiatrique), et légitime, à l’instar des pratiques nationales et internationales, de ressembler sous la rubrique « criminologie » ce qui émerge simultanément sur les sites rennais et poitevin. Des redéploiements sont engagés et seront réalisés durant la période 2012-2015. Ils s’effectueront à partir des axes déjà établis, et viseront à renforcer ce secteur.

A Poitiers, la composante LRPC a commencé ce renforcement par un triple recrutement : un Professeur et deux Maitres de Conférences. L’orientation et les travaux engagés par ces trois enseignants-chercheurs s’inscrivent pleinement dans les axes du LRPC : médecine et adolescence d’un côté, droit, filiation et logiques de l’acte de l’autre. De ce fait, les collaborations locales traditionnelles de la composante s’en sont trouvées renforcées, d’une part avec la faculté de médecine, d’autre part avec l’UFR Droit, sciences sociales et criminelles, via son partenaire de référence, l’EPRED (EA 1228). Comme on le verra, la montée en puissance de ces partenariats a permis de solides avancées, non seulement sur le plan de la recherche, mais également de l’offre de formation.

A Rennes, une politique de recrutement décidée a permis d’intégrer à l’Équipe deux postes et demi d’enseignants-chercheurs spécialisés dans le champ judiciaire et criminologique ; ils renforcent et diversifient la sous-composante « Clinique en milieu judiciaire » qui apparaissait déficitaire au regard de ses missions. Ils viennent en appui de collègues qui étaient jusqu’à là trop sollicités au regard de l’ensemble des recherches et formations qu’ils assuraient. Cette extension a également permis d’élargir l’activité et d’accompagner l’actuelle extension et diversification, au plan national, des approches en psychopathologie des champs du judiciaire et criminologique. De nouveaux liens féconds ont pu se nouer ainsi avec des équipes diversifiées d’experts auprès des tribunaux et d’acteurs du monde pénal et judiciaire. Cette politique renforce ainsi et diversifie les liens établis depuis longtemps avec et par l’Institut de Criminologie de l’UFR Sciences humaines de Rennes 2 (ISCH).

A Poitiers comme à Rennes 2, il convient d’accompagner le mouvement général qui se dessine en matière de questionnements dans le milieu judiciaire et particulièrement celui de la criminologie. Au plan national en effet, ce domaine est actuellement traversé par d’importants remaniements sur le plan des définitions épistémologiques et de son inscription disciplinaire et professionnelle, nécessairement plurielle (psychiatrie, droit, psychologie, sociologie, histoire).

A Rennes 2, les membres titulaires de l’EA dans sa Composante « Pratiques en milieux spécifiques » explorent désormais les uns ou les autres deux voies distinctes en matière de recherches dans ce champ médical, judiciaire et criminologique. La première orientation ancre les interrogations des pratiques à partir des données psychopathologiques ; la seconde définit une problématique plus large, anthropologique, et trois collègues Maitre de Conférences membres de la Composante nouent des contacts pour une collaboration puis une intégration ultérieure dans une Équipe d’Accueil en formation, aux cotés de sociologues, linguistes, chercheurs du social.

Dans tous les cas de figure, l’ancrage des recherches et formations est bien l’EA 4050, selon des modes diversifiés à Poitiers et à Rennes. A Poitiers l’EA est le lieu d’accueil d’une structure fédérative avec les formations de droit et de médecine, à laquelle s’adossent des formations de Masters. A Rennes l’EA garantit l’adossement d’une spécialité de Master « criminologie », et les recherches menées en ce domaine suivent deux axes distincts et complémentaires qui alimenteront les enseignements.

Pour les quatre prochaines années, c’est l’ensemble de l’EA 4050 qui amplifiera les actions déjà engagées dans l’exploration renouvelée des pratiques en milieu médical et judiciaire. Pluralisation des références et inscription plus marquée encore dans des partenariats diversifiés sont les deux orientations qui permettront l’effectuation des approches pluri-disciplinaires et pluri-professionnelles, en collaboration avec les organismes médicaux et criminologiques répartis sur le territoire national, et à l’international.

Pour le plan à venir, tout en demeurant également des espaces de croisement interdisciplinaires, ces deux secteurs –la médecine et le droit– fourniront à l’EA 4050 ses principaux champs d’étude, auxquels devraient venir s’ajouter deux autres secteurs qui seront présentés plus loin.

3°/ Production scientifique : amélioration sur les plans qualitatif et quantitatif. En introduction préalable à la liste des travaux de l’EA 4050, on trouvera un récapitulatif de toutes les manifestations et actions collectives engagées conjointement par les deux sites, ainsi que la liste des thèses qui y ont été soutenues. Il apparaît clairement que, dans ce domaine, l’activité de l’exercice précédent a été largement dépassée. C’est ainsi que les journées d’études, jusque-là nettement moins valorisées que les colloques internationaux, ont trouvé dans le contrat qui s’achève de nouveaux publics extrêmement nombreux et ont obtenu un écho que nous n’attendions pas si marqué. Cela repose la question de la distinction habituelle entre colloques et journées d’étude, qui sont, pour l’heure, assez bien rééquilibrées en matière d’impact, de public, de niveau d’interventions. Enfin l’EA augmentera les moyens dont elle a commencé à se doter pour accroître sa reconnaissance et sa pertinence internationale. Par exemple et pour la première fois de son existence, une école de psychanalyse a souhaité établir un partenariat institutionnel avec une université pour un colloque international commun. Cette manifestation a rassemblé en juillet 2010 près de 1300 praticiens et chercheurs venus du monde entier à l’Université Rennes 2. La participation de l’EA 4050 à cette organisation conjointe traduit sa volonté d’ouverture, qui est tout également marquée pour des collaborations avec d’autres Équipes ou groupements professionnels, qu’ils relèvent directement de l’université (Séminaires SIUERPP) ou d’autres secteurs de la recherche en psychopathologie.

4°/ Réactivité croissante aux opportunités de financement. Un autre point fort de l’EA 4050, au-delà de l’homogénéisation structurelle décrite ci-dessus, concerne l’amplification de ses synergies, particulièrement en matière de souscriptions aux appels d’offres, et donc de déterminations de groupes de travail pluriels au sein de mêmes programmes transversaux, ou sur plusieurs composantes (voir liste). En matière de sites et composantes, il est à noter que pour acter de son intégration à l’EA, la composante de Brest en a d’emblée adopté le dénominateur commun, ainsi que le principe structurel, traduits par la production d’un Règlement intérieur. La direction de l’EA se veut garante de cette modalité organisationnelle, consciente de l’attraction qu’elle représente, comme en témoignent les demandes de collaboration des collègues nantais, et l’appartenance de 7 collègues angevins à l’EA comme membres associés, qui œuvrent, sur leur site, à définir au plus vite une composante, constituée de membres permanents.

5°/ Offres de formation : par et à la recherche. Parallèlement à la rationalisation de l’activité de recherche, l’EA 4050 s’engage à poursuivre ses efforts concernant l’offre de formation à et par la Recherche.

Sur les deux sites fondateurs, Rennes et Poitiers, cette offre de formation tient compte, d’une part de la nécessité d’une activité pédagogique centrée sur la Recherche (Master 2 recherche, devenu par exemple, à Poitiers comme à Rennes, « Parcours Recherche » —également professionnalisant—), et d’autre part de l’impératif de la professionnalisation (Master 2 Professionnel, également devenu à Poitiers « parcours professionnel », et à Rennes, dans la Spécialité « psychopathologie », qui est distribuée en quatre parcours distincts depuis 2006).

Les initiatives de l’EA 4050 tiennent compte des spécificités locales, sans jamais s’écarter de sa logique disciplinaire et thématique. C’est ainsi que sur le site poitevin, un solide programme de recherche a pu être mis en place, avec une participation CNRS ; plusieurs thèses en co-direction sont en cours, avec la médecine et avec le droit ; deux offres de formation ont été co-habilitées (UFR DSSC / UFR SHA) : DU de sciences criminelles ((2007/2008), master de criminologie co-habilité (2008/2009).

Rappelons que cette évolution se poursuit également en direction d’une collaboration étroite avec le site de Brest, relativement à ses nouvelles demandes d’offres de formation (M2 : pro « trauma, souffrance et exclusion » en demande), ainsi qu’en direction du groupe angevin avec lequel des pourparlers sont engagés.

En outre, l’équipe s’est investie dans la mise en place de Masters internationaux, et c’est un effort qui doit être encore appuyé. A Rennes, deux Masters Internationaux, de psychopathologie (Russie) et de criminologie (Allemagne, Belgique) ont été habilités avec une rentrée des premiers effectifs en 2012. Cette expérience est délicate, tant les difficultés administratives, financières mais aussi de définition en amont, scientifique, pédagogique et organisationnelle (financements logements etc.) sont complexes. En outre, l’EA 4050, qui reçoit des demandes d’étudiants étrangers, soutient les possibilités de préparation de doctorat en cotutelle et co-diplômation (Bolivie, Russie, Brésil, Moldavie, Roumanie, Grèce, tant de nombreuses thématiques de recherches doctorales bénéficieraient de ces types d’inscription, avec des géométries variables à chaque fois : co-tutelles bi-disciplinaires, co-diplomation, ou articulation de plusieurs Ecoles doctorales (une cotutelle avec l’École des Hautes Études en Santé publique est ainsi actuellement mise en place). L’adossement des diplômes à l’activité de recherche s’est donc consolidé et a favorisé sur chacun des deux sites fondateurs une intégration de plus en plus étroite aux écoles doctorales locales, y compris pour l’ED UEB.

Pour le quadriennal 2011-2015, l’ambition de l’EA 4050 demeure bien celle d’une activité d’enseignement qui se développe par la recherche, et prépare très activement les étudiants qui s’y engagent au plus long cours. En matière d’études doctorales, un effort très important a été entrepris pour assainir la politique doctorale de l’EA. C’est ainsi que sur le site rennais, les effectifs ont été resserrés (de 95 thèses en cours à 50) pour privilégier les thèses susceptibles de déboucher dans les délais, épurer des inscriptions qui étaient trop anciennes, et aider au plus près chaque doctorant. Cette politique est convergente avec celle de l’École doctorale et de l’École doctorale de Bretagne dont elle fait partie.

Points faibles

**1°/ Turn Over****. Depuis sa création, l’EA 4050 pâtit d’un turn-over marqué, consécutif à la mutation et départs à la retraite de plusieurs enseignants-chercheurs. Compte tenu de la pyramide des âges, ce turn-over sera également assez marqué pour les quatre années à venir. Les départs amènent naturellement au déclin des productions individuelles qui étaient éngagées jusque là, ainsi que de la mise en avant de certaines thématiques. Le remplacement de ces départs, potentiellement fructueux d’un côté, nécessite néanmoins un travail d’accueil, de familiarisation et de formation qui peut, dans certain cas, ralentir le rythme de de production immédiatement comptable, en particulier en terme de travaux publiés. De même et comme on a pu le relever plus haut, le débat national et réorganisation en plusieurs paradigmes des études criminologiques portera effet sur la composation plurielle des chercheurs en ce domaines, membres de l’EA. Il s’agira d’accompganer les débats et positions, et de leur garantir une traduction institutionnelle favorisant les productions

2°/ Question des Revues qualifiantes en psychologie clinique et pathologique. ** Ce second point est commun à l’ensemble du secteur de la recherche en psychopathologie : peu de revues en psychopathologie sont indexées, ce qui limite de facto le volume des productions enregisrables. C’est handicapant au regard des moyennes de production scientifique d’autres secteurs scientifiques en sciences humaines Nous sommes obligés de nous tourner alors vers des revues ango-saxonnes, qui sont rarement orientées par nos références et constructions épistémologiques en psychopathologie. L’EA 4050 a donc un travail de traduction épistémologique et linguistique, de définition de références explicatives, en quelque sorte d’apprentissage culturel pour veiller à la bonne diffusion de ses productions.

3°/ Activités de gestion et d’administration universitaires électives. A ces deux premières difficultés, se rajoutent celles qui résultent de l’investissement pédagogique, administratif et de responsabilités politiques universitaires internes extrêmement important de la part de la majorité de collègues. L’ensemble de ces tâches limite trop souvent les possibilités de suivi de programmes, puisque dans le même temps, ces collègues assurent la représentativité plurielle de l’EA dans plusieurs instances : Présidence de l’Université (VP Cevu), Conseils centraux et bureaux (CS, CEVU, CA de l’université), d’UFR, Direction de département (psychologie), Ecoles doctorales et Bureaux des Ecoles doctorales, Maison des sciences de l’homme (MSHS). Tout ces investissements témoignent du souci d’inscription dans les logiques universitaires, mais ils ont cependant un coût qu’il convient de prendre en compte.

4°/ Certains modes d’appartenance à l’EA doivent être redéfinis. Dans la présentation des productions qui précède ce Projet, nous avons établi la liste des thèses et manifestations scientifiques du laboratoire multi-site, puis celle des travaux réalisés. En réalité, nous pouvons compter sur une productivité plus ample, liée au vivier large de chercheurs, post-doctorants, professionnels, qui souhaitent faire partie de l’EA 4050 en tant que membres associés. Ceux-ci sont effet présents et actifs dans une région qui va de Poitiers à Brest ; ils sont engagés dans des activités et lieux d’exercice en psychopathologie très larges. Les modalités précises de recensement, de partage, de valorisation des résultats ; les attentes quantitatives précises de l’EA n’ont pas encore donné lieu aux définitions complètement dégagées et transcrites dans des attentes claires des productions des membre associé. Cette question doit désormais être redéfinie, et nous mettrons à profit les quatre prochaines années pour favoriser les relations et spécifier les activités de publication attendues de ces candidats, afin d’intégrer à terme et de manière clairement établie et institutionnelle ceux d’entre eux qui contribueront de manière active à la qualité de notre production scientifique. C’est dire qu’il s’agira maintenant de développer une politique, validée collectivement, d’incitation à la production des membres désireux d’adhérer à l’EA 4050, et de leur intégration à titre de membres associés productifs. Pour l’heure, l’équipe y voit la nécessité de ne plus se contenter d’une définition, souvent trop statique des membres associés par sites et composantes, mais entend accentuer de modes d’intégrations via les participations actives et plurielles aux programmes transversaux. Ces programmes sont en effet souvent très incitatifs pour des productions précises et supposent une réactivité très marquée. Ces intégrations nouvelles de collaborateurs membres associés à partir des programmes transversaux favorisera productivité, souplesse et dynamisme dans les partages et intégrations. Ces mesures reviennent toujours à penser l’activité en suivant la logique inter-composantes, inter-sites et dans une mobilisation des enseignants chercheurs mais aussi des professionnels : cela est réalisable d’abord pour les recherches collectives (appels d’offres, soumissions, etc.).

Opportunités

Comme il apparaît plus haut, l’objectif est d’améliorer la réactivité aux demandes, en particulier internationales, qui se multiplient. La logique multi-site favorisant cette réactivité, il convient de faire apparaître à chaque fois l’autonomie d’invention dont bénéficient les porteurs de projets, tout en veillant à définir correctement les cadres contractuels et conventionnels qui engagent l’équipe.

De la même manière, à l’égard de nos partenaires de recherche immédiats comme des organisations et institutions de praticiens, notre insertion particulièrement large nous autorise à une plus grande disponibilité en réponse aux sollicitations des milieux professionnels et équipes professionnelles (centres hospitaliers, justice, éducatif etc.), tout en veillant à l’articulation des demandes aux champs d’application de l’EA.

A Rennes, le déménagement complet des locaux est prévu pour 2011 : l’EA emménagera alors dans le nouveau bâtiment sciences humaines et disposera enfin de salles de réunions et de séminaires, de bureaux d’accueil des doctorants, de salles de rencontres avec les partenaires extérieurs et de salle de documentation et de bibliothèques. Il nous paraît important de souligner que le travail produit jusqu’ici pour les composantes rennaises l’a été dans un contexte de dénuement grandissant (salles préfabriqué) sans infrastructure de locaux dignes de l’EA et de ses obligations de réception et échanges. Les délégations étrangères ne pouvaient être reçues par l’EA es-qualité, mais toujours dans différentes salles de classes ou bureaux limités dans des bâtiments de l’Université. Il conviendra de réaliser un ancrage et localisation clairement marquées et propice au travail collectif par petits groupes, avec pièces de réception, pour bonifier nos travaux. Un réseau d’ordinateurs en ligne, avec imprimantes et matériel de bureau, un site internet qui inclura les fac-simile de travaux de recherches les plus marquants, incluant mémoires et thèses permettra de réaliser des rencontres jusqu’alors impossibles à Rennes 2.

A Poitiers, les opportunités se situent dans les deux champs d’application. D’une part, l’alliance récente avec les collègues juristes (EPRED, **** EA 1228) constitue une réelle opportunité, simultanément pour la recherche (travaux en commun sur le terrain, co-direction de thèses) et pour l’offre de formation (DU de sciences criminelles ; co-habilitation du master 2 de criminologie). Cette alliance contribue à mettre l’EA 4050 dans une position très favorable concernant l’essor disciplinaire de la criminologie, au plan national comme au plan international. D’autre part, la collaboration avec la médecine, traditionnellement inscrite dans notre activité de recherche comme dans nos offres de formation, se traduit actuellement par la mise en place de travaux d’une nouvelle ampleur : création et validation d’outils de mesure pour l’étude des phénomènes adolescents ; projet d’étude de portée nationale concernant la consommation des médicaments psychotropes. Enfin, le projet d’accueil d’un lauréat pour la bourse Tocqueville Fullbright en 2011/2012, proposé par l’EA 4050 à l’Université de Poitiers, permet de prévoir l’essor de nouvelles collaborations outre-atlantique. Et pour terminer par l’aspect logistique, l’augmentation du temps de secrétariat alloué par l’UFR SHA à l’équipe rend possible un engagement ferme dans ces nouvelles directions de travail.

A Brest, l’émergence de la composante brestoise de l’UBO favorisera les échanges et collaborations, sur le plan universitaire et pluridisciplinaire, ainsi que de l’adossement à la recherche de l’offre de formation brestoise. En outre, l’intégration à l’ISHS de l’UBO favorisera en outre les connexions avec d’autres disciplines de lettres et sciences humaines

A Angers, la détermination du groupe associé permettra de créer, à Angers, une synergie ouverte à d’autres recherches et collègues en psychopathologie et clinique. L’inscription claire et ancienne des collègues angevins dans les recherches les ont amenés à développer des outils de production et de valorisation de la recherche, leur intégration permettra de les amplifier, d’offrir un point d’accueil à leurs travaux, avec la réciproque, et d’engager de nouvelles actions thématiques dans les Programmes transversaux.

Risques

Le tempo de la montée en puissance de l’EA 4050 a été, on l’a vu, extrêmement rapide. Ce rythme très soutenu a exigé de tous les membres de l’équipe de faire preuve d’adaptation : apprendre à travailler pour des valorisations communes, engager de nouvelles recherches, le tout dans un contexte de participation intense aux autres activités de l’Equipe sur le plan institutionnel. Le principal risque lié à ces conditions nouvelles de travail en commun peut être un essoufflement face à la multiplicié des tâches institutionnelles : si la logique multi-site génère l’émulation nécessaire pour la progression de l’équipe, elle comporte aussi un risque d’épuisement, la coordination des efforts demandés aux membres permanents exigeant d’être rationalisée. Pour y faire face, la direction de l’EA doit doser les sollicitations adressées aux collègues en prenant en compte les disponibilités de chacun, et en intégrant l’augmentation du nombre de réunions que suppose le fonctionnement de l’équipe avec ses trois ou quatre sites. L’EA devra aussi veiller à accompagner auprès de chaque chercheur l’évolution générale dont elle a fait preuve ces dernières années, en particulier pour intégrer les travaux de ceux qui souhaitent s’élargir davantage à d’autres problématiques que psychopathologiques au sens strict. Ces mesures supposent le sentiment de commune appartenance à l’EA 4050 qui fédère l’ensemble de ces efforts et le respect des choix de ses membres, en particulier ceux déjà fédérés avant la mise en place de ces nouvelles orientations. Il convient d’amplifier les échanges entre les membres de tous les sites, et l’un des objectifs à court terme sera de doter l’EA d’un dispositif de visioconférence ou de réunions à distance (Cf dispositifs techniques de UEB).

Les autres risques sont plus larges et concernent surtout l’ensemble de la communauté nationale et internationale des chercheurs en psychopathologie, soumis aux réglementations qui régulent leurs activités. Notre discipline a la particularité d’être homogénéisée sur le plan organisationnel (psychopathologie) mais parfois dispersée sur le plan des modèles, des procédures et des classements. Si cette dispersion représente une source de dangers lorsque ces modèles divergent dans un système d’oppositions mutuelles, elle représente aussi une source d’enrichissement lorsqu’une dialectique d’échange ouvre des fenêtres heuristiques, comme c’est le cas au sein de l’EA 4050.

Il faut ajouter aux points forts de l’EA 4050 que, depuis sa fondation, elle n’a jamais dénié cette caractéristique disciplinaire commune de psychopathologie, mais l’a mise à profit pour solliciter l’échange, les interrogations, les collaborations et la mise en commun des modèles.

  1. Projet et objectifs scientifiques de l’unité

Les objectifs du prochain plan quadriennal se situent sur deux plans : A) scientifiques ; B) organisationnels.

A) INVESTIGATIONS SCIENTIFIQUES ET VALORISATIONS**

PRÉAMBULE

En incluant les champs d’application déjà mis en place dans le plan qui s’achève, l’EA 4050 développera ses questions psychopathologiques en deux autres thématiques, complémentaires, pour un total de quatre grands champs d’étude et d’application qui regrouperont plusieurs programmes de recherches engagés ou développés.

— Champs d’études et d’applications déjà en place :

— la médecine et les pratiques médicales

— le judiciaire et les questions criminologiques

— Champs d’études et d’application nouveaux :

— Pratiques à l’adolescence : l’éducatif et les pratiques socio et psycho-éducatives

******L’extension de notre EA nous permettra en effet de mieux dégager certaines thématiques déjà en cours, mais surtout de les inscrire dans des collaborations renouvelées, tant internes à l’EA qu’externes. C’est le cas des questions posées par les nouvelles difficultés et symptômes des jeunes adultes et adolescents, dans leurs pratiques de corps d’addiction, d’inhibition ou délictuelle, qui ni le secteur médecine, ni le secteur criminologique ne peuvent pleinement unifier.

Ce nouveau champ doit être exploré, qui conjoindra ces interrogations épistémologiques et cliniques aux procédures sociales et institutionnelles qui les traitent : cliniques et accueils ambulatoires, consultations de parents, traitements des « inclassables », éducation et prévention spécialisée, pratiques corporelles et approches médicales et hospitalières, anorexies et boulimies, addictions et scarifications, conduites ordaliques, logiques groupales ou/et propitiatoires et sacrificatoire etc. à l’adolescence. La définition de ce nouveau champ développera les collaborations des composantes ainsi que la réactivité de l’EA pour des soumissions à appels d’offre. Il conviendra cependant de veiller à ajouter un champ sans déserter les autres pour autant, qui demeurent absolument nécessaires. Une incitation à définir des thématiques de recherche en Master 1 et 2 et Doctorats sera lancée afin de rendre plurielles toutes les recherches menées en ce nouveau champ.

— Art, création et techniques thérapeutiques induites ou spontanées.

D’autres nouvelles opportunités, congruentes aux compétences et orientations de nouveaux membres de l’EA doivent désormais se fédérer. Il s’agira, encore une fois, de prendre comme lieu d’investigation les modèles psychopathologiques et cliniques pour interroger le rapport du sujet à sa création, obtenue, revendiquée, déniée, empêchée, et les modalités de son acte. Une piste féconde est explorée par les perspectives psychanalytiques qui réinterrogent le débat entre sublimation, « symptomatisation » et invention. La question clinique de la productivité compensatoire de la psychose, celle des « fous littéraires », mais aussi des auteurs reconnus peut s’interroger par rapport aux procédures thérapeutiques mises en place dans les institutions psychiatriques adultes et enfant. De nombreux travaux et collaborations plurielles avec d’autres équipes sont engagés (Angers, Brest, Rennes, Poitiers). Ils sont déjà fédérés dans des programmes transversaux, et il y a lieu de penser ici à une réelle opportunité pour ces recherches sur le plus long cours.

NB. Ces deux nouveaux champs d’investigations nouvelles s’ajoutent aux deux thématiques déjà investies (médecine et judiciaire), pour former un ensemble cohérent de quatre grands thèmes. Tous seront traités via des programmes précis (cf. plus loin), et travaillés en synergie entre Composantes et Sites. Une politique incitative de nouveaux programmes, qui intégreront les compétences des nouvelles composantes et groupes associés sera mise en place dès 2010-2011. Avec l’aide des cellules recherches et des CS, chaque programme suivra son calendrier propre.

PRÉSENTATION DES PROGRAMMES DE RECHERCHE

1°/ Position féminine et clinique contemporaine : 3 recherches

A — Titre : « Position féminine de la sexuation, et incidences cliniques ». Contrat de Recherche Fondation de France, EA 4050, Univ. Rennes 1 (Médecine, psychiatrie, pédiatrie). Financement : Fondation de France. Montant : 40 000 €. Responsable : E. Borgnis-Desbordes

B — Titre : Représentations du Sida au féminin. Contrat de recherche SIDACTION (2008-2011). Financement : SIDACTION. Montant : 60 000 €. Resp. : G. Le Gall, F Sauvagnat

C— Titre : Position psychique féminine et création. Objectif : étudier l’effet de la mixité sur les institutions et leur développement. Contexte : Le passage à la mixité dans l’hôpital psychiatrique et ses effets. Financement : (Contrat-Plan Etat-Région)  HYPERLINK "http://2h2s.univ-angers.fr/" http://2h2s.univ-angers.fr. Resp. : P. Martin-Matera

  • 5 thèses en cours sur le thème : clinique du féminin.

2°/ Approche clinique et psychopathologie de la fin de vie : 3 recherches

A - Titre : « Approche clinique et psychopathologique de la fin de vie » Objectif : étude des phénomènes psychopathologique en soin palliatifs. Co-financement : Fondation de France, UB 032127, Conseil Scientifique Rennes 2, et MSHB. Resp. : C. Doucet

B – Titre : « Vieillissement et Handicap ». Réponse à l’appel d’offre de la Région Poitou-Charentes : Vieillissement et Handicap. Responsable : S. Thibierge

C - « Soins palliatifs et traitements de la mort. L’enjeu des équipes soignantes ». Convention recherche action. Service du Docteur C Lefeuvre, centre Eugène Marquis, Hôpital Pontchaillou Rennes. Responsable L. Ottavi

  • 3 Thèses en cours. Une thèse lauréate de la Fondation Alzheimer : Vieillissement, et souffrances subjectives.

3°/ Violences, délinquances et justice **: 3 recherches**

A — ** Titre : « Violences et délinquances : justice, carcéralité et sujet ». Objectif : étudier les dimensions subjectives de la situation carcérale. EA 4050/Rennes 1/service de Psychiatrie. Resp. : D. Henry, JC Maleval

B— ** Titre : « La subjectivation de l’acte de violence sexuelle par son auteur lors d’une prise en charge psychologique en milieu pénitentiaire ». Financement : PHRC, CRIAVS (Centre de Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles) EA 4050/ Poitiers. Resp. : J-L. Senon, M-J. Grihom, J. Falisse

C— Contrat- Programme Intime conviction – CAPS. Titre : « Construction de l’intime conviction. Cohérence narrative et implication subjective ». Objectif : Etudier la participation de la subjectivité du magistrat au moment de l’élaboration de son intime conviction. Les retombées attendues sont le développement. Responsables : A. Ducousso-Lacaze ; Marie-José Grihom. Financement : Contrat PEPS, CNRS. Montant : 10 000 €. Enjeu : développer un partenariat contractuel avec l’Ecole Nationale de la Magistrature. Un premier contrat recherche-formation auprès des magistrats sur l’intime conviction a été signé pour un montant de 4 000 €. Programme de communication en cours *: Colloque en 2011*

  • 1 thèse en cours co-dirigée (médecine/psychologie). Sujet : souffrance subjective du personnel pénitentiaire (soutenance 2011). - 1 thèse en cours co-dirigée (droit/psychologie). Sujet : les mineurs délinquants sexuels (soutenance 2011) - 6 thèses en cours.

4°/ Clinique et diagnostic de l’autisme : 4 recherches.

A— Titre : « Particularités du langage et phénomènes de corps chez l'enfant autiste. Question diagnostique et prise en charge institutionnelle actuelle ». Contexte : programme d'Action Intégrée Franco-Marocain « Partenariat Hubert Currien » Volubilis 2009-2012 Financement : Ministère des Affaires étrangères et Ministère de l'Education nationale. Montant : 10.000 €. Collaboration scientifique : 1/ « Service de psychologie différentielle », Faculté de psychologique Univ. Libre de Bruxelles, Belgique. 2/ Psychologie pathologique, Univ. de Rabat, Maroc. 3/ Laboratoire de Neurosciences cliniques, cognitives Faculté des Sciences (Biologie), Kénitra. Resp. : G. Druel

B — Titre : « Appréhension du fonctionnement du sujet autiste ». Objectif : étudier la rétention de l’objet de la jouissance vocale et la localisation de la jouissance sur un bord. Essai de théorisation d’une dynamique autistique : l’objet et le double. Enjeu : proposer ce modèle dans les prises en charge institutionnelles. Resp. : JC Maleval, G. Druel

C— Titre : « L’autisme, spécificités d’une pathologie subjective et prises en charges institutionnelles ». Convention de recherche avec le Centre thérapeutique et de recherche Nonette à Clermont-Ferrand. Séminaire de Recherche à Rennes 2 : « Enjeux du diagnostic de l’autisme ». Responsable : M. Perrin

D— Titre : « Etude critique et comparative des classifications des troubles mentaux ». Partenariat en cours : Université FUMEC, Belo Horizonte, Brésil. Resp. : JL Gaspard

- 3 Thèses en cours.

5°/ Marques corporelles et lien social contemporain : 7 recherches

A — Titre : « Etude comparative internationale des marques corporelles auto infligées au regard du lien social contemporain. Fonctions des tatouage et scarification dans l’économie psychique des jeunes adultes : genèse, rapport au corps, solution subjective ». Objectif : étudier les différences et les ressemblances culturelles concernant le développement des techniques de marquage corporel chez les adultes jeunes. Partenaires scientifiques : Laboratório de Epistemologia Genética e Reabilitação Psicossocial. Instituto de Psicologia, Departamento de Psicologia Social e do Trabalho. Université de São Paulo. Montage : CAPES/COFECUB - N° Sh 609/08 (2008-2012). Responsable : Jean-Luc Gaspard

B — Titre : « Etude interdisciplinaire des causes de la violence en milieu éducatif ». Objectif : développer des stratégies efficientes de prévention concernant le phénomène de la violence en milieu éducatif, à partir d’une étude comparative entre plusieurs pays (France, Canada et Royaume Uni). Moyens : mise en place d’un réseau international et interdisciplinaire l’EA 4050, Manchester (sciences de l’éducation), Brighton (sciences de l’éduc), Outaouais (Québec, psychoéd.), Université du Maine (sociologie), Collège of Emergency médicine, IUFM Toulouse (avril 2009). Resp. : J-L. Gaspard, M-J. Grihom.

C - Titre : « Essai interventionnel randomisé multicentrique évaluant le bénéfice d'une action de prévention dans une population d'adolescents accidentés repérés à risque de récidives par l'ECARR 2010 ». Programme ECCARR. : Etude pour évaluer le bénéfice d’une intervention de soin et de prévention auprès d’adolescents et de jeunes adultes ayant subi un accident (autre qu’accident de sport). Action pour réduire la fréquence des récidives chez des sujets identifiés “à risque de récidives” à partir de l’échelle ECARR. Responsable: Pr D. Marcelli. Co-investigateur : Pr P-H. Keller. Doctorante : M. Delamour. Financement : 400 000 € ; PHRC ; Sécurité routière ; Fondation Wyeth. Valorisations : projet de dépôt de la marque ECCARR.

D — Titre : « Psychopathologie des violences envers soi dans le cadre scolaire ». Objectif : améliorer la compréhension des phénomènes de violences qui se développent à l’école. Resp. : M-J. Grihom. Doctorante : A. Pietrocola. Financement : ACI Université Poitiers.

E – Titre : « Clinique de la perversion, de la sublimation et de la création ». Partenaires impliqués : EA 4050, Faculté de Médecine. Université d’Angers. Responsable : P. Martin-Matera

F - Titre : « Les mutations du lien social et leur impact sur la clinique contemporaine ». Partenariat scientifique : EA 4050 et Universidade Federal de Minas Gerais, Brésil. Valorisation : colloque international en 11/2011 Rennes (Troubles de la parentalité et enfants énigmatiques). Financement : Convention de Recherche franco-brésilienne. Resp. : F. Sauvagnat,

G – Titre : « Corps et psychanalyse : Nouvelles souffrances – nouveaux symptômes ». Partenariat programme ECOS-Franco-Argentin, EA 4050, Dépt de psychanalyse de Paris-VIII, Univ. de Buenos-Aires. Programme sur 3 ans, début en 2011. Resp. : F. Sauvagnat, F. Fajwacks.

3 ouvrages en cours. 4 Thèses en cours (Psychopathologie).

6°/ Acte et création : 2 Recherches.

A — Titre : « L’acte de création, une approche transdisciplinaire ». Objectif : étudier l’émergence différentielle des processus de création. Contexte : appel à projet ANR, soumis mars 2010. ** Partenaires scientifiques : EA 4050 EA et EA 3208 (Arts, pratiques et poétiques). ** Responsable : L. Jodeau, D. Bernard

B — Titre : « Créativité sur les lieux d’accueil de la petite enfance ». Objectif : Effets des conditions d’accueil de la petite enfance sur leur créativité. Responsable : Ducousso-Lacaze A., Catheline N. C. Baudoin. Financement : TPMA Psychomédia. Montant : 10 000 €.

6 Thèses en cours (Psychopathologie)

Nouvelles amplifications et incitations à la valorisation.

L’amplification des travaux sur programmes et les mises en chantier nouvelles amèneront, ici encore, à soutenir notre politique déterminée d’intégration des collaborateurs, pour une productivité au long cours, et afin d’intégrer plus précisément les investissements des membres associés. Les porteurs de Programmes transversaux feront appel aux pools de compétences des membres associés pour favoriser davantage encore la circulation des membres du Laboratoire entre les sites et programmes de rencontres. Il conviendra de favoriser les circulations des étudiants et doctorants (manifestations doctorales, séminaires communs), et de consolider les pistes extrêmement prometteuses qui lient déjà organiquement le Laboratoire avec ses partenaires universitaires, appelés à devenir des composantes intégrés très prochainement (Angers, Nantes). En termes d’ouverture et d’incitations, il conviendra de cultiver les ouvertures d’inscriptions dans des programmes internationaux de recherches, européens bien sur, mais aussi avec les autres continents et nouveaux axes Nord-Sud qui se dessinent actuellement (Australie, Extrême orient, zone Pacifique, Amérique du sud). **** Cela impliquera aussi de nouveaux modes de valorisation et un investissement de publications et supports nouveaux : à l’international (Brésil, Russie, Maghreb, Europe), ainsi que par de nouveaux médias (web), et des collaborations associés (Revue internationale Sygma, fondée et gérée par d’anciens doctorants Rennes 2). L’EA incitera également à augmenter les participations de ses membres aux journées d’études professionnelles (psychiatrie, justice, éducation) et offres de collaborations plurielles.

B ) ORGANISATION 

Objectif général : faire monter en puissance la régularité des rencontres et échanges dans l’EA 4050

Programmes transversaux à l’EA : Rencontres et séminaires. En réaffirmant la nécessité d’invention dans l’EA, la direction sollicitera la mise en place de groupes de travail pour la réalisation des programmes transversaux, non pérennes et avec des configurations variables selon les thématiques, mais coordonnés pour la durée de chaque programme. Ces programmes sont autant d’occasion de fonder des séminaires, à la fois ponctuels et souples, définis par les responsables et les membres du programme et ouverts aux partenaires de la recherche. Groupes de travail ou séminaire, une place de choix sera accordée aux étudiants et doctorants soucieux de se former par et à la recherche. 

Composantes : la parfaite analogie institutionnelle des Composantes pérennes s’est vue garantie par le parallélisme de leurs Règlements intérieurs, non contradictoire avec celui de l’EA. Organisées sur le même mode, les composantes sont désormais en position en mesure d’intégrer plus rapidement leurs recherches aux nouveaux programmes.

Membres titulaires et doctorants. Tant entre les doctorants et qu’avec le reste de l’équipe, il importe de poursuivre la mise en place de séminaires thématiques réguliers pour assurer la nécessité de la transmission sur les plans épistémologique et clinique. De même, il conviendra d’amplifier le nombre de journées d’études et de recherche « jeunes chercheurs » qui, jusqu’ici sont restées annuelles. Nous envisageons de composer un Séminaire doctoral itinérant, sous la forme de deux à trois journées d’études annuelles, avec une dizaine d’ateliers, pour favoriser les échanges entre doctorants des différents sites de l’EA . Ils s’ajouteront aux rencontres doctorales par sites et bien sûr, aux séminaires organisés par les directeurs de thèse avec leurs doctorants. Pour ce qui est des « jeunes chercheurs », il s’agit de penser des dispositifs affinés, à l’articulation entre deux références institutionnelles majeures : 1/ les écoles doctorales et leurs offre ; 2/ l’inscription des contributions proposées par les jeunes chercheurs et les doctorants à l’intérieur des thématiques et programmes transversaux de l’EA 4050. C’est dire à quel point la politique déterminée de formation à et par la recherche menée par le Laboratoire pourra se trouver encore bonifiée.

— Membres associés : il s’agit de collègues relevant d’une autre discipline et extérieurs à l’EA, de professionnels engagés dans des pratiques et des recherches, tant dans des institutions d’exercice que dans d’autres organismes de recherche. Une amplification des liens, à visée de production et valorisation est attendue pour le prochain plan quadriennal. Le Laboratoire définira collectivement un ensemble de critères pour définir les conditions d’appartenance des chercheurs extérieurs qui y souscrivent et qui s’engageront dans les recherches actives. Ces deux critères, d’engagement et de productivité seront déterminants pour leur adhésion.

Par ailleurs, l’équipe se doit de veiller aux modes de départ et d’arrivée des nouveaux chercheurs. Plusieurs membres de l’EA 4050, Professeurs et Maîtres de conférences, quitteront en effet le Laboratoire au cours du prochain plan, le plus souvent pour cause de départs à la retraite. Il s’agit par conséquent de veiller, en matière de demande de postes, à une politique de recrutement et d’intégration claire, soutenue par les universités référentes. Notons en outre que trois collègues du site rennais, actuellement membres permanents de l’EA et travaillant dans le champ de la justice, envisagent de devenir à terme membres associés, ce qui leur permettrait de participer à la fondation d’une autre EA sur le site de Rennes 2. La logique et la structure d’un tel projet est explicitement pluri-disciplinaire. Actuellement, ils participent à la sous-composante « Clinique en milieu judiciaire » du site rennais, qui comporte elle-même dix chercheurs. Au cas où ce projet d’intégration comme membres permanents d’une autre EA aboutirait, le renforcement de cette sous-composante serait mis à l’étude collectivement.

En résumé, la montée en puissance de l’EA 4050 et l’efficacité de son mode d’organisation permettent d’accroître son volume d’activité comme celui de ses productions scientifiques. L’augmentation des rencontres et échanges, déclinée plus haut en trois secteurs, correspond à un double objectif : 1/ faire fructifier la productivité par ces échanges pluriels ; 2/ amplifier les ressources de travail (recherches partagées, mutualisation des enseignements, incitations à la productivité). La perspective générale étant, à partir d’articulations bien définies entre psychopathologie et champs d’application, de continuer à élargir des problématiques qui sont à ré-interroger et à ré-explorer en permanence.

  1. Mise en oeuvre

A BUDGET **** : dotation budgétaire par site ;

Une politique de dotation en postes d’enseignants-chercheurs est souhaitée, qui s’avérera nécessaire compte du turn-over décrit plus haut. De même, le renforcement dévolu aux pôles de recherche est un atout nécessaire pour une plus grande réactivité de l’Equipe face aux opportunités extérieures.

Parallèlement, une politique de dotation budgétaire mise au point par chaque université est attendue sur chacun des sites :

— A Rennes, l’installation dans de nouveaux locaux demandera à ce que soit consacrée une part importante du budget en dotation et investissements matériels.

— A Poitiers, une réorganisation partielle de l’équipe oblige également à prévoir les dotations correspondantes, y compris en matériel.

— A Brest, le statut émergent de la nouvelle composante requiert pour son installation un budget d’investissement et de fonctionnement.

— A Angers, le groupe d’EC associés devra, en fonction de ses investissements dans les recherches collectives de l’EA, affecter une part de budget à celles-ci.

Pour gérer les budgets alloués, chaque site prévoit, dans la gestion de ses ressources, une part (30%) à affecter aux affaires communes à l’EA multi-site, pour favoriser les activités collégiales des membres, membres associés et doctorants.

Enfin, les frais liés aux soutenances de thèse sont en augmentation, dans la mesure où la dotation financière des Ecoles Doctorales et Universités sont désormais imputées dans une part nettement plus importante aux laboratoires. Dans la mesure du possible, les Composantes dans lesquelles s’inscrivent les Directeurs de thèses veilleront à assumer ces frais, le budget central de l’EA, par site, accompagnera ces dépenses. Une règle commune sera intégrée ultérieurement dans le Règlement intérieur.

— Organisationnelle : collaborations Iatos, doctorants, enseignants-chercheurs

L’équipe souhaite renforcer ses collaborations entre chercheurs et Iatos qui concourent communément à l’activité de recherche. Pour y parvenir, il conviendra de définir des modes de collaboration pour chaque activité engagée. En particulier, on veillera à bien articuler les logiques fonctionnelles et décisionnelles et budgétaires des cellules recherches avec les responsabilités des porteurs de programmes transversaux et celles des directeurs (de composantes et de site).

Désireuse d’améliorer encore les rapports entre chercheurs et doctorants, l’EA 4050 compte sur la montée en puissance des Ecoles doctorales pour instaurer une relation entre les trois pôles concernés. La mise en place d’une procédure d’assistance aux doctorants via les ED mais en synergie avec l’EA, y contribuera grandement.

B ORGANISATION **** GÉNÉRALE : principales modalités de travail

a) Séminaires, Journées d’études et Colloques :

La tenue renouvelée de Séminaires, Journées, Colloques, se déploiera sur fonds propres, mais il faudra également doter les manifestations entièrement nouvelles pour les doctorants comme pour les enseignants chercheurs, difficiles à budgéter (par exemple les séminaires itinérants entre sites).

b) Dotations techniques :

Trouver les supports informatiques, fixes et en réseau, nécessaires à la gestion d’un site appelé à se développer, mais aussi à la mise en place d’un dispositif de visio-conférences avec les autres sites, implique un certain nombre d’investissements. De même, la mise à disposition de matériels techniques et informatiques légers, qui doivent satisfaire aux conditions techniques d’enregistrement sonore et visuel pour les études sur le terrain, sont autant de lignes budgétaires à prévoir.

c) Financements de programmes de partenariats :

La question des partenariats devra également être réaffirmée (partenariats de recherche, partenariats de recherches-action avec des institutions cliniques ou médico-éducatives, partenariats avec les institutions culturelles, etc.) et systématiquement valorisés, en priorité à partir de l’intégration des Programmes transversaux. Une ligne budgétaire permettra d’anticiper sur leur mise en œuvre.

d) Colloques nationaux/internationaux et relations avec les universités conventionnées :

Ce chapitre coûteux en ressources doit être pourvu. Nos liens de partenariats conventionnés sont en augmentation permanente, nécessitant parfois des voyages d’études et des collaborations ; les frais engagés dans ce cadre justifient une contribution de l’EA 4050, ce qui doit par conséquent être provisionne.

e) Travail de production et de présentation des études, de traduction et de valorisation.

Un budget est prévu pour maintenir à jour la base de donnée des différentes productions et valorisations de l’Equipe. Celles-ci, centralisées par les composantes, doivent être mises en forme deux fois par an par synthèse des rapports des composantes et des Programmes transversaux. Un effort sera fourni pour financer les traductions de certaines productions. En effet, dans le contexte international où nombre de revues indexées sont anglo-américaines, il est impossible de négliger cette dimension.

Pour conclure, notre Projet comme a été conclu notre bilan inaugural, nous faisons référence aux collègues Iatos et aux cellules recherches des différents sites concernés. Si nous souhaitons amplifier nos relations avec eux, c’est qu’il y va, selon nous, de la garantie d’une adaptabilité toujours plus grande aux contours du monde de la recherche, aux opportunités de travail et à la qualité du montage des dossiers. Leurs compétences se situent aussi bien sur le plan administratif, financier, que celui de l’assistance à la recherche elle-même.

Annexe


Règlement intérieur de l’EA 4050

**

I- Objet et champ d’application

L’EA 4050 d’Accueil de « Recherches en psychopathologie : nouveaux symptômes et lien social » a été habilitée dans le cadre du plan quadriennal 2008-2011. Elle est constituée par le regroupement thématique de Composantes qui sont organisées, sur les sites de Brest, Poitiers et Rennes. Cette thématique spécifique en psychopathologie clinique est traitée, d’un côté par le recours à différentes références conceptuelles communes, de l’autre par le regroupement des spécialistes de ses différents champs d’application.

I-1. Objectif

Pour le quadriennal 2012-2015, l’objectif de l’EA 4050 prolonge celui qu’elle s’était donné lors de sa constitution : développer des programmes de recherche et offrir à ses membres les moyens de les mener à bien, dans tous les domaines où elle intervient (réponses à des appels d’offre, constitution de partenariat, investigations diverses, publications systématique des résultats, etc.…). L’ensemble de son activité vise à promouvoir sa reconnaissance au plan national et international. Dans cette perspective, l’EA 4050 se fixe une exigence de qualité qui autorise la valorisation de ses travaux comme celle de ses chercheurs. Contribuent à cette valorisation : la publication d’articles et d’ouvrages scientifiques ; la constitution de banques de données ; la rédaction et la publication de rapports et de communications à des colloques et congrès ; la constitution de réseaux de collaboration et de partenariat, non seulement avec d’autres structures de recherches mais aussi avec les institutions et entreprises intéressées par les recherches menées en son sein.

I- 2. Organisation

I- 2.1 Composantes et Sous-composantes :

I- 2.1.1 Composantes

L'organisation de l'EA garantit l’existence de Composantes pérennes, dont chaque site choisit la dénomination particulière. Les Composantes fédérées par l’EA 4050 permettent à ses membres permanents, associés et doctorants, de s’y répartir en fonction de leurs orientations de travail. Leur nombre et leur définition peuvent varier dans le long terme, si ces Composantes restent en accord avec les objectifs de l’EA 4050 ainsi qu’avec ses modes de fonctionnement.

Les Composantes se dotent d’un Règlement intérieur, qui ne peut être en contradiction avec le Règlement Intérieur de l’EA 4050, elles se dotent également chacune d’un Directeur et d’un co-directeur, collaborent toutes au projet commun spécifié par l’intitulé de l’EA « Recherches en psychopathologie : nouveaux symptômes et lien social », et défini par contrats pluriannuels.

Ces Composantes, qui sont nécessaires à l’articulation entre la recherche et l’enseignement, déterminent en toute autonomie leurs propres programmes de recherche, ainsi que l’utilisation de leurs moyens tels qu’ils leur sont affectés par l’EA. Elles incluent, comme le prévoit leur Règlement Intérieur, les modalités d’admission et de sortie de leurs membres et, chaque année, soumettent la liste des nouveaux membres au Conseil de Gestion de l’EA, défini en III- 2 qui, globalement, la valide ou non.

Au moment de la révision de ces statuts (6 mai 2010), et sans préjuger de leur réorganisation au long cours, les Composantes se distribuent ainsi : l’une des Composantes est située à l’Université de Bretagne Occidentale, l’autre à l’Université de Poitiers et deux autres à l’Université Rennes 2. Toutes participent à l’EA 4050, sous les intitulés suivants :

CRPC : Composante Recherches en psychopathologie clinique. Université de Bretagne Occidentale, Brest.

CRPC : Composante Recherches en psychopathologie clinique : Clinique de l’acte et psychosexualité. Poitiers.

CPCC : Composante Recherches en psychopathologie clinique : Logiques subjectives et formes nouvelles du symptôme ; a/ clinique de l’adulte ; b/ clinique infanto-juvénile. Rennes.

CPCIJ : Composante Recherches psychopathologie : Champs et pratiques spécifiques ; a/ Clinique en milieu médical ; b/ Clinique en milieu judiciaire. Rennes

D’autres Composantes ou des révisions de celles désignées ci-dessus peuvent être agréées par les Assemblées de site de l’EA 4050, définies en 3.1.

I- 2.1.2. Sous-composantes

Par site, les Composantes peuvent se doter de Sous-Composantes internes, en fonction de leurs thématiques de recherches. Et bien que préférentiellement invités à adhérer à l’une des Composantes ou Sous-Composantes existantes, les membres de l’EA 4050 n’ont cependant pas d’obligation formelle à ce sujet.

I- 2.3. Programmes transversaux

En parallèle des Composantes et Sous-composantes, l’EA développe des Programmes transversaux dans lesquels ses membres, et éventuellement des partenaires extérieurs à l’EA 4050 (chercheurs ou professionnels) collaborent (recherches communes, séminaires, réponses à des appels d’offre, réinvestissements des résultats des recherches, préparations d’événements scientifiques, etc.). Ces Programmes, qui couvrent au plus une durée de quatre années, ne sont pas des sous-ensembles permanents de l' EA. mais des opérations thématiques, appelées à évoluer en fonction de la dynamique de la recherche en psychopathologie clinique

II- Appartenance à l’EA 4050.

L’EA 4050 a vocation à accueillir les enseignants-chercheurs en psychopathologie clinique, dans ses différents secteurs d’application qui, en premier lieu, relèvent de l’UBO de Brest, de l’université de Poitiers et de l’université Rennes 2, mais également d’autres universités du Réseau RUOA (Réseau Universitaire Ouest Atlantique). Elle est la structure d’appui des formations de 2e et 3e cycles (Master, Doctorat), animées par ses membres dans chaque Université de rattachement.

II-1 Composition

L’EA 4050 est composée de Membres permanents, de Membres associés, de Doctorants et du personnel d’encadrement technique et administratif.

Les qualités de membre de l’EA 4050 sont les suivantes :

Permanents : tous les enseignants-chercheurs, (en activité ou émérites) chercheurs et ingénieurs relevant de ses champs de compétence en poste à l’université Rennes 2 et de Poitiers ou d’autres universités ou établissement d’enseignement supérieur qui en font la demande auprès des Laboratoires constitutifs, par document signé, sous réserve du respect du règlement intérieur : ils s’engagent en outre à ne pas être membres permanents d’une autre Équipe que l’EA 4050.

Associés : sur demande écrite de leur part auprès des Composantes, les enseignants-chercheurs et chercheurs déjà membres d’une autre unité ou Équipe d’Accueil ainsi que les ATER pendant la durée de leur contrat.

Doctorants : les étudiants inscrits en thèse, dont les directeurs de recherche sont membres de l’EA 4050.

Par ailleurs, peuvent devenir

Membres associés parrainés, les post-doctorants et PAST d’une part, les praticiens ayant une activité de recherche d’autre part. Ces Membres associés parrainés doivent effectuer une demande écrite justifiée par le rapport de leurs recherches et publications, et leur candidature doit être présentée devant le Conseil de Gestion par deux Membres Permanents.

Les candidatures de membres souhaitant intégrer l’EA sans relever pour autant d’une Composante ou Sous-composantes doivent être déposées par écrit, auprès du Conseil de Gestion, et soutenues par deux Membres au moins de l’ EA, hors Conseil de Gestion.

La liste des chercheurs sera actualisée au moins tous les deux ans.

L’éventuelle démission d’un membre de l’E.A. doit être notifiée par lettre signée auprès du Conseil de gestion.

II-2 Droits et obligations des Membres :

L’appartenance à l’E.A permet de disposer des locaux sis dans les universités de rattachement, matériels et services (prêt d’ouvrages et de logiciels, informatique, photocopie, téléphone, remboursement des frais de mission) que l’EA 4050 peut attribuer dans la limite de son budget. Les règles d’attribution des moyens aux chercheurs, chercheurs associés et doctorants sont décidées par chacune des Composantes ou Sous-composantes disposant d’un budget, et par chacun des Programmes dans le cadre des financements qu’ils obtiennent de façon contractuelle.

L’appartenance à l’EA 4050 implique de participer à sa vie scientifique et d’œuvrer à sa visibilité extérieure et, pour les membres qui en ont le statut, d’assurer l’encadrement des étudiants de 2e et 3e cycle. Les membres permanents ainsi que les doctorants sont tenus, dans leurs publications, de signer en mentionnant l’appartenance à l’EA 4050 ; par ailleurs, ils sont aussi tenus de prêter un concours actif aux différentes activités : réponses aux appels d’offre, groupes de travail, séminaires internes ou externes, colloques, publications, tâches administratives.

De surcroît, le statut de membre permanent est conditionné à une activité de publication régulière dans des supports reconnus par les instances scientifiques de la discipline.

Toujours dans le but d’améliorer la visibilité extérieure de l’unité, les membres de l’EA 4050 doivent, au fur et à mesure, signaler leurs publications aux Directeurs de Composantes et aux secrétariats. Enfin, de façon facultative, ils sont également invités à déposer aux secrétariats « recherche » un exemplaire de leurs travaux : ouvrages, tirés à part d’article, photocopies. Il en va de même des travaux d’étudiants, depuis la Master 1 jusqu’à la thèse, à la diligence de leurs directeurs.

III- L’EA 4050 est organisée en trois instances : les Assemblées de site ; le Conseil de gestion ; la Direction.

III- 1 Les Assemblées de site

L’Assemblée de site réunit tous les membres de l’EA dans leur site d’appartenance.

Il y a annuellement une Assemblée Générale par site, qui réunit l’ensemble des membres définis au 2.1, chacun d’entre eux étant rattaché au site dont il dépend. Tous ses membres sont électeurs dans leur catégorie et tous les électeurs sont également éligibles dans leur catégorie. La présence à l’A.G. de site fait partie des obligations des membres permanents de l’EA. Chaque membre ne peut recevoir que deux procurations. L’A.G est convoquée au moins une fois par an par le directeur pour examiner toute question concernant l’activité de l’EA 4050 dans le site. Elle entend les rapports d’activité du Directeur de site et du Conseil de gestion et se prononce sur les orientations qui lui sont présentées. D’autres réunions peuvent se tenir à la demande du Conseil de Gestion ou du tiers de l’effectif des membres permanents. Elle élit les membres élus du Conseil de Gestion ainsi que le Directeur de l’EA 4050 dans les conditions du 3.3. Elle décide de la création et de la disparition des Programmes transversaux. L’A.G. ne peut délibérer valablement que si la moitié des membres permanents du site est présente. Les décisions sont prises à la majorité absolue. À défaut de quorum, une seconde AG de site est convoquée sous huitaine qui peut valablement statuer sur les décisions, même hors quorum. La modification du Règlement Intérieur est décidée à la majorité des deux tiers de l’EA 4050.

III- 2 Le Conseil de Gestion

III- 2.1 - Composition du Conseil de Gestion

Membres de droit :

  • les Directeurs de l’EA 4050,

  • Directeurs de site

  • Directeurs et directeurs-adjoints des Composantes

Les Membres élus :

  • Des représentants élus au sein de l’EA 4050 dans la proportion d’un représentant pour sept membres permanents de l’ E.A. au moment du vote, par site d’appartenance.

  • Un représentant des membres associés,

  • Un représentant des doctorants,

  • Un représentant élu des personnels I.T.A. de la Cellule Recherche de l’UFR Sciences Humaines de Rennes 2,

  • Un représentant élu des personnels I.T.A. de l’Université de Poitiers.

Remarque : pour tout membre élu, un suppléant est élu dans les mêmes conditions. Seuls les titulaires, ou à défaut, leur suppléant, ont droit de vote au Conseil de Gestion.

III- 2.2. Le Conseil de Gestion est renouvelé à l’expiration du contrat passé avec le Ministère, à l’exception des représentants des doctorants, élus pour deux ans. Les élections ont lieu lors des assemblées de site au suffrage direct plurinominal à deux tours. Des élections partielles peuvent être organisées.

Le Conseil de Gestion se réunit au moins trois fois par an.

Il prépare le budget, examine les listes nominatives globales des candidatures présentées par les Composantes, ainsi que les candidatures individuelles hors composantes, qui lui sont adressées directement, selon les conditions prévues par chaque catégorie de Membre, pour tout candidat.

Le Conseil de Gestion arrête la liste des membres permanents et associés, rend des arbitrages sur les demandes de financement, organise le fonctionnement courant de l’EA 4050. Il aide les Directeurs dans leurs tâches de rapport et d’évaluation des activités de l’EA 4050 à destination d’organismes extérieurs comme le Ministère (à mi-parcours et en fin de contrat). Il est responsable de ses décisions devant les Assemblées de site. Le quorum est fixé à au moins la moitié des membres. Les décisions sont prises à la majorité absolue.

III- 3. Les Directeurs de l’EA 4050

En accord avec les Universités de rattachement, soumis à l’approbation du ministère par l’EA 4050, le mandat des Directeurs est normalement de quatre ans. Néanmoins, à mi-parcours du contrat, sur proposition du Conseil de gestion, l’E.A. peut mettre fin, par vote des deux tiers à ce mandat, et procéder à une nouvelle élection. Les Directeurs mettent en œuvre la politique de recherche définie par le Conseil de gestion, ils veillent au fonctionnement de l’EA 4050 et la représentent respectivement devant les instances internes de leur université et face aux partenaires extérieurs. Ils sont seuls habilités à signer les pièces comptables. Les Directeurs ne peuvent être choisis que parmi les membres permanents.

Le directeur représentant l’EA 4050 auprès du Ministère relève de l’Etablissement principal, il est désigné par le ministère.

IV- Budget

Les règles de répartition de la dotation ministérielle et universitaire sont fixées par le Conseil de gestion qui prévoit la répartition entre Composantes et la part extérieure à ceux-ci en fonction des choix dictés par les objectifs de la Recherche et la structure des Composantes internes à l’EA 4050. Il définit sa politique dans le respect de la répartition, par sites, des dotations inscrites par les universités de référence. La gestion financière des contrats et conventions demeure sous la responsabilité de la ou des personnes identifiées dans le contrat ou la convention.

Adopté par vote à l’unanimité de l’Assemblée Générale de site de Rennes le 6 mai 2010, par l’Assemblée Générale de site de Poitiers le 6 mai 2010, le présent Règlement Intérieur est soumis aux autorités de tutelle.